J. Fontaine : « Difficile pour la Grèce d’être souveraine suite aux menaces de l’Union européenne »


Entretien inédit pour le site de Ballast

On ne peut com­prendre la situa­tion actuelle si l’on ne remonte pas le temps — c’est ce que nous explique Joëlle Fontaine, his­to­rienne spé­cia­li­sée sur la Grèce et auteure d’un essai aux édi­tions La fabrique. Retour aux années qua­rante, celles d’une Libération confis­quée.


À vous lire, on se dit que com­prendre l’his­toire grecque est néces­saire pour com­prendre le XXe siècle. Vous écri­vez d’ailleurs que la Guerre froide com­mence en Grèce. Pourquoi ?

Effectivement, on ne peut com­prendre l’his­toire de la Guerre froide, qui marque toute la seconde moi­tié du XXe siècle, si l’on ignore – ou si l’on occulte déli­bé­ré­ment – ce qui s’est pas­sé en Grèce en 1944. L’opinion com­mu­né­ment admise, déjà bien expo­sée par Churchill en mars 1946 dans son dis­cours de Fulton, oppose les « démo­cra­ties occi­den­tales », où règne la liber­té, à la « sphère sovié­tique », où les peuples sont oppri­més et où dominent des « gou­ver­ne­ments poli­ciers ». Or c’est ce même homme qui a, quelques mois aupa­ra­vant, en décembre 1944, détour­né des troupes du front occi­den­tal alors en dif­fi­cul­té pour aller bom­bar­der Athènes « de terre, de mer et du ciel », afin d’é­cra­ser la Résistance grecque ! Une Résistance qui, selon lui, mena­çait les inté­rêts bri­tan­niques dans la Méditerranée orien­tale, chasse gar­dée de l’Empire ! L’EAM, le grand Front de libé­ra­tion natio­nale qui avait oppo­sé pen­dant trois ans une résis­tance achar­née et mas­sive aux occu­pants nazis, n’en­ten­dait pas, en effet, voir reve­nir à la tête du pays un roi hon­ni par la popu­la­tion et com­pro­mis par son sou­tien au régime de dic­ta­ture qu’a­vait connu la Grèce avant-guerre.

Profondément implan­té dans la popu­la­tion, l’EAM pro­po­sait, comme le Conseil National de la Résistance en France et la plu­part des autres mou­ve­ments de Résistance euro­péens, de pro­fonds chan­ge­ments démo­cra­tiques et sociaux. Il avait accep­té de par­ti­ci­per à un gou­ver­ne­ment d’u­nion natio­nale et atten­dait d’une évo­lu­tion démo­cra­tique appuyée sur des élec­tions la réa­li­sa­tion de ses objec­tifs. Or c’est à ce pro­ces­sus que Churchill a mis fin bru­ta­le­ment par son inter­ven­tion armée de décembre 1944, en contra­dic­tion com­plète avec les objec­tifs qu’il pro­cla­mait par ailleurs, par exemple dans la Charte de l’Atlantique signée avec Roosevelt en août 1941. Et lors­qu’il pro­nonce son dis­cours de Fulton, il ose mon­trer en exemple de « liber­té » la Grèce, où viennent enfin d’a­voir lieu des élec­tions, mais dans une atmo­sphère de ter­reur et de fraudes sciem­ment entre­te­nue par les auto­ri­tés mises en place après le désar­me­ment de la Résistance, en février 1945, appuyées sur les milices col­la­bo­ra­trices remises à l’hon­neur et sur les troupes bri­tan­niques qui conti­nuent à occu­per le pays…

« Churchill a mis bru­ta­le­ment fin à ce pro­ces­sus par son inter­ven­tion armée de décembre 1944, en contra­dic­tion com­plète avec les objec­tifs qu’il pro­cla­mait. »

Cette vio­la­tion bru­tale et meur­trière du droit des peuples à dis­po­ser du gou­ver­ne­ment de leur choix est incon­tes­ta­ble­ment la pre­mière de la longue série de faits du même genre qui ont jalon­né toute l’his­toire de la Guerre froide. Et si la « sphère sovié­tique » n’en a pas été exempte, c’est en l’oc­cur­rence les Britanniques qui ont mon­tré l’exemple — ce qui a per­mis à Staline, par la suite, de se pré­va­loir de cet anté­cé­dent pour jus­ti­fier ses propres inter­ven­tions en Europe orien­tale, notam­ment en Pologne.

churchill

On peut même remon­ter anté­rieu­re­ment à décembre 1944, puisque Churchill avait, au mois d’a­vril de la même année, répri­mé un sou­lè­ve­ment des forces armées grecques recons­ti­tuées en Égypte après la défaite. Ces uni­tés, qui avaient dès 1941 par­ti­ci­pé aux com­bats d’Afrique du Nord sous com­man­de­ment anglais, récla­maient le rem­pla­ce­ment des offi­ciers roya­listes par des élé­ments démo­cra­tiques et la consti­tu­tion d’un gou­ver­ne­ment d’u­nion natio­nale incluant la Résistance : ces reven­di­ca­tions furent immé­dia­te­ment répri­mées — ce qui don­na lieu à des muti­ne­ries et à une impi­toyable inter­ven­tion des troupes bri­tan­niques qui désar­mèrent les rebelles et les inter­nèrent dans divers camps des colo­nies anglaises d’Afrique. C’est d’ailleurs cette date d’a­vril 1944 qu’André Fontaine, dans son Histoire de la Guerre froide, retient comme la pre­mière bataille de la Guerre froide.

On a presque l’im­pres­sion, une fois votre livre refer­mé, que l’en­ne­mi prin­ci­pal des Alliés n’é­tait pas le nazisme mais le com­mu­nisme !

« Dans les années qui pré­cèdent la guerre les gou­ver­ne­ments bri­tan­nique et fran­çais ont tou­jours appli­qué le prin­cipe bien connu « Plutôt Hitler que Staline ». »

On ne peut expri­mer les choses exac­te­ment de cette façon, mais on peut rap­pe­ler, d’a­bord, que dans les années qui pré­cèdent la guerre les gou­ver­ne­ments bri­tan­nique et fran­çais ont tou­jours appli­qué le prin­cipe bien connu « Plutôt Hitler que Staline », lais­sant les mains libres au Führer — dont les ambi­tions décla­rées se por­taient vers l’est de l’Europe et vers l’URSS. Témoins la capi­tu­la­tion de Munich, les pactes anglo-alle­mand et fran­co-alle­mand qui s’en sont sui­vis, les trac­ta­tions de la Grande-Bretagne avec l’Italie mus­so­li­nienne et le refus d’un véri­table pacte d’as­sis­tance mutuelle avec l’URSS en cas d’at­taque alle­mande – erreur stra­té­gique fatale puisque cela eut pour consé­quence le pacte ger­ma­no-sovié­tique.

Par ailleurs – et ceci est plus en rap­port avec les évé­ne­ments que je décris dans mon livre – la « Grande alliance contre le fas­cisme », dont l’i­dée a ani­mé les mou­ve­ments de Résistance euro­péens, ne pou­vait être, comme l’a dit Eric Hobsbawm, qu’une « stu­pé­fiante uni­té de contraires » dans laquelle les contra­dic­tions se sont vite fait sen­tir. Si la par­ti­ci­pa­tion de l’URSS a four­ni à Churchill un allié pré­cieux au moment où il était seul à lut­ter contre l’Axe, il n’a pas pour autant aban­don­né l’an­ti­com­mu­nisme fon­cier qui l’a­vait pous­sé à prendre, en 1919, la tête de la croi­sade anti­bol­che­vique. De façon géné­rale, du côté anglo-saxon on ne croit pas au début à une pos­sible vic­toire sovié­tique et l’i­dée est plu­tôt de lais­ser Allemands et Soviétiques s’é­pui­ser mutuel­le­ment, plu­tôt que d’ou­vrir rapi­de­ment le second front à l’ouest que réclame Staline avec insis­tance. On connait la phrase de Truman : « Si nous voyons l’Allemagne gagner, nous devrions aider la Russie, et si la Russie est en train de gagner, nous devrions aider l’Allemagne, pour que le plus grand nombre pos­sible périsse des deux côtés. » Mais les vic­toires de Stalingrad et sur­tout de Koursk, en juillet 1943, ruinent ce scé­na­rio. À par­tir de là, il appa­raît clai­re­ment que l’URSS est en mesure de pro­gres­ser consi­dé­ra­ble­ment hors de ses fron­tières, ce qui sus­cite chez Churchill la han­tise d’une « sovié­ti­sa­tion » d’une par­tie de l’Europe — et notam­ment des Balkans aux­quels il attache une impor­tance par­ti­cu­lière. Il dit dans ses Mémoires : « Le com­mu­nisme dres­sait la tête der­rière le front sovié­tique, tout gron­dant du ton­nerre des canons : la Russie deve­nait la Rédemptrice, et le com­mu­nisme, l’é­van­gile qu’elle appor­tait. » L’objectif reste en prin­cipe la défaite du nazisme, mais, du côté anglo-saxon, il y a eu plu­sieurs ten­ta­tives de paix sépa­rée avec l’Allemagne dénon­cées par Staline (elles sont bien évo­quées dans le livre de J.Pauwels, Le mythe de la bonne guerre, que les édi­tions Aden ont publié en 2005) et il est évident que l’en­ne­mi, pour Churchill, est main­te­nant au moins autant – si ce n’est plus – le com­mu­nisme que le fas­cisme.

hitler

L’enjeu semble pour­tant tra­ver­sé de contra­dic­tions entre les Américains, d’une part – cher­chant à étendre leur influence – et les Anglais cher­chant à ne pas la perdre. Comment ces dif­fé­rents inté­rêts ont-ils joué dans le cas de la Grèce ?

Au début des années 1940, la Méditerranée orien­tale reste une zone d’in­fluence bri­tan­nique et la Grèce y a tou­jours occu­pé une posi­tion stra­té­gique de grande impor­tance. Les Américains ne s’y intro­duisent que pro­gres­si­ve­ment, jus­qu’à l’an­née 1947, où ils com­mencent à déployer leur 6e flotte dans cette zone. C’est cette année-là qu’ils inter­viennent d’ailleurs direc­te­ment en Grèce, pre­nant la relève des Britanniques qui ne peuvent plus assu­rer le sou­tien de la droite grecque face aux résis­tants qui ont repris le maquis l’an­née pré­cé­dente, pour échap­per à la ter­reur qui s’est abat­tue sur eux. Mais pen­dant la guerre, ils ont pour l’es­sen­tiel lais­sé l’i­ni­tia­tive aux Britanniques dans les affaires grecques, Roosevelt alter­nant, de manière pas tou­jours cohé­rente, sou­tien à Churchill (et même au roi de Grèce) et réserve lorsque son par­te­naire bri­tan­nique affirme par trop crû­ment ses pré­ten­tions à gar­der sa zone d’in­fluence.

« L’EAM n’a jamais son­gé à prendre le pou­voir par la force — alors qu’il aurait pu le faire en octobre 1944 ! »

L’idée même de sphère d’in­fluence est récu­sée par le secré­taire d’État, Cordell Hull, qui reven­dique la vision wil­so­nienne d’un monde ouvert, sans zones réser­vées à telle ou telle puis­sance colo­niale entra­vant la péné­tra­tion des mar­chan­dises et des capi­taux amé­ri­cains : on sait d’ailleurs que la Grande-Bretagne a dû se plier à cette exi­gence et accor­der des bases aux États-Unis dans ses colo­nies d’Amérique pour obte­nir le prêt-bail en mars 1941. Roosevelt met en avant cette désap­pro­ba­tion des sphères d’in­fluence pour refu­ser de par­ti­ci­per à la confé­rence de Moscou en octobre 1944, où Churchill et Staline conviennent d’un « arran­ge­ment » concer­nant les Balkans, mais prête ses bateaux et ses avions au Premier ministre bri­tan­nique pour ame­ner d’Italie en Grèce les troupes anglaises qui vont mas­sa­crer les résis­tants au mois de décembre sui­vant…

Loin d’une vision dog­ma­tique et sec­taire, vous dépei­gnez l’ex­trême pru­dence et l’ou­ver­ture dont font alors preuve les com­mu­nistes…

Contrairement à ce qu’ont affir­mé les adver­saires de l’EAM, celui-ci n’a jamais son­gé à prendre le pou­voir par la force — alors qu’il aurait pu le faire en octobre 1944, dans les jours qui ont sui­vi le retrait alle­mand d’Athènes ! Son bras armé, l’ELAS, contrô­lait pra­ti­que­ment tout le ter­ri­toire de la Grèce et les forces bri­tan­niques dans ce pays étaient encore en petit nombre. En fait, les com­mu­nistes qui par­ti­ci­paient à la direc­tion de l’EAM sont tou­jours res­tés fon­da­men­ta­le­ment fidèles à la stra­té­gie fron­tiste défi­nie dès 1934 par leur par­ti et par le Komintern : alliance entre par­te­naires d’i­déo­lo­gies dif­fé­rentes unis dans la lutte contre le fas­cisme et se pro­po­sant d’ins­tau­rer des chan­ge­ments sociaux et poli­tiques par la voie démo­cra­tique et par­le­men­taire. C’était aus­si bien enten­du le point de vue de leurs par­te­naires socia­listes, qui les ont même pous­sés dans le sens de conces­sions qu’on peut juger exces­sives : par exemple, la par­ti­ci­pa­tion à un gou­ver­ne­ment d’u­nion natio­nale consti­tué en Égypte, sous le patro­nage du roi et des Britanniques, alors que l’EAM avait créé dans la « Grèce libre », en mars 1944, un « gou­ver­ne­ment des mon­tagnes » avec ses propres ins­ti­tu­tions d’au­to-admi­nis­tra­tion, et avait même pro­cé­dé à des élec­tions.

Le pro­blème a été que ni les Britanniques, ni la droite grecque qu’ils avaient réins­tal­lé au pou­voir, n’é­taient prêts à accep­ter une évo­lu­tion démo­cra­tique de la Grèce : elle avait toutes les chances, étant don­né le poids de l’EAM, d’a­bou­tir effec­ti­ve­ment à de consi­dé­rables chan­ge­ments par rap­port à l’ordre ancien des choses. Mis devant cette « impos­sible équa­tion », les com­mu­nistes ont conti­nû­ment hési­té entre l’u­ni­té à tout prix et la ten­ta­tion d’é­ta­blir un rap­port de force pour contrer les ten­ta­tives évi­dentes de réta­blis­se­ment de l’an­cien régime.

eam

Partisans de l’EAM

Selon vous, quelles sont les causes de la défaite des par­ti­sans grecs ?

À la Libération, l’EAM a accep­té, tou­jours au nom de l’u­ni­té anti­fas­ciste, le débar­que­ment des forces bri­tan­niques et du gou­ver­ne­ment d’u­nion natio­nale consti­tué en Égypte, dans lequel il était peu repré­sen­té et qui était diri­gé par un homme tout dévoué aux Anglais, Georges Papandréou. Non seule­ment les timides ten­ta­tives de réforme des ministres de l’EAM se sont heur­tées à une oppo­si­tion vio­lente de la part des indus­triels et des spé­cu­la­teurs enri­chis pen­dant la guerre, mais, de plus, Papandréou et Scobie, le com­man­dant des forces bri­tan­niques en Grèce, ont immé­dia­te­ment exi­gé le désar­me­ment des résis­tants — alors que les milices col­la­bo­ra­trices créées pen­dant la guerre conti­nuaient à cir­cu­ler impu­né­ment dans Athènes, armées jus­qu’aux dents et pour­chas­sant les par­ti­sans de l’EAM ! Le refus de Papandréou et de Scobie de pro­cé­der à un désar­me­ment de tous les corps armés sans excep­tion a conduit, au bout d’un mois de négo­cia­tions sans résul­tat, à la démis­sion des ministres de l’EAM du gou­ver­ne­ment et à une mani­fes­ta­tion monstre à Athènes, le 3 décembre, où la police n’a pas hési­té à tirer — fai­sant une ving­taine de morts et plus d’une cen­taine de bles­sés.

« Papandréou et Scobie ont immé­dia­te­ment exi­gé le désar­me­ment des résis­tants. »

L’exaspération de la popu­la­tion était telle que les évé­ne­ments se sont rapi­de­ment enchaî­nés à par­tir de là : très vite, Athènes et Le Pirée sont pas­sés presque entiè­re­ment aux mains des insur­gés, mais les diri­geants de la Résistance ont hési­té une fois de plus entre négo­cia­tion et offen­sive déter­mi­née. Surtout, Churchill a jeté des troupes consi­dé­rables dans la bataille, jus­qu’à 75 000 hommes (s’a­jou­tant aux milices col­la­bo­ra­trices grecques). Il est même stu­pé­fiant que les par­ti­sans athé­niens aient tenu 33 jours face à cette force et à une puis­sance de feu consi­dé­rable sans aucun rap­port avec la leur.

Ceci dit, lors­qu’ils acceptent fina­le­ment de rendre leurs armes uni­la­té­ra­le­ment, en février 1945, le gou­ver­ne­ment « offi­ciel » ne contrôle vrai­ment que la capi­tale et l’EAM est tou­jours pré­sent sur la presque tota­li­té du ter­ri­toire grec. Les diri­geants de la Résistance n’ont pas vou­lu relan­cer dans la bataille une popu­la­tion épui­sée et rui­née par la guerre ; ils ont vou­lu croire à la pos­si­bi­li­té d’une évo­lu­tion paci­fique. C’était sans comp­ter sur l’a­char­ne­ment de la droite grecque, épau­lée et finan­cée par les Britanniques tou­jours pré­sents sur le ter­rain, qui a immé­dia­te­ment déclen­ché une ter­reur sans pré­cé­dent contre les résis­tants désar­més.

Loin des por­traits élo­gieux de nos manuels d’his­toire, vous sem­blez décrire Churchill comme un per­son­nage com­pro­mis avec le fas­cisme. Quid du héros de guerre qui a, dit-on, tant fait pour la lutte contre celui-ci ?

Le rôle per­son­nel de Churchill, notam­ment son entê­te­ment incroyable concer­nant la ques­tion du roi, est très impor­tant dans l’af­faire grecque. Son entou­rage, y com­pris Anthony Eden, le pous­sait à éta­blir une régence pour cal­mer les inquié­tudes de l’en­semble des démo­crates grecs, et détour­ner ain­si les élé­ments les plus modé­rés de l’EAM de leur alliance avec les com­mu­nistes. Mais Churchill s’y est tou­jours refu­sé, jus­qu’à l’ex­trême fin de 1944, où il a opé­ré un retour­ne­ment spec­ta­cu­laire, mais bien tar­dif, puis­qu’on en était déjà à la qua­trième semaine de com­bats achar­nés dans la capi­tale et qu’il avait tou­jours refu­sé toute négo­cia­tion avec l’EAM sur cette base.

« Churchill a employé tous les moyens pour divi­ser la Résistance grecque et a pro­gram­mé l’in­ter­ven­tion armée qui lui per­met­trait d’en venir à bout, sachant par­fai­te­ment que cela entraî­ne­rait le pays dans la guerre civile… »

Churchill est l’un de ces per­son­nages his­to­riques qui ont don­né lieu aus­si bien à l’ad­mi­ra­tion sans bornes de cer­tains qu’à une « légende noire », tout à fait jus­ti­fiée en ce qui concerne l’af­faire grecque. Il y a fait preuve d’un cynisme inouï, envers ces par­ti­sans alliés de l’Angleterre, qu’il a dû par­fois féli­ci­ter mais qu’il a trai­té le plus sou­vent de ban­dits… met­tant dans ses invec­tives tout le mépris — pour ne pas dire le racisme — des aris­to­crates de l’Empire envers les peuples colo­ni­sés. Il a employé tous les moyens pour divi­ser la Résistance grecque, et a, dès l’é­té 1943, pro­gram­mé l’in­ter­ven­tion armée qui lui per­met­trait d’en venir à bout, après plu­sieurs mois de manœuvres poli­tiques métho­di­que­ment déployées, sachant par­fai­te­ment que cela entraî­ne­rait le pays dans la guerre civile… Il suf­fit d’ailleurs de lire ses Mémoires – dans leur ver­sion inté­grale  pour s’en per­sua­der. Il a sys­té­ma­ti­que­ment men­ti à ses col­la­bo­ra­teurs, à Roosevelt, aux membres de la Chambre des Communes lors des débats hou­leux qui ont eu lieu à pro­pos de la Grèce, se consi­dé­rant comme seul habi­li­té à prendre des déci­sions et fai­sant bien peu de cas de la démo­cra­tie dont il a fait tant d’é­loges. Le sum­mum du cynisme est atteint lors­qu’il publie avec Roosevelt et Staline, à Yalta, le 12 février 1945, la Déclaration sur l’Europe libé­rée garan­tis­sant « le droit de tous les peuples à choi­sir la forme de leur gou­ver­ne­ment », le jour même où est signé à Varkiza l’ac­cord qui enté­rine la défaite de la Résistance !

yalta

Conférence de Yalta

Et si Churchill a cer­tai­ne­ment été un chef de guerre remar­quable – encore que son entê­te­ment dans la « stra­té­gie péri­phé­rique » de débar­que­ments en Méditerranée, au détri­ment d’une attaque de front de l’Allemagne par l’Atlantique, ait créé un cer­tain nombre de pro­blèmes – ses moti­va­tions sont assez loin de l’an­ti­fas­cisme affi­ché par la « Grande Alliance » : il a tou­jours été un grand admi­ra­teur de Mussolini, « le plus grand légis­la­teur vivant », « incar­na­tion du génie romain », pour son effi­ca­ci­té dans la lutte contre le com­mu­nisme ; il a, tout au long de la guerre, les meilleures paroles pour Franco… Ce que lui reprochent très sou­vent, d’ailleurs, les par­le­men­taires bri­tan­niques.

Votre ouvrage montre la très rela­tive impor­tance que l’Union Soviétique a don­née à la Grèce. Peut-on dire que l’URSS a « aban­don­né » la Grèce, comme on l’en­tend sou­vent ?

« Churchill a tou­jours été un grand admi­ra­teur de Mussolini, « le plus grand légis­la­teur vivant », « incar­na­tion du génie romain »… »

On ne peut pas dire que Staline a « aban­don­né » la Grèce, dans la mesure où les évé­ne­ments de décembre 1944 se situent en pleine guerre, à un moment où la prio­ri­té abso­lue pour l’URSS est de mettre fin à celle-ci, et où elle ne peut don­ner pré­texte à rompre cette Grande alliance si fra­gile. De toute façon, le mes­sia­nisme révo­lu­tion­naire du Komintern, d’ailleurs dis­sous en 1943, n’est plus de mise depuis les années 1930 et les consignes don­nées de Moscou aux par­tis com­mu­nistes sont de par­ti­ci­per aux gou­ver­ne­ments d’u­nion natio­nale, réunis­sant les par­tis alliés contre le fas­cisme. Staline se com­porte essen­tiel­le­ment en chef d’État réa­liste, conscient des dis­po­si­tions réelles de ses alliés à son égard et de leur supé­rio­ri­té aérienne et navale, et il tient compte des sphères d’in­fluence déjà éta­blies avant la guerre : il est par­fai­te­ment au cou­rant de l’im­por­tance que Churchill accorde à la Grèce, puisque, d’ailleurs, celui-ci lui pro­pose un arran­ge­ment à ce sujet dès le mois de mai 1944. Il ne peut guère qu’en prendre acte, et cela lui per­met de se pré­va­loir de cet anté­cé­dent pour se réser­ver éga­le­ment des « droits d’in­ter­ven­tion » dans la zone qu’il juge néces­saire à la sécu­ri­té de l’URSS (et qu’il occupe à l’au­tomne 44) : Roumanie, Bulgarie, Pologne. C’est pour­quoi l’Armée rouge, qui atteint la fron­tière de la Grèce à la mi-sep­tembre 1944, s’en détourne immé­dia­te­ment, au grand regret des résis­tants grecs, pour pour­suivre sa route vers la Yougoslavie.

Ce qu’on pour­rait repro­cher aux diri­geants de l’URSS, c’est d’a­voir accor­dé bien peu d’im­por­tance à ce petit pays et de n’a­voir pas assez clai­re­ment fait savoir aux com­mu­nistes grecs qu’ils ne pou­vaient pas comp­ter sur leur aide et qu’ils devaient donc prendre leurs déci­sions en consé­quence. Il n’y a d’ailleurs pas eu de com­mu­ni­ca­tion directe entre les com­mu­nistes des deux pays pen­dant la guerre, il n’y a eu que des « signes » indi­rects que les résis­tants grecs ont hési­té à inter­pré­ter, même quand ils ont appris, par exemple, que Togliatti par­ti­ci­pait depuis avril 1944 à un gou­ver­ne­ment mené par le com­pa­gnon de Mussolini, Badoglio, sous l’é­gide du roi d’Italie… Et cela est l’une des causes des hési­ta­tions qui ont été les leurs tout au long de l’an­née 1944.

Au len­de­main de sa vic­toire, A. Tsipras se recueille à Kaisariani, un site où une cen­taine de résis­tants com­mu­nistes ont été exé­cu­tés par les nazis en 1944.

Vous tenez éga­le­ment à don­ner au lec­teur des clés de com­pré­hen­sion de ce qui se passe actuel­le­ment. L’histoire grecque se répé­te­rait-elle ?

La situa­tion actuelle de la Grèce tient natu­rel­le­ment à de nom­breux fac­teurs, dont beau­coup sont inter­ve­nus bien après tous ces évé­ne­ments. Il n’en reste pas moins qu’on ne peut com­prendre ce pays si on ignore que la voie démo­cra­tique et réfor­ma­trice qu’il aurait pu prendre après la Libération, comme d’autres pays euro­péens, lui a été inter­dite par cette inter­ven­tion bri­tan­nique et par tout ce qui s’en est sui­vi pen­dant 30 ans : une guerre civile de trois années, de 1946 à 1949, qui a fini de rui­ner des régions entières ; puis un régime « d’ex­cep­tion » étouf­fant toute expres­sion libre et main­te­nant en pri­son ou en dépor­ta­tion les élé­ments les plus démo­cra­tiques, qui a fina­le­ment abou­ti à la dic­ta­ture des colo­nels en 1967. Ce n’est qu’à par­tir de 1974 qu’a eu lieu un véri­table chan­ge­ment, que les Grecs appellent la méta­po­li­tev­si, avec l’al­ter­nance au pou­voir de la Nouvelle Démocratie et du PASOK.

« La Grèce a tou­jours été un pays domi­né, depuis sa créa­tion jus­qu’à la situa­tion actuelle avec l’Union euro­péenne… »

Mais, entre temps, le pays s’est vidé de ses élé­ments les plus dyna­miques : les diri­geants main­te­nus au pou­voir par les Anglais puis par les Américains consi­dé­rant comme une « béné­dic­tion de Dieu » l’é­mi­gra­tion mas­sive qui les sou­la­geait de la pres­sion sociale et poli­tique tou­jours pré­sente. C’est de cette période aus­si que date l’exis­tence dans ce petit pays d’une armée tota­le­ment sur­di­men­sion­née, à la fois pour faire bar­rage aux contes­ta­tions internes et pour faire jouer à la Grèce son rôle de « bas­tion avan­cé du monde libre » sous l’é­gide de l’OTAN, qu’elle intègre en 1952. Avec l’a­van­tage pour ses « pro­tec­teurs » de lui vendre quan­ti­té d’ar­me­ments, en lui pro­po­sant les cré­dits appro­priés… Certes, il y a eu de grands chan­ge­ments après 1974 et un rela­tif renou­vel­le­ment des élites diri­geantes – mal­gré le main­tien de « dynas­ties » poli­tiques comme celle des Papandréou et des Caramanlis. Mais la néces­saire réforme de l’État n’a pas eu lieu. Les ten­ta­tives de mise en place d’une admi­nis­tra­tion effi­cace se sont heur­tées au main­tien du tra­di­tion­nel clien­té­lisme, les emplois plé­tho­riques dans les ser­vices publics rele­vant plus de la fidé­li­té à tel ou tel res­pon­sable poli­tique que de la com­pé­tence pro­fes­sion­nelle.

La Grèce a tou­jours été un pays domi­né, depuis sa créa­tion en 1830 où on lui a impo­sé un roi bava­rois, jus­qu’à ces der­nières années où ses puis­sants « par­te­naires » de l’Union euro­péenne et du FMI lui dictent, sous cou­vert d’« aide » et de « réformes » néces­saires, des pro­grammes de régres­sion sociale sans pré­cé­dent. En 2011 ils ont été jusqu’à inter­dire à son Premier ministre, Georges Papandréou, de consul­ter le peuple avant de déci­der la pro­lon­ga­tion de cette poli­tique désas­treuse ! C’est contre cette humi­lia­tion que s’est éle­vé le peuple grec lors des der­nières élec­tions du 25 jan­vier 2015 — Alexis Tsipras l’a bien expri­mé lors de son dis­cours d’investiture devant le Parlement. La vraie réforme, c’est ce que pro­pose son gou­ver­ne­ment, c’est jus­te­ment la fin de ces maux sécu­laires du pays qui s’appellent clien­té­lisme, cor­rup­tion, éva­sion fis­cale. Ce n’est pas ce que veulent les diri­geants de l’Union euro­péenne, qui s’en sont tou­jours fort bien accom­mo­dés. Et leurs pres­sions, leurs menaces, même, sont telles que ce ne sera cer­tai­ne­ment pas facile pour la Grèce de faire usage de sa sou­ve­rai­ne­té main­te­nant clai­re­ment reven­di­quée…

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.