Turquie, PKK et civils kurdes d’Irak sous tirs croisés


Texte inédit pour le site de Ballast

Depuis des décen­nies, un conflit plus ou moins lar­vé oppose le Parti des tra­vailleurs du Kurdistan (PKK) à l’armée turque. Le groupe armé — fon­dé en 1978 et clas­sé sur la liste des orga­ni­sa­tions ter­ro­ristes par la Turquie, l’Union euro­péenne et les États-Unis — reven­dique la libé­ra­tion et l’émancipation du peuple kurde, oppri­mé de longue date par les puis­sances régio­nales : d’abord sépa­ra­tiste et rude­ment mar­xiste-léni­niste, le PKK assure désor­mais pro­po­ser une alter­na­tive fédé­rale (« Nous avons chan­gé », expli­qua l’un de ses cadres au début des années 2000, appe­lant à une « Société éco­lo­gique et démo­cra­tique »). Si les insur­gés — tra­vaillant, selon les mots d’un ancien com­man­dant, « 24 heures sur 24 pour la révo­lu­tion » — ont pris l’habitude de se replier dans les mon­tagnes des pays voi­sins, comme en Irak, cela n’empêche pas l’aviation turque de faire des excur­sions au-delà de son ter­ri­toire et de frap­per les zones de refuge des com­bat­tants… au risque de faire un nombre de vic­times civiles consi­dé­rable, et ce sans la moindre pro­tes­ta­tion de la part de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale. Reportage dans les monts Qandil et les val­lées du Kurdistan ira­kien. ☰ Par Sylvain Mercadier


Lire en espa­gnol (español)


On ne passe pas aisé­ment le col de Kortek pour accé­der aux monts Qandil. À la sor­tie de la ville de Sangasar, les sol­dats de l’UPK — l’Union Patriotique du Kurdistan — scrutent minu­tieu­se­ment chaque voi­ture et ques­tionnent chaque étran­ger sur la rai­son de son pas­sage dans cette zone. Une fois cette for­ma­li­té rem­plie, on peut s’engouffrer dans la val­lée de Barawa qui mène au ter­ri­toire défen­du. Quelques kilo­mètres plus loin, un check­point volant de sen­ti­nelles du PKK ne man­que­ra pas de faire arrê­ter à son tour notre véhi­cule. Le contraste avec le bar­rage de l’UPK est sai­sis­sant : d’un coté, des sol­dats en tenue mili­taire clas­sique, pos­tés der­rière des gué­rites et béné­fi­ciant d’infrastructures dignes de ce nom ; de l’autre, deux jeunes hommes vêtus du shir­wal kaki des havals, les « cama­rades » du PKK, avec gre­nades har­na­chées, kalach­ni­kov en ban­dou­lière et ceme­da­ni 1Coiffe tra­di­tion­nelle kurde. sur­mon­tant leur visage bron­zé. Seul moyen de com­mu­ni­ca­tion appa­rent : un vieux Nokia qui peut se décon­nec­ter en deux secondes en enle­vant la bat­te­rie. Les drones et l’aviation turcs rodent quo­ti­dien­ne­ment dans les parages. Il suf­fit de men­tion­ner le nom du contact qui nous attend de l’autre coté du col pour que des sou­rires viennent rem­pla­cer les regards vigi­lants des deux gar­diens de la val­lée. Avant de nous lais­ser pas­ser, une der­nière ques­tion : « Vous n’avez pas d’armes sur vous par hasard ? »

« Seul moyen de com­mu­ni­ca­tion appa­rent : un vieux Nokia qui peut se décon­nec­ter en deux secondes en enle­vant la bat­te­rie. »

Au fond de la val­lée, le bitume qui sinuait le long du tor­rent laisse sou­dai­ne­ment place à une route qui prend d’assaut la pente dans des lacets res­ser­rés, en direc­tion de la passe de Kortek. En quelques minutes, on atteint le col. Quelques mètres aupa­ra­vant, on aura remar­qué un édi­fice peu com­mun : sous un abri en tôle a été construit un monu­ment dédié aux sept vic­times d’un bom­bar­de­ment turc qui eut lieu en août 2011. La car­casse de la voi­ture dans laquelle se trou­vait cette famille com­por­tant plu­sieurs enfants jouxte le monu­ment. Cinquante mètres plus loin, le mur déchi­que­té par l’explosion a été lais­sé en l’état, sur lequel a été acco­lé le por­trait des vic­times. Passé le col, c’est le mont Qandil dans toute sa beau­té sau­vage qui appa­raît — les lumières dorées des herbes sèches contrastent avec les bos­quets vert sombre des chênes qui par­sèment les pentes arides.

Quelques signaux viennent rap­pe­ler qu’on entre dans le cœur d’un des plus grands bas­tions du PKK : un large por­trait d’Apo2De son vrai nom Abdullah Öcalan : lea­der du PKK et théo­ri­cien du Confédéralisme démo­cra­tique. Vénéré par les membres de son par­ti, il purge une peine de pri­son à vie en Turquie depuis son enlè­ve­ment au Kenya, par les ser­vices secrets turcs et avec la com­pli­ci­té du Mossad comme de la CIA. a été des­si­né sur un talus face à la route ; des dra­peaux du Parti des tra­vailleurs kurdes flottent sur les col­lines avoi­si­nantes. Dans le bas de la val­lée, étran­ge­ment calme, le contact est éta­bli avec nos guides locaux, deux havals en civil. Zagros et Dervish3Les membres du PKK uti­lisent un nom de guerre. En prin­cipe, aucun com­bat­tant ne connaît le véri­table nom de ses cama­rades. nous reçoivent aima­ble­ment ; nous pre­nons place dans une jeep. Nous repre­nons la route, direc­tion Zargala, un hameau sinis­tré. En che­min, Zagros raconte l’histoire de cette val­lée que le PKK conquit par la force aux pesh­mer­gas de l’UPK et du PDK. Durant les guerres fra­tri­cides qui oppo­sèrent ces deux par­tis dans les années 1990, le PKK com­men­ça à s’implanter dans le maquis et entra en riva­li­té avec l’UPK, qui avait pris le des­sus sur son rival : le pre­mier finit par arra­cher la mon­tagne au contrôle de la seconde et ne l’a plus quit­té depuis. Sa pré­sence est tolé­rée par les deux forces poli­tiques du Kurdistan ira­kien, qui ne s’aventurent plus au-delà de leurs avant-postes — la val­lée du mont Qandil devint alors une base arrière hau­te­ment stra­té­gique entre la Turquie, l’Iran et l’Irak. À Zargala, tout semble désert. Nous nous garons devant un bâti­ment dont la façade est une large vitrine ; « le monu­ment aux mar­tyrs de Qandil », pré­cise une pan­carte au des­sus de l’entrée.

Maison de la femme morte à Zargala, durant un bom­bar­de­ment (par l’auteur)

À l’intérieur, des plaques com­mé­mo­ra­tives rap­pellent les tra­gé­dies qui ont endeuillée la val­lée. Les por­traits de vic­times sont dis­po­sés sur les murs avec quelques lignes afin d’indiquer les cir­cons­tances de leur dis­pa­ri­tion. Des proches sont venus dépo­ser des fleurs et entre­tiennent le lieu. Derrière la bâtisse se trouve le site d’un drame qui explique le silence pesant qui règne dans le vil­lage. Des amas de briques et de tôle sont amon­ce­lés ; une dalle de béton écra­sée jonche le sol ; plus loin, une mai­son en vieilles pierres connaît le même sort. Deux salves d’une attaque meur­trière : sept per­sonnes périrent en ten­tant de sau­ver une vieille dame bles­sée lors de la pre­mière. « Les habi­tants de ce vil­lage ont pris peur, ils ont quit­té la val­lée et ont retrou­vé des proches à Ranyeh, à une cin­quan­taine de kilo­mètres de là », pré­cise Zagros. À Qandil, la mort vient géné­ra­le­ment du ciel, sans pré­ve­nir, tel un rapace qui fond sur sa proie.

« À Qandil, la mort vient géné­ra­le­ment du ciel, sans pré­ve­nir, tel un rapace qui fond sur sa proie. »

Le conflit qui oppose le PKK à l’armée turque a déjà cau­sé plu­sieurs cen­taines de vic­times civiles dans les mon­tagnes du Kurdistan ira­kien. Qandil est l’une des régions les plus endeuillées du fait de l’implantation ancienne des insur­gés. Le PKK y gère même les muni­ci­pa­li­tés et fait res­pec­ter la loi. « Un arbre cou­pé, c’est 100 dol­lars d’amende », conti­nue Zagros. « La pro­tec­tion de la nature et la prise de conscience du besoin de pré­ser­ver les plantes en tant qu’écosystème est un des piliers de notre pro­gramme poli­tique. » Cette expli­ca­tion serait com­plète si l’on men­tion­nait le besoin qu’a le PKK de se fondre dans le décor pour échap­per à la menace du ciel. Les monts Qandil, bien qu’arides, pré­sentent effec­ti­ve­ment une végé­ta­tion plus dense que dans bien d’autres régions du Kurdistan. Mais, par endroits, on peut remar­quer des pans entiers de forêts car­bo­ni­sées. « Les bom­bar­de­ments turcs » lâche Zagros. « Ils ont incen­dié cette col­line il y a deux mois et nous n’avons pas réus­si à conte­nir l’incendie. Les frappes ne visaient aucune ins­tal­la­tion par­ti­cu­lière. Elles ont tou­ché un pan de forêt et déclen­ché un incen­die, c’est tout. Les com­po­sants chi­miques de ces armes pol­luent la val­lée. La terre est sté­rile de nom­breuses années autour des points d’impacts. » Dans un tour­nant, Zagros coupe le moteur. Nous sor­tons du véhi­cule et sui­vons un sen­tier qui se fraye un pas­sage entre les chênes. Bientôt, nous arri­vons dans une clai­rière spec­ta­cu­laire : il s’agit d’un cra­tère de plus de cinq mètres de dia­mètre et trois de pro­fon­deur. Des arbres autre­fois robustes gisent déchi­que­tés aux abords de l’orifice.

Sans dire un mot, Zagros redé­marre et nous repre­nons la route. Quelques kilo­mètres plus loin, nous garons le véhi­cule devant un monu­ment bien entre­te­nu et entou­ré de fleurs. « C’est la tombe d’Apê Hesen, l’ingénieur qui a construit le cime­tière des mar­tyrs. » En pas­sant un por­tique aux cou­leurs jaune, vert et rouge vives du Kurdistan, flan­qué d’une étoile rouge, on entre dans un sanc­tuaire en hom­mage aux mar­tyrs du PKK et de leurs orga­ni­sa­tions satel­lites, tom­bés en exer­cice. Dedans, les tombes scru­pu­leu­se­ment ali­gnées et fleu­ries honorent la mémoire de dizaines d’hommes et de femmes morts, pour cer­tains à des cen­taines de kilo­mètres de là, mais ayant sou­hai­té repo­ser dans ce cime­tière deve­nu un lieu de mémoire pres­ti­gieux pour ces com­bat­tants. « Même les morts n’échappent pas aux agres­sions de l’armée turque », lance Zagros. En contre­bas du cime­tière, un musée fon­dé en l’honneur des com­bat­tants a été rasé par les obus turcs il y a peu. Lui aus­si est lais­sé en l’état. « Les tombes des nou­veaux mar­tyrs sont som­maires pour le moment, mais elles seront amé­na­gées comme celles plus anciennes par la suite. Nous crai­gnons de faire trop de tra­vaux et d’attirer l’attention des drones pour le moment. » En contre­bas, un damier à taille humaine occupe une large place vide. « C’est le lieu de céré­mo­nie pour les mar­tyrs lors de leur mise en terre. Mais nous l’utilisons de moins en moins pour ne pas ris­quer une héca­tombe. »

Un ber­ger dans une val­lée des monts Qandil (par l’auteur)

En sor­tant du cime­tière, nous enga­geons la conver­sa­tion sur les méthodes de camou­flage qu’emploient les com­bat­tants pour trom­per la sur­veillance des drones turcs. Subitement, en plein milieu de l’échange, mes inter­lo­cu­teurs font silence. Ils s’immobilisent, concen­trés, et lèvent les yeux au ciel. « Il y a un drone. Il ne faut pas res­ter ici. » Dans le pickup, le wal­kie-tal­kie de Zagros gré­sille par inter­mit­tence. « Un avion vient de décol­ler d’une base turque. Il peut être ici dans moins de dix minutes. » Nous atten­dons un ins­tant et appre­nons fina­le­ment que la zone n’est pas mena­cée et que l’avion a bom­bar­dé une autre loca­li­té. Au bord de la route qui suit le fond de la val­lée des monts Qandil, nous nous rap­pro­chons d’un groupe de vil­la­geois. « Y en a-t-il par­mi vous qui ont subi des dom­mages dus aux bom­bar­de­ments turcs ? » Plusieurs acquiescent. Un vil­la­geois prend la parole et raconte son his­toire : « Mon éle­vage de volaille a été rasé et des mil­liers de pou­lets ont étés anéan­tis en quelques secondes. Notre mai­son était située a à peine une dizaine de mètres de l’élevage et nous avons tous étés trau­ma­ti­sés par cette expé­rience. Un éclat d’obus de la taille d’une assiette est venu se plan­ter entre mes deux enfants qui dor­maient dans le même lit. » Nous sui­vons notre témoin, qui nous conduit sur le site. Dans une clai­rière, les décombres de béton et de fer­raille encerclent un cra­tère béant plus large encore que les pré­cé­dents obser­vés.

« Un éclat d’obus de la taille d’une assiette est venu se plan­ter entre mes deux enfants qui dor­maient dans le même lit. »

« J’ai per­du une for­tune à cause de ces des­truc­tions. Je suis endet­té et je n’ai pas les moyens de relan­cer mon exploi­ta­tion. Les condi­tions de tra­vail sont dif­fi­ciles, ici, car les infra­struc­tures publiques sont limi­tées à cause des attaques. » Nous sommes rejoints par un ber­ger qui fait pâtu­rer ses bêtes dans la val­lée. « Je n’habite ici que huit mois de l’année. Nous tra­ver­sons la mon­tagne depuis Ranyeh dès que la neige fond et fai­sons le che­min inverse dès que nous sommes aux portes de l’hiver. En che­min, pen­dant les trois jours de marche qui séparent Ranyeh de la val­lée de Qandil, j’ai déjà subi des bom­bar­de­ments et per­du une par­tie de mon chep­tel. Les attaques viennent éga­le­ment des gardes-fron­tière ira­niens de l’autre coté de la mon­tagne. Nous ame­nons par­fois les bêtes pâtu­rer en Iran lorsque l’herbe se fait rare par ici et l’armée perse nous tire des­sus. On fait avec. Mais nous avons peur. C’est le prix à payer pour conti­nuer à faire ce que nos parents ont tou­jours fait. » Envisage-t-il de faire autre chose ? Il rit. « Faire quoi ? Je ne sais rien faire d’autre. C’est notre culture, notre fier­té. Je ne plie­rai pas face à la tyran­nie de ces enva­his­seurs. Nous occu­pons et pui­sons notre sub­sis­tance de ces mon­tagnes depuis tou­jours. »

Presque par­tout où nous nous ren­dons, les vil­la­geois saluent nos deux guides avec une cha­leur authen­tique — le sou­tien qu’ils leur apportent semble indé­fec­tible. Aux abords du check-point volant, les sen­ti­nelles passent sou­vent la tête à tra­vers la fenêtre de la voi­ture afin d’embrasser toute une famille. Parfois, pour­tant, une voi­ture s’avance sans le moindre geste ami­cal. « On ne te le dira jamais direc­te­ment, et sur­tout pas devant les membres du PKK, mais beau­coup d’habitants des monts Qandil sont fati­gués de la pré­sence du PKK. Ils veulent la sécu­ri­té. Ils sont las­sés de ce conflit qui leur coûte tant. Leur com­bat est légi­time, mais il menace par effet rico­chet la sécu­ri­té des habi­tants… et le PKK n’arrive pas à le voir », nous avoue un jeune Kurde ori­gi­naire de Suleymanieh, qui se rend régu­liè­re­ment aux monts Qandil. « J’ai beau­coup d’admiration pour eux, pour­suit-il, mais j’écoute les vil­la­geois et il y a un pro­blème à régler. » Qui incri­mi­ner ? L’armée turque agis­sant en toute impu­ni­té ou bien le PKK qui se camoufle au sein de zones habi­tées ? Les Turcs n’émettent pas les moindres excuses suite à leurs « bavures » à répé­ti­tion. Le PKK est consi­dé­ré comme une orga­ni­sa­tion ter­ro­riste et les inté­rêts stra­té­giques de l’État turcs excluent toute consi­dé­ra­tion de déses­ca­lade à l’heure actuelle. L’intransigeance d’Erdogan a d’ailleurs mis un terme au ces­sez-le-feu qui régnait au Kurdistan pen­dant deux ans (2013–2015) et relan­cé la machine de guerre.

Une famille de vic­times d’un bom­bar­de­ment reçoit des proches lors d’une céré­mo­nie de condo­léances (par l’auteur)

Le 20 sep­tembre der­nier, sept vil­la­geois de la région de Sheladize, dans le nord du Kurdistan ira­kien, per­dirent la vie des suites d’une frappe turque alors qu’ils pêchaient au bord d’une rivière. Un drone ayant repé­ré la pré­sence de ce groupe impor­tant, l’armée turque jugea pro­bable qu’il s’agît de sol­dats du PKK. Sur le site de l’impact, les larges galets du lit de la rivière émer­gés ont volé en éclat ; un gigan­tesque peu­plier a été arra­ché du sol et repose quelques mètres plus loin. Deux jours plus tard, les proches, trau­ma­ti­sés, offi­ciaient une céré­mo­nie de condo­léances où se ren­dirent des cen­taines d’habitants de la région. En deuil et cho­qués, ils acce­ptèrent tou­te­fois de nous rece­voir. « Qui peut jus­ti­fier cela ? Il n’y a pas de jus­tice. Nous sommes délais­sés par la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale. » À trois jours d’un réfé­ren­dum his­to­rique pour le Kurdistan, ces vil­la­geois espèrent béné­fi­cier un jour d’une véri­table sou­ve­rai­ne­té. « Assez de ces attaques, assez de ces gué­rille­ros dans nos mon­tagnes. Nous ne pou­vons plus nous rendre dans nos hameaux, culti­ver nos terres. » Dans ce bas­tion du PDK, le ton est beau­coup moins conci­liant à l’endroit du PKK qui occupe les mon­tagnes voi­sines, fron­ta­lières du Kurdistan turc. À la lisière de la bour­gade, une base mili­taire turque occupe un pâté de mai­son. « Vous n’avez pas deman­dé des comptes aux auto­ri­tés turques ? », inter­ro­gé-je. « Ils n’ont rien à voir là-dedans, assure l’un des parents des vic­times. Barzani [alors pré­sident du gou­ver­ne­ment régio­nal du Kurdistan, ndlr] a auto­ri­sé cette base pour la sécu­ri­té de notre pays. C’est le PKK qui est res­pon­sable de cette situa­tion, même si nous aime­rions que l’armée turque change de tac­tique. » En atten­dant que jus­tice soit ren­due, les familles pleurent leurs morts et nous implorent en cœur : « Dites au monde ce qui se passe ici. Il faut que cela cesse. »

Si cer­tains civils blâment le PKK, d’autres n’ont de ran­cœur que pour l’armée turque. Il n’en demeure pas moins clair que la Turquie, qui a récem­ment repris sa cam­pagne mili­taire au sol contre l’organisation révo­lu­tion­naire dans les mon­tagnes du Kurdistan ira­kien, n’a que peu de consi­dé­ra­tions pour ces dom­mages col­la­té­raux pour­tant bien réels.


REBONDS

☰ Lire notre repor­tage « Kurdistan ira­kien : les mon­tagnes, seules amies des Kurdes ? »☰ Lire notre article « Kurdistan ira­kien : les enjeux d’un réfé­run­dum », Laurent Perpigna Iban, sep­tembre 2017
☰ Lire notre ren­contre avec la Représentation du Rojava, juillet 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Chris Den Hond : « Les Kurdes sont en train d’écrire leur propre his­toire », mai 2017
☰ Lire notre entre­tien « Quelle révo­lu­tion au Rojava ? » (tra­duc­tion), avril 2017
☰ Lire notre repor­tage « Newroz, entre enthou­siasme et incer­ti­tudes », Laurent Perpigna Iban, avril 2017
☰ Lire notre entre­tien « De retour de la révo­lu­tion du Rojava » (tra­duc­tion), mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Gérard Chaliand : « Nous ne sommes pas en guerre », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Abbas Fahdel : « En Irak, encore dix ans de chaos », sep­tembre 2015

NOTES   [ + ]

1.Coiffe tra­di­tion­nelle kurde.
2.De son vrai nom Abdullah Öcalan : lea­der du PKK et théo­ri­cien du Confédéralisme démo­cra­tique. Vénéré par les membres de son par­ti, il purge une peine de pri­son à vie en Turquie depuis son enlè­ve­ment au Kenya, par les ser­vices secrets turcs et avec la com­pli­ci­té du Mossad comme de la CIA.
3.Les membres du PKK uti­lisent un nom de guerre. En prin­cipe, aucun com­bat­tant ne connaît le véri­table nom de ses cama­rades.
Sylvain Mercadier
Sylvain Mercadier

Journaliste indépendant ayant vécu dans plusieurs pays du Moyen-Orient. En privilégiant l'immersion dans ces sociétés souvent incomprises, il essaie de donner un visage nuancé et désorientalisé de la réalité des hommes et femmes qui y vivent.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.