Assassiner l’espoir, par Slavoj Žižek

« Je pro­clame mon res­pect pro­fond pour Syriza et son com­bat. Sa per­sé­vé­rance même nous rend libres : tant que Syriza existe, nous savons tous qu’il nous reste encore une chance », écri­vait récem­ment le phi­lo­sophe slo­vène. Il revient, dans ce texte que nous avons tra­duit (paru en anglais le 24 avril, sur le site Telesurtv), sur l’es­poir que sou­lèvent les pour­tant très modé­rés Syrira et Podemos et les coups de force de l’Union euro­péenne, qu’il com­pare aux manœuvres nord-amé­ri­caines contre l’Amérique latine, pour ten­ter d’y mettre au plus vite un terme. 


Un entre­tien que j’ai accor­dé il y a peu, d’abord publié au Mexique puis repris dans la presse lati­no-amé­ri­caine, ain­si que dans El País, aurait don­né lieu à une idée com­plè­te­ment erro­née de mes posi­tions par rap­port à la récente ten­dance popu­liste des poli­tiques radi­cales. S’il est évident que la Révolution boli­va­rienne au Venezuela mérite de nom­breuses cri­tiques, nous ne devrions pas oublier qu’elle fut vic­time d’une cam­pagne contre-révo­lu­tion­naire fort bien orches­trée – et, plus par­ti­cu­liè­re­ment, d’une longue guerre éco­no­mique. La tac­tique n’est tou­te­fois pas inédite. Quelques années aupa­ra­vant, au début des années 1970, le conseiller amé­ri­cain à la sécu­ri­té natio­nale de l’époque, Henry Kissinger, conseilla la CIA quant à la meilleure manière de désta­bi­li­ser le gou­ver­ne­ment démo­cra­tique du pré­sident Salvador Allende, au Chili. Après une réunion avec Kissinger et le pré­sident Nixon, le 15 sep­tembre 1970, le direc­teur de la CIA de l’époque, Richard Helms, écri­vit dans ses notes la suc­cincte ins­truc­tion sui­vante : « Faites crier l’économie chi­lienne ! » Les pontes du gou­ver­ne­ment amé­ri­cain ont recon­nu que la même pro­cé­dure a actuel­le­ment cours au Venezuela.

Il y a seule­ment quelques années de cela, l’ancien secré­taire d’État des États-Unis, Lawrence Eagleburger, avait décla­ré sur la chaîne Fox News que la rela­tion entre le pré­sident Hugo Chavez et le peuple véné­zué­lien « ne fonc­tion­ne­ra que si le peuple du Venezuela conti­nue de voir dans son gou­ver­ne­ment la capa­ci­té d’améliorer ses condi­tions de vie. Si, à un moment don­né, l’économie com­mence à aller mal, la popu­la­ri­té de Chavez com­men­ce­ra à décroître. Ce sont les armes que nous avons contre lui, et que nous devrions uti­li­ser. C’est-à-dire les outils éco­no­miques pour faire que l’économie véné­zué­lienne empire, de façon à ce que l’influence du cha­visme dans le pays et la région s’effondre… Tout ce que nous pou­vons faire pour que l’économie véné­zué­lienne se trouve dans une situa­tion dif­fi­cile est une bonne chose ; mais il s’agit de le faire, si cela est évi­table, sans entrer en confron­ta­tion directe avec le Venezuela. »

« Nous ne devrions pas oublier qu’elle fut vic­time d’une cam­pagne contre-révo­lu­tion­naire fort bien orches­trée. »

Le moins que l’on puisse dire de ce type d’affirmations, c’est qu’elles confèrent de la cré­di­bi­li­té à l’argument selon lequel les dif­fi­cul­tés éco­no­miques qu’affronte le gou­ver­ne­ment boli­va­rien ne sont pas seule­ment le résul­tat de son incom­pé­tence en matière de poli­tique éco­no­mique… C’est le point clé, poli­ti­que­ment par­lant, que les libé­raux ne peuvent encais­ser : ici, nous ne sommes clai­re­ment pas face aux méca­nismes et aux réac­tions de quelque mar­ché aveugle (par exemple : les pro­prié­taires de maga­sins qui essaient de faire des pro­fits en reti­rant leurs pro­duits de leurs rayons), mais bien, au contraire, face à des stra­té­gies pla­ni­fiées et pour le moins sophis­ti­quées. Dans de telles condi­tions, cette sorte de ter­reur, c’est-à-dire de contre-mesures défen­sives (des­centes de la police dans les entre­pôts ou arres­ta­tions des spé­cu­la­teurs et des fomen­ta­teurs des pénu­ries), n’est-elle pas plei­ne­ment jus­ti­fiée ? Et, lorsque le 9 mars 2015, le pré­sident Obama a expé­dié un ordre exé­cu­tif pour faire du Venezuela une « menace contre la sécu­ri­té natio­nale » des États-Unis, cela ne donne-t-il pas le feu vert à ceux qui cherchent à abré­ger le man­dat du pré­sident Maduro ou à mener à bien un coup d’État [en fran­çais dans le texte] ? Dans un registre plus « civi­li­sé », il se déroule exac­te­ment la même chose en Grèce.

(DR)

Nous sommes aujourd’hui sous la pres­sion énorme de ce qui devrait s’appeler, sans gêne aucune, la « pro­pa­gande enne­mie ». Selon Alain Badiou, « l’objet de la pro­pa­gande enne­mie n’est pas d’annihiler une force exis­tante (fonc­tion qui incombe en prin­cipe aux forces de police), mais bien d’an­ni­hi­ler une pos­si­bi­li­té mécon­nue de la situa­tion ». Dit autre­ment, ils essaient d’assas­si­ner l’espoir : cette pro­pa­gande s’é­chine à faire pas­ser l’i­dée, des plus rési­gnées, que si le monde dans lequel nous vivons n’est pas le meilleur qui soit, il est en tout cas le moins pire – toute ten­ta­tive de chan­ge­ment radi­cal ne ferait qu’empirer les choses, en somme. C’est pour cela que toutes les formes de résis­tance, de Syriza en Grèce à Podemos en Espagne, en pas­sant par les « popu­lismes » lati­no-amé­ri­cains, doivent comp­ter sur notre sou­tien le plus ferme. Cela ne signi­fie pas qu’il faille nous abs­te­nir d’une sévère cri­tique, entre nous, lorsque cela s’a­vère néces­saire, mais elle doit stric­te­ment se limi­ter à une cri­ti­quer interne, une cri­tique entre alliés. Comme l’au­rait dit Mao Tse Tung, cette cri­tique tient des « contra­dic­tions à l’intérieur du peuple », et non des contra­dic­tions entre le peuple et ses enne­mis.

« Si les élec­tions devaient se main­te­nir, par le plus grand des hasards, elles auraient voca­tion à confir­mer le consen­sus des experts. »

Pas à pas, un idéal émerge de la réac­tion de l’esta­blish­ment euro­péen à la vic­toire de Syriza. Le titre d’une tri­bune écrite par Gideon Rachman, et parue dans le Financial Times en décembre 2014, l’in­carne par­fai­te­ment : « Le maillon faible de l’Europe, ce sont les élec­teurs. » Par consé­quent, dans un monde idéal, l’Europe devrait se débar­ras­ser de son « maillon faible » et lais­ser les experts s’emparer du pou­voir afin qu’ils puissent impo­ser, le plus direc­te­ment pos­sible, les poli­tiques éco­no­miques néces­saires. Et si les élec­tions devaient se main­te­nir, par le plus grand des hasards, elles auraient voca­tion à confir­mer le consen­sus des experts. La pers­pec­tive d’un résul­tat élec­to­ral « erro­né » pro­voque la panique des membres de l’esta­blish­ment : dès que cette pos­si­bi­li­té pointe à l’horizon, ils s’empressent de nous peindre une image apo­ca­lyp­tique de chaos social, de pau­vre­té et de vio­lence. Et, comme tou­jours dans pareils cas, la pro­so­po­pée idéo­lo­gique en fait son jus : les mar­chés com­mencent à par­ler comme s’ils étaient des per­sonnes, expri­mant leurs pré­oc­cu­pa­tions à pro­pos de ce qui pour­rait se pas­ser si les élec­tions n’accouchaient pas d’un gou­ver­ne­ment à même, par son man­dat, de pour­suivre les pro­grammes d’austérité fis­cale et de réformes struc­tu­relles.

Récemment, les médias alle­mands ont trai­té le ministre grec des finances, Yanis Varoufakis, de psy­cho­tique qui vivrait dans un monde dif­fé­rent du nôtre. Est-il pour­tant si radi­cal ? Ce qui sus­cite leur panique n’est pas tant la radi­ca­li­té de Varoufakis que sa modes­tie prag­ma­tique et rai­son­nable – ce n’est guère éton­nant que quelques franges radi­cales de Syriza l’aient déjà accu­sé d’avoir capi­tu­lé face à l’Union euro­péenne. Mais si l’on observe avec soin les pro­po­si­tions de Varoufakis, il est impos­sible de nier qu’il s’agit là des mesures que n’im­porte quel pro­gramme social-démo­crate por­tait il y a qua­rante ans (le pro­gramme du gou­ver­ne­ment sué­dois, dans les années 1960, était bien plus radi­cal). C’est un des signes de pau­vre­té de notre temps qu’il faille appar­te­nir à la gauche radi­cale pour plai­der des mesures simi­laires. C’est un symp­tôme de la sombre époque dans laquelle nous vivons, mais aus­si une oppor­tu­ni­té – que la gauche puisse occu­per la place que la gauche modé­rée et cen­triste occu­pait lors des décen­nies anté­rieures.

« C’est un signe de pau­vre­té de notre temps qu’il faille appar­te­nir à la gauche radi­cale pour plai­der des mesures simi­laires. »

Qu’arrivera-t-il si un gou­ver­ne­ment comme celui de Syriza échoue ? Les consé­quences seront catas­tro­phiques, non seule­ment pour la Grèce, mais pour l’Europe tout entière : cette éven­tuelle défaite don­ne­rait encore plus de poids au point de vue pes­si­miste selon lequel le tra­vail patient des réformes est condam­né à échouer, et que le réfor­misme, bien plus que la révo­lu­tion, consti­tue aujourd’hui la plus pro­fonde des uto­pies. En défi­ni­tive, cela confir­me­rait que nous nous rap­pro­chons d’une ère de lutte bien plus radi­cale et vio­lente.


Texte ori­gi­nal : « A Brief Clarification about Populism », www.teleturtv.net, 24 avril 2015.

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.