Cartouches (27)

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Vaincre Macron (donc le Medef), explo­rer le vol­can Aimé Césaire, sur­vivre dans le Caire du futur, s’en­trai­der dans la nature, pen­ser le chan­ge­ment cli­ma­tique, lut­ter contre le colo­nia­lisme, tout savoir sur le véga­nisme, décou­vrir le monde du vin, suivre un révo­lu­tion­naire en exil et s’é­le­ver par les mon­tagnes : nos chro­niques du mois de décembre.


Vaincre Macron, de Bernard Friot

« Comment vaincre Macron, et donc le Medef ? » annonce la qua­trième de cou­ver­ture. Pour y répondre, Bernard Friot revient tout d’a­bord sur la mise en place très conflic­tuelle de la Sécurité sociale, uni­fiée — en dépit de bases plus anciennes — dans un régime géné­ral en 1945. Une par­tie du salaire devient décor­ré­lée de l’emploi (socia­li­sée en salaire indi­rect, via la coti­sa­tion), et les tra­vailleurs mai­trisent une part non négli­geable du PIB puisque les caisses de coti­sa­tions étaient ini­tia­le­ment sous leur contrôle. Un tel régime contient les débuts d’une ins­ti­tu­tion com­mu­niste, « si par com­mu­niste on entend la pleine sou­ve­rai­ne­té des tra­vailleurs sur le tra­vail et la valeur éco­no­mique ». Pour l’économiste et socio­logue, si nous échouons à contrer « la réforme » néo­li­bé­rale qui a lieu depuis 30 ans, c’est parce que nous en avons une lec­ture biai­sée. Celle-ci porte moins sur la répar­ti­tion de la valeur (au béné­fice du capi­tal) que sur sa pro­duc­tion même « dans deux dimen­sions déci­sives : le régime de pro­prié­té, en res­tau­rant la pro­prié­té lucra­tive et le cré­dit ; et le sta­tut du pro­duc­teur en ins­ti­tuant des droits capi­ta­listes à reve­nu et à car­rière ». En ce sens, ladite réforme est une contre-révo­lu­tion : l’auteur détaille les nom­breuses étapes fran­chies depuis Rocard jusqu’à Macron. Pour contrer ce pro­ces­sus, Friot en est convain­cu : il faut « se libé­rer d’une pos­ture défen­sive » qui nous met à « l’agenda de [nos] adver­saires ». Partant, il pro­pose de s’appuyer sur le déjà-là ins­tau­ré par la Sécurité sociale afin de géné­ra­li­ser la pra­tique com­mu­niste de la valeur, en accor­dant trois types de droits aux per­sonnes : un salaire à vie finan­cé inté­gra­le­ment par la coti­sa­tion, la copro­prié­té d’u­sage des col­lec­tifs d’entreprise et la par­ti­ci­pa­tion aux ins­tances de coor­di­na­tion de l’activité éco­no­mique. Un pro­gramme ambi­tieux où la démo­cra­tie aurait toute sa place, puisque « démo­cra­tie et tra­vail ne trouvent sens qu’en confiant la défi­ni­tion et la pra­tique de la valeur au pou­voir du peuple ». [M.B.]

Éditions La Dispute, 2017

 Aimé Césaire, frère vol­can, de Daniel Maximin

Tous ceux qui aiment Césaire aime­ront ce livre. Ce n’est pas le témoi­gnage d’un fils spi­ri­tuel mais celui d’un frère en créa­tion. On y croise, au fil d’une écri­ture solaire et libre, toute la géné­ra­tion de la déco­lo­ni­sa­tion, au-delà même de ceux que Maximin nomme « la Sainte-Trinité » : Césaire le Martiniquais, Senghor le Sénégalais, Damas le Guyanais. René Étiemble pro­fesse encore à la Sorbonne, Alioune Diop pré­side aux des­ti­nées de la revue et de la librai­rie Présence afri­caine, rue des Écoles, en plein Quartier latin, haut lieu de ren­dez-vous de toute l’in­tel­li­gent­sia de ces années de libé­ra­tion poli­tique et de renais­sance intel­lec­tuelle. « La géné­ra­tion de Césaire et de ses frères d’é­lec­tion, l’in­ter­na­tio­nale des Orphée noirs, a pro­duit dans son siècle une lit­té­ra­ture d’emblée désa­lié­née pour se faire désa­lié­nante, assu­mant l’an­gois­sante échap­pée d’a­vant-garde loin des sen­tiers bali­sés de la tra­di­tion ou de la sujé­tion, sans agré­ment d’exo­tismes, par­tout confron­tée aux bilin­guismes, aux langues impo­sées ou empê­chées. » On croise entre ces pages l’ombre heu­reuse de Suzanne Césaire, si mécon­nue, sans laquelle Aimé n’eut pas été le poète que l’on sait, certes, mais qui fut sur­tout, par elle-même, femme de haute écri­ture, comme en témoignent ses articles parus dans la revue Tropiques et que ras­sem­bla d’ailleurs Maximin. Le por­trait de Césaire en « cœur de vol­can engon­cé dans un corps de mon­tagne sou­vent mal cou­pé et un peu trop large » touche par sa jus­tesse et sa ten­dresse. Un long entre­tien de 1982, « La poé­sie, parole essen­tielle », vient com­plé­ter en annexe ce volume qui se pré­sente, d’a­bord, comme un dia­logue en miroir entre la Soufrière vive de Maximin le Guadeloupéen et la Pelée morte — car éteinte, ensom­meillée du moins — de Césaire, « liées en fra­ter­ni­té âpre ». [A.B.]

Éditions du Seuil, 2013

 Utopia, d’Ahmed Khaled Towfik

Pour qui serait subi­te­ment pris d’une furieuse envie de regar­der du côté de la lit­té­ra­ture égyp­tienne contem­po­raine, on ne sau­rait trop recom­man­der ce petit livre à mi-che­min de la dys­to­pie et de la science-fic­tion. On ne deman­de­ra pas à Utopia de nous faire vibrer par le style ou la langue. C’est le pro­pos, bru­ta­le­ment grin­çant, qui résonne avec l’é­poque. Le Caire de 2023 res­semble à celui d’au­jourd’­hui, en pire. Les riches qui déjà dansent sur les rives du Nil à Zamalek dans des res­tau­rants inter­dits au com­mun des mor­tels sont en 2023 enfer­més dans une gigan­tesque bulle poli­cière. Les classes moyennes ont défi­ni­ti­ve­ment dis­pa­ru. C’est bien simple : les uns ont tout, les autres rien. De la bulle, on ne sort plus que pour aller à la chasse aux « Autres », jus­te­ment : ceux d’en face, déshu­ma­ni­sés par la misère, invi­sibles che­villes ouvrières de l’ombre, que des bus enca­drés de mili­taires amènent et rem­mènent chaque soir de l’autre côté des murs. Quand un ado­les­cent d’Utopia, las­sé des plai­sirs faciles et de la drogue, cherche à se fau­fi­ler dans les bidon­villes, c’est pour assas­si­ner un pauvre et rap­por­ter pour preuve de son exploit un membre cou­pé. Mais celui qui part ne s’at­tend pas à ren­con­trer Gaber, men­diant digne et déses­pé­ré, qui ten­te­ra l’im­pos­sible pour prou­ver au gosse de riche cruel et dépra­vé que l’hu­ma­ni­té peut faire men­tir l’hor­reur. En pure perte. Dans ce monde ron­gé jus­qu’à la moelle par l’es­prit de lucre et la vio­lence, il n’est plus vrai­ment d’autre espoir que la pure révolte : « sur toute la ligne d’ho­ri­zon, ils avancent, torches allu­mées, pous­sant des cris de rage. » Le livre fut écrit en 2009, avant le prin­temps arabe. Mais le monde qu’an­non­çait Utopia pour 2023 demeure tou­jours aus­si plau­sible, et ter­ri­fiant. [A.B.]

Éditions Ombres noires, 2013

L’Entraide — L’autre loi de la jungle, de Pablo Servigne et Gauthier Chapelle

La nature, et donc la socié­té, est une arène impi­toyable où s’affrontent les êtres vivants, jusqu’à la vic­toire du plus fort : voi­là, en bref, le mythe véhi­cu­lé par le dis­cours domi­nant et pro­mu par des scien­ti­fiques, des pen­seurs et des entre­pre­neurs de toute sorte — la com­pé­ti­tion, et tous ses ava­tars, est per­çue comme natu­relle. Les auteurs de ce livre, tous deux bio­lo­gistes de for­ma­tion, s’attaquent à l’évidence de cette « loi de la jungle » en mobi­li­sant les nom­breuses avan­cées faites dans des dis­ci­plines aus­si variées que la bio­lo­gie, les neu­ros­ciences, la psy­cho­lo­gie, l’anthropologie ou encore l’éthologie. Tous les orga­nismes vivants — des bac­té­ries aux plantes en pas­sant par les ani­maux et donc nous, les êtres humains — ont tou­jours coopé­rés, ou, pour reprendre le terme inven­té par Élisée Reclus quand il tra­dui­sit l’ouvrage Mutual Aid de Kropotkine, ont pra­ti­qué l’entraide. Comment pro­vo­quer la coopé­ra­tion entre indi­vi­dus, ou entre groupes d’individus ? Quels sont les fac­teurs qui per­mettent à une per­sonne de déve­lop­per son altruisme plu­tôt que son égoïsme ? A la lec­ture de cet ouvrage, on aper­çoit l’ampleur des enjeux que sou­lèvent ces ques­tions. Que ce soit entre groupes sociaux, entre pays, entre géné­ra­tions ou entre espèces, la com­pé­ti­tion ne peut qu’aggraver la dégra­da­tion éco­lo­gique. La course à la puis­sance éco­no­mique à laquelle se livre l’hu­ma­ni­té mène droit à une catas­trophe. Dans l’épilogue, les auteurs s’inquiètent en effet des consé­quences d’un effon­dre­ment sur une socié­té façon­née par « la culture de l’égoïsme », là où tout porte à croire que les groupes qui résistent le mieux aux chan­ge­ments bru­taux sont ceux où l’entraide est la plus forte. Dans la lignée du mou­ve­ment anti-uti­li­ta­riste, ils appellent donc à déve­lop­per une autre mytho­lo­gie, où la sobrié­té et la coopé­ra­tion rem­pla­ce­raient la guerre de tous contre tous. [M.H.]

Éditions Les Liens qui libèrent, 2017

La Grande adap­ta­tion, de Romain Felli

Le sous-titre de cet essai, sor­ti dans la col­lec­tion « Anthropocène » du Seuil, donne le ton : Climat, capi­ta­lisme et catas­trophe. Les trois termes pour­raient être reliés de diverses manières. Comment le catas­tro­phisme empêche-t-il d’agir sur le cli­mat — ou de moins agir des­sus — et contri­bue à la per­pé­tua­tion du capi­ta­lisme ? Comment le capi­ta­lisme, en adap­tant ses formes au chan­ge­ment cli­ma­tique, nous conduit-il à la catas­trophe ? Le prin­ci­pal res­pon­sable de la situa­tion cli­ma­tique actuelle, s’il faut encore le sou­li­gner, est pour Romain Felli, ce sys­tème éco­no­mique qui sans cesse s’adapte aux crises suc­ces­sives. En hom­mage à La Grande trans­for­ma­tion de l’économiste socia­liste hon­grois Karl Polanyi, l’auteur montre com­ment les tenants de l’économie libé­rale et capi­ta­liste adaptent leurs dis­cours au chan­ge­ment cli­ma­tique, et sur­tout leurs réponses à ce chan­ge­ment, afin de faire per­du­rer leur modèle éco­no­mique. Sans jamais remettre en cause les fon­de­ments de la crise envi­ron­ne­men­tale actuelle, ils ont construit une gou­ver­nance mon­diale du cli­mat à l’image de leurs valeurs : mar­chan­di­sa­tion de la nature, indi­vi­dua­lisme, consu­mé­risme… « Les moda­li­tés choi­sies de l’adaptation ne sont pas neutres ; elles tra­duisent une éco­no­mie poli­tique par­ti­cu­lière, celle du capi­ta­lisme. Ignorer cette éco­no­mie poli­tique, conduit à dou­bler la catas­trophe cli­ma­tique d’une catas­trophe poli­tique et sociale ». Les grandes messes de la lutte contre le réchauf­fe­ment cli­ma­tique sont remises en pers­pec­tive avec ceux qui les ont orga­ni­sées ; les rap­ports et ins­ti­tu­tions (rap­port Meadows en 1972, Brundtland en 1987, PNUE) sont démys­ti­fiées. Romain Felli, par son tra­vail cri­tique, nous empêche d’ignorer les méca­nismes qui construisent actuel­le­ment les réponses ins­ti­tu­tion­nelles don­nées au chan­ge­ment cli­ma­tique. Mieux, il poli­tise les recherches scien­ti­fiques sur le cli­mat, en montre leur por­tée sociale, afin de dénon­cer l’accaparement capi­ta­liste de ces pro­blé­ma­tiques. [R.B.]

Éditions du Seuil, 2016

Histoire de l’anticolonialisme en France, du XVIe siècle à nos jours, de Claude Liauzu

Alors que depuis quelques man­dats le pas­sé colo­nial de la France est rela­ti­ve­ment assu­mé par les ins­tances diri­geantes, comme si celles-ci avaient une sou­daine prise de conscience, on oublie que depuis l’origine de la colo­ni­sa­tion cer­tains ont œuvré pour y mettre fin. C’est à ceux-là que Claude Liauzu fait droit dans son Histoire de l’anticolonialisme en France. Débutée au XVIe siècle avec l’esclavagisme et les bal­bu­tie­ments de sa cri­tique, l’ouvrage prend de l’ampleur à par­tir des années 1870. Après un court « recueille­ment » suite à la défaite contre la Prusse, l’entreprise colo­niale s’affirme, en même temps que se construit la IIIe République. L’auteur détaille les par­cours de cer­tains per­son­nages struc­tu­rant de l’époque. Clemenceau, d’abord oppo­sé à la colo­ni­sa­tion dans les années 1880, l’assume com­plè­te­ment lorsqu’il est au pou­voir. L’opinion de Jaurès suit le che­min inverse : il milite contre l’invasion du Maroc en 1911 après avoir rap­pe­lé la néces­si­té de la « mis­sion civi­li­sa­trice » de la France dans sa jeu­nesse poli­tique. Mais, alors que se créent les par­tis poli­tiques modernes, très peu se réclament d’un anti­co­lo­nia­lisme radi­cal : « le plus sou­vent, il est res­té can­ton­né dans des groupes mili­tants ». Les plus viru­lents sont aus­si les plus à gauche et le fait de quelques per­son­nages iso­lés. Toutefois, cette situa­tion évo­lue au fil des conquêtes et des révoltes. La période la plus féconde en réac­tions est celle où la colo­ni­sa­tion engendre des guerres ouvertes en Indochine, en Afrique sub­sa­ha­rienne et en Algérie. L’ouvrage entend ain­si mettre à jour, en France et dans les pays colo­ni­sés, l’histoire de ceux qui ont lut­té lorsque la colo­ni­sa­tion était une poli­tique éta­tique par­mi d’autres. Il entend aus­si expo­ser pour­quoi il y eut si peu d’anticolonialistes et pour­quoi ce par­ti pris a mis tant de temps à s’affirmer. Claude Liauzu rap­pelle fina­le­ment que « quan­ti­té de pro­blèmes actuels ren­voient au pas­sé colo­nial » et ter­mine sur une ques­tion, à laquelle il ne répond que briè­ve­ment : la France est-elle « une socié­té post-colo­niale » ? [R.B.]

Éditions Fayard, réédi­tion 2012

Le Véganisme, de Valéry Giroux et Renan Larue

Qui sont les véganes et que veulent-ils vrai­ment ? Telle est la ques­tion que pose en sub­stance cet humble « Que sais-je ? », sou­cieux de péda­go­gie autant que de pré­ci­sion, coécrit par une doc­teure en phi­lo­so­phie et un ensei­gnant en lit­té­ra­ture. Le véga­nisme — dont la racine anglaise, vegan, remonte à 1944 — est à la fois mode de vie et mou­ve­ment social : qu’il s’in­carne dans le quo­ti­dien ou dans l’ac­tion mili­tante légale ou illé­gale, il s’op­pose à « l’as­su­jet­tis­se­ment, aux mau­vais trai­te­ments et à la mise à mort d’êtres sen­sibles ». En butte à « l’ordre car­niste » et au sys­tème spé­ciste — enten­dus comme autant d’i­déo­lo­gies visant à légi­ti­mer la consom­ma­tion de chair ani­male et l’op­pres­sion d’indi­vi­dus au regard de leur appar­te­nance à une espèce dif­fé­rente, jugée infé­rieure —, les véganes aspirent, comme en son temps Philostrate d’Athènes, à « faire la paix » avec les bêtes que l’Homme com­bat, encage, tor­ture, exploite et assas­sine pour son bon plai­sir. Des abat­toirs tour­nant à plein régime pour trans­for­mer des vies en « viande » aux pous­sins mâles broyés afin de per­mettre le com­merce des œufs (« bios » com­pris), des veaux sépa­rés de leur mère pour appro­vi­sion­ner les super­mar­chés en lait aux lapins condam­nés à ser­vir de cobayes dans les labo­ra­toires, les infor­ma­tions se dif­fusent désor­mais à marche for­cée dans la socié­té : il devient de plus en plus dif­fi­cile de céder à l’« aveu­gle­ment volon­taire ». Les véganes, assure l’ou­vrage, sont l’un des rouages essen­tiels du mou­ve­ment mon­dial de libé­ra­tion ani­male comme de l’i­né­luc­table révo­lu­tion anthro­po­lo­gique. Et les auteurs de louer une approche émi­nem­ment poli­tique et entre­la­cée : un « véga­nisme bien com­pris » — toutes les luttes éman­ci­pa­trices (anti­ca­pi­ta­listes, fémi­nistes, anti­ra­cistes, anti­spé­cistes, etc.) doivent être menées « de front et uni­ment », sans cher­cher à les hié­rar­chi­ser, puis­qu’elles par­ti­cipent d’une même dyna­mique. [E.C.]

Éditions PUF, 2017

Les Ignorants — Récit d’une ini­tia­tion croi­sée, d’Étienne Davodeau

« Tu poses de ces ques­tions des fois… » Voilà ce que rétorque Richard Leroy, vigne­ron, à Étienne Davodeau, auteur de bande des­si­née, quand il demande si « faire du bon vin, c’est aus­si une ques­tion d’éthique ». Parce que Richard n’est pas n’im­porte quel vigne­ron : il a fait le choix de res­ter petit afin de gar­der le contrôle sur la qua­li­té de son tra­vail et uti­lise le prin­cipe de la bio­dy­na­mie sur ses vignes. Il tra­vaille pour cela toute l’année sur son domaine, au gré des sai­sons. Étienne Davodeau — qui se met en des­sin dans cette BD — l’a sui­vi pen­dant plus d’un an pour com­prendre et décou­vrir le monde du vin. Totalement igno­rant, il se fait accom­pa­gner par Richard Leroy dans ce riche uni­vers, où chaque déci­sion a son impor­tance quant à la qua­li­té du vin. Avec cet ouvrage, basé sur un échange entre les deux pro­ta­go­nistes, on rentre dans un monde intime et pas­sion­nant en par­cou­rant le pro­ces­sus de créa­tion du vin du domaine de Montbenault, en Maine-et-Loire. L’auteur-des­si­na­teur par­ti­cipe ain­si au quo­ti­dien du vigne­ron et nous livre des planches très docu­men­tées, réelles et cap­ti­vantes. On recon­naît là son goût du détail et un véri­table tra­vail d’immersion : nous par­tons avec lui sur les routes de France à la ren­contre de dif­fé­rents vignobles, pro­duc­teurs et pas­sion­nés. À l’opposé, Richard Leroy va s’ouvrir à la bande des­si­née, qu’il connaît peu — Davodeau l’amène avec lui lors de forums et dans des réunions avec sa mai­son d’édition. Malgré tout, le vigne­ron nous rap­pelle que « tout est sub­jec­tif dans le vin » et l’ar­tiste s’autorise à dédai­gner quelque grand cru en vidant son verre dans l’évier, pour mieux conclure : « Ne pas savoir c’est être libre ? Paradoxal. » [E.M.]

Éditions Futuropolis, 2011

Écris-moi à Mexico — cor­res­pon­dance inédite 1941–1942, de Victor Serge et Laurette Séjourné

Voilà un recueil qui ravi­ra les lec­teurs du révo­lu­tion­naire russe, pas­sé de l’a­nar­chisme nietz­schéen au trots­kysme cri­tique. Si l’on connais­sait les Mémoires, les romans, les essais, les articles ou les poèmes de Serge, contant l’Europe de part en part secouée par l’es­poir socia­liste, l’homme de chair, de cœur et d’os se déro­bait plus sou­vent qu’à son tour : le « moi » lui répu­gnait, tout esprit poli­tique qu’il était. L’exilé Victor Serge n’a ici plus que quelques années à vivre — il lui fal­lut six mois, depuis Marseille, pour gagner le Mexique. Ce recueil est donc celui d’un homme tout entier absor­bé par le manque de celle qu’il aime et qui, tra­cas­se­ries admi­nis­tra­tives obligent, tarde à le rejoindre. Les lettres se suivent et se res­semblent, lita­nie d’un être épris d’un autre, à la folie, lisant Rimbaud ou Dostoïevski et écri­vant dans un parc en bord de mer, atten­dant et atten­dant en vain. « Tu es ma joie absente », confie-t-il ; « Tu es la grande joie vers laquelle je suis tou­jours ten­du et par laquelle je suis tou­jours muti­lé tant je trouve contre-nature que tu ne sois pas là », insiste-t-il. À La Havane, Serge peste contre le sort fait aux réfu­giés, dont il est, et sup­plie ici autant que là son aimée, Laurette Séjourné, de lui adres­ser quelque lettre pour l’ai­der à mar­cher encore, en dépit des peines d’une vie de com­bat et sur­tout de défaites. Le Mexique lui rap­pelle la Russie — terres hybrides où le pay­san cou­doie la moder­ni­té — mais le soleil ne sau­rait lui suf­fire. « T’aime infi­ni­ment, rien ne m’in­té­resse sans toi », écrit-il inlas­sa­ble­ment. Deux cents pages et des pous­sières, joli­ment impri­mées par cette petite mai­son d’é­di­tion de « lit­té­ra­ture de témoi­gnage », qui éclairent l’homme jus­qu’a­lors quelque peu voi­lé par le mili­tant. [L.T.]

Éditions Signes et Balises, 2017

À la ver­ti­cale de soi, de Stéphanie Bodet

D’elle, nous ne connais­sons qu’à peine son nom, sinon peut-être quelques inter­views accor­dées çà et là à des maga­zines encloi­son­nés dans le trop spé­cia­li­sé. Récit intime aux réso­nances tous azi­muts, la funam­bule des cimes raconte, libère, exor­cise et accède au témoi­gnage, por­té par une dia­lec­tique réduite à l’essentiel, comme cette vie d’arpenteuse des som­mets. L’escalade est une forme de médi­ta­tion en mou­ve­ment, nous dit Bodet, et, par ce pro­ces­sus alchi­mique du contact avec le rocher, l’être se meut tel un récep­tacle de l’invisible, du vapo­reux, bri­sant les œillères de la mas­si­fi­ca­tion. Ulysse aus­si avait appris de cet ensei­gne­ment, au fil de son Odyssée : la néces­si­té de la contem­pla­tion, qui nous fait voir au-delà des choses et nous ancrer par­mi les replis du monde. Ce monde désor­mais uni­for­mi­sé, où l’image rem­place petit à petit la pré­sence — le réel. S’adonner dans les inter­stices secrets de ce monde est alors la condi­tion sine qua none où il nous est encore pos­sible d’embrasser un peu de cette liber­té retrou­vée. Une exis­tence « de salu­bri­té men­tale, qui rompt avec le quo­ti­dien pour se lais­ser por­ter par ses pro­fondes convic­tions ». Écrits fébriles, cane­vas d’une illu­mi­na­tion écaillée, ces pages sont le voyage, inti­miste, d’un uni­vers de paix gla­cée : l’au­teur y narre la gram­maire visuelle des cathé­drales de pierres, où la séré­ni­té était reine d’avant la nais­sance du monde. Jadis cham­pionne d’escalade, vint l’heure de l’épiphanie et le besoin du retrait des podiums, des triomphes concur­ren­tiels. C’est ain­si que Stéphanie Bodet s’obstine à la recherche d’un soi ponc­tué par l’expression d’un vaga­bon­dage des grands espaces, à la manière de la voya­geuse Ella Maillart. Si l’on concède volon­tiers que le style est la conti­guï­té entre lit­té­ra­ture et alpi­nisme, ren­dons-nous à l’évidence : réus­sir cette manoeuvre, tout à la ver­ti­cale de soi, d’aller à l’écho de la réponse de ce que nous allons conti­nuel­le­ment cher­cher dans la mon­tagne, sans jamais nom­mer ce que c’est, n’était pas une mince affaire. [A.R.-G.]

Éditions Guérin, 2016


Crédits de la pho­to­gra­phie de ban­nière : Pentti Sammallahti


REBONDS

Cartouches 26, novembre 2017
Cartouches 25, octobre 2017
Cartouches 24, sep­tembre 2017
Cartouches 23, juillet 2017
Cartouches 22, juin 2017

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.