Cartouches (15)


L’histoire des Black Panthers, un liber­taire fer­raillant contre son camp, le ter­ro­risme décor­ti­qué, les tags contre la Loi tra­vail, le conte d’un révol­té, le Mexique révo­lu­tion­naire de l’entre-deux-guerres, des récits fan­tas­tiques de l’hé­mi­sphère Sud et un éloge du noma­disme : nos chro­niques du mois de novembre. 


Panthères noires : Histoire du Black Panther Party, de Tom van Eersel

51xsa942tl-_sx324_bo1204203200_Tout le monde a enten­du par­ler du Black Panther Party — ce fameux groupe de révo­lu­tion­naires afro-amé­ri­cains de la fin des années 1960. Une image, au moins, semble connue de toutes et de tous : des hommes et des femmes, col rou­lé noir et veste en cuir sur le dos, armes en main. Une image réelle et pour­tant si réduc­trice dans ce qu’elle véhi­cule, telle un folk­lore venu de temps loin­tains dont nom­breux sont celles et ceux qui n’en savent guère plus. Tom van Eersel, jour­na­liste et his­to­rien, offre dans cet ouvrage court et acces­sible une belle occa­sion de décou­vrir ou de com­prendre ce mou­ve­ment. Du contexte poli­tique par­ti­cu­lier des États-Unis de ces années où est né le BPP, de la ful­gu­rance de son expan­sion sur tout le ter­ri­toire nord-amé­ri­cain, de ses moti­va­tions ini­tiales aux rup­tures qui le tra­ver­se­ront au bout de quelques années seule­ment, des ponts créés avec d’autres mou­ve­ments de lutte natio­naux et inter­na­tio­naux, mais aus­si de la répres­sion et de l’a­bat­tage féroce et sans scru­pules dont il a été vic­time alors : tout le tableau y est. Le Black Panther Party naît quand les espoirs por­tés par Malcolm X ou Martin Luther King meurent avec eux. S’il effraie autant les auto­ri­tés amé­ri­caines, d’a­lors mais pro­ba­ble­ment encore d’au­jourd’­hui, c’est bien dans sa capa­ci­té de fédé­rer — aus­si vite et autant de monde — autour d’un pro­jet poli­tique et idéo­lo­gique implan­té dans la base et maté­ria­li­sé par toute une série d’ac­tions concrètes et au ser­vice direct de la com­mu­nau­té du peuple noir amé­ri­cain oppri­mé. La poli­ti­sa­tion par l’ac­tion et l’ac­tion poli­ti­sée, voi­là la ligne de crête sur laquelle ce mou­ve­ment s’est débat­tu — aus­si bien dans les débats qui l’ont tra­ver­sé en interne que face à la bru­ta­li­té d’une répres­sion gou­ver­ne­men­tale qui n’a pas hési­té à user des méthodes les plus illé­gales et illé­gi­times pos­sibles. Ce livre, fruit de deux années de tra­vail de docu­men­ta­tion et de ren­contres, amène autant de pistes à qui se demande peut-être ce qui a pro­vo­qué la chute bru­tale de ce mou­ve­ment qu’à ceux qui auraient besoin, en ces temps actuels, de retrou­ver ins­pi­ra­tion. [C.G.]

Éditions L’échappée, 2006

Non-conforme, de Georges Fontenis

georges-fontenis« L’effort réside dans le sou­ci d’être vrai et de ne jamais flat­ter la faci­li­té. » Georges Fontenis, mili­tant liber­taire d’en­ver­gure, à 80 ans pas­sés, ne tourne pas autour du pot. Le confor­misme des mots d’ordres, du voca­bu­laire employé dans les mou­ve­ments mili­tants, comme le radi­ca­lisme de façade, il les passe au crible dans ce recueil de réflexions. L’homme avait déjà consi­dé­ra­ble­ment secoué le mou­ve­ment liber­taire de l’a­près guerre en dénon­çant les concep­tions trop phi­lo­so­phiques d’un anar­chisme qu’il qua­li­fiait de vague et sen­ti­men­tal. L’auteur évoque les anti­sé­mi­tismes, l’État, le fémi­nisme, l’ho­mo­sexua­li­té, l’é­du­ca­tion… Pointant le mani­chéisme, les excès, pour ne pas dire le fana­tisme par­tout où il le trouve (dans les cou­rants femi­nistes, LGBT ou anti-racistes par exemple). Il se déses­père du syn­drome de « l’en­fant roi » et du manque d’au­to­ri­té rai­son­née de la part des adultes, qu’ils soient parents ou ensei­gnants. Le malaise des ban­lieues ? Il existe bien évi­dem­ment, et il faut résoudre les pro­blèmes plu­tôt que les nier, en se cachant der­rière une idéo­lo­gie ou autre chose… Étonnant de la part d’un com­mu­niste liber­taire ? Excessif à son tour, celui qui dénonce jus­te­ment cer­taines exa­gé­ra­tions ? À cha­cun de se faire son avis. Certaines mau­vaises langues, cita­tions hors contexte à l’ap­pui, qua­li­fie­ront peut être ce recueil de réflexions de conser­va­teur, voir de réac­tion­naire. Lecture mal­hon­nête pour esprit pares­seux, bien enten­du. Mieux vaut juger sur pièce. Être vrai, réa­liste, fut un sou­ci constant de l’au­teur, dans ce livre, comme tout au long de sa vie mili­tante d’ailleurs. Il faut aus­si gar­der à l’es­prit que c’est un homme né dans les années 1920 qui écrit ; il l’a­voue dans son intro­duc­tion : « Ce constat se teinte sans doute d’une cer­taine lassitude…sans enta­mer tou­te­fois l’es­poir d’un autre monde que nous vou­lons, parce que d’autres com­por­te­ments sont pos­sibles, à notre por­tée même. » Une lec­ture salu­taire ! [W.]

Editions Bénévent, 2002

De la guerre et du ter­ro­risme, de Michael Walzer

160_walzerIl trône par­tout autour de nous : dans les médias, au détour d’une conver­sa­tion de métro, dans les larmes de ceux qui font le deuil des vic­times. Le ter­ro­risme, ce mutant dont on n’a jamais pu sai­sir la défi­ni­tion noyée dans un bain de sang, se doit aujourd’hui d’être expli­qué, décor­ti­qué et sai­si dans son essence. C’est pro­ba­ble­ment la meilleure manière de le com­battre : le com­prendre pour l’atteindre avant de lui faire front. C’est ce que fait Michael Walzer, pro­fes­seur en sciences sociales à l’Institut des hautes études de l’université de Princeton, dans son ouvrage De la guerre et du ter­ro­risme. Recueil de dif­fé­rentes confé­rences et de textes sur le ter­ro­risme et les théo­ries sur la guerre, l’oeuvre fait polé­mique. Ceci ne sur­pren­dra per­sonne : un sujet qui, en soi, fait débat, amè­ne­ra le lec­teur à dou­ter. Walzer s’interroge notam­ment sur les apo­logues du ter­ro­risme, ce qui les pousse à de tels actes, ce qu’il appelle « la morale de l’excuse ». Il va contre­dire cer­taines thèses éta­blies par la doxa, comme par exemple celle qui affirme que le ter­ro­risme émane de la pré­ca­ri­té et du sous-déve­lop­pe­ment de cer­tains pays : « La misère et l’inégalité ne suf­fisent pas à expli­quer l’apparition des mou­ve­ments natio­na­listes ter­ro­ristes, notam­ment isla­miques. On le voit bien en se livrant à un exer­cice de com­pa­rai­son poli­tique. C’est en Afrique, indu­bi­ta­ble­ment, qu’apparaissent les pires retom­bées de l’inégalité glo­bale ; la res­pon­sa­bi­li­té des Occidentaux quant à la pro­duc­tion et la repro­duc­tion de l’inégalité y est fla­grante et demeure majeure […]. Et pour­tant la dia­spo­ra afri­caine n’est pas une serre chaude où éclosent les ter­ro­ristes. » Bien qu’il détruise les argu­ments ter­ro­ristes de bout en bout, Walzer admet que, dans cer­tains cas excep­tion­nels — il reprend l’expression « urgence suprême » de Churchill — le ter­ro­risme peut être uti­li­sé. Il est rare de pou­voir lire des ouvrages phi­lo­so­phi­que­ment bien menés sur un sujet tou­jours trop ancré dans la poli­tique, la psy­cho­lo­gie et la socio­lo­gie. Ici, nous avons un véri­table ques­tion­ne­ment sur l’urgence, le prin­cipe de cau­sa­li­té du ter­ro­risme et l’histoire qui a bou­le­ver­sé les théo­ries des spé­cia­listes. Si pour Walzer la ques­tion de la défi­ni­tion du ter­ro­risme ne se pose pas vrai­ment, d’autres inter­ro­ga­tions sont fon­da­men­tales : le ter­ro­risme est-il une guerre ? Si oui, est-il une guerre juste ? Que disent les défen­seurs du ter­ro­risme ? Des ques­tions qui res­tent, douze ans après la publi­ca­tion de De la guerre et du ter­ro­risme, ter­ri­ble­ment actuelles. L’ouvrage pro­longe la réflexion déjà menée sur le sujet dans son ouvrage Guerre justes et injustes, publié à chaud au len­de­main des atten­tats du 11 sep­tembre 2001. [M.S.F.]

Bayard, 2004

Un anar­chiste — Un conte déses­pé­ré, de Joseph Conrad

1367721-gf« Il ne faut pas beau­coup pour perdre un homme. » Ouvrier méca­ni­cien à Paris, Paul mène une vie sérieuse et plu­tôt banale. Pour célé­brer son vingt-cin­quième anni­ver­saire, deux amis lui pro­posent d’aller dîner dans un café, bou­le­vard de la Chapelle. L’alcool, absor­bé en grande quan­ti­té, et les remarques d’inconnus ayant rejoint la fête lui apportent « des idées noires » : il prend conscience du « sort pitoyable et cruel de l’humanité » et, dans un même élan, saute sur la table et s’écrie « Vive l’anarchie ! Mort aux capi­ta­listes ! ». C’est le début d’une série de déboires : licen­cié, il devient « com­pa­gnon » et par­ti­cipe, sans le vou­loir, aux acti­vi­tés illé­gales d’un groupe anar­chiste ; empri­son­né dans un bagne de Guyane, il s’évade et se trouve pié­gé par le res­pon­sable d’un éle­vage de bétail appar­te­nant à « une célèbre com­pa­gnie de fabri­ca­tion d’extrait de viande » qui se sert de son sup­po­sé enga­ge­ment pour le gar­der cap­tif car qui vou­drait embau­cher un anar­chiste ? Dans cette courte nou­velle publiée en 1906 dans la revue Harper’s Magazine, Conrad raconte une tra­gé­die indi­vi­duelle ; cri­tique, non sans iro­nie, les pre­mières mul­ti­na­tio­nales et leur appé­tit pour la publi­ci­té ; et s’intéresse à la figure de l’anarchiste. Car bien que vic­time de mal­chance, Paul res­semble « vrai­ment à beau­coup d’autres anar­chistes. Le cœur chaud et la tête faible, voi­là le fin mot de l’énigme ; c’est un fait que tout indi­vi­du capable de sen­ti­ment et de pas­sion trans­porte en lui les contra­dic­tions les plus amères et les conflits les plus meur­triers du monde. » [M.H.]

Éditions Mille et une nuits, 2013 (1906)

☰ Murs popu­laires — Tags du mou­ve­ment contre la loi Travail, d’Alexandre Chenet, Guillaume Justo, Jules Justo et Antonin Sabot

murs-populaires« Demain s’ouvre au pied de biche. » Le moins que l’on puisse dire est que durant le mou­ve­ment contre la loi de tra­vail, les mani­fes­tants ont déci­dé de tailler ce pied de biche pour faci­li­ter le chant des len­de­mains à coups d’aphorismes qui déchirent le voile du spec­tacle de l’actuelle socié­té capi­ta­liste. « La rue est à nous » mais ses murs aus­si. Sur ces murs, on peut reven­di­quer un ima­gi­naire et des injonc­tions contraires à celles impo­sées par les domi­nants ! Comme l’écrivent les quatre mili­tants de la CNT qui ont per­mis la sor­tie de ce livre : « par son inven­ti­vi­té, sa déter­mi­na­tion et son inso­lence, ce mou­ve­ment a fait des murs de France un ate­lier d’écriture sub­ver­sif. » Les slo­gans qui com­posent ce livre contestent l’État, le sys­tème capi­ta­liste, la domi­na­tion et l’exploitation en met­tant en avant une culture alter­na­tive, des moyens de lutte, des objec­tifs de libé­ra­tion, une atti­tude face aux struc­tures… tou­jours sur le registre d’un humour qui va jusqu’à moquer le mou­ve­ment lui-même. Ces filles et fils de Guy Debord ont bien com­pris qu’il faut retour­ner le capi­ta­lisme en usant de ses propres armes qui sont la séduc­tion et le détour­ne­ment — le confor­misme et le consen­te­ment à l’ordre des puis­sants ne sont alors plus une fata­li­té mais plu­tôt un théâtre de guerre à conqué­rir. Comme un fil rouge, on sent qu’ayant conscience de leur propre alié­na­tion, les tag­gers inversent ce stig­mate d’aliéné en ren­dant dési­rable l’acte d’émancipation sur un registre fes­tif. Ils firent, leur, l’injonction de Maïakovski, en « arra­chant la joie aux jours qui filent ». Cette écri­ture popu­laire recréant des murs d’expression libres nour­rit des ima­gi­naires alter­na­tifs tout en étant une mani­fes­ta­tion immé­diate et concrète de « la pro­pa­gande par le fait ». Cette pro­pa­gande est un pas de côté qui enjambe nos rythmes de vie quo­ti­diens, nos frus­tra­tions banales car lar­ge­ment par­ta­gées, nos réfé­rences liées à la culture popu­laire pour les moquer en en don­nant un conte­nu sub­ver­sif. Nos quatre gla­neurs pro­posent un objet construit en neuf sec­tions : le mou­ve­ment, la loi tra­vail, les poli­ti­ciens, le 49.3, la répres­sion et mise au pas de la manif, la culture popu­laire du détour­ne­ment, la conver­gence des luttes ?, l’argent féti­chi­sé et ses mani­fes­ta­tions, l’État d’urgence ain­si qu’une chro­no­lo­gie en conclu­sion. Chaque cha­pitre est intro­duit par une note intro­duc­tive ana­ly­tique tant d’un point de vu lit­té­raire que concep­tuel, idéo­lo­gique ou poli­tique. On y voit coha­bi­ter des élé­ments aus­si bien fac­tuels qu’affectifs dans un dosage har­mo­nieux. Résumons ce livre en une para­phrase per­son­nelle d’un des tags les plus connus du prin­temps : « dans ce livre, ce n’est pas la mani­fes­ta­tion qui y déborde mais le débor­de­ment qui devient un mani­feste. » [T.M.]

Éditions CNT-RP, 2016

Viva, de Patrick Deville

pho0bf30088-285b-11e4-975e-a3dfdd16c4d0-270x400Imaginez une fresque. Un mural, comme le disent les his­pa­no­phones. Saturée de per­son­nages, de décors et de détails, de plans et de pig­ments. Patrick Deville — douze livres en vingt-sept ans — s’est fait ici le peintre du Mexique : celui, plus pré­ci­sé­ment, de l’entre-deux-guerres. « Le Mexique est un pays auquel un étran­ger ne peut pas com­prendre grand-chose. La plu­part des Mexicains n’y entendent rien non plus. » On croise, dans ce « roman sans fic­tion » (c’est ain­si que l’au­teur parle de ses ouvrages, qui ont tou­te­fois, à pre­mière et der­nière vue, tout du récit), Léon Trotsky dans un wagon lam­bris­sé après qu’un cer­tain Staline l’a chas­sé de l’Union sovié­tique (« [Trotsky] a tou­jours pen­sé qu’il suf­fi­sait d’a­voir rai­son et en cela même il eut tort. Il croyait que l’exemple suf­fi­rait, l’ac­tion, le cou­rage phy­sique, la pro­bi­té, la rai­son. Il est un héros de l’Antiquité, un homme de Plutarque. ») , le poète et boxeur Arthur Cravan, l’é­cri­van et insur­gé en exil Traven, l’an­cien dépor­té Victor Serge mou­rant d’une crise car­diaque dans un taxi, Malcolm Lowry et ses vol­cans alcoo­li­sés, Antonin Artaud, errant et dro­gué, cher­chant auprès des Amérindiens ce qui fai­sait tant défaut à l’Europe moderne et ration­nelle (« Personne n’a écoute Artaud qui avait pour­tant rai­son. ») et la fameuse mai­son bleue de la peintre Frida Kahlo, com­pagne de l’ogre Rivera pes­tant contre « les fils de pute luna­tiques et tarés » qu’é­taient les sur­réa­listes. L’épigraphe de l’ou­vrage, tirée d’un essai de Walter Benjamin, rap­pelle qu’il « existe un ren­dez-vous tacite entre les géné­ra­tions pas­sée et la nôtre » ; ces pages en sont le lieu plus ou moins tacite, prises entre le bruit des piqueurs de rouille et les cris des oiseaux marins. « On écrit tou­jours contre l’a­mné­sie géné­rale », confie Deville — frag­ments d’exis­tences, pans bio­gra­phiques, menues anec­dotes et grands récits aux mains plon­gées et salies dans « le moteur de l’Histoire » : les noms propres défilent, déluge et cas­cade, au risque de perdre, sans doute, le lec­teur de pas­sage dans ce « mau­so­lée », ce « pan­théon per­son­nel ». Une pierre de plus à l’œuvre sin­gu­lière d’un écri­vain qui com­pose en cycles : Viva est le second temps d’un trip­tyque qui n’at­tend que d’être ache­vé. « Les éter­nels com­bats per­dus d’a­vance, l’ab­so­lu de la Révolution ou l’ab­so­lu de la Littérature » ; un fil rouge, sans doute. [E.C.]

Éditions Gallimard, 2016

Histoires étranges et fan­tas­tique d’Amérique latine, Claude Couffon

amlatineÀ Buenos Aires, un homme épris d’une défunte découvre par hasard une fenêtre ouverte sur le monde. Il contemple alors l’ensemble de la Création, affran­chi des contraintes de l’espace et du temps. Dans la forêt ama­zo­nienne, des ser­pents de toutes les espèces entrent en résis­tance contre l’intrusion de l’homme. Un jeune cher­cheur sans-le-sou se retrouve pri­son­nier d’une baraque déla­brée, sous la coupe d’une vieille femme bigote et de son étrange nièce aux yeux d’émeraude. Une rela­tion tri­an­gu­laire se noue entre les trois êtres, la pein­ture se cra­quelle petit à petit et les ombres du pas­sé sur­gissent des pages jau­nies d’un manus­crit à demi-oublié. Dans un pays fic­tif, on ne sait jamais très bien quand passent les trains, ni vers quelle des­ti­na­tion ils vous entraînent, ni même si, une fois à bord, on remet­tra un jour le pied sur la terre ferme, mais le voyage importe sans doute bien plus que la des­ti­na­tion. Un mys­té­rieux tun­nel décou­vert par hasard dans une petite île au large des côtes argen­tines débouche en quelques minutes au coeur d’une cité uru­guayenne. Les habi­tants d’un vil­lage de mon­tagne péru­vien se prennent pour des singes, atteints d’un mal mys­té­rieux… Claude Couffon nous invite à un voyage au coeur de l’étrange, dans des contrées bai­gnées d’un soleil amer où les notions de réel et d’imaginaire s’enlacent et se confondent dans les synapses des per­son­nages. [G.R.]

Métaillé, 1997

Anatomie de l’errance, de Bruce Chatwin

414gdbuht7l« Nous pas­sons beau­coup trop de temps dans des mai­sons fer­mées. » Recueil de textes « for­tuits » et peu connus publié après la mort de Bruce Chatwin, Anatomie de l’errance se veut un « livre source » qui intro­duit à la tra­jec­toire de l’auteur, aux sujets et argu­ments clés qui sous-tendent son écri­ture. L’on y retrouve les élé­ments constants de l’œuvre et de la vie de l’auteur : mou­ve­ment vers l’ailleurs, errance et « hor­reur du domi­cile » (Baudelaire), séden­ta­ri­sa­tion, goût pour le bel objet et col­lec­tion, renon­cia­tion. Pour Chatwin, le mou­ve­ment est la nature de l’homme ; la marche et le che­min ont consti­tué la base des plus grands épi­sodes de l’Histoire. L’importance du mou­ve­ment et de la marche remon­te­rait à l’enfance, aux « sen­tiers à explo­rer » dans un jar­din ou dans une forêt. L’enfance de l’humanité, aus­si, avec ces peuples nomades dont l’existence est ryth­mée par des dépla­ce­ments et des haltes. Dans ce recueil c’est aus­si la trame du pro­jet inache­vé de l’écrivain voya­geur qui se des­sine : un livre « impu­bliable » sur les nomades, dont le manus­crit a fini par être détruit par son auteur. « Ce devait être un ouvrage fol­le­ment ambi­tieux et into­lé­rant, une sorte d’Anatomie de l’errance qui déve­lop­pe­rait l’affirmation de Pascal sur l’homme assis tran­quille­ment dans une chambre. La thèse était à peu près la sui­vante : en deve­nant humain, l’homme avait acquis, en même temps que la sta­tion debout et la marche à grandes enjam­bées, une pul­sion ou ins­tinct migra­teur qui le pousse à mar­cher sur de longues dis­tances d’une sai­son à l’autre. Cette pul­sion […] lorsqu’elle est répri­mée par les condi­tions de la séden­ta­ri­té, trouve des échap­pa­toires dans la vio­lence, la cupi­di­té, la recherche du sta­tut social ou l’obsession de la nou­veau­té. Ce qui expli­que­rait pour­quoi les socié­tés mobiles comme les tsi­ganes sont éga­li­taires, affran­chies des choses, résis­tantes au chan­ge­ment. » Troisième par­tie de l’ouvrage, « l’alternative nomade » nous en dit un peu plus sur ce pro­jet inabou­ti. Au fil des cha­pitres résu­més par l’auteur, l’on découvre l’ébauche d’une réflexion autour du noma­disme, à la fois his­to­rique et anthro­po­lo­gique, en même temps qu’une cri­tique poli­tique de la « civi­li­sa­tion » ou la vie dans les villes et de la séden­ta­ri­té. Le séden­ta­risme est à l’origine de la hié­rar­chi­sa­tion de la socié­té. Le pro­jet de livre se construit ain­si sur une série d’oppositions entre errance ou dépla­ce­ment et fixi­té, intui­tion et ratio­na­li­té, dépouille­ment maté­riel et cumul de richesses propre à ceux qui n’ont pas besoin de par­tir pour vivre, mais aus­si entre lien mys­tique de l’homme avec l’animal d’une part, et domes­ti­ca­tion et exter­mi­na­tion métho­dique d’autre part. Anatomie de l’errance n’est pas un essai, mais un ensemble hybride, fait d’ébauches de réflexions, de sou­ve­nirs, de légendes et d’intuitions, où les échos aux ques­tion­ne­ments de notre temps sont nom­breux. Loin d’être des fai­blesses, l’aspect écla­té du recueil et son goût d’inachevé offrent au contraire la liber­té de creu­ser là où Chatwin n’a peut-être pas eu le temps de le faire. [A.H.]

Grasset, 1996


Bannière : Bouquiniste sur les quais pari­siens dans les années 1900, Eugène Atget.


REBONDS

Cartouches 14, octobre 2016
Cartouches 13, sep­tembre 2016
Cartouches 12, juillet 2016
Cartouches 11, juin 2016
Cartouches 10, mai 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.