Notre onzième numéro sortira en librairie le 21 mai !
 

Federico Tarragoni : « Le peuple est un mot central de la démocratie »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Après avoir ana­ly­sé deux cas de néo­po­pu­lismes lati­no-amé­ri­cains (les gou­ver­ne­ments de Chávez au Venezuela et de Morales en Bolivie), le socio­logue Federico Tarragoni s’est pen­ché sur les « révo­lu­tions en cours », avec l’es­sai L’Énigme révo­lu­tion­naire, puis, en 2019, sur la notion de popu­lisme, avec L’Esprit démo­cra­tique du popu­lisme. À rebours du consen­sus média­tique, il y pro­po­sait la thèse sui­vante : le popu­lisme n’a rien à voir avec la déma­go­gie, le natio­na­lisme et le tota­li­ta­risme ; il est l’i­déo­lo­gie démo­cra­tique, contra­dic­toire, de la crise des régimes repré­sen­ta­tifs et libé­raux. Les cher­cheurs Arthur Borriello et Anton Jäger l’ont ren­con­tré pour conclure ce dos­sier à trois voix, dis­cor­dantes, consa­cré à la décen­nie populiste.


[lire le troi­sième volet]


Nationalisme, auto­ri­ta­risme, déma­go­gie, popu­lisme : quelles sont les apo­ries et les risques que com­portent l’as­so­cia­tion de ces termes et les confu­sions qu’elle engendre ? 

Ces confu­sions sont deve­nues par­ti­cu­liè­re­ment frap­pantes dans ce que j’appelle la popu­lo­lo­gie, c’est-à-dire le cou­rant domi­nant des études sur le popu­lisme qui s’est construit dans les années 1980, en conco­mi­tance avec la mon­tée de par­tis et mou­ve­ments d’extrême droite dans les socié­tés occi­den­tales. Ce cou­rant a nour­ri un amal­game crois­sant entre le popu­lisme — pour lequel il y avait une tra­di­tion de recherche plus ancienne, qui remon­tait aux années 1950 — et l’extrême droite. À par­tir de là, d’autres amal­games se sont créés, avec le natio­na­lisme, la déma­go­gie, l’autoritarisme, le fas­cisme. Et j’en passe. Le popu­lisme est deve­nu un mot-valise — on en voit les consé­quences dans les médias et la com­mu­ni­ca­tion poli­tique — qui sert à dési­gner d’autres choses par peur d’utiliser des mots encore plus forts. Mais au fond, son uti­li­sa­tion porte tou­jours le même mes­sage : en poli­tique, il est dan­ge­reux d’appeler au peuple.

« Au fond, l’u­ti­li­sa­tion du terme popu­lisme porte tou­jours le même mes­sage : en poli­tique, il est dan­ge­reux d’appeler au peuple. »

Dans ces amal­games que je pointe, il y a des apo­ries, qui dérivent tout sim­ple­ment d’un pro­blème de clas­si­fi­ca­tion : lorsqu’il est confon­du avec d’autres concepts, le popu­lisme devient une notion fourre-tout, qui défie les sys­tèmes de clas­si­fi­ca­tion des sciences sociales et poli­tiques depuis 40 ans. Les ana­lystes trouvent donc un tas d’excuses pour jus­ti­fier cette impos­sible clas­si­fi­ca­tion. La pre­mière à le faire a été Margaret Canovan : en 1981, elle écri­vait ne pas vou­loir trou­ver une défi­ni­tion de ce terme, mais plu­tôt construire une typo­lo­gie par ensemble de cas dif­fé­rents. Chose incon­ce­vable avec un concept de sciences sociales : ne pas le défi­nir, mais l’appliquer quand même à tout un tas de phé­no­mènes du pas­sé et du pré­sent, d’ici et d’ailleurs. Une autre solu­tion que les théo­ri­ciens contem­po­rains du popu­lisme ont trou­vée pour jus­ti­fier ces dif­fi­cul­tés clas­si­fi­ca­toires, c’est de réduire le popu­lisme à un pur fait dis­cur­sif. Derrière le natio­na­lisme, l’autoritarisme et la déma­go­gie, il y aurait un appel au peuple qui jus­ti­fie le label popu­liste : confu­sion entre eth­nos et demos dans le natio­na­lisme, incar­na­tion du peuple par un homme fort dans l’autoritarisme, com­mu­ni­ca­tion poli­tique qui flatte les bas ins­tincts, qui est fon­dée sur la pro­messe et l’illusion dans le cas de la démagogie.

À par­tir du moment où le popu­lisme est de nature fon­da­men­ta­le­ment dis­cur­sive, il peut deve­nir tout et n’importe quoi. C’est donc l’aporie fon­da­men­tale : le laxisme concep­tuel auquel le popu­lisme pousse. Cette apo­rie com­porte un risque, pré­sent chez tous les usa­gers du popu­lisme, des usa­gers savants aux usa­gers média­tiques et pro­fanes, c’est celui d’étiqueter comme « popu­liste » tout et n’im­porte quoi dès lors que le mot peuple appa­raît. Le popu­lisme étant une insulte, le risque est alors aus­si de faire du peuple une insulte, et d’abandonner ce mot cen­tral de la démo­cra­tie qui a ser­vi par le pas­sé à tous les mou­ve­ments d’émancipation.

[Tatsuya Tanaka]

Que cela soit dans le popu­lisme contem­po­rain ou chez les tech­no­crates, l’axe gauche/droite est récu­sé. Mais n’y a‑t-il pas quelque chose de cor­rect dans le diag­nos­tic « ni de gauche, ni de droite » dès lors que l’on acte du déclin des grands « par­tis de masse » qui struc­tu­raient cette oppo­si­tion idéologique ?

On peut entendre le cli­vage gauche/droite de trois façons dif­fé­rentes. Comme un cli­vage axio­lo­gique, d’abord, entre deux inter­pré­ta­tions de la moder­ni­té poli­tique et de la démo­cra­tie (entre ce que Balibar appelle l’« éga­li­ber­té » et la concep­tion de la démo­cra­tie comme ordre). De ce point de vue, je main­tiens, sur la base de mon enquête his­to­rique, que le popu­lisme est fon­da­men­ta­le­ment de gauche. Comme cli­vage axio­lo­gique, le cli­vage gauche/droite est indé­pas­sable puisqu’il est consub­stan­tiel à la moder­ni­té démo­cra­tique dans laquelle nous sommes : les dif­fé­rentes pro­po­si­tions poli­tiques qui appa­raissent dans nos socié­tés contem­po­raines ren­voient soit à la volon­té d’élargir une démo­cra­tie consi­dé­rée comme incom­plète (auquel cas elles sont de gauche), soit à la volon­té de la res­treindre pour la sta­bi­li­ser comme ordre (auquel cas elles sont de droite). Mais les démo­cra­ties ont chan­gé, en tant que régimes poli­tiques, au sein de cette même moder­ni­té. D’où la deuxième accep­tion, idéo­lo­gique, du cli­vage gauche/droite : la manière d’entendre idéo­lo­gi­que­ment l’espace de la gauche et de la droite change au cours du temps. Là aus­si on peut trou­ver des affi­ni­tés entre les popu­lismes dits « de gauche » aujourd’hui et les mani­fes­ta­tions his­to­riques du popu­lisme : des affi­ni­tés bien plus fortes que celles que la droite actuelle entre­tient avec ces mêmes popu­lismes his­to­riques. Donc, si tant est qu’il faille inter­ro­ger un concept à par­tir de ce qu’il a été his­to­ri­que­ment — ce qui est dis­cu­table mais que je reven­dique comme démarche —, les « popu­lismes de droite » sont effec­ti­ve­ment un abus concep­tuel. On ne peut pas par­ler de « popu­lisme » pour des mou­ve­ments contem­po­rains qui sont en réa­li­té dans la conti­nui­té du nati­visme1 tel qu’il s’est struc­tu­ré entre la fin du XIXe siècle et le XXe siècle.

« Le cli­vage gauche/droite est indé­pas­sable puisqu’il est consub­stan­tiel à la moder­ni­té démo­cra­tique dans laquelle nous sommes. »

Il y a enfin une troi­sième accep­tion du cli­vage gauche/droite, comme cli­vage struc­tu­rant de nos socié­tés poli­tiques, avec leurs ins­ti­tu­tions, leurs acteurs col­lec­tifs, leurs par­tis, leurs syn­di­cats, etc. La poli­tique telle qu’elle s’est struc­tu­rée après 1945 autour des par­tis de masse, avec l’opposition entre le centre gauche et le centre droit, et le Parti com­mu­niste comme troi­sième pôle, a effec­ti­ve­ment som­bré avec l’émergence pro­gres­sive des nou­veaux par­tis d’extrême droite dans les années 1990 et des par­tis popu­listes de gauche à la suite de la crise des sub­primes de 2008. De ce point de vue, quand ces par­tis popu­listes de gauche se disent « ni de droite, ni de gauche », c’est pour deux rai­sons. C’est en par­tie une affaire de mar­ke­ting poli­tique, car tous les par­tis ont inté­rêt à se dis­tan­cier de ces éti­quettes qui ont las­sé l’électorat : Macron a fait la même chose, Berlusconi aus­si. Mais c’est aus­si une vraie réflexion que ces par­tis popu­listes portent sur le fait que les grands par­tis qui struc­tu­raient la démo­cra­tie d’après-guerre n’ont plus du tout la même hégé­mo­nie que dans les Trente Glorieuses, et qu’il faut donc « rem­plir » le vide creu­sé par leur déclin. D’ailleurs, la forme de par­ti qu’ils pro­posent est en déca­lage avec celle de l’après-guerre : au modèle du par­ti de masse, ils opposent le par­ti-mou­ve­ment, très en lien avec des mou­ve­ments sociaux, sou­vent contes­té par sa propre base mili­tante, etc. Cette forme du par­ti-mou­ve­ment ne leur est pas propre : elle est éga­le­ment adop­tée par cer­taines for­ma­tions d’extrême droite en Europe. Le Mouvement cinq étoiles est sans doute la mani­fes­ta­tion la plus typique de ce modèle — il a en plus repris à son compte les tech­no­lo­gies numé­riques pour repen­ser le lien entre ins­ti­tu­tion poli­tique et monde mili­tant. Pour conclure, le dépas­se­ment du cli­vage gauche/droite s’observe pour le popu­lisme non pas dans sa dimen­sion axio­lo­gique ou idéo­lo­gique, mais plu­tôt au niveau du sys­tème d’organisation et de repré­sen­ta­tion des groupes sociaux dans la poli­tique institutionnelle.

Justement, en amal­ga­mant la « mon­tée du popu­lisme » et ces grandes trans­for­ma­tions orga­ni­sa­tion­nelles-ins­ti­tu­tion­nelles, on finit par voir n’importe quel nou­veau par­ti — y com­pris des for­ma­tions d’extrême droite ou des pla­te­formes élec­to­rales du type LREM, au dis­cours pour­tant for­te­ment anti­po­pu­laire — comme « popu­liste », au pré­texte qu’il se dif­fé­ren­cie du modèle du par­ti de masse tra­di­tion­nel. Est-ce qu’une par­tie de la confu­sion concep­tuelle ne vient pas de cet amalgame ?

Absolument. C’est un biais bien connu de la socio­lo­gie : l’effet de struc­ture. L’amalgame vient du fait qu’on n’a pas suf­fi­sam­ment pris en compte le fait que cette trans­for­ma­tion des par­tis poli­tiques relève d’une évo­lu­tion struc­tu­relle des formes de mobi­li­sa­tion — elle n’est pas limi­tée aux héri­tiers actuels de l’idéologie popu­liste du XIXe et du XXe siècle, mais touche tous les acteurs poli­tiques contem­po­rains. On traite donc tous les « nou­veaux » par­tis, qui s’opposent aux par­tis « tra­di­tion­nels », comme « popu­listes ». Ce biais trouve son ori­gine dans l’effet de « choc » qu’a pro­duit l’émergence des par­tis « out­si­ders » d’extrême droite dans les années 1980 : le Front natio­nal, le Vlaams Belang, le FPÖ, la Ligue du Nord, etc. C’est évi­dem­ment très pro­blé­ma­tique. Cela pro­longe les apo­ries qu’on a évo­quées : pour jus­ti­fier sa dif­fi­cul­té à défi­nir le popu­lisme, la science poli­tique a eu recours à des sim­pli­fi­ca­tions lui per­met­tant de ne pas iden­ti­fier une idéo­lo­gie popu­liste à pro­pre­ment par­ler, mais uni­que­ment d’observer com­ment ces par­tis fonctionnent…

[Tatsuya Tanaka]

Vous décons­trui­sez le lan­gage de la « popu­lo­lo­gie » en mon­trant que sa réduc­tion du popu­lisme à une « mala­die » de la démo­cra­tie nour­rit sa dépré­cia­tion nor­ma­tive, ain­si qu’une ten­ta­tion thé­ra­peu­tique chez les obser­va­teurs. Quelle serait donc la méta­phore adap­tée, si tant est qu’il y en ait une, pour décrire le rap­port entre l’émergence du popu­lisme et les phé­no­mènes de dé-démo­cra­ti­sa­tion aux­quels il s’oppose ?

En tant que socio­logue, je me méfie beau­coup des méta­phores. Certes, elles ont une por­tée heu­ris­tique immé­diate et per­mettent de sai­sir des phé­no­mènes com­plexes à tra­vers des images simples et char­gées de pas­sions. Mais il faut s’en méfier pré­ci­sé­ment parce qu’elles réduisent la com­plexi­té du phé­no­mène consi­dé­ré et qu’elles ont, en quelque sorte, une vie propre : une fois qu’elles passent les fron­tières du champ scien­ti­fique pour ren­trer dans le monde social, elles fonc­tionnent jus­te­ment comme des méta­phores, c’est-à-dire que cha­cun y voit ce qu’il veut. C’est exac­te­ment ce qu’il se passe avec la « mala­die » popu­liste. Canovan s’inquiétait déjà de l’usage de cette méta­phore par les spé­cia­listes du popu­lisme dans son article « Trust the People ».

« Est-ce un hasard si sont jugés popu­listes uni­que­ment les réfé­ren­dums qui tournent mal, c’est-à-dire ceux qui abou­tissent à la déci­sion contraire à celle fai­sant consen­sus dans la classe politique ? »

Maintenant, tout en gar­dant ces réserves à l’esprit, quelle serait la méta­phore adap­tée à ce phé­no­mène social qu’est la genèse du popu­lisme ? Il faut avant tout évi­ter les pires méta­phores, médi­cales et reli­gieuses, qui véhi­culent une vision mani­chéenne de la poli­tique et sug­gèrent l’idée que le monde social fonc­tion­ne­rait comme un ordre, comme un corps avec ses organes, de manière « nor­male » ou « patho­lo­gique ». Il fau­drait trou­ver une méta­phore qui décrive le pro­ces­sus d’émergence du popu­lisme comme radi­ca­li­sa­tion de la démo­cra­tie, puisque le popu­lisme se mani­feste tou­jours sous la forme de crises qui cherchent à refon­der la démo­cra­tie sur de nou­velles bases, à par­tir de ses « racines » pro­fondes : l’égalité, la jus­tice, la sou­ve­rai­ne­té popu­laire. Les méta­phores végé­tales seraient peut-être plus adap­tées, mais un peu loin­taines du monde social. Par consé­quent, je pense que la solu­tion la plus adap­tée — mais je suis socio­logue, pas poète (rires) —, ce serait d’avoir des méta­phores sonores. Par exemple la méta­phore de la dis­so­nance ou de l’arythmie. Dans une socié­té où la démo­cra­tie consti­tue la « musique de fond », le popu­lisme cor­res­pond à la pous­sée d’un cri sonore — fort, rapide et éphé­mère comme le sont toutes les crises popu­listes — de la part d’une par­tie de la socié­té. Cette méta­phore per­met­trait de mon­trer à quel point coexistent, dans les crises popu­listes, la logique de la démo­cra­tie ins­ti­tuée et sa « musique de fond », d’une part, et d’autre part la ten­ta­tive de créer une autre musique, de mettre dif­fé­rem­ment en musique la démo­cra­tie.

Vous dénon­cez la méfiance à l’égard des classes popu­laires que sous-tendent, par exemple, les cri­tiques des méca­nismes de démo­cra­tie directe récla­més par cer­tains mou­ve­ments popu­listes. Pierre Rosanvallon a publié un ouvrage dans lequel il cri­tique le méca­nisme réfé­ren­daire au nom de la mul­ti­pli­ca­tion des pro­ces­sus démo­cra­tiques et de la néces­si­té de frei­ner la prise de pou­voir de l’exécutif sur le légis­la­tif. Que pen­sez-vous de son analyse ? 

Si le réfé­ren­dum est limi­té à ce qui existe aujourd’hui en France — des réfé­ren­dums deman­dés et pré­pa­rés par les élus, enchaî­nés sans débat préa­lable, sans for­ma­tion des citoyens aux alter­na­tives en jeu, etc. —, il peut nuire à l’équilibre des pou­voirs entre l’exécutif et le légis­la­tif. Certes. Mais, bien que les théo­ri­ciens de la démo­cra­tie soient géné­ra­le­ment hos­tiles au réfé­ren­dum — Laurence Morel l’a mon­tré dans La Question du réfé­ren­dum —, une ana­lyse tech­nique plus pous­sée de la ques­tion révèle qu’il y a des avan­tages et des incon­vé­nients, comme pour tout mode de déci­sion poli­tique. Surtout, cette cri­tique du réfé­ren­dum comme « outil popu­liste » par excel­lence ne prend jamais en compte deux élé­ments. Le pre­mier, c’est que le réfé­ren­dum est tou­jours pen­sé à par­tir de son modèle ultra-majo­ri­taire : le réfé­ren­dum deman­dé par les élus. Mais je ne vois pas bien quels argu­ments on pour­rait oppo­ser à un réfé­ren­dum d’initiative citoyenne popu­laire. Cela rentre plei­ne­ment dans l’optique d’une démo­cra­tie mixte, dans laquelle plu­sieurs formes de légi­ti­mi­té démo­cra­tique s’articulent : la légi­ti­mi­té élec­tive, la légi­ti­mi­té directe, la légi­ti­mi­té par­ti­ci­pa­tive, etc. Le deuxième élé­ment pro­blé­ma­tique, c’est que les cri­tiques du réfé­ren­dum ne visent géné­ra­le­ment pas le dis­po­si­tif lui-même — de ce point de vue, Rosanvallon fait posi­ti­ve­ment excep­tion — mais plu­tôt l’incompétence des citoyens à juger de sujets tech­ni­que­ment com­plexes. C’est comme ça que le vote du Brexit a été appré­hen­dé en 2016 : on a culpa­bi­li­sé les élec­teurs d’avoir pris la « mau­vaise » déci­sion. Est-ce un hasard si sont jugés « popu­listes » uni­que­ment les réfé­ren­dums qui « tournent mal », c’est-à-dire ceux qui abou­tissent à la déci­sion contraire à celle fai­sant consen­sus dans la classe poli­tique, tant de centre gauche que de centre droit ?

[Tatsuya Tanaka]

Plus lar­ge­ment, que pen­sez-vous de la cri­tique du popu­lisme au nom de l’érosion des liber­tés démo­cra­tiques qu’il pro­dui­rait — du moins potentiellement ?

Qu’il faut l’étayer his­to­ri­que­ment. Il faut com­prendre cette éro­sion poten­tielle des liber­tés démo­cra­tiques dans le popu­lisme en reliant sys­té­ma­ti­que­ment le niveau ins­ti­tu­tion­nel de la poli­tique et son niveau « sou­ter­rain » : le ter­rain de la conflic­tua­li­té sociale. De ce point de vue, le livre de Rosanvallon pose dou­ble­ment pro­blème : trop léger sur le plan de l’investigation his­to­rique, il est uni­que­ment cen­tré sur la dimen­sion ins­ti­tu­tion­nelle de la poli­tique. Son angle de vue est hémi­plé­gique : il n’observe que les consé­quences juri­diques et ins­ti­tu­tion­nelles du popu­lisme. D’ailleurs, his­to­ri­que­ment, il fait du bona­par­tisme le cas par excel­lence du popu­lisme, ce qui ne va pas du tout de soi. Contrairement au narod­ni­chest­vo russe et au People’s Party éta­su­nien, qui se sont auto­dé­si­gnés comme popu­listes et dont les mili­tants ont écrit les pages de cette nou­velle idéo­lo­gie poli­tique, le Second Empire a don­né lieu en son temps à une qua­li­fi­ca­tion concep­tuelle bien dif­fé­rente : celle de « césa­risme ». Le terme fut intro­duit, comme un néo­lo­gisme, par Littré dans son Dictionnaire de la langue fran­çaise en 1863, pour dési­gner « la domi­na­tion […] des princes por­tés au gou­ver­ne­ment par la démo­cra­tie mais revê­tus du pou­voir abso­lu ». Littré son­geait pré­ci­sé­ment à Napoléon III. Il est pour le moins curieux qu’un his­to­rien comme Rosanvallon défi­nisse le popu­lisme à par­tir d’une expé­rience his­to­rique qui n’a, en termes de sources, aucun rap­port objec­tif avec les mani­fes­ta­tions fon­da­trices du phé­no­mène, sur les­quelles toute la lit­té­ra­ture spé­cia­li­sée s’accorde (le narod­nit­chest­vo, le People’s Party et les régimes natio­naux-popu­laires en Amérique latine). Or, à par­tir du bona­par­tisme, il est aisé de démon­trer que « des princes por­tés au gou­ver­ne­ment par la démo­cra­tie mais revê­tus du pou­voir abso­lu » finissent par éro­der les liber­tés démocratiques.

« Le popu­lisme, lorsqu’il s’institutionnalise, met tou­jours en jeu une alchi­mie com­plexe entre l’érosion de cer­taines liber­tés et l’élargissement de cer­tains droits. »

Cela dit, le constat de cette éro­sion est en par­tie cor­rect : quand on observe les popu­lismes ins­ti­tu­tion­na­li­sés, notam­ment en Amérique latine, on remarque qu’ils ont effec­ti­ve­ment ten­dance à réduire cer­taines liber­tés démo­cra­tiques. D’où un cer­tain nombre de ques­tions : quelles liber­tés réduisent-ils ? pour­quoi ? quels en sont les effets ? La plu­part du temps, les liber­tés fra­gi­li­sées sont les liber­tés « libé­rales », c’est-à-dire les liber­tés que Isaiah Berlin appe­lait « néga­tives » : la liber­té de la socié­té d’être pro­té­gée vis-à-vis de l’État. L’État popu­liste va par exemple fer­mer des radios, limi­ter la liber­té de presse, res­treindre la liber­té syn­di­cale. Mais, à côté de ça, on élar­git d’autres liber­tés : les liber­tés que Berlin appe­lait « posi­tives », celles liées à de nou­velles capa­ci­tés col­lec­tives. Les États popu­listes créent de nou­veaux droits for­mels, comme les droits sociaux des tra­vailleurs ou le droit de vote pour les femmes (en Argentine et en Équateur, par exemple). Ils pro­meuvent des droits sub­stan­tiels, liés à la démo­cra­ti­sa­tion du tra­vail, de l’école, de la culture, de l’Université : de nou­velles chances pour les groupes défa­vo­ri­sés d’accéder à des res­sources valo­ri­sées. Ils élar­gissent enfin des droits qui sont de l’ordre du sym­bo­lique ; ils font entrer de plain-pied les classes popu­laires dans la repré­sen­ta­tion légi­time du monde social. Il faut prendre en compte cette com­plexi­té. Le popu­lisme, lorsqu’il s’institutionnalise, met tou­jours en jeu une alchi­mie com­plexe entre l’érosion de cer­taines liber­tés et l’élargissement de cer­tains droits. Est-ce que, une fois faites les sommes et les sous­trac­tions, le popu­lisme réduit glo­ba­le­ment les liber­tés ? Si on a une théo­rie libé­rale de la démo­cra­tie en tête, on consi­dé­re­ra que la somme mathé­ma­tique des deux pro­ces­sus conduit à une réduc­tion glo­bale des liber­tés. Cependant, cette réduc­tion ne sera peut-être pas per­çue comme telle par de nom­breux indi­vi­dus qui, comme le signa­lait Gino Germani pour les péro­nistes en Argentine, auront plu­tôt l’impression d’avoir gagné de nou­veaux droits.

Vous évo­quez aus­si la concep­tion du popu­lisme comme « moment » et phé­no­mène tran­si­toire. Pourriez-vous déve­lop­per cette concep­tion et la dif­fé­ren­cier, si néces­saire, des autres approches qui uti­lisent la même expres­sion — pen­sons à Laclau et Mouffe, et à leur uti­li­sa­tion des concepts gram­sciens de crise orga­nique ou de dislocation ?

J’ai abou­ti à ce concept de « moment popu­liste » en obser­vant les tra­vaux clas­siques des années 1960, 70, 80 (Gellner et Ionescu, Canovan, Di Tella, Germani, etc.) et en remar­quant qu’ils étaient han­tés par la ques­tion de la qua­li­fi­ca­tion de tel ou tel mou­ve­ment poli­tique comme popu­liste. Et, au fond, je pense que les études contem­po­raines ne sont pas sor­ties de cette ques­tion, qu’on ne cesse de res­sas­ser, dans des listes qui ne cessent de s’agrandir, parce qu’on met dans cette caté­go­rie de plus en plus de mou­ve­ments qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. J’ai donc cher­ché à poser la ques­tion dif­fé­rem­ment, en émet­tant l’hypothèse que le popu­lisme ne fut pas un mou­ve­ment mais un moment de la démo­cra­tie : une série de moments cri­tiques dans l’histoire des démo­cra­ties repré­sen­ta­tives libé­rales. L’une des constantes dans les popu­lismes his­to­riques que je com­pare, c’est qu’ils appa­raissent tou­jours dans une confi­gu­ra­tion de crise et qu’ils suivent ensuite un rythme ter­naire, qui, lui, est com­pa­rable d’un mou­ve­ment à l’autre : une séquence de crise, une séquence de mobi­li­sa­tion et, le cas échéant, une séquence d’institutionnalisation spécifique.

[Tatsuya Tanaka]

Ensuite je trouve que ce concept de « moment » est par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant par la vision stochastique2 du popu­lisme qu’il auto­rise, à rebours des expli­ca­tions déter­mi­nistes. Dans une confi­gu­ra­tion de crise de l’ordre poli­tique, et lorsque la crise se déve­loppe d’une cer­taine manière, il y a la pos­si­bi­li­té qu’un popu­lisme naisse. Cela advient dans un cas bien spé­ci­fique : lorsqu’une crise socio-éco­no­mique inter­vient dans un contexte de forte hausse des inéga­li­tés et est inter­pré­tée par la grande majo­ri­té des classes infé­rieures comme un pro­blème démo­cra­tique. Il n’y a rien d’automatique là-dedans : la res­pon­sa­bi­li­té d’une crise peut être attri­buée, par exemple, à des boucs émis­saires raciaux ou reli­gieux ; dans le popu­lisme, elle est attri­buée aux élites, jugées cou­pables d’avoir confis­qué la démo­cra­tie. La contes­ta­tion sociale réunit alors dif­fé­rents groupes sociaux, aux inté­rêts poten­tiel­le­ment diver­gents : c’est toute la dif­fé­rence avec les mobi­li­sa­tions socia­listes ou com­mu­nistes, qui se font sur la base de l’appartenance de classe. Cette mobi­li­sa­tion peut se doter, au moment de son ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion poli­tique, d’un lea­der cha­ris­ma­tique, qui per­met de cana­li­ser les reven­di­ca­tions plu­rielles dans l’espace par­ti­san. C’est ensuite l’évolution du moment popu­liste qui fera pen­cher la balance des « gains » et des « pertes » démo­cra­tiques, en fonc­tion de la place accor­dée au lea­der et de l’autonomie rela­tive de la mobi­li­sa­tion. Comme tout phé­no­mène de crise, le popu­lisme évo­lue en fonc­tion de la confi­gu­ra­tion qu’il crée dans l’espace politique.

« Qu’y a‑t-il de com­mun entre la poli­tique contre-hégé­mo­nique de Podemos, qui incite le peuple à reven­di­quer des droits sociaux contre le néo­li­bé­ra­lisme aus­té­ri­taire, et celle de Trump, qui pousse le peuple à détruire les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques par la violence ? »

Cela sup­pose aus­si qu’une mobi­li­sa­tion peut chan­ger sui­vant les cir­cons­tances : un mou­ve­ment social peut emprun­ter à l’opposition « peuple-élite » lors d’un moment popu­liste, pas de toute éter­ni­té. Enfin, par rap­port à Laclau et Mouffe, je com­men­ce­rais par dire qu’il y a beau­coup d’affinités entre nos ana­lyses. Nous par­ta­geons l’idée que dans les crises popu­listes, les repères sociaux, poli­tiques et ins­ti­tu­tion­nels défaillent — en un mot, l’hégé­mo­nie défaille : on assiste à sa dis­lo­ca­tion, c’est-à-dire que tout ce qui était consen­suel aupa­ra­vant fait désor­mais dis­sen­sus. En revanche, je suis en désac­cord avec l’interprétation pure­ment dis­cur­sive de l’hégémonie — et donc du popu­lisme — que pro­posent Laclau et Mouffe : elle me semble très loin de la concep­tua­li­sa­tion gram­scienne. Alors que Gramsci ne perd jamais de vue la conflic­tua­li­té sociale, dans toute sa maté­ria­li­té his­to­rique, Laclau et Mouffe la réduisent à leur dimen­sion dis­cur­sive : d’un côté on a le dis­cours du pou­voir, qui est le gar­dien de l’hégémonie en place, de l’autre le dis­cours por­té par les mobi­li­sa­tions contre-hégé­mo­niques. Par consé­quent, la bataille hégé­mo­nique, ce que Gramsci appe­lait la « guerre de posi­tion », se réduit à une simple lutte dis­cur­sive entre un dis­cours du pou­voir et un contre-dis­cours. C’est très réduc­teur pour l’analyse du moment populiste.

Cela pousse à consi­dé­rer que chaque fois qu’un contre-dis­cours s’empare de la sou­ve­rai­ne­té du peuple pour l’opposer au pou­voir en place, on a affaire à du popu­lisme. Cela, quelle que soit la défi­ni­tion don­née de la sou­ve­rai­ne­té du peuple et l’alternative poli­tique défen­due vis-à-vis de l’ordre en place. Laclau et Mouffe par­viennent ain­si à la conclu­sion apo­ré­tique que le popu­lisme serait l’essence même (ago­nis­tique) de la poli­tique démo­cra­tique, lors même qu’il qua­li­fie aus­si, dans leur ana­lyse, des mou­ve­ments d’extrême droite xéno­phobe (les « popu­lismes de droite ») qui prônent une défi­ni­tion excluante et/ou auto­ri­taire de la démo­cra­tie. Qu’y a‑t-il de com­mun, en termes de pro­jet démo­cra­tique, entre la poli­tique contre-hégé­mo­nique de Podemos, qui incite le peuple à reven­di­quer des droits sociaux contre le néo­li­bé­ra­lisme aus­té­ri­taire, et celle de Trump, qui pousse le peuple à détruire les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques par la violence ?

[Tatsuya Tanaka]

Dans La Raison popu­liste, Laclau prend le bou­lan­gisme comme un cas arché­ty­pal de popu­lisme. Vous pro­po­sez au contraire de le consi­dé­rer comme un cas emblé­ma­tique de fas­cisme — à ne pas confondre, donc, avec le populisme.

Pourquoi le bou­lan­gisme est-il consi­dé­ré comme un cas arché­ty­pal par la théo­rie dis­cur­sive du popu­lisme ? Car il met en scène un lea­der cha­ris­ma­tique, le géné­ral Boulanger, qui arti­cule, autour du peuple, les posi­tions du « sol­dat », de l’« ouvrier » et du « pay­san », tout en deve­nant lui-même le signi­fiant vide de cette arti­cu­la­tion. Cette inter­pré­ta­tion pour­rait s’appliquer à peu près à tous les moments de crise poli­tique dans les­quels émerge un dis­cours alter­na­tif à celui du pou­voir ! Qu’il s’agisse d’un dis­cours d’extrême droite, d’extrême gauche, cen­triste, social-démo­crate, ou autre. Cela ne se limite pas à Boulanger, d’ailleurs ; pour Laclau, Hitler, Mussolini, Atatürk, Berlinguer et Togliatti furent popu­listes. À cet égard, le cas de Boulanger est par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant pour dif­fé­ren­cier le popu­lisme et le fas­cisme, car contrai­re­ment à ce qu’on lit sou­vent, le bou­lan­gisme ne fut pas du tout une crise popu­liste. Comme le montre l’historien Zeev Sternhell, l’épisode bou­lan­giste incarne plu­tôt les pro­dromes d’un fas­cisme qui, heu­reu­se­ment, n’a pas vu le jour sous sa forme ins­ti­tu­tion­nelle en France, mais qui y était latent depuis la fin du XIXe siècle. À tel point qu’on peut consi­dé­rer que la France a inven­té l’idéologie fas­ciste, avec Boulanger d’abord et l’Action fran­çaise ensuite, bien avant que cette idéo­lo­gie ne s’institutionnalise en Italie. Cette thèse per­met de cri­ti­quer la sup­po­sée « excep­tion fas­ciste » française.

« Les écrits des popu­listes russes, les pra­tiques mili­tantes du People’s Party et les réa­li­sa­tions ins­ti­tu­tion­nelles des popu­lismes lati­no-amé­ri­cains montrent clai­re­ment la teneur démo­cra­tique du populisme. »

J’ajouterais qu’on remarque deux énormes dif­fé­rences par rap­port aux cas his­to­riques du popu­lisme. La pre­mière, c’est l’absence d’une idéo­lo­gie démo­cra­tique conso­li­dée. Il y a chez Boulanger un appel à la refon­da­tion répu­bli­caine, mais qui est aus­si indis­so­cia­ble­ment un appel à la refon­da­tion natio­nale. Ne s’étant jamais concré­ti­sé dans l’assemblée consti­tuante qu’il appe­lait de ses vœux, nous ne sau­rons jamais si cet appel était un simple clin d’œil déma­go­gique ou un authen­tique pro­jet démo­cra­tique — ce dont on peut légi­ti­me­ment dou­ter, en rai­son du sou­tien mas­sif que Boulanger reçut de la part des monar­chistes, qui voyaient en lui un cham­pion de la res­tau­ra­tion monar­chique. Bien au contraire, les écrits des popu­listes russes, les pra­tiques mili­tantes du People’s Party et les réa­li­sa­tions ins­ti­tu­tion­nelles des popu­lismes lati­no-amé­ri­cains montrent clai­re­ment la teneur démo­cra­tique du popu­lisme. La deuxième grande dif­fé­rence avec ces expé­riences, c’est que celles-ci met­taient sys­té­ma­ti­que­ment l’accent sur la par­ti­ci­pa­tion popu­laire et se dotaient d’institutions per­met­tant de la réa­li­ser. C’est le cas du Mir en Russie, de la pla­te­forme coopé­ra­tive rurale aux États-Unis, des comi­tés d’habitants et des sec­tions syn­di­cales locales en Amérique latine. Les seuls élé­ments poten­tiel­le­ment com­pa­rables dans le bou­lan­gisme, ce sont les comi­tés répu­bli­cains natio­naux locaux (les sec­tions locales du comi­té répu­bli­cain natio­nal, le par­ti de Boulanger), mais ceux-ci n’encourageaient pas du tout la par­ti­ci­pa­tion popu­laire et s’apparentaient sim­ple­ment à des sec­tions locales du par­ti. Donc il n’y a jamais eu de par­ti­ci­pa­tion popu­laire à pro­pre­ment par­ler dans l’expérience bou­lan­giste. Si ces élé­ments ne suf­fi­saient pas, on peut aus­si faire remar­quer que, dès 1892, les rangs bou­lan­gistes ont été mas­si­ve­ment acquis à la cause anti­sé­mite, mal­gré quelques résis­tances mar­gi­nales. Les cadres du par­ti par­ta­geaient donc une vision du peuple au mieux natio­nale, au pire nati­viste et raciste.

Vous sou­li­gnez le carac­tère para­doxal de tout moment popu­liste, condam­né à mou­rir en se réa­li­sant. On pour­rait lire ça comme un para­doxe démo­cra­tique. Si, en sui­vant Claude Lefort, la démo­cra­tie se carac­té­rise par son ouver­ture à des pro­ces­sus d’émancipation qui ne peuvent jamais être com­plè­te­ment réa­li­sés, le popu­lisme n’est-il pas de ce point de vue plus démo­cra­tique que le mes­sia­nisme mar­xiste ou le libé­ra­lisme procédural ?

Absolument. La dif­fi­cul­té, c’est qu’il n’existe pas de mani­feste popu­liste dans l’Histoire, au contraire des autres idéo­lo­gies poli­tiques. Mais s’il y en avait eu un, je crois qu’il aurait effec­ti­ve­ment tout misé sur les para­doxes consti­tu­tifs de la démo­cra­tie. Le popu­lisme s’installe au cœur de la ten­sion entre deux accep­tions de la démo­cra­tie : l’acception uto­pique ou rédemp­trice, qui fait pri­mer le conflit (y com­pris contre la démo­cra­tie elle-même), et l’acception pro­cé­du­rale ou prag­ma­tique, qui fait pré­va­loir la sta­bi­li­té de l’ordre démo­cra­tique. En jouant sur cette ten­sion, le popu­lisme émet une cri­tique vis-à-vis du libé­ra­lisme, qui est une pen­sée de la deuxième accep­tion contre la pre­mière, tout en pro­po­sant une voie alter­na­tive à celle du mes­sia­nisme mar­xiste. Certes, par rap­port au mar­xisme, le popu­lisme peut être cri­ti­qué au motif qu’il laisse de côté la ques­tion du capi­ta­lisme et de l’exploitation tant humaine que natu­relle qui lui est consub­stan­tielle ; cela dit, il montre qu’une récon­ci­lia­tion défi­ni­tive de la socié­té est impos­sible par défi­ni­tion et invite à culti­ver de façon per­ma­nente le conflit en démo­cra­tie. Cela génère beau­coup de dif­fi­cul­tés lorsque le popu­lisme cherche à s’institutionnaliser et à durer, d’une part parce que le dépla­ce­ment de cette conflic­tua­li­té à l’échelle de l’État ajoute des ten­sions sup­plé­men­taires, et, d’autre part, parce que la pola­ri­sa­tion peuple ver­sus élites tend à « fati­guer », si je puis dire, les sociétés.

[Tatsuya Tanaka]

S’il y a un texte qui résume ce rap­port du popu­lisme à la démo­cra­tie, c’est peut-être une bro­chure de Perón qui, publiée en 1952, ser­vait à for­mer les jeunes cadres du par­ti jus­ti­cia­liste en Argentine3. Le géné­ral y affir­mait deux choses. La pre­mière, c’est le pri­mat de la par­ti­ci­pa­tion et de l’autonomie popu­laires : le peuple doit s’organiser et com­mu­ni­quer ses reven­di­ca­tions à l’État, notam­ment via les syn­di­cats et les « uni­dades bási­cas » (sec­tions mili­tantes locales). Ensuite, la « rai­son d’État » pous­se­ra Perón à contrô­ler et enré­gi­men­ter de plus en plus ces ins­ti­tu­tions de l’autonomie popu­laire… La deuxième chose, c’est que le jus­ti­cia­lisme est une révo­lu­tion démo­cra­tique per­ma­nente. Perón reprend en quelque sorte la rhé­to­rique de la révo­lu­tion per­ma­nente de Trotsky — mal­gré sa forte oppo­si­tion au mar­xisme — et l’adapte à la ques­tion démo­cra­tique. Cela revient à dire qu’on n’aura jamais fini de démo­cra­ti­ser une socié­té, parce que le peuple aura tou­jours des reven­di­ca­tions de droits, d’égalité, de jus­tice, de dignité.

La France insou­mise semble rede­ve­nir un par­ti de gauche clas­sique, Podemos appa­raît comme une simple forme renou­ve­lée de la gauche com­mu­niste espa­gnole, le M5S — après son aven­ture avec la Ligue du Nord —, s’est allié au Parti démo­crate. Comment inter­pré­tez-vous ces changements ?

« Le moment popu­liste n’est pas près de se clore, mais les stra­té­gies de ces par­tis-mou­ve­ments ont évolué. »

Ces trois par­tis-mou­ve­ments du popu­lisme de gauche en Europe ont effec­ti­ve­ment évo­lué depuis la publi­ca­tion de mon livre. Avec Syriza, ils ont été les pro­ta­go­nistes du moment cri­tique des démo­cra­ties néo­li­bé­rales après la crise finan­cière de 2008. Le moment popu­liste n’est pas près de se clore, mais les stra­té­gies de ces par­tis-mou­ve­ments ont évo­lué. L’ADN de Podemos est en train de chan­ger, suite à la que­relle des deux lea­ders cha­ris­ma­tiques, Pablo Iglesias et Iñigo Errejón. Leurs diver­gences por­taient prin­ci­pa­le­ment sur l’alliance pos­sible avec l’extrême gauche, donc sur le fait de se pla­cer de façon claire à gauche de l’échiquier poli­tique, en aban­don­nant l’hypothèse ini­tiale d’un dis­cours « peuple ver­sus élite » capable de fédé­rer aus­si une par­tie de l’électorat de droite. Le chan­ge­ment de Podemos doit beau­coup à l’alliance pro­gram­ma­tique avec le PSOE. L’une des pers­pec­tives les plus réa­listes du popu­lisme en Europe, c’est jus­te­ment de pous­ser vers des alliances de ce type-là, entre l’aile gauche des par­tis sociaux-démo­crates et les par­tis popu­listes. Ces alliances per­mettent un équi­libre inté­res­sant : elles attirent à gauche des par­tis sociaux-démo­crates en chute libre pour ne pas avoir su renou­ve­ler leur dis­cours (social-libé­ral) après la crise de 2008 et elles cor­rigent les ten­dances « natu­relles » du popu­lisme à la pola­ri­sa­tion et au per­son­na­lisme, en les rame­nant dans les pro­cé­dures plus clas­siques de la démo­cra­tie libé­rale. En défi­ni­tive, on se retrouve avec une sorte de front popu­laire, une alliance de toute la gauche contre le libé­ra­lisme économique.

Pour Chantal Mouffe, le popu­lisme de gauche reste la voie royale pour une poli­tique pro­gres­siste en Europe au XXIe siècle…

Il faut sou­li­gner que la façon dont cer­tains, dont elle, ont trans­for­mé l’analyse du popu­lisme en stra­té­gie élec­to­rale a fait des dégâts. D’une part, cela a conduit à sim­pli­fier énor­mé­ment les choses et sous-esti­mer les contra­dic­tions consti­tu­tives du popu­lisme, en en fai­sant en effet « la voie royale » pour sor­tir de nos mal­heurs démo­cra­tiques. D’autre part, cette stra­té­gie a aus­si été mal menée, puisqu’elle a sou­vent consis­té à trou­ver un point com­mun entre les causes démo­cra­tiques sup­po­sées latentes de l’extrême droite et les causes démo­cra­tiques expli­cites, réelles, de l’extrême gauche. Il est évident qu’une telle stra­té­gie ne peut trou­ver son point d’équilibre que dans la matrice natio­na­liste. Que peut-il y avoir de com­mun entre des pseu­do-reven­di­ca­tions démo­cra­tiques de l’extrême droite et celles de l’extrême gauche, si ce n’est l’idée de refon­der l’État-providence sur une base pure­ment natio­nale ? Une telle cri­tique natio­na­liste des poli­tiques néo­li­bé­rales ne plaît pas à beau­coup de mili­tants de Podemos, qui avaient déjà mal vécu l’évolution per­son­na­liste et auto­ri­taire du par­ti par rap­port à ses débuts extrê­me­ment par­ti­ci­pa­tifs, et qui voient d’un mau­vais œil une stra­té­gie qui consiste à flat­ter des élec­teurs qu’ils n’ont pas envie de voir dans le mouvement.

[Tatsuya Tanaka]

C’est éga­le­ment ce qui s’est pas­sé avec la France insou­mise. Elle a com­men­cé à perdre des voix dès lors que Mélenchon s’est ran­gé à cette stra­té­gie — à mon avis condam­née à l’échec. C’est un pro­blème qui est indis­so­cia­ble­ment stra­té­gique et ana­ly­tique chez Mouffe. Analytique, parce qu’elle consi­dère, sans enquêtes socio­lo­giques à l’appui, qu’il y a des reven­di­ca­tions démo­cra­tiques latentes dans la xéno­pho­bie des par­tis de droite. « Comme en témoigne le popu­lisme de droite, écrit-elle en 2018, des demandes démo­cra­tiques peuvent être expri­mées dans un voca­bu­laire xéno­phobe » ; aus­si, « il est néces­saire de recon­naître le noyau démo­cra­tique d’une grande par­tie des demandes que [les popu­lismes de droite] expriment ». Dans un article sur le FPÖ autri­chien, écrit en 2002, elle écri­vait que les « franges nos­tal­giques ne repré­sentent qu’une très petite par­tie de son élec­to­rat » et que « quoique indé­niables, les réfé­rences à l’ère nazie ne tiennent pas une place impor­tante dans l’idéologie du par­ti ». Selon elle, l’idéologie du FPÖ consis­tait plu­tôt à valo­ri­ser la sou­ve­rai­ne­té popu­laire en démo­cra­tie, en défen­dant, en par­ti­cu­lier, la néces­si­té de consul­ter le peuple en matière d’immigration et de mul­ti­cul­tu­ra­lisme. Cependant, le pas­sage du par­ti au pou­voir (2000–2007, 2017–2019) montre le carac­tère irréa­liste de cette hypo­thèse : le FPÖ n’a avan­cé aucune pro­po­si­tion concrète visant à réta­blir la « sou­ve­rai­ne­té popu­laire » en démocratie.

Son « dis­cours démo­cra­tique » n’a été, en réa­li­té, que l’habillage déma­go­gique d’une idéo­lo­gie sub­stan­tiel­le­ment raciste et xéno­phobe, héri­tée du nazisme, et tout à fait com­pa­tible, comme lui, avec une poli­tique éco­no­mique pro-élites. De cette erreur ana­ly­tique découle l’erreur stra­té­gique : selon Mouffe, il incom­be­rait alors au popu­lisme de gauche de « fédé­rer les demandes démo­cra­tiques en une volon­té col­lec­tive pour construire un nous, un peuple uni contre un adver­saire com­mun : l’oligarchie. Cela exige d’établir une chaîne d’équivalences entre les demandes des tra­vailleurs, des immi­grés et de la classe moyenne en voie de pré­ca­ri­sa­tion, de même qu’entre d’autres demandes démo­cra­tiques, comme celles por­tées par la com­mu­nau­té LGBT ». Étrange pari que de rapa­trier à l’extrême gauche des élec­teurs d’extrême droite en s’appuyant sur l’une des prin­ci­pales rai­sons pour les­quelles ils votent à droite : exclure du peuple les immi­grés et les homo­sexuels ! Une telle stra­té­gie poli­tique à gauche ne peut qu’être décep­tive pour les mili­tants qui adhèrent à ces par­tis, jus­te­ment parce qu’ils se consi­dèrent de gauche.


Photographies de ban­nière et de vignette : Tatsuya Tanaka

  1. Courant poli­tique de pays peu­plés d’im­mi­grants (États-Unis d’Amérique, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande) qui s’op­pose à toute nou­velle immi­gra­tion.
  2. Qui se pro­duit par l’ef­fet du hasard.
  3. Juan Domingo Perón, Conducción poli­ti­ca, Buenos Aires, Ediciones « Mundo Peronista », 1952.

REBONDS

☰ Lire notre article : « Populisme par­tout, popu­lisme nul part », par Arthur Borriello, juin 2020
☰ Lire notre entre­tien avec Federico Tarragoni : « Le popu­lisme a une dimen­sion démo­cra­tique radi­cale », novembre 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Starquit : « Les vrais radi­ca­li­sés sont au pou­voir », juillet 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Serge Halimi : « Pas de conver­gence des luttes sans une pers­pec­tive poli­tique », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Danièle Obono : « Il faut tou­jours être dans le mou­ve­ment de masse », juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017
Sur le même sujet :
Arthur Borriello
Arthur Borriello

Arthur Borriello est politologue et supporter acharné du SSC Napoli. Spécialiste de l'analyse du discours politique, il travaille actuellement sur les populismes sud-européens.

Découvrir d'autres articles de

Anton Jäger
Anton Jäger

Anton Jäger est doctorant à l’Université de Cambridge. Il travaille notamment sur le populisme, l’histoire intellectuelle et la question du travail.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro sortira en librairie le 21 mai ! Vous pouvez le précommander dès maintenant. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.