Sabrina Ali Benali : « La ministre de la Santé met en place une politique du McDrive hospitalier »


Entretien inédit pour le site de Ballast

« Bonsoir madame Touraine, c’est encore moi ! C’est l’inteeeerne ! » C’est par ces mots que s’adressa Sabrina Ali Benali, interne en méde­cine géné­rale en der­nière année, à l’ancienne ministre de la san­té, avant de démon­ter le plan de com­mu­ni­ca­tion du gou­ver­ne­ment et de dénon­cer le manque de moyens dans les hôpi­taux, dans une vidéo deve­nue virale sur les réseaux sociaux (plus de 10 mil­lions de vues). Malgré les polé­miques, par­fois vio­lentes, celle qui fut l’an pas­sé sup­pléante aux légis­la­tives sous l’étiquette France insou­mise ne désarme pas et dénonce, de vidéo en vidéo, les poli­tiques libé­rales qui conti­nuent de mettre à mal l’hôpital public, en oppo­sant aux chiffres abs­traits la réa­li­té de son quo­ti­dien — celui de tant de soi­gnants et de patients. Rencontre avec une jeune femme qui assure par­ler « avec ses tripes » et se bat pour que le mot « poli­tique » ne soit plus un « gros mot » aux yeux du grand nombre.


Vous êtes interne, future méde­cin et enga­gée. Cela tranche avec le cli­ché sur la pro­fes­sion : des méde­cins cor­po­ra­tistes, indi­vi­dua­listes, de droite…

Mes vidéos sont la suite logique d’un par­cours d’engagement per­son­nel. J’ai mili­té dans l’associatif, avec Les Enfants de Don Quichotte, en D2 — l’équivalent de la qua­trième année de méde­cine. J’avais essayé une ou deux fois de faire des annonces dans les amphis pour que les gens rejoignent le mou­ve­ment, en disant qu’on avait besoin de per­sonnes, de maté­riel… Annonces qui n’ont pas vrai­ment eu de suites ! Mais en fai­sant des lec­tures, en réfléchis­sant sur le malaise hos­pi­ta­lier, je me suis rendu compte à quel point nous étions dépo­li­ti­sés en études de méde­cine : l’absence de sciences sociales y est un gros pro­blème. Par exemple, on ne nous apprend jamais l’histoire de la Sécurité sociale. En dix ans d’études, pas une seule fois on ne m’a par­lé d’Ambroise Croizat [l’un des fon­da­teurs, com­mu­niste, de la Sécurité sociale, ndlr]. Il est dif­fi­cile de défendre des ins­ti­tu­tions qu’on ne connaît pas…

Pourquoi fait-on des études de méde­cine, d’ailleurs ?

« Je me suis ren­du compte à quel point nous étions dépo­li­ti­sés en études de méde­cine : l’absence de sciences sociales y est un gros pro­blème. »

J’ai lu les résul­tats d’une thèse sur les motifs des ins­crip­tions en facul­té de méde­cine. Le plus récur­rent dans les réponses, c’était le « pou­voir sur l’autre ». J’ai été assez éton­née. C’est vrai qu’il existe encore des gens qui font ces études par goût du pou­voir, qui ont ce biais dans leur vision du métier… Comme moti­va­tion, on compte aus­si le pres­tige, l’argent, mais aus­si, heu­reu­se­ment, des voca­tions de soins. On sait bien que les condi­tions d’existence déter­minent la conscience. Les milieux d’origine socio-éco­no­mique des étu­diants en méde­cine sont ceux de la classe supé­rieure. En effet, seul un étu­diant en méde­cine sur dix, aujourd’hui, est issu du milieu ouvrier. La mixi­té sociale n’est pas favo­ri­sée par la mul­ti­pli­ca­tion des pré­pas pri­vées payantes en pre­mière et der­nière années. Les méde­cins ne sont pas le reflet de l’ensemble de la popu­la­tion, même si la ten­dance à l’individualisme est bien un reflet de la socié­té. Mais il faut éga­le­ment pré­ci­ser que la caté­go­rie « méde­cine » est très vaste : on ne peut pas la réduire à une seule ten­dance poli­tique ou à une seule vision du métier. L’hôpital est un endroit par­ti­cu­lier. Même s’il est divi­sé entre ser­vices, il y a mal­gré tout des ten­dances « de gauche » : parce que la car­rière hos­pi­ta­lière n’est pas la plus rému­né­ra­trice en méde­cine, parce que c’est un endroit où il y a une vraie volon­té de soin, alliée à une exi­gence d’excellence scien­ti­fique… C’est par­ti­cu­liè­re­ment le cas chez les urgen­tistes, où l’on ren­contre beau­coup de per­sonnes conscien­ti­sées, car confron­tées de façon directe aux pro­blèmes sociaux et ayant elles-mêmes fait face à des condi­tions de tra­vail dif­fi­ciles et à des sta­tuts peu recon­nus. Il ne faut pas oublier non plus que les condi­tions d’études en méde­cine sont extrê­me­ment rudes — beau­coup font des petits bou­lots à côté. On a 100 euros par mois en qua­trième année, 200 en cin­quième et sixième années, 20 euros pour une garde de nuit et, ensuite, 1 600 à 1 800 euros par mois pour tour­ner entre 50 et 80 heures par semaine. Ces condi­tions créent un sen­ti­ment très ambi­va­lent : au lieu de favo­ri­ser une conscien­ti­sa­tion poli­tique, elles déve­loppent géné­ra­le­ment une frus­tra­tion qui peut se trans­for­mer en com­por­te­ment indi­vi­dua­liste, de type « J’ai assez payé, main­te­nant je veux ma part du gâteau » ou « Si on me fait faire des heures sup’, les infir­mières peuvent le faire aus­si ». Mais même après les études, l’hôpital reste un endroit où les condi­tions de tra­vail sont dures. Je pense que c’est pour ça que beau­coup pré­fèrent aller vers d’autres modes de tra­vail, en cli­nique ou en libé­ral.

Vous par­lez volon­tiers au nom des soi­gnants et des soi­gnantes dans leur ensemble. Vous adop­tez un dis­cours géné­ral, qui dépasse votre propre sta­tut d’interne…

Oui, car je pense que nous sommes toutes et tous dans la même barque : on appar­tient à la même ins­ti­tu­tion. Quand un malade est soi­gné, ce n’est pas moi qui pose une sonde uri­naire ou une per­fu­sion, qui le change. Je ne sais pas faire la mani­pu­la­tion radio, je ne sais pas faire le sui­vi kiné, je ne sais pas le bran­car­der. J’ai dû le faire un cer­tain nombre de fois et je peux vous dire qu’on enten­dait des « Aïe ! » sur le par­cours ! Nous avons besoin des com­pé­tences des autres. Il est évident que, vis-à-vis du malade, nous sommes les maillons d’une même chaîne.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Est-ce que votre propre par­cours social a joué dans votre prise de conscience poli­tique ?

Mes grands-parents mater­nels étaient ouvriers et je viens d’une géné­ra­tion, via mon grand-père mater­nel kabyle, qui est arri­vée en France avec rien. Je suis issue des classes moyennes. J’ai per­du mon père jeune et j’ai tou­jours dû faire des petits bou­lots, ce qui a sans doute favo­ri­sé cette prise de conscience. Mais cela ne veut pas dire que mes parents ont les mêmes opi­nions que moi. C’est par la recherche d’une cohé­rence de pen­sée quant à ce que je pou­vais vivre dans mon tra­vail, et par rap­port à mes com­bats asso­cia­tifs, que j’en suis arri­vée à cer­taines conclu­sions poli­tiques. Mais, au-delà des par­cours per­son­nels, ce manque de conscience poli­tique géné­ral est en grande par­tie dû au fonc­tion­ne­ment d’une socié­té qui a enle­vé tout sens du col­lec­tif, de l’histoire des luttes, et qui cherche à nous divi­ser — et à divi­ser l’hôpital en sec­tions, en pro­fes­sions…

Vous cher­chez donc à recréer du col­lec­tif par votre dis­cours ?

« Les chiffres d’arrêts mala­die, de sui­cides, de burn-out sont très impor­tants chez les soi­gnants car on a inté­gré cette notion de res­pon­sa­bi­li­té per­son­nelle. »

C’est pour moi abso­lu­ment néces­saire. Mes condi­tions de tra­vail sont direc­te­ment liées aux autres. Je suis tout le temps avec les autres. Si les infir­mières ou les aide-soi­gnantes sont mal, je le sens. On tra­vaille mieux dans une équipe soli­daire et enjouée, d’autant plus que nous tra­vaillons déjà dans un milieu éner­gi­vore qui peut rapi­de­ment deve­nir anxio­gène, notam­ment parce qu’on culpa­bi­lise indi­vi­duel­le­ment les gens en leur disant que si une vieille dame de 80 ans attend toute seule dans le cou­loir pen­dant quatre heures et demie, c’est à cause de leur mau­vaise volon­té — ce qui n’a aucun sens, mais mine le moral. Les chiffres d’arrêts mala­die, de sui­cides, de burn-out sont très impor­tants chez les soi­gnants car on a inté­gré cette notion de res­pon­sa­bi­li­té person­nelle, de manque d’efficacité per­son­nelle, parce qu’on a du mal à faire tout ce qu’on nous demande de faire tout en pré­ser­vant le res­pect du patient. C’est le pro­duit des poli­tiques libé­rales. Pourtant, je vois bien que les gens sont de bonne volon­té et sont incri­mi­nés à tort. On n’incrimine jamais les per­sonnes qui mettent en œuvre ces poli­tiques qui nous détruisent.

C’est jus­te­ment ce que vous avez cher­ché à faire : dési­gner direc­te­ment les res­pon­sables des poli­tiques libé­rales, et notam­ment l’ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Dans ma pre­mière vidéo, j’ai essayé d’expliquer de manière concrète, en trois points, ce que signi­fiait la poli­tique de Marisol Touraine, notam­ment à pro­pos de la prime aux jeunes méde­cins hos­pi­ta­liers s’ils et elles acceptent de res­ter trois ans à l’hôpital. Il fau­drait peut-être se deman­der pour­quoi ces jeunes ne veulent pas res­ter… Cette vidéo a été par­ta­gée, sur­tout dans les milieux infor­més. Puis j’ai pris un verre avec une copine aide-soi­gnante, qui m’a racon­té une expé­rience hor­rible : com­bien c’était dur pour elle de devoir dou­cher des patients âgés atteints de démence, qu’elle avait dix-huit patients et une seule heure pour les dou­cher… J’ai tâché de dénon­cer cette situa­tion en la tour­nant en déri­sion. J’ai réa­li­sé une vidéo au cours de laquelle je me par­lais tout en me fai­sant un sham­poing, afin de mon­trer que se dou­cher en six minutes soi-même, ce n’est pas for­cé­ment facile — alors quand il s’agit d’un patient atteint d’une mala­die grave… Cette vidéo a bien tour­né — 350 000 vues — et a atteint un autre public, notam­ment les soi­gnants. J’ai reçu beau­coup de mes­sages me disant de conti­nuer. La troi­sième vidéo, qui a fait un vrai buzz, est née d’une autre expé­rience dou­lou­reuse : j’étais de garde aux urgences et n’avais pas de place pour une dame en insuf­fi­sance car­diaque ; j’ai appe­lé onze hôpi­taux, alors que des gens conti­nuaient à arri­ver, et, fina­le­ment, j’ai dû dire à cette dame et à sa famille qu’il n’y avait pas d’autre solu­tion que de la lais­ser sur un bran­card amé­lio­ré des urgences pour la nuit. La même nuit, un mon­sieur a fait un arrêt car­diaque dans les étages : on ne trou­vait pas son dos­sier, on ne savait pas si on devait le réani­mer ou non. On finit par le retrou­ver ; je m’apprête à redes­cendre aux urgences quand je vois un mon­sieur par terre, qui gît sur le sol. Je ne sais pas depuis com­bien de temps il est là, per­sonne ne le sait, parce qu’il n’y avait per­sonne ; tout le monde était occu­pé avec l’arrêt car­diaque. C’est ça, concrè­te­ment, le manque de per­son­nel. Comment aurait-on fait si on avait eu deux arrêts au même moment ? Après une nuit comme celle-là, je suis ren­trée chez moi me cou­cher et suis tom­bée sur la une d’un jour­nal : « Madame Touraine prend ses res­pon­sa­bi­li­tés pour la grippe, elle reporte des inter­ven­tions non pro­gram­mées pour libé­rer des lits ». Prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés… Cette une a été un choc : c’était la confron­ta­tion entre la réa­li­té que je venais de vivre et le dis­cours, por­té par ce jour­nal. C’est à par­tir de ça que j’ai fait ma troi­sième vidéo, en dénon­çant cette « grosse blague », la pseu­do-prise de res­pon­sa­bi­li­té de madame Touraine, et en racon­tant ma nuit de garde. Si cette vidéo a été autant vue et par­ta­gée, c’est parce que dans le milieu hos­pi­ta­lier, mal­heu­reu­se­ment, tout le monde a vécu ce genre de garde. Ce n’est pas un cas iso­lé.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Ce qui a sans doute contri­bué à ce suc­cès, c’est cet équi­libre assez par­ti­cu­lier entre humour, sou­vent iro­nique, et émo­tion…

L’humour vient sans doute d’un ton propre à l’hôpital. Nous avons ten­dance à iro­ni­ser sur la mala­die, la mort, à désa­cra­li­ser ce qui est le plus dou­lou­reux pour nous, pour avan­cer. Quant à l’émotion, oui, je pense qu’elle est visible, et c’est ce qui a tou­ché les gens et les a convain­cus mal­gré toutes les cam­pagnes qu’il y a pu avoir contre moi. On ne peut pas nier la sin­cé­ri­té, la véri­té : la sin­cé­ri­té trans­perce. Cette véri­té, on peut la lire dans les dizaines de mil­liers de com­men­taires qu’il y a eu sous cette vidéo, qui racon­taient des expé­riences sem­blables.

Vous par­lez d’opérations de calom­nie. Il y a eu Patrick Cohen, qui a décla­ré que vous ne tra­vaillez pas à l’AP-HP ni dans un ser­vice d’urgence, Gabriel Attal, conseiller en com­mu­ni­ca­tion de Marisol Touraine, qui a dit qu’il s’agissait de votre part d’une « mani­pu­la­tion poli­ti­cienne ». Comment l’avez-vous vécu ?

« Beaucoup de gens ont cru que j’avais effec­ti­ve­ment men­ti car on a ten­dance à faire confiance aux jour­na­listes… »

Très mal ! L’avantage d’être méde­cin, c’est que j’ai fait moi-même mes ordon­nances d’anxiolytiques et de som­ni­fères… J’ai été aba­sour­die et pro­fon­dé­ment cho­quée par ces men­songes de la part d’une radio qui appar­tient au ser­vice public. Beaucoup de gens ont cru que j’avais effec­ti­ve­ment men­ti car on a ten­dance à faire confiance aux jour­na­listes… J’ai subi beau­coup de pres­sions. Je savais que ma petite vidéo était remon­tée jusqu’aux plus hautes sphères de l’État et que ça ne leur plai­sait pas : j’ai commencé à avoir vrai­ment peur. Ce qui m’a sur­tout cho­quée, c’est la polé­mique autour de l’AP-HP menée par France Inter. En essayant de dire que j’avais men­ti, que je ne tra­vaillais pas aux urgences, ils ont don­né des infor­ma­tions sur mon lieu de tra­vail : les autres jour­na­listes ont pu trou­ver où je tra­vaillais… Le ser­vice des urgences a été rapi­de­ment débor­dé d’appels alors qu’on avait bien d’autres choses à faire. On peut ima­gi­ner les consé­quences de ce genre de révé­la­tions pour le ser­vice et pour les familles, qui peuvent recon­naître leur his­toire ; cela peut créer beau­coup de détresse.

Quelles ont été les réac­tions des soi­gnants autour de vous ? Y a-t-il eu un mou­ve­ment de soli­da­ri­té ?

Oui. Le len­de­main de cette cam­pagne de calom­nie, beau­coup de membres du per­son­nel sont venus me par­ler, m’ont envoyé des mes­sages : j’ai sen­ti un vrai sou­tien, une vraie confra­ter­ni­té. Sur les réseaux sociaux, j’ai reçu en masse des mes­sages de sou­tien, notam­ment de la part de soi­gnants.

Mais pour­quoi de telles réac­tions ?

Il n’y a aucun doute là-des­sus : c’est à cause de mon enga­gement poli­tique. J’avais atta­qué la ministre de la Santé, j’étais pas­sée chez Cohen (une des émis­sions les plus écou­tées du pays !) et j’appartenais au Parti de gauche et à la France insou­mise, alors que Jean-Luc Mélenchon mon­tait dans les son­dages et qu’on était à quatre mois de la pré­si­den­tielle. J’étais la « gamine France insou­mise » qui arri­vait et, d’un coup, avait douze mil­lions de vues… Il fal­lait abso­lu­ment me dis­cré­di­ter. C’est bien pour cela que Gabriel Attal a par­lé de « mani­pu­la­tion poli­ti­cienne ». Pour ces gens, la poli­tique, c’est des manœuvres, une car­rière ; pour moi, la poli­tique, c’est par­ler avec ses tripes.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Justement. Votre enga­ge­ment par­ti­san peut-il décré­di­bi­li­ser votre dis­cours pro­fes­sion­nel ? On peut lire sur les réseaux sociaux des reproches du type : « Sabrina, vous disiez par­ler au nom de tout le monde, mais vous ne le faites plus quand vous sou­te­nez Mélenchon… »

Ces réac­tions s’expliquent par le fait qu’on nous broie lit­té­ra­le­ment depuis quatre décen­nies : la poli­tique est deve­nue un gros mot. On n’associe plus la poli­tique à quelque chose de noble, à un pro­jet com­mun, mais à l’opportunisme, à quelque chose de très « dar­wi­nien ». Mais les gens peuvent par­ta­ger mon constat ou mes vidéos, quand bien même leur opi­nion est dif­fé­rente. Dans le milieu hos­pi­ta­lier, bien que nos convic­tions soient dif­fé­rentes, le constat sur nos condi­tions de tra­vail est le même. Je suis l’une des leurs.

Le médium vidéo pour relé­gi­ti­mer la poli­tique, en somme ?

« La ministre de la Santé met en place une poli­tique du McDrive hos­pi­ta­lier, du tay­lo­risme hos­pi­ta­lier. Elle veut mettre 7 patients sur 10 en ambu­la­toire d’ici 2020. Je n’appelle pas ça soi­gner des per­sonnes, mais soi­gner des organes. »

Oui : je prends le temps d’expliquer, je parle de mon tra­vail concret, je ne fais pas de pro­sé­ly­tisme. Souvent, quand les gens m’écrivent qu’ils sont déçus, je leur réponds que je peux l’entendre mais leur demande de ne pas réécrire mon his­toire à ma place. Beaucoup pensent que Mélenchon me récu­père ou que je me fais mani­pu­ler. Mon enga­ge­ment est cohé­rent : j’ai été mili­tante asso­cia­tive, puis poli­tique, et je connais­sais Mélenchon bien avant de lan­cer mes vidéos — il avait écrit sur le sujet aupa­ra­vant et j’avais par­ti­ci­pé à la cam­pagne san­té de la France insou­mise. La poli­tique peut être relé­gi­ti­mée lorsqu’elle est faite avec sin­cé­ri­té.

Et com­ment voyez-vous la poli­tique de san­té du gou­ver­ne­ment Macron ?

C’est la suite logique des gou­ver­ne­ments pré­cé­dents. Madame Touraine a fait un tweet dans lequel elle se féli­ci­tait de la poli­tique menée par Agnès Buzyn [actuelle ministre des Solidarités et de la Santé, ndlr], en disant « On retombe sur nos pieds ». J’ai répon­du : « On retombe plu­tôt sur nos genoux »… Ce n’est pas une sur­prise. Les gens ont cru pou­voir faire confiance à Madame Buzyn puisqu’elle est méde­cin et a tra­vaillé à l’hôpital. Mais, en l’espace de six mois, j’ai bien vu les réac­tions sur ma page et sur les réseaux sociaux : elle est détes­tée. C’est nor­mal, la ministre de la Santé met en place une poli­tique du McDrive hos­pi­ta­lier, du tay­lo­risme hos­pi­ta­lier. On le voit dans sa poli­tique de chi­rur­gie ambu­la­toire : elle veut mettre 7 patients sur 10 en ambu­la­toire d’ici 2020. Je n’appelle pas ça soi­gner des per­sonnes, mais soi­gner des organes.

Qu’est-ce que soi­gner, pour vous ?

Je m’en tiens à la défi­ni­tion de l’Organisme mon­dial de la san­té — je ne suis pas plus ori­gi­nale qu’une autre : la san­té est un état de com­plet bien-être phy­sique, men­tal et social. Quand on cherche à faire par­tir les patients de l’hôpital le plus vite pos­sible et qu’on n’a pas le temps de les écou­ter, de les trai­ter cor­rec­te­ment, cet état n’existe pas. Cela fait dix ans que je tra­vaille à l’hôpital et je réa­lise chaque jour à quel point il existe un défi­cit, dans nos études de méde­cine, quant à la prise en compte du patient, de la rela­tion avec lui. C’est un métier au cœur de l’humain ; pour­tant, on ne sou­ligne pas assez à quel point tout passe par la rela­tion de confiance qui va s’instaurer entre patients et soi­gnants. Jamais un soin ne sera effi­cace, ni même ren­table (puisque c’est tout ce qui les inté­resse, la ren­ta­bi­li­té), si on ne prend pas le temps. Le patient ne com­pren­dra pas, pren­dra mal son trai­te­ment, revien­dra aux urgences… Il faut apprendre à recon­si­dé­rer la rela­tion avec le patient.

Par Stéphane Burlot, pour Ballast

Vous vous êtes récem­ment enga­gée contre le sexisme en méde­cine, avec le mou­ve­ment #balan­ce­ton­porc et #moiaus­si. Existe-t-il une spé­ci­fi­ci­té du sexisme en méde­cine ou n’est-il que le reflet de la socié­té ?

Il y a une par­ti­cu­la­ri­té en méde­cine : la désa­cra­li­sa­tion du corps. On est toute la jour­née face à des corps nus ; il y a donc une extra­po­la­tion de la sexua­li­té, de tout ce qui est lié aux zones intimes. Mais on peut très bien dif­fé­ren­cier paillar­dise et har­cè­le­ment sexuel ou sexisme. La paillar­dise, c’est rire de la mort, du corps, c’est un humour noir — qui peut ne pas plaire à tout le monde. Par contre, le har­cè­le­ment sexuel, qui existe bel et bien en méde­cine, me semble être le reflet d’une socié­té sexiste. C’est la même situa­tion qu’une secré­taire avec son patron. C’est extrê­me­ment lié aux situa­tions de subor­di­na­tion. Et ça n’a rien à voir avec l’humour carabin1Un cara­bin est un étu­diant ou une étu­diante en méde­cine, dans l’argot étu­diant.. Je n’ai jamais eu de pro­blème de sexisme ou de har­cè­le­ment avec mes co-internes ou mes co-externes, seule­ment avec des chefs.

Vous consi­dé­rez-vous comme une lan­ceuse d’alerte ?

Non, car je pense qu’il n’y a rien de caché. Les lan­ceurs d’alerte sont des per­sonnes qui ont des infor­ma­tions aux­quelles on n’a pas accès et les délivrent au nom de l’intérêt géné­ral. Dans mon domaine, rien de ce que j’ai dit n’était caché : c’était seule­ment tabou. Ce qui est dif­fi­cile, c’est pas­ser de ce constat et de cette connais­sance à une forme de déso­béis­sance ou de contes­ta­tion.

Quand aura-t-on droit à votre nou­velle vidéo ?

Pour l’instant, je pré­pare un livre ! Pour la nou­velle vidéo, ça sera quand j’entendrai ou je ver­rai encore quelque chose qui me fera bon­dir… Ça ne devrait pas tar­der !


Photographies de ban­nière et vignette : Stéphane Burlot, pour Ballast


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Bonjour Tristesse : « Le seul pou­voir qu’il nous reste, c’est la liber­té d’expression », octobre 2016
☰ Lire notre article « Hôpital public à l’agonie », Sarah Kilani, juillet 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Osons Causer : « On est à la fin de la vague néo­li­bé­rale », mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec François Ruffin : « Camping est un bon film poli­tique », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Usul : « Réinventer le mili­tan­tisme », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Sofia Tzitzokou, phar­ma­cienne grecque dans un dis­pen­saire auto­gé­ré, juillet 2015

NOTES   [ + ]

1.Un cara­bin est un étu­diant ou une étu­diante en méde­cine, dans l’argot étu­diant.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.