Bernard Friot : « Nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires pour produire »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Économiste et socio­logue, Bernard Friot défend depuis de nom­breuses années une alter­na­tive au capi­ta­lisme, théo­ri­sée à par­tir de son sujet de pré­di­lec­tion : la sécu­ri­té sociale. Contrairement au reve­nu de base, qu’il qua­li­fie de « roue de secours du capi­ta­lisme », son « salaire à vie » (ou salaire à la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle) s’inscrit autant dans une refonte com­plète de notre rap­port à la pro­prié­té que dans une démarche de sup­pres­sion de notre alié­na­tion au mar­ché de l’emploi. Car, pour Friot, cela ne fait aucun doute : nous tra­vaillons tous, que l’on soit chô­meur, étu­diant, retrai­té ou… tra­vailleur. Au sein de l’association Réseau sala­riat, dont il est cofon­da­teur, il entend décons­truire bou­lon par bou­lon la « reli­gion capi­ta­liste » : il nous en dit davantage.


Dans l’une de vos confé­rences, vous affir­mez que la France n’est pas un État laïc. Pouvez-vous nous expli­quer en quoi le capi­ta­lisme est une reli­gion, d’État qui plus est ?

La France est un État par­tiel­le­ment laïc et c’est heu­reux : la laï­ci­té, en sépa­rant l’État des reli­gions, est une condi­tion de l’émancipation popu­laire car les reli­gions sont de puis­sants sys­tèmes d’adhésion à la classe diri­geante. Mais, jus­te­ment, il y a une reli­gion qui, loin d’être sépa­rée de l’État, y règne en maître : c’est la reli­gion capi­ta­liste. Entendons par là un ensemble très construit de dogmes, de croyances, de rituels qui font pas­ser pour divine la vio­lence des ins­ti­tu­tions du capi­tal. Les dogmes sont construits par la pré­ten­due « science éco­no­mique », qui s’est impo­sée à l’université en excluant les hété­ro­doxes des postes de pro­fes­seur et qui for­mate tout le dis­cours des gou­ver­nants et des médias. Plus la réa­li­té infirme le dogme, plus il est raf­fi­né — avec l’affirmation clas­sique de toute reli­gion : c’est parce que nous ne sommes pas assez fidèles au dogme qu’il n’informe pas encore suf­fi­sam­ment le réel ! La pré­ten­due « science éco­no­mique » pro­cède par injonc­tion per­ma­nente. Les croyances per­mettent d’intérioriser les injonc­tions du capi­tal : nous pré­sen­ter sur le mar­ché du tra­vail comme « deman­deurs d’emploi » (alors que nous sommes les seuls pro­duc­teurs de la valeur !), parce que nous croyons que seuls ceux qui ont un emploi pro­duisent de la valeur éco­no­mique ; nous sou­mettre aux mar­chés finan­ciers parce que nous croyons que l’on ne peut finan­cer l’investissement (et créer de la mon­naie) que par cré­dit ; accep­ter la rému­né­ra­tion du capi­tal parce que nous croyons que l’outil de tra­vail crée de la valeur ; apprendre à vivre avec la souf­france d’un tra­vail mené sous la dic­ta­ture du temps parce que nous croyons que la mesure natu­relle de la valeur, c’est le temps de tra­vail. Je m’en tiens à ces exemples, mais les croyances capi­ta­listes nous enserrent dans un filet très fin.

« Tout cela peut être éten­du à toute la pro­duc­tion, car nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires, ni de prê­teurs pour produire. »

Les rituels, eux, ins­crivent notre quo­ti­dien dans la pra­tique ou l’acceptation des croyances et des dogmes. Là encore, je n’en retiens que quelques-uns dans un ensemble infi­ni. Dès l’enfance, nous enten­dons à la radio et à la télé le prêche des édi­to­ria­listes, qui nous rabâchent ad nau­seam le même ser­mon : si vous n’êtes pas sages, vous irez en enfer (voyez : les Grecs n’ont pas été sages, ils sont en enfer). À la radio tou­jours, l’appel plu­sieurs fois par jour du muez­zin qui, depuis le temple de la Bourse, récite le mou­lin à prières de la cote des titres finan­ciers. Dès le col­lège, nos enfants sont régu­liè­re­ment conduits dans des salons d’orientation où ils vont apprendre à appau­vrir leurs dési­rs pro­fes­sion­nels pour les confor­mer aux « exi­gences du mar­ché du tra­vail », un dieu par­ti­cu­liè­re­ment cruel. Puis il fau­dra aller régu­liè­re­ment à confesse : auprès de conseillers de Pôle emploi et autres ins­ti­tu­tions du mar­ché du tra­vail pour exa­mi­ner avec eux com­ment sor­tir du péché en amé­lio­rant notre employa­bi­li­té, auprès du N+1 pour entre­te­nir soi­gneu­se­ment notre incer­ti­tude sur la légi­ti­mi­té de notre pré­sence dans notre emploi. À l’opposé, dans une pra­tique laïque de l’État, la loi ne doit être por­teuse d’aucune de ces croyances et de ces rituels, leur expres­sion doit être inter­dite dans les ins­tances d’État et les ser­vices publics (mais auto­ri­sée bien sûr sur France Culture le dimanche matin par­mi les autres croyances) ; la loi doit inter­dire leur obli­ga­tion et garan­tir l’impunité pour ceux qui les refusent. Nous en sommes loin, le com­bat laïc a encore fort à faire. Mener la bataille pour la sépa­ra­tion de l’État et de la reli­gion capi­ta­liste est d’autant plus déci­sif aujourd’hui que, chez les socia­listes, les mânes de la sépa­ra­tion de l’État et des églises tra­di­tion­nelles sont invo­quées comme cau­tion de gauche à une poli­tique de sou­tien réso­lu à la reli­gion capi­ta­liste, tan­dis que la laï­ci­té a été récu­pé­rée par le Front natio­nal et Les Républicains comme argu­ment raciste au ser­vice d’une divi­sion popu­laire qui dédouane le capi­tal de sa res­pon­sa­bi­li­té dans la crise du travail.

Quelles seraient les alter­na­tives pos­sibles à ces ins­ti­tu­tions alié­nées au capitalisme ?

Mettre en évi­dence le déjà-là de ces alter­na­tives est tout l’objet de mon acti­vi­té de cher­cheur. Je ren­voie le lec­teur à mes livres, du plus simple (Émanciper le tra­vail, entre­tiens avec Patrick Zech, paru aux édi­tions La Dispute en 2014) au plus tech­nique (Puissances du sala­riat, paru chez le même édi­teur en 2012). Malgré la chape de plomb de la reli­gion d’État, le mou­ve­ment popu­laire a com­men­cé à construire une classe révo­lu­tion­naire qui s’est vic­to­rieu­se­ment oppo­sée aux ins­ti­tu­tions du capi­tal. Contre le mar­ché du tra­vail a été construit le salaire à vie des fonc­tion­naires et des retrai­tés. Contre le salaire « prix de la force de tra­vail », qui fait de nous des mineurs éco­no­miques ayant droit à du pou­voir d’achat, niés comme pro­duc­teurs de valeur, la classe ouvrière a impo­sé le salaire à la qua­li­fi­ca­tion. Contre la mesure de la valeur par le temps de tra­vail, la pro­duc­tion des admi­nis­tra­tions est mesu­rée par la qua­li­fi­ca­tion des pro­duc­teurs. Contre la pro­prié­té lucra­tive, de mul­tiples formes de pro­prié­té d’usage sont en train de s’instituer. Contre le cré­dit à l’investissement, l’impôt et la coti­sa­tion per­mettent de sub­ven­tion­ner des équi­pe­ments col­lec­tifs. Tout cela peut être éten­du à toute la pro­duc­tion, car nous n’avons besoin ni d’employeurs, ni d’actionnaires, ni de prê­teurs pour produire.

[Carl Corey | https://carlcorey.com

Il a été repro­ché à Thomas Piketty de négli­ger, dans son livre Le Capital au XXIsiècle, toute la vio­lence sociale conte­nue dans le rap­port entre un employeur et un employé. Peut-on ima­gi­ner un capi­ta­lisme sans ce rap­port asy­mé­trique, et donc sans cette violence ?

Évidemment pas : la pro­prié­té lucra­tive réserve la pro­prié­té de l’outil de pro­duc­tion à une mino­ri­té, qui exerce une dic­ta­ture sur la majo­ri­té par le double chan­tage à l’emploi et à la dette. Les ins­ti­tu­tions de l’Union euro­péenne, syn­di­cat du capi­tal, orga­nisent depuis les années 1950 ce double chan­tage — avec une constance et une déter­mi­na­tion que des tra­vaux comme ceux de Corinne Gobin, poli­tiste à l’université libre de Bruxelles, ont très bien mon­trées depuis des décen­nies, sans qu’ils aient été pris au sérieux par tous les croyants dans une pos­sible réforme de l’Union euro­péenne. L’affrontement de la troï­ka au peuple grec ouvre aujourd’hui les yeux de cer­tains de ces croyants, et cela en dépit de la mise en scène du jeu de rôles entre Hollande et Merkel et de l’incroyable pro­pa­gande du cler­gé média­tique. Dans une affaire où Le Monde et Libération s’illustrent par leur par­ti­ci­pa­tion sans rete­nue à la curée, de tous les quo­ti­diens, seul L’Humanité sou­tient le peuple grec — même s’il faut déplo­rer qu’elle le fasse sur la base d’un appui sans réserve à Syriza, qui ne mène pas la néces­saire lutte contre la classe capi­ta­liste grecque pour la pro­prié­té popu­laire de l’économie, condi­tion sine qua non de tout bras de fer avec la troï­ka (ce qui nous ren­voie, chez nous, à la dérive sociale-démo­crate du PCF et de la CGT). Puisque vous faites réfé­rence à Thomas Piketty, qui s’inscrit dans la filia­tion de François Furet et de Pierre Rosanvallon (dont la res­pon­sa­bi­li­té dans le dépla­ce­ment à droite du débat public depuis 40 ans est énorme), je note qu’il a pris posi­tion contre la troï­ka, avec tous les éco­no­mistes hété­ro­doxes. Ce qui montre que le refus de l’austérité, qui motive l’essentiel de l’opposition à la poli­tique de l’Union, est à côté de la plaque : la vio­lence du capi­tal exige en réponse la construc­tion d’une auto­no­mie popu­laire sur la base d’une pro­duc­tion alter­na­tive à la pro­duc­tion capi­ta­liste, comme la classe ouvrière, avant son affais­se­ment des 40 der­nières années, a com­men­cé à le faire. C’est de ces acquis — consi­dé­rables — qu’il faut par­tir pour les généraliser.

Pour faire dis­pa­raître la vio­lence sociale due à l’emploi, vous pro­po­sez notam­ment la copro­prié­té d’usage, et donc l’abolition de la pro­prié­té lucra­tive. En quoi cette der­nière est-elle dif­fé­rente de ce que l’on appelle com­mu­né­ment la pro­prié­té pri­vée des biens de production ?

« Seul le tra­vail vivant pro­duit de la valeur — donc si un patri­moine pro­cure un reve­nu, c’est for­cé­ment sur la base de cette extor­sion du tra­vail d’autrui. »

Remplacer dans l’analyse de la pro­prié­té l’opposition pro­prié­té privée/publique par l’opposition pro­prié­té lucrative/d’usage est déci­sif si le mou­ve­ment popu­laire veut sor­tir de son désas­treux mutisme sur la pro­prié­té. « Propriété pri­vée » est un pléo­nasme : le pro­prié­taire d’un loge­ment indi­vi­duel ou le col­lec­tif copro­prié­taire d’une usine en ont un usage pri­vé, per­sonne d’autre que ces pro­prié­taires ne peut dis­po­ser de ce loge­ment ou de cette usine. Le pro­jet d’« abo­lir la pro­prié­té pri­vée » est de ce point de vue un non-sens : seuls des loge­ments ou des outils de tra­vail por­tés par des pro­prié­taires sont réel­le­ment assu­més. C’est pour­quoi ce pro­jet est si peu énon­cé, ou alors selon deux pro­po­si­tions très contes­tables. La pre­mière, tra­di­tion­nelle dans la reven­di­ca­tion de natio­na­li­sa­tions, opère une dis­tinc­tion entre les petits et les gros pro­prié­taires : seuls les seconds seraient concer­nés par la col­lec­ti­vi­sa­tion de la pro­prié­té (le pro­jet étant, je le rap­pelle, de pas­ser du « pri­vé » au « public »)… ce qui revient à lais­ser au capi­tal l’essentiel du tis­su pro­duc­tif, fait de PME, et crée une divi­sion du sala­riat entre les sala­riés des grandes entre­prises et les autres, deux rai­sons essen­tielles de l’échec des natio­na­li­sa­tions, qui ont pour­tant été très nom­breuses au XXe siècle. La seconde, plus récente, consi­dère la pro­prié­té comme une ques­tion dépas­sée, et pré­co­nise l’usage : certes, mais sur quelle base juri­dique et avec quelles capa­ci­tés déci­sion­nelles ? Revendiquer l’usage sans la pro­prié­té ne risque pas de faire peur au capi­tal ! Le capi­ta­lisme ne repose pas sur la pro­prié­té pri­vée des biens de pro­duc­tion mais sur leur pro­prié­té lucra­tive, c’est-à-dire sur la contrainte faite aux non-pro­prié­taires de pré­sen­ter leur force de tra­vail comme une mar­chan­dise sur un mar­ché du tra­vail, afin de pro­duire des mar­chan­dises sous la dic­ta­ture du temps et ain­si d’augmenter le patri­moine des pro­prié­taires. Seul le tra­vail vivant pro­duit de la valeur — donc si un patri­moine pro­cure un reve­nu, c’est for­cé­ment sur la base de cette extor­sion du tra­vail d’autrui dans la sphère de la pro­duc­tion. Y com­pris si l’on est « petit » : pro­prié­taire d’une TPE ou d’une PME, sala­rié action­naire ou titu­laire d’une épargne dont le ren­de­ment est supé­rieur à la crois­sance du PIB cou­rant, loueur d’un bien fon­cier ou immobilier.

Tant que la pro­prié­té lucra­tive n’est pas délé­gi­ti­mée (et inter­dite) dans toutes ses mani­fes­ta­tions, l’œuf volé par le « petit » légi­ti­me­ra le bœuf volé par le « gros ». Contre la pro­prié­té lucra­tive et à sa place, c’est une autre pro­prié­té qu’il faut conti­nuer à construire pour la géné­ra­li­ser : la pro­prié­té d’usage. Propriété, parce que c’est la condi­tion pour déci­der : de l’investissement, de ce qui va être pro­duit, de la hié­rar­chie, du col­lec­tif de tra­vail. Tout cela doit être le fait de cha­cun de nous, nous devons abso­lu­ment deve­nir pro­prié­taires de notre outil de tra­vail (et, j’ajoute, de notre loge­ment, pour pou­voir y appor­ter les modi­fi­ca­tions conformes à notre pra­tique de l’espace pri­vé). Faute d’être nous-mêmes pro­prié­taires, nous sommes impuis­sants devant des pro­prié­taires lucra­tifs qui délo­ca­lisent à leur guise, qui nous imposent l’objet et les condi­tions de notre tra­vail ou des hié­rar­chies sur les­quelles nous n’avons aucune prise, qui nous obligent à res­ti­tuer notre loge­ment dans l’état où nous l’avons trou­vé. Oui, contre cette impuis­sance, nous devons deve­nir tous pro­prié­taires de notre outil de tra­vail et de notre loge­ment, mais pro­prié­taires d’usage ! Qu’est-ce que ça veut dire ? Que nous ne tirons aucun reve­nu de cette pro­prié­té, et qu’elle n’est trans­mis­sible que comme pro­prié­té d’usage. Pas de parts sociales ces­sibles comme dans trop de coopé­ra­tives : dès qu’on est embau­ché, on entre dans l’entreprise avec tous les droits d’un copro­prié­taire (déci­sion sur l’investissement, le pro­duit, la hié­rar­chie, le col­lec­tif de tra­vail…), sans néces­si­té d’un quel­conque apport autre que celui de son tra­vail, et quand on la quitte, c’est sans autre enri­chis­se­ment que celui d’une pro­gres­sion sala­riale, si on a pu pas­ser une épreuve de qua­li­fi­ca­tion grâce à l’expérience acquise. Dans la même logique, la mai­son de famille, la ferme ou l’outil de tra­vail d’un arti­san sont trans­mis­sibles comme pro­prié­té d’usage, et uni­que­ment comme pro­prié­té d’usage. Aucune accu­mu­la­tion indi­vi­duelle et fami­liale ou col­lec­tive n’est possible.

[Carl Corey | https://carlcorey.com

Dans de plus en plus d’entreprises, on dit sup­pri­mer les hié­rar­chies, on auto­no­mise et on implique davan­tage tous les tra­vailleurs dans les créa­tions de « pro­jets ». On leur pro­pose même par­fois de déci­der eux-mêmes de leur salaire !

On peut aus­si venir y tra­vailler en short et tongs et avec son chat. Et, si pos­sible, avec son sac de cou­chage, pour être en per­ma­nence « créa­teur de pro­jet » ! La capa­ci­té de telles entre­prises à esso­rer les jeunes en s’appuyant sur leur inté­rêt pour leur tra­vail pour obte­nir d’eux un infi­ni tra­vail gra­tuit est effec­ti­ve­ment très per­verse. Mais, à 30 ou 35 ans, ils se rendent compte qu’ils ont été floués.

Cette ques­tion vous est très sou­vent objec­tée mais, pour avoir lu et écou­té vos réponses, nous res­tons sur notre faim : qu’est-ce qui pour­rait pous­ser les gens à tra­vailler s’ils reçoivent un salaire à vie ? Ne pro­je­tez-vous vos propres dis­po­si­tions per­son­nelles sur l’en­semble de la popu­la­tion ? Votre anthro­po­lo­gie ne souffre-t-elle pas de quelque candeur ?

« La valeur n’a pas d’autre fon­de­ment que poli­tique, elle est le lieu d’expression de l’enjeu de pou­voir inhé­rent à toute pro­duc­tion, à tout travail. »

Si les réponses que je fais habi­tuel­le­ment à cette objec­tion ne vous satis­font pas, je vais pas­ser par un détour théo­rique sur la valeur et la lutte des classes. Le mot « tra­vail » ren­voie à deux réa­li­tés qu’il faut bien dis­tin­guer. Nous pas­sons l’essentiel de notre vie éveillée dans des acti­vi­tés concrètes qui pro­duisent, avec la nature, des biens et des ser­vices utiles — ou consi­dé­rés comme tels. Ce tra­vail concret est pro­duc­teur de la richesse sans laquelle notre espèce ne pour­rait pas se repro­duire. Et lorsqu’une per­sonne, bien qu’engagée dans ces acti­vi­tés concrètes, dit qu’elle « cherche du tra­vail » ou qu’elle « ne tra­vaille plus », nous sommes ren­voyés à la seconde dimen­sion du tra­vail, celle de sa vali­da­tion sociale et de l’expression moné­taire de cette vali­da­tion dans le pro­fit du pro­prié­taire lucra­tif et le salaire du sala­rié, ou dans le béné­fice du tra­vailleur indé­pen­dant. Ici, ce n’est pas sous sa dimen­sion concrète, en tant que pro­duc­teur de richesse, que le tra­vail est consi­dé­ré, mais en tant que pro­duc­teur de valeur. On parle alors de tra­vail abs­trait : quelles que soient les dif­fé­rences de leur tra­vail concret, une comp­table et un bou­cher peuvent pro­duire la même valeur. Le tra­vail abs­trait déter­mine le tra­vail concret : c’est sur « ce qui vaut » que va se concen­trer la pro­duc­tion de richesse et cela, selon les cri­tères de « ce qui vaut ». Par exemple : si ce sont les trans­ports liés à la route qui valent, il y a peu de chance pour que des moyens de trans­port fer­ro­viaires ou flu­viaux soient pro­duits. Il y a une loi de la valeur, au sens où la pro­duc­tion de richesse est déter­mi­née par la pro­duc­tion de valeur. Penser qu’on pour­rait faire socié­té dans la trans­pa­rence des valeurs d’usage, éli­mi­ner le tra­vail abs­trait, libé­rer la richesse de la valeur en sup­pri­mant la mon­naie et le tra­vail est un rêve mor­ti­fère, qui pré­tend abo­lir le pou­voir par décret et qui empêche de voir que le tra­vail abs­trait est l’objet d’une lutte de classes. Car qui décide de ce qui vaut dans tout ce que nous pro­dui­sons ? La lutte de classes. La valeur n’a pas d’autre fon­de­ment que poli­tique, elle est le lieu d’expression de l’enjeu de pou­voir inhé­rent à toute pro­duc­tion, à tout travail.

La classe capi­ta­liste, en tant que classe diri­geante, exerce une dic­ta­ture sur la pro­duc­tion de valeur en la met­tant au ser­vice de l’accumulation du capi­tal : les richesses pro­duites hors de son emprise (par les retrai­tés, les fonc­tion­naires, les tra­vailleurs indé­pen­dants, les chô­meurs) sont décla­rées sans valeur, tan­dis que valent des biens et des ser­vices par­fai­te­ment inutiles ou dan­ge­reux, dont la pro­duc­tion ali­mente le capi­tal. Mais contra­dic­toi­re­ment, comme nous l’avons vu, une classe révo­lu­tion­naire se construit depuis deux siècles, avec des hauts et des bas, et com­mence à impo­ser une autre pra­tique de la valeur que, dans L’Enjeu du salaire et Éman­ci­per le tra­vail, je qua­li­fie de « sala­riale » parce qu’elle se construit à par­tir des ins­ti­tu­tions du salaire conquises par la classe révo­lu­tion­naire : une pra­tique de la valeur déci­dée par des copro­prié­taires d’usage titu­laires d’un salaire à vie, libé­rés du mar­ché du tra­vail, du chan­tage au cré­dit et de la mesure de la valeur par le temps de tra­vail. La lutte de classes est l’affrontement irré­duc­tible entre deux pra­tiques anta­go­nistes de la valeur. Elle se joue dans la maté­ria­li­té des ins­ti­tu­tions de la pro­duc­tion et dans les repré­sen­ta­tions qu’elles génèrent. La bour­geoi­sie prend l’avantage dans la lutte de classes quand elle réus­sit à impo­ser le gel ou le recul des coti­sa­tions et des impôts qui paient les soi­gnants, les retrai­tés, les fonc­tion­naires, les parents ou les chô­meurs. Quand elle trans­forme le droit au salaire des chô­meurs en droit à l’emploi, la retraite comme salaire conti­nué par la retraite comme salaire dif­fé­ré, le salaire à la qua­li­fi­ca­tion par la sécu­ri­sa­tion des par­cours pro­fes­sion­nels. Quand elle réim­pose le finan­ce­ment à cré­dit des équi­pe­ments col­lec­tifs. Quand, par le new public mana­ge­ment, elle intro­duit la dic­ta­ture du temps dans la pro­duc­tion des ser­vices publics et y rem­place des fonc­tion­naires par des CDI ou des sala­riés asso­cia­tifs. Nous sommes là dans la maté­ria­li­té des ins­ti­tu­tions de la pro­duc­tion. Mais la lutte de classes se joue aus­si dans les repré­sen­ta­tions. Quand un chô­meur dit qu’il ne tra­vaille pas, ou qu’un retrai­té dit qu’il ne tra­vaille plus, il y a, dans cet aveu que ce qu’ils font peut être utile mais ne crée pas de valeur, adhé­sion à la reli­gion capi­ta­liste, alié­na­tion à la vio­lence de rap­ports de classes qui per­mettent à la classe capi­ta­liste de refu­ser de vali­der l’activité qui se déroule hors de l’emploi, dont elle a la maî­trise absolue.

« Quand un chô­meur dit qu’il ne tra­vaille pas, ou qu’un retrai­té dit qu’il ne tra­vaille plus, il y a, dans cet aveu que ce qu’ils font peut être utile mais ne crée pas de valeur, adhé­sion à la reli­gion capitaliste. »

Quand des fonc­tion­naires acceptent l’idée absurde qu’ils dépensent (et non pas qu’ils pro­duisent, comme tous les sala­riés) la valeur de l’impôt qui les paie, ils témoignent aus­si de la même vio­lence et de son inté­rio­ri­sa­tion reli­gieuse : ils croient que, comme ils ont un salaire à vie lié à leur grade, qui est un attri­but de leur per­sonne, et non un salaire à l’emploi (dont le sup­port est le poste de tra­vail, comme dans le pri­vé), ils ne tra­vaillent pas — au sens de : ils ne pro­duisent pas de valeur —, puisque leur tra­vail concret ne s’inscrit pas dans les canons capi­ta­listes du tra­vail abs­trait. L’enjeu est que la classe révo­lu­tion­naire reprenne l’avantage, dans les ins­ti­tu­tions comme dans les repré­sen­ta­tions. Pour m’en tenir à l’objet de votre ques­tion (mais le rai­son­ne­ment serait le même pour la copro­prié­té d’usage de tous les outils de tra­vail, pour le finan­ce­ment de l’investissement sans appel au cré­dit, ou pour le rem­pla­ce­ment de la mesure capi­ta­liste du tra­vail abs­trait par le temps de tra­vail, par sa mesure sala­riale, par la qua­li­fi­ca­tion du pro­duc­teur), nous ne pour­rons géné­ra­li­ser le salaire à vie que si la classe révo­lu­tion­naire retrouve l’offensive et conti­nue à impo­ser la pra­tique sala­riale de la valeur contre sa pra­tique capi­ta­liste, comme elle l’a fait jusque dans les années 1970. Énumérons quelques mots d’ordre et pra­tiques d’une telle ré-offen­sive en vue de l’institution d’un droit poli­tique au salaire, c’est-à-dire d’un salaire attri­bué de façon irré­vo­cable à chaque per­sonne, de 18 ans à sa mort, avec une pro­gres­sion pos­sible par épreuves de qua­li­fi­ca­tion : hausse mas­sive des coti­sa­tions et des impôts qui paient les fonc­tion­naires, les libé­raux de san­té ou les retrai­tés, pour que la valeur qu’ils pro­duisent aille au salaire socia­li­sé, exclu­si­vi­té des mar­chés publics pour les seules entre­prises non capi­ta­listes afin de sor­tir les coopé­ra­tives et le tra­vail indé­pen­dant de la mar­gi­na­li­té, affec­ta­tion de la qua­li­fi­ca­tion, et donc du salaire, à la per­sonne des sala­riés du pri­vé et non à leur poste de tra­vail, trans­for­ma­tion des pré­ten­dues « aides à l’agriculture » en salaire à vie des pay­sans, etc.

[Carl Corey | https://carlcorey.com

Si une telle mobi­li­sa­tion était por­teuse d’une moindre inci­ta­tion à tra­vailler, elle serait immé­dia­te­ment vain­cue par l’adversaire de classe. Et d’ailleurs, qu’est-ce qui pousse aujourd’hui à une telle mobi­li­sa­tion ? Précisément l’expérience que le mar­ché du tra­vail et le mar­ché des capi­taux (ces fouets escla­va­gistes qui sont impli­ci­te­ment der­rière la croyance que leur dis­pa­ri­tion condui­rait à une moindre inci­ta­tion à tra­vailler) sont des ins­ti­tu­tions du tra­vail abs­trait qui empêchent le tra­vail concret, celui des tra­vailleurs bri­dés dans leurs ini­tia­tives par la néces­si­té de pro­duire de la valeur pour l’actionnaire, celui des jeunes sous-uti­li­sés mas­si­ve­ment parce que vic­times du mar­ché du tra­vail, celui des retrai­tés réduits au béné­vo­lat, celui des tra­vailleurs indé­pen­dants ou des patrons de PME réduits aux miettes que leur laissent les groupes capi­ta­listes. La muta­tion sala­riale du tra­vail abs­trait va consi­dé­ra­ble­ment relan­cer le tra­vail concret et, ce qui est encore plus déci­sif quand on consi­dère les consi­dé­rables dégâts anthro­po­lo­giques et éco­lo­giques de la pra­tique capi­ta­liste du tra­vail, le dépla­cer vers d’autres valeurs d’usage si, dès l’enfance, nous sommes édu­qués à la cores­pon­sa­bi­li­té sur la valeur, puisque nous nous serons libé­rés de la dic­ta­ture du capital.

« La croyance dans une révo­lu­tion qui n’aura jamais lieu que demain entre­tient le mythe de l’impuissance des domi­nés aujourd’hui. »

Je résume : la géné­ra­li­sa­tion du salaire à vie contre le mar­ché du tra­vail est l’affaire d’une inces­sante lutte de classes pour construire un tra­vail abs­trait libé­ré de sa pra­tique capi­ta­liste et ren­dant pos­sible un tra­vail concret pour tous dans de bonnes condi­tions anthro­po­lo­giques et éco­lo­giques. Il ne s’agit en aucun cas d’une « autre répar­ti­tion de la valeur » qui affec­te­rait aux per­sonnes sous forme incon­di­tion­nelle une par­tie de la valeur créée par un tra­vail abs­trait inchan­gé. Laissons ce pro­jet aux tenants du reve­nu de base, roue de secours d’une classe capi­ta­liste por­teuse d’un tra­vail abs­trait à ce point aber­rant pour le tra­vail concret qu’elle est prête à mettre en place la sou­pape de sécu­ri­té d’un reve­nu de base per­met­tant à cha­cun, dans les inter­stices que laisse une pro­duc­tion capi­ta­liste inchan­gée, de mener les acti­vi­tés concrètes de son choix : par exemple avoir un jar­din bio dans un océan d’agro-business, pro­duire des logi­ciels libres qui, au bout du compte, ali­men­te­ront le droit de pro­prié­té intel­lec­tuelle des groupes capi­ta­listes de l’Internet. En contra­dic­tion avec cette dérive hélas pos­sible, la géné­ra­li­sa­tion du salaire à vie est une des dimen­sions de la sup­pres­sion de la pro­duc­tion capi­ta­liste et de l’institution, à l’échelle macroé­co­no­mique, d’une autre pra­tique de la valeur et du tra­vail dans laquelle le chan­tage à l’emploi et à la dette céde­ra la place à la cores­pon­sa­bi­li­té dans la pro­duc­tion d’une valeur suf­fi­sante pour assu­rer le droit poli­tique au salaire.

Nous avons récem­ment inter­viewé le socio­logue Alain Bihr. Il nous disait : « Ce qui me paraît fort cri­ti­quable dans l’i­dée de salaire à vie, c’est qu’elle passe à la trappe l’i­dée qu’a­bo­lir le capi­tal, c’est, simul­ta­né­ment et du même mou­ve­ment, abo­lir le sala­riat. Le pro­ces­sus révo­lu­tion­naire est celui par lequel les pro­duc­teurs asso­ciés, et au-delà l’en­semble de la socié­té à tra­vers eux, se réap­pro­prient les moyens sociaux de pro­duc­tion et dirigent, orga­nisent et contrôlent la pro­duc­tion de manière à satis­faire l’en­semble des besoins sociaux. Dans le cadre de pareils rap­ports de pro­duc­tion, il n’y a pas de sala­riat. » Que répondez-vous ?

Alain Bihr fait par­tie de ces mar­xistes (et ils sont hélas nom­breux) qui pensent qu’il n’y a pas de sujet révo­lu­tion­naire effec­ti­ve­ment en train de se construire à l’échelle macro­so­ciale, que la seule classe qui existe est la classe capi­ta­liste. Et cela contre le cœur même de l’œuvre de Marx, ana­lyste magis­tral du capi­ta­lisme comme contra­dic­tion, jour­na­liste soi­gneux des mou­ve­ments révo­lu­tion­naires, acteur de la Première Internationale. Alain Bihr écrit certes sur « les rap­ports sociaux de classes », au sens où il énonce, à juste titre, que les classes ne pré­existent pas à leur conflit et que ce sont les luttes de classes qui pro­duisent les classes, mais les classes qu’il défi­nit ne com­portent… qu’une classe, la « classe capi­ta­liste » qui domine res­pec­ti­ve­ment le « pro­lé­ta­riat », l’« enca­dre­ment » et la « petite bour­geoi­sie ». Le pos­tu­lat de la lutte de classes reste chez lui un élé­ment du puzzle théo­rique mais, dans la réa­li­té, il n’observe aucun résul­tat révo­lu­tion­naire de la mobi­li­sa­tion syn­di­cale ou poli­tique concrète des domi­nés : la qua­li­fi­ca­tion, la sécu­ri­té sociale, la fonc­tion publique, la coti­sa­tion, tout cela peut selon lui appor­ter une cor­rec­tion aux inéga­li­tés sociales et des­ser­rer pro­vi­soi­re­ment l’étau, mais ne consti­tue en aucun cas les pré­mices d’une alter­na­tive, voire sert les inté­rêts fon­da­men­taux du capi­tal. Ce mou­ve­ment ouvrier qui n’a rien conquis de véri­ta­ble­ment sub­ver­sif du capi­tal n’est donc pas un sujet his­to­rique, il n’est pas une classe révo­lu­tion­naire. Seule la classe capi­ta­liste existe comme telle. Alain Bihr n’est pas le seul à exal­ter le mou­ve­ment ouvrier abs­trait mais à faire du mou­ve­ment ouvrier concret un idiot utile du capi­tal, à éla­bo­rer une cri­tique théo­rique du capi­ta­lisme dans l’ignorance de sa cri­tique sociale, à racon­ter la saga d’une classe diri­geante qui a tou­jours la main : la majo­ri­té des cher­cheurs en sciences sociales écrivent l’histoire du point de vue de la domi­na­tion de classe. Par leur fas­ci­na­tion pour le pou­voir, ils sont un élé­ment déci­sif du cler­gé de la reli­gion capi­ta­liste. Je ne parle pas ici des éco­no­mistes ortho­doxes, dont j’ai dit dès le début qu’ils sont le haut cler­gé de cette reli­gion et qui pra­tiquent d’ailleurs, non pas la science sociale (pouah !), mais la science tout court ! Je parle d’un bas-cler­gé d’autant plus effi­cace qu’il cri­tique une domi­na­tion capi­ta­liste dont il nie qu’elle ait com­men­cé à être radi­ca­le­ment mise en cause.

[Carl Corey | https://carlcorey.com

On retrouve là un ingré­dient consti­tu­tif de la reli­gion, qui, je le rap­pelle, n’est pas simple sou­mis­sion, mais aus­si sou­pir du sou­mis contre son maître. De même que la croyance dans la dam­na­tion des riches après la mort entre­tient la sou­mis­sion dans cette vie à ces riches haïs, de même la croyance dans une révo­lu­tion qui n’aura jamais lieu que demain entre­tient le mythe de l’impuissance des domi­nés aujourd’hui. J’ai tout à fait conscience de la gra­vi­té qu’il y a à dire cela, s’agissant de col­lègues aus­si res­pec­tables qu’Alain Bihr ou les Pinçon-Charlot [Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, ndlr], ou trop d’Écono­mistes atter­rés. Si je le dis aujourd’hui avec encore plus de fer­me­té qu’hier, c’est parce qu’il y a urgence à sor­tir d’une cri­tique du capi­ta­lisme aveugle sur les trem­plins révo­lu­tion­naires construits dans la lutte de classes, une cri­tique qui, par son aveu­gle­ment, par­ti­cipe, évi­dem­ment à son corps défen­dant, à la domi­na­tion qu’elle com­bat. Pourquoi Alain Bihr iden­ti­fie-il sou­ve­rai­ne­té sur la pro­duc­tion des pro­duc­teurs asso­ciés et abo­li­tion du sala­riat ? Précisément parce que les sala­riés sont ran­gés chez lui dans deux classes-qui‑n’en-sont-pas, le pro­lé­ta­riat, qu’il défi­nit exclu­si­ve­ment comme domi­né, et l’encadrement, qui regroupe « les agents subal­ternes de la domi­na­tion capi­ta­liste ». Le sala­riat, c’est les pri­son­niers et leurs kapos. Et alors même qu’il insiste sur le papier sur la néces­si­té théo­rique d’une his­to­ri­ci­sa­tion des classes sociales, en pra­tique il les essen­tia­lise : les sala­riés sont enfer­més à vie dans le camp du capi­tal. Rien, dans ce qui s’est pas­sé depuis deux siècles de com­bat ouvrier, n’est fon­da­men­ta­le­ment éman­ci­pa­teur. Le « pro­ces­sus révo­lu­tion­naire » dont il parle dans la cita­tion que vous rap­por­tez est pour demain, Alain Bihr attend le Messie qui balaie­ra la classe capi­ta­liste, et donc le sala­riat qui en est l’appendice. Alors que si, comme je m’y efforce depuis 40 ans dans mon ana­lyse de la sécu­ri­té sociale dans l’Europe conti­nen­tale, on éla­bore une cri­tique théo­rique du capi­ta­lisme à par­tir de sa cri­tique sociale, le sala­riat prend une tout autre cou­leur. En tant que classe ouvrière, il a mené une lutte de classes sur le salaire qui a pro­duit les ins­ti­tu­tions déci­sives que sont le salaire à la qua­li­fi­ca­tion et, plus encore, à la qua­li­fi­ca­tion de la per­sonne qui en fait un salaire à vie, et une socia­li­sa­tion mas­sive de la valeur contra­dic­toire à l’accumulation capi­ta­liste par la par­tie de la coti­sa­tion et de l’impôt qui est affec­tée au paie­ment du salaire à vie et au sub­ven­tion­ne­ment de l’investissement.

« Il y a urgence à sor­tir d’une cri­tique du capi­ta­lisme aveugle sur les trem­plins révo­lu­tion­naires construits dans la lutte de classes. »

Aujourd’hui, où la classe ouvrière s’est affais­sée dans les vieux pays capi­ta­listes — ce qui certes est dom­ma­geable sur le court terme mais doit être lu dans le néces­saire temps long de la révo­lu­tion du mode de pro­duc­tion (après tout, la bour­geoi­sie a mis cinq siècles pour l’emporter comme classe révo­lu­tion­naire sur l’aristocratie féo­dale, et a connu elle aus­si des hauts et des bas dans ce com­bat sécu­laire), l’imposition d’une pro­duc­tion sala­riale sans emploi et sans cré­dit, sans chan­tage donc de la pro­prié­té lucra­tive, relève de la mobi­li­sa­tion et de l’inventivité des orga­ni­sa­tions encore vivantes de la classe ouvrière. Mais aus­si, très au-delà d’elles, de la mobi­li­sa­tion des cadres, écœu­rés des pra­tiques des action­naires et des prê­teurs et qui mettent leur savoir-faire au ser­vice d’une pro­duc­tion alter­na­tive por­tée par de plus en plus de tren­te­naires édu­qués qui refusent, c’est leurs termes, de « pro­duire de la merde pour le capi­tal » ou de se sou­mettre aux injonc­tions d’employabilité. Et aus­si de la mobi­li­sa­tion de tra­vailleurs indé­pen­dants qui ont com­pris que leur inté­rêt n’est abso­lu­ment pas du côté du capi­tal, voire de patrons de PME sur qui pèsent la fonc­tion d’employeur et la pro­prié­té d’un patri­moine dont ils pour­raient être libé­rés par une orga­ni­sa­tion sala­riale de la pro­duc­tion. Le sala­riat comme classe révo­lu­tion­naire en cours d’affirmation face à la classe capi­ta­liste ne se défi­nit évi­dem­ment pas à par­tir du contrat de tra­vail avec un employeur. Il regroupe toutes celles et tous ceux qui assument les ins­ti­tu­tions anti­ca­pi­ta­listes du salaire : droit poli­tique au salaire à vie, copro­prié­té d’usage de l’outil de tra­vail, socia­li­sa­tion de tout le PIB dans la coti­sa­tion-salaire et la coti­sa­tion-inves­tis­se­ment, créa­tion moné­taire sans crédit.

Dans Après l’é­co­no­mie de mar­ché, paru aux édi­tions ACL, Anselm Jappe vous reproche de vous battre pour des choses qui, fina­le­ment, existent déjà (la valeur, l’argent, le salaire, les fonc­tion­naires, les retraites), et estime que votre mon­tagne (la révo­lu­tion) accouche d’une sou­ris. Vous voyez les choses en petit ou Jappe a‑t-il la folie des grandeurs ?

Comme Alain Bihr, Anselm Jappe pense qu’il n’y a pas de sujet révo­lu­tion­naire en construc­tion face à la classe capi­ta­liste, ce qui pour lui n’a d’ailleurs aucune impor­tance. Car la lutte de classes dis­pa­raît chez lui non seule­ment de l’observation concrète, mais de la théo­rie elle-même. Le capi­ta­lisme est défi­ni comme féti­chisme de la valeur, un féti­chisme qui domine tant les capi­ta­listes que ceux qu’ils dominent, les uns comme les autres impuis­sants à conte­nir une dyna­mique éper­due de mar­chan­di­sa­tion pour ten­ter d’échapper à l’implacable baisse ten­dan­cielle du taux de pro­fit, dans une fuite en avant qui débou­che­ra sur une inévi­table apo­ca­lypse. Il reste à espé­rer qu’elle sera joyeuse. Anselm Jappe ne voit les choses ni en petit ni en grand : il déve­loppe du capi­ta­lisme une lec­ture mil­lé­na­riste irres­pon­sable. Ce qui m’importe, c’est de débattre avec ceux que touche cette lec­ture. Car un tel dis­cours sur l’horreur éco­no­mique, sur l’inutilité des mobi­li­sa­tions syn­di­cales, sur la néces­si­té de sup­pres­sion de la valeur, et donc du tra­vail et de la mon­naie, n’est pas sans échos à une époque où, à défaut de pou­voir sus­ci­ter l’adhésion au triste état dans lequel elle met la pra­tique de la valeur et donc le tra­vail concret, la classe diri­geante s’accommode d’opposants qui récusent toute mobi­li­sa­tion pour chan­ger cette pratique.


Photographie de ban­nière : Carl Corey
Photographie de vignette : Cyrille Choupas


REBONDS

☰ Lire notre entretien avec Franck Lepage : « L'école fabrique des travailleurs adaptables et non des esprits critiques », juin 2015
☰ Lire notre entretien avec Alain Bihr : « Étatiste et libertaire doivent créer un espace de coopération », mai 2015

Sur le même sujet :
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.