Clément Sénéchal : « Le tirage au sort est antipolitique »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien paru dans le n° 2 de la revue Ballast (printemps 2015)

Nous publions en ligne notre dos­sier consa­cré au tirage au sort. Outil fon­ciè­re­ment démo­cra­tique (meilleure repré­sen­ta­tion du corps social, évic­tion des pro­fes­sion­nels de la poli­tique, com­pres­sion du désir de pou­voir) ou règne de l’ar­bi­traire et fin de la res­pon­sa­bi­li­té indi­vi­duelle et col­lec­tive ? Ce pre­mier volet donne la parole à Clément Sénéchal, mili­tant éco­lo­giste et auteur anti­li­bé­ral de l’es­sai Médias contre médias : en contemp­teur réso­lu du tirage au sort, il plaide pour la repré­sen­ta­tion comme garante d’une authen­tique démo­cra­tie sociale. Il va de soi — c’est même tout l’ob­jet de notre rubrique « Agora », jamais avare d’un franc débat autour des ques­tions qui agitent le camp de l’é­man­ci­pa­tion — qu’il convien­dra de lire le second volet, aux côtés de la mili­tante et met­teuse en scène Judith Bernard, afin d’en­tendre le pré­sent dos­sier.


Edwy Plenel estime que nom­mer un repré­sen­tant (ou « un maître ») n’est pas consti­tu­tif de la démo­cra­tie. Une idée que l’on retrouve éga­le­ment chez Rancière : « Dans son prin­cipe, comme dans son ori­gine his­to­rique, la repré­sen­ta­tion est le contraire de la démo­cra­tie. » Comment par­ve­nez-vous à conci­lier celles-ci ?

D’abord, atten­tion à ne pas confondre repré­sen­tant et « maître », qui sont deux termes qui ren­voient à des choses très dif­fé­rentes, tant du point de vue concep­tuel — les deux figures n’expriment pas le même lien de subor­di­na­tion, notam­ment parce que l’idée de légi­ti­mi­té est absente du second, qui semble sou­te­nir sa posi­tion uni­que­ment par l’antériorité d’une force — que par les champs séman­tiques et poli­tiques aux­quels ils appar­tiennent. « Maître » est un terme extrê­me­ment pauvre — il dit peu de choses sur le rap­port de pou­voir qu’il pré­tend décrire — et signale bien sou­vent une pen­sée sim­pliste, sché­ma­tique et allu­sive. Que je sache, Edwy Plenel, en tant que direc­teur de la publi­ca­tion, repré­sente Mediapart — il ne cesse d’ailleurs de par­ler en son nom dans les médias. Rancière lui-même, puisque vous le citez, doit bien repré­sen­ter quelque chose éga­le­ment, sans doute un cou­rant de pen­sée, une manière de conce­voir poli­tique et démo­cra­tie. Dans l’absolu, c’est pré­ci­sé­ment la facul­té de repré­sen­ter — par une langue, un dis­cours, des œuvres d’art ou des concepts — qui donne à l’homme son huma­ni­té, sa capa­ci­té à faire socié­té, et le dis­tingue encore un peu des ani­maux. Politiquement, la repré­sen­ta­tion se carac­té­rise par le jeu de média­tions qui per­mettent d’ordonner paci­fi­que­ment la plu­ra­li­té et la dif­fé­ren­tia­li­té humaine : elle est l’enjeu néces­saire de l’intersubjectivité, de la mise en com­mun, de l’association. Je ne vois donc pas bien en quoi le prin­cipe de la repré­sen­ta­tion, qui sup­pose la mise en ordre et la per­pé­tua­tion d’intérêts col­lec­tifs au niveau poli­tique, peut être le contraire de la démo­cra­tie.

« Si le peuple en entier reste assem­blé constam­ment, alors plus per­sonne n’œuvre à la repro­duc­tion maté­rielle de la socié­té. Il faut donc des ins­tances de média­tion : des ins­ti­tu­tions. »

D’ailleurs, je ne crois pas qu’il soit bon de replier le poli­tique entiè­re­ment sur le social, de cou­per la res­pi­ra­tion qui peut exis­ter entre l’un et l’autre ; car elle per­met à l’individu de s’aménager des marges de manœuvre sans être écra­sé sous le poids d’une tota­li­té, c’est-à-dire de s’accomplir dans un jeu d’adhésions et de résis­tances, de par­ti­ci­pa­tions et de retraits. Le déca­lage de la scène repré­sen­ta­tive per­met de mettre au jour une zone de contro­verses et d’hétérogénéités (des luttes, des tem­po­ra­li­tés…) indis­pen­sables à la démo­cra­tie. Que reste-t-il d’autonomie du sujet dans le contrat social de Rousseau, où cha­cun « se don­nant à tous ne se donne à per­sonne », deve­nant « par­tie indi­vi­sible du tout » ? Bien peu de choses. D’ailleurs, en fai­sant in fine appel à des guides et à une reli­gion civile, Rousseau lui-même ne cache pas le carac­tère inso­luble de son contrat social. D’après lui, un sys­tème poli­tique dépour­vu de repré­sen­ta­tion ne peut se réa­li­ser que dans une démo­cra­tie idéale et sans his­toire, car seul « un peuple de dieux » — incor­rup­tibles — pour­rait s’en satis­faire. Enfin, des argu­ments prag­ma­tiques en faveur de la repré­sen­ta­tion : si tout le monde parle en même temps, c’est la satu­ra­tion cog­ni­tive, et fina­le­ment le néant. Si cha­cun n’arbitre que d’après sa propre volon­té, c’est la guerre de tous contre tous et le chaos. Et si le peuple en entier reste assem­blé constam­ment, alors plus per­sonne n’œuvre à la repro­duc­tion maté­rielle de la socié­té. Il faut donc des ins­tances de média­tion : des ins­ti­tu­tions.

Mais le tirage au sort (dit TAS) sou­lève une ques­tion plus large encore, celle du pou­voir. Ses par­ti­sans estiment qu’il éli­mi­ne­ra ain­si tous les pré­ten­dants aux hon­neurs. Entendez-vous, comme la tra­di­tion anar­chiste ou le phi­lo­sophe Alain le pensent, que la nature même du pou­voir est de cor­rompre qui­conque s’en sai­sit ?

Si la nature du pou­voir est de cor­rompre tous ceux qui s’en sai­sissent, alors peu importent les inten­tions de celui qui s’en trouve pour­vu. Ce genre de pos­tu­lat ne mène pas loin — à la para­ly­sie, tout au plus. Il est bien évident que le pou­voir, dans la mesure où il fonde une posi­tion d’excédent, couvre tou­jours l’abus de pou­voir. Il faut donc que « par la dis­po­si­tion des choses, le pou­voir arrête le pou­voir », comme le sou­tient Montesquieu. Qu’il s’agisse de pou­voirs en exté­rio­ri­té (le judi­ciaire face à l’exécutif, par exemple) ou en inté­rio­ri­té (les man­da­taires sur leurs man­dants). Mais, pour autant, il ne s’agit nul­le­ment d’empêcher toute expres­sion du pou­voir. Souvenons-nous que sans pou­voir, nous sommes condam­nés à l’impuissance, c’est-à-dire dans l’incapacité d’habiter col­lec­ti­ve­ment ce monde. La facul­té de déci­der est sans doute la chose la plus pré­cieuse de l’être humain — il serait bon de s’en sou­ve­nir de temps en temps. Dans un cli­mat d’apathie géné­rale, pre­nons garde à ne pas ampli­fier constam­ment une accep­tion néga­tive du pou­voir, en dia­bo­li­sant a prio­ri la volon­té de pou­voir et ceux qui s’en réclament. Essayons plu­tôt de par­ve­nir à ce que cha­cun reven­dique de par­ti­ci­per au mou­ve­ment du pou­voir, c’est-à-dire œuvrer à l’instauration d’une véri­table démo­cra­tie d’action : une démo­cra­tie pro­ta­go­nique, c’est-à-dire un régime qui incite chaque citoyen à s’impliquer dans la ges­tion des poli­tiques publiques.

(DR)

Vous êtes un défen­seur des par­tis comme cadre d’organisation de la confron­ta­tion poli­tique. L’abstention mas­sive et les ras­sem­ble­ments gran­dis­sants qui se consti­tuent à l’écart de ces for­ma­tions (du mou­ve­ment du 15‑M à Occupy Wall Street) ne donnent-ils pas à dou­ter de la péren­ni­té des par­tis ?

Attention : je ne pense pas que les par­tis soient le seul cadre de la confron­ta­tion poli­tique. Les luttes syn­di­cales, par exemple, sont éga­le­ment déci­sives et le syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, dans les deux siècles der­niers, a obte­nu des modi­fi­ca­tions sub­stan­tielles de l’état de la lutte des classes. Cependant, je pense comme Lénine ou Gramsci que le champ poli­tique pré­sente des spé­ci­fi­ci­tés stra­té­giques et néces­site des acteurs qui lui soient propres, à même de trans­cen­der l’action syn­di­cale nichée au cœur même du pro­cès de pro­duc­tion, à savoir les par­tis poli­tiques — sans quoi nous en res­te­rions au niveau d’une démo­cra­tie cor­po­ra­tive. De même, le monde asso­cia­tif mène aujourd’hui de nom­breuses luttes pour l’émancipation abso­lu­ment indis­pen­sables : mais seuls les par­tis sont à même d’opérer le tra­vail de syn­thèse thé­ma­tique qui per­met de por­ter une vision du monde et de lui impri­mer une direc­tion his­to­rique. Tous ces élé­ments doivent donc se tenir dans une divi­sion orga­nique du tra­vail poli­tique à même de fon­der une contre-hégé­mo­nie oppo­sable à l’ordre capi­ta­liste, plu­tôt que de se diluer dans le fac­tion­na­lisme. Enfin, de façon plus pro­saïque, je ne vois pas com­ment, dans un ave­nir proche, une force poli­tique pour­rait s’imposer en France sans s’être d’abord consti­tuée en par­ti. Pour autant, per­sonne ne peut nier là sim­ple­ment le carac­tère auto­ri­taire du néo­li­bé­ra­lisme, pré­sa­gé par Poulantzas dès les années 1970, c’est-à-dire celui d’un bloc his­to­rique qui appuie sa domi­na­tion sur un exé­cu­tif cou­pé du peuple et une bureau­cra­tie inac­ces­sible aux par­le­ments, met­tant à dis­tance toutes les pro­cé­dures de la démo­cra­tie clas­sique. Et Poulantzas de rap­pe­ler : « Les fas­cismes, les dic­ta­tures mili­taires, ou les bona­par­tismes n’ont pas sim­ple­ment sup­pri­mé les seuls par­tis ouvriers ou révo­lu­tion­naires, mais l’ensemble des par­tis démo­cra­tiques tra­di­tion­nels, bour­geois et petits-bour­geois com­pris, dans la mesure où ceux-ci, paral­lè­le­ment à leurs fonc­tions de classe, expri­maient la pré­sence en leur sein de cer­taines reven­di­ca­tions des masses popu­laires dont il fal­lait bien tenir compte. » Quant aux Indignados espa­gnols ou aux mani­fes­tants grecs, leurs conden­sa­tions poli­tiques s’appellent Podemos et Syriza.

Mais les renie­ments — pour ne pas dire « tra­hi­sons » — de Syriza ne confortent-elles pas les posi­tions de ceux qui contestent toute capa­ci­té de chan­ge­ment radi­cal par les voies ins­ti­tu­tion­nelles, pour ne pas dire légales ?

« Qui peut croire aujourd’hui que des acti­vistes puissent défier la vio­lence d’État et le pou­voir répres­sif du capi­tal — qui a les moyens de finan­cer des mer­ce­naires et des armées pri­vées ? »

Vous en connais­sez d’autres ? Prendre les armes ? Qui peut croire aujourd’hui que des acti­vistes puissent défier la vio­lence d’État et le pou­voir répres­sif du capi­tal — qui a les moyens de finan­cer des mer­ce­naires et des armées pri­vées ? C’est une lubie roman­tique. De même, ne pas com­prendre que Syriza est arri­vé au pou­voir dans un envi­ron­ne­ment encom­bré par les déci­sions pas­sées et sur­dé­ter­mi­né par des consi­dé­ra­tions géo­po­li­tiques relève de la naï­ve­té. D’abord, il ne suf­fit pas de prendre le pou­voir pour l’exercer : il faut d’abord recom­po­ser les rap­ports de force qui tra­versent l’appareil éta­tique, lui-même hété­ro­gène. Ensuite, il faut se confron­ter aux mou­ve­ments des adver­saires poli­tiques — la CDU alle­mande, par exemple. Enfin, la concen­tra­tion ins­ti­tu­tion­nelle d’un pou­voir de classe dans les trai­tés euro­péens et ses ins­ti­tu­tions réduit les marges de manœuvre. Autrement dit, il n’y a que dans la chan­son que l’on peut faire table rase du pas­sé, et la pre­mière tâche d’un pou­voir révo­lu­tion­naire est de réor­ga­ni­ser sa sou­ve­rai­ne­té. En gagnant les élec­tions, Syriza ne s’est pas retrou­vé face à une feuille blanche où impri­mer tran­quille­ment son pro­gramme et ses lois, mais face à un plan de bataille sur lequel gagner habi­le­ment des posi­tions. Mais l’important était de bri­ser le car­can de la subal­ter­ni­té inté­rio­ri­sée par la gauche radi­cale depuis des années en Europe, et d’ouvrir ain­si l’espoir d’un espoir, ou « la pos­si­bi­li­té d’un pos­sible », comme dit Badiou. Et pour ça, il faut des vic­toires élec­to­rales.

Le socio­logue Yves Sintomer estime que le TAS serait sou­hai­table, au regard de l’abstention mas­sive dont nous par­lions et de l’incapacité gran­dis­sante des par­tis à por­ter les aspi­ra­tions popu­laires. Le TAS pour­rait redon­ner, juge-t-il, du « souffle » à la vie poli­tique. Pourquoi serait-il donc, comme vous l’avez écrit, « anti­po­li­tique » ?

Je ne vois pas en quoi s’en remettre au hasard pour­rait redon­ner du « souffle » à quoi que ce soit, si ce n’est à la super­sti­tion. Je rap­pelle que le TAS a des ori­gines reli­gieuses. Pour les Grecs, le hasard n’existait pas ; ils y voyaient la volon­té des dieux. La démo­cra­tie, c’est au contraire fon­der la poli­tique sur elle-même : imma­nence contre trans­cen­dance. Dès lors, il n’y a pas d’autre solu­tion que de s’en remettre à l’action volon­taire des hommes dans tous les moments de l’existence, y com­pris et sur­tout dans l’instance de sélec­tion des gou­ver­nants. Le TAS est anti­po­li­tique parce qu’il enjambe le tra­vail de convic­tion par lequel le lan­gage et la rai­son se trouvent som­més de deve­nir poli­tiques, c’est-à-dire à la fois mis en par­tage et trans­for­més en force maté­rielle. (« Une idée devient une force lorsqu’elle s’empare des masses », écrit Marx.) Il l’est éga­le­ment parce qu’il neu­tra­lise la déli­bé­ra­tion comme foyer de pro­po­si­tions dif­fé­rentes, de pro­grammes oppo­sés et de pro­jets à accom­plir, sou­mis au choix plu­riel du grand nombre et dans les­quels la lutte des classes trouve son expres­sion poli­tique — et éven­tuel­le­ment son ren­ver­se­ment ou son abo­li­tion. Sans repré­sen­ta­tion, la poli­tique se trouve sim­ple­ment englou­tie par le social : elle dis­pa­raît.

(DR)

Le TAS, décla­rez-vous, ren­for­ce­rait l’individualisation de la socié­té ; ses défen­seurs estiment au contraire qu’il pous­se­rait chaque citoyen, enfin concer­né (ou poten­tiel­le­ment) direc­te­ment par la chose publique, à s’affirmer comme acteur poli­tique. Pourquoi cette hypo­thèse ne vous semble-t-elle pas cré­dible ni cohé­rente ?

Cette idée d’après laquelle la pers­pec­tive d’être un jour tiré au sort inci­te­rait les citoyens à s’intéresser à la chose publique n’est pas sérieuse. Sur les 45 mil­lions d’électeurs fran­çais, pour une assem­blée de 2 000 per­sonnes renou­ve­lées tous les ans, la chance de par­ti­ci­per une fois aux affaires dans sa vie est par exemple d’environ 0,004 %. Ridicule. D’ailleurs, je ne constate pas que la pers­pec­tive d’être un jour appe­lé à par­ti­ci­per à un jury d’assises excite une quel­conque pas­sion pour le droit. Par contre, si les cam­pagnes, les bul­le­tins de vote, les par­tis et le lien de loyau­té entre l’élu et l’électeur dis­pa­raissent, alors le citoyen se trou­ve­ra lit­té­ra­le­ment déman­te­lé, subis­sant le jour impro­bable où enfin il sera tiré au sort — et pour quoi faire ? Il n’en aura plus la moindre idée.

Un ouvrier vous avait pris à par­tie dans Mediapart : il vous a repro­ché de nour­rir une vision éli­tiste de l’émancipation poli­tique, de ne pas faire confiance aux masses pour s’administrer elles-mêmes et de per­pé­tuer cette vieille idée d’avant-garde…

« Le tirage au sort exclut toute conflic­tua­li­té au pro­fit d’une vue sim­ple­ment ges­tion­naire, igno­rant tota­le­ment la dimen­sion dis­ci­pli­naire qu’elle implique tou­jours. »

C’est exac­te­ment l’inverse ! Comme on constate un essouf­fle­ment du mou­ve­ment ouvrier, il fau­drait dis­soudre ses organes et fronts de résis­tance vacillants plu­tôt que de les ren­for­cer. Les ouvriers se défendent mal ? Tirons-les aux dés ! C’est jus­te­ment la doc­trine du TAS qui dénie aux classes popu­laires la facul­té de s’organiser pour la conquête du pou­voir. De quelle façon, d’un point de vue théo­rique, arti­cu­lez-vous votre cri­tique du TAS avec le néo­li­bé­ra­lisme ? C’est très simple. Sur le plan socioé­co­no­mique, le néo­li­bé­ra­lisme fonc­tionne autour de la figure ultra-indi­vi­dua­liste du win­ner, atome ver­sa­tile, somme d’énergies tou­jours en dépla­ce­ment, ne s’opposant jamais à rien ni ne s’engageant dura­ble­ment, sous peine de perdre son employa­bi­li­té. Sur le plan poli­tique, le néo­li­bé­ra­lisme pri­vi­lé­gie l’étanchéité de l’administration bureau­cra­tique à l’aléa démo­cra­tique, au prin­cipe d’incertitude. L’État doit gérer les besoins et contra­dic­tions intrin­sèques du capi­ta­lisme, sans jamais le mettre en cause : c’est la théo­rie de la fin de l’Histoire de Fukuyama et le « There is no alter­na­tive » (TINA) de Thatcher. Les pos­tu­lats du TAS sont les mêmes. D’une part, toute orga­ni­sa­tion col­lec­tive est sus­pecte, tout mou­ve­ment vers le pou­voir signale une atten­tion mal­saine, tout mili­tant se trouve en conflit d’intérêts. D’un mot, le TAS sanc­ti­fie le désen­ga­ge­ment. D’autre part, il affirme que la tâche poli­tique se réduit à résoudre des pro­blèmes concrets de façon prag­ma­tique et consen­suelle, au sein d’une assem­blée tirée au sort, dépour­vue de colo­ra­tion poli­tique. Autrement dit, le TAS exclut toute conflic­tua­li­té au pro­fit d’une vue sim­ple­ment ges­tion­naire, igno­rant tota­le­ment la dimen­sion dis­ci­pli­naire qu’elle implique tou­jours. Enfin, il peut se trou­ver une alliance objec­tive entre le capi­tal et le TAS dans le fait qu’une somme d’individus désor­ga­ni­sés et inex­pé­ri­men­tés se mani­pule ou s’achète bien plus faci­le­ment que des mili­tants aguer­ris et res­pon­sables devant des élec­teurs. D’autant que l’idéologie capi­ta­liste irrigue et enrobe l’ensemble des rap­ports de pro­duc­tion quo­ti­diens : elle est ins­crite au plus pro­fond du tis­su social et nous sommes tous, spon­ta­né­ment, capi­ta­listes (condi­tion­nés par ses caté­go­ries). La vieille rhé­to­rique anti­par­tis (qu’on pense au quant-à-soi « apar­ti­daire » de Simone Weil, théo­ri­sé dans sa Note sur la sup­pres­sion géné­rale des par­tis poli­tiques en 1940) nour­rie par le TAS s’accompagne d’une apo­lo­gie des formes affi­ni­taires, fluides et en réseaux, qui mène à l’instauration d’une socié­té liquide, dont seule pro­fite l’hyperclasse capi­ta­liste.

Mais David Van Reybrouck, l’auteur de Contre les élec­tions, ne vise-t-il pas juste lorsqu’il dénonce l’obsession des scru­tins à venir et l’hypocrisie qu’ils induisent : séduire, men­tir, jouer sur le temps, conser­ver ses places et, au fond, ne rien chan­ger à la donne ?

L’intrigue et la brigue sont consti­tu­tives de l’être humain et il est vain de pré­tendre pou­voir son­der a prio­ri les reins et les cœurs, sauf à res­treindre un grand nombre de liber­tés fon­da­men­tales. Il faut plu­tôt pen­ser un sys­tème poli­tique qui convienne à « un peuple de démons », selon le mot de Kant. Un uni­vers où les gens ont inté­rêt à l’universel — ce qui défi­nit la répu­blique de Machiavel. Or, la répu­blique est indis­so­ciable du prin­cipe de publi­ci­té, lequel carac­té­rise aus­si les can­di­dats aux charges poli­tiques. Quelles contraintes pour­raient bien peser sur un ano­nyme tiré au sort qui, à l’inverse d’un élu, n’a pas d’image à défendre ? Sorti de la toile d’interdépendances tis­sée par l’élection, il en serait d’autant plus cor­rup­tible. Ce sont donc les règles de l’élection qu’il faut res­ser­rer : ins­tau­ra­tion du réfé­ren­dum révo­ca­toire, stricte éga­li­té des temps de parole dans les médias, stricte éga­li­té des finan­ce­ments publics pour chaque for­ma­tion poli­tique, ren­for­ce­ment du contrôle opé­ré sur les dépenses de cam­pagne, même pla­fond pour tous (ce qui implique de mettre un contrô­leur dans chaque équipe de cam­pagne), etc.

(DR)

Vous évo­quez un « risque » tota­li­taire si le TAS était appli­qué au sens strict, mais vous n’êtes pas, en revanche, oppo­sé à cer­taines formes de démo­cra­tie directe, et donc à cer­tains chan­ge­ments : les­quels ?

La confu­sion entre repré­sen­ta­ti­vi­té socio­lo­gique et repré­sen­ta­tion poli­tique, dans la mesure où elle trans­forme un état de fait en devoir être, com­porte effec­ti­ve­ment un risque tota­li­taire. Si le TAS donne un reflet exact de la socié­té et que cela devient un motif de légi­ti­mi­té indis­cu­table, quelle place alors pour une oppo­si­tion poli­tique et l’expression de voix dis­si­dentes ? C’est une aggra­va­tion de la « tyran­nie de la majo­ri­té ». Que fait-on par exemple si la majo­ri­té socio­lo­gique est raciste, ou miso­gyne ? Jamais les mino­ri­tés ne pour­raient sor­tir du cercle vicieux de leur oppres­sion. Car pour qu’un inté­rêt mino­ri­taire en fait devienne majo­ri­taire en droit, il faut qu’il soit reçu puis por­té par quelqu’un d’autre, dans un rap­port dia­lec­tique de média­tion-repré­sen­ta­tion. Tuez les par­tis, vous aurez l’ordre éta­bli. Concernant la démo­cra­tie directe, je pense que les par­tis peuvent très cer­tai­ne­ment revoir leurs pra­tiques — res­ter connec­té en per­ma­nence avec la base mili­tante, même pen­dant l’exercice du pou­voir, par exemple. Que les col­lec­tifs de pro­duc­tion (les entre­prises) doivent évo­luer vers des coopé­ra­tives auto­gé­rées. Et qu’il est temps d’instaurer en France une vraie culture du réfé­ren­dum d’initiative popu­laire.


Portrait de Clément Sénéchal : © Benjamin Boccas


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017
☰ Lire la tri­bune d’Iñigo Errejón « Podemos à mi-che­min », (tra­duc­tion), mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Manuel Cervera-Marzal : « Travail manuel et réflexion vont de pair », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Emmanuel Daniel : « L’émancipation ne doit pas être réser­vée à ceux qui lisent », jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Razmig Keucheyan : « C’est à par­tir du sens com­mun qu’on fait de la poli­tique », jan­vier 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Stathis Kouvélakis : « Le non n’est pas vain­cu, nous conti­nuons », juillet 2015
☰ Lire le texte inédit de Daniel Bensaïd « Du pou­voir et de l’État », avril 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Alain Badiou : « L’émancipation, c’est celle de l’humanité tout entière », avril 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.