Podemos à mi-chemin

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Tribune publiée sur le site de la revue CTXT et traduite pour le site de Ballast

Les élec­tions géné­rales du 20 décembre der­nier en Espagne n’ont accou­ché d’au­cune majo­ri­té abso­lue. Podemos, troi­sième force poli­tique — der­rière le Parti popu­laire et le Parti socia­liste ouvrier espa­gnol —, s’est confor­mé au jeu des alliances avec pour ligne de mire un accord de gou­ver­ne­ment avec ledit Parti socia­liste et Izquierda Unida (coa­li­tion de gauche radi­cale). Quatre mois de négo­cia­tions plus tard, les pour­par­lers n’ont rien don­né, sinon une cla­ri­fi­ca­tion sup­plé­men­taire : les « socia­listes » espa­gnols ont pré­fé­ré s’en­tendre avec le par­ti libé­ral Cuidadanos (avec, dans leur mal­lette, l’é­ter­nel pro­jet de « grande coa­li­tion » des réfor­ma­teurs). Le pays va vers de nou­velles élec­tions en juin, comme le pré­voit la Constitution. Podemos est donc face à une ques­tion stra­té­gique : faut-il s’al­lier avec Izquierda Unida pour dépas­ser le Parti socia­liste ? Íñigo Errejón, secré­taire poli­tique de Podemos, émet des doutes. Dans cette tri­bune publiée sur le site de la revue CTXT, il rap­pelle les fon­de­ments théo­riques à l’o­ri­gine de l’hy­po­thèse Podemos. Un double niveau de lec­ture est ici néces­saire. Il y a, d’une part, l’a­na­lyse du doc­teur en science poli­tique qui prend de la dis­tance et répond aux objec­tions de ses contra­dic­teurs ; mais inter­vient sur­tout l’ac­teur pris dans une lutte de pou­voir. La « poli­tique popu­liste » — ou « poli­tique hégé­mo­nique » — qu’il appelle de ses vœux doit, estime Errejón, refu­ser le « car­tel des gauches » (le patch­work des sigles, la super­po­si­tion des dra­peaux et des iden­ti­tés par­ti­cu­lières). Une seule et unique ligne de frac­ture détient, pense-t-il, la capa­ci­té de bous­cu­ler l’ordre domi­nant : celle qui oppose le peuple (ceux d’en bas, les gens ordi­naires) à ceux d’en haut (les pri­vi­lé­giés, la caste). Nous publie­rons ensuite la réponse qui lui fut faite par des membres de Podemos cri­tiques de sa direc­tion, afin de don­ner à lire, au public fran­co­phone, les débats stra­té­giques de nos voi­sins et cama­rades.


PORTAIT2

1. Le discours n’est pas une question d’apparence : c’est un terrain de bataille

Il y a quelques semaines, je me trou­vais dans un super­mar­ché lorsque deux tra­vailleurs de ce maga­sin vinrent me par­ler, cha­cun de leur côté. La pre­mière tra­vailleuse me deman­da, m’en­cou­ra­gea, à ne pas oublier les droits des ani­maux « pour quand nous serions en haut ». Elle connais­sait en pro­fon­deur les droits en ques­tion. Peu après, le bou­cher m’encourageait et me disait que nous devions veiller davan­tage sur le quar­tier de Chueca [quar­tier gay de Madrid, ndlr], où il ne vivait pas mais sor­tait sou­vent. Dans les deux cas, il s’agissait d’un appui dif­fus et géné­ral à Podemos, bien que j’aie été sur­pris qu’aucun des deux n’ait fait réfé­rence à ses condi­tions de tra­vail : ils expri­maient leurs demandes dans des termes non réduc­tibles à une ques­tion ou une appar­te­nance com­mune. Il n’y avait même pas un ter­rain idéo­lo­gique com­mun qui regrou­pait leurs sym­pa­thies : elles se situaient à des niveaux très géné­raux, aus­si vastes que dis­per­sés. Ce n’est pas une tâche facile que de les lire et les nom­mer. C’est pour­tant un moment clé de la lutte poli­tique. En règle géné­rale, plus l’en­semble à arti­cu­ler est vaste et frag­men­té, plus les réfé­rents qui per­mettent d’u­ni­fier toute une série de reven­di­ca­tions sont vagues et flexibles. Dans ce cas, je pense que la sym­pa­thie était fon­da­men­ta­le­ment liée à une per­cep­tion dif­fuse de repré­sen­ta­tion de quelque chose de « nou­veau », une chose qui serait « éloi­gnée » des élites tra­di­tion­nelles ain­si qu’une pro­messe géné­rale de « renou­veau de pays ».

« Les néces­si­tés maté­rielles n’ont jamais de reflet direct et « natu­rel » en poli­tique. »

Il ne s’agit en rien de nier qu’il existe des inté­rêts concrets, des néces­si­tés maté­rielles liées à notre façon de vivre et gagner notre vie. Mais de recon­naître que ces néces­si­tés n’ont jamais de reflet direct et « natu­rel » en poli­tique, si ce n’est à tra­vers des iden­ti­fi­ca­tions qui offrent un sup­port sym­bo­lique, affec­tif et mythique sur lequel s’articulent des posi­tions et demandes très dif­fé­rentes. Dans l’anecdote que j’ai uti­li­sée comme illus­tra­tion, la sym­pa­thie pour Podemos et le pos­sible vote par­ta­gé pour ce par­ti n’avaient pas grand-chose à voir avec une concep­tion uti­li­taire ni une trans­la­tion méca­nique de condi­tions de tra­vail en posi­tion poli­tique, mais rele­vait d’un « sur­plus de sens », d’un excé­dent sym­bo­lique qui met­tait en com­mun leurs demandes négli­gées et leur volon­té géné­rale de « chan­ge­ment » – iden­ti­fié comme un rééqui­li­brage du contrat social en faveur de la citoyen­ne­té et non de la petite mino­ri­té pri­vi­lé­giée.

La capa­ci­té de Podemos à écou­ter ce que dit « la rue » et à le tra­duire dans les ins­ti­tu­tions ne suf­fit pas à expli­quer son suc­cès par­tiel. D’abord parce que « la rue » ne dit pas une seule et unique chose mais plu­sieurs, et sou­vent contra­dic­toires. Ensuite, la poli­tique a tou­jours été une acti­vi­té de construc­tion d’ordre et de sens au moyen de volon­tés entre­croi­sées, de contra­dic­tions et de posi­tions chan­geantes. Et, dans les moments de crise, qui ne sont jamais des moments de cla­ri­fi­ca­tion des camps [poli­tiques, ndlr] en pré­sence, mais de frag­men­ta­tion et d’effondrement des iden­ti­fi­ca­tions tra­di­tion­nelles, il devient encore plus impor­tant de conce­voir l’activité poli­tique comme construc­tion col­lec­tive d’un récit qui regroupe des dou­leurs, pos­tule une vision dif­fé­rente de la situa­tion et pro­pose un hori­zon et une aspi­ra­tion qui condense une accu­mu­la­tion géné­rale de demandes frus­trées et non cana­li­sées par les ins­ti­tu­tions. Une vision qui pro­duit aus­si bien des liens affec­tifs, de soli­da­ri­té et d’appartenance qu’un objec­tif col­lec­tif, des icônes et des lea­ders qui cata­lysent une nou­velle iden­ti­té.

pod

Íñigo Errejón (© Ortoño | EFE)

Pour le dire de manière pro­vo­ca­trice, María Dolores de Cospedal [secré­taire géné­ral du Parti popu­laire, ndlr] ne men­tait pas quand elle affir­mait, non sans un cer­tain cynisme, que « le Parti popu­laire est le par­ti des tra­vailleurs ». Au-delà des pré­fé­rences sub­jec­tives, le PP fut capable, durant de nom­breuses années, de construire une majo­ri­té élec­to­rale, et plus encore : une iden­ti­té que, par la force des choses, par­tagent de larges sec­teurs du sala­riat. Cela sup­po­sait une construc­tion cultu­relle et maté­rielle com­plexe dans laquelle se mélangent de mul­tiples fac­teurs — le déclin du sec­teur indus­triel, de ses emplois et des formes de par­ti­ci­pa­tion poli­tiques qui lui sont asso­ciées, la dis­pa­ri­tion des pers­pec­tives d’ascension sociale tra­di­tion­nelle au pro­fit de celles de la bulle immo­bi­lière et de ses rentes, un nou­veau récit sur l’Espagne, etc. Il ne s’agit en aucun cas d’une « farce » mais d’une construc­tion hégé­mo­nique, pro­duc­trice d’un nou­vel ordre. C’est pour­quoi la poli­tique de trans­for­ma­tion n’est jamais la révé­la­tion d’une « véri­té » qui existe déjà, elle n’est pas non plus le « haut-par­leur » de ce qu’un « peuple déjà-là » sait d’avance, ou une essence en attente d’être pro­cla­mée. Cette approche peut seule­ment conduire à la rési­gna­tion, la mélan­co­lie ou l’attitude du pro­phète mau­dit. Au contraire, il s’a­git de construire des iden­ti­tés dif­fé­rentes qui dépassent et bous­culent le pos­sible à par­tir de ce qui existe.

« La poli­tique de trans­for­ma­tion n’est jamais la révé­la­tion d’une « véri­té » qui existe déjà, elle n’est pas non plus le « haut-par­leur » de ce qu’un « peuple déjà-là » sait d’a­vance. »

Nous avons expo­sé plu­sieurs fois la thèse qui est à l’origine de la capa­ci­té trans­for­ma­trice de Podemos : la poli­tique consiste en la construc­tion de sens et, par consé­quent, le dis­cours n’est pas un habillage des posi­tions poli­tiques déjà déter­mi­nées ailleurs (l’économie, la géo­gra­phie, l’histoire), mais c’est un ter­rain de com­bat fon­da­men­tal pour construire des posi­tions et chan­ger les rap­ports de force dans une socié­té. Le second pilier de cette thèse affirme que la poli­tique radi­cale, qui aspire à géné­rer une autre hégé­mo­nie et un autre bloc de pou­voir, n’est pas celle qui se situe en oppo­si­tion des consen­sus de son époque, dans une marge mélan­co­lique d’entière contes­ta­tion, sinon celle qui assume la culture de son temps : elle a un pied dans les concep­tions et « véri­tés » de son époque et l’autre dans un pos­sible che­min alter­na­tif.

L’activité contre-hégé­mo­nique ne réfute pas mais, au contraire, part de la culture de son temps et cherche à réar­ti­cu­ler les élé­ments déjà pré­sents pour géné­rer un sens com­mun nou­veau, une nou­velle volon­té popu­laire nour­rie à par­tir de « maté­riaux » qui sont déjà là, sur ce ter­rain de bataille souple et inépui­sable qu’est le sens com­mun d’une époque. En ce sens, en dépit du mythe jaco­bin de la révo­lu­tion comme syno­nyme de « table rase », tous les grands pro­ces­sus de chan­ge­ment poli­tique héritent lar­ge­ment de ce qui existe anté­rieu­re­ment et triomphent quand ils incluent de manière subor­don­née leurs adver­saires anté­rieu­re­ment domi­nants.

Íñigo Errejón et Pablo Iglesias (© Dani Pozo | EL ESPAÑOL)

Le pro­ces­sus ouvert par le 15M de 2011 est, par exemple, contre-hégé­mo­nique dans la mesure où il ne dénonce pas le « men­songe » du régime de 1978 [consti­tu­tion de 1978 issue de la tran­si­tion post-fran­quiste pac­tée entre le PSOE et le PP, ndlr] — rien en poli­tique n’est un « men­songe » s’il construit par lui-même l’équilibre, les croyances et l’accord pour géné­rer de la sta­bi­li­té durant des décen­nies —, mais assume et part de ses pro­messes inac­com­plies, en ques­tion­nant le régime selon ses propres termes. La nar­ra­tion qui com­mence alors à prendre forme est ain­si la pos­si­bi­li­té d’une iden­ti­fi­ca­tion popu­laire, démo­cra­tique et répu­bli­caine — j’utilise le concept en termes théo­riques : non pas en rap­port avec la forme de l’État mais avec la défense des ins­ti­tu­tions et leurs contre-pou­voirs — mas­sive et poten­tiel­le­ment majo­ri­taire. Ce dis­cours, ce sen­ti­ment qui se déploie, s’est mon­tré, pré­ci­sé­ment pour sa lec­ture poli­tique et son atten­tion à l’hégémonie, un bien meilleur che­min de trans­for­ma­tion que les prin­cipes mora­li­sants et esthé­ti­que­ment satis­fai­sants de la gauche tra­di­tion­nelle. Les pou­voirs domi­nants l’ont éga­le­ment com­pris, puisqu’ils nous har­cèlent pour nous enfer­mer dans d’étroites éti­quettes.

2. Quelques précisions sur l’hypothèse Podemos

« Ce dis­cours s’est mon­tré un bien meilleur che­min de trans­for­ma­tion que les prin­cipes mora­li­sants et esthé­ti­que­ment satis­fai­sants de la gauche tra­di­tion­nelle. »

Cette concep­tion construc­ti­viste de la poli­tique et l’importance qu’elle donne au lan­gage, aux méta­phores et à la pra­tique de la contre-hégé­mo­nie a souf­fert d’un para­doxe : un suc­cès du point de vue pra­tique, mais peu com­pris du point de vue théo­rique. Le suc­cès de « l’hypothèse Podemos » ne se tra­duit pas seule­ment en résul­tats élec­to­raux. Il a chan­gé en grande par­tie le com­bat poli­tique en Espagne, en revi­ta­li­sant la sphère publique, en renou­ve­lant le lan­gage et en cen­tra­li­sant la bataille pour le récit. Toutefois, sur le plan de l’analyse, cette thèse a eu deux grands groupes d’objections. Tout d’abord, cette poli­tique hégé­mo­nique a été inter­pré­tée de façon extrê­me­ment super­fi­cielle, comme une sorte d’ambiguïté et de pru­dence pour ne pas prendre posi­tion sur des ques­tions dif­fi­ciles ; espé­rant ain­si récol­ter des voix d’origine très dif­fé­rentes et éloi­gnées. Ensuite, on a accu­sé cette vision d’être éli­tiste, comme si la construc­tion d’un peuple était un pro­ces­sus d’ingénierie rhé­to­rique énon­cé de haut en bas. Je réponds briè­ve­ment à ces deux objec­tions.

Le pre­mier groupe d’objections confond la poli­tique popu­liste avec la pra­tique dési­déo­lo­gi­sée des par­tis que la science poli­tique appelle catch all ou « par­ti-attrape-tout » ; une évo­lu­tion de la majo­ri­té des par­tis dans les démo­cra­ties libé­rales qui tend à cher­cher à obte­nir des voix de presque tous les sec­teurs de la popu­la­tion en évi­tant les sujets les plus conflic­tuels et pola­ri­sants. Curieusement (ou pas), ce pré­ju­gé est par­ta­gé par les intel­lec­tuels conser­va­teurs et libé­raux — qui voient dans le popu­lisme une aber­ra­tion plé­béienne, amorphe et mena­çante pour la démo­cra­tie — et par cer­tains com­men­ta­teurs de gauche, inquiets face à des dis­cours dans les­quels ils ne retrouvent pas leurs mots fétiches et qui leur semblent de simples « ruses élec­to­rales ». Les pre­miers oublient que les grandes trans­for­ma­tions démo­cra­tiques et anti-éli­tistes, qui sont à la base de nos États de droit, passent tou­jours par le pos­tu­lat d’un nou­veau dèmos, comme nous le rap­pelle l’un des prin­ci­paux théo­ri­ciens de la démo­cra­tie libé­rale, Robert A. Dahl.

Íñigo Errejón (© Reuters)

Les seconds oublient que, à chaque fois que les sec­teurs les plus dému­nis de la socié­té sont deve­nus des majo­ri­tés poli­tiques, cela n’est pas pas­sé par la reven­di­ca­tion d’être une par­tie — la gauche — mais en construi­sant une nou­velle tota­li­té, le noyau d’un nou­veau pro­jet de pays. Nous appe­lons cela la trans­ver­sa­li­té et le pro­jet natio­nal-popu­laire. La dif­fé­rence fon­da­men­tale avec le mar­ke­ting élec­to­ral des par­tis « attrape-tout » c’est que, au lieu de dépo­li­ti­ser, le pro­jet natio­nal-popu­laire poli­tise ; au lieu de cher­cher à dis­soudre les pas­sions, il les reven­dique ; au lieu de brouiller les fron­tières entre un « nous » et un « eux », consub­stan­tielles au plu­ra­lisme, il les recons­truit sous une autre forme. Si le mar­ke­ting dis­sout les dif­fé­rences pour par­ler à un tout indifférencié et liquide, la poli­tique qui aspire à construire un peuple pro­pose une dif­fé­rence fon­da­men­tale, une fron­tière, qui isole les élites et part d’une nou­velle volon­té col­lec­tive qui peut refon­der à nou­veau le pays à par­tir des besoins des sec­teurs négli­gés.

« Au lieu de dépo­li­ti­ser, le pro­jet natio­nal-popu­laire poli­tise ; au lieu de cher­cher à dis­soudre les pas­sions, il les reven­dique. »

Si le mar­ke­ting fait appel au choix vola­til du consom­ma­teur, la poli­tique popu­laire inter­pelle l’émotion de l’appartenance et de la pas­sion poli­tique des moments fon­da­teurs. La pre­mière est le pré­sent per­pé­tuel et plat, la deuxième implique une cer­taine idée de trans­cen­dance et, par consé­quent, de reli­gion laïque, civique et démo­cra­tique dans le cas des pro­jets pro­gres­sistes. C’est ce genre d’émotions que l’on vit dans les mee­tings de Podemos, et qu’on ne peut imi­ter. L’expression « signi­fiants vides » a sans doute contri­bué à l’incompréhension puisque « vides » a été tra­duit — même dans les espaces mili­tants — par « ne rien dire qui puisse faire fuir des votes » ; encore une fois, il y a confu­sion entre dis­cours et simple embal­lage. Il est néces­saire d’échapper à cette erreur pour sai­sir le rôle des mots comme ciment dans une bataille pour le sens qui n’a rien d’ambigu mais qui com­mence, comme nous l’avons vu plu­sieurs fois, par celui qui fixe les termes de la dis­pute, déter­mine les éti­quettes et construit le ter­rain de jeu. Dans cette bataille, il y a des termes — vastes, conflic­tuels — qui peuvent être des rem­parts au ser­vice de la conser­va­tion de l’existant ou deve­nir les points nodaux d’une nou­velle repré­sen­ta­tion et d’un nou­veau pro­jet de pays.

Il ne s’agit pas d’une dis­si­mu­la­tion ; il s’agit de savoir par qui et com­ment est défi­nie la fron­tière entre « nous » et « eux ». La fron­tière entre le bas et le haut — dans ses diverses for­mu­la­tions — est d’ailleurs beau­coup plus radi­cale puisqu’elle est illi­sible du point de vue ins­ti­tu­tion­nel : elle ne peut pas avoir lieu dans les par­le­ments ; elle sup­pose un motif de plainte agres­sive et per­ma­nente pour cer­tains pro­duc­teurs d’opinion : per­sonne ne nous a jamais atta­qués parce que nous « ten­tions de repré­sen­ter la gauche », mais on nous a atta­qués parce que nous ten­tions de repré­sen­ter le peuple ou les gens. C’est ain­si qu’on dévoile le par­tage sym­bo­lique confor­table pour l’ordre et, en outre, la bataille dis­cur­sive en place : pri­ver les puis­sants du droit de par­ler au nom de l’Espagne, en construi­sant un nou­vel inté­rêt géné­ral qui n’exclut pas d’office la moi­tié du pays.

IEB2

Carolina Bescansa, Pablo Iglesias, Íñigo Errejón (© Europa Press)

La deuxième de ces objec­tions ren­voie à la croyance que cette approche de la pré­do­mi­nance du dis­cur­sif cor­res­pond néces­sai­re­ment à une opé­ra­tion de volon­ta­risme et d’élitisme extrême : un petit nombre d’experts qui nomment et convoquent le peuple. Si on construi­sait un peuple de cette façon, auraient alors suf­fi toutes les énu­mé­ra­tions des maux sociaux et les appels à l’unité pour que le dénue­ment et le malaise se conver­tissent en sujet poli­tique. Nous savons néan­moins, au moins depuis le néo­li­bé­ra­lisme, qu’aucune aug­men­ta­tion de l’insatisfaction ne génère un chan­ge­ment poli­tique sans une culture dif­fé­rente, si elle n’est pas ins­crite, arti­cu­lée et conçue avec un nou­veau récit capable de désar­mer et trans­per­cer ce qui, hier encore, don­nait une cer­taine natu­ra­li­té à l’ordre tra­di­tion­nel. Mais ce nou­veau récit, qui n’est pas un tour de magie ni l’œuvre d’un petit nombre de per­sonnes, n’a rien à voir avec un pro­gramme élec­to­ral, ni avec un ensemble d’in­ter­pré­ta­tions ou avec une déci­sion de quelque orga­ni­sa­tion poli­tique.

« Personne ne nous a jamais atta­qués parce que nous « ten­tions de repré­sen­ter la gauche », mais on nous a atta­qués parce que nous ten­tions de repré­sen­ter le peuple ou les gens. »

C’est une œuvre mas­sive et désor­don­née, où s’accumulent des strates, des notions qui com­mencent à être par­ta­gées, des slo­gans qui deviennent effi­caces, des romans, des chan­sons, des vidéos, des pro­grammes, des séries, des films et des livres ; des articles, des sym­boles, des moments qui res­tent gra­vés et se trans­forment en mémoire par­ta­gée et mythi­fiée, des lea­ders, des icônes ou des exemples qui acquièrent une signi­fi­ca­tion uni­ver­selle — de la même façon que les expul­sions loca­tives en Espagne ont été d’abord un drame pri­vé, ensuite un pro­blème sur l’agenda poli­tique et, enfin, une grande vic­toire cultu­relle. Tout cet arse­nal cultu­rel, qui com­mence en ras­sem­blant les reven­di­ca­tions non satis­faites et qui conti­nue en esquis­sant une scis­sion entre le pays offi­ciel et le pays réel, c’est ce que nous appe­lons la construc­tion d’une volon­té col­lec­tive. Cette construc­tion ne répond pas à un plan, puisqu’elle ne se des­sine jamais en ligne droite, mais ce n’est pas non plus une œuvre divine ou la consé­quence des forces de l’histoire : c’est le résul­tat de nom­breuses inter­ven­tions poli­tiques, concrètes et contin­gentes, les unes plus effi­caces que les autres, qui pro­duisent un nou­veau sens poli­tique, une nou­velle iden­ti­té.

Ce n’est pas une œuvre d’ingénierie, mais un pro­ces­sus cultu­rel décen­tra­li­sé, mag­ma­tique et constant, sur lequel il est de toute façon pos­sible d’intervenir. Cependant, savoir lire les pos­si­bi­li­tés du déploie­ment de ce sens par­ta­gé, inter­pré­ter le ter­rain sur lequel il se construit et être utile en met­tant en cir­cu­la­tion des expres­sions, des pro­po­si­tions et des hori­zons, des tâches et des mythes, voi­là ce qui dif­fé­ren­cie la ver­tu d’une pra­tiques poli­tique par rap­port à une autre. Enfin, la construc­tion poli­tique ne se juge, a pos­te­rio­ri, que par ses résul­tats. En tout cas, la construc­tion d’un peuple, d’une force qui exige avec suc­cès la repré­sen­ta­tion d’un nou­veau pro­jet natio­nal — dans notre cas, néces­sai­re­ment plu­ri­na­tio­nal — n’est jamais close. En tant que pro­jet, jamais le peuple n’est com­plet et jamais il n’exclut la mul­ti­pli­ci­té d’ajustements qui peuvent se pro­duire autour des dif­fé­rents axes de dif­fé­rence ou de conflit. Il s’agit d’une acti­vi­té per­ma­nente de pro­duc­tion et de repro­duc­tion de sens : le « We the People » fon­da­teur et sa ges­tion quo­ti­dienne dans les ins­ti­tu­tions qui l’expriment et l’intègrent.

IEBANDEAU1

Íñigo Errejón (© Dani Pozo | EL ESPAÑOL)

3. Deux pistes, un chemin. Allons chercher ceux qui manquent

Podemos est né avec un but expli­cite et décla­ré : construire une nou­velle majo­ri­té popu­laire qui ren­drait la sou­ve­rai­ne­té à ceux qui avaient été oubliés, arna­qués ou trai­tés de façon injuste par la confis­ca­tion oli­gar­chique — et sou­vent mafieuse — de nos ins­ti­tu­tions. Nous savions que cette tâche était com­po­sée fon­da­men­ta­le­ment de deux voies. Une pre­mière voie, accé­lé­rée et ver­ti­gi­neuse, exi­geait d’être en condi­tion pour livrer toutes les batailles élec­to­rales de ces deux années déci­sives. Nous avons sou­vent repré­sen­té cette voie comme une charge — paci­fique — de cava­le­rie, « tout ou rien », contre le pou­voir poli­tique. On peut dire que c’est une piste à la logique plé­bis­ci­taire, qui nous a ame­nés à construire la désor­mais célèbre « machine de guerre élec­to­rale ». Toute éva­lua­tion des coûts induits par le choix de pri­vi­lé­gier cette piste élec­to­rale doit aus­si néces­sai­re­ment se faire à l’aune du ter­rain gagné contre l’adversaire grâce à cette déci­sion : tout d’abord, cette voie a empê­ché une res­tau­ra­tion conser­va­trice et une conso­li­da­tion de ses posi­tions déjà conquises.

« Progresser sur cette voie quand le vent nous pousse et pré­pa­rer les condi­tions afin de ne pas être empor­tés avec lui quand ce vent sera contraire. »

Malgré cette guerre d’usure, mal­gré les insultes, mal­gré la cam­pagne jouant sur la peur, mal­gré nos propres erreurs et mal­gré les croche-pieds, une force qui défie clai­re­ment les puis­sants a obte­nu, le 20 décembre 2015, cinq mil­lions de voix — soit 21 % des suf­frages. Si d’au­cuns peuvent pen­ser que nous sommes très loin d’être deve­nus la pre­mière force poli­tique, il leur fau­dra admettre que nous sommes arri­vés beau­coup plus haut que ce que les son­dages pré­voyaient ; il leur fau­dra admettre que nous avons évi­té la fer­me­ture de la fenêtre d’opportunité et que nous avons contri­bué de façon déci­sive à un pro­ces­sus de chan­ge­ment poli­tique, encore inache­vé mais sur lequel on ne peut désor­mais plus reve­nir, et qui a péné­tré toutes les échelles géo­gra­phiques et ins­ti­tu­tion­nelles, la culture poli­tique, les habi­tudes et le pay­sage de notre pays. La pro­fon­deur de notre avan­cée est pré­ci­sé­ment la cause prin­ci­pale de cette période d’impasse dans laquelle les forces tra­di­tion­nelles, pour la pre­mière fois dans notre sys­tème de par­tis, ne se suf­fisent pas à elles-mêmes pour gou­ver­ner dans des condi­tions nor­males — pas même avec Ciudadanos comme force auxi­liaire du bipar­tisme. Cela nous a pla­cés dans une période de « bal­lo­tage catas­tro­phique » entre les forces du chan­ge­ment et celles qui prônent la per­pé­tua­tion du cours des choses.

La deuxième voie, plus cultu­relle, fait réfé­rence à la tâche plus lente de construc­tion d’un réseau asso­cia­tif, d’espaces de loi­sir, de socia­li­sa­tion et d’entraide, à une mys­tique par­ta­gée, à une com­mu­nau­té poli­tique et un patri­moine cultu­rel et intel­lec­tuel qui, au-delà des ava­tars élec­to­raux, fonde une nou­velle façon d’être en com­mun, un pro­jet de patrie. Nous avons déjà eu l’occasion de par­ler du pas­sage de la machine de guerre élec­to­rale au mou­ve­ment popu­laire. Nous sommes ici dans une logique plus décen­tra­li­sée et hori­zon­tale de construc­tion de sub­jec­ti­vi­té et d’implantation ter­ri­to­riale, de mul­ti­pli­ca­tion de mili­tants, diri­geants, ges­tion­naires et intel­lec­tuels du pro­jet, afin de for­mer un bloc his­to­rique qui ait la capa­ci­té de mettre en rela­tion des sec­teurs très dif­fé­rents autour d’objectifs par­ta­gés et fiables, avec des règles accep­tées et des pro­cé­dures éta­blies. Cette voie, comme on peut le voir, implique aus­si une archi­tec­ture ins­ti­tu­tion­nelle qui pré­vienne les pas en arrière, qui nor­ma­lise les droits conquis et génère plus de jus­tice sociale et de démo­cra­ti­sa­tion, sans deman­der aux gens d’être des héros ou héroïnes — ou des mili­tants — tous les jours ce qui relè­ve­rait d’une aspi­ra­tion his­to­ri­que­ment vouée à l’échec. Progresser sur cette voie quand le vent nous pousse et pré­pa­rer les condi­tions afin de ne pas être empor­tés avec lui quand ce vent sera contraire.

IEB1

Premier plan : X. Domènech, P. Iglesias, Í. Errejón ; second plan : J. Rodríguez, I. Montero, V. Rosell, C. Bescansa (© Sergio Perez | Reuters)

« Comment construire un pro­jet natio­nal-popu­laire, démo­cra­tique et pro­gres­siste, dans une socié­té for­te­ment ins­ti­tu­tion­na­li­sée dans laquelle la crise des élites et des par­tis n’est pas une crise de l’État dans son ensemble ? »

En tout cas, ce serait une erreur de pen­ser que ces deux voies s’excluent mutuel­le­ment, de choi­sir l’une ou l’autre en termes moraux ou de pen­ser que la pre­mière fait réfé­rence au tra­vail élec­to­ral et la deuxième à « la rue ». Nous sommes dans une socié­té déve­lop­pée, avec un État diver­si­fié et com­plexe et des admi­nis­tra­tions qui — pour l’essentiel — fonc­tionnent et sont appré­ciées par les citoyens. Cela rend la com­po­sante « répu­bli­caine » et ins­ti­tu­tion­nelle au moins aus­si impor­tante que la com­po­sante « popu­laire ». Dans ce contexte, les grandes trans­for­ma­tions, même quand elles contiennent des moments d’accélération, ne se pro­duisent pas par une explo­sion lors d’un grand soir mais dans un lent pro­ces­sus de conquête ins­ti­tu­tion­nelle, de démons­tra­tion de cré­di­bi­li­té, de séduc­tion, d’accouchement d’un pays alter­na­tif et de construc­tion des moyens de consen­sus et de pou­voir pour le construire.

Cela n’exclut pas les coups de main auda­cieux ou les chan­ge­ments de rythme, mais donne une impor­tance déci­sive aux nuances et à la capa­ci­té d’articulation : ce qui fait la dif­fé­rence entre un pro­jet de masse et un pro­jet majo­ri­taire. Pour le dire sim­ple­ment : notre construc­tion d’une nou­velle volon­té col­lec­tive sera à la fois popu­laire et citoyenne, ou elle ne sera pas. Elle aura la capa­ci­té de tendre la main aux sec­teurs les plus défa­vo­ri­sés mais aus­si aux sec­teurs inter­mé­diaires, s’appuiera sur les sec­teurs les plus mobi­li­sés, mais elle sera aus­si capable de par­ler le lan­gage de ceux qui font encore aujourd’hui défaut pour une nou­velle majo­ri­té.

Cela exige pour nous de pen­ser Podemos au-delà des cir­cons­tances excep­tion­nelles de ce cycle court. Comment construire un pro­jet natio­nal-popu­laire, démo­cra­tique et pro­gres­siste, dans une socié­té for­te­ment ins­ti­tu­tion­na­li­sée dans laquelle la crise des élites et des par­tis n’est pas une crise de l’État dans son ensemble ? La solu­tion implique pro­ba­ble­ment la construc­tion d’un « nous » élas­tique, flexible, tou­jours ouvert, très hété­ro­gène, et d’un « eux » dur, autour de l’infime mino­ri­té pri­vi­lé­giée qui s’est pla­cée au-des­sus de la loi. Cela nous per­met­trait d’échapper à l’encerclement per­ma­nent qui tente de nous reje­ter vers les deux options d’un mani­chéisme men­son­ger : inté­gra­tion-démo­li­tion, qui veut dire désac­ti­va­tion ou mar­gi­na­li­sa­tion. Nous avons par­cou­ru la moi­tié du che­min, non sans effort, avec la capa­ci­té de débattre d’un cap qui n’était pas écrit ; nous avons pu esqui­ver les ten­ta­tives de nous enfer­mer sur nous-mêmes ; nous avons conser­vé la capa­ci­té de choi­sir les conflits, séduire et élar­gir le champ. Partons en quête de ce qui manque ; par­tons en quête de celles et ceux qui manquent.


Texte ori­gi­nal : « Podemos a mitad de cami­no », www.ctxt.es, 23 avril 2016 — tra­duit de l’es­pa­gnol par Pablo Castaño Tierno, Luis Dapelo, Walden Dostoievski et Alexis Gales avec l’ai­mable auto­ri­sa­tion de la revue CTXT.

Photographie de por­trait d’Íñigo Errejón et Pablo Iglesias : © Reuters
Photographie de ban­nière : © Dani Pozo


REBONDS

☰ Lire notre article « #AlertaPatio : le squat madri­lène sonne l’alerte », Arthur Moreau, octobre 2015
☰ Lire l’en­tre­tien avec Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », (tra­duc­tion), mai 2015
☰ Lire notre série d’ar­ticles sur Podemos, « Que pense Podemos ? », Alexis Gales, avril 2015

Iñigo Errejón
Iñigo Errejón

Secrétaire politique de Podemos, député au Parlement espagnol depuis janvier 2016.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.