Argentine : un syndicalisme de masse

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Texte inédit pour le site de Ballast

Avec un taux de syn­di­ca­li­sa­tion à 40 % et des vic­toires sociales arra­chées au gou­ver­ne­ment néo­li­bé­ral de Mauricio Macri, le syn­di­ca­lisme argen­tin a de quoi sur­prendre. C’est qu’il jouit d’une implan­ta­tion consé­quente dans la vie des tra­vailleurs, fort de ses « œuvres sociales » (des sortes de mutuelles syn­di­cales) et d’une tra­di­tion de lutte ancrée dans l’histoire du pays du Rio Plata. Construit autour d’un modèle de syn­di­cat unique, le syn­di­ca­lisme argen­tin vogue en réa­li­té de divi­sions syn­di­cales en alliances poli­tiques au fil de l’actualité élec­to­rale. Une puis­sance de masse, donc, mais éga­le­ment des liens aux pou­voirs poli­tiques et éco­no­miques qui laissent dubi­ta­tifs. Le modèle argen­tin ques­tionne notre rap­port aux modes d’organisation et d’action des sala­riés ; nous pro­fi­tons d’un séjour à Buenos Aires pour creu­ser la ques­tion. ☰ Par Arthur Brault Moreau


Les ven­deurs ambu­lants se sont ins­tal­lés le long de la rue qui mène de la pla­za de Mayo jusqu’au Congrès. Ils pro­posent au pas­sant des asa­dos, les célèbres bar­be­cues argen­tins. Syndicats, par­tis poli­tiques et mou­ve­ments sociaux des quar­tiers popu­laires de Buenos Aires ont répon­du à l’appel syn­di­cal pour s’opposer à l’augmentation des tarifs — les tari­fa­zos — des res­sources de base (eau, élec­tri­ci­té, gaz…). Nous sommes le 10 jan­vier et la pre­mière mani­fes­ta­tion de l’année com­mence. Les orga­ni­sa­teurs encou­ragent les par­ti­ci­pants à bran­dir des torches pour sym­bo­li­ser les cou­pures d’électricité que les com­pa­gnies imposent aux foyers ne par­ve­nant pas à suivre les hausses de prix. Durant la marche, les pan­cartes et dis­cus­sions excèdent pour­tant très rapi­de­ment la ques­tion des tari­fa­zos pour dres­ser le bilan du man­dat de Mauricio Macri, à la tête du pays depuis 2015. Alors que la décen­nie des Kirchner déve­lop­pait une poli­tique de plus forte redis­tri­bu­tion et de sou­tien de la demande, le pro­jet défen­du par Macri favo­rise avant tout l’actionnariat inter­na­tio­nal à tra­vers d’importantes pri­va­ti­sa­tions. L’échec du modèle néo­li­bé­ral n’a pas atten­du long­temps pour se faire entendre : avec presque 30 % de pau­vre­té, 9 % de chô­mage et une infla­tion au plus haut niveau depuis 1991 (50 %), les trois années de macrisme laissent pen­ser à une pos­sible alter­nance politique1Données de 2018 issues de l’Institut natio­nal des sta­tis­tiques, l’INDEC.. Nous ren­con­trons Hugo « Cachorro » Goboy, diri­geant du syn­di­cat du public ATE, qui tranche alors « l’Argentine est dans une situa­tion d’instabilité très forte. Dans le sec­teur natio­nal on compte plus de 35 000 licen­cie­ments depuis l’arrivée de Macri. Cette année, la lutte sociale va croître inévi­ta­ble­ment ». Entre février et octobre 2019, l’Argentine devra renou­ve­ler la presque tota­li­té de ses repré­sen­tants aux dif­fé­rents éche­lons du pou­voir (pro­vinces, par­le­ment, pré­si­dence). La marche des « torches » de ce début d’année sonne dès lors comme un aver­tis­se­ment : le mou­ve­ment social — avec à sa tête les syn­di­cats — est bel et bien pré­sent.

La force de résistance du syndicalisme argentin

« Ici comme ailleurs, les syn­di­cats ont connu des échecs poli­tiques, c’est cer­tain. Mais nous n’avons pas connu de déroute sociale pro­fonde comme dans beau­coup de pays occi­den­taux. »

Le syn­di­ca­lisme argen­tin impres­sionne tout d’abord par sa taille. Dans le pri­vé, il orga­nise 35 % des tra­vailleurs, dont la moi­tié dans le trans­port et l’industrie, et pas moins de 46 % dans le public, l’éducation et la san­té en tête2C. Tomada, D. Schleser, M. Maito, Radiografia de la sin­di­ca­li­sa­zion en la Argentina, Université Nationale de San Martin, octobre 2018.. Ses quatre mil­lions d’affiliés le sin­gu­la­risent du reste du conti­nent, où le nombre de syn­di­qués dépasse rare­ment les 10 %, comme en Colombie — excep­tions faites du Chili et du Brésil (20 %). Mais ces chiffres sont à rela­ti­vi­ser. Les 40 % d’affiliés concernent les tra­vailleurs décla­rés et ne prennent pas en compte les tra­vailleurs du sec­teur de l’« éco­no­mie popu­laire », ou « éco­no­mie infor­melle », qui regrou­pe­rait à lui seul 37 % de l’ensemble des tra­vailleurs argen­tins. Une fois pon­dé­ré, le taux de syn­di­ca­li­sa­tion tombe à 25 ou 28 %3Ibid.. Pas de quoi rou­gir pour autant : en com­pa­rai­son, les États-Unis comptent 10 % de syn­di­qués, et la France 8 %.

Au-delà des chiffres, le syn­di­ca­lisme argen­tin se dis­tingue par une forte capa­ci­té à mobi­li­ser et obte­nir d’importantes vic­toires. « Cachorro » Godoy nous dresse un bilan : « Ici comme ailleurs, les syn­di­cats ont connu des échecs poli­tiques, c’est cer­tain. Mais nous n’avons pas connu de déroute sociale pro­fonde comme dans beau­coup de pays occi­den­taux. À l’inverse, nous avons pu impo­ser d’importants échecs au néo­li­bé­ra­lisme. Cet état de fait explique en grande par­tie la vigueur de nos orga­ni­sa­tions, qui main­tiennent leur niveau d’affiliation mal­gré les vagues de licen­cie­ments.» En décembre 2016, les cen­trales par­viennent à faire voter au par­le­ment une « loi d’urgence sociale » qui pré­voit, entre autres choses, un bud­get de 30 mil­lions de pesos (envi­ron 630 000 euros) pour les orga­nismes d’assistance sociale auprès des tra­vailleurs de l’économie popu­laire. Lorsqu’en novembre 2017, le gou­ver­ne­ment de Macri tente de faire pas­ser une réforme du code du tra­vail — qui pré­voit, à la manière des deux lois Travail en France, une impor­tante réduc­tion des pro­tec­tions et garan­ties de la légis­la­tion natio­nale en termes de temps de tra­vail et de licen­cie­ments —, les syn­di­cats argen­tins sont par­ve­nus, eux, à faire recu­ler, pour un temps, le gou­ver­ne­ment. Et bien que la bataille ne soit pas finie, les syn­di­cats ont déjà démon­tré leur capa­ci­té à blo­quer le néo­li­bé­ra­lisme et à impo­ser des mesures d’urgence sociale. C’est ce qui fait la fier­té des cen­trales syn­di­cales du pays. A la fin de l’en­tre­tien, Hugo « Cachorro » Godoy conclut : « Ce qui défi­nit le syn­di­ca­lisme argen­tin à l’heure actuelle, c’est son incroyable force de résis­tance. »

Mauricio Macri (Reuters)

Féminisme et économie populaire : deux grands défis

Ce pano­ra­ma qua­si idyl­lique ne doit pas faire perdre de vue deux angles morts : la ques­tion fémi­niste et celle du secteur des tra­vailleurs infor­mels et pré­caires. Selon la fémi­niste Andrea D’Atri, fon­da­trice de l’organisation Pan y Rosas4Une orga­ni­sa­tion fémi­niste proche du Parti des tra­vailleurs socia­listes, prin­ci­pale for­ma­tion trots­kyste du pays., la résur­gence du mou­ve­ment fémi­niste s’est faite à tra­vers la lutte pour le droit à l’avortement en 2017 ou encore le mou­ve­ment contre les vio­lences machistes, « Ni una menos », né en 2015. Cette « vague fémi­niste » s’est alors éten­due à l’ensemble des sphères de la socié­té, syn­di­cats com­pris. « Le mariage entre fémi­nisme et syn­di­ca­lisme est révo­lu­tion­naire », lan­çait Tali Goldman, auteure du livre Marea sin­di­cal, lors de la troi­sième foire du Livre natio­nal et popu­laire orga­ni­sée par des syn­di­cats en novembre 2018, à Santa Fe. « On constate qu’encore aujourd’hui les femmes doivent tou­jours deman­der une vali­da­tion ou un per­mis aux hommes pour agir dans leur syn­di­cat. Mais la vague fémi­niste est arri­vée en Argentine et, depuis, les femmes ques­tionnent la répar­ti­tion des rôles et leur place dans les lieux de pou­voir. » Pour cette jour­na­liste, c’est « de la main des femmes que vien­dra le chan­ge­ment dans l’univers syn­di­cal ».

« La vague fémi­niste est arri­vée en Argentine et, depuis, les femmes ques­tionnent la répar­ti­tion des rôles et leur place dans les lieux de pou­voir. »

Nous ren­con­trons la cher­cheuse en sciences sociales Ana Natalucci5Docteure en sciences sociales et cher­cheuse au CONICET, pour qui l’arrivée des femmes dans les sphères diri­geantes des syn­di­cats relè­ve­rait d’une évi­dence et serait un fac­teur de revi­ta­li­sa­tion. « Dans des syn­di­cats très mas­cu­lins et très virils comme l’Union des Ouvriers de la Métallurgie, ou bien le syn­di­cat des Chauffeurs de camion diri­gé par Hugo Moyano, se sont créés des secré­ta­riats de genre. Cette prise en compte s’explique en par­tie par la robo­ti­sa­tion de métiers dans ces branches, mais aus­si par une prise de conscience de la vague fémi­niste. Alors, bien sûr, un secré­ta­riat du genre n’est pas la solu­tion de fond mais c’est un moyen fort pour les femmes de mettre un pied dans les ins­ti­tu­tions, d’entrer dans la mili­tance syn­di­cale, de recru­ter et de par­ve­nir à impo­ser des femmes dans les autres secré­ta­riats syn­di­caux. Je ne sais pas si ce phé­no­mène est repré­sen­ta­tif de tout le monde syn­di­cal mais cela montre un mou­ve­ment pro­fond dans l’univers syn­di­cal », nous dit-elle.

Le second défi est sans doute celui du sec­teur de « l’économie popu­laire », qui regroupe les tra­vailleurs « infor­mels, pré­caires, exter­na­li­sés et en sur­vie », comme le défi­nit Juan Grabois, diri­geant de la Confédération des tra­vailleurs de l’économie popu­laire (CTEP) dans son ouvrage Travail et orga­ni­sa­tion dans l’éco­no­mie popu­laire. La CTEP reven­dique aujourd’hui plus de 50 000 affi­liés dans son œuvre sociale. Ce poids impres­sionne les autres orga­ni­sa­tions et notam­ment la Confédération géné­rale du tra­vail, pre­mière orga­ni­sa­tion du pays. L’inquiétude est telle que les appels lan­cés pour inté­grer la CGT sont res­tés sans réponse. En effet, si l’intégration d’un tel sec­teur ren­for­ce­rait la posi­tion hégé­mo­nique de la pre­mière cen­trale d’Argentine, elle ris­que­rait tout autant de désta­bi­li­ser les rela­tions de pou­voir qui existent entre ses fédé­ra­tions. L’initiative pour orga­ni­ser le sec­teur infor­mel n’est pas seule­ment d’origine syn­di­cale, elle est éga­le­ment issue de mou­ve­ments péro­nistes, à l’instar du mou­ve­ment Evita, sans oublier l’important sou­tien que l’Église catho­lique et l’actuel pape Francisco lui apportent. Lors d’une mobi­li­sa­tion de la CTEP en mars 20176« Se regla­mentó la Emergencia Social pero las orga­ni­za­ciones anun­cia­ron un plan de lucha », Télam, 10 mars 2019., des jour­na­listes par­laient d’une marche convo­quée par le pape lui-même. Juan Grabois — diri­geant de la CTEP et conseiller du Vatican — a répon­du à ces allé­ga­tions : « Jamais le pape Francisco n’a télé­pho­né pour dire qu’une marche devait se faire ou non. C’est abso­lu­ment faux. Le pape est notre guide, notre ins­pi­ra­tion, mais jamais il ne nous donne d’ordre. » La CTEP par­vient à orga­ni­ser un sec­teur par défi­ni­tion pré­caire, frag­men­té et iso­lé. « La CTEP est orga­ni­sée en sept branches d’activités avec en plus une œuvre sociale, une branche pour les femmes et plus de 400 can­tines popu­laires sur l’ensemble du ter­ri­toire. On tra­vaille à l’organisation de ces tra­vailleurs, on délivre une assis­tance pour se soi­gner et pour se nour­rir et on réa­lise aus­si des actions de coges­tion avec l’État. Cela consiste à lut­ter pour obte­nir des aides, comme avec la loi d’urgence sociale, pour ensuite répar­tir le tra­vail entre nos coopé­ra­tives tout en assu­rant des ser­vices néces­saires au peuple », nous explique Guido, sala­rié de la Confédération, autour d’un maté la bois­son tra­di­tion­nelle argen­tine. Pour autant, la proxi­mi­té entre acteurs syn­di­caux et uni­vers clé­ri­cal n’est pas sans sur­prendre l’observateur fran­çais : Juan Grabois s’oppose publi­que­ment et clai­re­ment au droit à l’avortement.

Walter Monteros / AFP

La « colonne vertébrale » du péronisme ?

« L’identité et les tra­di­tions de nos orga­ni­sa­tions viennent sur­tout de l’époque du colo­nel Perón. Aujourd’hui encore, nos bases ne sont pas for­cé­ment péro­nistes mais elles demandent du péro­nisme », tranche Gustavo Quinteiro, syn­di­ca­liste de la CGT aéro­nau­tique lorsque nous le ren­con­trons dans les locaux de son orga­ni­sa­tion. Si le syn­di­ca­lisme argen­tin est issu d’une longue tra­di­tion anar­chiste et socia­liste, impor­tée par les vagues de migra­tions euro­péennes, les années du diri­geant Perón sont carac­té­ri­sées par un essor consi­dé­rable de ce mode d’organisation. Militaire de pro­fes­sion, Juan Domingo Perón acquiert le sou­tien des classes popu­laires argen­tines alors qu’il est secré­taire au Travail et à la pré­voyance d’un gou­ver­ne­ment issu d’un coup d’État mili­taire. Terrorisée par les mesures sociales comme la mise en place de conven­tions col­lec­tives, la recon­nais­sance de sta­tuts pro­fes­sion­nels ou bien la créa­tion de tri­bu­naux des prud’hommes, l’élite du pays orga­nise un coup d’État pour des­ti­tuer Perón. Le 17 octobre 1946, un raz-de-marée popu­laire, CGT en tête, défile dans la capi­tale argen­tine et obtient la libé­ra­tion de son lea­der. Renforcé par la figure sociale et popu­laire de son épouse, Eva Duarte, il gou­verne le pays durant trois man­dats successifs7De 1946 à 1955., avec pour mot d’ordre une poli­tique de la « troi­sième voie », entre capi­ta­lisme et com­mu­nisme. Droit de vote pour les femmes (1947), amé­lio­ra­tion des droits syn­di­caux, consti­tu­tion d’une Déclaration des droits du tra­vail (1947) pour com­bler les manques de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, aug­men­ta­tion des salaires : la période du couple Perón a bou­le­ver­sé l’échiquier poli­tique du pays. Depuis lors, le cli­vage droite/gauche a presque lais­sé place à un cli­vage péroniste/anti-péronistes8Ou gorillas, comme cer­tains les nomment encore aujourd’hui.. Ce bou­le­ver­se­ment s’est avant tout fon­dé sur une rela­tion très étroite avec le monde syn­di­cal, que le colo­nel lui-même nom­mait la « colonne ver­té­brale » du péro­nisme.

« Perón a fait du syn­di­cat le pre­mier béné­fi­ciaire de son mou­ve­ment et, ain­si, son pre­mier sou­tien. Subordination du syn­di­cat à l’appareil d’État ou recon­nais­sance de son rôle d’intermédiaire ? »

Pourtant, les débats res­tent nom­breux sur la rela­tion entre le mou­ve­ment péro­niste et le champ syn­di­cal — rame­né à la prin­ci­pale cen­trale de l’époque, la CGT. Perón a fait du syn­di­cat le pre­mier béné­fi­ciaire de son mou­ve­ment et, ain­si, son pre­mier sou­tien. Subordination du syn­di­cat à l’appareil d’État ou recon­nais­sance de son rôle d’intermédiaire ? Pour Juan Carlos Torre9Juan Carlos Torre, Ensayos sobre movi­mien­to obre­ro y per­onis­mo, Siglo Veintiuno Editores, 2012., la rela­tion du péro­nisme au mou­ve­ment ouvrier se carac­té­rise par un pro­ces­sus d’intégration et d’exclusion — « exclu­sion poli­tique et cen­tra­li­té éco­no­mique » résume-t-il. Intégration, tout d’abord, puisque le péro­nisme confère à la classe des tra­vailleurs indus­triels orga­ni­sés un rôle cen­tral dans la vie poli­tique du pays et maté­ria­lise sa recon­nais­sance par des mesures éco­no­miques fortes. L’historien des mou­ve­ments sociaux parle même d’une « sur­di­men­sion­na­li­té » don­née aux ouvriers en réfé­rence à son poids très rela­tif dans la popu­la­tion natio­nale. Exclusion, ensuite, puisque cette recon­nais­sance s’accompagne d’un fort auto­ri­ta­risme, notam­ment via l’encadrement de la popu­la­tion et la cen­tra­li­sa­tion du mou­ve­ment ouvrier dans son par­ti, le Parti jus­ti­cia­liste. Cette rela­tion n’est pour­tant pas uni­voque : l’historien parle d’une « rené­go­cia­tion constante de son hégé­mo­nie », géné­rant un inté­res­sant jeu de va-et-vient entre Perón et la CGT. Ezeqiel Adamovsky10Ezequiel Adamovsky, Historia de las clases popu­lares en la Argentina, desde 1880 has­ta 2003, Sudamericana, 2012., éga­le­ment his­to­rien, sou­ligne le trait et affirme que « le coût qu’il devait payer pour avoir le contrôle poli­tique était celui d’une inca­pa­ci­té à frei­ner les reven­di­ca­tions éco­no­miques des tra­vailleurs ».

Après le coup d’État de 1955 contre le colo­nel, qui ne réap­pa­raî­tra que très briè­ve­ment en 1973 avant de s’éteindre en 1974, l’Argentine entre dans une longue période de dic­ta­ture mili­taire. Dans ce contexte, péro­nisme et syn­di­ca­lisme souffrent de la répres­sion et doivent pas­ser, pour par­tie, à la clan­des­ti­ni­té. Au retour de la démo­cra­tie en 1983, les syn­di­cats retrouvent leur vigueur. Alliance stra­té­gique ou subor­di­na­tion, la rela­tion avec le péro­nisme a, quoi qu’il en soit, for­gé le modèle syn­di­cal argen­tin et ancré ses orga­ni­sa­tions dans la vie des tra­vailleurs et sur la scène poli­tique du pays.

Juan Perón (DR)

Un syndicalisme mutualiste

À côté du taux de syn­di­ca­li­sa­tion et des luttes sociales, le syn­di­ca­lisme argen­tin s’appuie sur une forte tra­di­tion mutua­liste. Les œuvres sociales gérées par les syn­di­cats sont en effet de véri­tables mutuelles ouvrières qui couvrent les soins de san­té de près de 48 % des Argentins, assurent des ser­vices d’aide juri­dique, d’agence de voyage ou de loi­sirs, et délivrent des cré­dits pour l’achat de loge­ment. Pourtant, il semble dif­fi­cile de rame­ner le modèle argen­tin à l’exemple de pays de l’Europe du Nord, où le fort taux de syn­di­ca­li­sa­tion s’explique en par­tie par des avan­tages directs liés à l’affiliation11Laura Perelman, « Sindicalizacion y obras sociales », IDES, 2016., avec par exemple le ver­se­ment du chô­mage et des pres­ta­tions sociales par les syndicats12On compte, sur ce modèle, près de 80 % d’affiliés en Islande et 50 % en Belgique. Ici, l’accès aux œuvres sociales n’est pas uni­que­ment réser­vé aux adhé­rents du syn­di­cat et, comme en France, les conven­tions col­lec­tives signées par les orga­ni­sa­tions s’appliquent à tous les sala­riés. Historiquement, ces der­nières ont été créées par les com­mu­nau­tés d’immigrés afin de répondre aux manques de ser­vices publics. Si la période péro­niste a ten­té d’étatiser la sécu­ri­té sociale, la plu­part des gou­ver­ne­ments sui­vants ont lais­sé aux syn­di­cats la ges­tion de véri­tables com­plexes hos­pi­ta­liers. En outre, les lois des années 1970 ont ren­du obli­ga­toire l’affiliation à une sécu­ri­té sociale, ren­for­çant le mono­pole syn­di­cal.

« Si la période péro­niste a ten­té d’étatiser la sécu­ri­té sociale, la plu­part des gou­ver­ne­ments sui­vants ont lais­sé aux syn­di­cats la ges­tion de véri­tables com­plexes hos­pi­ta­liers. »

Pour la cher­cheuse Laura Perelman, la ges­tion de la san­té et d’autres ser­vices a joué un rôle de « sou­tien aux pra­tiques de syn­di­ca­li­sa­tion » notam­ment en « faci­li­tant la com­mu­ni­ca­tion entre les syn­di­cats et leur base ». De fait, cette der­nière constate que les muta­tions du tra­vail (frag­men­ta­tion et pré­ca­ri­sa­tion des emplois) n’ont pas eu pour consé­quence une baisse dras­tique de la syn­di­ca­li­sa­tion, contrai­re­ment aux pays occi­den­taux ; le syn­di­ca­lisme argen­tin s’est, à ses yeux, déve­lop­pé et a main­te­nu un fort taux de syn­di­ca­li­sa­tion à par­tir de deux ins­tru­ments : « la struc­ture syn­di­cale de base » — à savoir les délé­gués et leur pré­sence au sein des entre­prises — et le « sys­tème d’œuvres sociales » qui per­met­tait de com­pen­ser, en fonc­tion du sec­teur ou de la période, les phases d’affaiblissement des struc­tures syn­di­cales de base. Bien que l’affiliation au syn­di­cat ne soit plus néces­saire depuis les années 1990 pour béné­fi­cier d’une œuvre sociale, elle note que les sala­riés asso­cient très for­te­ment l’action sociale et de san­té au syn­di­cat qui en assure la ges­tion. Les œuvres favo­risent un sen­ti­ment d’appartenance au syn­di­cat, lui donnent une légi­ti­mi­té, tout en garan­tis­sant un espace de dis­cus­sion avec les sala­riés. Pas de baguette magique ni d’arme secrète, donc ; il s’agit bien plu­tôt d’un « sup­port » ou d’un « sou­tien » pour les stra­té­gies de syn­di­ca­li­sa­tion des dif­fé­rentes orga­ni­sa­tions. Laure Perelman prend alors l’exemple d’un syn­di­cat du sec­teur des ser­vices qui enre­gis­trait des baisses de syn­di­ca­li­sa­tion depuis le milieu des années 1990 et qui, au début du nou­veau mil­lé­naire, a enga­gé trois cam­pagnes d’affiliation en seule­ment cinq années, per­met­tant de retrou­ver une évo­lu­tion stable. Dans le champ syn­di­cal fran­çais, le syn­di­ca­lisme de ser­vice appa­raît fré­quem­ment comme syno­nyme de réfor­misme, en oppo­si­tion à un syn­di­ca­lisme de lutte défen­du notam­ment par la CGT et Solidaires. Dans le cas argen­tin, le syn­di­ca­lisme de ser­vice est un appui aux stra­té­gies de recru­te­ment et de mobi­li­sa­tion.

Unité institutionnelle et divisions politiques

Pour la cher­cheuse Ana Natalucci, le syn­di­ca­lisme argen­tin tire en grande par­tie sa force de « son modèle très uni­fié autour de la CGT ». La loi sur les Associations et les syndicats13Loi 23.551. pré­voit deux types d’inscription d’un syn­di­cat : l’inscription de base et celle qui per­met d’obtenir ce qu’on appelle alors « la per­son­na­li­té syn­di­cale ». Cette der­nière est exclu­si­ve­ment réser­vée à la CGT, qui jouit donc d’un sta­tut pri­vi­lé­gié pour les négo­cia­tions tant au niveau local que natio­nal — ce mono­pole ins­ti­tu­tion­na­li­sé a d’ailleurs fait l’objet de nom­breuses remises en cause par l’Organisation inter­na­tio­nale du tra­vail (OIT) depuis 1988. Toujours est-il que ce modèle assure une CGT très forte qui, une fois mise en marche, « per­met de faire plier un gou­ver­ne­ment, à tel point que par­fois la simple menace d’une action aide à gagner les pre­mières négo­cia­tions », nous dit Ana Natalucci. Cette situa­tion pousse le champ syn­di­cal à mêler actions de mobi­li­sa­tion (grèves, blo­cages) et négo­cia­tions avec le patro­nat et la classe poli­tique. C’est la tac­tique du « frap­per et négo­cier », comme le résume le slo­gan de Auguste Timoteo Vandor, dit « El Lobo », le diri­geant his­to­rique de l’Union ouvrière métal­lur­gique, qui riva­li­sait à l’époque avec Juan Perón en per­sonne. « Les der­nières mesures du gou­ver­ne­ment visent pré­ci­sé­ment à cas­ser ce bloc syn­di­cal. Macri déplace la recon­nais­sance syn­di­cale du niveau natio­nal ou sec­to­riel au niveau local de chaque entre­prise. Il s’inspire en cela du Chili, où les syn­di­cats sont iso­lés éta­blis­se­ment par éta­blis­se­ment. En clair, il veut des syn­di­cats mai­son, voire jaunes14Surnom péjo­ra­tif don­né aux syn­di­cats qui refusent la grève et la confron­ta­tion avec le patro­nat. » conclut-elle à la fin de notre échange.

Ignacio Coló

Pourtant, l’unité impo­sée par la loi ne s’est pas main­te­nue dans la réa­li­té du champ syn­di­cal. En 1991, le syn­di­cat ATE, regrou­pant les tra­vailleurs du sec­teur public, rompt avec la CGT pour fon­der avec d’autres orga­ni­sa­tions, un an plus tard, la Centrale des tra­vailleurs d’Argentine (CTA). Ce syn­di­ca­lisme se dis­tingue du pre­mier syn­di­cat natio­nal par une vision plus démo­cra­tique et moins ver­ti­cale : chaque tra­vailleur ou chô­meur peut adhé­rer direc­te­ment à la Centrale et chaque affi­lié équi­vaut à une voix pour élire ses repré­sen­tants natio­naux au vote direct. L’autre point de diver­gence est davan­tage poli­tique : à cette époque, l’Argentine connaît une vague de pri­va­ti­sa­tion de la part du gou­ver­ne­ment de Carlos Menem, qui pro­fite du silence com­plai­sant d’une CGT qui n’ose haus­ser le ton face au diri­geant péro­niste. Le refus de ces pri­va­ti­sa­tions pré­ci­pite la rup­ture avec la CGT et la fon­da­tion d’une autre cen­trale. Quelques années plus tard, la CTA connaî­tra une divi­sion en son propre sein ; en 2010, à la suite d’un affron­te­ment entre deux lignes dans des élec­tions pro­fes­sion­nelles, la Centrale se divise en deux : la CTA-Trabajadores, diri­gée par le lea­der syn­di­cal Hugo Yasky, et la CTA-Autonoma, elle-même divi­sée actuel­le­ment entre les diri­geants Ricardo Peidro et Pablo Micheli. « Les divi­sions autour des lea­ders syn­di­caux sont assez cou­rantes en période élec­to­rale. Tous les syn­di­ca­listes font de la poli­tique mais ils ne vont pas tous dans la même direc­tion », nous explique Ana Natalucci.

Élections : la pomme de la discorde

« Le rôle d’un syn­di­cat comme d’un mou­ve­ment social ne doit pas être d’appuyer tel ou tel can­di­dat mais de construire le pou­voir du peuple, d’approfondir la démo­cra­tie. »

« Un pro­ces­sus d’unification des dif­fé­rentes cen­trales est en cours, d’ici la fin des élec­tions natio­nales », c’est peu ou prou cette même phrase que nous avons enten­due de la bouche des diri­geants et mili­tants des dif­fé­rentes for­ma­tions syn­di­cales du pays. L’avenir dira s’il ne s’agit pas d’un simple vœu pieu. On peut d’ores et déjà consta­ter que cette phrase relève du dis­cours typique d’une période élec­to­rale : chaque can­di­dat dit prê­cher l’unité, la sou­hai­ter et la construire. Ce dis­cours illustre l’importance de la ques­tion élec­to­rale dans le champ syn­di­cal argen­tin — qu’il s’agisse des élec­tions pro­fes­sion­nelles et syn­di­cales ou des élec­tions poli­tiques, légis­la­tives et exé­cu­tives. L’implication de syn­di­ca­listes dans la vie poli­tique ne peut se réduire à un oppor­tu­nisme indi­vi­duel ; ces pra­tiques illus­trent plu­tôt « le para­doxe argen­tin selon lequel, pour être sûr de la ligne poli­tique d’un gou­ver­ne­ment, il faut en faire par­tie. On ne regarde donc presque pas la voca­tion idéo­lo­gique ni le pro­gramme d’un can­di­dat avant de s’allier, on regarde le rap­port de force que sa vic­toire per­met­tra et les chances pour que celui-ci soit favo­rable à ton orga­ni­sa­tion », nous explique Ana Natalucci. L’introduction de l’enjeu élec­to­ra­liste dans le champ syn­di­cal explique en par­tie les divi­sions syn­di­cales du pays.

C’était d’ailleurs pour sou­te­nir offi­ciel­le­ment la can­di­date Cristina Kirchner qu’un sec­teur de la CTA décide de fon­der une autre cen­trale, en 2010, alors que le reste de la CTA refuse par prin­cipe de s’aligner sur une can­di­da­ture et choi­sit de s’autoproclamer CTA « Autonome ». « Autonomes vis-à-vis des patrons, de l’État et bien sûr des par­tis poli­tiques », résume Ricardo Piedro, diri­geant de la CTA-Autonome, lorsque nous le ren­con­trons au siège du syn­di­cat. « Nous sommes pour l’autonomie mais pas pour la neu­tra­li­té. Nous par­lons de tout ce qui touche le peuple. Sous le gou­ver­ne­ment des Kirchner, nous étions dans la rue, comme nous le sommes aujourd’hui sous Macri dès lors qu’on attaque les droits des tra­vailleurs. Pour nous c’est impor­tant de res­ter vigi­lant, strict et cri­tique même lorsqu’il s’agit d’un gou­ver­ne­ment dit pro­gres­siste ». Il conclut : « Comprendre ça nous amène à avoir un regard cri­tique sur la déroute des gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes aus­si bien en Argentine que dans le reste du conti­nent. Le rôle d’un syn­di­cat comme d’un mou­ve­ment social ne doit pas être d’appuyer tel ou tel can­di­dat mais de construire le pou­voir du peuple, d’approfondir la démo­cra­tie. Que des res­pon­sables syn­di­caux aient des pro­jets élec­to­raux est une chose mais que les élec­tions deviennent le moteur de l’action syn­di­cale et de scis­sions, c’en est une autre. »

DR

Pour leurs confrères de la CTA-Trabajadores l’engagement poli­tique est clai­re­ment assu­mé : « la CTA‑T est l’unique syn­di­cat qui a clai­re­ment sou­te­nu la can­di­da­ture de Cristina Kirchner en 2015. D’ailleurs, notre secré­taire géné­ral, Hugo Yasky, est aus­si dépu­té ins­crit à l’Unité Citoyenne, le mou­ve­ment de Cristina. L’idée étant de mener la bataille hégé­mo­nique et de par­ve­nir à impo­ser des repré­sen­tants ouvriers dans les ins­ti­tu­tions. Cette bataille se mène dans les deux sens mais repose tou­jours sur les aspi­ra­tions de la base. Pour l’heure, l’enjeu est de construire un man­dat popu­laire depuis la rue », nous raconte Carlos Alberto Girotti, res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion dans la CTA – Trabajadores. Pas de Charte d’Amiens ni de fron­tière claire avec le monde poli­tique : le modèle argen­tin se rap­proche du trade-unio­nisme bri­tan­ni­que au sein duquel syn­dicalisme et poli­tique se mêlent. À la dif­fé­rence de la Grande-Bretagne, les orga­ni­sa­tions argen­tines ne se contentent tou­te­fois pas des ques­tions éco­no­miques mais inves­tissent direc­te­ment la scène poli­tique et élec­to­rale, par­fois pour le pire. En majo­ri­té gou­ver­nées par des vété­rans de la lutte ayant fait leurs armes durant la dic­ta­ture, les orga­ni­sa­tions argen­tines peuvent appa­raître comme de véri­tables dynas­ties où his­toires de famille et accu­sa­tions de cor­rup­tion ne sont jamais très loin. On songe au cas de la famille Moyano — le père, Hugo Antonio, est l’ancien diri­geant de la CGT et le fils, Pablo, l’actuel diri­geant du très puis­sant syn­di­cat des chauf­feurs —, accu­sée de cor­rup­tion dans sa ges­tion du club de foot­ball Atletico Independiente.

L’ancrage du syn­di­ca­lisme argen­tin dans les ins­ti­tu­tions comme dans la vie poli­tique du pays est sou­vent sujet à cri­tiques. Sans perdre de vue ces zones d’ombres, la vigueur de ses orga­ni­sa­tions reste une excep­tion dans un contexte de frag­men­ta­tion et de pré­ca­ri­sa­tion du tra­vail qui ont coû­té très cher aux syn­di­cats des autres régions éga­le­ment tou­chées. Si l’histoire sin­gu­lière de ce pays explique en bonne par­tie la situa­tion, les efforts de mobi­li­sa­tion et de diver­si­fi­ca­tion de l’activité syn­di­cale sont sans doute les prin­ci­paux ingré­dients d’un syn­di­ca­lisme de masse.


Photographie de ban­nière : fresque de Bernard Vaquer, par Kaja Šeruga


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Fabienne Lauret : « Une orga­ni­sa­tion pour se défendre au quo­ti­dien », jan­vier 2019
☰ Lire notre témoi­gnage « Nous étions des mains invi­sibles », juillet 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Annick Coupé : « Le syn­di­ca­lisme est un outil irrem­pla­çable », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’usine », juin 2018
☰ Lire notre article « Mariátegui ou le socia­lisme indi­gène », Jean Ganesh, jan­vier 2018

NOTES   [ + ]

1.Données de 2018 issues de l’Institut natio­nal des sta­tis­tiques, l’INDEC.
2.C. Tomada, D. Schleser, M. Maito, Radiografia de la sin­di­ca­li­sa­zion en la Argentina, Université Nationale de San Martin, octobre 2018.
3.Ibid.
4.Une orga­ni­sa­tion fémi­niste proche du Parti des tra­vailleurs socia­listes, prin­ci­pale for­ma­tion trots­kyste du pays.
5.Docteure en sciences sociales et cher­cheuse au CONICET
6.« Se regla­mentó la Emergencia Social pero las orga­ni­za­ciones anun­cia­ron un plan de lucha », Télam, 10 mars 2019.
7.De 1946 à 1955.
8.Ou gorillas, comme cer­tains les nomment encore aujourd’hui.
9.Juan Carlos Torre, Ensayos sobre movi­mien­to obre­ro y per­onis­mo, Siglo Veintiuno Editores, 2012.
10.Ezequiel Adamovsky, Historia de las clases popu­lares en la Argentina, desde 1880 has­ta 2003, Sudamericana, 2012.
11.Laura Perelman, « Sindicalizacion y obras sociales », IDES, 2016.
12.On compte, sur ce modèle, près de 80 % d’affiliés en Islande et 50 % en Belgique
13.Loi 23.551.
14.Surnom péjo­ra­tif don­né aux syn­di­cats qui refusent la grève et la confron­ta­tion avec le patro­nat.
Arthur Brault Moreau
Arthur Brault Moreau

Membre du syndicat Solidaires étudiant.e.s et militant.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.