Cartouches (26)


Se battre pour son usine en Haute-Garonne, pen­ser la vio­lence des femmes, ima­gi­ner les humains réduits à l’é­tat de bêtes, explo­rer les grands noms de la phi­lo­so­phie alle­mande, en finir avec l’a­gro­bu­si­ness, Angela Davis à la por­tée de toutes et tous, le théâtre comme psy­cho­thé­ra­pie, lire ou relire Orwell, cou­vrir nos murs de mots et ouvrir une Maison du Peuple : nos chro­niques de novembre.


Quand ils ont fer­mé l’usine — Lutter contre la délo­ca­li­sa­tion dans une éco­no­mie glo­ba­li­sée, de Collectif du 9 août

« On a tout gagné, et pour­tant ça ferme » : c’est ain­si qu’un res­pon­sable syn­di­cal résume des années de com­bat contre la fer­me­ture de l’usine Molex, en Haute-Garonne. Dans cet ouvrage, le col­lec­tif du 9 août – com­po­sé de socio­logues, de poli­tistes et d’historiens — retrace et ana­lyse l’histoire, si banale, de la fer­me­ture d’une usine ren­table par une mul­ti­na­tio­nale états-unienne. De l’annonce de la fer­me­ture en 2008 aux pre­mières mobi­li­sa­tions, de la média­ti­sa­tion aux tri­bu­naux, on prend la mesure de la réa­li­té d’un cas deve­nu emblé­ma­tique : à qui s’adresser quand les déci­deurs sont à l’autre bout de la pla­nète et répondent eux-mêmes aux exi­gences de ren­ta­bi­li­té d’actionnaires ano­nymes ? Quelle huma­ni­té com­mune est pos­sible entre l’ouvrier ayant tra­vaillé toute sa vie dans la petite com­mune de Villemur-sur-Tarn, le cadre soli­daire, celui embau­ché uni­que­ment pour fer­mer l’usine sans remous et le diri­geant amé­ri­cain ? Parmi les cen­taines de cas simi­laires, celui-ci frappe par l’ampleur et la durée de son écho média­tique : jouant de l’image du vil­lage gau­lois résis­tant, les Molex incarnent les per­dants du grand jeu des délo­ca­li­sa­tions bour­sières. Les nom­breuses vic­toires judi­ciaires légi­ti­ment la lutte et les reven­di­ca­tions des sala­riés, mais les règles ne vont pas dans leur sens : en 2014, la cour de cas­sa­tion annule un juge­ment pré­cé­dent qui recon­nais­sait la socié­té mère comme co-employeur — elle est donc intou­chable. Fruit d’une enquête de six années, ce livre per­met, au-delà du com­bat contre la fer­me­ture de l’usine, de suivre les efforts déployés pour main­te­nir vivant le col­lec­tif et pour trou­ver une solu­tion pour cha­cun des 283 employés. En conclu­sion, les auteurs ne manquent pas d’alerter sur l’aggravation des condi­tions de licen­cie­ment à chaque loi pas­sée depuis. Le cas Molex lais­sait encore entre­voir la pos­si­bi­li­té d’un rap­port de force, même inégal — il fait main­te­nant par­tie du pas­sé. [M.H.]

Éditions Agone, 2017

Penser la vio­lence des femmes, de Caroline Cardi et Geneviève Pruvost

Parler des femmes vio­lentes, exhu­mer des épi­sodes mécon­nus de par­ti­ci­pa­tion de femmes à des guerres et des conflits, poin­ter le trai­te­ment pénal dif­fé­ren­cié des femmes et des hommes (alors que les femmes repré­sentent en 2007 14,9 % des per­sonnes mises en cause par la police en France, la part fémi­nine de la popu­la­tion car­cé­rale cette même année se situe en des­sous de 4 %). Cette démarche a‑t-elle vrai­ment un inté­rêt ? N’est-ce pas des­ser­vir la cause fémi­niste, qui veut que « le fémi­nisme, lui, n’a jamais tué per­sonne » ? N’est-ce pas s’égarer en prô­nant, même indi­rec­te­ment, une libé­ra­tion par la vio­lence, par l’imitation des hommes vio­lents ? N’est-ce pas, sur­tout, ris­quer d’oblitérer la vio­lence faite aux femmes, infi­ni­ment plus impor­tante que la vio­lence pra­ti­quée par les femmes ? Le grand mérite de l’ouvrage est de ne pas évi­ter ces ques­tions et de ne ces­ser de se confron­ter à l’intérêt et la por­tée d’un tel sujet d’étude. Le ter­rain est périlleux et la dif­fi­cul­té métho­do­lo­gique est d’envergure : il s’agit, pour les coor­di­na­trices du volume ain­si que pour les inter­ve­nants et les inter­ve­nantes, d’étudier des faits sou­vent éva­cués de l’Histoire, voire par les pre­mières concer­nées, qui tentent sou­vent de mini­mi­ser leur vio­lence. C’est contre ce silence, ce déni et ce tabou — oui, les femmes sont aus­si vio­lentes — que s’élève ce volume. Une fois le fait recon­nu et attes­té, il importe de le pen­ser, de l’analyser : pour­quoi les femmes sont-elles vio­lentes ? de quel type de vio­lence s’agit-il ? peut-on ana­ly­ser la vio­lence via le prisme du sexe et du genre ? Et de com­prendre le silence qui l’entoure. Pourquoi Charlotte Corday n’est-elle pas repré­sen­tée dans le célèbre tableau de Jacques-Louis David sur la mort de Marat ? Que veut dire cette indul­gence pénale lorsqu’elle s’accompagne de l’institutionnalisation d’une concep­tion de la femme comme inca­pable d’autonomie, de ratio­na­li­té, et de maî­trise de ses actes, notam­ment poli­tiques ? La vio­lence des femmes est inter­ro­gée du Moyen-Âge à nos jours, par des approches aus­si bien his­to­riques, anthro­po­lo­giques, socio­lo­giques ou lin­guis­tiques : riche et pas­sion­nant. [L.V.]

Éditions La Découverte, 2012

Défaite des maîtres et pos­ses­seurs, de Vincent Message

Le titre vient comme en réponse à l’expression de Descartes, qui sug­gé­rait que le savoir et la science pour­raient « nous rendre comme maîtres et pos­ses­seurs de la nature ». Le livre du roman­cier Vincent Message pro­cède à un bas­cu­le­ment : des colo­ni­sa­teurs venus d’un autre monde sont arri­vés sur Terre et ont pris le des­sus sur l’espèce humaine. Ces êtres « supé­rieurs » traitent les humains de la même façon que nous trai­tons les autres ani­maux aujourd’hui. Malo, nar­ra­teur et des­cen­dant de colons, résume les rela­tions entre notre espèce et la leur : « Il y a […] trois caté­go­ries d’hommes : ceux qui tra­vaillent pour nous ; ceux qui s’efforcent de nous tenir com­pa­gnie ; ceux que nous man­geons. » Au sein de la socié­té, ces dif­fé­rentes formes d’exploitation des humains sont lar­ge­ment accep­tées, jus­ti­fiées, bien que des doutes s’ins­taurent — « cer­tains d’entre nous se sont mis à consi­dé­rer qu’il n’était pas juste de les asser­vir, que les formes d’assujettissement que nous com­men­cions à mettre en place pour eux n’était pas dignes de nous. » Malo lui-même se situe dans quelque entre-deux : ayant aupa­ra­vant tra­vaillé comme ins­pec­teur d’élevages et d’abattoirs (bien peu visibles, sinon dis­si­mu­lés), il a vu l’horreur et l’atrocité des trai­te­ments infli­gés aux humains. Il tra­vaille doré­na­vant dans un comi­té d’éthique défen­dant une loi qui pro­lon­ge­rait de dix ans la vie lais­sée aux hommes tra­vailleurs et humains de com­pa­gnie, ain­si qu’une meilleure régle­men­ta­tion de l’élevage ; réforme inac­cep­table pour cer­tains, quand d’autres la trouvent « bien timide ». La situa­tion devient déli­cate quand Iris — la femme de com­pa­gnie de Malo — a un acci­dent lui écra­sant le pied. Il la pos­sède de manière illé­gale (sans papiers ni bra­ce­let, comme c’est la règle), ce qui la des­tine à l’eu­tha­na­sie. Une issue que Malo refuse : il faut l’opérer pour la sau­ver, quitte à trans­gres­ser les règles. L’histoire, entre roman et conte phi­lo­so­phique, ques­tion­ne­ra le nar­ra­teur comme le lec­teur sur le sort que nous réser­vons, à l’heure qu’il est encore, à ceux que nous consi­dé­rons comme « infé­rieurs ». [M.B.]

Éditions Seuil, 2016|Points, 2017

La Tradition alle­mande dans la phi­lo­so­phie, d’Alain Badiou et Jean-Luc Nancy 

Ce fort mince volume (77 pages, post­face com­prise) est né de l’échange entre deux grands noms de la phi­lo­so­phie, Alain Badiou et Jean-Luc Nancy, lors d’un col­loque orga­ni­sé à l’université des Arts de Berlin en 2016 sur la phi­lo­so­phie alle­mande. Cet échange prend une allure de conver­sa­tion qua­si intime : il s’agit, pour ces deux hommes qui se connaissent bien, de dis­cu­ter, plu­tôt que de la phi­lo­so­phie alle­mande, de leurs rap­ports res­pec­tifs aux figures majeures de la phi­lo­so­phie d’outre-Rhin : Kant, Hegel, Heidegger et Marx. Ce der­nier est objet de débat, Badiou ayant du mal à consi­dé­rer le théo­ri­cien com­mu­niste, dont toute l’œuvre tend vers l’idée d’action, comme un phi­lo­sophe : « Ce sont des pra­tiques qui, peut-être, engagent des élé­ments phi­lo­so­phiques, mais ce ne sont pas des pra­tiques phi­lo­so­phiques. » Le pro­pos, sou­vent allu­sif, offre une voie d’ac­cès inté­res­sante aux enjeux — pas­sés et actuels — de la phi­lo­so­phie alle­mande et per­met d’in­tro­duire plus géné­ra­le­ment à l’in­té­rêt que revêt aujourd’­hui encore la pra­tique phi­lo­so­phique. La prin­ci­pale leçon admi­nis­trée ici est que cette der­nière est insé­pa­rable d’une médi­ta­tion sur les auteurs pas­sés, médi­ta­tion qui per­met de s’ar­ra­cher aux évi­dences du dis­cours ambiant et de retrou­ver, der­rière les textes et les doc­trines, la radi­ca­li­té intran­si­geante de la logique phi­lo­so­phique et des pro­blèmes concep­tuels qu’elle pose. Dans notre temps poli­tique, où les dis­cours contra­dic­toires se suc­cèdent et la parole tend à perdre son sens, les inter­ven­tions d’Alain Badiou et de Jean-Luc Nancy ont au moins l’in­té­rêt de nous rap­pe­ler que la phi­lo­so­phie consiste pré­ci­sé­ment à aller au bout de sa pen­sée, à en tirer toutes les consé­quences et à les assu­mer. [L.V.]

Éditions Lignes, 2017

Cochonneries — Comment la char­cu­te­rie est deve­nue poi­son, de Guillaume Coudray 

Plus qu’un livre sur la char­cu­te­rie et ses évo­lu­tions, Cochonneries est une étude de cas nous éclai­rant — s’il le faut encore — sur les stra­té­gies insi­dieuses de l’in­dus­trie agro-ali­men­taire. En s’in­té­res­sant à deux addi­tifs, le nitrite de sodium (E250) et le nitrate de potas­sium (E252), l’au­teur nous plonge dans l’in­dus­tria­li­sa­tion des pro­duits car­nés. Alors que le Centre inter­na­tio­nal de recherche sur le can­cer a clas­sé « la viande trans­for­mée » comme « can­cé­ro­gène pour l’homme », les groupes agro-ali­men­taires, forts d’un lob­bying rodé par des années de lutte contre les sanc­tions et les res­tric­tions s’en sort tou­jours. Cochonneries, en confron­tant les archives de la presse spé­cia­li­sée, juri­diques ou celles des entre­prises met à jour la volon­té de cacher à tout prix ce qui condui­rait à l’in­ter­dic­tion des pro­duits nitrés. Vendus comme « néces­saires » par les indus­triels, nitrites et nitrates ne sont en fait « utiles » qu’à la colo­ra­tion des pro­duits, et à leur salai­son plus rapide. Chimère de l’a­gro-ali­men­taire, le botu­lisme n’est en rien le fait d’un défaut de nitrites. Guillaume Coudray conte habi­le­ment l’his­toire de cette patho­lo­gie et décons­truit nombre de mythes entou­rant la char­cu­te­rie — en tom­bant mal­heu­reu­se­ment par­fois dans un dis­cours patrio­tique en faveur de « la char­cu­te­rie authen­tique tra­di­tion­nelle » fran­çaise, dont on aurait pu se pas­ser. Enfin, l’au­teur sou­ligne un aspect obs­cur de l’a­gro-ali­men­taire : ses liens avec le monde scien­ti­fique qui font tant écho aux Monsanto Papers, ses liens avec le pou­voir, ses liens avec la dété­rio­ra­tion de la san­té publique. Après L’Empire de l’or rouge de Jean-Baptiste Malet sur les tomates d’in­dus­trie, Cochonneries est un nou­veau jalon dans la cri­tique des firmes agro-ali­men­taires, de leur intri­ca­tion dans l’é­co­no­mie mon­dia­li­sée et des injustes com­plai­sances qui les accom­pagnent. [R.B.]

Éditions La Découverte, 2017

Angela Davis — Non à l’oppression, d’Elsa Solal

La col­lec­tion « Ceux qui ont dit non » d’Actes Sud Junior, à des­ti­na­tion des jeunes lec­teurs et lec­trices, met en scène des hommes et des femmes qui ont su dire non à l’inacceptable, qui se sont enga­gés et bat­tus pour un monde « meilleur » — Non à l’oppression en fait par­ti. Ce livre, écrit par la dra­ma­turge Elsa Solal, a l’originalité de nous pré­sen­ter la grande figure d’Angela Davis via une cor­res­pon­dance ima­gi­naire avec un jeune immi­gré de quinze ans. L’icône de la révolte des Noirs amé­ri­cains, des femmes et des oppri­més s’adresse à cette jeune ano­nyme, dévo­rée qu’elle est par la colère et la haine, comme elle pour­rait s’adresser à toute per­sonne vic­time de l’injustice, à toutes celles et à tous ceux qui souffrent et ne savent com­ment lut­ter. C’est donc tou­jours avec ce sou­ci de l’autre que ce dis­cours auto­bio­gra­phique fic­tion­nel se déve­loppe et qu’Angela Davis raconte : l’enfance dans un quar­tier sur­nom­mé « Dynamite Hill » (en rai­son des nom­breux atten­tats com­mis contre les familles noires), les études à New York et à Paris, l’attentat de Biarritz (où elle perd ses amies d’enfance), la révolte devant les assas­si­nats de Gregory Clark, Leonard Deadwilder, Bobby Hutton, tous maquillés comme des actes de « légi­time défense », l’engagement clan­des­tin, la traque lors de laquelle Davis se retrouve dans la fameuse « FBI 10 most wan­ted », la pri­son pour femmes de New York, le fameux pro­cès, la libé­ra­tion, la lutte qui conti­nue, la foi dans le col­lec­tif qui est pro­cla­mée : « La peur, je crois, ne dis­pa­raît pas. On l’apprivoise, c’est tout, avec digni­té. Même quand je pre­nais la parole en public, le poing levé, le monde entier der­rière moi, j’avais peur, mes jambes trem­blaient. Mais j’étais ensemble. » En à peine soixante-dix pages c’est, à tra­vers le des­tin d’Angela Davis, toute l’histoire de la lutte des Afro-amé­ri­cains qui se trouve esquis­sée, sans oublier la double lutte des femmes et la voix de celle, com­pagne de l’un des lea­ders du Black Panther Party, dont le corps est cou­vert de bleus, lan­çant que « [l]es libé­ra­teurs du peuple, chez eux, ils sont pires que des escla­va­gistes ! ». [L.V.]

Éditions Actes Sud Junior, 2017

Jouer à la Borde — Théâtre en Psychiatrie, d’Henri Cachia

Lorsque l’on nous parle de cli­nique psy­chia­trique, nous son­geons aux fenêtres condam­nées, aux hur­le­ments noc­turnes, à l’en­fer­me­ment. Impossible, tou­te­fois, de conser­ver ces images tor­tueuses après avoir fait l’ex­pé­rience du jeu des acteurs aty­piques de la Borde. Si la vie est un théâtre, alors ce sont les pen­sion­naires de la Borde qui détiennent les clés de la mise en scène. Véritable îlot de la résis­tance psy­cho­thé­ra­peu­tique, ce lieu a vu le jour en 1953, grâce à Jean Oury, fon­da­teur de la psy­cho­thé­ra­pie ins­ti­tu­tion­nelle : plus de hié­rar­chie, plus de domi­na­tion, pas de portes fer­mées à double tour. Le seul maître à la Borde, c’est le par­tage, la col­lec­ti­vi­té, le groupe. Lorsque le comé­dien Henri Cachia arrive sur place, il est fas­ci­né et sou­hai­te­ra par­ta­ger cette expé­rience sin­gu­lière. Plongé dans cette visite gui­dée du lieu, le lec­teur s’empare des extraits des Nouvelles labor­diennes, jour­nal tenu par les pen­sion­naires de la cli­nique. L’écriture gué­rit les maux et devient vite indis­pen­sable : « C’est pour cela, avec l’é­cri­ture que je me suis rele­vé. Maintenant, je me sens bien et, même si c’est invrai­sem­blable (que le jour­nal n’existe plus), je cris pour pré­ser­ver mon petit bon­heur », assure un pen­sion­naire. Cachia nous emmène ensuite dans le Club de la Borde : ici, toutes les envies peuvent être expo­sées. Il y a aus­si la Chapelle, haut lieu cultu­rel du site. Et puis, juste là, le Grand Salon, où se passe tou­jours quelque chose. Surtout, à la Borde, il y a le théâtre. Le 15 août, c’est le grand soir de la pre­mière : « Les fous savaient-ils donc tenir des pro­pos cohé­rents ? Ils ne pas­saient pas leur temps à hur­ler ? À ne pro­fé­rer que des insa­ni­tés ? À s’a­gres­ser mutuel­le­ment ? Et ne sais quoi d’autre encore ? […] Eh bien non ! » Cachia signe un ouvrage plein de dou­ceur qui, à sa lec­ture, nous couvre de joie en son­geant que tout ceci existe bel et bien. [M.S.-F.]

Les Éditions liber­taires, 2015

La Ferme des ani­maux, de George Orwell

Orwell est un nom connu. Mais le connaît-on vrai­ment ? Certes, on sait l’ardent cri­tique du tota­li­ta­risme — avec 1984 — et plus par­ti­cu­liè­re­ment de sa moda­li­té sovié­tique — avec La Ferme des ani­maux. Chute du mur de Berlin et triomphe du libé­ra­lisme obligent, l’i­ma­gi­naire col­lec­tif, por­té par la vague anti-tota­li­taire, a tou­te­fois ten­dance à oublier que la cri­tique orwel­lienne s’enracinait dans un idéal radi­cal, pro­fon­dé­ment éga­li­taire et proche du socia­lisme liber­taire. Peu de gens ont lu ses écrits poli­tiques, ses sou­ve­nirs d’une Birmanie occu­pée ou son récit de ses années de dèche à Paris et à Londres, soit, mais connaît-on vrai­ment ses œuvres phares ? Ce n’est pas ce que pensent les édi­tions L’Échappée, proches des cou­rants liber­taires et décrois­sants, qui vou­lurent, avec cette adap­ta­tion en bande des­si­née, rap­pe­ler le carac­tère ô com­bien contes­ta­taire de l’une de ses publi­ca­tion les plus fameuses. De très bonne confec­tion, on pour­rait tou­te­fois se deman­der pour­quoi une mai­son d’é­di­tion aus­si révo­lu­tion­naire publie un comic… com­man­dé par la CIA ! L’excellent article de Patrick Marcolini, qui sépare en deux cette BD — tra­duite du créole mau­ri­cien par nulle autre que l’ancienne situa­tion­niste Alice Becker-Ho — l’explique. Il rap­pelle que si cela fut en effet publié dans le cadre d’un com­bat cultu­rel anti-com­mu­niste de la CIA, cette BD est demeu­rée étran­ge­ment fidèle à l’œuvre ori­gi­nale — à l’inverse du des­sin ani­mé —, main­te­nant notam­ment le bour­geois (dans ce qu’il a de plus déplo­rable), le cor­beau (sym­bo­li­sant le dog­ma­tisme reli­gieux) et la morale éga­li­taire de l’histoire. Orwell, affirme-t-il lettres à l’appui, n’aurait jamais accep­té un usage anti-éga­li­taire et pro­ca­pi­ta­liste de son tra­vail. Pour cause : La Ferme des ani­maux explique bel et bien que c’est en s’appropriant une ration de nour­ri­ture sup­plé­men­taire que les cochons devinrent peu à peu les sosies des anciens maîtres ! En cela, c’est, selon les mots de Marcolini, le plus bel exemple d’œuvre dia­lec­tique : « retour­née par [la pro­pa­gande], elle par­vient fina­le­ment à retour­ner la pro­pa­gande contre elle-même ». [G.W.]

Éditions l’Échappée, 2016

Tiens ils ont repeint ! 50 ans d’a­pho­rismes urbains de 1968 à nos jours, d’Yves Pagès

Le mur ne devient popu­laire que si des per­sonnes décident d’y ins­crire leurs apho­rismes — illé­gaux et créa­tifs — à coups de craies, de bombes aéro­sol, de canifs, de col­lages ou de sti­ckers… Avec une patience infi­nie, Yves Pagès a chaus­sé les bottes de l’archéologue afin de col­lec­ter à tra­vers le monde plus de 4 000 for­mules éphé­mères, plus ou moins heu­reuses mais comme autant de dis­si­dences ver­bales au regard d’un contexte poli­tique, d’é­vé­ne­ments, de rap­ports sociaux. Sont légion les calem­bours mal­adroits, les jeux de mots potaches, les cita­tions tron­quées, les inven­tions fou­traques d’un nou­veau lan­gage, les cris d’espérés ou de déses­pé­rés, les inven­tions lexi­cales alcoo­li­sées. Cette mémoire inédite et humo­ris­tique conta­mine le lec­teur : résonnent en lui la joie et l’énergie dont ces mots sont por­teurs. Ce livre est une ville débar­ras­sée de l’hygiénisme de notre époque. Déambulant au hasard, on y croise des tags qu’on asso­cie, dis­so­cie, com­pare, ampli­fie, décor­tique. Les poètes de l’ordinaire vivent cachés mais ne s’interdisent pas de lais­ser des traces pour nous aider à sur­vivre dans la nuit du mana­ge­ment, de l’aliénation par le tra­vail, de l’ennui, du machisme et du désastre éco­lo­gique. Ces ins­crip­tions sont des miettes de pain bali­sant quelque éven­tuel che­min de sor­tie. Adeptes de la pun­chline murale, pre­nez le che­min de ce bou­quin d’a­no­nymes talen­tueux qui — par leurs actions et leurs réflexions — façonnent l’hydre d’une révolte infi­nie, car diverse. Lis et prends ton feutre ! [T.M.]

Éditions La Découverte, 2017

La Maison du Peuple, de Louis Guilloux 

Il est des écri­vains pas­sés dans l’oubli, le temps pas­sant et l’amoncellement des livres qui s’en­suit. Louis Guilloux est de ceux-là. Une émis­sion radio lui a récem­ment ren­du hom­mage, reve­nant sur l’immense œuvre qu’il lais­sa. Autre injus­tice à signa­ler : la pré­do­mi­nance d’un roman, en par­ti­cu­lier, sur les autres créa­tions de l’écrivain, Le Sang Noir. Non, Guilloux n’est pas réduc­tibles à ces seules pages, for­te­ment ins­pi­rées de sa propre vie comme de sa rela­tion avec le phi­lo­sophe Georges Palante. Il eut l’occasion d’évoquer son par­cours dans bien des œuvres et la pré­sente concerne l’enfance, son enfance. L’écrivain ori­gi­naire de Saint-Brieuc raconte à tra­vers les yeux d’un jeune gar­çon l’am­bi­tieux rêve de son père : créer une mai­son du peuple dans la ville qui le connaît comme figure locale du socia­lisme et cor­don­nier. Un lieu de ren­contres, un lieu d’organisation, aus­si, celle de la lutte syn­di­cale et poli­tique — voi­là ce que doit être la Maison du Peuple. L’atelier de cor­don­ne­rie ne suf­fit plus à accueillir ceux qui veulent se battre pour inver­ser le rap­port de force dans le tra­vail comme dans la socié­té. Les ren­contres sont de plus en plus nom­breuses et néces­sitent un nou­vel endroit. De l’idée ini­tiale née de la concer­ta­tion entre cama­rades à la réa­li­sa­tion de ce pro­jet jugé fou par une bonne part des obser­va­teurs, Guilloux retrace un com­bat, le com­bat d’un père mili­tant et dévoué, et les sacri­fices de toute une famille qui le suit rangs ser­rés. Un récit à valeur d’é­vi­dence : la per­sé­vé­rance doit être ins­crite au cœur des luttes, d’hier comme d’aujourd’hui. Qui sait si de nou­velles Maisons du Peuple ne se dres­se­ront de nou­veau après ça ? Une lec­ture à pour­suivre, sous les conseils de Camus, avec le court récit Compagnons, l’his­toire d’une ami­tié ouvrière, d’un com­pa­gnon­nage qui dépasse lar­ge­ment celui du tra­vail. La soli­da­ri­té au cœur ! [R.L.]

Éditions Grasset, 2004


Crédits de la pho­to­gra­phie de ban­nière : employés de l’en­tre­prise Pharma Chemical Co., 1920


REBONDS

☰ Cartouches 25, octobre 2017
Cartouches 24, sep­tembre 2017
Cartouches 23, juillet 2017
Cartouches 22, juin 2017
☰ Cartouches 21, mai 2017

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.