Cartouches (11)


Une hui­tième de finale France-Irlande, la pen­sée cri­tique revi­vi­fiée, le busi­ness vert, Karl Marx euro­cen­triste ?, des abat­toirs à Auschwitz, la contre-parole déco­lo­niale, reprendre son souffle et pour­suivre la route, une ligne de flot­tai­son et les Caraïbes, finan­cia­ri­ser la nature : nos chro­niques du mois de juin.


 Smart sta­dium — Le stade numé­rique du spec­tacle spor­tif, de Marc Perelman

smartstadiumEuro de foot­ball, hui­tième de finale France-Irlande, stade des Lumières. À la mi-temps, l’é­quipe de France est menée 1–0 par une solide for­ma­tion irlan­daise. En tri­bune, Mathieu, sup­por­ter des Bleus, est déçu. Il ouvre son appli­ca­tion Parc olym­pique lyon­nais sur son smart­phone. C’est bien ce qu’il pen­sait : Blaise Matuidi livre une pres­ta­tion moyenne, les stats’ parlent d’elles-mêmes. Le jeu reprend. Il com­mande une bois­son qui lui sera livrée à sa place via la même appli, quand… Antoine Griezmann éga­lise d’une splen­dide tête croi­sée. Mathieu vient de rater le but. Qu’à cela ne tienne, une noti­fi­ca­tion appa­raît immé­dia­te­ment sur son smart­phone pour voir la vidéo en replay — l’écran géant du stade ne le repasse qu’une fois. Coup de sif­flet final, la France s’im­pose 2–1. Scènes banales dans les nou­veaux Smart sta­dium. Le stade subit de plein fouet la révo­lu­tion numé­rique. L’objectif ? Fournir une « expé­rience aug­men­tée du stade ». D’une part, l’ar­chi­tec­ture du stade satis­fait aux exi­gences du télé­spec­ta­teur qui pro­fite de dizaines de camé­ras et angles de vue ; de l’autre, le sup­por­ter in situ doit être comme dans son salon. Pour Marc Perelman, essayiste et archi­tecte fran­çais, le sup­por­ter s’in­di­vi­dua­lise à tra­vers les dis­po­si­tifs numé­riques : les formes d’ef­fer­ves­cence col­lec­tive clas­sique (chants, tifos, ban­de­roles) entrent en contra­dic­tion avec la cible du foot­ball busi­ness — le cita­din bour­geois et connec­té. Les sup­por­ters du PSV Eindhoven peuvent arbo­rer leur plus belle ban­de­role « Fuck wifi, sup­port the team », les logiques capi­ta­listes sont puis­santes. Une cri­tique de la désu­bli­ma­tion du sport par la tech­nique ; dom­mage, tou­te­fois, que l’au­teur se soit satis­fait d’une pos­ture sur­plom­bante sur les masses abru­ties par le spec­tacle spor­tif. [A.G.]

Éditions L’échappée, 2016

Rendre la réa­li­té inac­cep­table — À pro­pos de La pro­duc­tion de l’idéologie domi­nante, de Luc Boltanski

BoltanskiDans cet ouvrage, le socio­logue Luc Boltanski reprend le fil d’un article écrit trente ans aupa­ra­vant avec Pierre Bourdieu, son men­tor de l’époque, le « patron » comme il le nom­mait avec un mélange d’i­ro­nie et d’affection : « La Production de l’idéologie domi­nante », sor­ti en 1976 dans les Actes de la recherche en sciences sociales. Point de départ d’un récit nous embar­quant dans l’effervescence intel­lec­tuelle du milieu des années 1970, l’au­teur raconte le bri­co­lage de la mise en pages et les nuits blanches pas­sées à écrire pour faire vivre cette nou­velle revue. Véritable pavé dans la mare des publi­ca­tions aca­dé­miques, dont le carac­tère sub­ver­sif détonne avec les publi­ca­tions actuelles éma­nant de la recherche où la cen­sure de la créa­ti­vi­té est criante. Dans une langue nette, Boltanski, socio­logue cri­tique ayant pris du recul sur les pos­sibles et les limites de cette cri­tique, évoque autant les réso­nances que les dis­con­ti­nui­tés d’a­vec l’ar­ticle de 1976, en évi­tant la nos­tal­gie ou l’a­mer­tume. Ne nous y trom­pons pas, Rendre la réa­li­té inac­cep­table est avant tout un ouvrage de socio­lo­gie enga­gée, qui ne tra­hit pas son titre. En réar­ti­cu­lant les concepts clés d’« idéo­lo­gie », de « domi­na­tion », de « chan­ge­ments néces­saires » ou encore de « classes sociales », il revi­vi­fie la pen­sée cri­tique. Autrement dit, il faut com­prendre et chan­ger la socié­té. Dès les pre­mières pages, le ton est don­né : « On ne com­pre­nait plus rien à la réa­li­té et on avait le sen­ti­ment qu’elle nous dis­si­mu­lait le monde. Et c’est pour ça qu’on fai­sait de la socio­lo­gie. » Si le pro­gramme de la socio­lo­gie, dont cer­tains acteurs sociaux auront rai­son de poin­ter la sur­plom­bante auto­ri­té, n’a pas tou­jours été dans cette direc­tion, par­tout, tout le temps, reste que le constat de Boltanski sur l’ir­ré­con­ci­lia­tion entre le monde et la réa­li­té est rafraî­chis­sante. [J.C.]

Éditions Demopolis, 2008

Comment la mon­dia­li­sa­tion a tué l’écologie : les poli­tiques envi­ron­ne­men­tales pié­gées par le libre échange, d’Aurélien Bernier

Genève, novembre 1990, deuxième Conférence mon­diale sur le cli­mat : « Le dan­ger du chan­ge­ment cli­ma­tique est encore invi­sible, mais il est suf­fi­sant pour que nous chan­gions et accep­tions des sacri­fices, afin que nous ne vivions pas aux dépens des géné­ra­tions futures. » Ces mots ne sont pas pro­non­cés par un cli­ma­to­logue ou un repré­sen­tant d’une orga­ni­sa­tion éco­lo­giste, mais par la très libé­rale et conser­va­trice Margaret Thatcher. Étonnant ? Pas tant que ça, nous répond l’auteur de ce livre, qui retrace « qua­rante ans d’impostures » et met à mal l’idée d’un ver­dis­se­ment pro­gres­sif des élites poli­tiques et éco­no­miques qui ont, dès la nais­sance de l’écologie poli­tique et les pre­mières grandes réunions inter­na­tio­nales sur la pré­ser­va­tion de la nature, posé une condi­tion : la pro­tec­tion de l’environnement ne doit pas remettre en cause la mon­dia­li­sa­tion et le libre-échange. Car si la prise de pou­voir du capi­ta­lisme néo­li­bé­ral et la mon­tée de la prise de conscience éco­lo­gique sont his­to­ri­que­ment conco­mi­tantes, le pre­mier génère des pro­fits tou­jours plus grands quand la deuxième accouche de poli­tiques lar­ge­ment insuf­fi­santes face aux enjeux. Du « déve­lop­pe­ment durable » au « busi­ness vert », de Giscard d’Estaing à Chirac, les poli­tiques envi­ron­ne­men­tales se font tou­jours de manière cos­mé­tique et sont per­çues comme une oppor­tu­ni­té, soit pour jus­ti­fier la mise en place d’une poli­tique — de pré­fé­rence de rigueur ou de pri­va­ti­sa­tion —, soit pour créer un nou­veau mar­ché (les « tech­no­lo­gies vertes », les « éco-indus­tries », etc.). L’auteur reproche aux éco­lo­gistes d’être pas­sés « à côté des enjeux de la mon­dia­li­sa­tion » et d’être tom­bés dans le piège des deux diver­sions uti­li­sées par les libé­raux — le mon­dia­lisme et le loca­lisme — pour jus­ti­fier le déman­tè­le­ment de l’État régu­la­teur, car « il faut ouvrir les yeux et se rendre à l’évidence : s’il ne suf­fit pas d’être anti­ca­pi­ta­liste pour être éco­lo­giste, ceux qui affirment pou­voir pro­té­ger les éco­sys­tèmes sans sor­tir du capi­ta­lisme sont des men­teurs ou des naïfs. » [M.H.]

Éditions Mille et une nuits, 2012

Marx aux anti­podes : nations, eth­ni­ci­té et socié­tés non-occi­den­tales, de Kevin B. Anderson

Le « mar­xisme » comme grand récit de l’é­man­ci­pa­tion de l’hu­ma­ni­té aurait vécu. À la faveur des luttes natio­nales dans ce que l’on a appe­lé le « tiers-monde » mais, plus géné­ra­le­ment, par le biais d’une décen­tra­li­sa­tion de l’é­tude du capi­ta­lisme et, sur­tout, avec l’ef­fon­dre­ment du bloc sovié­tique, les écrits de Marx se sont trou­vés mar­gi­na­li­sés. En par­ti­cu­lier l’in­tro­duc­tion, dans l’a­na­lyse cri­tique du monde, de concepts comme le genre ou la race ont conduit — à rai­son — à repen­ser les cadres de la doc­trine (ou de la vul­gate) mar­xiste, et à can­ton­ner Marx lui-même à une époque et une zone géo­gra­phique. Il ne serait plus que le pen­seur (homme blanc) du capi­ta­lisme occi­den­tal, qui ne pren­drait plei­ne­ment la mesure ni du colo­nia­lisme, ni du patriar­cat. Kevin Anderson vient com­plexi­fier cette pré­sen­ta­tion en s’ap­puyant sur des écrits peu connus, voire non encore publiés, de Marx. Ce livre s’ap­puie sur un cer­tain nombre de cahiers dans les­quels Marx pre­nait note de ses lec­tures, et sur les articles de presse qu’il publiait pour sur­vivre. Ces textes révèlent une évo­lu­tion dans sa pen­sée, et démentent les accu­sa­tions d’eu­ro­cen­trisme. Le pro­pos d’Anderson vise donc à mettre en avant la dimen­sion mul­ti­li­néaire que prennent pro­gres­si­ve­ment les écrits de Marx à mesure qu’il étu­die des évé­ne­ment his­to­riques par­ti­cu­liers (la colo­ni­sa­tion et les révoltes en Inde, la situa­tion de l’Irlande, la ques­tion natio­nale en Pologne, les révoltes en Chine, les socié­tés pré­ca­pi­ta­listes, la guerre de Sécession, les tra­di­tions pré­ca­pi­ta­listes des pay­sans russes, etc.). Les réa­li­tés par­ti­cu­lières sur les­quelles Marx se penche viennent enri­chir l’a­na­lyse de l’au­teur du Capital, et font appa­raître des élé­ments dont l’ab­sence était sus­pecte : la ques­tion du natio­na­lisme face au colo­nia­lisme, l’es­cla­vage, le racisme, etc. Anderson nous fait voya­ger chro­no­lo­gi­que­ment dans la construc­tion de la pen­sée de Marx à pro­pos des marges du capi­ta­lisme occi­den­tal, marges qui sont autant d’ex­té­rio­ri­tés inté­grées aux modes de pro­duc­tion qui sont en train de se répandre sur le globe. À la fois mise en pers­pec­tive de la pen­sée de Marx (et même de sa situa­tion propre en tant qu’im­mi­gré alle­mand en Grande-Bretagne) et réfu­ta­tion de son « euro­cen­trisme », ce livre per­met de démys­ti­fier la figure tuté­laire du pen­seur, pour faire appa­raître le monstre de tra­vail et le mili­tant achar­né qu’il était. [J.G]

Éditions Syllepse & M Éditeur, 2015

☰ Un éter­nel Treblinka, de Charles Patterson

c11cLe nazisme — sauce pri­vi­lé­giée du débat d’i­dées — gâte à regret tous les plats de la pen­sée. Tant et si bien que le fameux « point Godwin » coupe court à qui déjà comp­tait cou­per court : on guette le spectre pour se plaire à le moquer. Mômeries et tours en rond… Il n’en demeure pas moins que, si com­pa­rai­son n’est pas rai­son (voi­là pour les pré­cau­tions d’u­sage), cer­tains liens et pen­dants peuvent faire sens. Que les recou­pe­ments et les ana­lo­gies, froi­de­ment exa­mi­nés, par­viennent encore à éclai­rer. L’auteur du pré­sent essai, amé­ri­cain et doc­teur en his­toire, rompt avec toutes les conve­nances : les humains se com­portent avec les ani­maux non-humains comme les nazis à l’en­droit de ceux qu’ils jugeaient infé­rieurs. Nous avons déjà per­du quelques lec­teurs — outrés. Dans les pas d’Isaac Bashevis Singer — écri­vain polo­nais et juif que les années 1930 contrai­gnirent à l’exil —, figure tuté­laire de ces pages, Patterson affirme que le sort que nous réser­vons aux bêtes est com­pa­rable à un camp d’ex­ter­mi­na­tion sans fin. La « méga­lo­ma­nie humaine » (Freud) a conduit le Sapiens à s’au­to­cou­ron­ner, cul posé sur le des­tin du monde. Et à élire, dans ses rangs propres, les rois et les ratés — et Patterson de rap­pe­ler la déshu­ma­ni­sa­tion, c’est-à-dire l’a­ni­ma­li­sa­tion, qui struc­ture le lexique de la domi­na­tion, de l’es­cla­vage des Noirs au géno­cide des Native Americans, de la colo­ni­sa­tion à l’in­va­sion de l’Irak, en pas­sant par les mas­sacres anti­sé­mites. Quand l’homme fait de l’a­ni­mal une injure, le sang sait ce qu’il lui reste à faire. L’auteur para­phrase le phi­lo­sophe Theodor W. Adorno : « Auschwitz com­mence quand quel­qu’un regarde un abat­toir et pense : ce ne sont que des ani­maux. » Ce nom alle­mand, de funeste mémoire, vaut ici quin­tes­sence : Auschwitz ou le mépris, le rabais­se­ment, l’op­pres­sion admi­nis­trée, la mise à mort de masse ; Auschwitz comme un sys­tème, c’est-à-dire un ima­gi­naire, une logis­tique et un dis­cours. C’est parce que, explique Patterson, l’homme a exploi­té et tor­tu­ré les bêtes qu’il lui fut si simple de repro­duire ce geste sur ceux qu’il n’en­ten­dait plus comp­ter au nombre des « siens » (l’of­fi­cier SS Rudolf Höss décri­vit Auschwitz comme « le plus grand abat­toir humain que l’his­toire ait jamais connu »). Henry Ford, rap­pelle le livre, ima­gi­na le tra­vail à la chaîne après avoir visi­té un abat­toir — ce même Ford qui fut l’un des modèles et sou­tiens finan­ciers d’Hitler. Le mas­sacre des ani­maux appa­raît comme le pré­lude, l’a­vant-pro­pos et le tour de chauffe : il y a conti­nuum et non rup­ture. L’abattage indus­tria­li­sé « a tra­cé la voie » de la solu­tion finale : Patterson parle d’un « sché­ma », dont l’Histoire four­nit métho­di­que­ment le tra­cé. Un essai éru­dit et riche en réfé­rences, qui tord le cou aux lieux com­muns (« Hitler aimait les bêtes ») et pousse le lec­teur, donc le citoyen, à s’in­ter­ro­ger, donc agir, sur l’un des angles morts les plus bru­taux de nos socié­tés sup­po­sé­ment « trans­pa­rentes » : peut-on, sûrs de notre supé­rio­ri­té, conti­nuer d’exé­cu­ter les espèces ani­males jugées « infé­rieures », quoique comme nous douées de sen­si­bi­li­té, alors que plus rien ne le jus­ti­fie ? On peut rica­ner. Ou cogi­ter. [E.C.]

Éditions Calmann-Lévy, 2008

La Question, d’Henri Alleg

« Les tor­tures ? Depuis long­temps le mot nous est à tous deve­nu fami­lier. […] Mon affaire est excep­tion­nelle par le reten­tis­se­ment qu’elle a eu. Elle n’est en rien unique. » L’histoire de l’ancien direc­teur d’Alger Républicain, enfer­mé puis tor­tu­ré par les paras durant la guerre d’indépendance algé­rienne, a en effet fait grand bruit. S’il a écrit cet ouvrage, clan­des­ti­ne­ment, sur du papier toi­lette, direc­te­ment de la pri­son dans laquelle il était incar­cé­ré, ce n’é­tait pas pour par­ler de lui, mais bien pour se faire la voix de tous les ano­nymes qui ont subi les mêmes sup­plices : il a vou­lu, par son récit, lever le voile sur ce mal encore incon­nu à l’époque. Cela non pas pour atti­ser le scan­dale dans l’opinion publique — ce sera là un effet inévi­table mais non le but —, mais parce que « faire connaître la véri­té, c’est aus­si une manière d’aider au ces­sez-le-feu et à la paix ». Ce n’est que par la retrans­crip­tion des faits dans leur atro­ci­té, sans ambages, sans for­mules édul­co­rées, que l’on peut ame­ner le pou­voir poli­tique à régler le pro­blème colo­nial, en assu­mant le fait que les fautes les plus graves pro­viennent du colon puisque, si les deux « camps » riva­lisent dans l’horreur, celui du colo­nia­lisme pêche par le fait qu’elles émanent d’un État, et non d’une rébel­lion sub­ver­sive. Le témoi­gnage d’Alleg, c’est un tra­vail dou­lou­reux et néces­saire de construc­tion d’une mémoire alter­na­tive, car bien qu’il parle d’un fait contem­po­rain — le temps dans lequel il écrit est celui de l’immédiateté — il s’adresse aus­si bien aux lec­teurs de son temps qu’à ceux de l’avenir. Tout ce que dénonce Alleg, il l’a vu, il l’a enten­du, il l’a subi. Ce ne sont pas de vagues abs­trac­tions. La contre-parole qu’il déve­loppe se base sur l’expérience directe de ce qu’il dénonce. Mais elle vaut éga­le­ment comme un aver­tis­se­ment pour l’avenir : le pou­voir poli­tique, qui ne manque pas de dénon­cer la vio­lence de son adver­saire, masque sou­vent ses propres atro­ci­tés der­rière un man­teau de silence, qu’il s’agit alors de déchi­rer. [J.B.D.]

Éditions de Minuit, 1958 

La Vie, de Fabrice Caracava

caravaca« Nos corps sont une pen­sée vivante qui cir­cule. » C’est un livre court. Il pour­rait s’en­ta­mer par n’im­porte quelle page, comme on entre dans une mani­fes­ta­tion en marche par n’im­porte quelle rue. « C’est dans l’é­cho qu’il nous faut être. Il nous faut per­pé­tuer cet écho. » Temporalité du poète. Il en faut, des corps soli­taires, des res­pi­ra­tions ras­sem­blées, des rêves avor­tés, pour for­mer ce pre­mier « nous » : celui de la jeu­nesse, comme celui des uto­pistes qui n’ont pas encore le cynisme aux sour­cils. Fabrice Caravaca est poète, un poète « du par­ti des kaléi­do­scopes », un poète « du par­ti des acco­lades ». Et peut-être un tis­se­rand, aus­si : dans La Vie, il tisse dans l’hu­main l’ac­tion et le rêve ; il tisse des traces de pied et en fait une grande marche, un ras­sem­ble­ment de pas, se mou­vant près d’une falaise, prêt à tout endu­rer. « Nous sommes plus qu’il n’y paraît. Ce n’est qu’un mur­mure. Bientôt une rumeur. Bientôt l’é­lan, l’é­clat. On ne pour­ra pas nous arrê­ter. On ne pour­ra rien contre nous car nous sommes là depuis des mil­lé­naires à patien­ter, à creu­ser des sillons et bri­ser des fron­tières. » C’est un « nous » qui abreuve. Chaque page est un pas sup­plé­men­taire : le livre est une pro­ces­sion que rien n’ar­rête, un caillou pris par la neige qui s’en­graisse de la mon­tagne. La foule de ceux qui ont le désir de ras­sem­bler davan­tage. « On ne pour­ra rien contre nous car nous avons déja tout endu­ré. Nous avons appris le silence, l’exil. Nous avons appris à sup­por­ter les tue­ries et le men­songe. Nous savons rêver sans fin et extir­per la dou­leur. » Un « nous » de frères et de sœurs, comme une foule. Caravaca, ori­gi­naire de Dordogne et res­pon­sable édi­to­rial des édi­tions Dernier Télégramme, nous offre une foule où se fondre, une foule de mar­cheurs, où il ne serait même pas angois­sant de se perdre. « Reprends ton souffle, l’a­mi. Et pour­sui­vons notre route. » [M.M.]

Éditions les Fondeurs de Briques, 2010

 Chaveta, l’arche d’or des incas, de Jéromine Pasteur

c11-« J’ai aban­don­né ce que je nomme « les arti­fices de l’exis­tence » au pro­fit de la sim­pli­ci­té qui conduit à la plus abso­lue des liber­tés. » Jéromine Pasteur n’est pas de celles qu’on emmaillotent, pas de celles qui crou­pissent dans quelque sépul­ture — celle du chan­tage fami­lial. Trois petits tours et puis s’en va, 23 ans, huit jours de mariage, faites place ! Jéromine cherche la brèche et reçoit l’in­ter­dic­tion. Un quart d’heure pour se marier, mais un an d’at­tente pour obte­nir le droit de deman­der le divorce qu’elle sou­haite déjà. La socié­té édicte, la bour­lin­gueuse en deve­nir rejette l’in­jonc­tion et construit de ses mains Jydartha, un voi­lier de 9,20 mètres de long. Quatre ans de chan­tier naval dans sa cour lyon­naise, un tour­ne­vis qui tra­verse le creux de sa main de part en part, une vie sen­ti­men­tale délais­sée et des éco­no­mies dila­pi­dées. Le voi­lier est ame­né au port de Lyon. La ligne de flot­tai­son a‑t-elle été bien cal­cu­lée ? Secondes en souf­france, les cor­dages mol­lissent, l’en­fant choyé flotte bel et bien. Sa mère auto­pro­cla­mée, ivre de bon­heur, pro­fite de la pre­mière nuit lovée dans sa cou­chette à écou­ter le cla­po­tis des eaux. Apprendre à vivre avec lui, voguer de rivières en canaux, de villes en vil­lages, de cam­pagnes en val­lées avant de mettre le cap sur l’Afrique, de rejoindre le Brésil en soli­taire, la mer des Caraïbes, et de vaga­bon­der en terres péru­viennes. Ses pas croi­se­ront ceux des gué­rille­ros du Sentier Lumineux et des tra­fi­quants de coca avant de ren­con­trer la com­mu­nau­té qui devien­dra sa seconde famille, celle des indiens Ashanicas. Une tri­bu qui, comme tant d’autres, résiste au moloch gou­ver­ne­men­tal et offri­ra la paix à l’a­ven­tu­rière fran­çaise, qu’ils nom­me­ront « Chaveta », du nom d’un papillon, sym­bole de connais­sance. « Il y a tant à voir, à décou­vrir et à apprendre. Depuis mon enfance, je n’ai jamais dévié d’un pouce. Je me sens comme Diogène, une lampe à huile à la main, sous le grand soleil de midi, répon­dant à qui le ques­tion­nait sur son étrange démarche : Je cherche un homme. Moi aus­si, je cher­chais les hommes. Jamais nulle part, avant d’en­trer pour la pre­mière fois à Cutivireni, je ne les avais trou­vés. » [M.E.]

Éditions Le Livre de poche, 1990

Faut-il don­ner un prix à la nature ?, de Jean Gadrey et Aurore Lalucq

Une idée s’est petit à petit ins­tal­lée au sein des ins­ti­tu­tions inter­na­tio­nales et chez un cer­tain nombre d’écologistes : pour répondre aux défis posés par la crise éco­lo­gique, nous devons « mettre la nature à prix » pour la pré­ser­ver, que ce soit pour rendre compte de la valeur d’un ser­vice éco­sys­té­mique, créer un mar­ché du car­bone ou taxer une indus­trie pol­luante. Économistes, Gadrey et Lalucq reviennent sur les ori­gines de ces approches — l’économie néo­clas­sique et la « tra­gé­die des com­muns » —, les dif­fé­rentes expé­ri­men­ta­tions et leurs résul­tats, et posent un cer­tain nombre de pré­co­ni­sa­tions. Dans un débat sou­vent réa­li­sé loin des oreilles des citoyens, ils tentent d’expliquer les termes des contro­verses avec, en pre­mier lieu, une dis­tinc­tion néces­saire entre moné­ta­ri­sa­tion, mar­chan­di­sa­tion, pri­va­ti­sa­tion et finan­cia­ri­sa­tion de la nature. Partisans d’une approche au cas par cas, ils montrent que la moné­ta­ri­sa­tion de la nature peut être un sou­tien utile à d’autres formes de poli­tiques de pro­tec­tion de l’environnement, la régle­men­ta­tion contrai­gnante res­tant la méthode la plus effi­cace. Doté de nom­breux exemples — l’échec du mar­ché du car­bone euro­péen, la taxe car­bone sué­doise créée en 1991, la taxe poids lourds alle­mande, etc. —, ce court ouvrage résume bien les dan­gers des méthodes issues d’une science éco­no­mique pauvre mais toute puis­sante. Mettre un prix sur la nature revient vite à la décou­per en « ate­liers fonc­tion­nels » pro­dui­sant cha­cun un ser­vice spé­ci­fique, approche très ven­deuse en termes de com­mu­ni­ca­tion — le tra­vail des abeilles vaut des mil­liards, les chauves-sou­ris sont plus ren­tables que les pes­ti­cides — mais n’ayant pas de sens d’un point de vue éco­lo­gique. Parmi les pré­co­ni­sa­tions pour une uti­li­sa­tion intel­li­gente et mesu­rée de cer­tains outils, la plus impor­tante est peut-être celle résu­mée par cette for­mule de Keynes à pro­pos des éco­no­mistes, citée par les auteurs en conclu­sion : « Sur la ban­quette arrière, pas au volant. » [M.H.]

Éditions Les Petits matins /Institut Veblen, 2015


Photographie de ban­nière : František Dostál, Fotografie ze sou­bo­ru Letní lidé, 1968–1990


REBONDS

Cartouches 10, mai 2016
Cartouches 9, avril 2016
Cartouches 8, mars 2016
Cartouches 7, février 2016
Cartouches 6, jan­vier 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.