Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Les nom­breux effets du dérè­gle­ment cli­ma­tique sont sous nos yeux. La non linéa­ri­té de ce pro­ces­sus rend les pro­jec­tions futures incer­taines, mais il ne fait aucun doute que le modèle éco­no­mique domi­nant en est l’une des prin­ci­pales causes. Ancien ingé­nieur agro­nome et auteur de L’Impossible capi­ta­lisme vert, Daniel Tanuro défend une alter­na­tive éco­so­cia­liste : une rup­ture radi­cale avec le pro­duc­ti­visme — qui a long­temps impré­gné les cou­rants socia­listes majo­ri­taires. Mais de l’ur­gence à la catas­trophe, il n’est par­fois qu’un pas, que la col­lap­so­lo­gie fran­chit sans hési­ter : ses par­ti­sans vont affir­mant que l’effondrement de la civi­li­sa­tion que nous connais­sons aura lieu dans un ave­nir très proche, et qu’il est déjà trop tard pour agir des­sus. Tanuro se porte en faux ; nous en discutons.


Vous avez écrit que « l’écosocialisme est autre chose qu’une nou­velle éti­quette sur une vieille bou­teille ». Qu’est-ce que ce mot porte de si singulier ?

Une rup­ture radi­cale avec l’idée que le socia­lisme serait néces­saire pour « libé­rer les forces pro­duc­tives maté­rielles des entraves capi­ta­listes » et per­mettre ain­si leur « déve­lop­pe­ment illi­mi­té », condi­tion de l’émancipation humaine par la « domi­na­tion de la nature ». Il est vrai que, chez Marx, cher­cheur à la pen­sée ouverte, les for­mules pro­mé­théennes sont soit enca­drées, soit contre­ba­lan­cées ailleurs par un natu­ra­lisme sin­cère et une ana­lyse qui met à nu le carac­tère des­truc­teur du capi­ta­lisme. Dans Le Capital, il écrit que « la seule liber­té pos­sible est que l’homme social, les pro­duc­teurs asso­ciés, gèrent ration­nel­le­ment leur échange de matière avec la nature et le fassent dans les condi­tions les plus dignes, les plus conformes à leur nature humaine ». John Bellamy Foster voit dans cette for­mule la marque d’une « éco­lo­gie de Marx ». Mais, pre­miè­re­ment, cette « éco­lo­gie » est un chan­tier col­la­té­ral à peine enta­mé par Marx lui-même. Deuxièmement, et sur­tout, les mar­xistes ulté­rieurs ont aban­don­né ce chan­tier pour retom­ber dans les for­mules sté­réo­ty­pées et méca­nistes sur « le pro­grès ». Il y a quelques excep­tions — Walter Benjamin est la plus remar­quable —, mais elles sont res­tées mar­gi­nales. La dégé­né­res­cence sta­li­nienne ne suf­fit pas à expli­quer cette réa­li­té. La cri­tique doit creu­ser plus pro­fond. Il faut, sans ana­chro­nisme mais sans com­plai­sance, débus­quer les concep­tions qui ont encom­bré le mar­xisme de « sco­ries pro­duc­ti­vistes », comme disait Daniel Bensaïd. Ce tra­vail a acquis aujourd’hui une impor­tance consi­dé­rable, pour la simple rai­son qu’une réponse socia­liste non pro­duc­ti­viste est la seule alter­na­tive à la catas­trophe éco­lo­gique qui gran­dit sous nos yeux.

À tra­vers son ouvrage Tout peut chan­ger, vous esti­mez que Naomi Klein oscille « entre une alter­na­tive anti­ca­pi­ta­liste auto­gé­rée et décen­tra­li­sée, de type éco­so­cia­liste et éco­fé­mi­niste […] et un pro­jet de capi­ta­lisme vert régu­lé, basé sur une éco­no­mie mixte relo­ca­li­sée et impré­gné d’une idéo­lo­gie du soin et de la pru­dence ». Ce flot­te­ment est-il éga­le­ment à l’œuvre dans les par­tis de la gauche cri­tique qui, de par le monde, aspirent au pouvoir ?

« Une réponse socia­liste non pro­duc­ti­viste est la seule alter­na­tive à la catas­trophe éco­lo­gique qui gran­dit sous nos yeux. »

Toute la « gauche cri­tique », comme vous dites, est en effet confron­tée à ce ter­rible pro­blème : il y a un gouffre entre le pro­gramme anti­ca­pi­ta­liste très radi­cal qui est objec­ti­ve­ment indis­pen­sable pour arrê­ter la catas­trophe cli­ma­tique, d’une part, et le niveau de conscience de l’immense majo­ri­té de l’humanité, d’autre part. Mais Naomi Klein, dans son livre, a l’immense mérite de recon­naître d’emblée la dif­fi­cul­té : « Je n’ai aucun doute sur la néces­si­té de mesures radi­cales, écrit-elle, mais je m’interroge tous les jours sur leur fai­sa­bi­li­té poli­tique ». Dans le contexte de votre ques­tion, ce « flot­te­ment » m’apparaît comme plu­tôt posi­tif. D’une part, cette fran­chise lucide fait défaut à beau­coup de par­tis ; de l’autre, Klein ne se laisse pas enfer­mer dans la « fai­sa­bi­li­té poli­tique » : bien qu’elle fasse — à tort — l’éloge de la « Energiewende1 » alle­mande (dans le contexte nord-amé­ri­cain, c’est par­don­nable !), elle insiste sur­tout — à juste titre ! — sur l’importance stra­té­gique de l’action directe non-vio­lente contre les pro­jets fos­siles-extrac­ti­vistes et appelle à une coor­di­na­tion inter­na­tio­nale de la « Blockadia2 ». Sur ces deux points, elle est plus avan­cée, plus révo­lu­tion­naire et plus cohé­rente que la plu­part des par­tis de la « gauche cri­tique ». Parce qu’ils aspirent au pou­voir, ces par­tis mini­misent la radi­ca­li­té des mesures à prendre. En par­ti­cu­lier, ils contournent l’absolue néces­si­té de réduire la pro­duc­tion maté­rielle et les trans­ports pour atteindre les niveaux néces­saires de réduc­tion des émis­sions de gaz à effet de serre.

C’est la cri­tique majeure qui doit être adres­sée à la pro­po­si­tion de Green New Deal avan­cée aux États-Unis par Alexandria Ocasio-Cortez, par exemple. La même cri­tique doit être adres­sée dans mon pays au PTB [Parti du tra­vail de Belgique], qui a réus­si une per­cée remar­quable mais se contente, face au bas­cu­le­ment cli­ma­tique, de pro­mettre des trans­ports gra­tuits et une « révo­lu­tion de l’hydrogène3 ». Une chose est de mettre en avant des reven­di­ca­tions par­tielles, cor­res­pon­dant au niveau de conscience, dans le but d’amorcer un pro­ces­sus de radi­ca­li­sa­tion par la lutte, et de com­men­cer ain­si à jeter un pont sur le gouffre ; autre chose est de faire croire que la concré­ti­sa­tion de ces reven­di­ca­tions par­tielles par un gou­ver­ne­ment quel­conque suf­fi­rait à empê­cher que la catas­trophe se trans­forme en cata­clysme. Car ce n’est pas vrai. Pour avoir une chance sur deux de res­ter sous 1,5° C de réchauf­fe­ment sans recou­rir à des tech­no­lo­gies d’apprentis-sorciers, il faut que les émis­sions mon­diales nettes de CO2 dimi­nuent de 58 % d’ici 2030, de 100 % d’ici 2050, et soient néga­tives au-delà de cette date. Il est rigou­reu­se­ment impos­sible d’atteindre ces objec­tifs, et même de s’en appro­cher, sans rup­ture anti­ca­pi­ta­liste révo­lu­tion­naire. On retrouve ici la ques­tion clé de la croissance.

[Alex MacLean | www.alexmaclean.com

Le pro­duc­ti­visme a his­to­ri­que­ment gagné nombre de cou­rants de gauche, depuis deux siècles4. Quelle place accor­dez-vous à cette notion ?

En effet, les concep­tions « pro­duc­ti­vistes » ont été his­to­ri­que­ment hégé­mo­niques à gauche. Encore faut-il s’accorder sur le terme. Le sys­tème sovié­tique doit sans aucun doute être consi­dé­ré comme pro­duc­ti­viste, mais il s’agissait d’un pro­duc­ti­visme bureau­cra­tique absurde : il était ancré dans la défense des pri­vi­lèges para­si­taires de la caste au pou­voir, pas dans les rap­ports de pro­duc­tion. Ce pro­duc­ti­visme n’a pas plus à voir avec la pen­sée de Marx que l’Inquisition n’a à voir avec le mes­sage de Jésus Christ. Dès les pre­mières pages du Capital, sa com­pa­rai­son des deux mou­ve­ments M‑A-M et A‑M-A’5 amène Marx à la conclu­sion que le second, qui défi­nit le capi­tal, implique for­cé­ment une ten­dance au déve­lop­pe­ment sans fin. Cette ten­dance est au cœur du capi­ta­lisme puisqu’elle découle de son objec­tif fon­da­men­tal — la pro­duc­tion de (sur)valeur abstraite6. Logiquement, y sub­sti­tuer la pro­duc­tion de valeurs d’usage doit donc y mettre fin. Dans ses Théories sur la plus-value, Marx revient sur la ques­tion par un autre biais, plus tech­nique : la concur­rence pour le pro­fit conduit à une aug­men­ta­tion fan­tas­tique du capi­tal fixe, donc à un « lock-in7 » tech­no­lo­gique de long terme, donc à une obli­ga­tion des­po­tique de pro­duire — le « lock-in » du capi­tal dans le sys­tème éner­gé­tique fos­sile est d’ailleurs un bel exemple. Concluant le rai­son­ne­ment, il évoque la ten­dance du capi­tal à « pro­duire pour pro­duire, qui implique aus­si de consom­mer pour consom­mer ». « Produire pour pro­duire » pour­rait être une bonne défi­ni­tion du productivisme.

« Que la situa­tion soit gra­vis­sime, c’est l’évidence même. Mais le capi­ta­lisme ne s’écroulera pas de lui-même, ni sous le poids de ses contra­dic­tions internes, ni du fait de la crise écologique. »

À cette aune, Marx n’est pas pro­duc­ti­viste, en dépit de ses ambi­guï­tés pro­mé­théennes. Mais, à cet égard, on peut dou­ter qu’aucun·e mar­xiste l’ait été : n’avaient-ils et elles pas tous et toutes pour but l’instauration d’une éco­no­mie axée sur la satis­fac­tion des besoins humains réels par la pro­duc­tion de valeurs d’usage ? On voit ain­si que la ques­tion n’est pas si simple. En fait, l’emprise pro­duc­ti­viste à gauche ne ren­voie pas au « pro­duire pour pro­duire » mais à l’idée stra­té­gique que le capi­tal, en déve­lop­pant les forces pro­duc­tives, rap­proche l’humanité de l’émancipation socia­liste, du règne de la liber­té. Or au-delà d’un cer­tain point, c’est le contraire qui est vrai. Il serait dès lors peut-être utile de dis­tin­guer le pro­duc­ti­visme de ce qu’on pour­rait appe­ler l’idéologie pro­duc­ti­viste de domi­na­tion sur la nature, ou l’idéologie ins­tru­men­tale du pro­grès tech­nique sans bornes. Selon moi, c’est cette idéo­lo­gie qui est hégé­mo­nique à gauche depuis deux siècles. Mais elle n’est pas facile à com­battre, car elle s’enracine non seule­ment dans la logique éco­no­mique du capi­tal mais aus­si dans la situa­tion schi­zo­phré­nique que cette logique impose aux exploité·es, contraint·es de vendre leur force de tra­vail pour sur­vivre. Cette dure réa­li­té fonde le pro­duc­ti­visme dans la social-démo­cra­tie ges­tion­naire et dans les orga­ni­sa­tions syn­di­cales réfor­mistes, pour les­quelles l’emploi dépend de la crois­sance. En tant qu’écosocialistes, nous sommes dans la conti­nui­té du Marx éco­lo­giste quand nous y oppo­sons l’idée qu’il faut d’urgence pro­duire moins et par­ta­ger plus, notam­ment par­ta­ger le tra­vail nécessaire.

Un cou­rant mar­xiste a pu sou­te­nir l’idée que le capi­ta­lisme fini­rait par s’effondrer sous le poids de ses propres contra­dic­tions éco­no­miques. Certaines cri­tiques éco­lo­giques du capi­ta­lisme reprennent par­fois ce type de dis­cours aux accents téléo­lo­giques8, affir­mant que l’ensemble de la socié­té ther­mo-indus­trielle bute­ra sur des limites — phy­siques, natu­relles — et s’écroulera. L’écosocialisme n’a pas cet horizon ?

Des mar­xistes ont en effet sou­te­nu cette idée méca­niste que la dyna­mique d’accumulation condui­rait auto­ma­ti­que­ment à un écrou­le­ment du capi­ta­lisme. Ce fut notam­ment le cas dans l’entre-deux guerres d’un auteur alle­mand, Henryk Grossman, qui en avait fait un véri­table dogme. Il y a effec­ti­ve­ment des simi­li­tudes fortes entre cette théo­rie et celle de l’effondrement éco­lo­gique inévi­table de la « socié­té ther­mo-indus­trielle », qui est défen­due aujourd’hui par cer­tains cou­rants verts. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard qu’un petit cou­rant « mar­xiste col­lap­siste » a fait sa réap­pa­ri­tion récem­ment dans le monde his­pa­no­phone, en Amérique latine notam­ment. Les éco­so­cia­listes pour leur part refusent ce fata­lisme de l’effondrement. Que la situa­tion soit gra­vis­sime, c’est l’évidence même. Mais le capi­ta­lisme ne s’écroulera pas de lui-même, ni sous le poids de ses contra­dic­tions internes, ni du fait de la crise éco­lo­gique. Sa logique pousse au contraire des sec­teurs des classes domi­nantes à envi­sa­ger des moyens néo-mal­thu­siens, bar­bares, pour se sau­ver et sau­ver leurs pri­vi­lèges. Face à cette menace très concrète, je crains que le fata­lisme de l’effondrement inévi­table sème la rési­gna­tion. Or, nous avons urgem­ment besoin de lutte, de soli­da­ri­té, et d’espérance.

[Alex MacLean | www.alexmaclean.com

Des éco­so­cia­listes cri­tiquent le concept d’Anthropocène car il invi­si­bi­li­se­rait le rôle du capi­ta­lisme, et pré­fèrent uti­li­ser celui de Capitalocène. Dans notre sep­tième numé­ro papier, Agnès Sinaï nous disait : « Le capi­ta­lisme est une expli­ca­tion néces­saire mais non suf­fi­sante de l’Anthropocène. Il repré­sente une dimen­sion his­to­rique de l’industrialisme mais n’explique pas la fas­ci­na­tion pour l’atome, la vitesse, les armes ou les hyper­mar­chés. ». Quel est votre regard sur ça ?

Je dis­cute le concept d’Anthropocène mais je ne le com­bats pas. J’en prends acte comme de la conclu­sion à laquelle les géo­logues par­viennent à par­tir de leurs cri­tères de géo­logues : la mon­tée du niveau des mers, les élé­ments radio­ac­tifs, les mil­liers de com­po­sés chi­miques arti­fi­ciels et la chute bru­tale de la bio­di­ver­si­té lais­se­ront dans l’écorce ter­restre des traces signi­fi­ca­tives de l’activité humaine. Les géo­logues estiment que cela marque l’entrée de la pla­nète dans une ère géo­lo­gique nou­velle. Celles et ceux qui s’opposent au terme « Anthropocène » ne contestent pas cette conclu­sion. Le pro­blème est donc séman­tique. Certes, par­ler de « Capitalocène » per­met de poin­ter la res­pon­sa­bi­li­té majeure du capi­tal dans la des­truc­tion éco­lo­gique. Mais la médaille a un revers : on invi­si­bi­lise la res­pon­sa­bi­li­té des pays du dit « socia­lisme réel ». Or cette res­pon­sa­bi­li­té n’est pas mince : pour rap­pel, avant la chute du Mur, l’Allemagne de l’Est et la Tchécoslovaquie déte­naient le record mon­dial des émis­sions annuelles de gaz à effet de serre par habi­tant. On peut s’interroger aus­si sur l’utilité de cet esca­mo­tage, au moment pré­cis où nous avons besoin de com­prendre pour­quoi ces pays ont été pro­duc­ti­vistes, afin de ne pas retom­ber dans les même ornières… À mon sens, le point clé n’est pas la séman­tique mais la data­tion. Si les géo­logues sont cohé­rents avec leurs cri­tères de géo­logues, alors le chan­ge­ment d’ère n’intervient pas avant la deuxième moi­tié du XXe siècle, ce qui signi­fie que les inter­pré­ta­tions misan­thro­piques du terme « Anthropocène » sont contrées : ce n’est pas l’espèce humaine qui est res­pon­sable mais son mode his­to­rique de pro­duc­tion. Cet aspect est déci­sif, car le dan­ger d’une misan­thro­pie essen­tia­liste basée sur une pseu­do-science est très réel aujourd’hui, et se déve­loppe dans le sillage de la bar­ba­rie capi­ta­liste mon­tante. En même temps, il est évident que le fait objec­tif du chan­ge­ment d’ère ne clôt pas le débat. Il l’ouvre au contraire, et on voit bien, à par­tir des argu­ments pro et contra, que les cri­tères des géo­logues sont inadap­tés, en tout cas insuf­fi­sants, pour la simple rai­son que les causes du chan­ge­ment d’ère ne sont pas « natu­relles » mais sociales. D’où la néces­si­té de la cri­tique, et de l’intervention des sciences humaines et sociales : his­toire, socio­lo­gie, économie.

D’un point de vue éco­no­mique, com­ment conci­lier les inves­tis­se­ments gigan­tesques néces­saires à la trans­for­ma­tion de nos sys­tèmes pro­duc­tifs — l’énergie en pre­mier lieu — et une cer­taine décrois­sance du PIB ?

« Si l’on met de côté le cli­ma­to-néga­tion­nisme de Trump et Bolsonaro, la seule réponse du sys­tème consiste à déve­lop­per des tech­no­lo­gies insuf­fi­santes, incer­taines et dangereuses. »

La ques­tion me semble mal posée. D’une part, le PIB n’est pas un indi­ca­teur per­ti­nent. Il faut impé­ra­ti­ve­ment, pour res­ter dans les clous éco­lo­giques, réduire mas­si­ve­ment les émis­sions de gaz à effet de serre, donc l’extraction, le trans­port et la trans­for­ma­tion de matières, donc la consom­ma­tion d’énergie. Par consé­quent, la tran­si­tion socio-éco­no­mique doit être cadrée par des indi­ca­teurs phy­siques. D’autre part et sur­tout, ce sont pré­ci­sé­ment les inves­tis­se­ments gigan­tesques néces­saires à la trans­for­ma­tion des sys­tèmes pro­duc­tifs, en par­ti­cu­lier du sys­tème éner­gé­tique, qui rendent indis­pen­sable la décrois­sance en ques­tion. La tran­si­tion en effet ne consiste pas à dire qu’un sys­tème B pour­rait fonc­tion­ner comme alter­na­tive au sys­tème A, mais à indi­quer le che­min menant de A à B. Le sys­tème éner­gé­tique fos­sile n’est pas adap­table aux sources renou­ve­lables. Il doit donc être mis à la casse de toute urgence et un nou­veau sys­tème doit être construit. La tâche est énorme, et requiert inévi­ta­ble­ment de grandes quan­ti­tés d’énergie. Aujourd’hui, glo­ba­le­ment, cette éner­gie est fos­sile à 80 %, donc source d’émissions de CO2. En d’autres termes : toutes autres choses res­tant égales, la tran­si­tion elle-même sera la cause d’un sup­plé­ment d’émissions.

Or celles-ci doivent com­men­cer à dimi­nuer tout de suite, et très radi­ca­le­ment, comme je l’ai dit. Dans le cadre de la logique capi­ta­liste d’accumulation, le pro­blème est rigou­reu­se­ment inso­luble. Si l’on met de côté le cli­ma­to-néga­tion­nisme de Trump et Bolsonaro, la seule réponse du sys­tème consiste à déve­lop­per des tech­no­lo­gies insuf­fi­santes, incer­taines et dan­ge­reuses, comme le nucléaire et la bio­éner­gie avec cap­ture et séques­tra­tion du car­bone (BECCS). Plutôt que de tout mettre en œuvre pour ne pas dépas­ser le seuil de dan­ge­ro­si­té de 1,5 °C, on choi­sit de dépas­ser ce seuil dans l’espoir que ces tech­no­lo­gies per­met­tront de « refroi­dir » la Terre par la suite. C’est une folie inté­grale, un non-sens abso­lu. Pourtant, c’est vers ces « solu­tions » d’apprenti-sorcier que le « capi­ta­lisme vert » s’oriente aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que la seule manière ration­nelle d’équilibrer l’équation cli­ma­tique est into­lé­rable pour lui. En quoi consis­te­rait-elle ? Il fau­drait décré­ter une mobi­li­sa­tion géné­rale, dres­ser un inven­taire de toutes les pro­duc­tions inutiles ou dan­ge­reuses, de tous les trans­ports inutiles, et les sup­pri­mer pure­ment et sim­ple­ment — sans indem­ni­tés pour les action­naires — jusqu’à atteindre les réduc­tions d’émissions néces­saires. Il va de soi que cette opé­ra­tion requiert des mesures dra­co­niennes, notam­ment la socia­li­sa­tion des sec­teurs de l’énergie et du cré­dit, la réduc­tion mas­sive du temps de tra­vail sans perte de salaire, la recon­ver­sion des per­son­nels dans des acti­vi­tés utiles avec garan­tie du reve­nu, et le déve­lop­pe­ment de ser­vices publics démocratiques.

[Alex MacLean | www.alexmaclean.com

La décrois­sance a été qua­li­fiée de « mot obus ». La col­lap­so­lo­gie, par l’attrait qu’elle exerce — y com­pris auprès de per­sonnes ou groupes sociaux peu poli­ti­sés —, est-elle un « mot aimant » ?

Mais un « mot aimant » vers quoi ? Toute la ques­tion est là. Les col­lap­so­logues ne sont pas tou­jours très nets : il y a des nuances et des variantes dans leur dis­cours. Mais, en défi­ni­tive, ils tendent tou­jours à reve­nir à l’affirmation que « l’effondrement » est inévi­table et que la seule réponse consiste a créer de petites com­mu­nau­tés « rési­lientes », car il n’y aura pas d’autre moyen de sur­vivre après l’apocalypse. Dans leur der­nier ouvrage, Une autre fin du monde est pos­sible, Pablo Servigne et ses amis vont jusqu’à écrire que « l’effondrement », c’est comme la mala­die de Hutchinson, une mala­die dégé­né­ra­tive, héré­di­taire et mor­telle : il faut l’accepter et arrê­ter de se battre… Au lieu d’identifier le capi­ta­lisme comme la cause prin­ci­pale — je ne dis pas la seule — de la des­truc­tion éco­lo­gique, ils natu­ra­lisent les rap­ports sociaux et font pla­ner sur nos têtes une menace aux accents bibliques. À par­tir de là, toutes les dérives idéo­lo­giques sont pos­sibles, et Une autre fin du monde, hélas, n’en manque pas…

« J’adhère à 100 % aux idées d’autogestion décen­tra­li­sée, mais la tran­si­tion requiert à la fois la cen­tra­li­sa­tion et la décen­tra­li­sa­tion, la pla­ni­fi­ca­tion et l’auto-activité. »

Ceci dit, l’attrait de la col­lap­so­lo­gie est indé­niable, et pas uni­la­té­ra­le­ment néga­tif. Il s’explique évi­dem­ment par l’angoisse face aux menaces ter­ribles que la des­truc­tion de la pla­nète fait peser, et il faut mettre à l’actif des col­lap­so­logues d’avoir contri­bué à infor­mer de la gra­vi­té de la situa­tion. Mais cet attrait ren­voie aus­si, chez certain·e·s, à une prise de conscience poli­tique de la néces­si­té de rompre pro­fon­dé­ment avec la socié­té actuelle, son pro­duc­ti­visme et son féti­chisme de la mar­chan­dise. Il y a là un para­doxe : alors qu’ils semblent inca­pables d’expliquer pour­quoi le capi­ta­lisme est si des­truc­teur, les col­lap­so­logues entrent néan­moins en écho avec des couches sociales, jeunes notam­ment, qui cherchent des réponses anti­ca­pi­ta­listes. Vis-à-vis de ces milieux, il est donc impor­tant de mener le débat. En par­ti­cu­lier, je crois impor­tant d’expliquer que le scé­na­rio d’inspiration anar­chiste d’un effon­dre­ment du capi­ta­lisme ouvrant la voie à la socié­té auto­ges­tion­naire basée sur les com­mu­nau­tés locales ne per­met pas de faire face aux défis glo­baux de la tran­si­tion. La com­plexi­té de ces défis requiert une action pla­ni­fiée. J’adhère à 100 % aux idées d’autogestion décen­tra­li­sée, mais la tran­si­tion requiert à la fois la cen­tra­li­sa­tion et la décen­tra­li­sa­tion, la pla­ni­fi­ca­tion et l’auto-activité. L’histoire a mon­tré les risques ter­ribles de dégé­né­res­cence propres à cette com­bi­nai­son des contraires. Mais la bureau­cra­ti­sa­tion ne sau­rait être évi­tée en se pro­je­tant, au-delà de la tran­si­tion, dans un futur auto­ges­tion­naire radieux, sans État ni par­tis… Il faut un pro­gramme pour la combattre.

En esti­mant que cer­tains d’entre eux natu­ra­lisent les rap­ports sociaux, vous avez repro­ché aux col­lap­so­logues de « plon­ger dans la régres­sion archaïque »…

Je ne dis pas que la natu­ra­li­sa­tion des rap­ports sociaux débouche inévi­ta­ble­ment sur la régres­sion archaïque, mais elle la favo­rise indis­cu­ta­ble­ment. Si on n’identifie pas la res­pon­sa­bi­li­té his­to­rique majeure du capi­ta­lisme, com­ment faire prise, où est l’issue pos­sible ? Pour cer­tains, il n’y en a pas, la Terre souffre d’une mala­die qui s’appelle huma­ni­té et n’en gué­ri­ra qu’avec l’élimination de cette engeance. C’est mal­heu­reu­se­ment la conclu­sion cynique de James Lovelock au terme de son livre sur l’hypothèse Gaïa, par exemple. Les col­lap­so­logues ne sont certes pas à ran­ger par­mi ces cyniques. L’issue, pour eux, serait psy­cho­lo­gique : nous devrions pas­ser par une phase de deuil, redé­cou­vrir notre incons­cient col­lec­tif et nos arché­types, notam­ment les arché­types mas­cu­lins et fémi­nins, pro­fon­dé­ment enfouis depuis la pré­his­toire. Nous devrions pour cela pra­ti­quer des rituels visant à retrou­ver le sau­vage en nous. Bref, la clé de l’avenir serait à cher­cher dans le pas­sé le plus loin­tain, confor­mé­ment aux élu­cu­bra­tions réac­tion­naires de Carl Gustav Jung. C’est cela que j’ai dési­gné par l’expression « régres­sion archaïque ». Mais celle-ci coha­bite avec d’autres ten­dances, comme « l’éco-spiritualité ». La col­lap­so­lo­gie est tra­ver­sée de nom­breuses contradictions.

[Alex MacLean | www.alexmaclean.com

Mais au vu des dizaines d’années d’inaction des pou­voirs en place et des rap­ports de force actuels, on peut redou­ter un main­tien du sta­tu quo, un scé­na­rio busi­ness as usual. Parler d’effondrements pour nom­mer les catas­trophes qui en décou­le­raient ne relève-t-il pas tout de même d’un cer­tain pragmatisme ?

Si on emploie le condi­tion­nel, comme vous le faites, et qu’on parle d’effondrements au plu­riel, et de catas­trophes au plu­riel, comme vous le faites, le pes­si­misme est cer­tai­ne­ment une forme de luci­di­té. Mais ce n’est pas ce que font les col­lap­so­logues : ils ne parlent pas des effon­dre­ments mais de l’Effondrement abso­lu, et ce super-concept absorbe tout indis­tinc­te­ment. Depuis les effon­dre­ments bour­siers jusqu’à ceux des batra­ciens et des insectes, tous les phé­no­mènes sont réunis comme s’ils annon­çaient la fin du monde. L’ample recours aux réfé­rences scien­ti­fiques confère à ce dis­cours une appa­rence de rigueur, mais il n’en est rien. D’abord parce que les réfé­rences sont sélec­tion­nées. Mais sur­tout parce qu’il y a un vice de méthode. On peut « s’appuyer sur les deux modes cog­ni­tifs que sont la rai­son et l’intuition », comme écrivent Servigne et ses amis. Mais à une condi­tion : que la rai­son tente d’embrasser à la fois la des­truc­tion « anthro­pique » de l’environnement, d’une part, et la res­pon­sa­bi­li­té pré­cise de la forme sociale his­to­rique res­pon­sable aujourd’hui de cette des­truc­tion, d’autre part. Sans arti­cu­ler ces deux volets de la réa­li­té, plus on accu­mule les don­nées rela­tives à la des­truc­tion, plus la ques­tion posée au public — « Où votre intui­tion vous dit-elle que cela nous mène ? » — aura de chances de débou­cher sur la réponse sou­hai­tée : « Tout va s’effondrer. » Sans conscience sociale, l’intuition est biai­sée, le rai­son­ne­ment est cir­cu­laire, et on fait de la pseudo-science.

Dès 2007, vous vous êtes pen­ché sur le best sel­ler du scien­ti­fique Jared Diamond, Effondrement. Vous lui contes­tez l’idée que la crois­sance démo­gra­phique serait un fac­teur sur­dé­ter­mi­nant de la crise envi­ron­ne­men­tale : pourquoi ?

Il est évident que la démo­gra­phie est un élé­ment de l’équation envi­ron­ne­men­tale. Ce que j’ai contes­té chez Diamond, entre autres choses, est sa ten­ta­tive de faire de la démo­gra­phie le fac­teur sur­dé­ter­mi­nant, l’explication en der­nière ins­tance des soi-disant « effon­dre­ments » de socié­tés humaines, et par consé­quent le levier majeur d’une poli­tique visant à les évi­ter. Depuis lors, les cri­tiques que j’ai for­mu­lées ont été ample­ment confir­mées par de nom­breux tra­vaux scien­ti­fiques. Il a notam­ment été démon­tré de façon incon­tes­table que l’explication de l’effondrement de l’Île de Pâques avan­cée par Diamond (la théo­rie de « l’écocide » par une popu­la­tion dépas­sant la capa­ci­té de charge de l’écosystème et pré­sen­tant tous les signes d’une hubris déli­rante) n’était d’un bout à l’autre qu’un tis­su de contre-véri­tés créées de toutes pièces. Loin d’être les brutes imbé­ciles décrites par Diamond, les Rapa Nui (nom poly­né­siens des « Pascuans »), avaient déployé des tré­sors d’intelligence pour pro­té­ger l’environnement de leur île, y com­pris au besoin contre leurs propres erreurs. Ce sont les raids escla­va­gistes et le colo­nia­lisme qui ont détruit cette civi­li­sa­tion remar­quable et rui­né défi­ni­ti­ve­ment l’écosystème. Mais cette véri­té a bien du mal à sor­tir du puits. Surtout en France, où les plus hautes auto­ri­tés de l’État conti­nuent à pro­mou­voir le best-sel­ler Effondrement, qui a fait le suc­cès de Diamond. J’espère que les col­lap­so­logues fini­ront par se dis­tan­cier de ce per­son­nage réac­tion­naire et raciste.


Photographie de ban­nière : Alex MaxLean


  1. « Révolution éner­gé­tique » en alle­mand. « Energiewende » est le nom don­né au pro­gramme de tran­si­tion éner­gé­tique de l’Allemagne. Ses deux prin­ci­pales mesures sont la sor­tie du nucléaire en 2022 et une élec­tri­ci­té 100 % renou­ve­lable en 2050.
  2. Mouvements de résis­tance de par le monde contre les indus­tries des éner­gies fos­siles.
  3. L’hydrogène est par­fois avan­cé comme « solu­tion » éner­gé­tique, notam­ment pour les véhi­cules : une pile à com­bus­tible trans­forme de l’hy­dro­gène en élec­tri­ci­té. Voir aus­si « Le faux miracle de la révo­lu­tion de l’hy­dro­gène », Gauche anti­ca­pi­ta­liste, Daniel Tanuro
  4. Voir Serge Audier, L’Âge pro­duc­ti­viste, La Découverte, 2019.
  5. Pour Marx, la forme ini­tiale de cir­cu­la­tion des mar­chan­dises se fait selon le pro­ces­sus sui­vant : une mar­chan­dise est échan­gée contre de l’argent, lui-même échan­gé contre une autre mar­chan­dise (c’est le cycle M‑A-M). Mais il existe une autre forme de cir­cu­la­tion du capi­tal : l’argent est trans­for­mé en mar­chan­dise, elle-même retrans­for­mée en argent (A‑M-A’). Dans le pre­mier cas, l’argent est un simple moyen d’é­change de mar­chan­dises ; dans le second, l’argent est la fina­li­té même de la cir­cu­la­tion.
  6. Dans la théo­rie mar­xiste, le tra­vail est à l’o­ri­gine de la pro­duc­tion de valeur. Celle-ci est défi­nie par le « tra­vail abs­trait », le temps de tra­vail moyen socia­le­ment néces­saire pour pro­duire une mar­chan­dise. Le tra­vailleur est payé d’une part seule­ment néces­saire à sa sur­vie : l’ex­cé­dant consti­tue la sur­va­leur (ou plus-value) que s’ap­pro­prie le capi­ta­liste.
  7. Verrouillage.
  8. Doctrine qui consi­dère que tout, dans le monde, a une fin.

REBONDS

☰ Lire notre article « Dire le monde à défendre », Roméo Bondon, juin 2019
☰ Lire notre témoi­gnage « Brûler les forêts pour des chiffres », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Pierre Charbonnier : « L’écologie, c’est réin­ven­ter l’idée de pro­grès social », sep­tembre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire « L’abécédaire de Murray Bookchin », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jean-Baptiste Comby : « La lutte éco­lo­gique est avant tout une lutte sociale », avril 2017
☰ Lire notre article « L’écosocialisme : qu’est-ce donc ? », Pierre-Louis Poyau, décembre 2016

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.