Notre dixième numéro vient de sortir !
 

Cartouches (58)


Le numé­rique néo­li­bé­ral, le silence de la guerre, le colo­nia­lisme vert, l’é­co­lo­gie du sau­vage, le libé­ra­lisme auto­ri­taire, le Parnasse incre­vable, la vie en luttes, la socié­té sans exploi­ta­tion ani­male, un com­mu­niste liber­taire kabyle et le fas­cisme fos­sile : nos chro­niques du mois.


La Photo numé­rique, une force néo-libé­rale, d’André Rouillé

Dégainer, cap­tu­rer, par­ta­ger : depuis la com­mer­cia­li­sa­tion des pre­miers smart­phones en 2007, la sai­sie pho­to­gra­phique a pris les traits de la bana­li­té. Tout est, par­tout et à toute heure, poten­tiel­le­ment pho­to­gra­phiable, modi­fiable et par­ta­geable. Il n’en a pour­tant pas tou­jours été ain­si, et le pas­sage de l’ère argen­tique à l’ère numé­rique s’est accom­pa­gné d’un bou­le­ver­se­ment géné­ral des pro­cé­dures de repré­sen­ta­tion, du sta­tut des images et de leur régime de véri­té. D’un siècle l’autre, nous sommes pas­sés des sels d’argent aux lignes de code, du labo­ra­toire où nais­saient les images aux réseaux sociaux où elles foi­sonnent désor­mais sans limite, du cadre à l’é­cran, du docu­ment à l’in­for­ma­tion, d’une logique de sélec­tion à une logique de pro­fu­sion. Chacun·e se trouve aujourd’­hui en posi­tion de géné­rer des images et de les dif­fu­ser : la figure du grand repor­ter qui a émer­gé au XXe siècle s’est vue sup­plan­ter par une masse d’« infra-ama­teurs » — déten­teurs de smart­phones ou d’ap­pa­reils pho­to numé­riques — qui engendre, sans néces­saire sou­ci tech­nique ou esthé­tique, tou­jours plus d’i­mages. Or, « contrai­re­ment à la pho­to argen­tique, qui a été docu­men­taire et qui avait les formes d’un savoir, la pho­to-numé­rique est pro­ces­suelle et com­mu­ni­ca­tion­nelle, elle a les formes d’un pou­voir ». André Rouillé, spé­cia­liste de l’his­toire de la pho­to­gra­phie et des images, explore ain­si les impli­ca­tions d’une muta­tion tech­nique majeure, laquelle a entraî­né dans son sillage un « séisme esthé­tique » autant qu’une (r)évolution des tech­no­lo­gies de pou­voir. Car la pho­to numé­rique et son don d’u­bi­qui­té par­ti­cipent plei­ne­ment de la fabrique d’in­di­vi­dus néo­li­bé­raux, en ins­cri­vant nos pra­tiques dans un prin­cipe de modu­la­tion constante. Par le flux et reflux des images — celles qui nous arrivent et celles que nous pro­dui­sons — la pho­to numé­rique « inves­tit visuel­le­ment le monde, tan­dis que le capi­ta­lisme néo-libé­ral l’in­ves­tit finan­ciè­re­ment ». [L.M.]

L’Echappée, 2020

« Papa, qu’as-tu fait en Algérie ? » — Enquête sur un silence fami­lial, de Raphaëlle Branche

Faire l’his­toire des silences sur la guerre d’Algérie, voi­là le moteur de cette enquête que Raphaëlle Branche a démar­rée il y a plus de 15 ans auprès des anciens appe­lés et de leurs proches. Remarquable tra­vail, où aucune géné­ra­li­sa­tion ou rac­cour­ci ne point. L’effort est à la pré­sen­ta­tion de la réa­li­té dans toute sa diver­si­té et sa com­plexi­té, lais­sant place à ce qui échappe, ne cher­chant pas quelque illu­soire et pleine com­pré­hen­sion. De l’a­na­lyse que l’au­teure fait de ces « struc­tures de silence » his­to­riques, on sai­sit l’ar­ti­cu­la­tion — même dans son absence — entre les récits indi­vi­duels, les trans­mis­sions fami­liales et le récit col­lec­tif. Quelle parole pos­sible de la vio­lence col­lec­tive, sur soi et les autres ? Lorsque la grande Histoire tait ce qu’il se passe, le cache ou le dénie, quels sont les effets sur les indi­vi­dus et quelles sont les pos­sibles trans­mis­sions fami­liales ? Partis en guerre après leurs pères et leurs grands-pères, avec en tête une repré­sen­ta­tion spé­ci­fique de ce qu’est une guerre, com­ment ces jeunes hommes de 20 ans ont-ils fait face à la vio­lence et la bar­ba­rie de l’ar­mée fran­çaise — que la plu­part assi­mi­lait à celle nazie, tout juste dépas­sée ? Cet ouvrage relate les stra­té­gies indi­vi­duelles des uns (pour résis­ter, témoi­gner ou sim­ple­ment sup­por­ter), tout comme les com­pli­ci­tés pas­sives ou actives des autres. Mais sur­tout les silences, qui, eux, en dépit de leurs formes et leurs moti­va­tions, se pro­pagent et se ren­forcent. En cas­cade, ils ne ces­se­ront de pro­duire des effets sur ces plus d’un mil­lion et demi d’hommes envoyés « faire leur ser­vice mili­taire en Afrique du Nord », pour la majo­ri­té en Algérie : avant leur départ, pen­dant leur pré­sence sur place, à leur retour, tout comme des décen­nies plus tard. L’articulation entre grande et petite his­toire appa­raî­tra à nou­veau dans les témoi­gnages et les paroles qui se libè­re­ront lorsque la France admet­tra offi­ciel­le­ment avoir mené une guerre en Algérie — ou peut-être sont-ce ces voix qui l’y ont contrainte ? Les effets de cette guerre colo­niale long­temps cachée et déniée sont encore bien là, dans la France d’au­jourd’­hui. En fili­grane, c’est aus­si cette ques­tion essen­tielle que l’on peut y entendre : quelle parole, mais aus­si quelles résis­tances sont pos­sibles quand des faits de vio­lence éta­tique sont offi­ciel­le­ment et mas­si­ve­ment silen­ciés ? [C.G.]

La Découverte, 2020

L’Invention du colo­nia­lisme vert — Pour en finir avec le mythe de l’é­den afri­cain, de Guillaume Blanc

Dès le XIXe siècle, les colons sont per­sua­dés que les Africains sont res­pon­sables de la dis­pa­ri­tion de la faune sau­vage sur le conti­nent. Bien que les chiffres et les sta­tis­tiques manquent, un véri­table récit décli­niste s’instaure : les Africains seraient inca­pables de pré­ser­ver l’environnement dans lequel ils vivent et les Européens devraient — mis­sion civi­li­sa­trice oblige — agir pour évi­ter cette des­truc­tion de la nature. La fin de la colo­ni­sa­tion ne met pas un terme à cette vision colo­niale. Elle est effec­ti­ve­ment por­tée par les prin­ci­pales agences conser­va­tion­nistes : « Après les théo­ries racistes qui légi­ti­maient le far­deau civi­li­sa­tion­nel de l’homme blanc, l’heure est au colo­nia­lisme vert, né des théo­ries décli­nistes qui légi­ti­ment le far­deau éco­lo­gique de l’expert occi­den­tal, dans toute l’Afrique », explique le cher­cheur Guillaume Blanc. C’est ain­si que l’Afrique est « mise en parc » : les habi­tants de ces zones se font expul­ser et sont bien sou­vent cri­mi­na­li­sés. Trois ins­ti­tu­tions jouent un rôle clé dans ces pro­ces­sus : l’Unesco, l’Union inter­na­tio­nale pour la conser­va­tion de la nature (UICN) et le WWF. La pro­tec­tion d’une nature fan­tas­mée les mène à jus­ti­fier « l’oppression des popu­la­tions ». Si les recon­fi­gu­ra­tions post­co­lo­niales font évo­luer les rap­ports entre ces ins­ti­tu­tions et les pays, les idées ne changent guère, ni même les pra­tiques des « experts », qui res­tent « marquée[s] par l’ignorance des réa­li­tés locales, doublée[s] d’une convic­tion selon laquelle les Africains n’ont pas leur place dans la nature ». Deux consul­tants euro­péens sont ain­si capables d’envoyer à l’Unesco un rap­port sur le parc du Simien, en Éthiopie, après une semaine de tra­vail et sans avoir même mis un pied dans le parc… Ces (mau­vais) tra­vaux se font au mépris des popu­la­tions locales, les­quelles sont tou­jours vues à tra­vers un prisme néo­mal­thu­sien. L’ouvrage est aus­si essen­tiel qu’é­di­fiant ; l’au­teur porte un coup — que l’on aime­rait fatal — au récit du colo­nia­lisme vert qui façonne encore l’Afrique aujourd’hui. [M.B.]

Flammarion, 2020

Politiques du fla­mant rose — Vers une socio­lo­gie du sau­vage, de Raphaël Mathevet et Arnaud Béchet

Il s’a­git d’a­bord d’une marche au prin­temps, celle de deux natu­ra­listes, l’un géo­graphe, l’autre éco­logue, dans le « pay­sage hori­zon­tal » de la Camargue. Vaste zone humide, le lieu accueille nombre d’oi­seaux migra­teurs. Parmi eux, le fla­mant rose, drôle d’es­pèce mon­tée sur échasse dont le cou se courbe autant que le bec. Il s’a­git d’une marche, donc, au cours de laquelle les auteurs tombent sur un objet incon­gru dans un tel espace : « Un canon à gaz et et sa bou­teille aux cou­leurs fati­guées gisent aux abords de la culture. » Ici on pro­duit le riz et le tou­risme ; on accueille les fla­mants et on les fait fuir, à coups de canons répé­tés ; on aime et on déteste tout à la fois cette même espèce. L’histoire imbri­quée d’un ter­ri­toire et d’un oiseau est plus com­plexe qu’il peut sem­bler de prime abord. Raphaël Mathevet et Arnaud Béchet content celle des fla­mants roses camar­guais, et les consé­quences poli­tiques, éco­no­miques et éco­lo­giques qui ont décou­lé de leur prise en charge. Si l’a­ni­mal au plu­mage rose est aujourd’­hui le sym­bole de tout un estuaire, « les para­doxes sont nom­breux : le marais que l’on croit natu­rel, le canard sau­vage et le fla­mant libre peuvent être arti­fi­ciels, domes­tiques et alié­nés ». Car si le fla­mant a une his­toire longue de 23 mil­lions d’an­nées, celle que l’es­pèce a entre­te­nue avec la Camargue s’est sin­gu­liè­re­ment embal­lée au siècle der­nier. Le gar­dien­nage des indi­vi­dus s’est géné­ra­li­sé : les oiseaux concur­rents et les poten­tiels pré­da­teurs se voient contrô­lés et un amé­na­ge­ment ter­ri­to­rial dédié se des­sine. En même temps que le pay­sage se stan­dar­dise autour de la rizi­cul­ture, le rap­port à l’oi­seau se nor­ma­lise. Des ten­sions entre acteurs se font jour. Les fla­mants n’é­chappent plus à l’in­ter­ven­tion humaine et en redes­sinent sans cesse les contours. S’inscrivant à rebours de cette his­toire, c’est « pour pré­ser­ver le poten­tiel évo­lu­tif du fla­mant et de la Camargue toute entière » que Mathevet et Béchet militent : res­pec­ter la sou­ve­rai­ne­té ter­ri­to­rial de l’es­pèce, res­tau­rer son auto­no­mie vis-à-vis des amé­na­ge­ments humains et des inter­ven­tions ges­tion­naires. La Camargue pour­rait dès lors être un de ces lieux où « on s’ef­for­ce­rait d’an­ni­hi­ler toute volon­té humaine de pilo­ter la nature » ; un sou­hait par­ti­ci­pant d’une juste ques­tion : « Pourquoi et com­ment inté­grer les ani­maux à la socié­té des humains ? ». Et ces der­niers de répondre au nom d’un réci­proque atta­che­ment. [R.B.]

Wildproject, 2020

Du libé­ra­lisme auto­ri­taire, de Carl Schmitt et Hermann Heller

En nous pré­sen­tant et tra­dui­sant le débat entre Carl Schmitt et Hermann Heller, Grégoire Chamayou nous four­nit une pièce essen­tielle pour com­prendre la genèse de ce que le second des deux juristes bap­ti­sa en son temps « libé­ra­lisme auto­ri­taire » — et dont l’ombre ne semble tou­jours pas s’être dis­si­pée près d’un siècle plus tard. À la veille de l’accession au pou­voir d’Hitler, le conseiller du prince Carl Schmitt énonce devant une assem­blée de patrons et d’administrateurs les fon­de­ments concep­tuels de ce monstre poli­tique, alliant auto­ri­ta­risme poli­tique et libé­ra­lisme éco­no­mique ; soit, de façon expli­cite, l’écrasement de toutes les reven­di­ca­tions sociales. Loin d’entrer en contra­dic­tion, les deux aspects sont même essen­tiel­le­ment soli­daires, comme le montre Chamayou dans son ana­lyse de la conver­gence entre Schmitt et Rüstow, dont le pro­jet se résu­mait à « Économie libre, État fort ». Ce qui ne pou­vait que plaire à Schmitt, dont la confé­rence de 1932 avait pour titre « État fort et éco­no­mie saine ». Cette conver­gence fon­da­men­tale est pos­sible grâce à cet axiome par­ta­gé : « Un État fort est l’indispensable condi­tion d’une éco­no­mie assai­nie ou libé­rée. » Ainsi, contre le plu­ra­lisme des par­tis, qui ne peut pro­duire rien d’autre que l’affaiblissement et la déli­ques­cence de l’État, il faut ins­ti­tuer un État auto­ri­taire, puis­sant, impar­tial — bref, un État total, au sens nou­veau que lui donne Schmitt, c’est-à-dire un État total qua­li­ta­tif, « total au sens de la qua­li­té et de l’énergie, tout comme l’État fas­ciste se fait appe­ler un sta­to tota­li­ta­rio », et non cet État total quan­ti­ta­tif, « au sens du simple volume », poli­ti­sant des aspects de la socié­té qui ne devraient pas l’être. L’on com­prend donc pour­quoi, mal­gré ses ini­tiales réti­cences, Schmitt n’eut que peu de peines à se ral­lier à Hitler un an plus tard. Face à cette volon­té d’annihiler le poli­tique, Heller montre bien que l’ennemi dési­gné par le libé­ra­lisme auto­ri­taire et l’État total schmit­tien n’est autre que la démo­cra­tie. Car celui-ci, en ins­tau­rant une sépa­ra­tion entre l’État et l’économie, n’est que le signe d’une fai­blesse fon­da­men­tale. Et ce pour une rai­son très simple : sans une poli­tique auto­ri­taire et anti-démo­cra­tique, jamais le peuple alle­mand n’acceptera une telle dés­éta­ti­sa­tion de l’économie. Et c’est bien grâce à l’échec annon­cé du libé­ra­lisme auto­ri­taire qu’un homme pro­vi­den­tiel, Hitler, a pu s’instituer maître du des­tin de l’Allemagne. [A.C.]

La Découverte, 2020

Le Deuil de la lit­té­ra­ture, de Baptiste Dericquebourg

Qu’attendons-nous aujourd’hui des facul­tés de Lettres et de Philosophie ? Plus grand-chose, il est vrai, tant l’enseignement qui y est livré s’est éloi­gné de la vie, et en par­ti­cu­lier de la vie de l’esprit. Nous n’y appre­nons sou­vent plus qu’à conser­ver : des textes, des doc­trines et bien enten­du quelques pro­cé­dés ingé­nieux légués par les géné­ra­tions pré­cé­dentes, dont les plus habiles se servent pour se dis­tin­guer sym­bo­li­que­ment de la foule des igno­rants. C’est du moins à par­tir d’un tel diag­nos­tic que Baptiste Dericquebourg nous appelle à faire « le deuil de la lit­té­ra­ture ». Deuil de ce que l’auteur nomme le « Parnasse incre­vable », figeant les œuvres en auto­ri­tés indé­pas­sables ou en excré­ments fos­si­li­sés. Le résul­tat en est une accu­mu­la­tion inter­mi­nable de gloses sur celles-ci, puis de gloses sur ces mêmes gloses… Mais à quoi bon ? L’immortalité des œuvres n’est pour l’auteur que l’envers de la mort spi­ri­tuelle des vivants. Rares sont ceux qui, exer­çant la pro­fes­sion d’exégète, se livrent aus­si à la créa­tion. Et l’auteur a rai­son, à la fin de son livre, d’appeler tout sim­ple­ment les jeunes let­trés à lire, écrire et échan­ger — bref, à don­ner et trou­ver du sens dans ce qu’ils font. Il est cepen­dant dom­mage qu’à la jus­tesse du diag­nos­tic réponde une solu­tion fan­tas­ma­go­rique : la dis­so­lu­tion des facul­tés de lettres et de phi­lo­so­phie. Car dans l’état actuel de déla­bre­ment des uni­ver­si­tés, une telle pro­po­si­tion ne revien­drait-elle pas à occul­ter la ques­tion infi­ni­ment com­plexe de l’enseignement lit­té­raire et phi­lo­so­phique ? D’autant que les pro­po­si­tions fort inté­res­santes de l’auteur sur l’enseignement de la rhé­to­rique géné­rale ne concernent prin­ci­pa­le­ment que les enfants et ado­les­cents. En fin de compte, ce qui fait sans doute tant la force et la fai­blesse de ce livre, c’est qu’il se fonde entiè­re­ment sur une expé­rience per­son­nelle de dés­illu­sion, de telle sorte qu’il exprime en acte le cœur de son pro­pos, à savoir une inci­ta­tion à la libre-parole et à la renais­sance de l’ardeur et la pas­sion que nous avons tous pour la vie de l’esprit. [A.C.]

Allia, 2020

Constellations — Trajectoires révo­lu­tion­naires du jeune 21e siècle, du col­lec­tif Mauvaise troupe

Lorsqu’il appa­raît urgent de faire un pas de côté, il est utile de pou­voir se tour­ner vers de simi­laires expé­riences. Constellations offre une somme de « tra­jec­toires » telles, sou­vent col­lec­tives, par­fois indi­vi­duelles, tou­jours révo­lu­tion­naires. Depuis les mou­ve­ments anti­mon­dia­li­sa­tion au début des années 2000, jus­qu’aux luttes ter­ri­to­riales dans le Val de Suse ou à Notre-Dame-des-Landes (NDDL), il s’est agi pour celles et ceux impli­qués de « conjoin­te­ment vivre et lut­ter ». Que ce soit lors d’un ras­sem­ble­ment sur une place, sur un trot­toir pour ani­mer une can­tine sau­vage, les pieds dans la boue pour sim­ple­ment habi­ter et construire ensemble, ou dans un squat aux mille visages, l’as­ser­tion s’est sans cesse vue actua­li­sée. La socio­logue Sylvaine Bulle ne s’est pas trom­pée dans sa ten­ta­tive de faire une socio­lo­gie prag­ma­tique de l’au­to­no­mie poli­tique dans les occu­pa­tions de Bure et NDDL. Car les récits déli­vrés dans cet ouvrage se veulent « au ras des évé­ne­ments, au ras de l’exis­tant » — prag­ma­tiques, donc. Ainsi navigue-t-on d’une séquence révo­lu­tion­naire à l’autre en pas­sant par des récits, témoi­gnages ou entre­tiens en prise avec des thèmes com­muns : déser­ter, savoir-faire, habi­ter, s’or­ga­ni­ser par-delà les orga­ni­sa­tions, ima­gi­ner, fêter, inter­ve­nir ou hacker. Contre la « dépos­ses­sion orga­ni­sée », on apprend des tech­niques loin­taines et des gestes anciens ; pour ne pas accep­ter la stan­dar­di­sa­tion des manières d’être et « conser­ver ce déca­lage » avec l’é­tat des choses, on dis­pa­raît et reprend pied ailleurs ; se pas­ser des par­tis et des hié­rar­chies implique de se grou­per, « de la bande au réseau, en pas­sant par l’as­sem­blée ou le col­lec­tif infor­mel ». « Ce livre ne sera jamais, nous l’es­pé­rons, un objet clos, fini, uni­voque », nous rap­pelle-t-on à son seuil. Que l’on songe aux textes du même col­lec­tif qui y ont fait suite Contrées, Défendre la zad, Saisons, et plus récem­ment Borroka, sur la Pays baque insou­mis — et l’on pense que ce désir n’est pas res­té lettre morte. [R.B.]

Éditions de l’é­clat, 2014

Solidarité ani­male — Défaire la socié­té spé­ciste, d’Axelle Playoust-Braure et Yves Bonnardel

Pourquoi choyer un labra­dor et déca­pi­ter un veau âgé d’à peine huit mois ? Pourquoi s’é­mou­voir de la tor­ture d’un chat mais ne pas s’é­le­ver contre celle qui, en labo­ra­toire, s’exerce sur tant de lapins, de singes ou de sou­ris ? Pourquoi condam­ner la vio­lence phy­sique et tenir pour accep­table le meurtre, chaque jour en France, de trois mil­lions d’in­di­vi­dus dans les abat­toirs ? Pourquoi consi­dé­rer qu’être trai­té comme du bétail est indigne pour son espèce mais défen­dable pour les autres ? Affaire d’i­déo­lo­gie. L’ouvrage s’at­tache à pen­ser celles qui pré­valent en Occident : le spé­cisme, le dogme huma­niste et l’an­thro­po­cen­trisme. « L’immensité du car­nage s’offre à nous en per­ma­nence. Les végé­ta­riens, les véganes et les anti­spé­cistes ne vivent plus dans le même monde que les autres. Ils et elles visua­lisent cet envers du décor dont parle Victor Hugo : L’enfer n’existe pas pour les ani­maux, ils y sont déjà. » Mais loin de s’e­nor­gueillir de cette luci­di­té, les auteurs enjoignent à refu­ser l’i­so­le­ment et le purisme : c’est une force de masse, popu­laire, qu’il convient de consti­tuer. En com­plé­ment de la lutte idéo­lo­gique (cultu­relle), le livre pro­meut dès lors une approche dite « com­por­te­men­tale ». Entendre : rendre l’a­li­men­ta­tion végé­tale acces­sible, fixer des objec­tifs à court et moyen terme, for­mer des coa­li­tions larges (y com­pris avec les petits pay­sans), tra­vailler à la mise en place ici et main­te­nant d’une zoo­po­lis. Si l’en­jeu final est de nature toute révo­lu­tion­naire — rompre avec « la tra­di­tion mul­ti­mil­lé­naire des éthiques (et des poli­tiques) fon­dées sur les appar­te­nances et les hié­rar­chies » ; refer­mer le « cycle mau­dit » (Lévi-Strauss) ouvert par l’hu­ma­nisme, en tant qu’il fait de l’Homo Sapiens la mesure de toute chose ; inter­dire la chasse, la pêche, l’é­le­vage, l’ex­ploi­ta­tion et le com­merce des ani­maux —, c’est une pers­pec­tive réfor­miste qui se des­sine en ces pages. Ouvertement reliée au mou­ve­ment liber­taire, tra­di­tion anti­spé­ciste oblige, et plei­ne­ment arti­cu­lée aux luttes sociales, fémi­nistes, anti­ra­cistes et éco­lo­gistes. Le mou­ve­ment ani­ma­liste occupe désor­mais le devant de la scène poli­tique ; ce livre en est l’une des voix signi­fi­ca­tives. [E.B.]

La Découverte, 2020

Mohamed Saïl, l’é­trange étran­ger — Écrits d’un anar­chiste kabyle, textes réunis et pré­sen­tés par Francis Dupuis-Déri

C’est là une voix confi­den­tielle. Campons briè­ve­ment notre homme : né en Kabylie à la fin du XIXe siècle, chauf­feur-méca­ni­cien de pro­fes­sion puis répa­ra­teur de faïences, insou­mis et déser­teur lors de la Première Guerre mon­diale, pri­son­nier 11 années durant en divers lieux, volon­taire inter­na­tio­na­liste dans la colonne Durruti lors de la guerre d’Espagne, fabri­cant de faux papiers sous l’Occupation. Puis louons les édi­tions Lux d’a­voir publié les écrits du mili­tant anar­chiste et com­mu­niste liber­taire, ras­sem­blés pour l’oc­ca­sion par l’es­sayiste qué­bé­cois Francis Dupuis-Déri. Le capi­ta­lisme, l’im­pé­ria­lisme et l’op­pres­sion colo­niale tracent un fil rouge entre ces pages : Saïl, le verbe haut, n’en finit pas de dénon­cer la sujé­tion des indi­gènes et d’ap­pe­ler au sou­lè­ve­ment. Et c’est d’un même élan qu’il pour­fend le com­mu­nisme d’État — ren­voyant dos à dos les bagnes colo­niaux et les camps sovié­tiques — et la reli­gion. Ainsi, s’il n’hésite pas à évo­quer « la grande civi­li­sa­tion musul­mane » et ses « frères musul­mans », son peuple, assure-t-il, n’a embras­sé l’islam que par la force des armes. « La grande masse des tra­vailleurs kabyles sait qu’un gou­ver­ne­ment musul­man, à la fois reli­gieux et poli­tique, ne peut revê­tir qu’un carac­tère féo­dal, donc pri­mi­tif. Tous les gou­ver­ne­ments musul­mans l’ont jusqu’ici prou­vé. » Dieu, dans tout ça ? Un par­rain de « l’obscurantisme ». « N’attendez rien d’Allah, les cieux sont vides, et les dieux n’ont été créés que pour ser­vir l’exploitation et prê­cher la rési­gna­tion », va-t-il jus­qu’à lan­cer en 1935 dans La Voix liber­taire. Un poète donne son titre au pré­sent recueil : « Étranges étran­gers / Vous êtes de la ville / vous êtes de sa vie / même si mal en vivez / même si vous en mou­rez. » Un cer­tain Jacques Prévert, dédiant en son temps ces vers à Saïl. [E.C.]

LUX, 2020

☰ Fascisme fos­sile — L’extrême droite, l’énergie, le cli­mat, de Zetkin Collective

« Drill, baby, drill ! », « Fore, ché­ri, fore ! » : ce mot d’ordre, au cœur de la cam­pagne répu­bli­caine éta­su­nienne de 2008 (avant d’être régu­liè­re­ment repris), serait-il révé­la­teur d’un lien étroit entre les com­bus­tibles fos­siles et le fas­cisme ? Telle est en tout cas la thèse défen­due par le Zetkin Collective dans ce livre. Analysant les res­sorts du cli­ma­to-néga­tion­nisme, aus­cul­tant les liens entre capi­tal fos­sile et natio­na­lisme dans le monde contem­po­rain — l’Amérique de Trump, le Brésil de Bolsonaro, les par­tis natio­na­listes euro­péens —, reve­nant sur le culte de la vitesse, des moteurs et du pétrole autre­fois au cœur du nazisme et du fas­cisme ita­lien, les dif­fé­rents auteurs affirment qu’il existe « un lien entre le pro­jet eth­no­na­tio­na­liste et le socle éner­gé­tique fos­sile ». Soucieux de ne pas dis­tin­guer « le fas­cisme en tant qu’ensemble d’idées et le fas­cisme en tant que force his­to­rique réelle », ils sou­lignent éga­le­ment que l’existence d’une crise dans la dyna­mique d’accumulation du capi­tal est la pre­mière des condi­tions pour que ce der­nier s’épanouisse. Paraphrasant le phi­lo­sophe et socio­logue Max Horkheimer, le col­lec­tif rap­pelle qu’il existe des liens entre le capi­ta­lisme libé­ral et la dérive « car­bo-fas­ciste » : « celui qui ne sou­haite pas par­ler du capi­tal fos­sile ni de l’idéologie libé­rale qui conti­nue de l’alimenter devra éga­le­ment taire le fas­cisme fos­sile et ses pre­mières secousses ». Même si l’on peut regret­ter que l’ouvrage se consacre essen­tiel­le­ment au lien entre fas­cisme et capi­tal fos­sile, n’explorant pas davan­tage la façon dont cer­taines franges de l’extrême droite arti­culent cri­tique du capi­ta­lisme et reven­di­ca­tions éco­lo­gistes, saluons la paru­tion du pré­sent livre, le pre­mier entiè­re­ment consa­cré à cette ques­tion en France. [P.M.]

La Fabrique, 2020


Photographie de ban­nière : Roiter Fulvio, 1948


REBONDS

Cartouches 57, sep­tembre 2020
Cartuches 56, juillet 2020
Cartouches 55, juin 2020
Cartouches 54, mai 2020
Cartouches 53, avril 2020

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.