Sofia Tzitzikou : « La dignité du peuple grec vaut plus qu’une dette illégale, illégitime et odieuse »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Presque cinq années d’austérité impo­sées par la Troïka (BCE-FMI-Commission euro­péenne) auront suf­fi à rui­ner la Grèce et à enter­rer défi­ni­ti­ve­ment tout espoir de relance de l’économie. Le taux de chô­mage est pas­sé de 7,5 %, en 2008 (avant la crise des sub­primes), à 28 %. En l’es­pace de quatre ans, les reve­nus avant impôt des Grecs ont bais­sé de 22,6 % et les salaires chu­té de 27,4 %¹. L’austérité tue². La misère s’installe et les consé­quences sani­taires sont ter­ribles ; face à ce constat, le peuple s’organise pour sur­vivre. De nom­breuses ini­tia­tives se sont mises en place, à com­men­cer par la créa­tion de dis­pen­saires auto­gé­rés, dont le but est d’assurer la prise en charge des soins de ceux qui n’ont pas les moyens de payer leur méde­cin, leur den­tiste, leurs médi­ca­ments ou leur hos­pi­ta­li­sa­tion. Nous nous sommes ren­dus dans l’un de ces dis­pen­saires, à Athènes, et avons ren­con­tré Sofia Tzitzikou, une phar­ma­cienne béné­vole. Cette femme de 59 ans, vice-pré­si­dente de l’UNICEF Grèce, fait éga­le­ment par­tie de la com­mis­sion d’audit de la dette grecque. 


Vous êtes par­ti­cu­liè­re­ment impli­quée dans la défense des droits des femmes. Quelles consé­quences, éco­no­miques, sani­taires et sociales, les mesures d’aus­té­ri­té ont-elles engen­drées sur leurs condi­tions de vie ?

Pendant les cinq der­nières années, les poli­tiques d’aus­té­ri­té en Grèce ont conduit au déman­tè­le­ment des struc­tures de san­té et de pro­tec­tion sociale. L’impact de la crise est tout à fait visible sur les condi­tions de vie des groupes les plus vul­né­rables — et, en par­ti­cu­lier, les femmes. 60 % de celles-ci sont au chô­mage longue durée, et sont donc pri­vées de tout accès aux ser­vices de san­té publics, puis­qu’elles ne béné­fi­cient plus d’au­cune cou­ver­ture san­té. Les ménages les plus pauvres ont qua­si­ment tout per­du. 40 % des Grecs ont pas­sé l’hiver sans chauf­fage et le nombre d’expulsions du domi­cile pour impayé a explo­sé. Cette année, des enfants sont décé­dés d’intoxication au monoxyde de car­bone après que leurs parents ont brû­lé des meubles pour réchauf­fer la famille… Le nombre de méde­cins hos­pi­ta­liers a bais­sé de plus de 50 % et beau­coup d’entre eux ont émi­gré. Il devient très dif­fi­cile de trou­ver un méde­cin dans cer­taines zones géo­gra­phiques, en Grèce. Le taux de sui­cide a for­te­ment aug­men­té. Les ser­vices de méde­cine de la repro­duc­tion n’existent plus dans les hôpi­taux et tous les sys­tèmes ou cir­cuits de pré­ven­tion ont dis­pa­ru. La pré­va­lence du VIH est en forte aug­men­ta­tion. À l’hô­pi­tal, un accou­che­ment nor­mal est fac­tu­ré 600 euros et une césa­rienne 1 250 euros — ce qui repré­sente plu­sieurs fois ce qu’une femme touche par mois pour vivre ! Les exa­mens de sui­vi de la gros­sesse sont éga­le­ment très coû­teux : les femmes ne consultent pas d’obs­té­tri­cien jus­qu’au jour de leur accou­che­ment. Et lors­qu’elles ne peuvent pas payer pour la prise en charge de leur accou­che­ment, leur dette envers l’hô­pi­tal est trans­fé­rée au ser­vice des impôts. Si la débi­trice ne dis­pose ni d’argent ni de biens à sai­sir, celle-ci peut éco­per d’une peine de pri­son et la dette est trans­fé­rée sur le nour­ris­son… qui se retrouve endet­té dès sa nais­sance ! Nous sommes face à une forme de cri­mi­na­li­sa­tion de la mater­ni­té des femmes pauvres. Par ailleurs, la mor­ta­li­té péri­na­tale a aug­men­té de 40 %, tout comme les vio­lences domes­tiques. Le nombre de nais­sance a dimi­nué de 20 000. Et le taux d’a­vor­te­ment a quant à lui aug­men­té : plus de 150 000 par an…

« Si la débi­trice ne dis­pose ni d’argent ni de biens à sai­sir, celle-ci peut éco­per d’une peine de pri­son et la dette est trans­fé­rée sur le nour­ris­son… qui se retrouve endet­té dès sa nais­sance ! »

Comment les femmes s’or­ga­nisent-elles face à la crise ?

Après le pre­mier choc dû à la vio­lence des mesures impo­sées par la Troïka, les femmes ont com­men­cé à par­ti­ci­per à la créa­tion de réseaux de soli­da­ri­té dans les quar­tiers et les muni­ci­pa­li­tés. Elles ont éga­le­ment mis en place des struc­tures auto­gé­rées afin d’ap­por­ter des soins et de la nour­ri­ture, afin d’or­ga­ni­ser des évé­ne­ments poli­tiques ou cultu­rels. Des groupes de lutte se sont mis en place pour la défense de leurs droits, jus­qu’a­lors constam­ment vio­lés durant ces cinq der­nières années de crise.

Les droits de la femme sont ins­crits dans les lois grecques ; com­ment expli­quer qu’elles ne soient pas appli­quées ?

La consti­tu­tion grecque, ain­si que les Droits de l’homme, ont été bru­ta­le­ment et constam­ment atta­qués, bafoués et vio­lés depuis 2010 — chose qui a été rap­por­tée dans de nom­breux rap­ports de l‘ONU, de l’UNICEF, ain­si que de l’OMS. Il ne suf­fit pas que les lois existent, il faut les moyens de les faire appli­quer. Et les mesures d’austérité impo­sées ont mené à la vio­la­tion des droits des femmes, et de l’Homme en géné­ral, en cou­pant tous les moyens de faire appli­quer l’égalité et la jus­tice sociale.

(Kostas Tsironis/Bloomberg)

Vous vous occu­pez d’un dis­pen­saire de soin auto­gé­ré à Athènes. Dans quelle mesure ce dis­po­si­tif est-il deve­nu indis­pen­sable ? Comment est née cette ini­tia­tive et d’où pro­viennent les moyens néces­saires au fonc­tion­ne­ment de ces struc­tures ?

Plus de 3 mil­lions de per­sonnes en Grèce n’ont plus accès au sys­tème natio­nal de san­té car elles ne dis­posent plus d’aucune cou­ver­ture de san­té (il y a actuel­le­ment 28 % de chô­mage). Sans vou­loir se sub­sti­tuer à l’État dans ses res­pon­sa­bi­li­tés, il n’é­tait plus accep­table de fer­mer les yeux sur cette urgence sani­taire des « nou­veaux pauvres » — on s’oc­cupe éga­le­ment des sans-abris, des sans-papiers, des réfu­giés et des migrants. Au nom de la soli­da­ri­té, nous avons créé un réseau de cli­niques, de struc­tures d’alimentation ou de four­ni­ture de vête­ments, et même de loge­ments. Notre cli­nique existe depuis deux ans et demi ; elle se situe dans le centre d’Athènes et a déjà pris en charge 13 000 patients. Nous pro­po­sons des consul­ta­tions et des soins médi­caux, de la petite chi­rur­gie et de la den­tis­te­rie. Nous dis­po­sons éga­le­ment d’une phar­ma­cie qui dis­pense gra­tui­te­ment des médi­ca­ments aux patients qui n’ont pas les moyens de se les pro­cu­rer ailleurs. Les médi­ca­ments pro­viennent tous de dons de per­sonnes qui sou­haitent par­ti­ci­per à cette soli­da­ri­té et ce réseau s’é­tend à l’ex­té­rieur du pays : nous rece­vons, de la part de citoyens étran­gers, des médi­ca­ments col­lec­tés non uti­li­sés (mais non expi­rés). L’équipement des dis­pen­saires et le paie­ment du loyer sont éga­le­ment assu­rés grâce à ces dons.

Et com­bien en existe-t-il en Grèce ? 

Plus de cin­quante. Tous ces dis­pen­saires ont été créés grâce à la soli­da­ri­té dans le pays. Les per­son­nels de ces struc­tures auto­gé­rées sont tous des béné­voles, qui offrent leurs ser­vices gra­tui­te­ment.

Vous consi­dé­rez que cette expé­rience doit res­ter tem­po­raire et que c’est à l’État de gérer les soins de la popu­la­tion. Avez-vous cepen­dant consta­té des aspects posi­tifs à ce type d’or­ga­ni­sa­tion auto­gé­rée ?

« Rien ne pour­rait être pire de ce que l’on a déjà subi. Il est temps de dire stop et de se recons­truire. »

Je sou­haite en effet que l’État puisse rapi­de­ment offrir à nou­veau au peuple des ser­vices acces­sibles et de qua­li­té. Le plus tôt sera le mieux. C’est ce qui reste le plus effi­cace et per­met­tait d’assurer des soins à tous. Les dis­pen­saires pour­raient cepen­dant ser­vir de « modèles » par la suite, afin de créer des ser­vices gra­tuits qui seraient orien­tés vers les besoins spé­ci­fiques et com­plexes de chaque patient, y com­pris les plus pauvres, dans une démarche qui res­pecte leur digni­té.

Le réfé­ren­dum, annon­cé par Tsipras, aura lieu demain. Vous vous êtes posi­tion­née en faveur du « non ». Comment allez-vous faire face, au sein du dis­pen­saire, au chaos éco­no­mique plus ou moins tran­si­toire qui pour­rait en décou­ler ?

Depuis cinq ans, nous vivons une véri­table des­cente aux enfers. Chacun et cha­cune, par­mi nous, l’a vécu : pertes pro­fes­sion­nelles, finan­cières, per­son­nelles ou fami­liales… Rien ne pour­rait être pire que ce que l’on a déjà subi. Il est temps de dire stop et de se recons­truire. Le véri­table « chaos » s’installera seule­ment si nous conti­nuons à accep­ter ces poli­tiques d’austérité qui ont déjà rui­né le pays, les Grecs et nos vies. Nous nous atten­dons à des semaines très dif­fi­ciles et à des dif­fi­cul­tés d’approvisionnement majeures — notam­ment de médi­ca­ments. Avec nos réserves actuelles dans la phar­ma­cie du dis­pen­saire, nous pou­vons vivre en autar­cie pen­dant envi­ron un mois. Après cela, cer­tains médi­ca­ments, dont les plus vitaux, vont com­men­cer à man­quer. Donc, plus que jamais, nous avons besoin de la soli­da­ri­té.

grec2

(Corbis)

Vous faites par­tie de la com­mis­sion d’au­dit de la dette grecque — qui, dans son rap­port pré­li­mi­naire, a affir­mé que la dette était illé­gi­time. En cas d’an­nu­la­tion d’une par­tie de cette der­nière, crai­gnez-vous les foudres des autres citoyens euro­péens ? 

Les peuples en Europe ont le droit de savoir la véri­té sur cette ques­tion de la dette. 86 % de l’argent des­ti­né au sau­ve­tage de la Grèce a été ver­sé à des banques fran­çaises et alle­mandes, direc­te­ment dépo­sé sur un compte spé­cial héber­gé au Luxembourg. Moins de 10 % de cet argent a ser­vi au fonc­tion­ne­ment de l’État grec. Lisez le rap­port pré­li­mi­naire de notre com­mis­sion d’audit ; il est dis­po­nible sur Internet. Les réponses à de nom­breuses ques­tions sur la consti­tu­tion de cette dette s’y trouvent. Elles sont claires et les argu­ments solides. Il est fait état de vio­la­tions juri­diques ren­dant cette dette illé­gale ; il y est spé­ci­fié, qu’a­près ana­lyse, « l’accroissement de la dette n’est pas le résul­tat de dépenses publiques exces­sives, celles-ci étant en réa­li­té res­tées plus faibles que les dépenses publiques d’autres pays de la zone euro. La dette pro­vient pour l’essentiel du paie­ment aux créan­ciers de taux d’intérêt extrê­me­ment éle­vés, de dépenses mili­taires exces­sives et injus­ti­fiées, d’un manque à gagner fis­cal dû à la fuite illi­cite de capi­taux, du coût de la reca­pi­ta­li­sa­tion de banques pri­vées par l’État, et des dés­équi­libres inter­na­tio­naux issus des lacunes inhé­rentes au modèle de l’Union moné­taire. L’adoption de l’euro a géné­ré en Grèce une aug­men­ta­tion dras­tique de la dette pri­vée à laquelle les grandes banques pri­vées euro­péennes ain­si que les banques grecques ont été expo­sées. En pre­nant de l’ampleur, la crise ban­caire a débou­ché sur une crise de la dette sou­ve­raine grecque. En 2009, en met­tant l’accent sur la dette publique et en gon­flant le défi­cit, le gou­ver­ne­ment de George Papandréou a vou­lu pré­sen­ter comme une crise de la dette publique ce qui était en réa­li­té une crise ban­caire. » De toute évi­dence, la Grèce, non seule­ment n’est pas en capa­ci­té de rem­bour­ser cette dette, mais elle ne doit pas le faire. Son rem­bour­se­ment et les mesures mises en place pour ten­ter d’y par­ve­nir ont mené à la vio­la­tion de plu­sieurs droits de l’Homme. L’entêtement de la Troïka à cher­cher à nous la faire rem­bour­ser n’a pour but que de pro­té­ger les créan­ciers pri­vés — et à faire un exemple, au pas­sage. Nous pen­sons que la digni­té du peuple grec vaut plus qu’une dette illé­gale, illé­gi­time, odieuse et insou­te­nable. Ici, nous avons tous payé pour sau­ver les banques — y com­pris vos banques fran­çaises et alle­mandes. Les Grecs le font en se sai­gnant depuis cinq ans, par­fois au prix même de leur vie. Il faut que cela s’arrête.


Portrait de Sofia Tzitzikou : Stéphane Burlot


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion de l’en­tre­tien de Pablo Iglesias : « Faire pres­sion sur Syriza, c’est faire pres­sion sur Podemos, pour mon­trer qu’il n’y a pas d’alternative », mai 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion de l’ar­ticle « Assassiner l’es­poir », Slavoj Zizek, avril 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Joëlle Fontaine, « Difficile pour la Grèce d’être sou­ve­raine suite aux menaces de l’Union euro­péenne », février 2015


NOTES

1. Cette baisse n’est cepen­dant pas uni­forme : les 10 % des salaires les plus bas plongent de 34,6 %, tan­dis que les 1 % les plus hauts ne perdent que 4,8 %. Les 10 % des ménages les plus pauvres de 2012 ont per­du en cinq ans 86,4 % de leurs reve­nus, alors que les 10 % les plus riches ont essuyé une baisse de 17 %. 30% des Grecs n’ont plus aucune cou­ver­ture sociale et 40% d’entre eux ont pas­sé l’hiver sans chauf­fage. Le nombre de méde­cin hos­pi­ta­lier est pas­sé de 5000 à 2000 en 4 ans et de nom­breux hôpi­taux et ser­vices ont été fer­més. Le taux de sui­cide a explo­sé, la pré­va­lence du VIH est en forte aug­men­ta­tion et le palu­disme fait son retour. La mor­ta­li­té péri­na­tale est en très forte aug­men­ta­tion et il devient dif­fi­cile de vac­ci­ner les enfants. En 2014, mal­gré la baisse des salaires, les expor­ta­tions étaient infé­rieures de 11,9 % à celles de l’année pré­cé­dant la crise. Entre 2008 et 2012, « le far­deau fis­cal a crû de 337,7 % sur les faibles reve­nus et de 9 % sur les déciles supé­rieurs* ». Malgré les mesures dras­tiques de coupe dans le bud­get de l’Etat res­pon­sables de cet état de fait, la dette publique est pas­sée de 120 à 175 % du PIB en 4 ans**. 
* « Dr Folamour à Athènes », Pierre Rimbert, Le Monde diplo­ma­tique, avril 2015.
** Voir « The impact of eco­no­mic aus­te­ri­ty and pros­pe­ri­ty events on sui­cide in Greece : A 30-year inter­rup­ted time-series ana­ly­sis », Charles C. Branas. BMJ Open, vol. 5, n° 1, 2 février 2015 / « Greece : Solidarity and adjust­ment in times of cri­sis », Tassos Giannitsis et Stavros Zografakis. IMK Studies, n° 38, Düsseldorf, mars 2015 / « Greece’s health cri­sis : from aus­te­ri­ty to denia­lism », Alexander Kentikelenis et al. The Lancet, 22 février 2014 / « Health effects of finan­cial cri­sis : omens of a Greek tra­ge­dy », The Lancet, Early Online Publication, 10 October 2011.
2. Quand l’austérité tue. Épidémies, dépres­sions, sui­cides : l’économie inhu­maine, Sanjay Basu et David Stuckler, édi­tions Autrement, Paris, 2014.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.