L’Espagne après Franco : le mouvement ouvrier pendant la transition démocratique


Texte inédit pour le site de Ballast

Fin 1975 : le géné­ral Franco meurt. Le roi main­tient en place le der­nier pré­sident du gou­ver­ne­ment du dic­ta­teur — il démis­sion­ne­ra quelques mois plus tard, tan­dis que la socié­té se mobi­lise mas­si­ve­ment en faveur d’un retour à la « démo­cra­tie ». Au prin­temps 1977, le Parti com­mu­niste d’Espagne est léga­li­sé ; deux mois plus tard, des élec­tions ont lieu et un pro­jet de consti­tu­tion démo­cra­tique voit le jour au Parlement. Une séquence poli­tique connue sous le nom de « Transición españo­la ». L’heureux avè­ne­ment, en somme, d’un régime par­le­men­taire et libé­ral par la grâce de la loi : tel est le récit qui, trop sou­vent et aujourd’­hui encore, en est fait. La nar­ra­tion est com­mode : elle invi­si­bi­lise les luttes auto­nomes des mou­ve­ments popu­laires, des ouvriers et des gré­vistes — morts com­pris. Contre-his­toire d’une « tran­si­tion ». ☰ Par Arnaud Dolidier


Pendant l’investiture du gou­ver­ne­ment de coa­li­tion de gauche en jan­vier 2020, alors qu’il prend la parole à la tri­bune du Congrès des dépu­tés, Pablo Iglesias, chef de file de Unidas Podemos, remer­cie les mou­ve­ments sociaux de leur sou­tien. Il s’engage à ce que le gou­ver­ne­ment tra­vaille à trans­for­mer leurs reven­di­ca­tions en de futures lois. Cette affir­ma­tion, qui sous-entend que toute action sociale trouve un débou­ché dans la pra­tique gou­ver­ne­men­tale, ren­voie à l’imaginaire de la tran­si­tion espa­gnole1 dans lequel l’action des masses popu­laires s’articule à celle de leurs repré­sen­tants par­le­men­taires. À la mort de Franco en novembre 1975, suc­cèdent, au pre­mier semestre 1976, les luttes de cen­taines de mil­liers de personnes2, notam­ment dans les régions indus­tria­li­sées de l’Espagne. Il est ques­tion de la révi­sion des conven­tions col­lec­tives de divers corps de métiers, mais aus­si d’a­bo­lir la dic­ta­ture. Ce nou­veau cycle d’action col­lec­tive spec­ta­cu­laire pré­ci­pite dès juillet la chute du gou­ver­ne­ment de Carlos Arias Navarro, auquel suc­cède un nou­veau cabi­net, qui s’engage dans la voie du chan­ge­ment poli­tique à tra­vers la négo­cia­tion avec les deux prin­ci­paux par­tis de l’opposition, socia­liste (PSOE) et com­mu­niste (PCE). Ces négo­cia­tions conduisent à l’instauration d’une démo­cra­tie par­le­men­taire et libé­rale entre 1977 et 1978. Selon l’his­to­rio­gra­phie domi­nante, les mobi­li­sa­tions sociales se seraient ran­gées der­rière la ban­nière de l’op­po­si­tion en sous­cri­vant à la stra­té­gie de la « réforme pac­tée » — ce qui aurait per­mis la chute du fran­quisme.

« La classe ouvrière aurait accep­té des sacri­fices pour en retour béné­fi­cier de la démo­cra­tie. »

L’idée selon laquelle le peuple espa­gnol en géné­ral, et la classe ouvrière en par­ti­cu­lier, auraient sous­crit à cette stra­té­gie révèle une per­cep­tion méca­nique du chan­ge­ment poli­tique : le mou­ve­ment ouvrier est appré­hen­dé comme une enti­té homo­gène dans sa com­po­si­tion, ses reven­di­ca­tions et ses cou­rants idéo­lo­giques. Le mythe consis­tant à pré­sen­ter la tran­si­tion comme une opé­ra­tion juri­dique et poli­tique por­tée par des acteurs au som­met de l’État a été remis en ques­tion. Mais si les masses popu­laires sont désor­mais inté­grées au récit domi­nant, un pos­tu­lat demeure récal­ci­trant : celui d’une classe ouvrière sou­dée der­rière l’op­po­si­tion démo­cra­tique. Le mou­ve­ment ouvrier est ain­si pré­sen­té comme une force poli­tique et sociale ayant per­mis à l’opposition de ren­for­cer son poids pour négo­cier avec le chef de l’État à par­tir de juillet 1976. La classe ouvrière aurait accep­té des « sacri­fices » — notam­ment sur le plan des trans­for­ma­tions sociales et poli­tiques — pour en retour béné­fi­cier de « la démo­cra­tie ». Cette vision fan­tas­mée de l’avènement démo­cra­tique en Espagne — encore pré­sente de nos jours — par­ti­cipe à invi­si­bi­li­ser l’histoire du mou­ve­ment ouvrier espa­gnol des années 1970. Les frac­tions révo­lu­tion­naires, popu­laires et anti­ca­pi­ta­listes du monde des usines sont per­çues comme anec­do­tiques, des­ti­nées à être mar­gi­na­li­sées à mesure de la conso­li­da­tion des nou­velles ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques. Cela par­ti­cipe éga­le­ment à éva­cuer les rap­ports de force dans les usines, et à faire l’impasse sur le pro­ces­sus de subor­di­na­tion et de domes­ti­ca­tion du mou­ve­ment ouvrier aux par­tis poli­tiques de l’opposition.

Autonomie ouvrière et culture assembléiste

À la fin des années 1960, la conflic­tua­li­té ouvrière connaît une forte aug­men­ta­tion, devant laquelle le fran­quisme se révèle impuis­sant. La poli­tique de répres­sion menée en réponse accroît la déter­mi­na­tion des gré­vistes et radi­ca­lise les conflits de classes, tout en les poli­ti­sant. C’est à la même époque que les grèves se struc­turent et s’organisent à par­tir d’assemblées clan­des­tines, char­gées d’élaborer des reven­di­ca­tions, de coor­don­ner l’action entre plu­sieurs branches de métiers par l’élection de délé­gués ouvriers (au man­dat impé­ra­tif et révo­cable à tout ins­tant) et de se dis­soudre ensuite. Les tra­vailleurs mettent en place des com­mis­sions ouvrières man­da­tées par les assem­blés pour négo­cier avec le patro­nat. Ces der­nières se struc­turent en un mou­ve­ment socio­po­li­tique, les Commissions Ouvrières (CCOO), dans les­quelles des col­lec­tifs et des orga­ni­sa­tions se livrent une lutte de pou­voir. Le Parti com­mu­niste d’Espagne (PCE) consti­tue le cou­rant majo­ri­taire en leur sein. Il adopte une stra­té­gie qui com­bine actions légales et illé­gales dans les usines, et s’ap­puie sur les assem­blées clan­des­tines afin de rédi­ger des pla­te­formes de reven­di­ca­tions et d’ap­pe­ler à des grèves par­tielles ou à des mani­fes­ta­tions publiques — tout en se pré­sen­tant aux élec­tions syn­di­cales fran­quistes (comme en juin 1975) afin d’obtenir des postes de délé­gués syn­di­caux. En pra­ti­quant l’entrisme dans les struc­tures de l’Organisation syn­di­cale espa­gnole (OSE), syn­di­cat fran­quiste, le PCE veut se don­ner les moyens de coor­don­ner les usines au sein d’un large mou­ve­ment anti­fran­quiste et inter­clas­siste.

[Joan Miró]

À côté du PCE se trouve un ensemble d’organisations mar­xistes-léni­nistes, mais aus­si des col­lec­tifs qui se réclament de l’autonomie ouvrière. Ces der­niers agissent depuis les assem­blées et appré­hendent les assem­blées à la fois comme outil orga­ni­sa­tion­nel et centre de gra­vi­té de l’action anti­fran­quiste et anti­ca­pi­ta­liste. Derrière la façade de l’unité anti­fran­quiste, la classe ouvrière est ain­si tra­ver­sée par des luttes de pou­voir au sein des CCOO — que l’on peut sché­ma­ti­que­ment divi­ser en deux camps : d’un côté, le PCE et les orga­ni­sa­tions com­mu­nistes à sa gauche ; de l’autre, l’autonomie ouvrière. Dans un texte paru en 1972, le mili­tant Julio Sanz Oller sou­ligne les enjeux de cet affron­te­ment : « Il est clair qu’aujourd’hui […] au sein du mou­ve­ment ouvrier espa­gnol seule­ment deux forces vont comp­ter : le PC et le mou­ve­ment auto­nome qui met­tra du temps encore avant d’aboutir à une large orga­ni­sa­tion de classe. Il s’agit, dès main­te­nant, d’éviter que le pre­mier ne mange le second3. » Lorsque Franco meurt en novembre 1975, l’assembléisme est plus fort que jamais. Il consti­tue un défi pour l’opposition démo­cra­tique : si celle-ci entend s’appuyer sur les usines pour faire pres­sion sur le pou­voir fran­quiste, elle craint de se faire débor­der par la radi­ca­li­té ouvrière.

La grève générale de Vitoria

« Derrière la façade de l’unité anti­fran­quiste, la classe ouvrière est tra­ver­sée par des luttes de pou­voir : d’un côté le PCE et les orga­ni­sa­tions com­mu­nistes à sa gauche ; de l’autre, l’autonomie ouvrière. »

En mai 1976, lorsque les grèves et les mani­fes­ta­tions sont mon­naie cou­rante dans l’ensemble de l’Espagne, Juan Antonio Sagardoy Bengoechea, pro­fes­seur de droit, exprime dans le quo­ti­dien El País son inquié­tude. Il défi­nit l’action des mou­ve­ments ouvriers et popu­laires de la façon sui­vante : « Actuellement en Espagne, toutes les grèves sont sau­vages et l’unique façon de les civi­li­ser, passe par une muta­tion en pro­fon­deur de la struc­ture syn­di­cale, en don­nant la place aux orga­ni­sa­tions libres et auto­nomes des tra­vailleurs qui orientent, qui main­tiennent les grèves, et se res­pon­sa­bi­lisent de ces der­nières4. » Le juriste pré­sente dans toute la presse les usines comme des espaces où règne le chaos. Les grèves assem­bléistes sont qua­li­fiées de « sau­vages » car elles échappent aux canaux de la repré­sen­ta­tion syn­di­cale fran­quiste et ne sont pas enca­drées par les orga­ni­sa­tions de l’opposition — ce qui inquiète la bour­geoi­sie. Pour lui, l’unique moyen de mettre fin à cette situa­tion consiste à pro­mou­voir les cadres du syn­di­ca­lisme anti­fran­quiste afin de neu­tra­li­ser les luttes auto­nomes, dont la plus emblé­ma­tique est celle qui a eu lieu à Vitoria-Gasteiz, au Pays basque, entre jan­vier et mars 1976. Dans ses Mémoires, Manuel Fraga, ministre de l’Intérieur en 1976, décrit la grève géné­rale de Vitoria comme une mobi­li­sa­tion de nature révo­lu­tion­naire, com­pa­rable au Soviet de Petrograd de 1917. Le ton alar­miste qu’il emploie lorsqu’il décrit la « folie » des gré­vistes révèle la crainte de la dic­ta­ture face au mou­ve­ment ouvrier auto­nome. Cette crainte est éga­le­ment par­ta­gée, comme on l’a dit, par l’opposition démo­cra­tique, laquelle redoute le déve­lop­pe­ment d’un mou­ve­ment ouvrier auto­nome capable de remettre en cause son hégé­mo­nie et, dès lors, de l’isoler poli­ti­que­ment.

À l’inverse des mobi­li­sa­tions ouvrières et popu­laires qui ont lieu à la même période dans la capi­tale espa­gnole et en Catalogne, la grève géné­rale de Vitoria n’est pas contrô­lée par les orga­ni­sa­tions syn­di­cales antifranquistes5. À Madrid, par exemple, l’opposition démo­cra­tique — et ses relais syn­di­caux — a pesé de tout son poids pour évi­ter la construc­tion d’une grève géné­rale en pri­vi­lé­giant des grèves sec­to­rielles, ceci afin de res­treindre l’intensité de la mobi­li­sa­tion. Au Pays basque, cette stra­té­gie se heurte à leur manque d’implantation. En jan­vier 1976, dans un contexte où l’ensemble du monde ouvrier espa­gnol lutte pour de meilleures condi­tions de tra­vail, et contre le régime fran­quiste, les mili­tants de la Coordination ouvrière de Vitoria (COV) ini­tient grèves, occu­pa­tions d’usines et mani­fes­ta­tions, fon­dées sur la sou­ve­rai­ne­té des assem­blées et sur l’élection de repré­sen­tants aux man­dats impé­ra­tifs et révo­cables à tout moment.

[Joan Miró]

Comme dans l’ensemble des zones indus­tria­li­sées du pays, le conflit a pour ori­gine la révi­sion des conven­tions col­lec­tives et évo­lue à tra­vers l’incorporation de reven­di­ca­tions poli­tiques. Entre le 9 et le 26 jan­vier 1976, la mobi­li­sa­tion (dont per­sonne n’avait envi­sa­gé qu’elle serait si longue et si mas­sive) s’est éten­due à 6 250 ouvriers des sept grandes usines et des trois usines moyennes de Vitoria. Soit près de deux tiers de l’en­semble des ouvriers. Elle se fonde sur l’as­sem­bléisme et l’au­to­no­mie, pra­tiques de démo­cra­tie ouvrière menant à l’é­la­bo­ra­tion d’un véri­table conseil ouvrier. Celui-ci inclut, via l’ar­ti­cu­la­tion de divers types d’as­sem­blées, non seule­ment l’en­semble des usines métal­lur­giques de la ville, mais aus­si les quar­tiers popu­laires enga­gés dans le conflit. Les assem­blées d’usines se déroulent quo­ti­dien­ne­ment. Soit sur les sites de pro­duc­tion lorsque ceux-ci sont occu­pés par les gré­vistes, soit dans les églises alen­tours lorsque le patro­nat pro­cède à des lock-out6. Ces assem­blées sont déci­sion­nelles : aucun accord sur l’évolution de la grève et ses moda­li­tés d’action ne peut être pris sans la déci­sion des assem­blées d’usines. C’est en leur sein que les ouvriers élisent leurs man­da­tés qui for­me­ront ensuite des Commissions repré­sen­ta­tives, qui elles-mêmes dési­gne­ront la Coordination des com­mis­sions repré­sen­ta­tives (CCR). On compte éga­le­ment des assem­blées com­munes (asam­bleas de conjun­to) réunis­sant les gré­vistes des usines en lutte et les habi­tants des quar­tiers popu­laires. Elles se tiennent deux fois par semaine et ras­semblent plu­sieurs mil­liers de per­sonnes.

« La mobi­li­sa­tion se fonde sur l’as­sem­bléisme et l’au­to­no­mie, pra­tiques de démo­cra­tie ouvrière menant à l’é­la­bo­ra­tion d’un véri­table conseil ouvrier. »

Ce fonc­tion­ne­ment assem­bléiste se ren­force à mesure que la répres­sion poli­cière et patro­nale s’intensifie. Du côté du patro­nat, on refuse de recon­naître la léga­li­té des assem­blées — ce qui se tra­duit par un sur­saut de radi­ca­li­té ouvrière. Du côté de la police, la répres­sion des mani­fes­tants s’accompagne de rap­ports pour le gou­ver­neur civil qui mettent en avant la trans­for­ma­tion du mou­ve­ment ouvrier : à l’origine pure­ment reven­di­ca­tif, celui-ci est deve­nu une mobi­li­sa­tion popu­laire au sein de laquelle la « nébu­leuse d’extrême gauche » a conduit la mobi­li­sa­tion à la grève géné­rale. Durant ces deux mois de mobi­li­sa­tion, les occu­pa­tions d’usines et les assem­blées ouvrières et popu­laires sont effec­ti­ve­ment à l’initiative de plu­sieurs démons­tra­tions de force — notam­ment lorsque, le 16 février, puis le 23 et enfin le 3 mars, une mul­ti­tude de pro­tes­ta­taires orga­nisent des mani­fes­ta­tions à dif­fé­rents endroits de la ville pour conver­ger ensuite dans le centre en une marche uni­taire.

Lors de cette der­nière jour­née de grève géné­rale, le 3 mars, les mani­fes­ta­tions par­ties des quar­tiers péri­phé­riques se réunissent dans le centre-ville. 18 000 mani­fes­tants font face à la police armée en blo­quant les routes, en éri­geant des bar­ri­cades et en se défen­dant par des jets de pierre et de cock­tails Molotov. À 17 heures, une assem­blée com­mune est pré­vue dans l’église de San Francisco. Alors qu’en­vi­ron 5 000 per­sonnes se trouvent à l’intérieur de l’édifice, 7 000 mani­fes­tants conti­nuent d’affronter la police qui leur bloque l’accès. Cette der­nière décide alors d’évacuer le bâti­ment reli­gieux en lan­çant des gre­nades lacry­mo­gènes par les fenêtres, pro­vo­quant la panique des gré­vistes : au moment de leur éva­cua­tion, la police tire à balles réelles, pro­vo­quant une cen­taine de bles­sés (dont 20 griè­ve­ment), et la mort de cinq tra­vailleurs en grève.

[Joan Miró]

Le len­de­main, les ouvriers pour­suivent la lutte et résistent aux attaques de la police, laquelle tente de dis­soudre la tenue d’assemblées. Dans les jours qui suivent, les évé­ne­ments se pré­ci­pitent. Le 5 mars, envi­ron 70 000 tra­vailleurs, femmes, étu­diants, etc., assistent aux funé­railles des ouvriers tués par les forces de l’ordre. Le lun­di 8 mars, une grève géné­rale est orga­ni­sée par un ensemble d’assemblées d’usines et de quar­tiers à tra­vers tout le Pays basque et la Navarre : 600 000 tra­vailleurs des­cendent dans la rue pour exi­ger la dis­so­lu­tion des corps de police armée et un pro­cès pour les cou­pables de la tue­rie. La police tue à nou­veau deux mani­fes­tants ; elle arrête puis tor­ture les prin­ci­paux lea­ders ouvriers de Vitoria, qui sont par la suite empri­son­nés. Cette situa­tion pro­voque la panique du patro­nat : il parle d’une situa­tion « pré-révo­lu­tion­naire » et cède dès lors aux reven­di­ca­tions ouvrières, notam­ment la réad­mis­sion de tous les tra­vailleurs licen­ciés au cours du conflit ain­si que la réou­ver­ture de négo­cia­tions avec les usines en grève. Même les patrons les plus intran­si­geants flé­chissent. Dans les grandes entre­prises métal­lur­giques de Vitoria-Gasteiz, les reven­di­ca­tions sala­riales sont satis­faites et les repré­sen­tants élus par l’assemblée recon­nus. Par ailleurs, la répres­sion du 3 mars appa­raît comme l’événement clef qui pré­ci­pi­te­ra à la fois la chute du gou­ver­ne­ment de Carlos Arias Navarro et l’union des forces de l’opposition démo­cra­tique.

« 600 000 tra­vailleurs des­cendent dans la rue pour exi­ger la dis­so­lu­tion des corps de police armée et un pro­cès pour les cou­pables de la tue­rie. »

Cette chute, en juillet 1976, n’empêche en rien l’extension de la colère ouvrière. Le nou­veau gou­ver­ne­ment pré­si­dé par Adolfo Suárez com­prend — comme une majo­ri­té de réfor­mistes fran­quistes qu’il repré­sente — que le chan­ge­ment poli­tique est inévi­table : il faut cette fois pro­cé­der au déman­tè­le­ment des ins­ti­tu­tions dic­ta­to­riales, accé­der à une par­tie des reven­di­ca­tions poli­tiques de l’op­po­si­tion, tout en jouant la carte de la divi­sion entre le PSOE et le PCE. Dans le même temps, ces deux par­tis s’unissent au sein d’une même struc­ture : l’opposition com­prend que la radi­ca­li­té du mou­ve­ment ouvrier consti­tue une entrave à la construc­tion d’un mou­ve­ment inter­clas­siste qui réuni­rait monde des usines, petite bour­geoi­sie et classes moyennes. Cette volon­té de res­treindre l’action ouvrière à une force de pres­sion poli­tique afin de peser lors des négo­cia­tions avec le pou­voir fran­quiste, se tra­duit par la subor­di­na­tion du mou­ve­ment ouvrier à l’action de l’opposition démo­cra­tique.

Domestication et criminalisation du mouvement ouvrier autonome

Entre 1976 et 1977, le mou­ve­ment ouvrier conti­nue à se mobi­li­ser dans plu­sieurs régions d’Espagne dans divers sec­teurs (métal­lur­gie, bâti­ment, indus­trie chi­mique, trans­ports publics). Ces mobi­li­sa­tions sont tou­jours orga­ni­sées à par­tir d’assemblés sou­ve­raines et déci­sion­nelles. L’intensité et la pour­suite du cycle d’action pro­tes­ta­taire dérange le gou­ver­ne­ment de Suárez dans sa volon­té de nor­ma­li­ser le champ social afin d’en­ga­ger des réformes struc­tu­relles. Pour y mettre un terme, il invite les cen­trales syn­di­cales dès le mois d’août dans le but de trou­ver des voies de sor­tie à cette situa­tion explo­sive. Lors de ces ren­contres, le gou­ver­ne­ment laisse entendre qu’il sou­haite geler toutes les négo­cia­tions sur les conven­tions col­lec­tives afin de mettre un coup d’arrêt aux grèves. Contre cette voie auto­ri­taire les CCOO7 répondent : « Cela pour­rait créer une situa­tion exces­si­ve­ment conflic­tuelle que nous-mêmes ne pour­rions contrô­ler et ce jusqu’à ce que les lea­ders du mou­ve­ment syn­di­cal n’en puissent plus8. » Pour le syn­di­cat, la radi­ca­li­sa­tion du mou­ve­ment ouvrier s’explique en pre­mier lieu par le degré éle­vé de poli­ti­sa­tion des grèves. Pour y mettre fin, les diri­geants syn­di­caux pro­posent de pro­mul­guer les liber­tés démo­cra­tiques, ce qui per­met­tra de dépo­li­ti­ser les pro­tes­ta­tions : « C’est pré­ci­sé­ment le manque de liber­tés qui a inten­si­fié les conflits, qui les ral­longe, qui intro­duit la poli­tique au sein des entre­prises alors qu’elle devrait avoir un autre espace. Beaucoup de conflits sont dra­ma­tiques à cause de ques­tions poli­tiques qui devraient être posées dans un autre endroit9. »

[Joan Miró]

Cet argu­men­taire révèle chez l’op­po­si­tion une volon­té de dépo­li­ti­ser le mou­ve­ment ouvrier afin de cir­cons­crire son action à des ques­tions sala­riales et éco­no­miques. Elle doit donc peser de tout son poids pour trans­for­mer les pla­te­formes de reven­di­ca­tions. C’est ce que font les prin­ci­pales cen­trales syn­di­cales qui s’unissent au sein d’une même struc­ture, la Coordination des orga­ni­sa­tions Syndicales (COS), qui lance au deuxième semestre 1976 une cam­pagne contre un décret gou­ver­ne­men­tal qui attaque les droits des tra­vailleurs. Les cen­trales syn­di­cales com­prennent qu’elles se font débor­der sur leur gauche par les frac­tions révo­lu­tion­naires et assem­bléistes du mou­ve­ment ouvrier lors de conflits à l’échelle régio­nale ou locale. Dès lors, mal­gré leur concur­rence et leur volon­té d’hé­gé­mo­nie dans le nou­veau champ syn­di­cal en construc­tion, elles s’unissent au sein d’une même struc­ture, la Coordination des orga­ni­sa­tions syn­di­cales (COS), pour construire une mobi­li­sa­tion natio­nale : le cadre est défa­vo­rable à l’autonomie ouvrière ; elle peine à se coor­don­ner au niveau natio­nal. La grève géné­rale de 24 heures lan­cée par la COS le 12 novembre, avec pour seul mot d’ordre le retrait du décret, consti­tue une rup­ture avec les mobi­li­sa­tions du début de l’année. Elle per­met de mon­trer au pou­voir que les cen­trales sont à la tête du mou­ve­ment ouvrier, ce der­nier se mon­trant dis­ci­pli­né et conver­tible en force de pres­sion aux mains de l’op­po­si­tion, dans le cadre des négo­cia­tions avec le gou­ver­ne­ment fran­quiste.

« Les gré­vistes ont dû non seule­ment com­battre la répres­sion poli­cière et patro­nale, mais éga­le­ment les manœuvres des diri­geants syn­di­caux. »

Les grèves assem­bléistes et auto­nomes per­sistent pour­tant tout au long de l’année 1977. La mobi­li­sa­tion des ouvriers de l’usine Roca en Catalogne entre novembre 1976 et février 1977, celle du bâti­ment dans les Asturies au prin­temps 1977 ou celle des cor­don­niers dans la pro­vince d’Alicante en août et sep­tembre, sont autant d’exemples qui témoignent de la volon­té du mou­ve­ment ouvrier de ne pas se lais­ser repré­sen­ter ni de voir ses objec­tifs défi­nis par des cen­trales qui veulent frei­ner les luttes sociales. Dans tous ces conflits, les gré­vistes ont dû non seule­ment com­battre la répres­sion poli­cière et patro­nale, mais éga­le­ment les manœuvres des diri­geants syn­di­caux qui ont tout fait pour court-cir­cui­ter le fonc­tion­ne­ment hori­zon­tal des grèves. Le pou­voir a conscience qu’il doit ini­tier une « tran­si­tion syn­di­cale » afin de déman­te­ler les struc­tures du syn­di­ca­lisme fran­quiste et favo­ri­ser l’instauration de nou­velles normes de repré­sen­ta­tions sala­riales capable, entre autres, de mar­gi­na­li­ser l’assembléisme ouvrier. Des réformes sont ini­tiées tout au long de l’année 1977, à tra­vers des réunions entre les prin­ci­paux syn­di­cats et l’État. Mais c’est avec la signa­ture des pactes de la Moncloa en octobre 1977 que s’ouvre une nou­velle séquence poli­tique carac­té­ri­sée par une perte de vitesse des mobi­li­sa­tions auto­nomes. Ces accords, de nature libé­rale, ont pour effet de géné­ra­li­ser les contrats à durée déter­mi­née et de faci­li­ter les licen­cie­ments des tra­vailleurs. Ils répondent en cela aux exi­gences du patro­nat et attaquent les droits acquis par la classe ouvrière en 1976. Ces pactes sont aus­si l’occasion d’une mise en scène autour du chef de l’État et de l’unité natio­nale, fon­dée sur un « dis­cours du consen­sus » qui se tra­duit par le dis­cré­dit d’une grande par­tie du réper­toire ouvrier d’action col­lec­tive. C’est à par­tir de ce dis­cours, qui montre la démo­cra­tie fon­dée sur des valeurs de civisme, de dia­logue et de res­pon­sa­bi­li­té, que les piquets de grève ou encore les occu­pa­tions d’usines sont pré­sen­tés comme autant de pra­tiques anti-démo­cra­tiques et ana­chro­niques : « L’assembléisme refuse de com­prendre que son époque héroïque de lutte contre le syn­di­ca­lisme fran­quiste est révo­lue. Il doit y avoir d’autres pro­ta­go­nistes à pré­sents, les syn­di­cats libres10. »

L’assembléisme, légi­ti­mé autre­fois par le com­bat anti­fran­quiste, est à pré­sent invi­té à quit­ter la scène du théâtre démo­cra­tique. Ce dis­cré­dit s’accompagne aus­si de la pro­mo­tion du syn­di­ca­lisme coges­tion­naire et se tra­duit par l’instauration de nou­velles normes de repré­sen­ta­tion sala­riale dans les usines. La tenue des élec­tions syn­di­cales fin 1977 et début 1978, puis la mise en place de comi­tés d’entreprise qui assignent l’assemblée à un rôle d’information et non plus de déci­sion, per­mettent aux deux syn­di­cats majo­ri­taires — CCOO et UGT11 — d’assoir leur hégé­mo­nie et leur mono­pole de la repré­sen­ta­tion sociale. Ce pro­ces­sus de nor­ma­li­sa­tion de la repré­sen­ta­tion ouvrière conduit à la mar­gi­na­li­sa­tion des résis­tances auto­nomes. En effet, depuis les élec­tions légis­la­tives de juin, la loi d’amnistie d’octobre 1977 et la signa­ture des pactes de la Moncloa, le dis­cours du consen­sus par­ti­cipe à dis­cré­di­ter les conflits de classe fon­dés sur l’assembléisme, dont les actions col­lec­tives, accu­sées de fomen­ter la vio­lence et por­tées par une logique d’affrontement, seraient contraires à l’instauration d’une convi­via­li­té paci­fique. Dès lors, les grèves qui, sous le fran­quisme, étaient répri­mées au nom de la « sub­ver­sion », sont à pré­sents cri­mi­na­li­sées au nom de « la démo­cra­tie ». Cette inver­sion dis­cur­sive est menée grâce à la mise en place de nou­velles moda­li­tés de repré­sen­ta­tion sala­riale dans les usines, mais s’instaure éga­le­ment par une ins­tru­men­ta­li­sa­tion de la vio­lence ter­ro­riste.

[Joan Miró]

C’est que l’Espagne des années 1978–1979 se carac­té­rise par une recru­des­cence d’at­ten­tats. Ils par­ti­cipent à ali­men­ter l’image d’une démo­cra­tie atta­quée de toute part12. Les dis­cours publics pro­duisent ain­si des ana­lyses fon­dées sur une natu­ra­li­sa­tion de la vio­lence, dans les­quelles un atten­tat ter­ro­riste ou un piquet de grève sont per­çus comme deux moda­li­tés d’action sui­vant une même logique : atta­quer la démo­cra­tie. Dès lors, le dis­cours du consen­sus agit direc­te­ment comme une injonc­tion à se com­por­ter de façon « res­pon­sable », en pri­vi­lé­giant dia­logue et civisme. Quelques années après la mort du dic­ta­teur, les dis­cours domi­nants contri­buent à balayer tout sou­ve­nir de la résis­tance anti­fran­quiste et à assi­gner les ouvriers à leur propre tâche. Ces der­niers n’auraient ni la légi­ti­mi­té ni les com­pé­tences pour s’occuper de poli­tique. Se construisent alors les nou­velles figures sociales du désordre : après l’ennemi inté­rieur rouge sous le fran­quisme, et avant la figure de l’ennemi ter­ro­riste basque à par­tir des années 1980, c’est celle de l’ouvrier/délinquant qui est pri­vi­lé­giée, dis­cré­di­tant par là même les luttes ouvrières et ren­voyant à la marge toute forme de résis­tance.

Démocratie ouvrière et démocratie libérale

D’après Jacques Rancière, la démo­cra­tie consiste en un ren­ver­se­ment sin­gu­lier de l’ordre des choses : ceux qui ne seraient pas des­ti­nés à s’oc­cu­per des affaires com­munes, s’en mêlent et s’y adonnent pourtant13. La démo­cra­tie se tra­duit alors par l’é­mer­gence de « paroles en excès ». Ces paroles, dans l’Espagne des années 1970, sont por­tées par la classe ouvrière. Ses pra­tiques de démo­cra­tie directe, auto­nomes et assem­bléistes, ain­si que ses reven­di­ca­tions poli­tiques, ont mis en dan­ger l’établissement d’une démo­cra­tie libé­rale où les citoyens sont assi­gnés à demeu­rer spec­ta­teurs de l’ac­tion par­le­men­taire. La crainte des classes domi­nantes de voir les masses popu­laires et ouvrières s’auto-organiser a conduit à l’union des par­tis et des syn­di­cats de l’opposition. Ces der­niers, en aban­don­nant leur stra­té­gie de rup­ture, ini­tient alors un pro­ces­sus négo­cié de chan­ge­ment poli­tique avec les réfor­mistes fran­quistes. Dans les usines, cette stra­té­gie de nor­ma­li­sa­tion se tra­duit, entre 1976 et 1978, par l’instauration d’une « tran­si­tion syn­di­cale » avec de nou­velles moda­li­tés de repré­sen­ta­tion. Dans ce dis­po­si­tif, l’assemblée n’est plus l’espace poli­tique de la grève mais se conver­tit en un ins­tru­ment au ser­vice du syn­di­ca­lisme coges­tion­naire, assi­gnée à un unique rôle d’in­for­ma­tion. Et, dans le même temps, le dis­cours du consen­sus par­ti­cipe à dis­cré­di­ter les conflits de classes tout en les cri­mi­na­li­sant : s’en­suit une mar­gi­na­li­sa­tion des luttes. Luttes qui, aujourd’hui encore, consti­tuent un hors-champ dans les récits triom­phants de la tran­si­tion espa­gnole.


Illustrations de ban­nière et de vignette : Joan Miró


REBONDS

☰ Lire les bonnes feuilles de L’Hypothèse auto­nome de Julien Allavena, sep­tembre 2020
☰ Lire notre repor­tage « Retour à Altasu : une affaire très poli­tique », Loïc Ramirez, mai 2020
☰ Lire notre article « La démo­cra­tie syn­di­cale en action », Léonard Perrin, mai 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Susana Arbizu et Maëlle Maugendre : « Guerre d’Espagne : la parole aux femmes », juillet 2018
☰ Lire notre repor­tage « Andalousie : la mer de plas­tique et le fan­tôme de Juan Goytisolo », Louis Raymond et Ramiro González Coppari, décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Juana Doña : « Une mémoire de la guerre d’Espagne », décembre 2014

  1. Le terme de tran­si­tion désigne la séquence poli­tique qui sépare la mort du dic­ta­teur Franco en novembre 1975 de la vic­toire du PSOE aux élec­tions légis­la­tives de 1982. Elle se carac­té­rise par le pas­sage gra­duel et négo­cié, entre réfor­mistes fran­quistes et par­tis de l’opposition démo­cra­tique, d’un régime dic­ta­to­rial vers un régime par­le­men­taire.
  2. En 1976, 1 568 grèves sont recen­sées pour 3 639 000 gré­vistes et 13 572 000 heures de tra­vail per­dues. Ces chiffres ne fai­blissent pas les années sui­vantes car en 1977 on recense tou­jours 1 194 grèves (pour 2 956 000 gré­vistes) et 1 128 grèves en 1978 (avec 3 864 000 gré­vistes). Source : Anuarios de estadís­ti­cas labo­rales y de asun­tos sociales, Ministerio del Trabajo y Seguridad social, cité dans, Garcia, M.A, « Las huel­gas labo­rales en el esta­do español. Tendencias, moti­vos, dis­tri­bu­ción y convo­cantes », Arxius, 18, p. 93–117.
  3. Julio Sanz Oller, La lar­ga mar­cha del movi­mien­to obre­ro español hacia su auto­nomía, Barcelone, mai 1972.
  4. Juan Antonio Sagardoy Bengoechea, « Actualmente todas las huel­gas son sal­vajes », El País, 13/05/1976.
  5. À Madrid et en Catalogne, les délé­gués syn­di­caux des CCOO qui ont rem­por­té les élec­tions syn­di­cales fran­quistes en juin 1975 ont été dési­gnés, dans de nom­breux sec­teurs, comme repré­sen­tants des gré­vistes. La coop­ta­tion de la repré­sen­ta­tion ouvrière leur ont per­mis de neu­tra­li­ser la radi­ca­li­té des luttes tout en œuvrant à frei­ner la construc­tion de grèves géné­rales au pro­fit de grèves sec­to­rielles.
  6. Ou grève patro­nale. Fermeture pro­vi­soire d’une entre­prise, déci­dée par l’employeur.
  7. En juillet 1976, une assem­blée de 650 délé­gués des CCOO donne une écra­sante vic­toire à la ligne défen­due par le PCE. Cela se tra­duit par le pas­sage du mou­ve­ment socio-poli­tique, dans lequel les bases avaient une rela­tive liber­té, à celui de syn­di­cat, qui ins­taure une struc­tu­ra­tion ver­ti­cale de l’or­ga­ni­sa­tion. Le but : écar­ter les ten­dances conseillistes et mar­xistes-léni­nistes. Bien que les CCOO se pré­sente comme une orga­ni­sa­tion de classe et de lutte, dès le deuxième semestre 1976, elles consti­tuent la cour­roie de trans­mis­sion de la stra­té­gie de la « réforme pac­tée » choi­sie par le PCE.
  8. Nicolas Sartorius, « Conversación con un minis­tro », Triunfo, 18/09/1976.
  9. Ibid.
  10. « El radi­ca­lis­mo asam­blea­rio », Diario 16, 27/09/1977.
  11. Contrairement aux CCOO, qui s’appuient sur leur héri­tage assem­bléiste et gardent une pos­ture de syn­di­cat de lutte, l’Union géné­rale des tra­vailleurs (UGT), qua­si-grou­pus­cu­laire en 1976, par­vient rapi­de­ment à deve­nir la seconde force espa­gnole grâce à l’aide finan­cière du SPD alle­mand et de la puis­sante fon­da­tion Ebert. Ce sou­tien finan­cier et logis­tique leur per­met de concur­ren­cer les CCOO et de construire une stra­té­gie basée sur une col­la­bo­ra­tion étroite avec le patro­nat.
  12. En 1978, l’or­ga­ni­sa­tion Euskadi ta Askatasuna (ETA) assas­sine 31 per­sonnes et réa­lise 25 atten­tats entre début octobre et décembre, mois où se tient le réfé­ren­dum pour l’approbation de la Constitution. De plus, l’extrême droite est res­pon­sable d’une tren­taine d’ac­tions par­mi les­quelles des agres­sions envers des mili­tants ou jour­na­listes. Enfin, quelques mili­taires pro­je­taient un coup d’État et pré­voyaient la prise d’as­saut du Palais de la Moncloa. Ces actions ter­ro­ristes s’accompagnent de l’intégration de mesures d’exceptions dans le droit pénal et par­ti­cipent à la cri­mi­na­li­sa­tion de toute action col­lec­tive, au nom du main­tien de l’ordre. Voir Sophie Baby, Le mythe de la Transition paci­fique. Violence et poli­tique en Espagne (1975–1982), Casa de Velázquez, 2012.
  13. Jacques Rancière, La haine de la démo­cra­tie, La fabrique, 2005.
Arnaud Dolidier
Arnaud Dolidier

Ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez, docteur en histoire contemporaine et enseignant d'histoire-géographie dans le secondaire.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.