Cartouches (41)


La démo­cra­tie du vivant, une théo­rie des ardents, la Corrèze de l’en­fance, le mar­xisme comme créa­tion, un dépu­té contre un pré­sident, un Rimbaud com­mu­nard, les Hauts Plateaux de l’Algérie, la cha­leur du Mississippi, l’i­den­ti­té fixe ou la poli­tique, l’acte de phi­lo­so­pher, la résis­tance des esclaves : nos chro­niques du mois de mars.


« Il faut s’a­dap­ter » — Sur un nou­vel impé­ra­tif poli­tique, de Barbara Stiegler

Avec ce livre, la phi­lo­sophe Barbara Stiegler nous donne une leçon d’écriture. Et mène une enquête sur la place du bio­lo­gique dans les pre­mières for­mu­la­tions du néo­li­bé­ra­lisme — une for­mule par­court en fili­grane tout l’essai : « le sen­ti­ment patho­lo­gique du retard ». Face à l’inéluctabilité des choses (de l’évolution, de la socié­té), com­ment s’adapter ? Quelle pla­ni­fi­ca­tion, quel lais­sez-faire ? Comment arti­cu­ler l’é­chelle locale et glo­bale (les pré­misses de la mon­dia­li­sa­tion appe­lée « la Grande Société ») ? Toutes ces ques­tions sont au cœur d’une contro­verse qu’exhume Stiegler. Pour com­prendre de quel bois est fait ce « nou­veau libé­ra­lisme », l’auteure nous plonge dans le vif débat entre deux auteurs peu lus du public fran­co­phone, Walter Lippmann, jour­na­liste et édi­to­ria­liste influent, et John Dewey, phi­lo­sophe prag­ma­tiste. Ceux-ci, conscients du déclin inévi­table du libé­ra­lisme clas­sique, tentent de le repen­ser en s’ap­puyant pour par­tie sur Darwin. Pour le pre­mier, l’adaptation se fait d’en haut afin de satis­faire le mar­ché, avec l’aide de l’État et des experts ; pour le second, c’est par le peuple, dans une démo­cra­tie revi­vi­fiée grâce à l’éducation que pour­ra s’épanouir un libé­ra­lisme qu’il conçoit, bien que réfor­miste, comme le « noyau essen­tiel de la pen­sée socia­liste » (non pas en régu­lant les abus du capi­ta­lisme mais en recons­trui­sant radi­ca­le­ment et col­lec­ti­ve­ment les ins­ti­tu­tions éco­no­miques et sociales, notam­ment en s’opposant à la concen­tra­tion des savoirs). Si, se tenant à son objet, la phi­lo­sophe s’au­to­rise peu d’al­lu­sions sur l’é­poque contem­po­raine, sa réflexion s’a­voue d’une actua­li­té brû­lante. Le champ de l’ex­per­tise est désor­mais par­tout en poli­tique : connaître sa généa­lo­gie per­met d’en iden­ti­fier les forces et fai­blesses. Mais sur­tout, ce livre, en étu­diant les sources évo­lu­tion­niste du néo­li­bé­ra­lisme, ouvre la porte « à une reprise en main col­lec­tive, démo­cra­tique et éclai­rée du gou­ver­ne­ment de la vie et des vivants ». Le mes­sage à l’en­droit de l’é­co­lo­gie poli­tique est on ne peut plus clair. [J.C.]

Éditions Gallimard, 2019

Levez-vous du tom­beau, de Jean-Pierre Siméon

L’auteur de La Poésie sau­ve­ra le monde ou de Politique de la beau­té pour­suit son che­min en enfon­çant un clou désor­mais vrillé dans nos âmes : « Il va fal­loir enfin que la poé­sie gou­verne », et ce n’est pas dire que les poètes seraient de meilleurs poli­tiques, « mais la vie sim­ple­ment serait à cha­cun / le seul objet de son désir ». Le che­min qu’il nous pro­pose relève ici de la tra­jec­toire de vie. La pre­mière par­tie, consa­crée aux « sept cordes de la lyre », nous parle du « corps affa­mé de ciel », de son rap­port aux élé­ments pri­mor­diaux, à la nature et au temps. L’invocation cen­trale, « Levez-vous du tom­beau », s’a­dresse aux hommes las oublieux de leur puis­sance de vie pour leur rap­pe­ler que la seule inten­si­té se conçoit ici et main­te­nant — la poé­sie rede­vient alors l’arme des vivants, « et que vienne avec nous tout homme ouvrier de la vie ». Sa « théo­rie des ardents » vient com­plé­ter ce recueil qui brûle et bous­cule, nous emmène de Budapest à la Chine, de la Russie à Beyrouth. L’épilogue en forme d’hom­mage à Césaire, celui qui montre « le che­min des méta­phores », nous laisse tout son­nés — c’est qu’en refer­mant le livre s’im­pose à nous la seule évi­dence, celle de l’ef­froyable joie de vivre, dont il faut se sai­sir tout entière tant qu’il est temps, juste avant le tom­beau. S’il nous fal­lait un livre de poé­sie pour récon­ci­lier le lan­gage et ce qu’il fait au corps, l’ac­tion et ce qu’elle peut faire aux mots, ce serait celui-ci, qui se lit comme un mani­feste dédié à tous ceux qui refusent de se lais­ser enter­rer et atter­rer par une socié­té indif­fé­rente au feu pri­mor­dial, aux êtres qu’on étreint, à cette « pol­li­ni­sa­tion de l’âme dans une caresse ou un bai­ser » qui fait de notre soif notre plus grande force. Des poèmes à dévo­rer et à décla­mer, qu’on trans­por­te­ra par­tout dans sa poche comme un via­tique pour se sou­ve­nir de l’ur­gence que racon­tait déjà Pindare — « Ô mon âme, n’as­pire pas à la vie éter­nelle, mais épuise le champ du pos­sible. » [A.B.]

Éditions Gallimard, 2019

La Bête fara­mi­neuse, de Pierre Bergounioux

C’est un enfant qui porte une voix d’a­dulte. Ou peut-être un adulte qui se sou­vient de cet été-là où, à 11 ans, avec son frère si proche, ils ont tué la bête et ont vu leur grand-père len­te­ment mou­rir. Loin de leur quo­ti­dien pari­sien où le temps n’a que peu d’im­por­tance, ce der­nier se déploie dans cette Corrèze d’é­lec­tion, jus­qu’à être inter­ro­gé, constam­ment, par l’en­fant qui en découvre la pro­fon­deur. Pourquoi 12 ans ? Pourquoi 13 ou 14 après ces 11 ans qui semblent éter­nels et pour­tant si pas­sa­gers ? Pourquoi la mort comme terme à toute chose, des papillons que l’on attrape aux proches que l’on côtoie ? Pères et grand-pères sont ques­tion­nés avec le sérieux ner­veux des jeunes années. Pour trom­per le temps, peut-être faut-il modi­fier l’es­pace : « et le monde réel était la carte. » La pla­teau de Millevaches comme ter­rain de jeu, La Bête fara­mi­neuse comme objet insai­sis­sable d’une traque aux élans ani­mistes : l’ex­plo­ra­tion ne cesse qu’à la nuit tom­bée. Il s’a­git de trou­ver sa place dans ce temps absor­bant : « Nous per­tur­bions pas­sa­ble­ment le cours des choses », pensent alors les deux frères, sur le point de trou­ver la source de la rivière. Dans un ima­gi­naire peu­plé de récits d’ex­plo­ra­tion, de ceux du grand-père, de masques afri­cains aux pro­prié­tés extra­or­di­naires et d’in­sectes, c’est l’a­mère perte d’un âge où inno­cence et sérieux se mêlent que célèbre l’au­teur. Tout est remis en ques­tion à l’aune de spé­cu­la­tions ini­tia­tiques : « J’ai dit que nous étions peut-être des Illinois qui se seraient trom­pés d’heure et d’en­droit et que per­sonne ne s’en était ren­du compte. » Natives le temps d’un été, les deux enfants cherchent des limites à leur ima­gi­na­tion, et, n’en trou­vant pas, habitent un rêve qui ne prend fin qu’août pas­sé. On se prend à pen­ser qu’on sou­hai­te­rait retour­ner à cet âge où tout, alter­na­ti­ve­ment, prend sens puis le perd. [R.B.]

Éditions Gallimard, 1986

Défense du mar­xisme, de José Carlos Mariátegui

« Le socia­lisme, c’est-à-dire la trans­for­ma­tion de l’ordre capi­ta­liste en col­lec­ti­viste, main­tient en vie [la cri­tique de Marx], elle la conti­nue, la confirme, la cor­rige. » Le mar­xisme est en crise, et ce depuis plus de 100 ans. C’est du moins ce qui res­sort de la lec­ture de ce petit livre du Péruvien José Carlos Mariátegui, com­po­sé d’articles écrits entre 1928 et 1930. Prenant pour point de départ le livre d’Henri de Man Au-delà du mar­xisme, Mariátegui y polé­mique avec le révi­sion­nisme et des­sine les contours d’un mar­xisme révo­lu­tion­naire où la lutte des classes est le concept cen­tral. En guerre contre les réduc­tions éco­no­mi­cistes, il prend pour cible l’attentisme héri­té de la social-démo­cra­tie et de la IIe Internationale, au nom du volon­ta­risme des lea­ders bol­che­viques russes de 1917. Sa lec­ture fait lar­ge­ment appel à des réfé­rences sin­gu­lières pour un mar­xiste : Georges Sorel, visage du syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire, mais aus­si Freud, les sur­réa­listes et même Henri Bergson… Marx, Lénine et Rosa Luxemburg appa­raissent comme autant de figures de proue héroïques d’un mou­ve­ment de masse né des inté­rêts objec­tifs de la classe ouvrière, mais dont la lutte même fait émer­ger les diri­geants et les théo­ri­ciens. Le socia­lisme comme fruit d’un effort sans pré­cé­dent d’éducation et de conscien­ti­sa­tion ne peut pas « être le fruit d’une ban­que­route » : il ne sera pas le résul­tat d’un dys­fonc­tion­ne­ment du capi­ta­lisme, mais une créa­tion, une affir­ma­tion vitale, la mani­fes­ta­tion d’une force réelle qui lutte pour faire adve­nir un monde éman­ci­pé. Sa contri­bu­tion est celle d’une pen­sée révo­lu­tion­naire vivante : les res­sources scien­ti­fiques et théo­riques que les pères du socia­lisme ont mis à dis­po­si­tion du mou­ve­ment ouvrier sont à la fois des manuels et des évan­giles, leur pen­sée vit par le renou­vel­le­ment conti­nu des formes de la lutte des classes. [J.G.]

Éditions Delga, 2014

Ce pays que tu ne connais pas, de François Ruffin

Dans Ecce Homo, Nietzsche a sti­pu­lé quatre condi­tions seules à même de légi­ti­mer une guerre — intel­lec­tuelle — contre un adver­saire : s’en prendre à un indi­vi­du vic­to­rieux ; être iso­lé et se com­pro­mettre ; ne pas viser la per­sonne pour ce qu’elle est mais ce qu’elle incarne (user, disait le phi­lo­sophe, des êtres incri­mi­nés « comme de loupes pour rendre visibles les cala­mi­tés publiques latentes et insai­sis­sables ») ; ne pas avoir de dif­fé­rend d’ordre per­son­nel et faire montre « de bien­veillance ». On peut, à la louche, tenir pour hono­rées les­dites condi­tions. Le chef de Fakir sai­sit au col celui de la 6e puis­sance éco­no­mique mon­diale puis cogne à n’y plus voir (Macron est « hors du peuple » ; il renifle « l’o­deur de l’Argent » ; il exhale une classe, celle des riches ; il trans­pire l’as­su­rance, la supé­rio­ri­té, la morgue et le nar­cis­sisme ; il est « indé­cent » ; il a pour unique œuvre le « néant » ; il est même « fou », tout entier pos­sé­dé par la déme­sure autre­fois mau­dite) ; le dépu­té insou­mis, cava­lier seul d’un groupe par­le­men­taire, ne craint pas de s’en prendre au phy­sique (la gueule de l’emploi, celle de « cata­logue des 3 Suisses » au « nez droit ») et se voit qua­li­fié, à mi-mot, d’an­ti­sé­mite par Le Point-Pinault et de col­la­bo fas­ciste par Bernard-Henri Lévy ; le réa­li­sa­teur de Merci patron ! assure qu’il se moque bien de Macron (« On s’en fout de vous », « Vous êtes fous, col­lec­ti­ve­ment fous ») et dénonce une caste, un sys­tème, une pen­sée (celle du libre-échange) ; le fils du Nord confie son « res­pect » et, par deux fois, son admi­ra­tion pour son conci­toyen. Le duel est au grand jour, quelque part au bord de leur Somme natale. Ruffin ne laisse aucun répit à son lec­teur : quand il n’al­longe pas lui-même les coups, fort de ce réel qu’il n’en finit pas de bran­dir jusque dans son « ventre », ce sont les ano­nymes qu’il convoque tout au long du livre, ces pauvres, ces pes­ti­fé­rés, ces gilets jaunes, ces lépreux de la nation qui l’es­cortent et for­ti­fient sen­si­ble­ment l’at­taque. « En liant mon nom à celui d’une cause ou d’une per­sonne, com­plé­tait Nietzsche, […] je lui fais hon­neur et je la dis­tingue » ; Ruffin sait ce qu’il fait, et il le fait non sans talent. Il en appelle aux grands noms de la gauche et, par­tant, y joint le sien. Nul n’est dupe, l’au­teur encore moins ; reste un ancien ban­quier à terre. [M.L.]

Éditions Les Arènes, 2019

Rimbaud Révolution, de Frédéric Thomas

Le pro­jet est ambi­tieux, bien qu’il nous laisse un peu sur notre faim. Les sur­réa­listes le disaient avec André Breton : « trans­for­mer le monde » avec Marx et « chan­ger la vie » avec Rimbaud ne feraient en fait qu’un seul et même pro­jet. L’auteur tente de réac­tua­li­ser cette pro­messe en explo­rant la bio­gra­phie de Rimbaud et en rap­pe­lant sa proxi­mi­té avec la Commune. Il l’a­voue cepen­dant dans un bel épi­logue : « Ce n’est qu’au prix d’un détour­ne­ment liber­taire de Marx et d’une lec­ture orien­tée et inté­res­sée de Rimbaud — mais que vau­drait une lec­ture dés­in­té­res­sée de la poé­sie ? — que le sur­réa­lisme a mis à l’ordre du jour leurs com­pli­ci­tés et mêlé leurs pro­jets et leur refus sur la base d’une éthique de l’a­mour et de la révolte. » Le résul­tat ? Un double échec, celui des sta­li­niens qui avaient oublié la poé­sie d’un côté ; celui des poètes réduits au silence de l’autre. Si l’on pour­ra aller regar­der du côté du Parcours poli­tique des sur­réa­listes de Carole Reynaud-Paligot, paru en 1995, pour une approche plus fouillée his­to­ri­que­ment, ce court texte a le mérite de mettre en lumière une intui­tion forte, celle qui s’at­tache aux pou­voirs de la poé­sie, celle de faire de l’ac­tion la sœur du rêve et de défendre à tout prix la pos­si­bi­li­té d’un « bon­heur non dis­ci­pli­né », fidèle aux pro­messes de l’en­fance et de l’a­mour, pas­sant outre à la vio­lence des rap­ports de classe. On ne sort pas de cette lec­ture cer­tains d’a­voir trou­vé « les secrets pour chan­ger la vie » que cher­chait déjà la Vierge folle d’Une sai­son en enfer, mais tout à fait sûrs en revanche que le grand enjeu consiste à ne jamais céder sur l’es­sen­tiel — le droit de pour­suivre cette quête du Graal révo­lu­tion­naire dans un monde où la moque­rie et le cynisme pié­tinent chaque jour l’en­chan­te­ment. [A.B.]

Éditions de l’Échappée, 2019

Le Livre d’Amray, de Yahia Belaskri

C’est à l’heure où l’Algérie tout entière se lève pour recou­vrer la liber­té et le sens de l’es­poir qu’il faut lire cette fable étrange et douce. Le Livre d’Amray raconte un par­cours d’exil, celui d’un gamin « amou­reux du monde et de ses mys­tères », né au pays de la Kahina et d’Abd el-Kader, fils d’un homme broyé par la guerre et d’une mère cou­rage pour laquelle il demeu­re­ra tou­jours el mazou­zi, le pré­fé­ré, même lors­qu’il part vivre loin, trop loin, et qu’elle lui intime dans une scène déchi­rante, de par­tir pour vivre heu­reux et de ne jamais reve­nir. Si l’a­mour est immuable, la poli­tique ne res­pecte rien. Un jour, Shlomo le juif et Paquito le chré­tien quittent l’é­cole où ils ne sont plus les bien­ve­nus. Un jour, Octavia, qu’il sur­nomme Giulia, « ma joie », s’en va aus­si. Le gamin gran­dit, rentre au lycée, acquiert une conscience poli­tique, prend la mesure de l’é­cart entre son désir de liber­té et la réa­li­té de la vie en dic­ta­ture. S’il tente de s’a­dap­ter, se marie, a des enfants, tra­vaille pour de grandes entre­prises por­tuaires, loin des Hauts Plateaux de son enfance, il est rat­tra­pé par le ser­vice mili­taire et la folie des hommes fous de Dieu qui tendent un piège à sa fille, deman­dant aux enfants de rame­ner des bou­chons de liège à l’é­cole et en dédui­sant, s’ils s’exé­cutent, que leurs parents boivent du vin. Amray choi­sit l’exil pour renaître, mais revient cher­cher ses enfants au pays et voit sa femme se faire assas­si­ner sous ses yeux. Au cœur de sa des­cente aux enfers, récu­pé­ré par l’a­mi d’en­fance qui tente de le rame­ner à la rai­son et à la vie, c’est le fan­tôme d’Octavia qui le sau­ve­ra, l’ar­ra­che­ra aux mains des « voleurs de rêve, ceux-là qui bran­dissent éten­dards, talis­mans et amu­lettes, sèment l’in­quié­tude et l’ef­froi, abîment les hommes et altèrent jus­qu’aux pierres ». Alors Amray repart, comme le poète, accom­pa­gné de ses morts et du silence et du vent, « alors qu’il ne pos­sède rien qui puisse l’at­ta­cher à un ter­ri­toire autre que l’en­fance et la langue, par la nuit ava­lé, recra­ché à l’aube, il s’in­vente des aurores renou­ve­lées ». On quitte ce livre avec le désir que tous les Amray du monde puissent retrou­ver leur terre natale sans plus rien abdi­quer de leur mémoire et de leur liber­té. [A.B.]

Éditions Zulma, 2018

Bois sau­vage, de Jesmyn Ward

Dès les toutes pre­mières lignes : l’air est pois­seux, la cha­leur écra­sante, des choses se passent mais on ne sai­sit pas bien quoi — nos yeux plis­sés semblent avoir besoin d’un temps pour se faire à la lumière aveu­glante. Mais on y est, et, qu’on le veuille ou non, nous voi­là embar­qués. Ce pre­mier roman de Jesmyn Ward, Afro-Américaine du Mississippi, écrit en 2012 à l’âge de 35 ans, nous per­cute en plein mou­ve­ment. Elle impose un rythme dérou­tant : quelque chose d’ha­le­tant, de tran­chant, dans un décor d’une immo­bi­li­té qua­si étouf­fante. La puis­sance du style nous sub­merge ; les mots sont secs, aigui­sés, durs ; ils piquent mal­gré la tor­peur. Mais leur force de frappe tient de l’art de décrire si jus­te­ment une situa­tion — qui, elle, taille et découpe dans la chair vive sans théâtre ni annonce. Nulle emphase, aucun besoin de mise en scène ; comme un tour de force : ce n’est pas le récit qui porte ou défend les faits, il se plie hum­ble­ment der­rière. Tout est là, regar­dez, sen­tez — et au fond, peu importe que vous com­pre­niez ou pas. L’auteure écrit au cœur de la vie éta­su­nienne d’une famille noire pauvre — non pas des années 1960 sous la plume d’un Richard Wright, mais en 2005. Skeet et son amour incon­di­tion­nel pour China ; Randall, un bal­lon de bas­ket entre les mains et son petit frère Junior qui ne le quitte jamais, agrip­pé à son dos ; leur père, veuf esseu­lé qui noie son cha­grin dans l’al­cool mais qui tient assez sur ses deux jambes pour ten­ter de faire tenir leur mai­son debout ; au centre, la pro­ta­go­niste Esch’, jeune fille de 16 ans, et le monde. Lorsque l’on referme la der­nière page, on se retrouve comme expul­sé de ce lieu et de ce moment — aus­si sou­dai­ne­ment qu’on s’y est retrou­vé —, mais avec cette marque lais­sée sous la pau­pière et un nœud de sen­sa­tions encore vives. Bois sau­vage, Mississippi, août 2005 : 12 jours, ou le récit du pas­sage de l’ou­ra­gan Katrina. [C.G.]

Éditions 10/18, 2012

La France — Autopsie d’un mythe natio­nal, de Saïd Bouamama

D’où vient cette idée de l’ex­cep­tion fran­çaise ? Pourquoi ces man­tras sur l’in­té­gra­tion, l’as­si­mi­la­tion cultu­relle (même quand elle n’en porte pas le nom), l’i­den­ti­té natio­nale ? Pourquoi cette obses­sion — frô­lant le délire — d’une « mis­sion civi­li­sa­trice », celle-là même qui, de nos jours, revient tous les cinq ans à la faveur d’un débat « fémi­niste » ou « éman­ci­pa­teur » sur le voile ? Quel est le lien entre un Breton, un Berbère et un enfant d’im­mi­grés ? Pourquoi un tel refus de pen­ser le colo­nia­lisme, sa domi­na­tion et son exploi­ta­tion bar­bares ? En quoi toutes ces ques­tions — et les réponses que l’on y apporte — sont-elles fon­da­men­tales pour l’ac­tua­li­té, le pré­sent et le futur ? Saïd Bouamama donne dans ce livre des clés d’a­na­lyse indis­pen­sables, à sa manière tou­jours aus­si lim­pide. C’est l’ap­proche fixiste, essen­tia­liste, natu­ra­liste de la France et de sa culture qu’il faut bri­ser — car elle est his­to­ri­que­ment, phi­lo­so­phi­que­ment fausse. Elle inverse causes et consé­quences : la domi­na­tion ne prouve aucu­ne­ment une infé­rio­ri­té, elle la crée. L’histoire d’un pays, sa repré­sen­ta­tion, sa culture et son état ne cessent d’é­vo­luer au gré des évè­ne­ments his­to­riques, poli­tiques et éco­no­miques. « La France, comme les autres nations, […] est l’a­bou­tis­se­ment de conflits sociaux et de luttes d’in­té­rêts. Elle est l’œuvre du mélange cultu­rel per­ma­nent, choi­si ou non, impo­sé ou non, que ces luttes d’in­té­rêts ont pro­duit. » Rien à voir avec quelque essence ori­gi­nelle qui exige l’u­ni­ci­té comme seul lien pos­sible entre habi­tants d’un même ter­ri­toire, et pose « dans le même mou­ve­ment que les autres liens qui pour­raient regrou­per les citoyens sont, au mieux, secon­daires, au pire, inexis­tants ». L’histoire n’est pas linéaire ni sans contra­dic­tions — comme vou­drait le faire croire sa ver­sion domi­nante ; le seul lien réel est poli­tique. Si le mythe a une fonc­tion dans une socié­té, il est temps d’en­ter­rer celui-ci pour un autre, réel­le­ment fédé­ra­teur. [C.G.]

Éditions Larousse, 2008

Les Limites du lan­gage phi­lo­so­phique, de René Daumal

« Nous n’a­vons pas d’é­du­ca­tion qui s’a­dresse à l’Homme, à la per­sonne même, au conduc­teur unique de ce char à trois che­vaux. » Il parle de nous, René Daumal. Nous qui souf­frons d’un mal, « man­gés par les mots », qui avons sacra­li­sé le Savoir au point de le vider de toute sub­stance vitale. Des « coquilles vides, gar­dant la forme de ce qui fut vivant, sont conser­vées par habi­tude, par conven­tion ». Nous, enti­té occi­den­tale, qui met­tons le mot comme une pas­soire devant le monde tel qu’il est, au point, bien sou­vent, de pen­ser à par­tir de lui et non plus de la réa­li­té qui le pré­cède. La phi­lo­so­phie, nous dit l’é­cri­vain, ne nous fait rien connaître par elle-même, ne nous donne en soi aucune puis­sance d’a­gir. L’esthétique ne contient rien du beau. La Morale n’a pas de conte­nu : elle ne le trouve que dans l’ac­ti­vi­té de l’homme vivant, tout comme l’es­thé­tique n’a de sens que dans la créa­tion, et la phi­lo­so­phie « quand elle passe dans le labo­ra­toire du savant et le chan­tier de l’in­gé­nieur ». Tout cela pour­rait être des évi­dences, mais Daumal n’est pas uni­ver­si­taire : c’est un écri­vain-poète, les pieds sur terre, cher­chant à rendre son épais­seur à l’acte de phi­lo­so­pher, qu’il réen­ra­cine en Occident avant de trem­per le verbe dans cet hin­douisme qu’il connaît bien. Poète et tra­duc­teur du sans­krit, il faut le dire, car cela signi­fie que le silence est pour lui com­pa­gnon de sa quête, en plus d’ac­cor­der de l’im­por­tance à tous les lan­gages humains. « Si tu conti­nues à ne pen­ser qu’a­vec ta tête, elle écla­te­ra. Si tu ne veux être que des pieds, ils per­dront toute force » Daumal est mort en 1944, au milieu d’une phrase d’une de ses aven­tures alpines, en pleine écri­ture du Mont Analogue[M.M.]

Éditions la Tempête, 2018

Angola Janga, de Marcelo D’Salete

Au XVIe siècle, dans le Brésil colo­ni­sé par les Portugais, les popu­la­tions indi­gènes escla­va­gi­sées sont déci­mées ; plu­sieurs mil­lions de Noirs seront dépor­tés pour accom­plir le tra­vail for­cé des colo­nies. À la fin de ce même siècle, on rap­porte que des esclaves se sont enfuis dans la mon­tagne. Angola Janga — la « petite Angola » —, autre­ment connue sous le nom de Palmarès, sera l’un des plus grands vil­lages fon­dés par des mar­rons : jus­qu’à 30 000 per­sonnes s’y seraient ras­sem­blées. Elles ont fon­dé de véri­tables ter­ri­toires indé­pen­dants où rien ne sem­blait man­quer : elles culti­vaient maïs, manioc, hari­cots, patate douce, canne à sucre et éle­vaient volailles et porcs. Les vil­lages, cachés dans la forêt, étaient de véri­tables lieux pro­té­gés par la nature et les hauts rem­parts construits par les habi­tants. Les Palmaristas étaient aus­si des com­bat­tants qui ont su résis­ter aux nom­breuses attaques des armées por­tu­gaises, épau­lées par des milices à leur ser­vice — long­temps, grâce à leur maî­trise de la forêt et leur capa­ci­té à se dépla­cer en groupe d’un vil­lage à l’autre, ils ont su faire face à l’en­ne­mi venu pour les mas­sa­crer ou les rendre à nou­veau cap­tifs. Marcelo D’Salete s’est inté­res­sé à cette par­tie de l’his­toire de son pays ; 11 ans durant, il a mené des recherches afin de racon­ter celle des Palmaristas — ces hommes et ces femmes qui ont écrit le mou­ve­ment de résis­tance le plus long de l’hu­ma­ni­té. Pendant près d’un siècle, ils sont par­ve­nus à mettre en échec toutes les expé­di­tions menées contre eux et contées dans cet ouvrage. Mais cet album de bande des­si­née, tout en noir et blanc, est aus­si le récit d’une divi­sion, celle de la résis­tance, tac­ti­que­ment intro­duite par les colons : une pro­po­si­tion de retour sous l’au­to­ri­té de la cou­ronne por­tu­gaise en échange de la recon­nais­sance de la liber­té des esclaves nés à Palmarès — les autres devant être remis en escla­vage. [C.G.]

Éditions çà et là, 2018


REBONDS

Cartouches 40, février 2019
Cartouches 39, jan­vier 2019
Cartouches 38, décembre 2018
Cartouches 37, novembre 2018
Cartouches 36, octobre 2018

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.