Cartouches (6)


« L’existence même des bibliothèques est
la preuve qu’il peut y avoir de l’espoir
pour le futur de l’homme.
 » T.S. Eliot

 Lieu com­mun, de Bruce Bégout

BEGOU BONBruce Bégout est un intel­lec­tuel aty­pique. Autant roman­cier que phi­lo­sophe, il trace un sillon cri­tique dans la vie des idées qui a le mérite d’être à la fois radi­cal et hors des sen­tiers bat­tus. Certains le connaissent pour son essai sur la com­mon decen­cy chère à George Orwell, d’autres pour ses ana­lyses de la ville contem­po­raine ; tout cela découle d’une obses­sion pour le quo­ti­dien dans ce qu’il a de plus incroya­ble­ment banal. À l’ins­tar des situa­tion­nistes qui décor­ti­quaient les alié­na­tions du quo­ti­dien — s’in­té­res­sant ain­si à un sujet géné­ra­le­ment mépri­sé par les mar­xistes ortho­doxes —, Bruce Bégout sonde les inter­stices de nos exis­tences pour y révé­ler les parts d’ombre et de lumière, les élé­ments en petit de la socié­té qui en disent pour­tant si long (qui pour­rait ima­gi­ner ce qu’in­dique de pro­fond à pro­pos de notre civi­li­sa­tion quelque chose d’aus­si tri­vial que le Caddie ?). Pour ce faire, il aime prendre des exemples par­lants. Dans cet ouvrage, il ana­lyse donc le Motel. Le Motel est pour lui à la fois un symp­tôme et une image de la socié­té capi­ta­liste, comme de la civi­li­sa­tion amé­ri­caine. Produit de la stan­dar­di­sa­tion indus­trielle, il est par­tout iden­tique, sans pas­sé ni iden­ti­té. Non-lieu com­plè­te­ment déter­ri­to­ria­li­sé, il per­met d’al­lier confort et mobi­li­té tout en appli­quant en son sein la liber­té libé­rale : faire ce que l’on veut tant que cela n’empiète pas sur la liber­té des autres. D’où son sta­tut sul­fu­reux, qua­si-clan­des­tin, où des indi­vi­dus pro­fitent d’un tel ano­ny­mat pour pas­ser au tra­vers des mailles étroites du filet de l’État amé­ri­cain et de la morale puri­taine. Écrit avec une langue élé­gante, ce livre est, comme à son habi­tude, l’oc­ca­sion pour Bégout de digres­ser lon­gue­ment sur divers sujets, de la nou­velle élite favo­rable au chan­ge­ment et au noma­disme hobo — cette « hobo­hème » ins­pi­rée des mythes soixante-hui­tards à la Kerouac — au déra­ci­ne­ment valo­ri­sé à outrance, en pas­sant par la mys­tique consu­mé­riste, l’a­no­ny­mat, etc. À pro­lon­ger par son bref jour­nal L’éblouissement des bords de route. [G. W.]

Éditions Allia, 2014

 La Cendre et les étoiles – Chronique d’une révo­lu­tion sociale, de Cédric Rampeau

RAMPEAUÉcrire un roman d’an­ti­ci­pa­tion anar­chiste pour pre­mière œuvre n’est sans doute pas maigre ambi­tion… Les élé­ments de notre quo­ti­dien et de notre actua­li­té four­nissent la trame : crise de 2008, mou­ve­ments sociaux de contes­ta­tion poli­tique, mani­fes­ta­tions mas­sives, îlots de résis­tance, orga­ni­sa­tions de nou­velles pra­tiques col­lec­tives alter­na­tives. Les hackers sont là, eux aus­si, usant de manière orga­ni­sée des tech­no­lo­gies modernes en faveur des mou­ve­ments de lutte : ils détournent le dis­po­si­tif de vidéo­sur­veillance géné­ra­li­sée pour orga­ni­ser en direct l’in­sur­rec­tion dans les rues tout en retrans­met­tant en temps réel les images de la répres­sion poli­cière sur les grandes chaînes étran­gères ; ils trans­fèrent des fonds accu­mu­lés dans les para­dis fis­caux vers les orga­ni­sa­tions de lutte à tra­vers le monde. Quelque chose se fédère aus­si, et s’ar­ti­cule, entre les dif­fé­rents champs d’ac­tion. Pendant que l’in­sur­rec­tion s’or­ga­nise dans les rues, des entre­prises alter­na­tives, uni­ver­si­tés popu­laires et centres de soins fon­dés sur l’au­to­no­mie et l’au­to­ges­tion se déve­loppent et se mul­ti­plient. Il ne s’a­git plus de choi­sir, tous, un seul mode d’ac­tion — l’op­po­si­tion fron­tale aux ins­tru­ments de répres­sion réels et sym­bo­liques ou l’or­ga­ni­sa­tion de nou­veaux sys­tèmes de vie col­lec­tive — mais de faire se coor­don­ner l’en­semble, simul­ta­né­ment. Autour du récit se déploient les ques­tions fon­da­men­tales de l’u­sage de la vio­lence, de la néces­si­té de déplier « léga­li­té » et « légi­ti­mi­té », « auto­ri­té » et « pou­voir ». Le rap­port de force entre les deux sys­tèmes — l’an­cien et le nou­veau — s’é­qui­libre. À cha­cun de prou­ver par la pra­tique qu’il détient « la solu­tion » ; en conce­vant les va-et-vient des indi­vi­dus d’un bord à l’autre… Même si le style d’é­cri­ture méri­te­rait de gagner en matu­ri­té, ce roman offre la fraî­cheur de nou­velles repré­sen­ta­tions, en déve­lop­pant des espaces ima­gi­naires de pen­sée qui sont d’une impor­tance que nous ne devrions jamais mini­mi­ser. [C.G.]

Éditions le Flibustier, 2016

 Comment vivre avec les autres sans être chef et sans être esclave ?, de Yona Friedman

Friedman« Nous nous sommes ima­gi­nés infi­ni­ment riches », mais le temps des illu­sions est ter­mi­né. Nous nous diri­geons « inévi­ta­ble­ment » vers le « monde pauvre », écri­vait Yona Friedman il y a qua­rante ans. Mais sous sa plume, l’effondrement n’est pas une catas­trophe. Au contraire, le « monde pauvre » qu’il décrit a des airs d’utopie com­mu­niste, décrois­sante et liber­taire : socié­tés éga­li­taires, ges­tion locale et com­mu­nau­taire de l’eau, de l’énergie et de la nour­ri­ture, tra­vail moins divi­sé, dimi­nu­tion voire dis­pa­ri­tion du com­merce et de l’argent. Dans le « monde pauvre » de Friedman, « cha­cun pour­ra être son propre pla­ni­fi­ca­teur, poète, méde­cin ». L’idée cen­trale du livre est que pour pou­voir vivre ensemble sans chefs, les orga­ni­sa­tions sociales ne peuvent pas dépas­ser un cer­tain « groupe cri­tique », un seuil au-delà duquel les groupes humains ne peuvent plus être viables, et encore moins éga­li­taires. Dans ce petit livre à mi-che­min entre l’essai et la bande des­si­née, Yona Friedman uti­lise de nom­breux sché­mas et équa­tions basiques pour étayer son argu­men­taire qu’il déroule avec une neu­tra­li­té dérou­tante. À aucun moment il ne fait réfé­rence au capi­ta­lisme ni n’utilise le lan­gage de la gauche radi­cale à laquelle on est pour­tant ten­té de le rat­ta­cher. L’ouvrage (et plus géné­ra­le­ment l’œuvre) de cet archi­tecte mul­ti-cas­quettes étonne et bous­cule les sché­mas et concepts cri­tiques habi­tuels. Sa défense de « l’économie ani­male » faite de « groupes qua­si autar­ciques » ne réson­ne­ra pas dans toutes les consciences mais la sim­pli­ci­té du lan­gage et l’utilisation du des­sin per­mettent de sen­si­bi­li­ser les per­sonnes les moins poli­ti­sées à des thèses très auda­cieuses. [E.D.]

Éditions de L’éclat, 2016

 Les Chants de Maldoror, du Comte de Lautréamont

LAUTREAMONT« Il n’est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques-uns seuls savou­re­ront ce fruit amer sans dan­ger. Par consé­quent, âme timide, avant de péné­trer plus loin dans de pareilles landes inex­plo­rées, dirige tes talons en arrière et non en avant. » Lautréamont était pré­ve­nant — avant même de se plon­ger dans l’œuvre, le lec­teur est aver­ti. L’Uruguay, encore aujourd’­hui, nous appa­raît comme un pays loin­tain, dis­cret, dont on ne connaît géné­ra­le­ment que peu de choses. C’est là-bas qu’Isidore Ducasse, poète décé­dé à 24 ans qui se cachait der­rière le pseu­do­nyme de Lautréamont, voit le jour. Sa vie mys­té­rieuse est à l’i­mage de cette men­tion figu­rant sur son acte de décès : « Sans autres ren­sei­gne­ments. » Venons-en dès lors à l’œuvre ! Les Chants de Maldoror est un recueil mor­bide, violent, explo­rant avec délec­ta­tion la crasse et les vices des hommes. Ces « chants » ont pour déno­mi­na­teur com­mun de mettre en scène Maldoror, un esprit mal­fai­sant dont la forme est indé­ter­mi­nable ou chan­geante. Guère de ligne direc­trice ici… Maldoror est évo­qué tan­tôt à la pre­mière, tan­tôt à la troi­sième per­sonne. Est-ce qu’il a été pen­sé comme un double malé­fique de Lautréamont ? Rien n’est moins sûr. On sait sim­ple­ment qu’il fut un homme heu­reux, autre­fois, puis qu’il sou­hai­ta suivre sa nature et s’a­don­ner à des acti­vi­tés pour le moins mal­saines. « Ma poé­sie ne consis­te­ra qu’à atta­quer, par tous les moyens, l’homme cette bête fauve et le Créateur qui n’au­rait pas dû engen­drer une telle ver­mine. » Maldoror, en effet, n’hé­site pas à tour­men­ter, à com­mettre des meurtres, à ridi­cu­li­ser le « Créateur » aus­si sou­vent que pos­sible. Les figures d’en­fants et d’a­do­les­cents, qui reviennent de manière récur­rente, sont trou­blantes. Tout comme ces ani­maux — arai­gnées, poux, sca­ra­bées — qui semblent avoir les faveurs de l’au­teur bien plus que les êtres humains ! En flirt constant avec la limite du sup­por­table, misan­thrope, nihi­liste, ce recueil est comme son auteur : miteux et mythique. « Une perle noire née d’un champ d’or­dures », écrit Karla Manuele. Du début à la fin, on s’in­ter­roge : dans quoi s’est-on embar­qué en tour­nant ces pages ? Est-ce une gigan­tesque farce ? Le livre, dont le suc­cès fut post­hume, influen­ce­ra lar­ge­ment, quelques décen­nies plus tard, le mou­ve­ment sur­réa­liste — son­geons à René Char ou André Breton. [W.]

Éditions Le livre de Poche, 2001

 Manifeste de la poé­sie vécue, d’Alain Jouffroy

JOUFFROY« Mon uto­pie, la voi­ci : libé­rer la poé­sie de ce vieux car­can solip­siste, nar­cis­sique et auto­sa­tis­fait en rac­cor­dant l’écriture à tout ce qui lui est exté­rieur. » Le poète et cri­tique d’art Alain Jouffroy est mort dans l’in­dif­fé­rence média­tique la plus géné­rale, le 20 décembre der­nier. Il a pour­tant été l’une des plus fortes voix poé­tiques du siècle der­nier, tou­jours atten­tive à la coïn­ci­dence de l’ac­tion et de la parole, du réel et de l’i­ma­gi­naire. Né en 1928, il ren­contre André Breton à 18 ans, est exclu du mou­ve­ment sur­réa­liste deux ans plus tard pour « tra­vail frac­tion­nel » — en clair, trop grande indé­pen­dance d’es­prit. Ce sera, il le dit, sa chance : l’heure de sai­sir qu’il doit pla­cer la liber­té au-des­sus de tout, serait-ce au prix de la soli­tude, et que l’en­ga­ge­ment col­lec­tif ne peut jamais jus­ti­fier le dog­ma­tisme. Il tien­dra toute sa vie sur ce fil, celui de l’in­di­vi­dua­lisme révo­lu­tion­naire, quelque part entre esthé­tique liber­taire et enga­ge­ment pour les avant-gardes. Son mani­feste exalte une poé­sie ouverte sur le monde et ses ful­gu­rances. Contre un lyrisme trop inté­rio­ri­sé et mal­lar­méen, il défend la posi­tion du poète rim­bal­dien et voya­geur, avide et atten­tif au réel. Le poème n’est que trace d’une expé­rience inten­sé­ment vécue, dans l’é­pais­seur sen­so­rielle des choses, sans quoi il vire dans l’in­si­gni­fiance : ce qu’il appelle la poé­sie-poé­sie, qui ne mérite ni égards ni patience… Dès lors, le poète ne peut se com­plaire dans l’é­so­té­risme, cet « Himalaya concep­tuel » qu’il inter­pose entre lui et le peuple — écrire, c’est tra­duire l’in­tui­tion la plus sub­jec­tive dans un lan­gage com­mun, condi­tion du par­tage. La poé­sie est tou­jours-déjà poli­tique : elle est tout jus­te­ment « l’arme invi­sible dont cha­cun rêve comme d’une chose impos­sible mais que cha­cun peut pos­sé­der ». [A.B.]

Éditions Gallimard, 1995

Le visage de l’im­pé­ria­lisme, de Michael Parenti

¨PARENTIAprès une période de rela­tif oubli, la théo­rie mar­xiste (James Petras, David Harvey) a redé­cou­vert le concept d’im­pé­ria­lisme sous un nou­veau jour : la mon­dia­li­sa­tion ou glo­ba­li­sa­tion néo­li­bé­rale. Dans cet essai, l’historien états-unien Michael Parenti, auteur d’ouvrages comme Le Mythe des jumeaux tota­li­taires ou L’Assassinat de la Yougoslavie, donne un regard glo­bal sur l’impérialisme. L’enjeu ? En don­ner une nou­velle signi­fi­ca­tion en lien avec le pro­gramme du néo­li­bé­ra­lisme : « pro­ces­sus par lequel les inté­rêts des inves­tis­seurs dominent dans un pays afin d’ex­pro­prier la terre, le tra­vail, le capi­tal, les res­sources natu­relles, le com­merce et les mar­chés de celui-ci ». Au sché­ma clas­sique du mili­ta­risme et des guerres, l’Empire ajoute de nou­velles armes : le dogme de la pri­va­ti­sa­tion du monde, la vio­la­tion des lois, la des­truc­tion du ser­vice public pour mieux exer­cer sa domi­na­tion et garan­tir ses pro­fits. Cet inter­ven­tion­nisme a pour objec­tif le « contrôle plou­to­cra­tique » de la pla­nète. Il génère la des­truc­tion du tis­su socié­tal, éco­no­mique, poli­tique, éco­lo­gique en fai­sant accroître la pau­vre­té et en vio­lant les droits démo­cra­tiques. Le néo­li­bé­ra­lisme n’est pas inco­hé­rent, mais abso­lu­ment ration­nel et un des exemples est repré­sen­té par la res­tau­ra­tion du capi­ta­lisme en Europe de l’Est ou par le ren­for­ce­ment des poli­tiques de domi­na­tion au Tiers-Monde sous tutelle des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales (Fonds Monétaire International et Banque Mondiale), des mul­ti­na­tio­nales et des inter­ven­tions mili­taires. Parenti ana­lyse le déclin de l’Empire — bien que le bloc impé­rial États-Unis/Union euro­péenne se recom­pose à chaque crise. Il pos­sède le féti­chisme du mar­ché et la repro­duc­tion de cette idéo­lo­gie anti­dé­mo­cra­tique. L’auteur nous invite à démys­ti­fier le lien sup­po­sé entre capi­ta­lisme et démo­cra­tie : « l’Empire dévore la République ». [L.D.]

Éditions Delga, 2015

L’art de voler, d’Antonio Altarriba et Kim

KIMLa guerre d’Espagne et la vic­toire du fas­cisme, la résis­tance à l’occupant nazi en France, les camps, la clan­des­ti­ni­té, la contre­bande, la misère affec­tive et la soli­tude de la mai­son de retraite. Telle fut la vie du père d’Antonio Altarriba. Une vie à l’image du siècle, secoué par les cala­mi­tés et les guerres. D’abord les grandes guerres, celles contre le fas­cisme, puis les petites, celles du quo­ti­dien, qu’il a menées pour res­ter digne alors que le des­tin lui ordon­nait de cour­ber l’échine. Des guerres, cet homme en a per­du beau­coup, et l’exploitation qu’il a cher­ché à fuir depuis son enfance n’a pas ces­sé de le rat­tra­per. Chaque case de cette bande des­si­née vient nous rap­pe­ler com­bien il est dur de se com­por­ter de manière juste dans un monde qui ne l’est pas. Cette vie pleine de drames et de cou­rage, son fils la raconte, à la pre­mière per­sonne, comme pour reprendre le com­bat. Cette « fusion », comme il l’appelle, entre lui et son père, nous offre un récit sen­sible, poi­gnant, per­tur­bant, basé sur les dis­cus­sions entre les deux hommes et les notes lais­sées par le père. Leurs colères, leurs joies, leurs illu­sions et leurs décep­tions deviennent les nôtres. Même s’il raconte l’histoire d’idéaux déçus, ce récit n’invite pas à bais­ser les bras. Ces batailles méri­taient d’être menées et même si les défaites furent nom­breuses, elles demeurent plus belles que nombre de vic­toires. [E.D.]

Éditions Denoël, 2011

L’énigme révo­lu­tion­naire, Federico Tarragoni*

TARRAGONIQu’on s’in­té­resse aux ana­lyses des experts (les cher­cheurs en sciences sociales) ou aux avis tran­chés des mili­tants, une main lourde pro­clame le juge­ment défi­ni­tif : ici la révo­lu­tion est accom­plie, là elle est ter­mi­née, là-bas encore elle n’a jamais eu lieu. Trop sou­vent, les com­men­taires se bornent aux chan­ge­ments ins­ti­tu­tion­nels ou éco­no­miques — en résu­mé, de struc­tures — pour don­ner une défi­ni­tion cari­ca­tu­rale d’un pro­ces­sus révo­lu­tion­naire : une image fixe, grand angle, à un ins­tant don­né. Dans ces sen­tences, tout se passe comme si une révo­lu­tion répon­dait à un ensemble de cri­tères objec­tifs : les moyens de pro­duc­tion ont-ils été socia­li­sés ? L’État bour­geois a‑t-il été abo­li ? L’histoire se passe d’individus concrets, d’hommes et de femmes en lutte, d’af­fects et de pas­sions, de sujets poli­tiques qui se construisent au contact de nou­veaux récits et dis­po­si­tifs de par­ti­ci­pa­tion. Federico Tarragoni, maître de confé­rences en socio­lo­gie à l’Université Paris Diderot, for­mule l’ob­jec­tion sui­vante : est-il pos­sible de pen­ser les « révo­lu­tions en cours » et « par en bas » ? À par­tir du cas de la révo­lu­tion boli­va­rienne au Venezuela, il pro­pose de s’intéresser aux « sub­jec­ti­vi­tés révo­lu­tion­naires », c’est-à-dire aux bifur­ca­tions de vie qui s’opèrent en milieux popu­laires sous le cha­visme : la sen­sa­tion d’être en prise sur la poli­tique en train de se faire, de se décou­vrir des capa­ci­tés poli­tiques, de repen­ser toute sa tra­jec­toire bio­gra­phique à l’aune d’une rup­ture ou de réin­ves­tir le monde vécu de conflits et demandes de jus­tice ; bref de voir et pen­ser le monde dif­fé­rem­ment d’avant la ren­contre « avec la révo­lu­tion ». Le socio­logue a par­ti­ci­pé, entre 2007 et 2011, aux dis­po­si­tifs de par­ti­ci­pa­tion poli­tique locale dans dif­fé­rents quar­tiers popu­laires (urbains, ruraux et indi­gènes) : les conseils com­mu­naux. À tra­vers des entre­tiens et récits de vie, Tarragoni montre com­ment le « récit ouvert » de l’i­déo­lo­gie boli­va­rienne per­met des réap­pro­pria­tions éman­ci­pa­trices en milieux popu­laires — loin des lubies de la lit­té­ra­ture réac­tion­naire sur l’en­doc­tri­ne­ment des masses. Si le pre­mier cha­pitre (com­ment pen­ser scien­ti­fi­que­ment les révo­lu­tions ?) s’a­dresse prio­ri­tai­re­ment aux étu­diants et cher­cheurs en sciences sociales, le second, sur le cas véné­zué­lien, trans­porte le lec­teur dans l’in­ti­mi­té poli­tique des acteurs révo­lu­tion­naires du cha­visme. Delfina, lea­der com­mu­nau­taire du quar­tier de Santa Rosa à Caracas, envoie un mes­sage aux agré­gés en révo­lu­tion, tou­jours prompts à par­ler à la place des prin­ci­paux inté­res­sés : « Car c’est ça l’i­déo­lo­gie : voir quelque chose de poli­tique dans ce qui t’ar­rive non ? » [A.G.]

Éditions Les Prairies Ordinaires, 2015


Federico Tarragoni nous livre un entre­tien inédit dans le dos­sier inter­na­tio­nal consa­cré au post-cha­visme du Ballast n°4, sor­tie pré­vue en librai­rie en mars 2016.


REBONDS

Cartouches 5, décembre 2015
Cartouches 4, novembre 2015
Cartouches 3, octobre 2015
Cartouches 2, sep­tembre 2015
Cartouches 1, juillet 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.