Olivier Starquit : « Les vrais radicalisés sont au pouvoir »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Faut-il sau­ver le popu­lisme de gauche ? Face à l’escroquerie mani­feste de nos « démo­cra­ties par­le­men­taires » et au règne bru­tal de l’extrême centre, l’essayiste et syn­di­ca­liste belge Olivier Starquit répond par l’affirmative. Politiser la dou­leur, orga­ni­ser la rage, mobi­li­ser les pas­sions : l’auteur d’Une éclipse et des lucioles : De la démo­cra­tie au XXIe siècle invite, ren­for­cé par la mobi­li­sa­tion des gilets jaunes, à la construc­tion d’un « nous » bâti autour des « gens modestes ». Ceci, pré­cise-t-il, sans aban­don de la lutte des classes ni adhé­sion à la figure de quelque grand lea­der. Mais ce popu­lisme n’est à ses yeux qu’un outil : l’important est de tra­vailler à la mise en place d’une démo­cra­tie dans laquelle tous les citoyens auraient une égale pos­si­bi­li­té d’instituer la socié­té. Nous en dis­cu­tons.


Vous sem­blez oscil­ler entre désir de démo­cra­tie directe et sys­tème élec­to­ral tra­di­tion­nel. Pourquoi ce flot­te­ment ?

Votre ques­tion indique en effet, sinon une hési­ta­tion, à tout le moins la per­sis­tance d’un doute. Dans la fou­lée de Cornelius Castoriadis, je penche en faveur de ce désir d’autonomie radi­cale où l’idée démo­cra­tique est insé­pa­rable de la notion d’autonomie. Où l’émancipation effec­tive des sujets — c’est-à-dire le fait de les rendre indi­vi­duel­le­ment et col­lec­ti­ve­ment aptes à agir et à pen­ser par eux-mêmes — exige des condi­tions poli­tiques, sociales et cultu­relles direc­te­ment anti­thé­tiques à celles visées par le pro­ces­sus de dé-démo­cra­ti­sa­tion mis en œuvre par le néo­li­bé­ra­lisme. Mais je ne peux pas m’empêcher de sou­le­ver quelques points d’interrogation. Notamment sur le tirage au sort et sur les appels à la démo­cra­tie directe. Face à la crise de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive et à la pro­fes­sion­na­li­sa­tion de la vie poli­tique, d’aucuns pré­sentent le tirage au sort comme une méthode per­met­tant de rendre la démo­cra­tie plus légi­time et plus effi­ciente. Plus légi­time parce qu’il res­tau­re­rait l’idéal d’une répar­ti­tion égale des chances poli­tiques. Plus effi­ciente parce que la nou­velle repré­sen­ta­tion tirée au sort ne se per­drait pas dans des com­bats de poli­tique poli­ti­cienne de par­tis. Les citoyens dési­gnés par le sort seraient plus libres que les repré­sen­tants, puisqu’ils ne doivent pas être élus ou réélus et dis­posent de plus de temps, et qu’ils ne doivent pas mener cam­pagne et inter­ve­nir dans les médias pour main­te­nir à niveau et à tout prix leur popu­la­ri­té. Le carac­tère hau­te­ment démo­cra­tique du tirage au sort rési­de­rait dans le fait qu’il repose sur l’absence de titre à gou­ver­ner : n’importe qui peut être appe­lé à par­ti­ci­per à la chose publique, indé­pen­dam­ment de ses titres et qua­li­tés. Le hasard œuvre­rait en quelque sorte à une repré­sen­ta­tion plus hété­ro­gène de la socié­té. Mais la plaie majeure qui ravage la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive à l’heure actuelle est celle de l’abstentionnisme : en quoi le tirage au sort y remé­die­rait-il ?

« Cet appro­fon­dis­se­ment de la démo­cra­tie néces­site de ne pas la limi­ter à des aspects for­mels comme le droit de vote, mais de la faire vivre au quo­ti­dien. »

Dans Ballast, Clément Sénéchal avan­çait, à l’inverse, que le tirage au sort ren­for­ce­rait l’atomisation de la socié­té et serait anti­po­li­tique parce qu’il exclut toute conflic­tua­li­té au pro­fit d’une vue sim­ple­ment ges­tion­naire. Rien n’exclut, du reste, de pen­ser qu’un indi­vi­du inex­pé­ri­men­té soit plus aisé­ment cor­rup­tible qu’un poli­tique aguer­ri et res­pon­sable devant des élec­teurs. Autre ques­tion : quelle pos­si­bi­li­té de vote-sanc­tion à la fin du man­dat ? Outre la ques­tion de la taille (le tirage au sort est sou­vent appli­qué sur de petits ter­ri­toires), le tirage au sort peut éga­le­ment être arbi­traire : le risque hypo­thé­tique existe que l’échantillon tiré au sort ne soit pas du tout repré­sen­ta­tif de la socié­té. Un grand défen­seur du tirage au sort, David Van Reybrouck sou­ligne que ce sys­tème cadre mal avec le mode de fonc­tion­ne­ment actuel des médias car le pro­ces­sus est lent, dénué de ténors et de visages connus et ne vit pas de grands conflits. Quant aux appels à la démo­cra­tie directe, il est légi­time de dou­ter de la réelle impli­ca­tion de toutes et tous — dans ce cas-là, le pou­voir déci­sion­nel pour­rait tout aus­si bien être cap­tu­ré et confis­qué par une mino­ri­té agis­sante dotée du capi­tal cultu­rel et sym­bo­lique.

La vraie ques­tion est celle de savoir com­ment, face à la déshé­rence démo­cra­tique, par­ve­nir au pro­jet d’autonomie indi­vi­duelle et col­lec­tive — soit, selon Castoriadis, le « pro­jet d’une socié­té où tous les citoyens ont une égale pos­si­bi­li­té effec­tive de par­ti­ci­per à la légis­la­tion, au gou­ver­ne­ment, à la juri­dic­tion et fina­le­ment à l’institution de la socié­té » ? Suffit-il d’invoquer quelques grandes idées (le tirage au sort, la vota­tion, la démo­cra­tie directe) ou doit-on y ajou­ter d’autres mesures plus gra­duelles comme l’instauration d’un congé poli­tique pour toutes et tous (et pas uni­que­ment les agents de l’État ou les pro­fes­sions libé­rales), l’extension de la démo­cra­tie aux domaines éco­no­mique et social ? Cet appro­fon­dis­se­ment de la démo­cra­tie néces­site de ne pas la limi­ter à des aspects for­mels (certes essen­tiels) comme le droit de vote, mais de la faire vivre au quo­ti­dien, d’en étendre le champ d’action et de réha­bi­li­ter de la conflic­tua­li­té, de l’utopie, de la déso­béis­sance civile et du com­mun.

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

Les par­tis poli­tiques et les syn­di­cats sont mas­si­ve­ment reje­tés ou igno­rés. Vouloir rompre avec la socié­té capi­ta­liste implique-t-il de créer de nou­velles orga­ni­sa­tions ou de revi­ta­li­ser ces anciens col­lec­tifs héri­tés du mou­ve­ment ouvrier ?

Vraisemblablement les deux. Et, en ce sens, le mou­ve­ment des gilets jaunes est assez emblé­ma­tique et inter­pel­lant, notam­ment parce qu’il s’est consti­tué dès le départ sur la base de reven­di­ca­tions que les orga­ni­sa­tions syn­di­cales posaient et por­taient. Mais les gilets jaunes ne sont, de manière géné­rale, pas repré­sen­tés et ne se sentent pas repré­sen­tés par les orga­ni­sa­tions syn­di­cales. Cela veut donc dire que pour les syn­di­cats, il serait oppor­tun et impor­tant de repré­sen­ter et sur­tout d’organiser ces tra­vailleurs pré­ca­ri­sés — entre autres. On peut faire le pari que ce pro­ces­sus pour­rait insuf­fler un second souffle au mou­ve­ment. Le rai­son­ne­ment vaut éga­le­ment pour les tra­vailleurs exploi­tés dans l’éco­no­mie de pla­te­forme. Cette arti­cu­la­tion et cette conver­gence des luttes per­met­traient aus­si de remettre une couche de ver­nis sur la lutte des classes, de l’actualiser pré­ci­sé­ment au moment où cer­tains pro­clament qu’il n’y a plus d’idéologie — cette décla­ra­tion étant elle-même hau­te­ment idéo­lo­gique.

« Le nombre de pro­lé­taires n’a jamais été aus­si éle­vé : ces per­sonnes qui n’ont pour vivre que leur force de tra­vail, phy­sique ou intel­lec­tuelle. »

Or — et ceci n’est qu’un para­doxe appa­rent —, le sala­riat pri­vé et public ne cesse de croître dans la socié­té par rap­port aux agri­cul­teurs, aux indé­pen­dants, aux pro­fes­sions libé­rales. Ce qui revient à dire que le nombre de pro­lé­taires (ces per­sonnes qui n’ont pour vivre que leur force de tra­vail, phy­sique ou intel­lec­tuelle) n’a jamais été aus­si éle­vé quand, dans le même temps, la part des richesses pro­duites lui reve­nant est en baisse constante. Mais l’atomisation des struc­tures de pro­duc­tion, l’intérim, la flexi­bi­li­té, la fluc­tua­tion des contrats, la dis­pa­ri­tion pro­gres­sive des grandes concen­tra­tions ouvrières, l’externalisation, la sous-trai­tance, la pré­ca­ri­sa­tion, la fra­gi­li­sa­tion ou la dis­pa­ri­tion des sta­tuts dans la fonc­tion publique, toutes ces nou­velles formes d’organisation du tra­vail diluent la conscience de masse, indi­vi­dua­lisent et isolent les êtres, et induisent la dis­pa­ri­tion de la per­cep­tion des inté­rêts com­muns de classe. Et l’absence de pers­pec­tive glo­bale remet­tant en cause cette vision ne contri­bue pas à rani­mer la conscience de classe qui s’étiole. L’individu se voit ain­si pré­sen­ter des enne­mis de sub­sti­tu­tion : le chô­meur, l’étranger, le col­lègue qui lorgne son enviable sta­tut… Un véri­table tra­vail de redé­fi­ni­tion et d’identification de ces muta­tions serait béné­fique.

Et les par­tis ?

La ques­tion m’inspire moins d’optimisme, même s’il faut nuan­cer. Si les par­tis tra­di­tion­nels s’étiolent, force est éga­le­ment de consta­ter qu’ils muent. Ils deviennent de plus en plus des outils tour­nant à vide, qui se parlent à eux-mêmes et sont recon­fi­gu­rés comme une petite entre­prise au ser­vice d’un lea­der entre­pre­neur. Ils se voient confron­tés à des mou­ve­ments dont la durée de vie se limite de plus en plus à une séquence élec­to­rale. À force d’avoir pra­ti­qué l’alternative sans alter­nance et pro­fes­sion­na­li­sé la chose poli­tique, il n’est pas éton­nant de voir s’installer une désaf­fec­tion, un désen­chan­te­ment, voire une défiance. D’un autre côté, on ne peut pas pas­ser à côté de ce qui se passe dans le monde anglo-saxon : le Labour Party, sous l’égide de Jeremy Corbyn, rede­vient un par­ti de masse et recrute de jeunes élec­teurs.

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

Quelle est donc sa recette ?

Malgré l’hostilité d’une grande par­tie des par­le­men­taires et de l’appareil de son propre par­ti, Corbyn sou­haite tour­ner la page du blai­risme et en reve­nir aux fon­da­men­taux du Parti tra­vailliste. Ce qui implique de rame­ner dans le giron public le rail, l’eau, l’énergie et la poste : un pro­gramme cohé­rent, por­teur de chan­ge­ment et d’espoir. Et, par ana­lo­gie avec ce qui se passe aux États-Unis autour de la cam­pagne de Bernie Sanders et d’autres francs-tireurs démo­crates, ce phé­no­mène est tout sauf le fruit du hasard. Depuis quelques années, un réseau de sou­tien, Momentum, a notam­ment envoyé par­tout dans le pays des équipes mobiles de vidéastes et de mon­teurs, créant chaque jour de courtes vidéos chocs pour nour­rir les réseaux sociaux. Avec Momentum, qui se défi­nit comme un mou­ve­ment popu­laire, le Labour Party a déve­lop­pé un logi­ciel, Chatter, qui per­met de se trans­for­mer en fan­tas­sins sur le ter­rain. Ces méthodes marient en quelque sorte le hap­pe­ning poli­tique du pas­sé avec le mili­tan­tisme tech­no­lo­gique d’aujourd’hui.

Mais l’État est-il com­pa­tible avec l’idéal d’une socié­té auto­nome ?

« Pensons au Chiapas ou au Rojava, ce ter­ri­toire de la taille de la Belgique dans le Kurdistan auto­nome syrien qui réin­vente la poli­tique par l’instauration d’un confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique. »

Dans l’absolu, non. Mais la socié­té auto­nome qui désigne le fait de se gou­ver­ner, de se diri­ger sans être sous la tutelle d’un autre est un pro­jet, un pro­ces­sus et un idéal — il y a donc de nom­breuses étapes et démarches à accom­plir, d’autant que, dans notre socié­té, nous sommes « condi­tion­nés à l’obéissance ». Tout comme le modèle démo­cra­tique actuel vise à anéan­tir l’imagination, sa domi­na­tion repose éga­le­ment sur la coopé­ra­tion des domi­nés, sur notre obéis­sance, notre accep­ta­tion. L’évolution au cours de ces der­nières décen­nies — de l’État social vers l’État puni­tif — semble indi­quer que le che­min sera long… Mais des exemples, des lucioles existent. Pensons au Chiapas ou au Rojava, ce ter­ri­toire de la taille de la Belgique dans le Kurdistan auto­nome syrien qui réin­vente la poli­tique par l’instauration d’un confé­dé­ra­lisme démo­cra­tique. Là-bas, dit David Graeber, « un ave­nir sans État se construit contre le capi­ta­lisme en s’appuyant sur l’écologie et le fémi­nisme et en uti­li­sant un sys­tème unique de pou­voir dual avec les mêmes gens sié­geant dans deux enti­tés ». Le Rojava expé­ri­mente une forme de coopé­ra­tion et d’autogestion basées sur les théo­ries du muni­ci­pa­lisme liber­taire.

Vous dites dans votre livre Une éclipse et des lucioles que des phé­no­mènes aus­si extrêmes que l’apparition de Daech sur nos sols a notam­ment pour cause l’emprise du néo­li­bé­ra­lisme sur nos vies et le monde dans lequel nous évo­luons…

Dans La Foulée de Patrick Marcolini, l’hypothèse de tra­vail est la sui­vante : « Si la socié­té actuelle pro­duit l’extrémisme comme la nuée porte l’orage, c’est parce que les valeurs qu’elle pro­page se placent toutes sur le ter­rain de l’excès, de la sur­en­chère et du refus des limites sous toutes leurs formes. » Avec un néo­li­bé­ra­lisme qui res­pon­sa­bi­lise à tout crin l’individu et les choix qu’il pose, ce sys­tème en sur­en­chère per­ma­nente induit une fatigue d’être soi et un sou­hait de se replier sur un sys­tème de sens pré­dé­fi­ni. Dans ce cadre, explique Fethi Benslama, « l’islamisme com­porte la pro­messe d’un retour au monde tra­di­tion­nel où être sujet est don­né, alors que dans la civi­li­sa­tion moderne l’individu est une super­pro­duc­tion de lui-même qui l’oblige à un tra­vail haras­sant. […] Certains jeunes pré­fèrent aujourd’hui l’ordre ras­su­rant d’une com­mu­nau­té avec ses normes contrai­gnantes, l’assignation à un cadre auto­ri­taire qui les sou­lage du désar­roi de leur liber­té et d’une res­pon­sa­bi­li­té per­son­nelle sans res­sources ». Le recru­te­ment s’opère d’une manière ana­logue aux choix pro­po­sés par les grilles néo­li­bé­rales : une offre d’identité est choi­sie selon des cri­tères de consom­ma­tion défi­nis et aidés par les nou­velles tech­no­lo­gies, une sorte d’achat impul­sif sur la toile. Par le tru­che­ment des biais de confir­ma­tion chers aux réseaux sociaux, Internet est le ter­rain le plus favo­rable qui soit pour le déve­lop­pe­ment de groupes extré­mistes, voire inté­gristes, qui n’omettront pas, par ailleurs, de liker leurs sta­tuts et de gazouiller leurs faits d’armes en bons consom­ma­teurs nar­cis­siques ayant inté­gré les codes néo­li­bé­raux.

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

Comment ne pas voir, avec Roland Gori, dans l’émergence des nou­veaux croi­sés de Daech une sorte de réac­tion à ce monde néo­li­bé­ral qui les rejette et en fait une popu­la­tion sur­nu­mé­raire ? « Face à la vio­lence d’un ratio­na­lisme éco­no­mique mor­bide qui ne voit dans l’humain et dans la nature qu’un stock d’énergie à exploi­ter à l’infini dans un monde glo­ba­li­sé, explique-t-il ain­si, de nou­velles formes de vio­lence émergent qui peuvent s’exprimer par le retour à des popu­lismes, à des natio­na­lismes, des inté­grismes contri­buant à des replis iden­ti­taires, eth­niques ou reli­gieux, voire à ce que je nomme des théo­fas­cismes. » Comme si Daech était le pro­duit et l’anticorps d’une hégé­mo­nie cultu­relle, celle de la reli­gion du mar­ché.

Vous réha­bi­li­tez le cli­vage gauche-droite en tant que cli­vage socio­po­li­tique fon­da­men­tal. De nom­breuses per­sonnes le remettent en ques­tion de nos jours : il ne serait plus capable d’interpréter les enjeux contem­po­rains ou de ras­sem­bler le grand nombre. Comment s’entend votre défense ?

« L’opposition peuple/élites doit être conçue en termes d’intérêts de classe. Le popu­lisme de gauche doit être uti­li­sé pour conqué­rir le pou­voir. »

Les mots et les concepts peuvent par­fois pié­ger. Alors que la social-démo­cra­tie a enté­ri­né dans tous les domaines la domi­na­tion de la bour­geoi­sie culti­vée, qu’elle n’a eu de cesse de recou­rir à une bouillie séman­tique d’ordre mana­gé­rial et qu’elle a per­tur­bé l’axe gauche-droite, il devient de plus en plus dif­fi­cile s’y retrou­ver entre « gauche », « socia­lisme », « pro­gres­sisme » et tut­ti quan­ti. Après la chute du Mur de Berlin, la plu­part des par­tis sociaux-démo­crates ont aban­don­né les réformes de struc­ture et la volon­té mani­feste de s’opposer radi­ca­le­ment au néo­li­bé­ra­lisme. Cette muta­tion a été dûment label­li­sée dans cer­tains pays — pen­sons à la troi­sième voie de Tony Blair en Grande-Bretagne ou au nou­veau centre en Allemagne, sous l’égide de Gerhard Schröder, avec pour corol­laire l’abandon de la lutte et aus­si des classes popu­laires. Dans la plu­part des pays euro­péens, la social-démo­cra­tie va perdre la confiance popu­laire et peu à peu le pou­voir parce qu’elle n’aura pas su se dis­tin­guer du libé­ra­lisme éco­no­mi­que­ment domi­nant. L’aspiration à l’égalité va céder la place à la recherche de l’équité et de la jus­tice sociale. L’émancipation passe à la trappe en faveur de la garan­tie des sta­tuts sociaux conquis, voire de la ges­tion de la moder­ni­sa­tion de ceux-ci. L’extrême centre pro­fite de cette situa­tion pour dépas­ser et rendre obso­lète le cli­vage gauche-droite.

Et nous voi­là à Macron…

Sa cam­pagne pré­si­den­tielle l’illustre à mer­veille : ni de gauche, ni de droite, donc de droite. Sous réserve d’une mise à jour, d’une réac­ti­va­tion et d’une défense ferme, rien n’indique que la lutte des classes et l’axe gauche-droite soient dépas­sés. Bien au contraire. Face à l’état de déla­bre­ment dans lequel la plu­part des par­tis de gauche ont été lais­sés, il n’est peut-être pas stra­té­gi­que­ment inop­por­tun de se sai­sir du moment popu­liste pour pro­cé­der à une recons­truc­tion de mou­ve­ments ou de par­tis clai­re­ment anti­ca­pi­ta­listes qui ajou­te­raient à la lec­ture clas­siste le com­bat pour une tran­si­tion éco­lo­gique autre que le green­wa­shing. Je parle de « moment popu­liste » comme si nous étions en face d’une érup­tion vol­ca­nique : il se déroule entre le moment où la lave quitte l’état de fusion et se sédi­mente pour lais­ser la place à une nou­velle confi­gu­ra­tion. Si ce moment popu­liste implique de recou­rir à la lec­ture laclau-mouffienne1Références aux théo­ri­ciens du popu­lisme de gauche : Ernesto Laclau et Chantal Mouffe. et sa grille oppo­sant le peuple à une élite ou à la caste, il peut être vec­teur d’une méthode per­met­tant à la « gauche » de se rabi­bo­cher avec ce qu’elle a mépri­sé. De réha­bi­li­ter et de recons­truire un peuple. C’est un pro­ces­sus qui devrait per­mettre de réin­tro­duire la conscience de classe par le biais d’une gauche popu­laire cen­trée sur les gens modestes et de nou­veaux modes de vie. Cette notion est proche de la « décence ordi­naire » déve­lop­pée par George Orwell puis par Jean-Claude Michéa. Pour le dire autre­ment, on peut poser la ques­tion de savoir si un popu­lisme de gauche est envi­sa­geable, voire sou­hai­table. Et la réponse ou le pari pour­rait être de dire : oui, à cer­taines condi­tions. L’opposition peuple/élites doit être conçue en termes d’intérêts de classe. Le popu­lisme de gauche doit être uti­li­sé pour conqué­rir le pou­voir mais il faut le rendre de manière effec­tive à la popu­la­tion — ce qui per­met d’éviter l’écueil du lea­der, lider maxi­mo, füh­rer : le choix de la langue reste encore libre — afin qu’il reste connec­té aux aspi­ra­tions de celle-ci. Il doit ser­vir les inté­rêts des couches popu­laires, donc réduire les inéga­li­tés.

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

Vous affir­mez que le centre est en réa­li­té bien plus into­lé­rant qu’on ne le pense. Cette posi­tion poli­tique a pour­tant tou­jours été décrite comme garante de modé­ra­tion et de rai­son. Comment expli­quez-vous ce para­doxe ?

La poli­tique de l’extrême centre — je ren­voie volon­tiers aux ouvrages essen­tiels d’Alain Deneault — est dési­gnée comme telle parce que cette poli­tique qui nie la poli­tique est extrême au sens moral, parce qu’elle est into­lé­rante à tout ce qui n’est pas elle. Le centre est excluant et exclu­sif. Il se défi­nit comme étant ce qui est nor­mal, prag­ma­tique, réa­liste, néces­saire. Son dis­cours prag­ma­tique et nor­mal natu­ra­lise et rend iné­luc­table. Sous cou­vert de modé­ra­tion et de bon sens, ses tenants mettent en œuvre un pro­jet dont les moyens et les fins sont en fait bru­taux, ce qui nous pousse à pen­ser que les vrais radi­ca­li­sés ne sont pas ceux que l’on croit : ils sont au pou­voir. La vio­lence à l’égard des gilets jaunes et l’affaire Benalla sont symp­to­ma­tiques. Le pro­gramme de ce centre est simple, il se résume en cinq points : plus d’argent pour les action­naires ; pour les entre­prises, un accès aisé aux para­dis fis­caux ; une réduc­tion de l’État au rôle d’agent de sécu­ri­té des inves­tis­seurs ; moins de ser­vices publics ; moins de droits pour les tra­vailleurs. Ce que tra­duisent et mettent en place les ordon­nances autour du code du tra­vail : réduc­tion des coti­sa­tions sociales, du coût du tra­vail, sim­pli­fi­ca­tion des règle­ments, condi­tion­na­li­té des allo­ca­tions de chô­mage, atteinte à la hié­rar­chie des normes, soit l’application d’un néo­li­bé­ra­lisme prag­ma­tique et tech­no­cra­tique.

« Les vrais radi­ca­li­sés ne sont pas ceux que l’on croit : ils sont au pou­voir. La vio­lence à l’égard des gilets jaunes et l’affaire Benalla sont symp­to­ma­tiques. »

Les dif­fé­rences entre les dis­cours des uns et des autres sont minimes. Les sym­boles plus que les fon­de­ments divergent, dans une appa­rence de dis­corde. Les « mesures équi­li­brées », « juste milieu », ou « com­pro­mis » sont éri­gées en notions fétiches. Il est ici ques­tion d’un sabor­dage de la poli­tique par le monde poli­tique. La poli­tique mana­gé­riale y prend toute la place. La gou­ver­nance est et reste la pièce maî­tresse, le pivot autour duquel tout gra­vite : sous cou­vert de saine ges­tion des ins­ti­tu­tions publiques, l’action poli­tique a été réduite à une tech­nique qui doit appor­ter une solu­tion à un pro­blème qui sur­git (ce que les manuels de mana­ge­ment appellent le « pro­blem sol­ving »). Mais cette inter­ven­tion pure­ment tech­nique se passe de toute réflexion sur le long terme fon­dée sur des prin­cipes, de toute vision poli­tique du monde publi­que­ment débat­tue. En guise d’illustration, nous pour­rions reve­nir sur le début de man­dat d’Emmanuel Macron : les mesures mises en exergue dès le début, à savoir la « réforme » (soit le déman­tè­le­ment) du code du tra­vail et l’inscription de l’état d’urgence dans le droit com­mun, res­sor­tissent indu­bi­ta­ble­ment de ce qu’Alain Deneault dépeint comme une poli­tique d’extrême centre.

Revenir au peuple, c’est aus­si res­tau­rer la digni­té de ces figures sou­vent hon­nies par la gauche que sont le « beauf », le « bido­chon », le « bara­ki2Équivalent belge de « beauf » ou « red­neck ». » et autre « chav3De même, au Royaume-Uni. » ?

Indubitablement. Pour reprendre le titre d’un article de David Van Reybrouck paru dans Wilfried, nous devons apprendre à aimer ceux que nous aimons détes­ter.

Qui est ce « nous » ?

La gauche deve­nue très urbaine, très cos­mo­po­lite, très édu­quée, très bien-pen­sante et tota­le­ment acquise à l’idée de « socié­té ouverte ». Il faut sor­tir de ces éti­quettes. « Barakis de ker­messe », « chavs », « ter­ro­ni4En ita­lien : les « culs-ter­reux », pour dési­gner les habi­tants du sud. », « kloot­jes­volk5En néer­lan­dais, lit­té­ra­le­ment : le « peuple tes­ti­cu­laire ». », « beaufs » : chaque langue dis­pose de son arse­nal séman­tique pour se moquer effron­té­ment du pro­lé­ta­riat blanc avec une volon­té évi­dente de le dia­bo­li­ser. Plutôt que de pro­cé­der à leur dia­bo­li­sa­tion et ain­si accen­tuer le res­sen­ti­ment et le sen­ti­ment d’abandon, il s’agirait de cocons­truire une vision par­ta­gée d’une vie bonne et un récit enchan­teur plein d’espoir, un récit direct et acces­sible qui vise­rait à extraire la pen­sée néo­li­bé­rale de la tête des citoyens. Il s’agirait donc de dépas­ser le mépris de classe et les juge­ments moraux et de tâcher de com­prendre les condi­tions de vie de chacun·e, de ces­ser ain­si de les aban­don­ner à leur triste sort pour les impli­quer à nou­veau dans un pro­jet de socié­té éman­ci­pa­teur et pro­gres­siste, qui les concerne au pre­mier plan.

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

Le popu­lisme réha­bi­lite les pas­sions en poli­tique. À quoi on pour­ra vous oppo­ser que les pas­sions engendrent la haine et obli­tèrent tout esprit cri­tique. Comment rendre la poli­tique sen­sible sans ver­ser aus­si­tôt dans la déma­go­gie ?

C’est un pari. Mais ce qui n’a pas été fait par la rai­son ne peut pas être défait par la rai­son. Si on veut s’opposer à cer­taines idées construites par les affects, il fau­drait envi­sa­ger de recou­rir aux mêmes méthodes : se sai­sir de la rage, de la colère expri­mées et de les réorien­ter vers des rives pro­gram­ma­tiques plus favo­rables à une réap­pro­pria­tion démo­cra­tique — fût-elle radi­cale — par et pour les couches pré­ca­ri­sées de la popu­la­tion. Ce popu­lisme ou contre-popu­lisme éman­ci­pa­teur serait à même de repré­sen­ter et d’agréger les demandes sociales aban­don­nées par les par­tis tra­di­tion­nels et de les réar­ti­cu­ler dans un registre qui ne serait pas xéno­phobe et qui pour­rait notam­ment faire bas­cu­ler le dégoût abs­ten­tion­niste en retour sur la voie élec­to­rale. Une méthode qui en somme poli­ti­se­rait la dou­leur, orga­ni­se­rait la rage, défen­drait la joie, mobi­li­se­rait les pas­sions — pour para­phra­ser un des slo­gans de Podemos. Pour construire un « nous », Chantal Mouffe pré­co­nise d’oser recou­rir aux affects alors que la gauche a tou­jours été très timo­rée sur ce plan, pré­fé­rant les appels à la rai­son à la mobi­li­sa­tion des pas­sions — et par­tant, lais­ser les adver­saires de droite occu­per ce ter­rain. Cette défi­ni­tion du « nous » sera pri­mor­diale pour jau­ger du carac­tère pro­gres­siste de la fron­tière éta­blie entre le « nous » et le « eux » : le « nous » est-il inclu­sif ou exclu­sif ?

Peut-on, comme le font la grande majo­ri­té des orga­ni­sa­tions qui aspirent aujourd’hui au pou­voir, faire l’impasse sur la vio­lence si l’on veut réel­le­ment chan­ger la socié­té ?

« Il semble à tout le moins judi­cieux de mon­trer les capa­ci­tés d’autodéfense des domi­nés et d’ouvrir ce débat, angle mort de la réflexion à gauche… »

Puisque l’État est le déten­teur de la vio­lence légi­time et que nous arri­vons à un stade où le néo­li­bé­ra­lisme cesse de plaire et ne peut — ne veut ? — plus redis­tri­buer quen­quelques miettes des richesses pro­duites par les tra­vailleurs, force est de consta­ter que l’État devient de plus en plus répres­sif. Face à cela, la ques­tion du recours à la force — plu­tôt qu’à la vio­lence — par les oppo­sants au sys­tème implique de se mou­voir dans une zone grise et de tâcher de répondre à la ques­tion de savoir ce qui est violent : la des­truc­tion de biens l’est-elle ? Face à la vio­lence sym­bo­lique, sociale et struc­tu­relle exer­cée par l’autorité, il s’avère par­fois impos­sible de ne pas répli­quer par la force. Ce recours à la force se mani­feste éga­le­ment parce que les gou­ver­ne­ments de l’extrême centre n’ont eu de cesse de saper la per­ti­nence et la cré­di­bi­li­té des corps inter­mé­diaires sup­po­sés agir comme tam­pon ; ce fai­sant, ils ont ouvert un bou­le­vard à un fleuve qu’aucune berge ne venait conte­nir. Dans un ouvrage récent, Peter Gelderloos, un acti­viste anar­chiste éta­su­nien, pose la ques­tion de savoir si la non-vio­lence ne rend pas les mou­ve­ments sociaux inef­fi­caces. Sa réflexion plonge ses racines dans l’histoire de la lutte des classes amé­ri­caine. Il se réfère aux IWW, au com­bat des Amérindiens pour leurs droits et aux luttes des Afro-Américains pour leur éman­ci­pa­tion. Il consi­dère que pour chan­ger un sys­tème basé sur la coer­ci­tion et la vio­lence, le mou­ve­ment qui s’y oppose doit repré­sen­ter une menace, sans quoi rien ne chan­ge­ra et les appels à la conscience seront inef­fi­caces. Sans plai­der ouver­te­ment en faveur de la vio­lence, Gelderloos reven­dique une diver­si­té des degrés de vio­lence face à l’adversaire : comme dans les AlterSummit, les par­ti­ci­pants à une action pour­raient choi­sir déli­bé­ré­ment jusqu’où ils sont prêts à aller avec une répar­ti­tion en zones — la zone rouge pour l’affrontement avec la police, la jaune pour la déso­béis­sance civile et la verte pour la fête et le repos.

De manière polé­mique, Gelderloos dénonce assez vigou­reu­se­ment la pos­ture into­lé­rante de la non-vio­lence : celle-ci serait inef­fi­cace, raciste et patriar­cale. Développons. Elle est tout d’abord une pos­ture de pri­vi­lé­gié : il est assez aisé d’être paci­fiste quand on n’est pas confron­té quo­ti­dien­ne­ment à la vio­lence ins­ti­tu­tion­nelle et sym­bo­lique de l’État et de ses repré­sen­tants. Elle assure le mono­pole de la vio­lence à l’État et aide ce der­nier en lui per­met­tant de don­ner l’impression qu’il admet une cri­tique (sur­tout si cette der­nière est inof­fen­sive). Face à un sys­tème capi­ta­liste accu­lé dans ses der­niers retran­che­ments et ne recu­lant devant rien en terme d’oppression, comme la séquence fran­çaise semble l’indiquer — car il est per­ti­nent de rap­pe­ler que c’est tou­jours l’oppresseur, non l’opprimé, qui déter­mine la forme de la lutte —, et sans prendre une posi­tion tran­chée en la matière, il semble à tout le moins judi­cieux de mon­trer les capa­ci­tés d’autodéfense des domi­nés et d’ouvrir ce débat, angle mort de la réflexion à gauche…

« Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka

On peut tout de même se deman­der si l’idéal démo­cra­tique n’est pas, à terme, mena­cé par l’emprise des nou­velles tech­no­lo­gies !

Dire que l’espace public a connu une méta­mor­phose radi­cale est un euphé­misme. Par le pas­sé, le nombre de lea­ders d’opinion était res­treint ; avec les réseaux sociaux, cha­cun peut en deve­nir un. La rapi­di­té accrue rend dif­fi­cile tout tra­vail de véri­fi­ca­tion. 44 % des États-uniens s’informent via Facebook : ce n’est pas rien. Les médias sociaux sont deve­nus des rédac­teurs mon­diaux et les hommes et femmes poli­tiques peuvent de plus en plus contour­ner les médias domi­nants — et ain­si contour­ner les ques­tions cri­tiques. Ce qui revient à dire que les médias sociaux leur per­mettent de saper la fonc­tion de contrôle démo­cra­tique dévo­lue au qua­trième pou­voir. Face à cette remise en cause de leur magis­tère, cer­tains édi­to­crates jugent oppor­tun de s’ériger en pres­crip­teur de com­por­te­ment en vou­lant trier le bon grain de l’ivraie dans l’empire de la post-véri­té et des fake news. Ce qui peut ren­for­cer la méfiance ! Le mode de fonc­tion­ne­ment des GAFAM6Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. et tut­ti quan­ti a des réper­cus­sions poli­tiques sur le plu­ra­lisme et sur la démo­cra­tie. Les GAFAM sont des opé­ra­teurs pri­vés qui, par le fonc­tion­ne­ment d’algorithmes, déter­minent et fixent ce qui est dit dans l’espace public. Ils défi­nissent en quelque sorte ce qui peut être dit ou pas. Ce sont ces mêmes algo­rithmes qui éta­blissent le for­mat : l’information sur les réseaux sociaux nous par­vient par le biais des algo­rithmes sécré­tés spé­ci­fi­que­ment pour chaque membre du réseau social en fonc­tion de sa bulle ; cha­cun est donc enfer­mé dans sa propre boucle d’informations, ce qui fait que nous ne voyons plus les mêmes choses : l’idée d’un espace public par­ta­gé comme base de la démo­cra­tie est morte.

Or l’information appar­tient à tous, c’est-à-dire à l’ensemble des citoyens qui en ont besoin pour com­prendre, ana­ly­ser et juger en conscience. Elle ne peut être aban­don­née aux caprices du mar­ché et aux inté­rêts des hommes d’affaires. Elle ne doit pas non plus être mono­po­li­sée par l’État. Elle est un bien com­mun, voire un com­mun. Ce qui revient à dire tout de go que les GAFAM devraient, dans le cadre du plu­ra­lisme visé, deve­nir des entre­prises publiques acces­sibles à tous avec une ges­tion des don­nées par les usa­gers. Les der­nières élec­tions viennent à nou­veau de l’illustrer : une sorte de nou­velle droite 2.0 inves­tit les réseaux sociaux. Grâce à la pré­sence sur Internet d’une pléiade de forums de dis­cus­sion et de pages Facebook, de la culture du troll qui consiste à pos­ter des avis et des com­men­taires afin de déclen­cher des réac­tions émo­tion­nelles, des com­mu­ni­ca­tions pré­ten­du­ment sati­riques deviennent vite virales et cette vira­li­té vise à construire un peuple numé­rique. Cet ordre numé­rique est un mou­ve­ment poly­cen­trique qui dis­pose d’un réper­toire d’actions col­lec­tives com­mun. Donc oui, il est per­mis de dou­ter de la com­pa­ti­bi­li­té de la démo­cra­tie avec l’évolution des nou­velles tech­no­lo­gies en l’absence de toute remise à plat.


Photographie de ban­nière : « Miniature calen­dar » © Tatsuya Tanaka


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Paul Jouary : « De tout temps, les démo­crates ont refu­sé le suf­frage uni­ver­sel », mars 2019
☰ Lire notre abé­cé­daire de Cornelius Castoriadis, février 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnaud Tomès et Philippe Caumières : « La démo­cra­tie ne se limite pas au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Benoît Borrits : « Casser le car­can de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Christian Laval : « Penser la révo­lu­tion », mars 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Danièle Obono : « Il faut tou­jours être dans le mou­ve­ment de masse », juillet 2017

NOTES   [ + ]

1.Références aux théo­ri­ciens du popu­lisme de gauche : Ernesto Laclau et Chantal Mouffe.
2.Équivalent belge de « beauf » ou « red­neck ».
3.De même, au Royaume-Uni.
4.En ita­lien : les « culs-ter­reux », pour dési­gner les habi­tants du sud.
5.En néer­lan­dais, lit­té­ra­le­ment : le « peuple tes­ti­cu­laire ».
6.Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.