Franck Lepage : « L’école fabrique des travailleurs adaptables et non des esprits critiques »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Ancien direc­teur du déve­lop­pe­ment cultu­rel à la Fédération fran­çaise des mai­sons des jeunes et de la culture, auteur de confé­rences ges­ti­cu­lées1« Inculture(s) 1 — L’éducation popu­laire, Monsieur, ils n’en ont pas vou­lu (une autre his­toire de la culture) » et « Inculture(s) 2 — Et si on empê­chait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres (une autre his­toire de l’éducation) »., cofon­da­teur de la coopé­ra­tive d’éducation popu­laire Le Pavé et de l’association l’Ardeur, mili­tant se refu­sant artiste, décrit comme un « Desproges bour­dieu­sien2« Franck Lepage. Coluche bour­dieu­sien », por­trait dans Libération, 8 juin 2014. », Lepage affirme que « la démo­cra­tie ne tombe pas du ciel, elle s’apprend et s’enseigne » et que « pour être durable, elle doit être choi­sie : il faut donc que cha­cun puisse y réflé­chir ». Il défend qu’il « incombe à la République d’ajouter un volet à l’instruction publique : une édu­ca­tion poli­tique des jeunes adultes3« Franck Lepage. De l’éducation popu­laire à la domes­ti­ca­tion par la « culture»», Le Monde diplo­ma­tique, mai 2009. ». Dans l’une de ses confé­rences, il explique à tra­vers son propre par­cours et ce qu’il appelle « son échec d’ascension sociale » com­ment le sys­tème édu­ca­tif fran­çais actuel favo­rise la repro­duc­tion des inéga­li­tés de classe et com­ment son regard sur l’éducation a été pro­fon­dé­ment influen­cé par ses études à feu l’Université expé­ri­men­tale de Vincennes, dans les années 1970. Entretien, quelque part en Guadeloupe.


lepage1Dans votre confé­rence ges­ti­cu­lée « Inculture(s) 2 », vous par­lez de l’Université expé­ri­men­tale de Vincennes, qui a ouvert ses portes aux len­de­mains de Mai 68 pour appor­ter une réponse aux reven­di­ca­tions des étu­diants. Comment avez-vous per­çu cette expé­rience ?

C’était un puis­sant sen­ti­ment d’égalité. Comparativement aux autres facul­tés où j’ai étu­dié, je ne m’y sen­tais pas « élève » : je m’y sen­tais chez moi. C’était un sen­ti­ment curieux où l’on se sen­tait com­plè­te­ment maître de ce que l’on avait envie de faire et d’apprendre. Il n’y avait que des gens qui étaient là pour déve­lop­per une pen­sée cri­tique et non obte­nir un diplôme ; il y avait une effer­ves­cence intel­lec­tuelle où tout le monde cogi­tait, une sorte de bouillon­ne­ment incroyable et, pour la pre­mière fois comme étu­diant, j’ai eu l’impression d’être un adulte et que ce que je disais comp­tait. On n’arrêtait pas de pro­po­ser des choses, de modi­fier les cours : nous étions tous cher­cheurs. Il y avait un monde fou : 32 000 étu­diants ! C’était une ville. Il y avait un souk dehors, des assem­blées géné­rales tout le temps, on rece­vait sans arrêt des révo­lu­tion­naires : des Palestiniens, des Irlandais… C’était un endroit où l’on for­mait de la pen­sée contre le capi­ta­lisme, dans les années 1970, puisque l’Université de Vincennes a duré de 1969 à 1980. On pou­vait cir­cu­ler libre­ment dans les salles et si on avait une après-midi à tuer, on pou­vait aller assis­ter à n’importe quel cours. On pou­vait se gaver de savoir cri­tique.

« Il n’y avait que des gens qui étaient là pour déve­lop­per une pen­sée cri­tique et non obte­nir un diplôme ; il y avait une effer­ves­cence intel­lec­tuelle où tout le monde cogi­tait, une sorte de bouillon­ne­ment. »

Il y avait des dépar­te­ments et des filières dans à peu près toutes les dis­ci­plines des sciences humaines, mais aus­si en mathé­ma­tiques et en langues. On pou­vait pas­ser des diplômes mais ils étaient uni­que­ment recon­nus à Vincennes. Le conte­nu des cours était tou­jours négo­cié ; c’était un régime d’assemblée géné­rale per­ma­nente. Il faut se rap­pe­ler que, dans les années 1970, tout était poli­tique. Tout le monde était enga­gé et si tu ne l’étais pas, tu étais un bouf­fon ; aujourd’hui, c’est l’inverse : si tu es enga­gé, tu en es un. Il exis­tait une forme d’égalité avec les pro­fes­seurs, qui étaient sans cesse remis en ques­tion : dès qu’un truc n’allait pas, on séques­trait le pré­sident (qui était un allié). Il y avait des grèves tout le temps ; poli­ti­que­ment, ça n’arrêtait pas. Ça a d’ailleurs été énor­mé­ment décrié par les médias, qui ne voyaient ça seule­ment sous l’angle du fou­toir, du bor­del et de la drogue. Il n’y avait que des adultes et j’y ai ren­con­tré des gens pas­sion­nants. Curieusement, il y a eu très peu de tra­vaux sur cette expé­rience de Vincennes, en tout cas, peu de tra­vaux de fond. Il existe un film, Le Ghetto expé­ri­men­tal, mais il donne une image bor­dé­lique et, pour moi qui l’ai vécu, il ne rend pas jus­tice à ce qu’était Vincennes. Bien sûr, 32 000 étu­diants en auto­ges­tion, ce n’était pas simple ! Il y avait des affiches révo­lu­tion­naires par­tout sur les murs et, pour aller d’un dépar­te­ment à l’autre, il fal­lait tra­ver­ser des ter­rains vagues — mais ce n’était pas cela qui était impor­tant… Les bâti­ments avaient été réqui­si­tion­nés auprès de l’armée. Je n’y ai fait que des études inté­res­santes, je n’ai pas sou­ve­nir d’un seul cours dans lequel je me sois ennuyé. J’ai appris à faire du ciné­ma, des films d’animation, du théâtre forum… Tous les pro­fes­seurs inté­res­sants vou­laient ensei­gner à Vincennes et ils savaient pour­quoi ils étaient là.

Régis Debray a récem­ment décla­ré sur France Inter : « Il y a deux fon­da­men­taux, l’effort de l’élève et l’autorité du maître. Ça paraît banal mais l’enseignement est un lieu d’exigence. […] Et l’autorité du maître est fon­dée sur le savoir, le maître sait des choses que l’élève ne sait pas et donc il y a une hié­rar­chie. Elle est fon­dée sur le tra­vail et sur l’effort qui sont plu­tôt des valeurs de gauche me semble-t-il4Entretien de Patrick Cohen avec Régis Debray, dans La Matinale de France Inter, 28 avril 2015.. » Que vous ins­pire cette autre vision de l’éducation ?

C’est com­plè­te­ment idiot. C’est la vision de l’éducation por­tée par Debray, Alain Finkielkraut, Élisabeth de Fontenay, Charles Coutel et toute leur clique — qui en appellent à l’école comme lieu de dis­ci­pline. C’est toute la théo­rie du maître. On a com­plè­te­ment dépas­sé ça depuis : il suf­fit de lire Le Maître igno­rant de Jacques Rancière pour s’en rendre compte. Pour com­prendre, il faut remettre Debray dans son époque. Les années 1970 sont d’une extrême effer­ves­cence en terme de réflexion péda­go­gique : du fait du plein emploi (du moins pour les hommes, comme le rap­pelle Bernard Friot — les femmes étant alors moins deman­deuses d’emploi) et que tout allait bien, on a com­men­cé à remettre en ques­tion ce qu’était l’école. Il y avait des expé­ri­men­ta­tions péda­go­giques abso­lu­ment par­tout : c’était l’époque des écoles paral­lèles et tout le monde se met­tait à faire de la péda­go­gie à la Freinet. Le sys­tème d’éducation des­cen­dant cen­tré sur le maître, à la mode IIIe République, appa­rais­sait comme non fonc­tion­nel, com­pa­ra­ti­ve­ment. Mais tout ce cou­rant nova­teur allait se refer­mer dans les années 1980, avec l’apparition du chô­mage. L’école allait très bru­ta­le­ment chan­ger de cap pour deve­nir le lieu d’un fan­tasme des pou­voirs publics et des parents, selon lequel c’est à l’école de don­ner un emploi. En quelques années, toutes les expé­riences péda­go­giques dis­pa­rurent et l’on ren­tra à nou­veau dans un sché­ma de l’école orien­tée vers les résul­tats et les diplômes — donc une école extrê­me­ment sélec­tive. Évidemment, cela n’a pas mar­ché et a lais­sé quan­ti­té de gens des classes popu­laires sur le car­reau. Le dis­cours de Debray, qui était par consé­quent réac­tion­naire, pré­co­ni­sa la res­tau­ra­tion de l’autorité du maître. Pourtant, c’est sou­vent une bonne chose quand il y a désa­veu du pro­fes­seur. Nul besoin d’être très maté­ria­liste ou socio­logue pour se rendre compte que lorsque des élèves de ban­lieue envoient bala­der un pro­fes­seur, ils ont sou­vent rai­son de le faire.

debray

Régis Debray (par Aldo Soares, pour Marianne)

On sait par ailleurs que l’autorité com­mence pré­ci­sé­ment là où s’arrête le pou­voir. J’ai été ins­ti­tu­teur dans une école Freinet, durant un an, et mon expé­rience m’a mon­tré que lorsque l’on donne le pou­voir aux enfants, lors­qu’on leur dit qu’ils peuvent par­ler quand ils veulent et à qui ils veulent pen­dant la classe, on a le sen­ti­ment de mettre son propre pou­voir en dan­ger — et c’est ça qui est inté­res­sant ! On est alors obli­gé de revoir com­plè­te­ment son rap­port à l’élève. Et tous les bons pro­fes­seurs que nous avons eus ne se sont jamais ser­vis de leur pou­voir. Ils étaient si sûrs d’eux, dans leur envie d’enseigner, qu’ils étaient prêts à enga­ger un dia­logue avec les élèves, sans être pour autant ter­ro­ri­sés à chaque fois qu’il y avait du cha­hut. Et ces pro­fes­seurs là dis­po­saient d’une grande auto­ri­té tout en n’ayant jamais besoin de se ser­vir de leur pou­voir. On les res­pec­tait consi­dé­ra­ble­ment. Un bon maître, c’est quelqu’un qui s’est débar­ras­sé du pou­voir. Donc la théo­rie du maître telle que la déve­loppe Finkielkraut et sa bande ne tient pas : elle est même gro­tesque. Elle ne sert que l’élite. Toutes les expé­riences que j’ai eues me l’ont mon­tré. Il suf­fit de vous sou­ve­nir quelles sont les matières que vous avez aimé étu­dier : ce sont rare­ment celles où le pro­fes­seur se com­por­tait comme un dic­ta­teur.

Vous venez de citer Rancière. Dans un entre­tien paru dans la revue Nouveaux Regards, il a décla­ré : « Aucune ins­ti­tu­tion n’est en elle-même éman­ci­pa­trice. […] Donc il ne faut pas rai­son­ner en termes d’institution. L’essentiel est d’aider les gens à bas­cu­ler d’un état d’incapacité recon­nue à un état d’égalité où on se consi­dère capable de tout parce qu’on consi­dère aus­si les autres comme capables de tout5Entretien avec Jacques Rancière à pro­pos de l’ouvrage Le Maître igno­rant, Nouveaux Regards, n° 28, jan­vier-mars 2005.» Quelle place à vos yeux pour l’éducation popu­laire ?

« Un bon maître, c’est quelqu’un qui s’est débar­ras­sé du pou­voir. La théo­rie du maître telle que la déve­loppe Finkielkraut ne tient pas : elle ne sert que l’élite. Toutes les expé­riences que j’ai eues me l’ont mon­tré. »

Il y a deux très grandes confu­sions lorsque l’on parle d’éducation popu­laire. Premièrement, l’éducation popu­laire, telle que recon­nue offi­ciel­le­ment et mise sous forme asso­cia­tive, ne fait pas d’éducation popu­laire ! Cela pose pro­blème. Je suis bien pla­cé pour le savoir, j’ai tra­vaillé pen­dant douze ans dans une Fédération d’éducation popu­laire et mon tra­vail a pré­ci­sé­ment consis­té à démon­trer que l’on ne fai­sait pas d’éducation popu­laire. Ils fai­saient de l’animation socio-cultu­relle. Ce n’étaient sûre­ment pas des sujets qui fabri­quaient du savoir poli­tique. Mais pour convaincre une MJC (qui fonc­tionne par offres d’activités, avec 80 acti­vi­tés à 800 euros l’année) de faire du tra­vail poli­tique avec des jeunes, vous pou­vez tou­jours essayer ! Allez expli­quer à une dame qui a payé pour faire du yoga qu’elle doit se mobi­li­ser contre le TAFTA, elle va vous rétor­quer qu’elle a payé pour faire du yoga et vous deman­der de la lais­ser tran­quille ! Le pro­blème a été la pro­fes­sion­na­li­sa­tion de ce qu’a été l’éducation popu­laire dans les années 1960. Et la rin­gar­di­sa­tion pro­gres­sive de l’animation socio-cultu­relle a mené les asso­cia­tions à ne plus faire du tout d’éducation popu­laire : il n’y a plus d’éducation popu­laire dans les Fédérations d’éducation popu­laire.

La deuxième ambi­guï­té, c’est que le terme « édu­ca­tion popu­laire » est mal choi­si : les gens entendent « édu­ca­tion du peuple ». Alors que l’éducation du peuple, c’est l’éducation natio­nale qui s’en charge en ten­tant de faire des­cendre du savoir dans ce qu’ils pensent être des vases vides — dans l’esprit « le peuple est bête, nous allons l’éduquer ». En fait, « popu­laire » est un adjec­tif qui ren­voie à la forme uti­li­sée, qui est popu­laire : c’est donc pré­ci­sé­ment tout sauf une forme des­cen­dante d’éducation. Les Anglais uti­lisent un terme appro­chant, « peer edu­ca­tion » (édu­ca­tion mutuelle). Ce que nous (les gens qui gra­vi­tons dans cette ten­ta­tive de renouer avec l’éducation popu­laire telle qu’on pense qu’elle n’aurait jamais dû ces­ser d’être) fai­sons consiste à fabri­quer ensemble des ana­lyses de la socié­té, donc de la pen­sée poli­tique, à par­tir de la légi­ti­mi­té que l’on se donne à pen­ser que l’on a com­pris des élé­ments de cette socié­té. Donc c’est une pos­ture d’illégitimité radi­cale et ça consiste à construire de la légi­ti­mi­té. Cela ne peut pas fonc­tion­ner avec un sachant et un appre­nant. C’est pour cela que, à mon sens, Michel Onfray ne fait pas d’éducation popu­laire. Ce qu’il fait est très bien, des confé­rences pas­sion­nantes, libres, ouvertes à tout le monde, mais ce n’est pas de l’éducation popu­laire : c’est de l’université ouverte. Ce serait de l’université popu­laire s’il par­tait des gens et pas de son savoir. Il ne fabrique pas du savoir avec les autres.

ranciere-j

Jacques Rancière (DR)

Dans votre confé­rence sur l’éducation, vous expli­quez que l’école se donne comme voca­tion de pré­pa­rer les jeunes à entrer sur le mar­ché du tra­vail et que cer­tains poli­ti­ciens affirment qu’il faut aug­men­ter le niveau de connais­sance comme réponse au chô­mage. Pourquoi, selon vous, est-ce une erreur ?

Le fait de haus­ser le niveau des gens ne sert à rien, s’il n’y a pas en face la struc­ture d’emploi pour accueillir ces com­pé­tences. Et, aujourd’hui, le pro­blème se situe du côté du mar­ché du tra­vail. Le pro­blème est que ce que l’on appelle pudi­que­ment « mar­ché du tra­vail » délo­ca­lise toute la pro­duc­tion à l’étranger — et donc tous les emplois qua­li­fiés. Il ne reste plus que les emplois sans aucune qua­li­fi­ca­tion, pour les­quels il n’y a même pas besoin d’aller à l’école, ou les emplois extrê­me­ment qua­li­fiés. On garde les ingé­nieurs en recherche et déve­lop­pe­ment par stra­té­gie poli­tique parce qu’on veut gar­der « l’intelligence » ici et on garde cer­tains emplois non qua­li­fiés (qui sont de toutes façons non délo­ca­li­sables), mais tout ce qu’il y a entre les deux, on le dégage ! On voit d’ailleurs que l’école qua­li­fie très bien des gens mais que le mar­ché du tra­vail est absent — et de plus en plus absent ! Le pro­blème n’est pas du côté de l’école. Je trouve très éclai­rante la sta­tis­tique selon laquelle un bache­lier d’aujourd’hui a le niveau d’instruction d’un ingé­nieur de 1953 : il y a un immense saut qua­li­ta­tif qui a été réa­li­sé. Quand je tra­vaillais en foyer de jeunes tra­vailleurs, des élec­tri­ciens me disaient qu’ils savaient ce qu’étaient des élec­trons et com­ment ils fonc­tion­naient, mais qu’on ne leur pro­po­sait comme emploi que d’aller chan­ger des ampoules chez Carrefour. Ils se deman­daient pour­quoi on leur avait appris cela puisqu’ils ne pou­vaient pas s’en ser­vir… Le pro­blème est du côté de l’organisation du tra­vail et de la pro­prié­té pri­vée des moyens de pro­duc­tion qui per­mettent les délo­ca­li­sa­tions. Si nous étions éman­ci­pés de ce que Bernard Friot appelle « la pro­prié­té lucra­tive » grâce à la copro­prié­té d’usage des moyens de pro­duc­tion, nous pour­rions réin­ves­tir dans l’organisation du tra­vail ce que nous avons appris à l’école — ce qui, pour l’instant, est impos­sible. Quand les poli­tiques vont ten­ter de mon­ter de niveau d’apprentissage, ce sera le cas uni­que­ment pour quelques-uns, en créant des écoles pour des élites. On cas­se­ra com­plè­te­ment l’éducation natio­nale telle qu’on la connaît aujourd’hui — ce qui lais­se­ra encore plus de gosses, en par­ti­cu­lier issus des classes popu­laires, au bord de la route.

Dans quelle mesure pen­sez-vous que l’école d’aujourd’hui pré­pare les jeunes à l’acceptation du sys­tème néo­li­bé­ral et de ses valeurs ?

« L’école est de plus en plus sélec­tive. Elle a cal­qué ses méthodes d’enseignement sur la logique du mana­ge­ment d’entreprise. »

L’école est de plus en plus sélec­tive. Elle a cal­qué ses méthodes d’enseignement sur la logique du mana­ge­ment d’entreprise — par exemple, en adop­tant la « péda­go­gie par pro­jets » ou en adop­tant le dis­cours des com­pé­tences. C’est une école qui fabrique des tra­vailleurs adap­tables et pas du tout des esprits cri­tiques qui se syn­di­que­ront et feront des grèves. Les méthodes péda­go­giques par pro­jets se pré­sentent tou­jours sous un angle géné­reux (comme le tra­vail en équipe) mais calquent com­plè­te­ment le modèle néo­li­bé­ral de l’entreprise afin de fabri­quer des indi­vi­dus extrê­me­ment auto­nomes et pas du tout des col­lec­tifs, qui risquent de deve­nir contes­ta­taires et de s’organiser dans la cri­tique, si besoin.

Pouvez-vous nous par­ler du pro­jet de l’Union euro­péenne concer­nant l’école ?

Le sché­ma est très simple : c’est la dis­pa­ri­tion des ser­vices publics d’éducation, de toutes les édu­ca­tions natio­nales — pas seule­ment en Europe, d’ailleurs, mais par­tout dans le monde. C’est lim­pide, cela appa­raît par­tout. C’est le trans­fert vers ce que l’on appelle « le mar­ché édu­ca­tif », à savoir des opé­ra­teurs pri­vés d’éducation. Et les logi­ciels vont jouer un rôle majeur dans ce pro­ces­sus. Il est qua­si­ment inévi­table, parce que c’est déjà prêt, que les appren­tis­sages vont se faire sur Internet via des logi­ciels. On voit que l’on peut effec­ti­ve­ment apprendre des choses seul, sans maître et sur Internet (nous le fai­sons tous), et ce sera le logi­ciel qui éva­lue­ra la pro­gres­sion de l’élève dans l’apprentissage de la matière. Les pro­fes­seurs n’ont pas du tout conscience qu’ils vont dis­pa­raître ! Cela leur semble sur­réa­liste car ils pensent être indis­pen­sables. Mais cela arri­ve­ra tel­le­ment vite qu’ils n’auront pro­ba­ble­ment pas le temps de s’organiser pour y répondre. Décalons le pro­blème. Il y avait jusque dans les années 2000 un ser­vice public du chô­mage : l’ANPE. Il y avait des conseillers qui venaient com­prendre la situa­tion du deman­deur d’emploi pour ten­ter de l’aider, de l’orienter, et qui avaient tout le temps néces­saire pour ce faire. On a sup­pri­mé l’ANPE et fait fusion­ner « le cro­co­dile » (le comp­table) et « l’éléphant » (le conseiller) en asso­ciant les ASSEDIC. Et, en géné­ral, quand on asso­cie un cro­co­dile et un élé­phant, c’est plu­tôt le cro­co­dile qui a le des­sus.

finkielkraut

Alain Finkielkraut (DR)

Aujourd’hui, le résul­tat est un ser­vice qua­si­ment pri­vé qui est Pôle Emploi, dans lequel les « opé­ra­teurs » ont exac­te­ment vingt minutes, sur­veillées infor­ma­ti­que­ment, pour rem­plir des for­mu­laires et pour orien­ter les gens qu’ils entendent vers des pres­ta­taires pri­vés de for­ma­tion. Le rôle d’un conseiller de Pôle Emploi consiste désor­mais à faire ren­trer les deman­deurs d’emploi dans un algo­rithme, en fonc­tion de son par­cours et de ses com­pé­tences, qui l’orientera ensuite vers l’un de ces pres­ta­taires pri­vés, qui sont finan­cés pour réa­li­ser des for­ma­tions qui, bien sou­vent, ne servent à rien du tout. On a ici un excellent exemple de la façon dont un ser­vice public est trans­for­mé en un ser­vice pri­vé. Prenons le cas de Manpower : cette entre­prise peut réa­li­ser une conven­tion avec une mis­sion locale et sur, par exemple, les 350 deman­deurs d’emploi, repé­rer ceux qui sont le plus faci­le­ment et rapi­de­ment employables. Admettons qu’il y en ait 150. Elle les récu­père, fac­ture une somme tout à fait hono­rable à l’État pour les caser sur le mar­ché et va sor­tir des résul­tats tout à fait meilleurs que la mis­sion locale. Il reste 200 clam­pins sur le car­reau, qui sont les per­sonnes qui se trouvent dans les plus grandes dif­fi­cul­tés sociales et per­son­nelles. Ensuite, on pour­ra vous dire que le pri­vé marche mieux que le ser­vice public. Je pense que c’est exac­te­ment comme cela que ça va se pas­ser pour l’éducation. Il va y avoir des pres­ta­taires pri­vés qui recru­te­ront les bons élèves et il res­te­ra une forme d’éducation natio­nale pour s’occuper des mau­vais élèves et leur trou­ver un bou­lot, pour balayer les che­veux chez le coif­feur. Voilà, c’est ça le pro­jet.

Et si on vous deman­dait de faire des pro­po­si­tions de réforme de l’éducation natio­nale pour évi­ter la repro­duc­tion des inéga­li­tés de classe, quelles seraient-elles ?

« Il fau­drait affir­mer de façon extrê­me­ment claire qu’il n’y a aucun rap­port entre l’école et le mar­ché du tra­vail et qu’elle n’a pas à s’occuper de cela. »

Rouvrir toute la réflexion des années 1970. Vous voyez bien la dif­fi­cul­té, puisqu’il s’agirait de rechan­ger com­plè­te­ment l’école et non de constam­ment la rafis­to­ler et la sau­ver. Il fau­drait affir­mer de façon extrê­me­ment claire qu’il n’y a aucun rap­port entre l’école et le mar­ché du tra­vail et qu’elle n’a pas à s’occuper de cela ; il fau­drait refaire une école qui fabrique des citoyens cri­tiques, et donc poli­tiques. Bon, vous ima­gi­nez bien la réac­tion des parents, des ensei­gnants et des syn­di­cats ! Mais c’est la seule solu­tion pour gar­der un ser­vice public d’éducation, sauf à vou­loir que cela devienne une filiale de Pôle Emploi. Et cela sup­pose de reve­nir sur la plu­part des fon­da­men­taux : cela devrait être le rôle de l’éducation popu­laire de s’occuper urgem­ment de l’école. Il faut par ailleurs sup­pri­mer le sys­tème des notes, qui repro­duit les inéga­li­tés sociales, et sup­pri­mer le bac­ca­lau­réat, afin de per­mettre à chaque Français d’avoir accès à l’enseignement supé­rieur de son choix. N’importe quelle per­sonne de n’importe quel âge doit pou­voir accé­der à l’université. Une mère de famille qui a éle­vé cinq gosses, si elle a envie de faire une licence de socio­lo­gie ou d’histoire, doit pou­voir le faire. Les plus conser­va­teurs se rebiffent face à tout ceci, mais ils se réveille­ront trop tard. Ensuite, ils iront adhé­rer aux écoles d’élites. Les conseils régio­naux vont mettre de l’argent là-des­sus puisqu’ils savent que l’attractivité d’un ter­ri­toire est liée au nombre d’élites qui s’y trouvent. Actuellement, les conseils régio­naux financent les lycées mais ils ont seule­ment le droit de faire de beaux bâti­ments, sans pou­voir tou­cher à l’enseignement — ils n’attendent que ça ! Et le jour où on leur trans­fé­re­ra la com­pé­tence édu­ca­tive, ils auront de nou­veau de supers pro­fes­seurs, ils aug­men­te­ront les salaires pour atti­rer les meilleurs et cela fonc­tion­ne­ra, car, aujourd’hui, les pro­fes­seurs sont mal payés, ne se sentent pas recon­nus et tra­vaillent dans de mau­vaises condi­tions. On ne leur don­ne­ra que les « gosses qui vont bien » et ils pour­ront enfin ensei­gner dans de bonnes condi­tions la géo­gra­phie ou les mathé­ma­tiques. Et Finkielkraut et Debray diront : « Ah, enfin, on recon­naît les maîtres ! »

Mais il y a quand même beau­coup d’enseignants syn­di­qués, dans l’é­du­ca­tion natio­nale.

« N’importe quelle per­sonne de n’importe quel âge doit pou­voir accé­der à l’université. Une mère de famille qui a éle­vé cinq gosses, si elle a envie de faire une licence de socio­lo­gie ou d’histoire, doit pou­voir le faire. »

On pren­dra les syn­di­cats dans le sens du poil. On va reva­lo­ri­ser le salaire des ensei­gnants. Les syn­di­cats d’enseignants, comme beau­coup d’autres syn­di­cats, ne sont pas sur le fond : ils sont sur la pré­ser­va­tion du sta­tut. Ils sont pris dans un dilemme dans lequel, s’ils vont sur le fond, ils pensent qu’ils vont mettre en dan­ger leur sta­tut. Je l’ai vu avec le syn­di­cat d’éducation popu­laire, celui de jeu­nesse et sport. Critiquer le conte­nu de ce que font les agents, dire que c’est aber­rant, cela signi­fie, pour eux, mettre en dan­ger l’existence même du corps. Ils pré­fèrent ne pas se posi­tion­ner sur le conte­nu et défendre mor­di­cus les sta­tuts. Les syn­di­cats sont les der­niers lieux qui inter­rogent le sens même de l’acte édu­ca­tif, alors que cela devrait être à eux de le faire. C’est tabou ! Nous l’avons vu récem­ment : quand Najat Vallaud-Belkacem a sug­gé­ré d’ouvrir le débat sur les notes et de rem­pla­cer les nota­tions sur 20 par des nota­tions de type ABCDEF (vous voyez la révo­lu­tion : au lieu d’avoir 16, vous aurez B !), les syn­di­cats se sont immé­dia­te­ment oppo­sés en disant qu’il était impen­sable de tou­cher aux notes. Les syn­di­cats les défendent car elles sym­bo­lisent le pou­voir de l’enseignant, alors que les syn­di­cats devraient être les pre­miers à deman­der leur sup­pres­sion. Les syn­di­cats ne défendent pas le métier d’en­sei­gnant, mais le sta­tut. S’ils le défen­daient, ils enten­draient la plainte des ensei­gnants du pri­maire qui hurlent, dans les ate­liers que l’on orga­nise, leur soli­tude et leur désar­roi de n’avoir aucun appui syn­di­cal. Ils disent faire un métier de dingue, dans des condi­tions atroces.

nvb

Najat Vallaud-Belkacem (DR)

Il y a un vrai déni syn­di­cal de la souf­france. Ce que nous allons ten­ter de faire avec l’Ardeur, notre asso­cia­tion, c’est pré­ci­sé­ment de refaire du syn­di­ca­lisme, tel qu’il devrait être fait, c’est-à-dire de l’éducation popu­laire. Nous vou­lons tra­vailler avec les gens à par­tir de ce qu’ils vivent comme souf­france, comme ana­ly­seur du métier. Nous avons été sol­li­ci­tés par les édu­ca­teurs en milieu ouvert, qui sont actuel­le­ment en grande souf­france. Depuis une quin­zaine d’années, on a modi­fié leur métier en le rem­pla­çant par des pro­to­coles : ils doivent faire de la tra­ça­bi­li­té, il y a tout un mana­ge­ment par la com­pé­tence qui s’est mis en place, ils doivent tra­vailler dans des conven­tions plu­ri-annuelles d’objectifs et de moyens, ils doivent jus­ti­fier le nombre de gosses sui­vis et, peu à peu, cela tue le métier… Nous leur avons dit que la pre­mière chose à faire était de repar­tir sur ce qui fait sens pour eux : s’ils pen­saient avoir un vrai métier, les condi­tions pour exer­cer vrai­ment ce métier et s’ils se pen­saient capables de le redé­fi­nir. Un métier, c’est quelque chose que l’on peut faire col­lec­ti­ve­ment — sans cela, c’est une com­pé­tence. Et, aujourd’hui, on demande aux ensei­gnants de se démer­der seuls dans leur classe.

À quoi attri­buez-vous la trans­for­ma­tion de l’image de l’instituteur, par rap­port à celle que l’on pou­vait avoir dans les années 1950, qui donne par­fois le sen­ti­ment que les ensei­gnants sont davan­tage mépri­sés ?

« Cette vio­lence du capi­ta­lisme, les gens ne la dirigent pas contre les vrais res­pon­sables, mais contre l’école. La figure de l’enseignant devient celle de la rai­son pour laquelle mon fils ne réus­sit pas. »

Je ne suis pas sûr qu’il y ait un mépris. Je dirais presque le contraire. Il y a une attente encore plus forte vis-à-vis des pro­fes­seurs, et c’est pour cela qu’ils se font engueu­ler, d’ailleurs. En Guadeloupe, le prof est sacré : il y a de la pau­vre­té, pas de pers­pec­tives d’avenir et l’on attend tout de l’école — ce qui est aber­rant. Le chan­ge­ment de sta­tut de l’instituteur tient, à mon avis, au fait que l’école a mon­té le niveau cultu­rel. Dans une socié­té mas­si­ve­ment indus­trielle, dans laquelle la plu­part des emplois sont dans ce sec­teur, il n’y a pas besoin d’un haut niveau cultu­rel puisque vous allez bos­ser à l’usine ou dans les champs. La culture, c’est alors une chose extrê­me­ment impres­sion­nante. Plus on va vers une socié­té de ser­vices (qui est une socié­té où les métiers sont de plus en plus liés à la culture), plus l’industrie com­mence à être le parent pauvre — sur­tout lorsqu’elle est délo­ca­li­sée, sur­tout lorsque la grande majo­ri­té des emplois sont des emplois de rela­tion. On rentre alors dans ce qu’on appelle le « capi­ta­lisme cultu­rel », où les gens sont tout à fait qua­li­fiés et com­pé­tents grâce à l’école ; on arrive dans une socié­té de ser­vices où il existe néan­moins un pro­blème appa­rent, qui est celui du chô­mage et des dif­fi­cul­tés d’insertion, alors que le pays regorge de richesses. Cette vio­lence du capi­ta­lisme, les gens ne la dirigent pas contre les vrais res­pon­sables, mais contre l’école. La figure de l’enseignant devient celle de la rai­son pour laquelle mon fils ne réus­sit pas. Les ensei­gnants deviennent des enne­mis, sur­tout lors­qu’ils se mettent à ensei­gner véri­ta­ble­ment. Mais on se trompe d’ennemi !

La ques­tion de l’école est donc d’une ambi­guï­té consi­dé­rable. D’où l’urgence de mul­ti­plier par­tout des dis­cus­sions concrètes sur l’école. Il faut faire de la recherche-action et arrê­ter les soi­rées-débats qui ne font que don­ner bonne conscience à ceux qui les orga­nisent. Il ne suf­fit pas d’être conscien­ti­sé. La pen­sée cri­tique est une condi­tion néces­saire mais non suf­fi­sante du chan­ge­ment. Sinon, tous les pro­fes­seurs qui liraient Bourdieu, Rancière ou Badiou don­ne­raient leur démis­sion le len­de­main, et le pro­blème serait réglé. Pour qu’il y ait chan­ge­ment dans une ins­ti­tu­tion, il faut pou­voir faire de l’expérimentation. Les profs qui viennent voir mes confé­rences peuvent en sor­tir convain­cus par l’i­dée que les notes sont de la conne­rie, mais, le len­de­main, ils recom­men­ce­ront à en mettre. Ou alors, il s’agit d’un héros qui va sans tar­der se prendre les parents, les élèves, les col­lègues, l’inspecteur et tout le monde sur la gueule ! La seule pos­si­bi­li­té pour que des ensei­gnants puissent ces­ser de mettre des notes, et négo­cient un autre sys­tème d’évaluation qui devien­drait intel­li­gent, ce serait qu’ils puissent expé­ri­men­ter autre chose, dans des condi­tions pro­té­gées — c’est-à-dire avec le droit de le faire, tout en s’ins­cri­vant dans la durée. Dans ces condi­tions, on pour­rait com­men­cer à dépo­si­tion­ner les pra­tiques. Mais ça, on ne l’a jamais fait.

lordon

Frédéric Lordon (©Baltel / SIPA)

J’en veux aux soi­rées-débats. Elles fabriquent, certes, du temps de cer­veau dis­po­nible pour la révo­lu­tion, mais la seule uti­li­té, pour l’instant, de gugusses comme Franck Lepage, Frédéric Lordon, Bernard Friot ou Étienne Chouard, c’est qu’il y a des cen­taines de mil­liers de jeunes qui sont en train de s’instruire sur la manière dont fonc­tionne le capi­ta­lisme, sur l’illé­gi­ti­mi­té de la dette, etc. Mais ça ne fait pas mou­ve­ment ! Il n’y a pas d’organisation der­rière, ça ne change rien. Cela va sûre­ment ser­vir quand ça va péter, et encore… Car quand ça va péter, mais c’est un autre débat, ça va péter dans les ban­lieues, chez les classes popu­laires, et, grâce à Charlie, les classes moyennes ne se soli­da­ri­se­ront pas. Le Parti socia­liste a réus­si un tour de force : rem­pla­cer un pro­blème de lutte des classes en un pro­blème de lutte des races. On a des mil­liers de jeunes, y com­pris par­mi ceux qui vont cher­cher des réponses chez quel­qu’un comme Soral, qui « cherchent », qui tentent de com­prendre un sys­tème qui n’est plus expli­qué par les orga­ni­sa­tions de la « gauche » tra­di­tion­nelle.

« S’il y a une insur­rec­tion, il y aura des tas de gens dis­po­nibles, et ins­truits sur le capi­ta­lisme (pour le meilleur — Lordon — et pour le pire — Soral). »

S’il y a une insur­rec­tion, il y aura des tas de gens dis­po­nibles, et ins­truits sur le capi­ta­lisme (pour le meilleur — Lordon — et pour le pire — Soral), mais, en l’absence de cette insur­rec­tion, chan­ger l’école, trans­for­mer les dis­po­si­tifs d’insertion, cela ne peut se faire qu’à l’in­té­rieur des dis­po­si­tifs eux-mêmes. Et pour que ces ins­ti­tu­tions se dépo­si­tionnent, il ne suf­fit pas qu’elles sachent. Quand tu vas dire à un char­gé de mis­sion d’insertion qu’il fait de la merde, tout ce que tu fais c’est le rendre plus mal­heu­reux : il le sait déjà. Et toi tu t’en vas, tu lui as mis ça dans la tête, et le len­de­main il retourne faire son bou­lot de merde… Quand un centre social m’a invi­té et qu’il se montre ensuite ravi d’avoir pré­sen­té ma confé­rence, je leur demande s’ils vont pro­po­ser à tous les ensei­gnants du coin de se réunir, tous les pre­miers lun­di de chaque mois, pour conti­nuer le tra­vail. Parce que, si eux ne lancent pas l’invitation, ça ne se fera pas. Et ils ne le font jamais. C’est toute la faus­se­té de cette liber­té d’expression. Cette forme de liber­té d’expression qui ne sert à rien. C’est pour ça que l’on crée l’Ardeur et que Le Pavé explose. Depuis sept ans, Le Pavé ne fait que de la sen­si­bi­li­sa­tion. Et main­te­nant, on arrête. On veut tra­vailler dans la durée avec des gens, des ins­ti­tu­tions. On a choi­si les syn­di­cats, on va tra­vailler avec ce levier-là. Sinon, on ne fait que de la sophro­lo­gie gau­chiste. Ce n’est pas inutile, mais bon…


Portrait-vignette de Franck Lepage : Sarah Kilani

NOTES   [ + ]

1.« Inculture(s) 1 — L’éducation popu­laire, Monsieur, ils n’en ont pas vou­lu (une autre his­toire de la culture) » et « Inculture(s) 2 — Et si on empê­chait les riches de s’instruire plus vite que les pauvres (une autre his­toire de l’éducation) ».
2.« Franck Lepage. Coluche bour­dieu­sien », por­trait dans Libération, 8 juin 2014.
3.« Franck Lepage. De l’éducation popu­laire à la domes­ti­ca­tion par la « culture»», Le Monde diplo­ma­tique, mai 2009.
4.Entretien de Patrick Cohen avec Régis Debray, dans La Matinale de France Inter, 28 avril 2015.
5.Entretien avec Jacques Rancière à pro­pos de l’ouvrage Le Maître igno­rant, Nouveaux Regards, n° 28, jan­vier-mars 2005.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.