Pas de train aujourd’hui pour qu’il y en ait demain


Texte inédit pour le site de Ballast

La « bataille du rail » a com­men­cé le 3 avril der­nier, en réponse à l’offensive gou­ver­ne­men­tale visant à libé­ra­li­ser et ouvrir à la concur­rence les ser­vices de trans­port fer­ro­viaire — confor­mé­ment aux exi­gences répé­tées de l’Union euro­péenne. Les médias libé­raux n’ont pas man­qué de chan­ter en chœur : une réforme « iné­luc­table », pour Le Monde ; Le Parisien a raillé le « tabou du sacro-saint sta­tut des che­mi­nots » ; Le Point a dénon­cé les « chan­tages » des gré­vistes et les « syn­di­cats très peu repré­sen­ta­tifs et ultra-mar­xistes dont les ambi­tions dépassent de très loin les inté­rêts du ser­vice public » ; Le Figaro a poin­té du doigt une lutte « d’arrière-garde et pro­fon­dé­ment égoïste »… Retrouvons plu­tôt Laura D., che­mi­note au Bourget et syn­di­ca­liste SUD Rail, dans un café : elle nous raconte ce com­bat col­lec­tif et appelle à l’union de toutes les forces, publiques et pri­vées, hos­tiles à la dégra­da­tion des ser­vices publics : « Qu’on tape tous d’une même main, pour l’ensemble, et pour faire plier le gou­ver­ne­ment sur tous les fronts ! »


Mes deux grands-parents étaient conduc­teurs de train en Argentine. Mon père était jour­na­liste et ma mère assis­tante sociale. J’ai côtoyé ce monde quand j’étais petite et mon grand-père me racon­tait com­ment ça se pas­sait pour lui, là-bas… Une des rai­sons pour laquelle je m’implique dans la bataille actuelle est liée à lui — il m’a sou­vent racon­té com­ment, dans les années 1940, on a déman­te­lé les che­mins de fer en Argentine ! Ils ont pri­va­ti­sé et fer­mé énor­mé­ment de lignes de pro­vince et, aujourd’hui, on ne prend le train que pour aller autour de la capi­tale : tu ne peux pas te rendre dans le nord ni dans le sud du pays. C’est pour ça qu’assister à la des­truc­tion du ser­vice public en France me tra­vaille beau­coup. Je suis che­mi­note à la SNCF depuis un peu plus de deux ans. Je me suis syn­di­quée un an après, j’étais déjà poli­ti­sée — j’ai par­ti­ci­pé aux mani­fes­ta­tions au moment du pas­sage de la loi Travail, je me suis impli­quée dans le mili­tan­tisme syn­di­cal… J’ai eu la chance qu’il y ait, sur le site où je tra­vaille, au Bourget, une équipe de mili­tants et de per­sonnes qui soient déjà en place : il y avait une soli­da­ri­té avec les col­lègues pro­pice à prendre part aux acti­vi­tés, aux réunions… et aux grèves !

« L’aiguilleur est res­pon­sable d’un sec­teur de cir­cu­la­tion, qui va d’un point A à un point B, et des trains qui y cir­culent. Nous sommes res­pon­sables, de l’ouverture des signaux aux iti­né­raires à tra­cer et à sécu­ri­ser. »

Dans mon métier d’aiguilleuse, nous fai­sons cir­cu­ler les trains et tra­çons leurs iti­né­raires. L’aiguilleur est res­pon­sable d’un sec­teur de cir­cu­la­tion, qui va d’un point A à un point B, et des trains qui y cir­culent. Nous sommes res­pon­sables, de l’ouverture des signaux aux iti­né­raires à tra­cer et à sécu­ri­ser. Par exemple, quand il y a des tra­vaux sur les voies, c’est à nous de gérer les coupes afin de pro­té­ger les voies de toutes les cir­cu­la­tions pen­dant que des ouvriers y tra­vaillent. On a donc une res­pon­sa­bi­li­té pénale — si on com­met une erreur, s’il y a un acci­dent, on peut aller en pri­son. Et vu nos rythmes en horaires déca­lés, ça reste un tra­vail où il y a une ten­sion conti­nue, avec toute la fatigue que ça com­porte. Dans nos postes, il y a plu­sieurs tech­no­lo­gies à maî­tri­ser : quand j’ai com­men­cé aux che­mins de fer, je tenais un poste à grands leviers, c’est-à-dire que chaque aiguille qu’il fal­lait tour­ner, chaque signal qu’il fal­lait ouvrir cor­res­pon­dait à un levier, et cer­tains sont très lourds car ils fonc­tionnent par trans­mis­sion funi­cu­laire. Nous, les che­mi­nots, vivons avec des horaires en déca­lage : quand je suis de mati­née, je tra­vaille de 6 à 14 heures ; quand je suis de soi­rée, je tra­vaille de 14 à 22 heures et mes nuits sont de 22 à 6 heures. Ça se suit sur trois ou quatre jours aux mêmes horaires, avec un rou­le­ment anti­ci­pé sur l’année (sauf pour ceux qui sont à la réserve, ils courent un peu plus). On a ce qu’on appelle les « repos secs » : quand tu as juste une jour­née avant de reprendre une série — par­fois, on a deux jours entiers avant de reprendre un autre cycle. Ça s’enchaîne comme ça. Difficile d’avoir un rythme de vie un peu orga­ni­sé quand tu rentres chez toi à 7 heures du matin et que tu n’as pas envie de te cou­cher direc­te­ment. Je ne me réveille jamais après 12 ou 13 heures : ça fait des petites nuits. Les week-end changent tout le temps : tes deux jours de repos, quand ils tombent, c’est ça ton week-end. Quand tu as une famille, c’est sou­vent une galère pour faire gar­der tes enfants ; les fins de semaine par exemple, lorsque tu dois tra­vailler — j’avais une col­lègue qui habi­tait dans le nord, elle avait deux heures de route pour venir tra­vailler et, en tant que mère seule, elle pre­nait des nou­nous…

On entend sou­vent à la télé que les che­mi­nots sont « pri­vi­lé­giés », qu’on gagne­rait bien nos vies — 3 000 euros par mois en moyenne, dit-on… Ce serait peut-être vrai si on effec­tuait cette moyenne à par­tir du salaire de Guillaume Pépy [direc­teur de la SNCF, ndlr] et du mien, mais ce n’est pas la réa­li­té de tous les tra­vailleurs du rail. Déjà, il y a une dis­cri­mi­na­tion qui n’est pas nou­velle entre tra­vailleurs fran­çais et tra­vailleurs étran­gers, que le pro­cès des Chibanis a rap­pe­lé en jan­vier der­nier : ces tra­vailleurs, qui fai­saient par­tie de l’entreprise dans les années 1970, étaient embau­chés avec un sta­tut appe­lé le PS251« Dans le jar­gon du rail, on les appelle les PS25. Ils sont che­mi­nots mais ne peuvent pas accé­der au sta­tut admi­nis­tra­tif de cadre per­ma­nent ou agent au sta­tut, plus avan­ta­geux et acces­sible aux seuls Français (et, depuis peu, aux res­sor­tis­sants de l’Union euro­péenne) de moins de 30 ans. Conséquence de cette clause de natio­na­li­té : ils ne cotisent pas aux mêmes caisses de san­té et de pré­voyance, n’ont pas le même dérou­le­ment de car­rière et ne partent pas à la retraite au même âge, ni avec le même taux de pen­sion. Pourtant, le tra­vail effec­tué sur les voies est le même. Le contrat des PS25 pré­voit d’ailleurs que le tra­vailleur étran­ger a droit au même régime de tra­vail que les ouvriers fran­çais, qu’il doit rece­voir à tra­vail égal une rému­né­ra­tion égale à celle de l’ouvrier fran­çais de même caté­go­rie. » Source : Le Monde. Celui que j’ai aujourd’hui. Un sta­tut de contrac­tuel dif­fé­rent de celui des autres che­mi­nots : il ne donne pas droit au même sys­tème de retraite — on ne comp­ta­bi­lise pas les six der­niers mois de ta coti­sa­tion mais les dix der­nières années. À l’arrivée, avec les coti­sa­tions patro­nales propres au sys­tème de retraite des che­mi­nots, ça fera une dif­fé­rence de 400 ou 500 euros par mois pour un même tra­vail. Aussi, on n’a pas accès au même sys­tème de san­té : on a la sécu­ri­té sociale nor­male, sans la garan­tie de l’emploi qu’on devrait avoir. Pourtant, comme je le disais, on a un tra­vail qui a des res­pon­sa­bi­li­tés pénales : notre rôle n’est pas tant la ponc­tua­li­té des trains que leur sécu­ri­té. L’entreprise ne devrait pas te lais­ser sans filet. Je fais prin­ci­pa­le­ment du fret, des trains de mar­chan­dises : la garan­tie de l’emploi nous donne aus­si la lati­tude de refu­ser la cir­cu­la­tion d’un train si nous sen­tons qu’il y a un risque d’accident. À l’époque, ces tra­vailleurs maro­cains avaient les pires postes : ils étaient à la manœuvre, ils accro­chaient les trains sous la neige et la pluie. En tou­chant donc les salaires les plus bas, sans être consi­dé­rés comme che­mi­nots. Et même de la part des syn­di­cats ! Ils n’étaient pas défen­dus face à la direc­tion. Ils ont dû batailler des années pour faire recon­naître cette dis­cri­mi­na­tion devant la jus­tice. Et là, après des années de lutte, ils ont gagné le pro­cès.

Par Stéphane Burlot

N’étant pas euro­péenne, je suis dans une situa­tion simi­laire. C’est une dis­cri­mi­na­tion ins­tau­rée à l’intérieur de l’entreprise. Et je ne parle pas des tra­vailleurs sous-trai­tants qui n’ont pas le droit à l’embauche même s’ils tra­vaillent sur les gares depuis 20 ans, pour cer­tains. Je pense aux tra­vailleurs d’ONET qui ont été en grève pen­dant 45 jours, récem­ment, et qui ont fait la démons­tra­tion héroïque d’une bataille qui a per­mis de faire plier un géant — non seule­ment l’entreprise qui les engage direc­te­ment, mais aus­si la SNCF qui est éga­le­ment res­pon­sable de leur situa­tion. Le PS25 et la sous-trai­tance se sont géné­ra­li­sés à par­tir des années 1960/1970. On retrouve tou­jours plus d’intérimaires pour effec­tuer des tra­vaux sur les voies. C’est un tra­vail qui peut être dan­ge­reux car il y a des consignes strictes de sécu­ri­té à res­pec­ter pour che­mi­ner dans les emprises fer­ro­viaires : il y a évi­dem­ment plus d’accidents chez ceux qui ne sont pas for­més comme che­mi­not pour y cir­cu­ler. Il y a eu des morts. On les jette là-dedans sans for­ma­tion et au SMIC. Il y a aus­si de la sous-trai­tance pour la sur­veillance des gares. Et dans des endroits stric­te­ment fer­ro­viaires, il y a ceux qui sont à la manœuvre, qui accrochent et décrochent les wagons qui sont des sous-trai­tants ou inté­ri­maires embau­chés pour une période. Ces contrats pré­caires non sécu­ri­sés empêchent qu’ils puissent dénon­cer leurs condi­tions de tra­vail. Il faut savoir qu’à cause des charges à payer, tous ces tra­vailleurs qui sont embau­chés en dehors du sta­tut coûtent plus cher à l’entreprise que de les embau­cher direc­te­ment à la SNCF ! La rai­son de fond est donc qu’il vaut mieux divi­ser pour régner : ils n’ont aucun inté­rêt à ce que le tra­vailleur du net­toyage se sente dans le même bateau que celui qui conduit le train — pour­tant qu’on net­toie les gares, les bureaux et qu’on veille à la sécu­ri­té et à la pro­pre­té pour que les usa­gers puissent voya­ger dans de bonnes condi­tions, on est un tra­vailleur du rail.

« Comment faire en sorte que tous les tra­vailleurs aient des condi­tions de tra­vail qui soient meilleures ? Que tous aient une garan­tie de l’emploi, une meilleure retraite, un sys­tème de san­té plus adap­té ? »

La ques­tion qu’il faut se poser n’est pas com­ment gar­der les droits qu’on a déjà, mais plu­tôt com­ment en conqué­rir d’autres. C’est pour ça que ce n’est pas juste « archaïque », comme ils disent, de vou­loir conser­ver ce qu’on a mis des années à obte­nir ; on doit voir com­ment ça peut être un trem­plin pour lut­ter, pour obte­nir davan­tage. Les liens qu’on a pu tis­ser dans la région de Paris Nord avec les tra­vailleurs du net­toyage des gares de l’entreprise ONET expliquent qu’ils se sentent aujourd’hui concer­nés par la réforme fer­ro­viaire. Qu’il ne s’agit pas seule­ment de défendre les acquis des che­mi­nots, mais de voir com­ment faire des liens, créer une conver­gence pour les pous­ser, eux aus­si, vers le haut, pour créer un rap­port de force qui nous per­met­trait d’arracher le sta­tut pour les contrac­tuels au sein de la SNCF et pour les tra­vailleurs sous-trai­tants. La dette est le fruit d’une poli­tique d’État, qui n’est pas la res­pon­sa­bi­li­té des che­mi­nots. Mon avis est qu’elle devrait être annu­lée : ce n’est pas au contri­buable ni aux usa­gers de payer les mau­vais choix qu’ont fait l’entreprise et les gou­ver­ne­ments consé­cu­tifs. C’est la reven­di­ca­tion que nous devrions por­ter, et non que l’État la reprenne. Aller par là per­met­trait de ques­tion­ner la SNCF dans son ensemble, de sa place dans le ser­vice public. C’est comme ça qu’il faut poser les ques­tions, et non accu­ser les che­mi­nots.

Ce dis­cours de mépris contre les che­mi­nots est construit de manière consciente par les médias et le gou­ver­ne­ment. Le fait de dire que nous serions des « pri­vi­lé­giés », c’est faire le choix de nive­ler par le bas. On devrait se poser la ques­tion dans l’autre sens : com­ment faire en sorte que tous les tra­vailleurs aient des condi­tions de tra­vail qui soient meilleures ? Que tous aient une garan­tie de l’emploi, une meilleure retraite, un sys­tème de san­té plus adap­té ? On pose la ques­tion à l’envers ! Ce sta­tut est le fruit de luttes : les che­mi­nots se sont bat­tus pour obte­nir ces acquis sociaux, la garan­tie de l’emploi, la sécu­ri­té sociale et la retraite. Celui qui nous parle de nous ser­rer la cein­ture, qui nous dit qu’on serait trans­fé­rables dans des filiales pri­vées (car c’est un point cen­tral de la réforme) avec des salaires garan­tis sur 15 mois maxi­mum (ça dépen­dra ensuite du bon vou­loir de l’entreprise), que c’est indis­pen­sable pour la bonne conti­nua­tion de la SCNF, que l’Europe l’exige… c’est Guillaume Pépy, un homme qui gagne 450 000 euros par an. On se demande où sont les pri­vi­lé­giés. Ce n’est pas en nous tirant dans les pattes qu’on va s’en sor­tir, mais plu­tôt en essayant de voir où on peut appuyer pour que ça tangue. On dit des che­mi­nots qu’ils sont une digue que le gou­ver­ne­ment veut faire tom­ber : c’est un pre­mier rap­port de force mis en place pour mieux atta­quer, der­rière, l’ensemble des tra­vailleurs. Il faut donc un vrai com­bat, qui va bien au-delà de la SNCF.

Par Stéphane Burlot

Depuis quelques semaines, nous avons, avec plu­sieurs cama­rades de la région pari­sienne, mis en place une « ren­contre inter-gares ». C’est un espace où on se ren­contre avec les che­mi­nots gré­vistes de la plu­part des assem­blées géné­rales de la région. Nous avons été jusqu’à 220 che­mi­nots réunis et ça va cer­tai­ne­ment aug­men­ter ce lun­di 14 mai, « Journée sans che­mi­nots » : une grosse jour­née de grève et de mobi­li­sa­tion à la SNCF ! À ces ren­contres, il y a des gens qui défen­daient la stra­té­gie « perlée2Ou « grève par épi­sode » de deux jours sur cinq, sou­te­nue par les syn­di­cats CGT, UNSA et CFDT pour trois mois.» d’autres la « reconductible3Reconduite autant de fois que néces­saire par vote des gré­vistes. » — ça per­met un débat contra­dic­toire. Un constat qui revient un peu par­tout, c’est que le taux de gré­vistes se main­tient mais que, der­rière, tu as moins de monde en AG. Une dis­cus­sion s’est ouverte pour com­prendre pour­quoi on avait du mal à faire venir les gré­vistes, nous fai­sant abor­der la ques­tion de la démo­cra­ti­sa­tion des AG et le fait qu’elles soient vues par ceux qui sont en grève comme une chose utile, un lieu où tu as ton mot à dire, où tu peux déci­der de la suite de ta grève. Dans la plu­part des AG (en pro­vince, c’est encore pire), on assiste car­ré­ment à des mee­tings inter­syn­di­caux ! Tu as la prise de parole du gars de la CGT, de SUD, et puis après cha­cun rentre chez soi… Alors les gens viennent une fois, deux fois, et puis à quoi bon reve­nir s’il n’y a rien à voter ni à déci­der ? Il peut donc y avoir une méfiance vis-à-vis des direc­tions syn­di­cales. Beaucoup de tra­vailleurs voient que la stra­té­gie menée va dans le mur et com­mencent à déve­lop­per un dis­cours anti-syn­di­cal. Ils contestent aus­si la néces­si­té même de s’organiser, au-delà des périodes de grève… Je ne suis pas d’accord. Je reste per­sua­dée que ce n’est pas une fata­li­té que les syn­di­cats soient désor­mais comme ça, avec des dérives anti-démo­cra­tiques et un som­met qui décide pour tout le monde. Il ne faut pas oublier qu’on est face à un enne­mi sur-orga­ni­sé qui a ses ins­ti­tu­tions, sa police, l’armée, le patro­nat… Il nous faut être encore plus construits et orga­ni­sés en face ! C’est à nous de mon­trer qu’il est pos­sible de créer des cadres d’organisation qui soient plus démo­cra­tiques, moins bureau­cra­tiques. Dans les AG des che­mi­nots, il est rare que les gens prennent la parole. Alors que si on les écoute, en dehors, ils ont plein d’idées et plein de choses à dire !

« Dans la plu­part des AG, tu as la prise de parole du gars de la CGT, de SUD, et puis après cha­cun rentre chez soi… Alors les gens viennent une fois, deux fois, et puis à quoi bon reve­nir s’il n’y a rien à voter ni à déci­der ? »

La ques­tion de l’auto-organisation est un point faible dans cette grève : il faut qu’on apprenne de ce qu’ont fait les anciens, en 1986, avec des coor­di­na­tions où chaque AG man­da­tait des gré­vistes pour aller à des coor­di­na­tions régio­nales et natio­nales, prendre des déci­sions, pour que ça soit aux gré­vistes de déci­der de leur grève et pas aux direc­tions syn­di­cales ! En temps de grève, un gré­viste = une voix, peu importe si tu es syn­di­qué ou non. La ren­contre inter-gares n’est évi­dem­ment pas encore à ce niveau, et même si cette ini­tia­tive ne doit abso­lu­ment pas rem­pla­cer le tra­vail local, les AG sur chaque site et chaque sec­teur (fon­da­men­tales, pour mobi­li­ser les col­lègues), elle per­met néan­moins de com­men­cer à se coor­don­ner à l’échelle de toute la région pari­sienne. Par exemple, le 7 mai — un jour « hors calen­drier » —, nous avons pris l’initiative de nous joindre au ras­sem­ble­ment pro­po­sé par SUD Rail et FO Cheminots, pas loin de Matignon. Et nous avons déci­dé d’y aller avec un mot d’ordre clair : Retrait du pacte fer­ro­viaire, sans négo­cia­tion. C’était fon­da­men­tal d’affirmer cette posi­tion, par­ta­gée par beau­coup de col­lègues. Et on a vou­lu mar­quer le coup en fai­sant une mani­fes­ta­tion dans la gare Montparnasse. La réponse du gou­ver­ne­ment, ça a été vio­lence et répres­sion : on s’est fait blo­quer devant la gare par des cor­dons de CRS qui nous ont empê­chés de ren­trer sur nos propres lieux de tra­vail ! C’est un scan­dale ! Nous avons été plu­sieurs à nous faire gazer et matra­quer — un col­lègue a même été bles­sé à la tête ! Nous ne nous atten­dions pas à mieux de la part de ce gou­ver­ne­ment auto­ri­taire : cette répres­sion ne fait que ren­for­cer notre déter­mi­na­tion. On refuse que nos gares et nos lieux de tra­vail soient mili­ta­ri­sés : c’est ce qui s’est pas­sé à la der­nière inter-gares, le 9 mai : une ving­taine de camions de CRS aux abords de la gare du Nord et des CRS et des RG pos­tés tout le long des quais, jusqu’au lieu où se tenait notre ren­contre, avec pour seul objec­tif d’intimider les gré­vistes et d’essayer d’empêcher toute mani­fes­ta­tion dans notre propre gare ! Depuis le début, il y a eu plu­sieurs mani­fes­ta­tions répri­mées. On a un col­lègue qui a été bles­sé : les coups de matraque sur sa tête ont fait gon­fler son œil, une par­tie de son visage a été bru­lée, il est sous trai­te­ment aujourd’hui. À la gare de Lyon, des poli­ciers sont entrés en pleine AG pour faire un contrôle d’identité. Un col­lègue a été embar­qué. On est confron­té à cette vio­lence, moins forte que celle qu’on peut voir dans les quar­tiers, mais cette vio­lence existe quand même — elle per­met d’ouvrir les yeux à ceux qui ne réa­lisent pas qu’il faut main­te­nir un vrai rap­port de force.

Depuis le début, on a cer­né que cette bataille pour l’opinion publique se jouait aus­si sur les réseaux sociaux. On a tenu à y répondre en mon­trant nos fiches de payes, pour prou­ver qu’il était faux qu’on gagnait 3 000 euros par mois. Malgré le « che­mi­not bashing » géné­ral, on a quand même des usa­gers qui sont venus nous deman­der pour­quoi on n’était pas plu­tôt en recon­duc­tible ! (rires) « Il faut dur­cir le ton ! », ils disaient. Une forme de soli­da­ri­té s’est ins­tal­lée. On va voir et ren­con­trer les usa­gers dans les gares pen­dant la grève, pour leur expli­quer qu’on se bat aus­si pour eux. Il y a une phrase qui cir­cule : « Si vous n’avez pas de train aujourd’hui, c’est parce qu’on se bat pour qu’il y en ait encore demain. » C’est une bataille com­mune à mener avec les usa­gers. Finalement, peu de gens viennent se plaindre. Rendre la cir­cu­la­tion gra­tuite a été évo­qué, d’ailleurs, chez SUD Rail. Une manière de rap­pe­ler qu’on ne fait pas grève pour embê­ter les usa­gers et que l’objectif est aus­si de créer une soli­da­ri­té avec eux. Mais je crois que ça blo­que­rait moins l’économie dans son ensemble. Une grève au fret (où je tra­vaille), qui est le lieu de triage de mar­chan­dises, bloque la cir­cu­la­tion de celles-ci : l’impact est bien plus impor­tant, plus fort que de per­mettre la gra­tui­té aux usa­gers… Ce qu’il faut dire, aus­si, c’est que la gra­tui­té est inter­dite par la loi ; c’est illé­gal, comme le sabo­tage. Il y a eu des pour­suites pénales sur des che­mi­nots qui avaient ouvert les por­tiques.

Par Stéphane Burlot

À mon sens, il y a un pro­blème d’organisation : être en grève tous les trois jours ne per­met pas aux gens de s’emparer de la grève par eux-mêmes. Tu as le calen­drier, tu coches les cases et puis c’est tout ; cer­tains ne res­sentent ni le besoin de venir en AG, ni de mili­ter la grève, ou de dis­cu­ter avec les col­lègues. C’est tout un tra­vail dif­fi­cile à mettre en place à cause de ça. Le taux reste fort, mal­gré ce qu’on peut lire dans la presse — il y a une baisse que j’explique par cette stra­té­gie de la grève per­lée, qui ne main­tient pas la moti­va­tion. Mais c’est en train de chan­ger. On n’est pas d’accord avec l’idée de négo­cier avec le gou­ver­ne­ment, mais, clai­re­ment, s’il ne lâche rien, il sera temps de mettre le pied sur l’accélérateur. Chez SUD Rail, on était pour une grève recon­duc­tible par période de 24 heures, jusqu’au retrait. On a beau­coup insis­té pour dire que c’était aux che­mi­nots en AG de déci­der, pas aux fédé­ra­tions. Si on fait un bilan d’étape de cette pre­mière phase où, pour beau­coup, la grève per­lée était vue comme une manière de mar­quer le coup, de mon­ter en puis­sance, cette pre­mière expé­rience est faite. On a en face un gou­ver­ne­ment qui reste droit dans ses bottes et qui ne semble pas vou­loir bou­ger sur les points cen­traux de la réforme, c’est-à-dire l’ouverture à la concur­rence et le trans­fert de per­son­nel, mais aus­si sur la ques­tion du sta­tut et sur celle de l’organisation de l’entreprise — soit chan­ger la SNCF en une « socié­té ano­nyme4« En 2010, La Poste devient une socié­té ano­nyme. La res­sem­blance entre l’évolution de La Poste et les pro­jets du rap­port Spinetta sur la SNCF est frap­pante. La fin du sta­tut de che­mi­not fait écho aux restruc­tu­ra­tions de La Poste, qui compte aujourd’hui moins de 50 % de fonc­tion­naires ; de même, l’ouverture à la concur­rence et le pas­sage en socié­té ano­nyme, le tout accom­pa­gné de sup­pres­sions d’emplois sont autant de mesures prises à La Poste que l’on retrouve aujourd’hui dans le rap­port. » Source : Révolution Permanente. », ce qui per­met­trait de faire entrer des capi­taux pri­vés à l’avenir.

« Il vaut mieux essayer de regrou­per nos colères aujourd’hui plu­tôt que d’attendre que chaque sec­teur tombe un par un. »

La grève de deux jours sur cinq a pour objec­tif d’ouvrir à des négo­cia­tions : tu fais deux jours de grève et les trois autres, tu vois ce que le gou­ver­ne­ment est prêt à lâcher ; tu refais deux jours, tu rené­go­cies der­rière. Pour nous, comme il n’est pas ques­tion de ramas­ser les miettes, il n’y a que la recon­duc­tible pour que le gou­ver­ne­ment com­prenne qu’on n’acceptera pas cette régres­sion sociale et qu’on exige un retrait pur et simple. Il y a dans le pays un mécon­ten­te­ment qui com­mence à s’installer réel­le­ment, face à ce gou­ver­ne­ment qui n’hésite pas à atta­quer de front tous les sec­teurs ! Les étu­diants, les hos­pi­ta­liers, la fonc­tion publique, les profs, les jeunes… Il y a quelque chose qui se joue, qui va au-delà des che­mi­nots dans cette bataille. Il vaut mieux essayer de regrou­per nos colères aujourd’hui plu­tôt que d’attendre que chaque sec­teur tombe un par un, jusqu’à ce que le gou­ver­ne­ment s’attaque aux retraites ou à la sécu­ri­té sociale. Comment impli­quer les gens du pri­vé ? Ce qui est en jeu, c’est la des­truc­tion du ser­vice public : c’est une bonne rai­son de s’associer ! Les gens du pri­vé peuvent créer des comi­tés d’usagers, venir aux mani­fes­ta­tions, nous sou­te­nir par les caisses de grève… Même si on ne veut pas que les gens nous sou­tiennent sim­ple­ment, on veut qu’ils luttent à nos cotés : c’est une notion impor­tante. Qu’on tape tous d’une même main, pour l’ensemble, et pour faire plier le gou­ver­ne­ment sur tous les fronts ! C’est ça la vraie conver­gence des luttes ! Pendant la loi Travail, on insis­tait beau­coup sur le fait qu’il fal­lait défendre le Code du tra­vail mais, dans les sec­teurs les plus popu­laires, énor­mé­ment de gens n’ont sim­ple­ment pas de tra­vail, ou tra­vaillent sans contrat ! Des per­sonnes en contrats pré­caires, par­fois sans papiers. Il faut que tout le monde soit conscient que chaque reven­di­ca­tion est impor­tante.

Je reviens encore à la grève d’ONET, qui est pour moi un exemple. Les che­mi­nots devraient exi­ger que le sta­tut soit adres­sé à tous les tra­vailleurs du rail, donc ceux qui font le net­toyage des gares. Le dire ain­si, c’est les impli­quer à nos côtés — c’est par cette même logique qu’on impli­que­ra des gens du pri­vé. Même si, par rap­port à d’autres grèves de che­mi­nots que j’ai pu voir, j’ai l’impression qu’il y a actuel­le­ment moins de cor­po­ra­tisme. Chez nos col­lègues, il y a davan­tage d’attention à ce qu’il se passe ailleurs ; on est plus per­méable à la ques­tion de la conver­gence. Lors de la mani­fes­ta­tion du 19 avril, on a tenu à for­mer un cor­tège avec Paris Nord pour rejoindre le per­son­nel hos­pi­ta­lier à Lariboisière pour rap­pe­ler que tout le ser­vice public est concer­né. Et quand Tolbiac était occu­pée, un étu­diant a sou­li­gné qu’on se bat­tait pour que les étu­diants et les enfants des tra­vailleurs puissent voya­ger dans de bonnes condi­tions et que, de leur côté, ils se bat­taient pour que les enfants d’ouvriers et de che­mi­nots puissent avoir accès à l’université… Ça ne mar­che­ra pas si cha­cun regarde dans son coin.


Photographie de ban­nière : Stéphane Burlot
Portrait : Cyrille Choupas, pour Ballast


REBONDS

☰ Lire notre témoi­gnage « Prendre soin de nos anciens », mai 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Sabrina Ali Benali : « La ministre de la Santé met en place une poli­tique du McDrive hos­pi­ta­lier », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Chahr Hadji : « Remettre en ques­tion ce que peut sup­por­ter une socié­té », février 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Martinez : « Qui est moderne et qui est rin­gard ? », décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Claude Poirson : « Des ouvriers en lutte qui relèvent la tête », novembre 2016
☰ Lire notre article « Théâtre social : quand Philippe Durand raconte les Fralib », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016

NOTES   [ + ]

1.« Dans le jar­gon du rail, on les appelle les PS25. Ils sont che­mi­nots mais ne peuvent pas accé­der au sta­tut admi­nis­tra­tif de cadre per­ma­nent ou agent au sta­tut, plus avan­ta­geux et acces­sible aux seuls Français (et, depuis peu, aux res­sor­tis­sants de l’Union euro­péenne) de moins de 30 ans. Conséquence de cette clause de natio­na­li­té : ils ne cotisent pas aux mêmes caisses de san­té et de pré­voyance, n’ont pas le même dérou­le­ment de car­rière et ne partent pas à la retraite au même âge, ni avec le même taux de pen­sion. Pourtant, le tra­vail effec­tué sur les voies est le même. Le contrat des PS25 pré­voit d’ailleurs que le tra­vailleur étran­ger a droit au même régime de tra­vail que les ouvriers fran­çais, qu’il doit rece­voir à tra­vail égal une rému­né­ra­tion égale à celle de l’ouvrier fran­çais de même caté­go­rie. » Source : Le Monde
2.Ou « grève par épi­sode » de deux jours sur cinq, sou­te­nue par les syn­di­cats CGT, UNSA et CFDT pour trois mois.
3.Reconduite autant de fois que néces­saire par vote des gré­vistes.
4.« En 2010, La Poste devient une socié­té ano­nyme. La res­sem­blance entre l’évolution de La Poste et les pro­jets du rap­port Spinetta sur la SNCF est frap­pante. La fin du sta­tut de che­mi­not fait écho aux restruc­tu­ra­tions de La Poste, qui compte aujourd’hui moins de 50 % de fonc­tion­naires ; de même, l’ouverture à la concur­rence et le pas­sage en socié­té ano­nyme, le tout accom­pa­gné de sup­pres­sions d’emplois sont autant de mesures prises à La Poste que l’on retrouve aujourd’hui dans le rap­port. » Source : Révolution Permanente.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.