Annick Coupé : « Le syndicalisme est un outil irremplaçable »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Un café proche de la Bourse du Travail, à Paris. La radio passe « Le Sud » de Nino Ferrer ; Annick Coupé com­mande du vin. Celle qui fut tour à tour cais­sière, ins­ti­tu­trice et employée de La Poste a éga­le­ment été cofon­da­trice de SUD-PTT et ancienne porte-parole, de 2001 à 2014, de l’Union syn­di­cale Solidaires (forte, à sa pas­sa­tion de flam­beau, de 110 000 adhérent.e.s) : c’est à ces titres que nous tenions à la ren­con­trer. Le déclin du taux de syn­di­ca­li­sa­tion est un mar­ron­nier de la presse fran­çaise (11 % des tra­vailleurs, en 2013) ; les rai­sons avan­cées sont mul­tiples : dés­in­dus­tria­li­sa­tion, pré­ca­ri­sa­tion, dis­con­ti­nui­té des par­cours pro­fes­sion­nels, mon­tée du chô­mage, indi­vi­dua­li­sa­tion et mise au pas capi­ta­liste des ima­gi­naires. Mais c’est d’institutionnalisation dont nous dis­cu­te­rons tout en reve­nant sur le par­cours per­son­nel de cette mili­tante fémi­niste de longue date : com­ment main­te­nir un syn­di­ca­lisme com­bat­tif et sou­cieux de ne pas par­ler à la place des salarié.e.s ?


Quand com­mence votre enga­ge­ment ?

Je suis d’une famille de petits com­mer­çants de milieu rural, plu­tôt gaul­listes, sans être trop à droite. J’étais la plus jeune de quatre enfants ; mes frères et sœurs ne sont pas du tout enga­gés. Mon enga­ge­ment com­mence en 1968, en seconde. Dans mon lycée de Normandie, un mou­ve­ment s’était ini­tié : j’y ai par­ti­ci­pé sans réel­le­ment en avoir conscience. Je me sou­viens très bien du moment où les élèves de ter­mi­nale sont pas­sés dans les classes pour nous deman­der nos reven­di­ca­tions ; deux choses étaient sor­ties : de meilleures condi­tions — notam­ment au foyer lycéen — et des cours d’éducation sexuelle. C’est assez repré­sen­ta­tif de ce qu’était la socié­té à ce moment-là, avec des jeunes étouf­fant dans une socié­té conser­va­trice. Ensuite, j’ai été délé­guée de classe, tout en étant confron­tée à des pro­blèmes de dis­ci­pline. Par exemple, ils avaient ins­tal­lé un gros tis­su sépa­rant la salle de per­ma­nence en deux, avec d’un côté les filles et de l’autre les gar­çons ; je n’ai rien trou­vé de mieux que de faire des trous dedans et de mar­quer « À bas le mur ! ». J’ai ris­qué l’exclusion. Il y avait chez moi une cer­taine révolte par rap­port à l’institution. J’ai eu mon bac à 17 ans ; c’était trop tôt pour inté­grer une école de jour­na­lisme (je vou­lais être cor­res­pon­dante de guerre), donc je me suis ins­crite en lettres modernes avec l’idée que j’intégrerai plus tard ladite école. À l’automne 1970, je suis entrée à la fac de Caen. 15 jours après la ren­trée, celle-ci était en grève ! Il y avait toute la palette des groupes d’extrême gauche : des maoïstes, des mar­xistes-léni­nistes, des maoïstes spon­ta­néistes, des trots­kystes et un groupe qui s’appelait VLR (Vive la révo­lu­tion). D’emblée, j’ai trou­vé ça bien. Je suis entrée en grève, comme tout le monde, et je n’ai jamais repris mes études : j’ai pas­sé mon année à traî­ner avec ces groupes d’extrême gauche et à faire des actions. Ça a été une année de décou­verte totale en même temps que de poli­ti­sa­tion, aus­si bien sur les rap­ports de classe que la situa­tion inter­na­tio­nale, notam­ment le Viêtnam.

« Dans ma cel­lule, on avait appris qu’un ouvrier frap­pait sa femme : avec des cama­rades, on vou­lait réagir mais on nous a dit de nous taire, de ne pas par­ler de ça. »

En sep­tembre 1971, je suis reve­nue à Caen ; j’ai retrou­vé des copains dans un groupe maoïste, le Parti com­mu­niste mar­xiste-léni­niste de France (PCMLF)1Le PCMLF devient le Parti Communiste Révolutionnaire Marxiste-Léniniste en se léga­li­sant en 1974. Ils m’ont pro­po­sé d’adhérer, ce que j’ai fait. L’idée, c’était que je m’engageais pour la révo­lu­tion. Il fal­lait rem­plir un ques­tion­naire dans lequel on nous deman­dait si on était prêt à mou­rir pour elle : j’ai répon­du « oui » sans aucun pro­blème. C’est assez désuet, aujourd’hui, mais c’était l’ambiance ! J’étais une acti­viste, avant tout, assez réti­cente quant aux grands débats sur le mar­xisme… Puis j’ai cher­ché un bou­lot, j’ai pris mon indé­pen­dance finan­cière. J’ai ten­té de m’établir2« Le terme éta­blis­se­ment vient d’un texte de 1957 de Mao Tse Toung cité en exergue du volume publié chez Belin, et désigne les intel­lec­tuels appe­lés à ser­vir les masses ouvrières et pay­sannes en allant, pour les com­prendre, vivre la vie de ces der­nières. » Mouvements, n°18 en usine, mais je dif­fu­sais des tracts toutes les semaines devant celle du coin, donc le recru­te­ment était un peu com­pli­qué… Finalement, j’ai réus­si à me faire embau­cher comme cais­sière dans l’un des pre­miers hyper­mar­chés de France. J’y suis res­tée quatre ans. C’est là que j’ai pris mon pre­mier enga­ge­ment syn­di­cal. Dans les années 1977 et 1978, mon orga­ni­sa­tion deve­nait beau­coup moins spon­ta­néiste et beau­coup plus dog­ma­tique : elle était davan­tage tour­née vers la classe ouvrière et délais­sait les étu­diants. Après la mort de Mao Tse Tung et la prise de conscience de ce qu’il se pas­sait en Chine, j’ai eu le sen­ti­ment que ce sou­tien incon­di­tion­nel deve­nait de plus en plus pro­blé­ma­tique. J’ai donc quit­té cette orga­ni­sa­tion.

Un autre élé­ment qui a beau­coup joué, ça a été la ques­tion du fémi­nisme. Les mou­ve­ments des femmes émer­geaient alors par­tout. J’ai par­ti­ci­pé aux groupes de défense du droit à l’avortement du Mouvement pour la liber­té de l’a­vor­te­ment et de la contra­cep­tion (MLAC) — j’ai d’ailleurs dû aller en Angleterre pour avor­ter —, sans tou­te­fois m’engager vrai­ment. Mais je sen­tais ces enjeux et voyais qu’ils n’é­taient pas consi­dé­rés à leur juste valeur au sein de mon orga­ni­sa­tion : il y avait cette idée que c’était un mou­ve­ment de petites bour­geoises, que l’im­por­tant était la contra­dic­tion prin­ci­pale, c’est-à-dire Capital/Travail. Et ça avait des réper­cus­sions concrètes ! Dans ma cel­lule, on avait appris qu’un ouvrier frap­pait sa femme : avec des cama­rades, on vou­lait réagir, mais on nous a dit de nous taire, de ne pas par­ler de ça, que ce n’était pas essen­tiel. Même si je ne le for­ma­li­sais pas, ça m’avait per­tur­bée. Quand je suis arri­vée à Paris en 1976, il y avait des mili­tantes maoïstes qui, elles, étaient enga­gées dans des groupes fémi­nistes. J’ai vu assez vite que c’était très com­pli­qué. Ça a fait par­tie de ma prise de conscience : petit à petit, entre mon enga­ge­ment syn­di­cal, mes expé­riences fémi­nistes et le PCMLF, l’é­cart s’est creu­sé. Depuis mon départ de ce par­ti, je n’ai plus eu d’autre appar­te­nance dans une orga­ni­sa­tion poli­tique. J’ai consi­dé­ré que mon enga­ge­ment syn­di­cal suf­fi­sait ample­ment, d’au­tant que ce n’est pas seule­ment un enga­ge­ment syn­di­cal de défense immé­diate des sala­riés mais un syn­di­ca­lisme très ouvert, de trans­for­ma­tion sociale. C’était une période de grande ouver­ture sur le monde, de décou­verte d’importantes contra­dic­tions. Je suis très contente d’être pas­sée par là — tout en gar­dant en tête les limites et les défauts de cette période et de ces orga­ni­sa­tions poli­tiques.

Par Stéphane Burlot

Comment avez-vous, sur la base de cette prise de conscience, noué ensuite ces deux enga­ge­ments, anti­ca­pi­ta­liste et fémi­niste ?

Je suis venue au fémi­nisme avant même d’en­trer aux PTT. Dans chaque orga­ni­sa­tion syn­di­cale que je côtoyais, nous orga­ni­sions une com­mis­sion femmes. Cet enga­ge­ment s’est fon­dé sur l’idée que les inéga­li­tés vécues par les femmes au tra­vail sont liées à celles qu’elles vivent dans l’ensemble de la socié­té, y com­pris dans la sphère pri­vée. S’il existe encore une tolé­rance sociale en matière d’inégalité de salaires, c’est bien parce qu’on se situe tou­jours dans cette vieille idée qu’une femme n’est jamais tota­le­ment auto­nome : ce n’est pas grave si elle n’a pas son auto­no­mie finan­cière. En novembre 1995, il y a eu une impor­tante mobi­li­sa­tion sur le droit à l’a­vor­te­ment. On s’é­tait donc dit, avec des copines syn­di­ca­listes, que ce serait bien d’es­sayer d’or­ga­ni­ser un évé­ne­ment : les pre­mières Journées inter­syn­di­cales femmes datent de 1997 — une jour­née réunis­sant dif­fé­rents syn­di­cats : FSU, SUD-PTT et quelques cama­rades de la CGT. Nous étions une cin­quan­taine à la Bourse du Travail de Paris ; cette année [2018], nous étions 450 per­sonnes : c’é­tait blin­dé ! Quels que soient les syn­di­cats, et mal­gré leurs dif­fé­rences, nous sommes confron­tées à des dif­fi­cul­tés simi­laires en tant que femmes — notam­ment celle de la prise en compte de la ques­tion fémi­niste au sein de nos orga­ni­sa­tions. À la fin de ces jour­nées, nos copines nous disent à chaque fois qu’elles sont regon­flées, que c’est une grande bouf­fée d’air frais. C’est vrai que ça motive de se ren­con­trer, de par­ler de nos obs­tacles et de nos avan­cées. Ces jour­nées ont contri­bué à ce que, dans ces trois orga­ni­sa­tions syn­di­cales, les choses changent. Alors qu’on pré­sente par­fois les ques­tions fémi­nistes comme de la diver­sion, ces jour­nées nous ont rap­pro­chées !

« Comment veux-tu que les femmes se recon­naissent dans le mou­ve­ment syn­di­cal si elles n’y voient que des hommes ? »

Dans un syn­di­cat, la lutte fémi­niste se fait évi­dem­ment à tous les niveaux. Celui des reven­di­ca­tions de base (à tra­vail égal, salaire égal), mais au-delà : il faut pen­ser nos reven­di­ca­tions avec ce qu’on appelle des « lunettes de genre ». Par exemple, la réor­ga­ni­sa­tion des ser­vices dans une entre­prise n’au­ra pas for­cé­ment les mêmes consé­quences pour les hommes et pour les femmes. La ques­tion des horaires de début et de fin — l’am­pli­tude de la jour­née — n’est pas vécue de la même façon si on doit gar­der des enfants en ren­trant chez soi. Il faut être conscients de ces méca­nismes dans nos reven­di­ca­tions. Au niveau natio­nal, il est impor­tant d’a­voir des têtes fémi­nines. Qu’on le veuille ou non, les images comptent. Comment veux-tu que les femmes se recon­naissent dans le mou­ve­ment syn­di­cal si elles n’y voient que des hommes ? Mais il faut faire atten­tion : j’ai long­temps été porte-parole de Solidaires ; j’é­tais sou­vent la seule femme dans les pre­mières lignes des mani­fes­ta­tions ; j’é­tais un peu l’arbre qui cachait la forêt… J’ai tou­jours expli­qué que la lutte fémi­niste était bien plus com­plexe que ça : il ne suf­fit pas d’une femme à la tête pour tout régler ! Ce tra­vail se fait donc autant au niveau local que natio­nal. Je raconte tou­jours — et c’est un peu méchant — que, dans une réunion, lors­qu’un homme part à 17 heures pour cher­cher ses enfants, il le dit, et tout le monde le note. Lorsque c’est une femme, elle ne dit rien parce que c’est impré­gné dans la socié­té. Le syn­di­ca­lisme n’est pas en dehors de la socié­té, il est tra­ver­sé par les mêmes ten­sions et les mêmes contra­dic­tions. Mais je conti­nue de pen­ser qu’on devrait être un petit peu plus exem­plaires que la socié­té.

Vous avez vécu en pre­mière ligne la créa­tion de SUD-PTT puis de l’Union Syndicale Solidaires. Quel était alors le besoin de créer une orga­ni­sa­tion syn­di­cale sup­plé­men­taire ?

J’ai adhé­ré à la CFDT en 1972, quand j’ai com­men­cé à tra­vailler. Pour bien des gens d’a­lors, c’é­tait le côté auto­ges­tion­naire qui comp­tait véri­ta­ble­ment. Pour moi éga­le­ment. Mon adhé­sion s’est aus­si faite en oppo­si­tion à une CGT à l’é­poque très mar­quée par son lien avec le Parti com­mu­niste fran­çais. La créa­tion de SUD-PTT démarre à l’au­tomne 1988 : j’é­tais à ce moment-là pos­tière aux ser­vices finan­ciers de La Poste, à Paris, et res­pon­sable de la CFDT-PTT de l’Île-de-France. Avec cer­tains mili­tants, nous étions dans ce qu’on pour­rait appe­ler l’op­po­si­tion à la ligne natio­nale de la Confédération, diri­gée par Edmond Maire. Il y avait des débats ten­dus mais on pen­sait qu’on pou­vait res­ter dans la CFDT, s’op­po­ser, être mino­ri­taires et conti­nuer à faire le syn­di­ca­lisme qu’on vou­lait, bref, qu’on pou­vait coexis­ter au sein de la même orga­ni­sa­tion. À l’automne 1988, deux conflits en région pari­sienne vont jouer un rôle essen­tiel. D’abord, celui des hos­pi­ta­liers et plus pré­ci­sé­ment des infir­mières. C’était un milieu peu syn­di­qué ; or, là, il y avait un gros mou­ve­ment social, avec des grèves, des actions et des mani­fes­ta­tions, ain­si qu’une coor­di­na­tion d’in­fir­mières réunis­sant des syn­di­qués et des non-syn­di­qués. Cette forme d’or­ga­ni­sa­tion par­tait de l’i­dée que ce sont celles et ceux qui sont en grève et qui sont direc­te­ment concer­nés qui doivent prendre les déci­sions dans la lutte. Les coor­di­na­tions exis­taient déjà, notam­ment avec celles des che­mi­nots en 1986, mais celles de la san­té ont don­né une ampleur impor­tante au mou­ve­ment. Ensuite, il y a eu le mou­ve­ment des « camions jaunes » à La Poste. C’étaient ces camions jaunes qui trans­por­taient le cour­rier entre les centres de tri et les bureaux de poste. Là encore, le mou­ve­ment a démar­ré avec une coor­di­na­tion regrou­pant syn­di­qués et non-syn­di­qués déci­dant eux-mêmes des moda­li­tés de la lutte.

Par Stéphane Burlot

Au sein de la CFDT, le sec­teur de la san­té sou­te­nait la coor­di­na­tion des infir­mières et le sec­teur PTT sou­te­nait les camions jaunes. C’est là que nous avons eu une vraie rup­ture avec la direc­tion natio­nale. Celle-ci affir­mait que les coor­di­na­tions étaient des outils anti-syn­di­caux, qu’ils affai­blis­saient nos orga­ni­sa­tions et qu’il ne fal­lait pas les sou­te­nir. Pendant ce temps, la situa­tion chez les camions jaunes se dété­rio­rait : le minis­tère des PTT refu­sait d’ou­vrir les négo­cia­tions, espé­rant que le mou­ve­ment s’ar­rê­te­rait de lui-même. Manque de chance, il s’est éten­du et dur­ci, avec des blo­cages de centres de tri. Au bout de trois semaines, le minis­tère a ouvert les négo­cia­tions. En tant que res­pon­sable régio­nale, j’ai par­ti­ci­pé à ces négo­cia­tions. Un jeu­di soir, on s’é­tait quit­tés avec le reste de la CFDT en se don­nant ren­dez-vous le len­de­main pour finir les négo­cia­tions ; le len­de­main matin, j’en­ten­dais à la radio que la CFDT appe­lait à la reprise du tra­vail, sans même en par­ler avec les mili­tants, et encore moins avec les gré­vistes ! Nous avons immé­dia­te­ment dénon­cé cette déci­sion et rap­pe­lé que c’é­tait aux sala­riés de déci­der de leur lutte. Mine de rien, c’é­tait une déci­sion dif­fi­cile à prendre… Tout cela s’est cris­tal­li­sé la même année au moment du Congrès confé­dé­ral de Strasbourg. Au cours de son inter­ven­tion, Edmond Maire a lan­cé « Il y a des per­sonnes qui n’ont plus leur place à la CFDT, il y a des mou­tons noirs » ; lorsque je suis inter­ve­nue, j’ai été huée et inter­rom­pue. Trois jours plus tard, nous étions convo­qués, nous les res­pon­sables des PTT-Paris, par la Fédération CFDT-PTT, pour nous infor­mer que nous n’é­tions pas for­mel­le­ment exclus (les sta­tuts ne le per­met­tant pas) mais qu’on nous enle­vait nos man­dats. Ils ont fait la même chose à la san­té. On a per­du tous nos moyens : plus de local ni de moyen d’im­pri­mer des tracts. Ce fut un coup dur. On avait été élus par nos adhé­rents : on l’a vécu comme un coup de force anti-démo­cra­tique.

« On a per­du tous nos moyens : plus de local ni de moyen d’im­pri­mer des tracts. On avait été élus par nos adhé­rents : on l’a vécu comme un coup de force anti-démo­cra­tique. »

Le soir même, on s’est réunis avec nos dif­fé­rents adhé­rents et on a déci­dé de créer un nou­veau syn­di­cat. Fin décembre 1988, on a dépo­sé les sta­tuts avec l’i­dée qu’il était peut-être encore pos­sible de reve­nir à la CFDT : on vou­lait mon­trer qu’on avait vrai­ment fran­chi le pas mais qu’on était prêts à dis­soudre notre syn­di­cat s’ils reti­raient leurs sanc­tions. On a cher­ché un nom… On a trou­vé « SUD » : Solidaire, Unitaire, Démocratique. Je n’é­tais pas très convain­cue mais on devait faire vite. Avec le temps, on s’est dit que c’é­tait un bon coup de com­mu­ni­ca­tion : ce nom est facile à mémo­ri­ser — les sigles syn­di­caux sont par­fois bien com­pli­qués… — et, à cette époque, les gens qui débu­taient leur car­rière sur Paris venaient sou­vent du sud de la France (c’est d’ailleurs un cama­rade tou­lou­sain qui a trou­vé le nom). En paral­lèle, on avait une autre échéance impor­tante : les élec­tions pro­fes­sion­nelles dans les PTT (La Poste et France Télécom) en mars 1989. Si la CFDT main­te­nait ses sanc­tions, on pen­sait donc pré­sen­ter notre propre liste. C’est ce qu’on a fait, puisque la CFDT n’a pas bou­gé d’un fil. Et ça a plu­tôt bien mar­ché : à Paris, on a fait 15 %, dans mon ser­vice, 20 % : c’é­tait énorme !

Et pour­quoi n’a­voir pas rejoint FO, voire même la CGT ?

FO, ce n’est pas notre type de syn­di­ca­lisme… Quelques mili­tants de chez nous avaient déjà été à la CGT et avaient été plus ou moins écar­tés. Comme je le disais, la CGT était alors très sta­li­nienne : on ne se sen­tait pas d’y aller. On vou­lait conti­nuer le syn­di­ca­lisme qu’on fai­sait à la CFDT et on savait qu’on ne le pou­vait pas au sein de la CGT. D’ailleurs, elle a sor­ti des tracts, à ce moment, pour dire que SUD était une pure créa­tion de la CFDT en vue d’af­fai­blir la CGT. Notre pari était assez auda­cieux : les PTT repré­sen­taient alors 450 000 per­sonnes — un gros sec­teur de la fonc­tion publique.

Vient ensuite la ren­contre avec le Groupe des Dix…

Tout à fait. En 1981, à l’ar­ri­vée au pou­voir de François Mitterrand, un syn­di­cat des orga­nismes agricoles3La Fédération Générale des Syndicats de sala­riés des Organisations Agricoles. avait contac­té d’autres syn­di­cats automnes : ils furent dix à répondre à l’ap­pel puis à se réunir de façon régu­lière. Au début, il s’a­gis­sait d’un club infor­mel. Ces syn­di­cats « autonomes4Autrement dit, les syn­di­cats qui, au moment de la scis­sion de la CGT, en 1947, avaient refu­sé d’in­té­grer FO et pré­fé­raient res­ter indé­pen­dants. » avaient déci­dé de se ras­sem­bler pour pous­ser le gou­ver­ne­ment à res­pec­ter leurs reven­di­ca­tions. Ils ont rapi­de­ment pris contact avec la CGT, la CFDT et FO : tous leur ont répon­du d’en­trer plu­tôt dans leur syn­di­cat… Dès le mois de jan­vier 1989, au moment de la créa­tion de SUD, l’un des fon­da­teurs de ce Groupe des DixGérard Gourguechon, nous a contac­tés. Ils avaient lu notre his­toire dans la presse, nous avaient trou­vé com­ba­tifs et vou­laient nous voir. Au début, on était assez réser­vés : venant de la CFDT, les syn­di­cats non affi­liés étaient à nos yeux qua­si­ment tous des jaunes ! Les inter­ven­tions et le tra­vail de Gérard Gourguechon ont été très impor­tants de ce point de vue. Au même moment débu­tait une grève très radi­cale aux impôts. Les gens payaient en chèque — il n’y avait pas de pré­lè­ve­ments — et le syn­di­cat de Gérard a déci­dé de piquer les chèques pour les gar­der pen­dant plu­sieurs mois. Ils ont fait la preuve de leur com­ba­ti­vi­té : ça a beau­coup contri­bué à chan­ger l’i­mage qu’on avait de ces syn­di­cats auto­nomes. On voyait qu’ils étaient comme nous, des syn­di­ca­listes qui se bat­taient, se confron­taient même au gou­ver­ne­ment socia­liste — alors que, tra­di­tion­nel­le­ment, les sala­riés aux impôts votaient PS. Ils étaient confron­tés à un pou­voir qui ne les écou­tait pas : ça les a radi­ca­li­sés. En paral­lèle, à la créa­tion de SUD-PTT, on avait ins­crit dans nos sta­tuts qu’on ne vou­lait pas res­ter un syn­di­cat exclu­si­ve­ment réser­vé aux PTT. On venait d’une Confédération : l’in­ter­pro­fes­sion­nel était très impor­tant pour nous. C’est ain­si que SUD-PTT a très vite inté­gré le Groupe des Dix, en se disant qu’on n’a­vait rien à perdre à aller avec eux. Notre rela­tion est d’a­bord res­tée assez infor­melle : on se réunis­sait régu­liè­re­ment, on s’en­trai­dait, mais sans obli­ga­tions.

Par Stéphane Burlot

Comment êtes-vous par­ve­nus à com­po­ser avec cette hété­ro­gé­néi­té et à construire un seul et même outil accep­té et par­ta­gé par tous ?

L’histoire de SUD-PTT et de Solidaires s’est construite au fil des mobi­li­sa­tions et des conflits sociaux. Développer un nou­vel outil syn­di­cal inter­pro­fes­sion­nel à par­tir d’his­toires dif­fé­rentes était un vrai pari. On vou­lait ten­ter de prendre le meilleur de chaque tra­di­tion syn­di­cale. Ça a été un tra­vail long et pro­gres­sif. La mobi­li­sa­tion de 1995 a été déci­sive : c’é­tait le plan Juppé, avec une immense mobi­li­sa­tion aux mois de novembre et décembre. Entretemps, on était pas­sés à 17 orga­ni­sa­tions dans le Groupe des Dix. Tous, sans excep­tion, avec nos his­toires dif­fé­rentes, étions du bon côté : contre le gou­ver­ne­ment. Ce mou­ve­ment ter­mi­né, une par­tie des che­mi­nots a déci­dé de quit­ter la CFDT pour consti­tuer SUD-Rail, en 1996. La même année s’est créé SUD-Éducation. Dans les deux cas, ce sont les mili­tants qui ont déci­dé de par­tir de la CFDT, en oppo­si­tion avec la ligne défen­due par Nicole Notat, à savoir le sou­tien d’un gou­ver­ne­ment de droite ! Ça a créé des dis­cus­sions voire des ten­sions avec les membres his­to­riques du Groupe des Dix, mais on a eu col­lec­ti­ve­ment l’in­tel­li­gence de sur­mon­ter cette situa­tion : on devait tra­vailler ensemble. En sont sor­tis des sta­tuts et des textes fon­da­teurs, puis une période de rodage. Ces sta­tuts font la sin­gu­la­ri­té de Solidaires : un syndicat/une voix, peu importe le nombre d’adhé­rents. Chaque syn­di­cat a un poids équi­valent aux autres. Il y aus­si le consen­sus comme mode de prise de déci­sion et le droit de véto excep­tion­nel, auquel un syn­di­cat peut recou­rir afin de s’op­po­ser à une déci­sion qu’il estime contraire aux choix et prin­cipes de son syn­di­cat (en 10 ans, je ne l’ai vu appli­qué qu’une seule fois).

« On ne peut pas pen­ser ce qui se passe dans le monde du tra­vail (la pré­ca­ri­sa­tion, les droits sup­pri­més, les sta­tuts, etc.) sans pen­ser ce qui se passe dans l’ensemble de la socié­té. »

À la CFDT, on était tout le temps mino­ri­taires ; c’est un sché­ma où la majo­ri­té et la mino­ri­té sont fixées et où les choses ne bougent pas. On ne vou­lait plus de ce fonc­tion­ne­ment. Les syn­di­cats auto­nomes, de leur côté, ne vou­laient pas être rat­tra­pés par une confé­dé­ra­tion qui leur dirait ce qu’ils devaient faire. C’est là-des­sus qu’on a fon­dé le prin­ci­pal consen­sus de notre orga­ni­sa­tion. On a dépo­sé les sta­tuts, créant ain­si l’u­nion syn­di­cale inter­pro­fes­sion­nelle (elle s’ap­pe­lait alors « Groupe des Dix », même si on était déjà une ving­taine d’or­ga­ni­sa­tions ; trois ans plus tard, on a opté pour le nom « Solidaires »). Là encore, ce tra­vail d’é­la­bo­ra­tion et de rédac­tion s’est fait en même temps qu’une mobi­li­sa­tion impor­tante, à savoir les retraites, en 2003. Par nos acti­vi­tés au quo­ti­dien, on des­si­nait peu à peu un syn­di­ca­lisme réso­lu­ment tour­né vers les mou­ve­ments sociaux. On avait par­ti­ci­pé aux marches des chô­meurs avec le mou­ve­ment AC !, aux marches euro­péennes contre le chô­mage en 1998 et à la créa­tion d’Attac la même année. On ne peut pas pen­ser ce qui se passe dans le monde du tra­vail (la pré­ca­ri­sa­tion, les droits sup­pri­més, les sta­tuts, etc.) sans pen­ser ce qui se passe dans l’ensemble de la socié­té. Le syn­di­ca­lisme n’a pas la réponse à lui tout seul, ni en termes de rap­port de force, ni en termes de pro­jets alter­na­tifs. Aussi, en France, on a une longue his­toire de subor­di­na­tion des mou­ve­ments sociaux, et en par­ti­cu­lier du syn­di­ca­lisme, vis-à-vis des par­tis poli­tiques. C’était très impor­tant de se sor­tir de ça. C’est notam­ment au nom de ça que, durant la décen­nie mit­ter­ran­dienne, le syn­di­ca­lisme s’en était remis aux pou­voirs poli­tiques : le lien avec le mou­ve­ment social nous pro­tège de cette mise sous tutelle.

En regar­dant les chiffres de syn­di­ca­li­sa­tion, en France et de nos jours, on a le sen­ti­ment que le déclin est une fata­li­té. Au pre­mier rang des expli­ca­tions géné­ra­le­ment appor­tées se trouve « l’institutionnalisation » du syn­di­ca­lisme. Comment le lien avec les ins­ti­tu­tions est-il deve­nu un obs­tacle au tra­vail syn­di­cal ?

Si on parle d’institutionnalisation au sens de par­ti­ci­pa­tion aux élec­tions, il faut savoir que la ques­tion de se pré­sen­ter ou non ne s’est jamais posée chez nous — ce qui ne veut pas dire qu’on n’a pas eu de dis­cus­sions sur le rôle des ins­ti­tu­tions. Quand s’est créé SUD-PTT, la pre­mière chose qu’on s’est dite est qu’il y avait les élec­tions pro­fes­sion­nelles dans trois mois et qu’on devait être capables de s’y pré­sen­ter. Cela pour deux rai­sons. La pre­mière, c’est que l’une des prin­ci­pales tâches du syn­di­ca­lisme est la défense immé­diate des reven­di­ca­tions des sala­riés. Et si les espaces qui servent à ça ont leurs limites, cela fait par­tie inté­grante du bou­lot de syn­di­ca­liste d’y être. La deuxième rai­son, c’est que l’é­lec­tion mesure la repré­sen­ta­ti­vi­té — c’est tout sauf négli­geable. En 1989, à nos pre­mières élec­tions, le fait qu’on ait réus­si à faire 4,97 % au niveau natio­nal, dans une admi­nis­tra­tion de 450 000 per­sonnes à l’époque, et 15 % en région pari­sienne, a été la confir­ma­tion que notre pro­jet syn­di­cal avait une assise. Ces voies ins­ti­tu­tion­nelles nous ont donc don­né des moyens. Par exemple, tous les locaux de SUD-PTT étaient dis­po­nibles grâce à la repré­sen­ta­ti­vi­té qu’on avait acquise — le droit syn­di­cal, le télé­phone et l’envoi pos­tal gra­tuit venaient éga­le­ment de là.

Par Stéphane Burlot

Ça nous amène à la ques­tion des per­ma­nences syn­di­cales et des heures de décharge, en dis­cus­sion au sein de Solidaires. Il y a des struc­tures qui refusent les temps de per­ma­nence com­plets (SUD-Éducation notam­ment) et c’est une posi­tion qui ne me gène pas du tout. Mais à SUD-PTT, on a vu ça comme un choix d’efficacité : au début, je disais que je ne serai pas per­ma­nente mais demi-per­ma­nente, puis j’ai vu que ça ne fonc­tion­nait pas : si tu n’es au bou­lot que la moi­tié du temps, c’est dif­fi­cile de faire autre chose à côté et, du reste, ça génère plus de tra­vail pour les col­lègues. Mais c’est impor­tant d’avoir des temps maxi­mums, des limi­ta­tions. J’ai sou­vent dit en rigo­lant que j’é­tais une affreuse bureau­crate. Il y a des gens qui ne sont pas per­ma­nents syn­di­caux et qui peuvent être d’affreux bureau­crates aux fonc­tion­ne­ments tout sauf démo­cra­tiques et, à l’inverse, j’ai connu des per­ma­nents qui ont par­fai­te­ment fait vivre la démo­cra­tie. Il y a un élé­ment de classe dans cette réflexion : un prof d’université n’a pas for­cé­ment besoin d’être per­ma­nent mais un fac­teur ou une fac­trice n’a pas de marge de manœuvre — il a des petits chefs qui sont là pour le contrô­ler, il doit être irré­pro­chable et ne peut donc qua­si­ment pas faire de syn­di­ca­lisme durant son temps de tra­vail. Dans ce cas, sans un temps de per­ma­nence, ce sera tou­jours les mêmes qui auront des res­pon­sa­bi­li­tés dans le syn­di­cat — c’est-à-dire ceux qui ont un bou­lot qui leur per­met de faire du syn­di­ca­lisme sur leur temps de tra­vail. Le risque, après, étant de n’avoir que des « supers » mili­tants ! Or l’un des enjeux du renou­vel­le­ment est de sor­tir de ces figures mili­tantes, certes effi­caces mais qui ne per­mettent pas de s’étendre.

« Partis poli­tiques et syn­di­cats ne sont pas la même chose et il n’y a pas de hié­rar­chie : cha­cun a sa place ! »

Le patro­nat fran­çais joue sur deux registres. À la fois sur la répres­sion, avec un nombre consi­dé­rable de licen­cie­ments de mili­tants syn­di­caux, et sur la carotte — en uti­li­sant les acquis en termes de négo­cia­tion et d’ins­tances syn­di­cales pour impo­ser ses vues. Depuis des années, on a vu se mettre en place des espaces dits « de négo­cia­tion » qui acca­parent beau­coup le temps des mili­tants, au détri­ment du ter­rain. Le regrou­pe­ment en une seule ins­tance des CHSCT5Comité d’hy­giène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail — sup­pri­mé par la loi Travail. et des comi­tés d’en­tre­prises, voire des délé­gués du per­son­nel, va ren­for­cer com­plè­te­ment la pro­fes­sion­na­li­sa­tion. Les per­sonnes ayant des man­dats syn­di­caux seront moins nom­breuses mais auront plus d’heures de réunions. Ce n’est pas nou­veau, mais il y a là un coup d’accélérateur. Quand on parle d’institutionnalisation, on parle de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion du mili­tant. On peut avoir les meilleurs textes et les meilleures garan­ties poli­tiques, il faut res­ter vigi­lant en per­ma­nence : le risque de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion est un pro­ces­sus lent, quo­ti­dien, sub­til. Ce constat nous pousse à recher­cher des rem­parts à cette trop forte ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion. Lorsqu’on se consti­tue en syn­di­cat, c’est avec l’i­dée qu’il faut reve­nir à un syn­di­ca­lisme radi­cal et de ter­rain. De là notre volon­té de sou­te­nir les coor­di­na­tions, les assem­blées géné­rales dans les luttes, les consul­ta­tions, toutes ces pra­tiques qui ont exis­té dans l’his­toire du syn­di­ca­lisme. Lors de la réforme des PTT, nous avions déci­dé de dis­tri­buer l’in­té­gra­li­té du texte de la réforme avec nos com­men­taires en marge dans tous les ser­vices de la Poste et des télé­coms : ça ne s’é­tait jamais fait. Cela signi­fiait don­ner aux gens la pos­si­bi­li­té de for­mer leur avis : ça a été un atout de poids pour mobi­li­ser dans les bureaux de poste.

Notre pro­jet syn­di­cal essaie d’al­lier une ligne poli­tique radi­cale et com­ba­tive en s’ap­puyant sur les mobi­li­sa­tions avec des valeurs fortes. Lorsqu’il s’a­git de ser­vices publics, de lutte contre la pré­ca­ri­té, contre le racisme et le machisme, pour la Sécurité sociale, ce n’est rien d’autre que de la poli­tique. Nous avons reje­té dès le début cette idée que le par­ti poli­tique don­nait la vision géné­rale et que le syn­di­cat fai­sait la tam­bouille des reven­di­ca­tions quo­ti­diennes : par­tis poli­tiques et syn­di­cats ne sont pas la même chose et il n’y a pas de hié­rar­chie : cha­cun a sa place ! La décen­nie mit­ter­ran­dienne, mal­gré quelques mesures pro­gres­sistes avant le tour­nant aus­té­ri­taire de 1983, est mar­quée par un affai­blis­se­ment très impor­tant du mou­ve­ment syn­di­cal, toutes ten­dances confon­dues. Une forte ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion a conduit — consciem­ment ou non — à s’en remettre tota­le­ment au gou­ver­ne­ment socia­liste, avec l’i­dée que c’é­tait notre camp qui gou­ver­nait et qu’il ne fal­lait donc pas le gêner avec des luttes ! Je cari­ca­ture à peine… C’était une décen­nie où l’on ne pou­vait plus se dire anti­ca­pi­ta­liste, où le jour­nal Libération titrait « Vive la crise ! » et où un Bernard Tapie deve­nait ministre ! Mais il y a bien sûr d’autres rai­sons à ce recul du syn­di­ca­lisme, et notam­ment la perte, avec la dés­in­dus­tria­li­sa­tion, de gros bas­tions de l’in­dus­trie comme la sidé­rur­gie.

Par Stéphane Burlot

Dans les sta­tuts fon­da­teurs de Solidaires est ins­crite l’i­dée que ce syn­di­cat a pour objet de ras­sem­bler mais que « ce ras­sem­ble­ment n’est pas une fin en soi, c’est une étape pour être plus fort.e.s ensembles ». Comment com­prendre cette phrase ?

Le syn­di­cat est d’abord un outil, ce n’est pas une fin en soi. La CFDT était un outil qui a per­du, à nos yeux, son uti­li­té lors­qu’ils nous ont viré ; on a fait un autre outil ! Mais si, un jour, ce que j’appelle le syn­di­ca­lisme de lutte — dans lequel je mets Solidaires, la FSU et la CGT — pou­vait se ras­sem­bler dans un cadre com­mun, ce serait plus inté­res­sant en termes de rap­ports de force. Mais les condi­tions ne sont à l’heure qu’il est pas du tout rem­plies. C’est une idée de la CGT, d’ailleurs : ils veulent un « syn­di­ca­lisme ras­sem­blé ». Il y a dif­fé­rents types de syn­di­ca­lisme et il faut assu­mer ces dif­fé­rences ; en tout cas, je conti­nue de pen­ser que le syn­di­ca­lisme est un outil irrem­pla­çable : il va donc fal­loir trou­ver un moyen de faire vivre un syn­di­ca­lisme qui ne parle pas à la place des sala­riés, qui est à leur écoute et prend en compte la situa­tion de tra­vail.


Photographies de ban­nière et de vignette : Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Montrer que la lutte paie », juillet 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « À l’usine », juin 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Théo Roumier : « On a les moyens de défaire Macron », mai 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens », mai 2018
☰ Lire notre témoi­gnage « Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Claude Poirson : « Des ouvriers en lutte qui relèvent la tête », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016

NOTES   [ + ]

1.Le PCMLF devient le Parti Communiste Révolutionnaire Marxiste-Léniniste en se léga­li­sant en 1974
2.« Le terme éta­blis­se­ment vient d’un texte de 1957 de Mao Tse Toung cité en exergue du volume publié chez Belin, et désigne les intel­lec­tuels appe­lés à ser­vir les masses ouvrières et pay­sannes en allant, pour les com­prendre, vivre la vie de ces der­nières. » Mouvements, n°18
3.La Fédération Générale des Syndicats de sala­riés des Organisations Agricoles.
4.Autrement dit, les syn­di­cats qui, au moment de la scis­sion de la CGT, en 1947, avaient refu­sé d’in­té­grer FO et pré­fé­raient res­ter indé­pen­dants.
5.Comité d’hy­giène, de sécu­ri­té et des condi­tions de tra­vail — sup­pri­mé par la loi Travail.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+