Cartouches (12)


Tous fémi­nistes, bri­ser les machines ?, l’o­deur du pain et le pre­mier ciel, un fou­lard en tra­vers de la gorge, des che­vaux au grand galop, le nazisme comme mytho­lo­gie, les nou­velles élites bran­chées, l’a­dieu à l’in­tel­lec­tuel fran­çais, la paix sous les F‑16 israé­liens, Guevara vu par son frère et le tour de Paris à pieds : nos chro­niques du mois de juillet.


Nous sommes tous des fémi­nistes, de Chimamanda Ngozi Adichie

12aChimamanda Ngozi Adichie est nigé­riane, fémi­niste, noire, igbo, écri­vaine, « et plus encore » s’amuse-t-elle. Auteure recon­nue dès son pre­mier roman, L’Hibiscus pourpre, elle a vu ses œuvres, qu’il s’agisse de recueils de nou­velles (Autour de ton cou) ou de romans (L’Autre moi­tié du Soleil, sur la guerre du Biafra ; Americanah, qui suit une Nigériane immi­grée aux États-Unis), saluées par la cri­tique. Mais la perle de l’œuvre d’Adichie est peut-être ce dis­cours pro­non­cé en 2012 sur l’estrade du TEDx­Euston, à Londres, « We should all be femi­nists » (« Nous devrions toutes et tous être fémi­nistes »). Un dis­cours pro­vo­ca­teur et rayon­nant, où Adichie explique com­ment, face à ses détrac­teurs qui lui expli­quaient que les fémi­nistes étaient mal­heu­reuses, occi­den­tales, misandres, elle a déci­dé peu à peu de se reven­di­quer comme « fémi­niste afri­caine heu­reuse qui ne déteste pas les hommes ». Un suc­cès inter­na­tio­nal : plus de 2 mil­lions de vues sur YouTube et une reprise de cer­tains extraits par Beyoncé dans sa chan­son « Flawless » (dont notam­ment la défi­ni­tion du fémi­nisme pro­po­sée par Adichie : « Féminisme : une per­sonne qui croit à l’égalité sociale, poli­tique et éco­no­mique des sexes. »). En Suède, le livre est offert à tous les lycéens et lycéennes de l’âge de 16 ans. En France, ce bref pam­phlet est géné­ra­le­ment publié seul, ou sui­vi d’une nou­velle sur les mariages arran­gés (« Les marieuses »). Un texte simple et vivant, qui alterne entre sou­ve­nirs d’enfance (lorsque sa maî­tresse, après avoir décla­ré que le chef de classe serait l’élève qui aurait la meilleure note, l’a pri­vée du rôle convoi­té, décla­rant que le chef ne pou­vait être qu’un gar­çon), récits d’expériences du sexisme aus­si bien au Nigéria qu’aux États-Unis, jeux d’arguments et de contre-argu­ments. On peut cepen­dant regret­ter que le com­bat fémi­niste soit pré­sen­té sous un angle essen­tiel­le­ment cultu­rel, que les méca­nismes de domi­na­tion éco­no­mique ne soient que briè­ve­ment évo­qués et que la caté­go­rie de femme soit homo­gé­néi­sée de façon quelque peu arti­fi­cielle (sans véri­table réflexion sur les rela­tions de domi­na­tion internes au groupe). Mais le texte d’Adichie reste un bon texte d’introduction aux idées fémi­nistes, un texte inclu­sif, éner­gique, qui affirme haut et fort : oui, nous devons reven­di­quer d’être fémi­nistes, tous et toutes « autant que nous sommes, femmes et hommes ». [L.V.]

Éditions Gallimard, 2015

☰ Le pro­grès sans le peuple, de David Noble

12cLes édi­tions Agone, tou­jours prêtes à sur­prendre le lec­teur avec des publi­ca­tions sor­ties des sen­tiers bat­tus, ont déci­dé de tra­duire et publier un ensemble d’articles du défunt his­to­rien des sciences et des tech­niques amé­ri­cain David Noble. Ce der­nier est mieux connu aux États-Unis pour s’être fait notam­ment virer de plu­sieurs grandes ins­ti­tu­tions (comme le MIT) en rai­son de son enga­ge­ment contre le pro­grès tech­nique et les nou­velles tech­no­lo­gies. Car si Noble fut un émi­nent his­to­rien, ce n’était pas comme d’aucuns retran­chés dans leurs bureaux à dépous­sié­rer de vieilles archives. Il était aus­si ins­crit dans sa cité et ses luttes. Et cela se res­sent dans Le pro­grès sans le peuple : dans ce recueil d’articles rédi­gés dans les années 1980, réflexions mili­tantes côtoient ana­lyses cri­tiques, enquêtes psy­cho­so­cio­lo­giques et rap­pels his­to­riques de luttes popu­laires. Assez bien struc­tu­ré, l’ouvrage com­mence par une réha­bi­li­ta­tion des lud­dites, ces bri­seurs de machines qui se révol­taient contre les consé­quences des débuts de la révo­lu­tion indus­trielle anglaise, et que l’his­to­rio­gra­phie domi­nante a trans­for­mé en obs­cu­ran­tistes refu­sant le pro­grès. S’ensuivent des ana­lyses de la pro­pa­gande pro­gres­siste, des consé­quences de l’automatisation… Mais le plus inté­res­sant réside dans sa cri­tique des lieux com­muns sur le pro­grès : celui-ci ne serait pas si effi­cace éco­no­mi­que­ment par­lant, et en réa­li­té l’on inves­ti­rait dans la tech­no­lo­gie afin d’accentuer le contrôle du patro­nat sur ses tra­vailleurs, plus que par recherche du pro­fit. Ainsi, les tech­no­lo­gies d’automatisation, rap­pelle-t-il, doivent beau­coup aux recherches faites par l’armée… Et donc à une vision auto­ri­taire de l’ou­til de pro­duc­tion favo­ri­sant le contrôle des exé­cu­tants par les diri­geants. Il met aus­si en avant des rai­sons plus psy­cho­so­ciales, notam­ment d’i­mage de l’en­tre­prise, comme l’at­teste cette cita­tion d’un cabi­net de conseil en stra­té­gie : « [Les entre­prises] achètent le robot le plus gros, le plus rapide et le plus sexy quand, il faut bien le dire, la plu­part du temps un sys­tème très simple pour­rait suf­fire. […] Non seule­ment elles font des erreurs, mais elles s’aperçoivent qu’il va fal­loir deux ou trois fois plus de temps et d’argent pour faire fonc­tion­ner cet équi­pe­ment ». Un ouvrage salu­taire en ces temps d’uberisation mono­ma­niaque et de culte de l’innovation pour l’innovation. [G.W.]

Éditions Agone, 2016

☰ Présente absence, de Mahmoud Darwich

12dÉcrire sur soi peut mener à amon­ce­ler les faits, les anec­dotes voire les com­plai­sances. Cela peut inci­ter à dis­si­mu­ler ce qui gène, à reti­rer ce qui fait mal. Mahmoud Darwich sur­monte la dif­fi­cul­té en pre­nant au mot Rimbaud — « Je est un autre. » Le poète pales­ti­nien, décé­dé en 2008, dia­logue ain­si avec lui-même, s’in­ter­roge sur ce qui l’a consti­tué ; l’his­toire bien sûr, et la Nakba qui semble être la source de tout, l’exil, la Palestine, mais aus­si la nos­tal­gie, l’a­mour, la mort. S’il n’en parle jamais direc­te­ment, la poé­sie enfin tient le livre, comme le liant de toute une vie. Il semble la délais­ser le temps d’un court récit, mais elle trans­pa­raît dans cha­cune des images qui sur­gissent de ses mots, et il s’au­to­rise alors quelques vers qui ponc­tuent sa prose. S’il a quit­té sa terre natale, à cause de la guerre, dès 1948, Mahmoud Darwich n’en finit pour­tant pas de chan­ter son peuple. On se demande de nou­veau à qui la faute dans le conflit qui sous-tend ce récit, et alors on se dit qu’é­cou­ter les voix des témoins, des acteurs et des vic­times apporte ce que les livres d’his­toire ne peuvent appor­ter ; une fran­chise, une authen­ti­ci­té certes par­tiale, mais qui per­met de sen­tir la réa­li­té, der­rière les faits. Les évé­ne­ments oscil­lent entre dis­si­mu­la­tion assu­mée, retrait avoué et par contraste, une pré­ci­sion sou­daine lors­qu’il s’a­git de ce qui a le plus comp­té, comme cette arri­vée si dif­fi­cile à Ramallah, après des années de « pré­sente absence ». Ainsi, ce ne sont pas vingt cha­pitres comme vingt dates clés qui nous sont don­nées à lire, mais un déploie­ment qui court sur toute une vie, et qui dépasse même cette seule vie ; ce sont les ques­tions d’un homme, qu’il n’a ces­sé de tra­vailler à sa manière, et qui se posent désor­mais à cha­cun, comme celles-ci : « Et tu dis : Que veut dire réfu­gié ? On te répond : celui qui a été déra­ci­né de sa patrie. Tu dis : Et que veut dire patrie ? On te répond : C’est la mai­son, le mûrier, le pou­lailler, la ruche, l’o­deur du pain et le pre­mier ciel. Tu dis : Un seul mot, de six lettres, peut-il conte­nir toutes ces choses… et nous être étroit ? » [R.B.]

Éditions Acte Sud, 2016

☰ La haine de la reli­gion — Comment l’a­théisme est deve­nu l’o­pium du peuple de gauche, de Pierre Tevanian

12ePourquoi existe-t-il une telle force d’an­ti­re­li­gio­si­té dans les milieux de gauche — au point où cela peut être per­çu comme la condi­tion sine qua none pour qu’une per­sonne puisse se dire de gauche ? Dans un cli­mat d’is­la­mo­pho­bie qui n’est plus à démon­trer, et qui requiert une réflexion spé­ci­fique quant à ce qu’il révèle et met en jeu dans notre socié­té, reste au fond l’embarras des « bonnes gens » de gauche qui se retrouvent très vite encom­brées par cette ques­tion de la reli­gion — qu’elle se for­mule au détour de débats sur le voile, la laï­ci­té, ou le mili­tan­tisme. « La reli­gion est l’o­pium du peule : reli­sez Marx ! » C’est en sui­vant ce conseil que Pierre Tevanian fait ici une démons­tra­tion sérieuse, hon­nête et convain­cante de l’er­reur qui se pro­duit lorsque l’a­mal­game est fait entre la reli­gion (ses ins­ti­tu­tions, son pou­voir et son idéo­lo­gie) et les croyants. Tout en ayant choi­si de lais­ser ici de côté cette ques­tion de l’is­la­mo­pho­bie et du racisme struc­tu­rel qu’il révèle, Tevanian vient ques­tion­ner le rap­port que le peuple de gauche entre­tient avec la croyance et la pra­tique reli­gieuse en géné­ral, au tra­vers notam­ment de « l’af­faire Ilham Moussaïd » ; cette mili­tante révo­lu­tion­naire dont la can­di­da­ture au NPA (Nouveau par­ti anti­ca­pi­ta­liste) en 2010 avait pro­duit un tol­lé, du fait qu’elle por­tait le voile. Même sans dou­ter des « pro­fes­sions de foi anti­ra­cistes des irré­li­gieux », qui concerne un grand nombre de nos cama­rades, preuve est faite dans cet écrit que la ques­tion du rap­port entre enga­ge­ment reli­gieux et enga­ge­ment poli­tique peut être dépliée de manière per­ti­nente… et salu­taire ! Car quand le dogme de l’a­théisme vient rem­pla­cer toute réflexion cri­tique, les dérives et dégâts sont nom­breux… [C.G.]

Éditions La Découverte, 2013

Anima, de Wajdi Mouawad

12fDes che­vaux s’extirpent — au galop — d’un poids lourd sta­tion­né sur une aire d’autoroute, camion qui les menaient à l’abattoir de l’autre côté de la fron­tière cana­dienne. On observe la scène par les yeux d’un oiseau de proie. Ils courent pour rejoindre les grands espaces, de l’autre côté de la route. Carnage ! Carnage des hommes et des bêtes : scène cen­trale et spec­ta­cu­laire où leur sang coule ensemble. C’est un livre ignoble, dif­fi­ci­le­ment sup­por­table. Violence racon­tée crue, et aucun mot n’est là pour nous secou­rir : ils nous enfoncent dans nos zones d’ombre. Aucune com­plai­sance à écrire cela. Lecteur : tu dois d’abord avoir sur­mon­té bien des peines pour tenir le cap de Anima, tu dois être de ceux qui acceptent de voir l’être humain sans fard, sans béquille. Dès la pre­mière page qui s’ouvre sur une scène de crime — une femme assas­si­née, vio­lée de la plus affreuse manière —, cer­tains refer­me­ront l’ouvrage. S’ils ne l’ont pas fait à ce moment là, ils en auront maintes fois l’occasion ; mais il fau­dra y reve­nir, s’accrocher aux pages ! Anima est le second roman du dra­ma­turge d’origine liba­naise Wajdi Mouawad. Écrivain d’un éter­nel exil, celui qui n’a de cesse de don­ner la parole à ceux « qu’il a appris à haïr » la passe, cette fois, à ceux que l’on a exclu du champ de notre bel­li­queuse huma­ni­té, si emmer­dante à glis­ser éter­nel­le­ment dans ses vieilles revanches : les ani­maux nous voient, nous regardent ; eux aus­si, après tout, sur­vé­curent au déluge. La lumière est de leur côté, dans ce livre. L’errance d’un époux meur­tri au nom impro­non­çable, Wahhch Debch, à la recherche de l’assassin de sa femme dans une réserve indienne du Canada, est racon­tée, cha­pitre après cha­pitre, par les yeux d’un ani­mal pré­sent autour de lui. Bêtes, bes­tiaux, témoins des hommes et de leur bes­tia­li­té : chiens, chats, arai­gnées, sou­ris, ser­pents, oiseaux, singes, four­mis, che­vaux… Ce livre est bien plus qu’un polar : c’est le récep­tacle de la boue d’une époque, de sym­boles, de mémoires, de ques­tion­ne­ments que nous ces­sons d’avoir. Les yeux, les langues, les his­toires y sont mul­tiples. Dans ce road trip, un chien mar­che­ra près de nous, aus­si pro­tec­teur que mons­trueux, et au cœur d’une ville amé­ri­caine, on trou­ve­ra des réponses sur Sabra et Chatila. Et puisque c’est, avant tout, un écri­vain du théâtre qui nous a mis dans ce pétrin, chaque ligne porte le lyrisme de cette réa­li­té : « Ni le soleil ni la mort ne peuvent se regar­der en face. » Unique. [M.M.]

Éditions Léméac/Actes Sud, 2012

☰ Le mythe nazi, de Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy

12gFaire l’expérience des réseaux sociaux par le ver­sant de ses pro­duc­tions poli­tiques, c’est — entre mille choses — entrer en contact pri­vi­lé­gié avec une phra­séo­lo­gie réac­tion­naire par­ti­cu­lière, conno­tée, pleine de sous-enten­dus et d’humour. S’y trouvent en creux la cri­tique de la liber­té d’expression, une cer­taine concep­tion du « cou­rage de la véri­té », du poli­ti­que­ment (in)correct. Plus codée, une iro­nie mal­séante et convo­quant un entre-soi friand d’ex­pres­sions telles que « nos heures les plus sombres », «  le retour aux années trente », « la com­mu­nau­té orga­ni­sée ». Que cette pen­sée se reven­dique tiers-mon­diste, socia­liste, isla­mo­phile, laïque, phi­lo­sé­mite, etc., n’y change au final pas grand-chose, sinon le para­doxe ou l’antithèse, pour les plus hon­nêtes. Certes, on accor­de­ra que cer­taines de ces expres­sions sont uti­li­sées avec une emphase un peu gro­tesque par des poli­ti­ciens sans idées ou cer­tains anti­fas­cistes aux œillères un peu trop fer­mées, sans sub­ti­li­té ni grande hon­nê­te­té intel­lec­tuelle. Au risque d’une accu­sa­tion de faire de la police de la pen­sée, assu­mons qu’elles res­tent des pos­tures idéo­lo­giques tra­his­sant une vision du monde contre-révo­lu­tion­naire. Ce court essai phi­lo­so­phique de 1981, récem­ment réédi­té, évoque « nos heures les plus sombres ». Autant dire que la raille­rie est indé­cente, si pas sus­pecte. Tout au contraire d’une « fable men­son­gère », le nazisme, par sa construc­tion mytho­lo­gique (emprun­tant aux Grecs, aux Nordiques, aux tra­di­tions ger­ma­niques), s’est accom­pli comme une force pro­duc­trice de sym­boles, préa­lable à l’avènement d’un évé­ne­ment. Le mythe est cette rhé­to­rique où les concepts et l’émotion se conjuguent dans une optique tota­li­taire pro­po­sant une expli­ca­tion poli­tique de l’histoire, qui se veut totale, à par­tir d’un concept unique, tel que la race pure ; comme dans cet extrait de Mein Kampf, repro­duit par les auteurs : « L’enra­ci­ne­ment dans le sol et l’union par les chaines d’un même sang. » Notons enfin, à l’attention des railleurs réac­tion­naires, les mots de Wilhelm Reich, auteur de la Psychologie de masse du fas­cisme : « Des concepts réac­tion­naires s’ajoutant à une émo­tion révo­lu­tion­naire ont pour résul­tat la men­ta­li­té fas­ciste. » [J.C.]

Éditions de l’aube, 2015

La nou­velle école des élites, de Shamus Khan

12hShamus Khan, ancien élève deve­nu pro­fes­seur et cher­cheur, revient à St-Paul, lycée d’élite amé­ri­caine où sont for­més les futurs diri­geants poli­tiques et admi­nis­tra­tifs des États-Unis et du monde. Lui-même d’origine pakis­ta­naise et issu d’un milieu, si ce n’est modeste, du moins sans com­pa­rai­son avec les grandes familles nobles et/ou puis­santes des autres élèves, est sur­pris de se rendre compte que son ancien lycée a bien chan­gé. « J’étais à peu près sûr de ce que j’allais trou­ver. J’allais revoir le monde de mon pre­mier jour d’école. Intégrer un cam­pus peu­plé d’étudiants riches et issus de longues lignées, où quelques étu­diants pauvres, noirs ou lati­nos seraient séques­trés dans leur dor­toir. […] Mais le lycée dans lequel je suis reve­nu était très dif­fé­rent de celui que j’avais quit­té dix ans aupa­ra­vant. L’arrogance des nobles avait lais­sé la place à un rap­port décon­trac­té au pri­vi­lège. » Fini le népo­tisme affi­ché, la valo­ri­sa­tion expli­cite de la nais­sance, la mise à l’écart des étu­diants bour­siers ou non-blancs. Place à la valo­ri­sa­tion du génie indi­vi­duel dans un envi­ron­ne­ment mul­ti­cul­tu­rel (si ce n’est mul­tieth­nique) où les étu­diants choi­sissent de la musique rap pour accom­pa­gner leurs dîners d’apparat. Est-ce à dire qu’il n’y a plus d’élites ? Est-ce que l’analyse socio­lo­gique en termes de classe, de race et de genre est dépas­sée dans cette nou­velle socié­té ? Certainement pas, nous répond Shamus Khan. Mais ces élites ont évo­lué. Aux chan­ge­ments éco­no­miques, notam­ment l’évolution des sources de richesses des plus pri­vi­lé­giés répondent de nou­velles valeurs idéo­lo­giques et de nou­velles pra­tiques. Cette évo­lu­tion est notam­ment frap­pante sur le plan cultu­rel : à la sépa­ra­tion tra­di­tion­nelle entre culture légi­time et culture popu­laire suc­cède une ten­dance à l’omnivorisme, de Beowulf aux Dents de la mer. L’exclusivisme cultu­rel devient para­doxa­le­ment la marque des per­dants, les pri­vi­lé­giés aux contraires fai­sant preuve d’une curio­si­té sans limites, nou­velle marque de dis­tinc­tion des élites. Une enquête eth­no­gra­phique, facile à lire, sou­vent drôle (cer­taines anec­dotes font presque pen­ser à des séries à suc­cès sur la jeu­nesse dorée amé­ri­caine), mais qui ne se can­tonne pas à décrire des pra­tiques de pri­vi­lé­giés. Comprendre l’éducation de la nou­velle élite amé­ri­caine, c’est en effet com­prendre les dis­cours qui visent à occul­ter, dans une socié­té pré­ten­du­ment méri­to­cra­tique, les rouages des inéga­li­tés du monde contem­po­rain. L’idéologie affi­chée d’un radi­ca­lisme cultu­rel et la pré­ten­due valo­ri­sa­tion du tra­vail indi­vi­duel appa­raissent alors comme autant de stra­té­gies visant à nier la repro­duc­tion des rap­ports de classe. [L.V.]

Éditions Agone, 2015

La fin de l’in­tel­lec­tuel fran­çais ? De Zola à Houellebecq, de Shlomo Sand

12iProfesseur à l’Université de Tel Aviv, pro­fond connais­seur de l’histoire poli­tique et intel­lec­tuelle fran­çaise, Shlomo Sand est auteur d’ouvrages lucides et polé­miques qui ont dyna­mi­sé cer­tains débats. Il vient de publier La fin de l’in­tel­lec­tuel fran­çais ? De Zola à Houellebecq, un essai très per­ti­nent dans l’actuelle conjonc­ture hexa­go­nale. C’est une his­toire des intel­lec­tuels à par­tir de l’affaire Dreyfus jusqu’à nos jours. Ladite affaire eut la capa­ci­té de créer une nou­velle dyna­mique d’intervention dans l’arène publique ; durant les années 1920, les intel­lec­tuels fas­cistes repro­dui­saient une rhé­to­rique héri­tière du natio­na­lisme de l’Action fran­çaise et du « moder­nisme réac­tion­naire » pro­ve­nant du fas­cisme ita­lien ; des nou­velles approches théo­riques des intel­lec­tuels ont été publiées : La Trahison des clercs de Julien Benda et Les Chiens de garde de Paul Nizan. Durant l’Occupation et l’alignement du régime de Vichy, cer­tains intel­lec­tuels n’ont pas hési­té à vali­der sa poli­tique — l’enjeu était celui de créer une hégé­mo­nie, de prendre d’assaut les ins­ti­tu­tions cultu­relles. Durant la Résistance, on a assis­té au « recy­clage » de cer­tains qui n’avaient pas adhé­ré au nazisme. Avec l’avènement de la Guerre froide, le champ intel­lec­tuel a connu le rebon­dis­se­ment de la pen­sée mar­xiste, avec Sartre et son modèle d’« intel­lec­tuel uni­ver­sel ». Après ces deux décen­nies (1950–1970), le para­digme sar­trien a été contes­té par Foucault et son pro­jet d’ « intel­lec­tuel spé­ci­fique » et les cri­tiques de Bourdieu jusqu’aux années 1980, années de reflux et d’introduction de la pen­sée unique néo­li­bé­rale. Cette der­nière rédui­ra de façon remar­quable l’action et le champ des intel­lec­tuels cri­tiques. La média­ti­sa­tion, comme sup­port de pro­pa­gande et de publi­ci­té de ce « nou­veau » cou­rant, ouvri­ra des espaces aux intel­lec­tuels orga­niques du néo­li­bé­ra­lisme — ils en vien­dront à adhé­rer à des vieilles pho­bies et des nou­veaux enne­mis : la xéno­pho­bie et les musul­mans. Les intel­lec­tuels hégé­mo­niques, com­man­dés par des soi-disant phi­lo­sophes, se carac­té­risent par une pen­sée médiocre qui aime les rac­cour­cis et rêve de faire reve­nir une France « homo­gène », une com­mu­nau­té ima­gi­naire excluante. Ce groupe assure sa loyau­té au pou­voir, en dépit du fait qu’on y trouve un indi­vi­du comme Houellebecq et ses dys­to­pies décli­nistes et faus­se­ment nihi­listes. Dans ce pano­ra­ma sombre, la pen­sée cri­tique sur­vie avec de nom­breuses dif­fi­cul­tés et il n’est pas simple, au regard des rap­ports de forces en France, d’envisager une trans­for­ma­tion à court terme. [L.D.]

Éditions La Découverte, 2016

☰ Je ne haï­rai point, d’Izzeldin Abuelaish

12b« La haine est une mala­die. Elle empêche la récon­ci­lia­tion et la paix », répète Abuelaish. Il consa­cre­ra toute sa vie à la com­battre, pour la paix. Celui dont les larmes feront le tour du monde est né à Gaza juste avant l’oc­cu­pa­tion. Il est le fils d’un chef de vil­lage très res­pec­té, mais la créa­tion de l’État d’Israël, en 1948, change tout : les Abuelaish sont chas­sés de leurs terres. Ils vivent alors à onze dans une pièce de 9 mètres car­ré dans le camp de Jabalia. Tellement entas­sés que lorsque son frère tombe sur la bas­sine où dort sa sœur, elle meurt sur le coup. Izzeldin Abuelaish n’a pas vrai­ment d’en­fance. Quand il ne vend pas du lait ou des oranges pour rame­ner des sous à la mai­son, il va à l’é­cole où il est pro­di­gieu­se­ment brillant. Il devient un méde­cin de renom­mée inter­na­tio­nale et en pro­fite pour, chaque jour, œuvrer pour la paix de manière paci­fiste : il invite des groupes d’Israéliens dans le camp de réfu­giés de Jabalia, tra­vaille dans les hôpi­taux israé­liens, apprend l’hébreu et, même en voyant ses amis mou­rir sous les bombes, ne cesse jamais de croire que la méde­cine peut récon­ci­lier les deux peuples. En décembre 2008, Israël lance l’o­pé­ra­tion Plomb dur­ci : Gaza est bom­bar­dée par des F‑16 puis par des chars durant vingt-trois jours. Durant ce mas­sacre, la mai­son d’Izzeldin est bom­bar­dée sans aucune rai­son. Il voit ses trois filles et leur cou­sine mou­rir sur le coup : Bessan, 21 ans ; Mayar, 15 ans ; Aya, 14 ans ; Noor, 12 ans. Jusqu’à aujourd’hui, Abuelaish conti­nue à ne pas haïr — mais en fer­mant la der­nière page de son livre, il est dif­fi­cile d’échapper à l’idée que ce ne sont pas les paci­fistes qui changent la gueule du monde. Izzeldin Abuelaish l’a été chaque ins­tant de sa vie, et sa récom­pense a été de voir, sous ses yeux, ce qu’il a de plus cher être bom­bar­dé. [R.Z.]

Éditions Robert Laffont, 2001

 Mon frère le Che, de Juan Martín Guevara et Armelle Vincent

12kBeaucoup d’encre a cou­lé et de nom­breux livres ont été écrits sur Ernesto Guevara. Une biblio­gra­phie très riche et mul­ti­forme où l’on trouve des bio­gra­phies, des essais, des édi­tions cri­tiques, des témoi­gnages, des pam­phlets, etc. La vie du Che a don­né lieu à toute sorte d’interprétations, de récits — oscil­lant entre exal­ta­tion et dia­bo­li­sa­tion. Le « gué­rille­ro héroïque » a conti­nué, mal­gré lui, à nour­rir une sorte de « machine à mythes » très attrayante et en excel­lente san­té. Heureusement, il y a aus­si une quête d’équilibre qui essaie de lui res­ti­tuer une dimen­sion humaine en lais­sant de côté les célé­bra­tions hagio­gra­phiques. Dans cette ligne, Juan Martín Guevara et Armelle Vincent ont écrit Mon frère le Che, un ouvrage qui par­tage avec les bio­gra­phies plu­sieurs élé­ments, mais enri­chis avec d’autres maté­riaux directs et indi­rects. C’est un « livre-témoi­gnage », un exer­cice per­son­nel qui tente de recom­po­ser et recons­truire aus­si le grand puzzle de la mémoire de la famille Guevara. Un ouvrage qui com­plète la vision du per­son­nage en alter­nant le récit de son action poli­tique à ses rap­ports fami­liaux très dyna­miques et com­plexes. La tâche de Juan Martín Guevara n’a pas été simple à cause de la per­sé­cu­tion que lui-même et sa famille ont dû subir, des années en pri­son qui ont ren­for­cé ses convic­tions et du silence pudique qu’il a choi­si de gar­der : « Être le frère du Che n’est pas ano­din […]. Pendant long­temps, je n’ai été que Juan Martín Guevara, puis je suis deve­nu le frère d’Ernesto Guevara. » Le but de Juan Martín Guevara est celui de défendre les idées du frère, de reven­di­quer son héri­tage poli­tique avec une saine et équi­li­brée volon­té de « démys­ti­fier » son frère. Il est per­sua­dé que « l’humaniser est la seule manière de pou­voir par­ler de sa pen­sée ». Dans ce pro­ces­sus d’humanisation, on peut per­ce­voir un Che avec une image très dif­fé­rente de celle que cer­tains bio­graphes ont fixé, une image qui parle de ses attentes, de ses dési­rs, de son cha­risme et de sa vita­li­té inépui­sable lorsqu’il inter­agis­sait avec les membres de sa famille. Ce côté « sen­ti­men­tal », cette capa­ci­té de mon­trer ses qua­li­tés humaines où la jus­tice et l’égalité étaient des fon­da­men­taux objec­tifs poli­tiques et éthiques, s’opposent de façon tran­chante à une cer­taine mytho­lo­gie néga­tive qui a ten­té de délé­gi­ti­mer le per­son­nage. C’est en cela que ce « livre-témoi­gnage » enri­chit le récit bio­gra­phique d’Ernesto Guevara, en le com­plé­tant et en ren­dant pos­sible une meilleure com­pré­hen­sion de l’homme et de ses idées. [L.D.]

Éditions Calmann-Lévy, 2016

☰ Une tra­ver­sée de Paris, d’Éric Hazan

parisCe livre rap­pelle pour­quoi il demeure impos­sible de détes­ter Paris même si l’en­vie est là, latente ou crue les heures de pointe. L’auteur — ancien chi­rur­gien, pré­sen­te­ment édi­teur, his­to­rien et essayiste — tra­verse la capi­tale du nord au sud (Ivry à Saint-Denis) et, ce fai­sant, loue la marche comme indis­pen­sable exer­cice men­tal. Hazan flâne, che­mine, déam­bule, cogite, se rap­pelle ou décrit avec la pré­ci­sion lexi­cale qu’il a conser­vée de sa car­rière médi­cale. Appréciations esthé­tiques cou­doient réflexions poli­tiques et apar­tés plus per­son­nels, voire auto­bio­gra­phiques. Le temps perd prise au fil des pages : notre siècle ren­contre la Commune au hasard d’un car­re­four, Tati croise Blanqui au pied d’un immeuble, Mai 68 inter­pelle Jean Valjean devant la vitrine d’un coif­feur afri­cain, le FLN débat à l’angle d’une pri­son avec Baudelaire et Thorez prend un verre en com­pa­gnie du Comité invi­sible. Ou quelque chose comme ça. Si l’ou­vrage ploie par­fois, exer­cice oblige, sous les noms propres (de rue ou d’Histoire), on pour­suit sa route, quitte à sau­ter une ligne ou deux, impa­tient à l’i­dée d’en apprendre encore : anec­dote ou grand récit, cita­tion ou nota bene. Le contre-guide prend même des allures de pro­gramme, volon­tiers pro­phé­tique, lors­qu’il assure qu’il convien­dra, au len­de­main de « la vic­toire de la révo­lu­tion à venir », de détruire l’Hôtel-Dieu ou la pré­fec­ture de Police, rive gauche de l’île de la Cité. Quelques auteurs, leviers ou fils rouges, accom­pagnent la pro­me­nade et le pro­pos : Breton, Benjamin, Balzac… Leur point com­mun, en dépit des diver­gences poli­tiques ? Le res­pect du peuple et le mépris des élites, répond Hazan. Oubliez le Paris tarte des tou­ristes, le Paris « ville puis­sante et bien­veillante » d’Hidalgo : celui d’Hazan est une fresque à fleur de peau, une bataille, celle que, mal­gré l’ab­sence claire de conscience his­to­rique et poli­tique, portent en eux au quo­ti­dien « des cais­sières et des ser­veuses, des conduc­teurs d’au­to­bus et des ouvriers du bâti­ment, des chô­meurs, des chauf­feurs-livreurs et des sans-papiers ». Et l’au­teur ne doute pas qu’ils la rem­por­te­ront un jour. [E.C.]

Éditions Seuil, 2016


Photographie de ban­nière : The Great Mississippi Flood of 1927, U.S. Route 51 bet­ween Mounds, Illinois and Cairo (NOAA pho­to libra­ry)


REBONDS

Cartouches 11, juin 2016
Cartouches 10, mai 2016
Cartouches 9, avril 2016
Cartouches 8, mars 2016
Cartouches 7, février 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.