Francis Dupuis-Déri : « La démocratie directe est le meilleur des régimes » 1/2


Entretien inédit pour le site de Ballast

Francis Dupuis-Déri est l’une des voix de l’anarchisme fran­co­phone. Un océan nous sépare de son lieu de vie et de tra­vail — l’homme enseigne au dépar­te­ment de science poli­tique ain­si qu’à l’Institut de recherches et d’études fémi­nistes de l’Université du Québec à Montréal. Son pre­mier livre, un roman, a paru l’année de la dis­so­lu­tion de l’URSS : il se dérou­lait dans le futur et les ani­maux y par­laient ; nous voi­ci bien­tôt 30 ans plus tard : les ani­maux ne parlent tou­jours pas mais Dupuis-Déri écrit encore. Des essais, pour l’essentiel — où l’on croise le peuple, la démo­cra­tie, la guerre contre le ter­ro­risme, des mani­fes­tants tout de noir vêtus et des enne­mies réso­lues du sexisme. Dans ce pre­mier volet, nous avan­ce­rons munis d’un petit outil qui indique géné­ra­le­ment le nord…


Prenons un mot, « bous­sole », que vous uti­li­sez dans un de vos livres à pro­pos de l’anarchisme. Pourquoi notre époque semble-t-elle à ce point déso­rien­tée, en Occident ?

Ce sen­ti­ment est sans doute le résul­tat, au moins par­tiel­le­ment, de la désta­bi­li­sa­tion des par­tis poli­tiques qui pré­ten­daient incar­ner des pôles idéo­lo­giques et repré­sen­ter ou défendre les inté­rêts de cer­taines classes. Mais cette désta­bi­li­sa­tion vient d’abord de forces exté­rieures, selon moi. On pense évi­dem­ment à la chute de l’URSS, qui a pro­vo­qué une onde de choc en Occident et ailleurs, et a per­mis aux forces libé­rales et conser­va­trices d’être moins conci­liantes et plus arro­gantes. Il ne faut jamais oublier que les pre­mières mesures de poli­tiques sociales ont été prises à la fin du XIXe siècle par des gou­ver­ne­ments plu­tôt conser­va­teurs qui crai­gnaient un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire qu’ils cher­chaient à apai­ser. Sans menace révo­lu­tion­naire, par­le­men­taires et patro­nat — il s’agit sou­vent des mêmes per­sonnes — ont peu de rai­sons de se pré­oc­cu­per réel­le­ment et concrè­te­ment des condi­tions de vie et de tra­vail des classes moyennes et sur­tout popu­laires, sans même consi­dé­rer les caté­go­ries les plus pauvres et mar­gi­na­li­sées.

« Sans menace révo­lu­tion­naire, par­le­men­taires et patro­nat ont peu de rai­sons de se pré­oc­cu­per réel­le­ment et concrè­te­ment des condi­tions de vie et de tra­vail. »

Il ne faut sans doute pas mini­mi­ser l’impact de la mon­dia­li­sa­tion des flux finan­ciers, de la pro­duc­tion et du com­merce : un phé­no­mène qui a été vou­lu, pla­ni­fié et orches­tré par les gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes (gauche) ou conser­va­teurs (droite), ou par de grandes ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales qui ne sont que des excrois­sances des gou­ver­ne­ments et des États. Cela a eu des consé­quences fortes sur l’influence des mul­ti­na­tio­nales, le déve­lop­pe­ment et la conso­li­da­tion de la caste des super-riches et le déli­te­ment de la fameuse « classe ouvrière », ou plus pré­ci­sé­ment de ce qu’on appe­lait l’« aris­to­cra­tie ouvrière » qui occu­pait sou­vent, de géné­ra­tion en géné­ra­tion, des emplois spé­cia­li­sés stables, syn­di­qués et rela­ti­ve­ment bien payés. Cela dit, la « mon­dia­li­sa­tion » exis­tait déjà au XIXe siècle, comme on peut le consta­ter en lisant le Manifeste du par­ti com­mu­niste ou l’étude de Suzanne Berger, Notre pre­mière mon­dia­li­sa­tion — et il ne faut pas oublier que les classes moyenne et popu­laire en Occident en tirent aus­si des avan­tages maté­riels si l’on consi­dère le faible prix de pro­duits de consom­ma­tion de l’industrie du vête­ment et de l’électronique, cer­tains ali­ments ou encore le tou­risme de masse.

Il faut enfin sou­li­gner l’incidence de la concen­tra­tion des médias pri­vés et du déve­lop­pe­ment ful­gu­rant des nou­veaux moyens de com­mu­ni­ca­tion qui a libé­ra­li­sé et démo­cra­ti­sé, pour employer des mots très char­gés, la capa­ci­té des indi­vi­dus d’échanger entre eux, y com­pris de s’informer, de débattre, de s’identifier, de s’allier, de s’insulter et de se mena­cer. On le voit bien avec le mou­ve­ment fémi­niste, par exemple, qui uti­lise le Web pour lan­cer des cam­pagnes aus­si impres­sion­nantes que #MeToo, mais qui est vul­né­rable à des attaques ciblées sous forme d’insultes et même de menaces de mort ano­nymes. Sans oublier des réseaux Web comme celui des « céli­ba­taires invo­lon­taires » (ou « incels »), dont cer­tains membres célèbrent des atten­tats com­mis par des hommes qui disent vou­loir se ven­ger parce que les femmes les auraient pri­vés de la sexua­li­té à laquelle ils pré­tendent avoir droit, en tant qu’homme. Le confu­sion­nisme est aus­si entre­te­nu plus ou moins consciem­ment chez plu­sieurs intel­lec­tuels, dont cer­tains béné­fi­cient gran­de­ment de la visi­bi­li­té que leur donne le Web.

Alexander Calder

À qui pen­sez-vous ?

À une per­son­na­li­té comme Alain Soral, en France, qui a très bien su mani­pu­ler la rhé­to­rique anti­ca­pi­ta­liste puisqu’il vient de la famille com­mu­niste, tout en éruc­tant des pro­pos anti­sé­mites, anti­fé­mi­nistes et homo­phobes. On a qua­li­fié sa pos­ture d’« anti-sys­tème », ce qui a séduit bien des gens tota­le­ment écœu­rés par le régime, son élite, et explique que des adeptes fran­çais de la démo­cra­tie directe et des réfé­ren­dums d’initiative popu­laire m’avançaient, il y a quelques années, que Soral disait des choses « inté­res­santes » même s’il s’était pro­non­cé en faveur de l’arrivée d’un dic­ta­teur. Et qu’il fal­lait donc « débattre » avec lui. Il s’agit d’une concep­tion sim­pliste de la démo­cra­tie directe comme régime, où tout le monde devrait pou­voir s’exprimer tout le temps et en toutes occa­sions — ce qui n’a évi­dem­ment aucun sens dans des socié­tés libé­rales-répu­bli­caines pro­fon­dé­ment inéga­li­taires. Ici, la bous­sole anar­chiste peut nous aider à y voir plus clair.

De quelle façon ?

« Les intel­lec­tuels conser­va­teurs et réac­tion­naires sont pas­sés maîtres dans la vic­ti­mi­sa­tion : ils se pré­tendent vic­times et se pré­sentent comme de valeu­reux résis­tants. »

La démo­cra­tie directe est bel et bien le mode de prise de déci­sion le plus légi­time. Mais on peut tout de même s’opposer à ce que des gens apportent des pro­po­si­tions non seule­ment fausses, mais dan­ge­reuses et qui stig­ma­tisent et menacent les subal­ternes et les plus vul­né­rables. Inviter un tel indi­vi­du à « débattre » signi­fie aus­si que l’on accepte que des gens soient en dan­ger lors de l’événement, par exemple des fémi­nistes ou des per­sonnes homo­sexuelles, puisque sa pré­sence atti­re­ra des anti­fé­mi­nistes et des homo­phobes poten­tiel­le­ment vio­lents. Pour le dire plus sim­ple­ment, je consi­dère que la démo­cra­tie directe est le meilleur des régimes, mais je consi­dère aus­si qu’un patron n’a rien à dire dans une assem­blée syn­di­cale, qu’un agres­seur sexuel peut être légi­ti­me­ment exclu d’une ren­contre fémi­niste, qu’un réac­teur nucléaire reste une bien mau­vaise idée même s’il est auto­gé­ré et qu’un groupe de skins néo­na­zis n’est pas plus sym­pa­thique si ses membres décident en assem­blée géné­rale d’incendier un immeuble où logent des sans-papiers. Mais les conser­va­teurs et les réac­tion­naires jouent aus­si de la confu­sion en usant d’euphémismes pour mar­quer leur posi­tion­ne­ment poli­tique : ils se pré­tendent n’être « ni de droite, ni de gauche », comme Alain de Benoist (dont les pré­oc­cu­pa­tions expriment pour­tant bien un ethos conser­va­teur et réac­tion­naire), ou se veulent por­teurs d’une « nou­velle sen­si­bi­li­té », comme la revue Argument au Québec (à laquelle j’ai par­ti­ci­pé quelques années, croyant naï­ve­ment qu’il s’agissait d’un espace sin­cè­re­ment « plu­ra­liste »).

Votre com­pa­triote Mathieu Bock-Côté est en train de deve­nir la coque­luche de la droite dure fran­çaise !

Les intel­lec­tuels conser­va­teurs et réac­tion­naires comme lui sont pas­sés maîtres dans la vic­ti­mi­sa­tion : ils se pré­tendent tout à la fois vic­times d’une nou­velle cen­sure ou d’une nou­velle tyran­nie, la « rec­ti­tude poli­tique », et se pré­sentent comme de valeu­reux résis­tants et dis­si­dents qui ose­raient dire la véri­té et qui com­pren­draient le « vrai peuple », contrai­re­ment aux intel­lec­tuels de la « diver­si­té ». Qu’ils puissent avan­cer leurs thèses sur tant de tri­bunes pres­ti­gieuses prouve par l’absurde qu’elles sont fausses…

C’est la fameuse croi­sade contre le « poli­ti­que­ment cor­rect »…

Ce mythe était déjà évo­qué par des intel­lec­tuels conser­va­teurs et réac­tion­naires dans les années 1990 ! Pensons à Allan Bloom, Pascal Bruckner et François Furet, qui pré­ten­daient même que les pro­gres­sistes contrô­laient tota­le­ment les cam­pus des uni­ver­si­tés aux États-Unis1Nda : J’avais signé un court essai sur le sujet, à l’époque. ! Mais pour ter­mi­ner au sujet de la déso­rien­ta­tion poli­tique, il ne faut pas mini­mi­ser l’impact — trop sou­vent oublié — de la guerre per­ma­nente que mènent les armées occi­den­tales contre des pays dont la popu­la­tion est à majo­ri­té musul­mane, que « nos » gou­ver­ne­ments va-t-en-guerre soient pro­gres­sistes (gauche) ou conser­va­teurs (droite). Cette guerre menée au loin par des armées pro­fes­sion­nelles qui subissent très peu de pertes est en cours depuis au moins 1990, soit la pre­mière guerre contre l’Irak. Depuis envi­ron 30 ans, soit une géné­ra­tion humaine, les armées occi­den­tales ont détruit, sou­vent à dis­tance avec des mis­siles et des bombes, des vil­lages, des villes et des régions entières, pro­vo­quant au fil des ans des cen­taines de mil­liers de morts et des vagues de migra­tion, tout cela sans aucun plan mili­taire ou poli­tique à long terme. Les gens qui ont 30 ans aujourd’hui n’ont pas connu un monde où les « Arabes », les « musul­mans » ou tout sim­ple­ment l’islam n’étaient pas l’ennemi public numé­ro un.

Alexander Calder

Le « péril musul­man » a rem­pla­cé le « péril rouge ».

Oui, et très rapi­de­ment. Or il n’y a pas de guerre sans le déve­lop­pe­ment et la conso­li­da­tion de sen­ti­ments racistes et de ren­ver­se­ment du stig­mate : il est tout à fait nor­mal, si je peux dire, que l’islam et les per­sonnes musul­manes soient consi­dé­rés comme des menaces, aujourd’hui en Occident, alors qu’il s’agissait d’alliés quand ils menaient la lutte contre l’URSS, en Afghanistan, avec l’appui des ser­vices secrets des États-Unis et d’intellectuels fran­çais, comme l’inénarrable Bernard-Henry Lévy. La fameuse musul­mane voi­lée est en « Orient » la vic­time abso­lu­ment faible qu’il faut sau­ver du ter­rible patriar­cat isla­miste, au besoin en bom­bar­dant son pays pour la libé­rer, mais elle se trans­forme en Occident en menace abso­lu­ment ter­ri­fiante pour l’État, la culture et même la civi­li­sa­tion, si bien qu’il faut vite adop­ter des lois inter­di­sant le port du fou­lard ici et là.

Mais que per­met la bous­sole anar­chiste dans ce cas pré­cis ?

En ver­tu du prin­cipe de soli­da­ri­té envers les subal­ternes, elle doit nous orien­ter vers la soli­da­ri­té avec la mino­ri­té reli­gieuse musul­mane, dis­cri­mi­née par les États, mar­gi­na­li­sée par des lois et stig­ma­ti­sée par tant d’intellectuels, y com­pris pro­gres­sistes.

La tra­di­tion anar­chiste, sou­vent hos­tile à la reli­gion, entrave-t-elle cette soli­da­ri­té à laquelle vous appe­lez ?

« Certains anar­chistes vouent un culte à l’anticléricalisme et diront donc avoir le droit — en bons libé­raux ! — de cri­ti­quer toutes les reli­gions. »

Certains anar­chistes vouent un culte à l’anticléricalisme et diront donc avoir le droit — en bons libé­raux ! — de cri­ti­quer toutes les reli­gions. Une bous­sole peut donc mon­trer deux direc­tions oppo­sées. Quant aux gou­ver­ne­ments occi­den­taux, ils entre­tiennent des alliances confuses à la fois avec des dic­ta­tures comme l’Arabie Saoudite, où règne un isla­misme rigo­riste qui sert de modèle à bien des forces isla­mistes dans le monde (et qui est un allié du Canada, des États-Unis et de la France, ses très dévoués four­nis­seurs d’armes), mais aus­si avec des dic­ta­tures mili­taires laïques (qui ont écra­sé les forces isla­mistes qui avaient eu le mau­vais goût de rem­por­ter des élec­tions, comme en Algérie et en Égypte). Désorientation, disiez-vous ? Il faut aus­si consi­dé­rer la désta­bi­li­sa­tion pro­duite par des forces inté­rieures aux par­tis et qui me semble encore plus évi­dente en France qu’au Canada. Vous avez une élite poli­tique qui paraît par­ti­cu­liè­re­ment égoïste et avide de pou­voir, au point que chaque fac­tion est prête à sabor­der le par­ti si cela sert l’intérêt de son pou­lain. On s’amuse à s’entretuer à coups de pro­cès, d’expulsions et de petites tra­hi­sons, et cela même à l’extrême droite, pour­tant contrô­lée par une seule famille, les Le Pen. Dans une pers­pec­tive pure­ment fonc­tion­na­liste, les par­tis fran­çais ne par­viennent plus à rem­plir leur rôle de repré­sen­tant des divers pôles et d’agrégateurs d’intérêts dans une socié­té inéga­li­taire et plu­ra­liste — ce qu’ils par­viennent encore à faire au Canada et au Québec. Certes, les par­tis conti­nuent à exis­ter, à fonc­tion­ner et à offrir des salaires et par­fois du pou­voir et même de la gloire à cer­tains indi­vi­dus chan­ceux ou rusés, mais le par­ti au pou­voir ne gou­verne géné­ra­le­ment qu’avec 25 ou 30 % de l’appui de l’électorat — quand on sait bien comp­ter et qu’on prend en consi­dé­ra­tion les votes nuls et blancs et les abs­ten­tions (sans comp­ter les per­sonnes mineures et les sans-papiers). C’est un appui ridi­cu­le­ment faible, sur­tout si on consi­dère l’énergie, le temps et l’argent gas­pillés par les par­tis et les médias pour encou­ra­ger l’électorat à voter, et même l’endoctrinement à l’électoralisme qu’on nous impose dès l’école en orga­ni­sant de ridi­cules élec­tions de conseils d’élèves. Quant aux par­tis pro­gres­sistes et révo­lu­tion­naires, ils n’ont pas su manœu­vrer pour conser­ver leur influence élec­to­rale, mal­gré leur proxi­mi­té ou leur sym­biose avec plu­sieurs mou­ve­ments sociaux impor­tants.

Comme ?

La Ligue com­mu­niste révo­lu­tion­naire [LCR], par exemple. Elle était proche de l’altermondialisme et a ten­té une refon­da­tion avec le Nouveau par­ti anti­ca­pi­ta­liste [NPA] : opé­ra­tion de mar­ke­ting poli­tique qui n’a visi­ble­ment pas fonc­tion­né. Il faut dire aus­si que les par­tis socia­listes et com­mu­nistes ne comptent presque plus d’ouvriers ou d’ex-ouvriers par­mi leur élite, leur équipe poli­tique et même chez leurs membres, ce qui est en par­tie la consé­quence du déli­te­ment de la classe ouvrière dont je par­lais. Or cette classe ouvrière avait aus­si été iden­ti­fiée dès la fin des années 1960 et les années 1970 comme une force plu­tôt conser­va­trice par le mar­xiste liber­taire de l’École de Frankfort Herbert Marcuse, aux États-Unis, ou par des intel­lec­tuels néo­marxistes asso­ciés à l’Autonomie ita­lienne comme Antonio Negri : ils pro­po­saient d’élargir la notion de classe ouvrière ou révo­lu­tion­naire à d’autres caté­go­ries, comme les étu­diantes et les étu­diants, les pré­caires, les sans-papiers, les femmes qui s’échinaient dans le tra­vail domes­tique, etc. La déso­rien­ta­tion peut donc aus­si avoir du bon, de mon point de vue, si elle per­met de nous sor­tir d’ornières qui limi­taient notre com­pré­hen­sion de la réa­li­té poli­tique, éco­no­mique, sociale et cultu­relle. En cela, cette déso­rien­ta­tion est peut-être une bonne chose pour les anar­chistes ! Mais au-delà de la confu­sion, il ne faut pas non plus négli­ger le som­nam­bu­lisme, pour reprendre l’image du roman­cier Hermann Broch ou de l’historien Christopher Clark, pour décrire l’Allemagne ou l’Europe mar­chant aveu­glé­ment vers l’hécatombe de la Première Guerre mon­diale.

Alexander Calder

Vers quoi nous conduit ce som­nam­bu­lisme contem­po­rain ?

Peut-être vers la fin de la civi­li­sa­tion telle que nous la connais­sons. Et que nous aurons nous-mêmes menée à sa perte par excès d’extraction, de pro­duc­tion et de consom­ma­tion, par l’avidité des plus grands capi­ta­listes des plus grandes mul­ti­na­tio­nales qui, à elles seules, pro­duisent plus de pol­lu­tion que des mil­lions d’individus qui s’évertuent à recy­cler quelques bou­teilles et à ne plus uti­li­ser de sacs et de pailles en plas­tique.

Les mots eux-mêmes sont secoués, voire cul par-des­sus tête. En France, la « gauche » et la « droite » sont contes­tées par d’autres cli­vages : « pro­gres­sisme », « popu­lisme », « mon­dia­lisme », « sou­ve­rai­nisme »… Quel est le regard d’un anar­chiste, dont on sait qu’il peut pro­duire plus de 400 pages sur un seul mot, sur cette tem­pête séman­tique ?

« Le Québec, en tant qu’ancienne colo­nie du royaume de France, a la mau­vaise habi­tude d’importer de chez vous bien des débats poli­tiques et sociaux, y com­pris les plus nocifs et ridi­cules. »

Si je vou­lais répondre pré­ci­sé­ment à votre ques­tion, il nous fau­drait tra­vailler chaque cadre natio­nal et lin­guis­tique sépa­ré­ment et ne pas géné­ra­li­ser abu­si­ve­ment, par exemple à par­tir du cas des États-Unis, de la France ou même du Québec. La notion de « sou­ve­rai­nisme » au Québec est asso­ciée aux deux réfé­ren­dums de 1980 et 1995, qui pro­po­saient qu’il se sépare du Canada pour for­mer un nou­vel État sou­ve­rain, en oubliant évi­dem­ment les Premières nations autoch­tones. Mais en France, le « sou­ve­rai­nisme » fait écho à des débats au sujet de l’Union euro­péenne, ce qui n’est pas la même chose d’un point de vue his­to­rique, ins­ti­tu­tion­nel et poli­tique. Mais le brouillage du voca­bu­laire poli­tique et la mul­ti­pli­ci­té des mots n’ont rien de nou­veau. On se rap­pel­le­ra la dis­tinc­tion très nette entre « réfor­miste » et « révo­lu­tion­naire » qui est par­fois encore évo­quée, sans oublier la série d’étiquettes à l’extrême gauche — léni­niste, maoïste, trots­kyste, gué­va­riste, titiste… — et des pos­tures anti-impé­ria­listes, inter­na­tio­na­listes et tiers-mon­distes… Bref, je ne crois pas que notre époque soit si dif­fé­rente des pré­cé­dentes. Les mots sont comme tou­jours uti­li­sés dans l’arène poli­tique pour mar­quer son iden­ti­té et se dis­tin­guer, pour se gran­dir ou dimi­nuer et mar­gi­na­li­ser les adver­saires, voire les dis­cré­di­ter et les ridi­cu­li­ser, ou même pour créer volon­tai­re­ment de la confu­sion. En France, vous avez un pré­sident qui a fait sa marque de fabrique en se pré­sen­tant en cam­pagne élec­to­rale comme « ni de gauche, ni de droite ». Aujourd’hui, nous avons un Premier ministre du Québec qui a qua­li­fié de « modé­rée » sa Loi sur la laï­ci­té car elle inter­dit aux Québécoises musul­manes qui portent un fou­lard d’occuper un emploi dans la police, de gar­dienne de pri­son ou d’institutrice, mais leur per­met d’être ani­ma­trices de gar­de­rie. L’État qué­bé­cois stig­ma­tise donc « modé­ré­ment » les mino­ri­tés reli­gieuses ! Le cas du mot « laï­ci­té » est tout aus­si fas­ci­nant : il per­met à des pro­gres­sistes de stig­ma­ti­ser une mino­ri­té reli­gieuse au nom du pro­grès, de la liber­té, et même en pré­tex­tant vou­loir son bien.

Ce dévoie­ment de la laï­ci­té, on l’observe aus­si chez nous…

Oui, je sais ! Le Québec, en tant qu’ancienne colo­nie du royaume de France, a la mau­vaise habi­tude d’importer de chez vous bien des débats poli­tiques et sociaux, y com­pris les plus nocifs et ridi­cules. Il y a quelques années, des idéo­logues de chez nous ont cal­qué le débat qui avait cours en France au sujet du bur­ki­ni. Cet été-là, il y a fina­le­ment eu plus de chro­niques publiées contre le bur­ki­ni que de femmes en bur­ki­ni sur les plages du Québec… Et que dire du mot « isla­mo­pho­bie », au sujet duquel des intel­lec­tuels qui se croient futés pré­cisent qu’il ne peut dési­gner une pos­ture raciste, puisque l’islam n’est pas une « race » ! Il y a aus­si à ce sujet un pro­blème qui touche les réseaux pro­gres­sistes et qui consiste à croire que le racisme est à la fois une ques­tion d’essence — un indi­vi­du est raciste, ou non — et de gros mots. Mais l’Histoire nous montre que le racisme est aus­si une affaire d’effets sur les popu­la­tions ciblées. Par exemple, l’argumentaire du lob­by des plan­teurs à l’Assemblée natio­nale fran­çaise au XIXe siècle ne se limi­tait pas à dire que les esclaves des colo­nies étaient d’une race infé­rieure. On insis­tait plu­tôt pour démon­trer que l’abolition de l’esclavage entraî­ne­rait l’effondrement éco­no­mique de villes por­tuaires comme Bordeaux et la ruine de com­pa­gnies d’assurance, de banques et de chan­tiers mari­times, pro­vo­quant une ter­rible misère éco­no­mique, sans comp­ter les risques de mas­sacres et de guerres dans les colo­nies et l’incapacité pour ces mal­heu­reux ex-esclaves de sub­ve­nir de manière auto­nome à leurs besoins et à ceux de leurs pauvres familles. Voilà un argu­men­taire modé­ré en appa­rence non-raciste, mais qui avait des effets racistes. L’argumentaire déve­lop­pé aujourd’hui aus­si bien chez des conser­va­teurs que des pro­gres­sistes en faveur de la laï­ci­té et de la — pré­ten­due — neu­tra­li­té de l’État relève trop sou­vent de cette même logique. De même, celles et ceux qui cri­tiquent, chro­niques après chro­niques et de manière appa­rem­ment rai­son­nable, tel ou tel aspect de l’islam ou tel ou tel pays à majo­ri­té musul­mane (Arabie Saoudite, Iran, etc.), ou qui sou­lignent les pro­blèmes liés à l’« immi­gra­tion musul­mane » ou aux « ban­lieues » en répé­tant ne pas être racistes, celles et ceux-là pro­voquent des effets racistes et par­ti­cipent donc de l’islamophobie.

Alexander Calder

Nous par­lions de la droite et de la gauche. Daniel Colson, un phi­lo­sophe liber­taire fran­çais, avance que ce cli­vage, au regard de l’anarchisme, « sert sur­tout à assu­jet­tir les citoyens » en ce qu’il légi­time le cadre repré­sen­ta­tif. Comment enten­dez-vous cette prise de dis­tance ?

Cette divi­sion est liée à la répar­ti­tion des pou­voirs dans l’État moderne euro­péen, entre la cou­ronne et les par­le­men­taires : une lutte qui a tra­ver­sé l’histoire euro­péenne du par­le­men­ta­risme depuis son ori­gine, vers le Xe siècle, jusqu’à main­te­nant avec les luttes entre les pou­voirs exé­cu­tif, légis­la­tif et judi­ciaire. D’autres divi­sions célèbres mais sou­vent mécon­nues aujourd’hui ont mar­qué la moder­ni­té poli­tique occi­den­tale. Dans la tra­di­tion bri­tan­nique, par exemple, on peut rap­pe­ler les cli­vages entre patriotes et loya­listes, entre Whigs (libé­raux) et Tories (conser­va­teurs) ou entre le par­ti du pays et celui de la cour. Évidemment, les termes « droite » et « gauche » de l’histoire fran­çaise ont connu un plus grand suc­cès, même si leur valeur des­crip­tive ou expli­ca­tive est sou­vent limi­tée — sur­tout si on s’intéresse à des phé­no­mènes qui ne sont pas entiè­re­ment solubles dans ce spectre poli­tique, comme le racisme, le sexisme et l’antiféminisme ou encore les agres­sions sexuelles. La logique sim­pliste qui asso­cie la liber­té à la droite et l’égalité à la gauche me semble peu convain­cante, à moins jus­te­ment de pro­po­ser une concep­tion sim­pliste de la liber­té et de l’égalité. Cela dit, je ne suis pas cer­tain que cet éti­que­tage soit le plus pro­blé­ma­tique pour les anar­chistes en Occident, mais il fau­drait mener un son­dage pour le savoir ! Je crois que la confu­sion sur­vient sur­tout avec la notion d’« extrême gauche » ou de « révo­lu­tion­naire », qui désigne à la fois des com­mu­nistes élec­to­ra­listes, des com­mu­nistes anti­par­le­men­taires et des anar­chistes de diverses ten­dances, et même des éco­lo­gistes, des fémi­nistes radi­cales, des queers et des anti­fas­cistes, entre autres ten­dances et cou­rants. Mais les anar­chistes que je connais ne débattent pas du décou­page entre la droite et la gauche : cela ne semble ni les pré­oc­cu­per, ni même les inté­res­ser.


Lire le second volet


Image de ban­nière : sculp­ture d’Alexander Calder


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Corinne Morel Darleux : « Il y a tou­jours un dixième de degré à aller sau­ver », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Benoît Borrits : « Casser le car­can de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnaud Tomès et Philippe Caumières : « Castoriadis — La démo­cra­tie ne se limite pas au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Zahra Ali : « Décoloniser le fémi­nisme », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec David Greaber : « Nos ins­ti­tu­tions sont anti­dé­mo­cra­tiques », décembre 2015
☰ Lire le texte inédit de Daniel Bensaïd, « Du pou­voir et de l’État », avril 2015

NOTES   [ + ]

1.Nda : J’avais signé un court essai sur le sujet, à l’époque.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.