La démocratie syndicale en action


Texte inédit pour le site de Ballast

Région de Charleroi, en Belgique. À la fin des années 1960, les ver­riers de l’entreprise Glaverbel se tournent peu à peu vers le syn­di­ca­lisme de com­bat. En dépas­sant le cor­po­ra­tisme qui règne dans le sec­teur, l’unité des tra­vailleurs se construit au fur et à mesure face à un patro­nat tou­jours plus offen­sif. Les années 1970 sont mar­quées par plu­sieurs conflits, au cours des­quels les ver­riers mettent en place deux outils, qui se révè­le­ront déci­sifs : le comi­té de grève et l’oc­cu­pa­tion d’u­sine. Contrôle ouvrier et démo­cra­tie syn­di­cale s’exercent donc pen­dant quelque temps, et per­mettent aux tra­vailleurs d’ar­ra­cher des « accords his­to­riques ». Si la reprise auto­ges­tion­naire de l’u­sine Lip est bien connue, cette lutte du mou­ve­ment ouvrier euro­péen l’est autre­ment moins : nous en pro­po­sons ici le récit. ☰ Par Léonard Perrin


Paris, 17 février 1975. 1 500 mani­fes­tants défilent dans les rues en scan­dant « Non au déman­tè­le­ment ! Les patrons licen­cient, licen­cions les patrons ! ». Le groupe est com­po­sé de tra­vailleurs belges du sec­teur ver­rier de Charleroi, mais aus­si d’ouvriers fla­mands de chan­tier naval, de dockers, de ver­riers du Nord de la France et d’une délé­ga­tion alle­mande. Tous sou­tiennent le com­bat des ver­riers de l’entreprise Glaverbel, mena­cés par la fer­me­ture de leur usine. Filiale de la mul­ti­na­tio­nale BSN-Gervais-Danone, celle-ci sou­haite se réorien­ter vers des mar­chés plus ren­tables que celui de la ver­re­rie et mettre sur le car­reau près de 600 employés, fer­me­ment déci­dés à ne pas se lais­ser faire. La mani­fes­ta­tion n’est pas auto­ri­sée ; cela n’empêche pas les mani­fes­tants de pour­suivre leur par­cours en direc­tion du siège de BSN. Les délé­gués syn­di­caux se relaient au méga­phone : « De France en Belgique, d’Allemagne en Italie, un seul front contre BSN ! » ; « Riboud, t’es fou­tu, les ver­riers sont dans la rue !1Antoine Riboud est le PDG de la mul­ti­na­tio­nale » Le siège est entou­ré d’un cor­don de poli­ciers ; les mani­fes­tants entonnent LInternationale, accom­pa­gnés des employés qui, depuis les fenêtres du bâti­ment, expriment ain­si leur sou­tien. Rapidement, le dis­po­si­tif poli­cier se trouve dépas­sé et les mani­fes­tants inves­tissent le siège sans vio­lence : le PDG de BSN et l’administrateur de Glaverbel tentent dans un pre­mier temps de se cacher dans les toi­lettes ; ils ne tardent pas à être trou­vés puis contraints de des­cendre pour un face à face avec les sala­riés déter­mi­nés. Cette jour­née d’action marque une étape impor­tante dans le conflit qui les oppose à la direc­tion : elle s’inscrit dans une période de lutte qui a mar­qué le sec­teur ver­rier et plus lar­ge­ment le mou­ve­ment ouvrier belge. Pour en com­prendre les sou­bas­se­ments et les débou­chés, un détour his­to­rique s’impose.

Contexte défavorable et revirement

« Le cor­po­ra­tisme et les divi­sions syn­di­cales règnent : les ouvriers du verre chaud et du verre froid se connaissent mal, les infor­ma­tions cir­culent peu. »

Charleroi se situe à une soixan­taine de kilo­mètres au sud de Bruxelles, dans la pro­vince de Hainaut (en Wallonie). Un grand bas­sin houiller, lar­ge­ment exploi­té pen­dant la révo­lu­tion indus­trielle, a don­né le nom de « Pays noir » à la ville et ses alen­tours. Avec la métal­lur­gie, la ver­re­rie est un domaine éco­no­mique qui prend une place de pre­mière impor­tance. En 1961, l’entreprise Glaverbel S.A. naît de la fusion entre l’Union des ver­re­ries méca­niques de Belgique (UVMB) et Glaver. Plusieurs sites et usines de l’entreprise sont implan­tés à Charleroi et dans les com­munes proches, notam­ment La Discipline et la Caisserie cen­trale à Gilly, Barnum à Lodelinsart. À cette époque, le cor­po­ra­tisme et les divi­sions syn­di­cales règnent : les ouvriers du verre chaud et du verre froid se connaissent mal, les infor­ma­tions cir­culent peu (d’au­tant qu’existe par­fois la bar­rière de la langue entre sala­riés de dif­fé­rentes natio­na­li­tés), à quoi s’ajoute un patro­nat qui divise les tra­vailleurs. La Fédération géné­rale du tra­vail de Belgique (FGTB) dis­pose d’une implan­ta­tion cer­taine, mais plu­sieurs sec­tions syn­di­cales n’y sont pas com­plè­te­ment rat­ta­chées.

L’affaire du 1 %

En 1960, le gou­ver­ne­ment sou­haite faire pas­ser la « loi unique » — un pro­jet fourre-tout s’en pre­nant direc­te­ment aux acquis sociaux. Le sec­teur ver­rier est entraî­né dans un mou­ve­ment social ini­tié par les agents com­mu­naux, et sui­vi par la sidé­rur­gie. Malgré des condi­tions hiver­nales dif­fi­ciles, une grève digne et soli­daire s’instaure : les piquets de grève sont tenus ; on dis­tri­bue du char­bon aux plus néces­si­teux pour qu’ils puissent conti­nuer à se chauf­fer ; on sert des repas à la Maison du peuple de Gilly. Mais la grève débou­che­ra sur une défaite. Hormis quelques amen­de­ments, la loi sera votée. C’est dans ce rap­port de force défa­vo­rable que les ouvriers de Barnum et de La Discipline sont contraints d’accepter un accord dom­ma­geable : une réduc­tion de 1 % de leur salaire net pen­dant cinq ans, pour ali­men­ter un « fonds de garan­tie » (com­plé­té de 0,5 % de coti­sa­tions patro­nales). L’objectif ? Que l’en­tre­prise puisse se pré­mu­nir d’une éven­tuelle grève sau­vage. Cette affaire du « 1 % » res­te­ra long­temps dans les esprits : un nou­veau coup dur pour les tra­vailleurs.

(DR)

Rien n’est cepen­dant déci­dé sur ce qu’il advien­dra de ce fonds une fois les cinq ans écou­lés. Au fil des années, sa dis­so­lu­tion et la redis­tri­bu­tion de l’argent amas­sé deviennent des reven­di­ca­tions à Glaverbel. Malgré les divi­sions, une pro­po­si­tion se dégage avec le sou­tien de la Confédération des syn­di­cats chré­tiens (CSC) et de la FGTB : il s’agirait de redis­tri­buer le fonds aux tra­vailleurs âgés afin de leur per­mettre de par­tir plut tôt à la retraite, en leur garan­tis­sant un reve­nu plus éle­vé que le seul chômage275 % de leur salaire au lieu de 60 %.. Au terme de nom­breux débats, réunions et négo­cia­tions, un accord est trou­vé pour une redis­tri­bu­tion col­lec­tive du fonds. Résultat, les tra­vailleurs peuvent par­tir dès 60 ans, avec 85 % de leur salaire net, com­pen­sé par l’embauche de jeunes pour les rem­pla­cer. C’est là une vic­toire qui sonne comme une revanche.

La Nouvelle Défense

« S’il est à leurs yeux impor­tant que le syn­di­cat soit un contre-pou­voir indé­pen­dant à l’en­droit des par­tis, il importe de ne pas cloi­son­ner enga­ge­ment syn­di­cal et action poli­tique. »

Lors de cet épi­sode, un organe aty­pique, La Nouvelle Défense, a joué un rôle pré­pon­dé­rant. Ce comi­té fut créé en 1964 par un groupe de mili­tants syn­di­ca­listes de Glaverbel-Gilly, comp­tant Léon Stas, François Cartesiani, Élie Grenier, Maurice Bolle et André Henry. Ce der­nier est né en 1938 et a gran­di au sein d’une famille ouvrière — son père était trots­kyste et délé­gué syn­di­cal. Marqué par les hor­reurs de la Seconde Guerre mon­diale, il devient très jeune un anti­mi­li­ta­riste convain­cu ; il baigne dans un milieu inter­na­tio­na­liste et côtoie d’anciens bri­ga­distes ou résis­tants. Les oppo­si­tions poli­tiques locales (entre com­mu­nistes anti-sta­li­niens et socia­listes), ses lec­tures et sa fré­quen­ta­tion de la Maison du peuple déve­loppent sa for­ma­tion poli­tique : « J’ai été éle­vé ain­si, dans le débat contra­dic­toire et le com­bat contre l’injustice3Sauf men­tion contraire, les cita­tions d’André Henry pro­viennent de son livre auto­bio­gra­phique L’Épopée des ver­riers du pays noir, Waterloo, édi­tions Luc Pire, 2014. », explique cet admi­ra­teur de l’é­co­no­miste trotst­kyste Ernest Mandel. Syndiqué à la FGTB dès l’âge de 16 ans, il allie cet enga­ge­ment à l’action poli­tique en s’impliquant dans les Jeunes gardes socialistes4Une orga­ni­sa­tion de jeu­nesse du Parti socia­liste belge (PSB), que les Jeunes gardes socia­listes quittent en 1965 pour for­mer la Ligue révo­lu­tion­naire des tra­vailleurs (LRT), sec­tion belge de la IVe Internationale.. Quelques années après les échecs subis au début de la décen­nie 19605Dont la bataille per­due contre la « loi unique » et le 1 % pré­le­vé., Henry et ses cama­rades estiment que le tra­vail syn­di­cal se doit de prendre une nou­velle direc­tion. La Nouvelle Défense est créée sous leur impul­sion, accom­pa­gnée d’un jour­nal du même nom dont les objec­tifs sont clairs : consti­tuer un « outil pour le syn­di­ca­lisme de com­bat et démo­cra­tique » avec pour but de « lier l’action syn­di­cale à l’action poli­tique », car « il manque quelque chose si ces luttes syn­di­cales ne trouvent pas de lien avec la lutte pour le socia­lisme ». S’il est à leurs yeux impor­tant que le syn­di­cat soit un contre-pou­voir indé­pen­dant à l’en­droit des par­tis, il importe de ne pas cloi­son­ner enga­ge­ment syn­di­cal et action poli­tique. La Nouvelle Défense joue donc le rôle de bul­le­tin de la gauche syn­di­cale et ne manque pas d’être à l’initiative de nom­breuses pro­po­si­tions concrètes, comme lors de la récu­pé­ra­tion du 1 %. En 1967, le comi­té est implan­té dans six entre­prises ver­rières de la région, orga­nise des assem­blées, pousse à davan­tage de démo­cra­tie, cri­tique la bureau­cra­tie syn­di­cale et le cor­po­ra­tisme — sans jamais tom­ber dans un anti-syn­di­ca­lisme délé­tère.

(Ré)organisation syndicale et victoires

André Henry et La Nouvelle Défense ne cessent de plai­der pour une uni­té syn­di­cale qui met­trait fin au cor­po­ra­tisme. C’est ce qui arrive en mai 1970, lors du rat­ta­che­ment com­plet des groupes syn­di­caux de Glaverbel à la Centrale Générale de la FGTB — la Centrale Générale de Charleroi devient forte de 7 000 membres, dont 4 000 ver­riers. Fin 1971, plu­sieurs délé­gués syn­di­caux de l’entreprise, sou­vent ali­gnés sur les posi­tions patro­nales ou même sur une ligne droi­tière, sont éjec­tés. André Henry devient délé­gué prin­ci­pal FGTB de Glaverbel-Gilly. Sur le site de Roux, c’est Robert Dehont qui est élu — un membre actif de La Nouvelle Défense. À Lodelinsart, ce sont éga­le­ment des délé­gués com­ba­tifs qui arrivent en poste. Le tra­vail de fond pour sur­mon­ter des divi­sions se pour­suit ; la confiance gagne de plus en plus les sala­riés, désor­mais moins dociles. De nou­velles pra­tiques syn­di­cales sont mises en place, que ce soit la for­ma­tion mili­tante ou l’instauration de réunions dès la sor­tie de l’usine. En 1972, la mul­ti­na­tio­nale BSN absorbe Glaverbel, deve­nant l’un des pre­miers pro­duc­teurs euro­péens de verre plat. Au sein de Glaverbel, on le sent, une menace pèse désor­mais sur les emplois. Les sala­riés créent la même année un comi­té de défense de l’emploi, afin de bri­ser l’isolement entre les sites et les autres entre­prises du sec­teur et de sou­te­nir les tra­vailleurs en lutte.

(DR)

Premier comité de grève, premier contrôle ouvrier

En 1973, la direc­tion tente de licen­cier André Henry. Mobile ? Il tenait à savoir ce que celle-ci ordon­nait au contre­maître. La riposte est immé­diate : les sala­riés débrayent puis se mettent en grève. Face à une direc­tion inflexible et mena­çante, un comi­té de grève voit le jour : élu par tous les tra­vailleurs, com­po­sé de sala­riés et syn­di­ca­listes, il est en lien avec l’Assemblée géné­rale des gré­vistes, qui le contrôle. La délé­ga­tion syn­di­cale est pré­sente au sein du comi­té, mais mino­ri­taire, afin de garan­tir une uni­té d’action et évi­ter d’avoir deux lignes dis­tinctes. La grève d’oc­cu­pa­tion, moyen d’ac­tion com­ba­tif, est votée à l’u­na­ni­mi­té. Le comi­té de grève, « arme redou­table pour sou­te­nir l’auto-organisation de la lutte », et l’occupation, « acte poli­tique que les gré­vistes posent face au patro­nat », selon Henry, sont les deux méthodes à même d’en­ga­ger un puis­sant rap­port de force avec la direc­tion. Si les tra­vailleurs ont par le pas­sé obte­nu de petites avan­cées en mesure de leur redon­ner prise sur leur tra­vail (refus de cer­taines cadences, meilleure cir­cu­la­tion des infor­ma­tions), ce qui se joue main­te­nant est d’une toute autre ampleur : l’entreprise fonc­tionne tou­jours, mais sous la direc­tion du comi­té de grève — com­po­sé de dif­fé­rentes com­mis­sions. Continuer à faire tour­ner la ver­re­rie évite aus­si une déli­cate opé­ra­tion d’extinction des fours, comme l’ex­plique Henry : « On ne pou­vait pas arrê­ter le verre en fusion ; on ris­quait des inci­dents. Alors, nous avons exer­cé notre propre contrôle sur la pro­duc­tion de verre. » C’est ain­si que les reven­di­ca­tions sont satis­faites : André Henry est main­te­nu (à son poste et comme délé­gué), et obtient même des excuses du contre­maître à l’o­ri­gine du conflit.

Vers la grève nationale

« Avec une pro­duc­tion contrô­lée par les tra­vailleurs, c’était vrai­ment la démo­cra­tie ouvrière en action. »

En dépit de ces quelques vic­toires, les attaques du patro­nat contre les liber­tés syn­di­cales n’ont pas ces­sé dans la région depuis le début des années 1970. Arrive au pou­voir, en 1974, un nou­veau gou­ver­ne­ment de chré­tiens et de libé­raux, pour le moins favo­rable au patro­nat. Trois nou­velles conven­tions du sec­teur ver­rier doivent prendre effet en mai, aux­quelles les syn­di­cats asso­cient de nom­breuses reven­di­ca­tions. Dans ce contexte ten­du, le licen­cie­ment abu­sif d’un jeune délé­gué syn­di­cal de l’usine Multiplane (à Gosselies) fait l’effet d’un déto­na­teur : une grève exi­geant sa réin­té­gra­tion dépasse sans délai ce cadre reven­di­ca­tif et, pen­dant trois semaines, elle mobi­lise plus de 4 000 tra­vailleurs du verre — la jour­née du 13 mai en tota­lise même 12 000 ! Les entre­prises sont occu­pées, des comi­tés de grève élus fleu­rissent de toute part et vont même s’as­sem­bler pour for­mer un comi­té régio­nal. Avec une pro­duc­tion contrô­lée par les tra­vailleurs, « c’était vrai­ment la démo­cra­tie ouvrière en action », témoigne André Henry, pour qui ce fut « une des plus belles grèves » qu’il ait connue. En mai, le délé­gué licen­cié est réin­té­gré, mais il s’agit là d’une vic­toire de prin­cipe car les gré­vistes exigent que le cahier de reven­di­ca­tions concer­nant les conven­tions soit accep­té. Le patro­nat est contraint de se plier à la plu­part des reven­di­ca­tions : l’action des gré­vistes per­met une aug­men­ta­tion de salaires (y com­pris du salaire mini­mum), leur uni­for­mi­sa­tion (notam­ment une meilleure éga­li­té sala­riale hommes-femmes), l’ob­ten­tion de la pré­pen­sion à 62 ans pour les hommes et 57 ans pour les femmes6À condi­tion d’a­voir 10 ans d’ancienneté..

Une lutte exemplaire

Fin 1974, des bruits courent sur concer­nant une pro­bable « ratio­na­li­sa­tion » des acti­vi­tés par BSN, qui détient Glaverbel depuis deux ans : face à la concur­rence inter­na­tio­nale qui s’in­ten­si­fie, la mul­ti­na­tio­nale entend se débar­ras­ser de son sec­teur verre plat. Le 10 jan­vier 1975, BSN-Glaverbel annonce l’extinction du four et la fer­me­ture de La Discipline, le site de Gilly, pour le 1er février au plus tard, détrui­sant par là même 600 emplois. En s’en pre­nant au site le plus com­ba­tif, le but de la mul­ti­na­tio­nale est autant sym­bo­lique que stra­té­gique : si La Discipline tombe, c’est l’ensemble du sec­teur ver­rier de Glaverbel qui risque de subir le même sort. L’annonce de fer­me­ture est, bien sûr, un coup par­ti­cu­liè­re­ment dur pour les ver­riers. Une pre­mière grève de 24 heures — recon­duite pen­dant quatre jours — est décré­tée. Il faut réflé­chir. Se concer­ter. L’AG vote la grève « au finish7Grève jusqu’à obten­tion de toutes les demandes des tra­vailleurs, qui, si ce n’est pas le cas, peut mener à la faillite de l’en­tre­prise. », élit un comi­té de grève et décide d’oc­cu­per l’usine. Un mani­feste de quatre reven­di­ca­tions est adop­té : pas de licen­cie­ments, pas de déman­tè­le­ment ; créa­tion d’un float8Nouveau pro­cé­dé de fabri­ca­tion pour faire du verre flot­té, dont les concur­rents sont mieux équi­pés que Glaverbel. ; réduc­tion du temps de tra­vail à 36 heures par semaine sans baisse de salaire et avec dimi­nua­tion des cadences ; natio­na­li­sa­tion sans condi­tion de Glaverbel sous contrôle des tra­vailleurs. Alors que l’entreprise a reçu des aides de l’État, elle compte en pro­fi­ter afin de licen­cier des employés, qui, de leur côté, sou­haitent appli­quer un contrôle par la base — l’État est per­çu comme un allié de Glaverbel. La grève s’organise, se struc­ture : chaque matin, dif­fé­rentes com­mis­sions se réunissent pour leur rap­port, puis une AG est tenue. Une véri­table « école pour le contrôle ouvrier et l’autogestion », rap­porte Henry.

(DR)

L’usine est à pré­sent sous le contrôle des tra­vailleurs, qui main­tiennent la pro­duc­tion et même la com­mer­cia­li­sa­tion du verre. Mais s’inspirer de l’expérience Lip n’est pas chose aisée : on ne vend pas des feuilles de verre comme des montres. Pourtant, après l’annonce et la com­mu­ni­ca­tion qui est faite, les par­ti­cu­liers comme les PME affluent pour ache­ter le verre. C’est la pre­mière vente sau­vage de pro­duits semi-finis en Belgique ! Dans ce com­bat qui s’annonce dif­fi­cile, trois échelles sont inves­ties : au niveau régio­nal, avec le ren­for­ce­ment de la soli­da­ri­té entre les entre­prises du sec­teur ; au niveau natio­nal, avec des comi­tés de sou­tien, des col­lectes popu­laires, l’appui de délé­ga­tions syn­di­cales et d’organisations poli­tiques ; au niveau inter­na­tio­nal, avec des liens créés au-delà des fron­tières et l’occupation sym­bo­lique du siège social de Glaverbel à Boisfort. Cette soli­da­ri­té inter­na­tio­na­liste se concré­tise par la mani­fes­ta­tion de février, à Paris, où des tra­vailleurs de plu­sieurs sec­teurs et de dif­fé­rents pays se retrouvent afin d’é­pau­ler les ver­riers belges. Pour le délé­gué syn­di­cal qu’est André Henry, cette jour­née consti­tue « un tour­nant dans la grève ». Le len­de­main, le pré­sident de la FGTB sou­haite que l’in­té­res­sé accepte les pro­po­si­tions de BSN, il répond que seuls les tra­vailleurs ont le pou­voir de prendre la déci­sion. Après des négo­cia­tions infruc­tueuses, le PDG pro­pose un accord le 19 février ; débat­tu par les gré­vistes, il est adop­té en AG à l’unanimité9Moins une voix. Léon Stas a voté contre, non sans iro­nie, « juste pour évi­ter le vote sta­li­nien », explique André Henry.. Les tra­vailleurs auront occu­pé l’usine pen­dant sept semaines et récol­té plus d’un mil­lion de francs belge10Environ 25 000 euros. par la vente — un gain aus­si bon pour le moral que pour la caisse de grève !

Les accords historiques

« C’est la pre­mière fois qu’un mou­ve­ment social belge empêche le licen­cie­ment de 600 per­sonnes, et que la recon­ver­sion des tra­vailleurs est impo­sée à la mul­ti­na­tio­nale. »

L’accord a été qua­li­fié d’« his­to­rique » par le mou­ve­ment ouvrier. Il n’y aura certes pas de natio­na­li­sa­tion et bien un arrêt du four. Mais l’usine ne sera pas fer­mée : c’est la pre­mière fois qu’un mou­ve­ment social belge empêche le licen­cie­ment de 600 per­sonnes, et que la recon­ver­sion des tra­vailleurs est impo­sée à la mul­ti­na­tio­nale. L’accord pré­voit que les plus âgés pour­ront par­tir en pré-retraite11À 95 % de leur salaire. dès 58 ans pour les hommes et 53 pour les femmes. BSN s’engage aus­si à la créa­tion de 325 nou­veaux emplois sur un an. Mais sur­tout, un fonds social est créé : ali­men­té d’un tiers par l’entreprise et de deux tiers par l’État, il garan­tit 100 % du salaire des anciens tra­vailleurs sans emploi (appe­lé les « excé­den­taires ») durant un an. Un nou­vel accord le pro­longe même jusqu’à la recon­ver­sion com­plète de tous les tra­vailleurs ! Lors de la signa­ture offi­cielle, BSN tente tout de même un der­nier coup en glis­sant une clause qui exige la res­ti­tu­tion de l’argent des ventes lors de l’occupation de l’usine. Le comi­té de grève et la direc­tion se réunissent, et le pre­mier de pré­ve­nir : sans reprise du tra­vail sur le four, un feu, ou même une explo­sion, peut adve­nir. Mûs par une déter­mi­na­tion sans faille, les délé­gués aver­tissent qu’ils ne bou­ge­ront pas tant que la clause ne sera pas reti­rée. La direc­tion ne peut sor­tir ; la pres­sion la conduit à céder. Quelques mois plus tard, après des grèves dans les sites de Barnum et de la Caisserie cen­trale, ceux-ci obtiennent le même fonds social que La Discipline12En 1976, les accords sont englo­bés dans un même plan régio­nal de restruc­tu­ra­tion..

Le combat continue

Malgré les accords, les ver­riers res­tent sur leur garde — « un accord n’est jamais qu’un mor­ceau de papier que l’on peut déchi­rer » avait pré­ve­nu Henry13« Les révol­tés de la La Discipline », Le Monde, 24 mars 1975.. Ils sont conscients qu’ils doivent res­ter mobi­li­sés pour les faire res­pec­ter, d’autant que BSN garde à l’es­prit de déman­te­ler son sec­teur ver­rier belge. Un an et demi plus tard, à peine 160 emplois ont été créés (au lieu des 325 pro­mis en douze mois) et la mul­ti­na­tio­nale ne manque pas d’exer­cer du chan­tage à la recon­ver­sion. En avril, le Parti socia­liste belge (PSB) rentre au gou­ver­ne­ment et pré­texte ne pas être lié aux accords, ceux-ci ayant été signés par le pré­cé­dent gou­ver­ne­ment… En réa­li­té, le PSB veut seule­ment en finir avec le fonds social arra­ché de haute lutte. Alors qu’il était vu comme une étape de tran­si­tion tem­po­raire par les ver­riers, la bataille s’enclenche sur la défense du fonds. Dans ce nou­veau com­bat, ils doivent affron­ter BSN, le gou­ver­ne­ment et même les direc­tions syn­di­cales qui aime­raient ne plus être mêlées à cette affaire. Glaverbel met un nou­veau plan sur la table, qui pré­voit de sup­pri­mer le fonds social avant 1979 et de le rendre dégres­sif pour 300 per­sonnes. Les direc­tions syn­di­cales orga­nisent un réfé­ren­dum dans toutes les divi­sions de Glaverbel-Charleroi — même celles qui ne sont pas concer­nées par le plan : une abs­ten­tion mas­sive aurait dû inva­li­der le scru­tin (le quo­ta fixé n’était pas atteint)14Le « oui » pour le plan obtient seule­ment 41 % des voix de l’ensemble des tra­vailleurs à consul­ter, ce qui n’est pas suf­fi­sant.. Le front com­mun syn­di­cal n’en tient aucu­ne­ment compte et accepte les pro­po­si­tions patro­nales !

André Henry à gauche, et Roger Dethye (per­ma­nent de la Centrale Générale) au micro (DR)

Les sala­riés com­ba­tifs sont furieux et veulent sou­mettre la grève au vote. Lorsqu’un réfé­ren­dum a fina­le­ment lieu pour le main­tien ou non d’un pré­avis de grève, les direc­tions syn­di­cales manœuvrent encore en défa­veur de la base : ils consi­dèrent que le seuil fixé des deux tiers n’est pas atteint par une comp­ta­bi­li­sa­tion bien par­ti­cu­lière des votes15Alors que 70 % sont pour main­te­nir le pré­avis, l’appareil syn­di­cal comp­ta­bi­lise les votes en sépa­rant les quatre sites concer­nés. Certains sites étant sous le seuil fixé des 66 %, les direc­tions syn­di­cales le consi­dèrent comme insuf­fi­sant.. Cette mani­gance n’est que le reflet d’une situa­tion où, depuis deux mois, les tra­vailleurs font face à la bureau­cra­tie syn­di­cale d’une FGTB divi­sée. Début 1978, suite à une grève de deux semaines — non recon­nue par les direc­tions syn­di­cales —, les ver­riers gagnent sur l’essentiel quant à la recon­ver­sion et la créa­tion d’emplois (notam­ment via l’instauration d’un nou­veau centre ver­rier inno­vant), mais perdent sur la dégres­si­vi­té du fonds social (qui sera appli­quée après 1979). Quelques temps après, Glaverbel tente d’acheter Henry en lui pro­po­sant un poste dans une PME de Bruxelles, ain­si que 10 mil­lions de francs belge (envi­ron 250 000 euros). Sans hési­ta­tion, il refuse, cer­tain qu’« on ne peut pas gagner de l’argent au détri­ment d’un com­bat des cama­rades ».

L’entreprise de rénovation-isolation

« Les tra­vailleurs exigent de gar­der la main sur leur recon­ver­sion et de pro­lon­ger le contrôle ouvrier qu’ils avaient expé­ri­men­té à Glaverbel. »

En juillet 1979, un nou­vel accord émerge entre le gou­ver­ne­ment (socia­liste et social-chré­tien), BSN et les orga­ni­sa­tions syn­di­cales : 270 excé­den­taires seront recon­ver­tis avec la créa­tion d’emplois dans le sec­teur ver­rier de l’isolation ther­mique et la réno­va­tion de bâti­ments. Impliquant des for­ma­tions, les concer­nés seront tou­jours sala­riés de BSN avec main­tien de 100 % de leur salaire. Mais au cours de l’été, les tra­vailleurs retrouvent à leur retour de vacances Glaverbel-Gilly fer­mée, les portes scel­lées et les machines dis­pa­rues. Le gou­ver­ne­ment, les repré­sen­tants patro­naux et les orga­ni­sa­tions syn­di­cales s’étaient réunis et avaient déci­dé de fer­mer l’usine : tout avait été démé­na­gé en 15 jours. Les ver­riers vont désor­mais axer leur com­bat sur l’entreprise de réno­va­tion-iso­la­tion, qu’ils sou­haitent publique, insis­tant sur son carac­tère social. La FGTB appuie le pro­jet, un comi­té de sou­tien est créé, une péti­tion est lan­cée et des actions ori­gi­nales sont mises en œuvres — comme l’occupation de minis­tères, de l’Office natio­nal de l’emploi (ONEM) ou encore le réveil de ministres avec des cas­se­roles en pleine nuit… Les tra­vailleurs en recon­ver­sion veulent une for­ma­tion col­lec­tive — pour ne pas se retrou­ver dis­per­sés et frag­men­tés —, être impli­qués dans la ges­tion du bud­get et le conte­nu même de la for­ma­tion. En somme, ils exigent de gar­der la main sur leur recon­ver­sion et de pro­lon­ger le contrôle ouvrier qu’ils avaient expé­ri­men­té à Glaverbel. À force de pres­sion et d’actions, ils obtiennent peu à peu ce qu’ils sou­haitent ; la for­ma­tion débute en mars 1980. Les ex-ver­riers réécrivent eux-mêmes le règle­ment inté­rieur, mettent en place une com­mis­sion ouvrière élue pour s’auto-organiser : « Le leit­mo­tiv de la com­mis­sion ouvrière était de garan­tir une for­ma­tion sérieuse, hon­nête et forte afin que nous puis­sions vrai­ment construire l’entreprise que nous vou­lions. […] Il fal­lait, par consé­quent, que tout le monde par­ti­cipe à la construc­tion de l’entreprise dès le début de la for­ma­tion », explique encore Henry.

En juin 1981, l’entreprise publique est créée : la Société d’exécution des tra­vaux d’isolation-rénovation (SETIR). Elle est aus­si­tôt vue avec hos­ti­li­té par le gou­ver­ne­ment. Pour Henry, l’actionnaire public qui ne déblo­quait pas suf­fi­sam­ment les fonds a effec­tué un « sabo­tage », et la SETIR n’était qu’« une coquille juri­dique qua­si­ment vide ». Avec seule­ment huit sala­riés et une longue attente pour obte­nir l’ap­pro­ba­tion du minis­tère des Travaux publics, l’avenir de l’entreprise est déjà com­pro­mis. En juin 1983, mal­gré des car­nets de com­mande pleins jusqu’à octobre, la Société régio­nale d’investissement de Wallonie (SRIW) liquide la SETIR16En s’appuyant sur une loi qui per­met la liqui­da­tion d’une entre­prise qui a uti­li­sé la moi­tié de son capi­tal.. C’est un choix poli­tique : dans le même temps, la SRIW accorde 500 000 euros d’aides à une autre entre­prise publique17Elle avait pour mis­sion de pros­pec­ter et déve­lop­per le mar­ché d’i­so­la­tion au béné­fice du sec­teur pri­vé : une pers­pec­tive bien plus en phase avec la vision du gou­ver­ne­ment.. Le groupe japo­nais Asahi Glass rachète 80 % des parts de Glaverbel : qua­si immé­dia­te­ment, les « excé­den­taires » sont exclus du per­son­nel pour mettre fin à leur capa­ci­té d’influence et leur syn­di­ca­lisme de com­bat. Un an plus tard, le fonds social est sup­pri­mé. Quelques coopé­ra­tives seront créées, mais aucune ne sera réel­le­ment pérenne. André Henry se retrouve au chô­mage — il le res­te­ra pen­dant 19 années, avant de par­tir en retraite. Malgré son rôle de pre­mière impor­tance, il refu­se­ra tou­jours l’é­ti­quette de chef : « Il faut […] se dire que la lutte n’a pas été menée pour sa petite glo­riole, mais avec et pour les tra­vailleurs, que l’on est que le repré­sen­tant des tra­vailleurs. » Il fut d’ailleurs, à plu­sieurs reprises, mis en mino­ri­té.

*

Cette lutte longue de plus de 10 ans débouche-t-elle sur un échec ? Dans les années 1980, le tableau n’est assu­ré­ment pas des plus relui­sants. Mais il faut se rap­pe­ler que l’objectif ini­tial de BSN-Glaverbel était de se débar­ras­ser de ses acti­vi­tés ver­rières ; pour André Henry, « s’il existe encore aujourd’hui des entre­prises ver­rières dans la région et ailleurs, c’est en grande par­tie grâce aux com­bats menés par les ver­riers ». Une leçon de résis­tance.


Photographies de ban­nière et de vignette : DR


REBONDS

☰ Lire notre article « Argentine : vers un syn­di­ca­lisme de masse », Arthur Brault Moreau, mars 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Fabienne Lauret : « Une orga­ni­sa­tion pour se défendre au quo­ti­dien », jan­vier 2019
☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Nous étions des mains invi­sibles », juillet 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Annick Coupé : « Le syn­di­ca­lisme est un outil irrem­pla­çable », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’usine », juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016

NOTES   [ + ]

1.Antoine Riboud est le PDG de la mul­ti­na­tio­nale
2.75 % de leur salaire au lieu de 60 %.
3.Sauf men­tion contraire, les cita­tions d’André Henry pro­viennent de son livre auto­bio­gra­phique L’Épopée des ver­riers du pays noir, Waterloo, édi­tions Luc Pire, 2014.
4.Une orga­ni­sa­tion de jeu­nesse du Parti socia­liste belge (PSB), que les Jeunes gardes socia­listes quittent en 1965 pour for­mer la Ligue révo­lu­tion­naire des tra­vailleurs (LRT), sec­tion belge de la IVe Internationale.
5.Dont la bataille per­due contre la « loi unique » et le 1 % pré­le­vé.
6.À condi­tion d’a­voir 10 ans d’ancienneté.
7.Grève jusqu’à obten­tion de toutes les demandes des tra­vailleurs, qui, si ce n’est pas le cas, peut mener à la faillite de l’en­tre­prise.
8.Nouveau pro­cé­dé de fabri­ca­tion pour faire du verre flot­té, dont les concur­rents sont mieux équi­pés que Glaverbel.
9.Moins une voix. Léon Stas a voté contre, non sans iro­nie, « juste pour évi­ter le vote sta­li­nien », explique André Henry.
10.Environ 25 000 euros.
11.À 95 % de leur salaire.
12.En 1976, les accords sont englo­bés dans un même plan régio­nal de restruc­tu­ra­tion.
13.« Les révol­tés de la La Discipline », Le Monde, 24 mars 1975.
14.Le « oui » pour le plan obtient seule­ment 41 % des voix de l’ensemble des tra­vailleurs à consul­ter, ce qui n’est pas suf­fi­sant.
15.Alors que 70 % sont pour main­te­nir le pré­avis, l’appareil syn­di­cal comp­ta­bi­lise les votes en sépa­rant les quatre sites concer­nés. Certains sites étant sous le seuil fixé des 66 %, les direc­tions syn­di­cales le consi­dèrent comme insuf­fi­sant.
16.En s’appuyant sur une loi qui per­met la liqui­da­tion d’une entre­prise qui a uti­li­sé la moi­tié de son capi­tal.
17.Elle avait pour mis­sion de pros­pec­ter et déve­lop­per le mar­ché d’i­so­la­tion au béné­fice du sec­teur pri­vé : une pers­pec­tive bien plus en phase avec la vision du gou­ver­ne­ment.
Léonard Perrin
Léonard Perrin

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.