Cartouches (5)


« Un livre est un fusil chargé dans la maison
d’à côté. Brûlons-le. Déchargeons l’arme. Battons
en brèche l’esprit humain. » R. Bradbury, Fahrenheit 451

 La Gauche c’est quand ?, de Marc Crépon

c5-aCourt mais vif et lim­pide, ce texte inter­roge l’abandon de la « mys­tique de gauche » par la gauche elle-même. Le par­ti pris sub­jec­tif ren­force la fer­veur un peu déses­pé­rée qui res­sort de l’ensemble. La gauche, pour Marc Crépon, c’était quatre élé­ments indis­so­ciables : le refus de l’ordre moral, le refus du tout-sécu­ri­taire, la mémoire des luttes sociales et le devoir d’hospitalité. C’est donc l’autopsie d’une décep­tion qui nous est pro­po­sée. Les organes sont exa­mi­nés un à un. On espère encore vague­ment retrou­ver trace de vie : mais non, le poi­son est par­tout, la gauche nulle part. L’originalité de la réflexion consiste à mettre en pers­pec­tive la situa­tion poli­tique actuelle avec un texte de Péguy de 1910, Notre jeu­nesse, qui constate déjà la faillite du répu­bli­ca­nisme — à l’époque socia­liste… Déjà, les élec­tions appa­raissent comme « une for­ma­li­té tru­quée », « déri­soire », mal­gré le « labo­rieux, redou­table enfan­te­ment » du suf­frage uni­ver­sel pour lequel tant d’hommes et de femmes s’étaient bat­tus. Le constat de Crépon est sans appel : « Une poli­tique qui ne trouve plus dans la mys­tique qui la fonde […] la res­source néces­saire pour atti­rer les élec­teurs vers les urnes est une poli­tique qui s’est cou­pée du peuple » en pri­vi­lé­giant le sabir bureau­cra­tique et l’indistinction droite/gauche. Contre le libé­ra­lisme dog­ma­tique et le culte de l’austérité qui ont assas­si­né l’idée euro­péenne, contre l’abandon même du prin­cipe d’égalité, impen­sé ultime d’une gauche qui ne sait plus recon­naître la misère, est-il encore pos­sible de pro­po­ser une alter­na­tive au règne du mar­ché, tout en empor­tant l’adhésion d’un peuple ? Quand la poli­tique en oublie de rêver, les hommes ont fini d’y croire — ils risquent alors de se tour­ner vers d’autres mys­tiques bien plus fâcheuses, celles du res­sen­ti­ment… Peu de lumière au fond dans cet hymne à l’espérance per­due, mais une alerte, une évi­dence : « La gauche ne sor­ti­ra pas de l’ornière […] en se conten­tant de bran­dir l’épouvantail de l’extrême droite. » La leçon est salu­taire et devrait faire taire tous les tech­no­crates cyniques récu­sant le lyrisme de l’espérance et la puis­sance du dis­cours. Car aucune poli­tique ne peut se pas­ser des mots qui la chantent et la pro­mettent, la pré­disent et l’inventent. [A.B.]

Éditions des Équateurs, 2015

☰ N’appartenir, de Karim Miské

Comment peut-on réagir face à l’idéologie et à la pro­pa­gande toxique de l’« iden­ti­ta­risme » ? Comment peut-on s’y oppo­ser, sur­tout si elles sont réac­tion­naires, dis­cri­mi­na­toires et auto­ri­taires ? Comment peut-on évi­ter ses pièges ? Ces ques­tions sont conte­nues dans ce bref, per­cu­tant et très ponc­tuel « essai-récit ». L’auteur et docu­men­ta­riste fran­çais Karim Miské (né à Abidjan en 1964) élève sa voix et déve­loppe des concepts clés, tels que l’appartenance, la non-appar­te­nance, la fra­gi­li­té des iden­ti­tés, l’absence de foi ou le métis­sage. Tout com­mence avec une bles­sure – l’énonciation de la bâtar­dise – pro­duite en famille : « On des­cend tous de longues lignées de trau­ma­ti­sés qui s’en remettent plus ou moins. Tous. » Les effets ne se font pas attendre : les soi-disant cer­ti­tudes se brisent et, par réac­tion ou par défense, génèrent le rejet. Rejet des contraintes iden­ti­taires, des clas­se­ments idéo­lo­giques et eth­no­re­li­gieux : « L’impossibilité de l’identité. Race, reli­gion, poli­tique, wha­te­ver. C’est par là, oui, que c’est pas­sé. » Mais aus­si une longue et dou­lou­reuse quête afin de cher­cher la véri­té ; un voyage intel­lec­tuel, cultu­rel et éthique pour y voir clair. Dans un pre­mier moment, les idées de Sartre et d’Arendt aident l’auteur, puis ce sera le tour de la musique — celles-ci peuvent être vues comme des « bous­soles » utiles pour contour­ner d’autres contraintes. C’est la quête d’une uto­pie pro­téi­forme qui ne sera pas adé­quate pour trou­ver des réponses satis­fai­santes. Les iden­ti­tés révèlent leurs fra­gi­li­tés para­doxales. L’errance sert pour ten­ter de savoir non seule­ment qui nous sommes, où nous sommes, mais sur­tout pour res­ter en dehors, excen­trés. C’est alors que la lit­té­ra­ture porte le règne de la liber­té. Un espace où se trouve cette foi en la lit­té­ra­ture qui « n’a jamais tué per­sonne, au contraire de la plu­part des autres croyances poli­tiques ou spi­ri­tuelles ». Cela devient la nou­velle appar­te­nance, peut être la seule, pour réus­sir authen­ti­que­ment à s’appar­te­nir. [L.D.]

Éditions Viviane Hamy, 2015

 Frontières et iden­ti­tés natio­nales — La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIe siècle, de Peter Sahlins

c5-cCe sont bien sou­vent les his­to­riens anglo-saxons qui, depuis plu­sieurs années main­te­nant, pro­duisent les tra­vaux les plus sti­mu­lants sur la France. On peut pen­ser à l’é­tude de David Garrioch sur le Paris du XVIIIe, à la grande bio­gra­phie consa­crée à Robespierre par Peter McPhee, ou encore au tra­vail de Timothy Tackett sur 1789. L’ouvrage de Peter Sahlins, dans la lignée construc­ti­viste des tra­vaux clas­siques de Benedict Anderson, récem­ment dis­pa­ru, ou d’Éric Hobsbawm, s’emploie à revi­si­ter la ques­tion de la construc­tion natio­nale en France et en Espagne. Faisant sienne la for­mule de Pierre Vilar selon laquelle « l’his­toire du monde est mieux obser­vée depuis la fron­tière », Peter Sahlins s’in­té­resse à la val­lée de Cerdagne, divi­sée en deux à la suite du trai­té des Pyrénées, en 1659. Sahlins entend explo­rer la contri­bu­tion de cette région (et à tra­vers elle, des zones fron­ta­lières) à la construc­tion de l’État-nation, en France et en Espagne, tout au long des XVII, XVIII et XIXe siècles. À l’ins­tar d’Anderson, Sahlins s’ins­crit en réac­tion contre une concep­tion essen­tia­liste de la nation : il montre que l’État-nation moderne est une créa­tion très récente. Sous l’Ancien Régime, il n’est pas fait de dif­fé­rence fon­da­men­tale entre les fron­tières exté­rieures du royaume et ses fron­tières internes, déli­mi­tant les domaines des sei­gneurs féo­daux. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle au moins, per­siste une notion de fron­tière fon­dée sur le concept de « juri­dic­tion » et non de « ter­ri­toire » : les monar­chies euro­péennes se conçoivent comme des enti­tés exer­çant une juri­dic­tion sur des sujets, le concept de sou­ve­rai­ne­té ter­ri­to­riale (condi­tion néces­saire au déve­lop­pe­ment d’une concep­tion moderne de la nation) n’est pas encore appa­ru. L’étude micro­his­to­rique de Sahlins montre éga­le­ment que les fron­tières demeurent très floues jus­qu’à la fin du XIXe siècle : ain­si, la fron­tière stricte qui sépare en deux la val­lée de Cerdagne conserve un carac­tère « zonal » et mal défi­ni bien après sa créa­tion. L’identité des habi­tants de la val­lée, fluc­tuante, oscille entre l’Espagne et la France tout au long du XIXe siècle. En cette période d’exal­ta­tion des valeurs d’une « France éter­nelle » pure­ment fan­tas­mée, la lec­ture de cet ouvrage est salu­taire. [P‑L.P.]

Éditions Belin, 2000

 Gustave Courbet — Peintre de la liber­té, de Michel Ragon

c5-iObèse, alcoo­lique, exi­lé, rui­né, la barbe pleine de bière, les fesses d’hé­mor­roïdes et les dents de tabac : ces seuls mots suf­fisent à devi­ner la gran­deur de l’homme. Fils de pay­sans, mau­vais élève, piètre dan­seur, râleur et méga­lo­mane, Gustave Courbet jouait du cor, chaus­sait des sabots, chan­tait à l’en­vi, refu­sa la Légion d’hon­neur et exa­gé­rait à des­sein son accent de pro­vin­cial afin de mieux cho­quer le Tout-Paris. L’Art n’est pas affaire d’or­ne­ment : un tableau n’a pas voca­tion à déco­rer les appar­te­ments ni à ravir l’œil du pas­sant ; il doit brouiller, déré­gler, inter­lo­quer ou sus­pendre le flux ordi­naire des sens. Courbet reven­di­qua « le dra­peau du réa­lisme » et « l’art au ser­vice de l’homme » – le pen­seur anar­chiste Proudhon, qui fut son ami, avait décla­ré à pro­pos de l’une de ses toiles, Casseurs de pierres, qu’il s’a­gis­sait là de la pre­mière pein­ture socia­liste ; un his­to­rien de l’art le tenait pour « le Blanqui de la pein­ture ». Le réa­lisme farou­che­ment oppo­sé à l’Idéal. Peindre un ange ? En a‑t-on déjà vu ? Non ? Fin de la dis­cus­sion. Courbet, qui assu­mait plei­ne­ment sa posi­tion de « sau­vage », vou­lait « enca­nailler l’art » : par­ler de l’or­di­naire et du peuple, du petit peuple dont il avouait tirer toute sa modeste science. Son bio­graphe, l’his­to­rien liber­taire Michel Ragon, le décrit dans ces pages comme l’homme contre : le mariage, le pou­voir reli­gieux, l’art offi­ciel, le gou­ver­ne­ment, les textes en rimes… Contre, aus­si, les « popu­lo­phobes » (le mot fut de Courbet !), les bien pla­cés et les déci­deurs, les dan­dys et les cols-blancs. Quitter les clous se paie comp­tant : la cri­tique, bien sûr (on lui repro­cha de « glo­ri­fier la lai­deur vul­gaire », de com­mu­nier dans le « bar­bouillage de paravent » ou de pro­duire du « torche-cul et du papier de ten­ture ») ; le pou­voir, natu­rel­le­ment (il fut empri­son­né, après avoir par­ti­ci­pé à la Commune de Paris et conseillé de débou­lon­ner la colonne Vendôme – qu’il jugeait comme sym­bole des guerres napo­léo­niennes et obs­tacle à la fra­ter­ni­té entre les peuples). Si L’Origine du monde a fait de lui, au XXe siècle, un artiste mon­dia­le­ment recon­nu, l’homme – qui espé­rait qu’on le consi­dé­rât, après sa mort, comme un par­ti­san du « régime de la liber­té » – conti­nue d’être igno­ré. « Je me suis constam­ment occu­pé de la ques­tion sociale et des phi­lo­so­phies qui s’y rat­tachent, mar­chant dans ma voie paral­lè­le­ment à mon cama­rade Proudhon. […] J’ai lut­té contre toutes les formes de gou­ver­ne­ment auto­ri­taire et de droit divin, vou­lant que l’homme se gou­verne lui-même » : la toile n’a pas vieilli. [E.C.]

Éditions Fayard, 2004

 À ce stade de la nuit, de Maylis de Kerangal

c5-dC’est le nom de Lampedusa, enten­du à la radio au milieu de la nuit, qui pro­voque « l’expérience de la mémoire, autre­ment dit l’action de se remé­mo­rer », puis l’écriture, qui est ici « puis­sante et pul­sa­tile, un temple han­té de fan­tômes et de chants ». Lampedusa, « ce nom de légende, ce nom de ciné­ma —, mais ce matin du 3 octobre 2013, il s’est retour­né comme un gant, Lampedusa concen­trant en lui seul la honte et la révolte, le cha­grin, dési­gnant désor­mais un état du monde, un tout autre récit. » Il arrive qu’à l’intérieur d’une nuit de soli­tude, un topo­nyme venu de ces îles archaïques, «  arides et ani­males », « émer­gées à la conver­gence des plaques tec­to­niques afri­caines et eur­asiennes », fasse sur­gir à lui seul, dans l’appartement pari­sien d’une roman­cière, tous les visages des nau­fra­gés libyens, embar­qués sur un rafiot en bout de course pour s’éloigner d’une guerre qui a déjà dévas­té leurs vies d’avant. Dans la radio, les voix sont ita­liennes, tra­duites en direct pour dres­ser l’état des lieux d’une Europe hos­tile aux migrants. « Soudain une voix comme une boule de feu affole la cui­sine, elle est archaïque et dépla­cée, ver­go­gna, ver­go­gna ! Elle demande au monde entier de venir voir ce qui se passe ici, à Lampedusa. » La force du récit de Maylis de Kerangal est d’entrelacer « la sub­stance mné­sique » que convoque l’effroi de ces voix dans la nuit, dénom­brant les ano­nymes noyés et ceux qui auront sur­vé­cu au nau­frage. Dans son sillage, le nom de Lampedusa ramène aus­si la figure de Burt Lancaster dans Le Guépard de Visconti, à cause du nom presque oublié de l’auteur du roman, Giuseppe Tomasi di Lampedusa. Le récit rend compte ain­si de la com­plexi­té de ces bles­sures qui creusent en nous un trau­ma­tisme pro­fond, à force de dénom­brer le chiffre des vic­times d’une poli­tique déci­dée à Bruxelles, pour édi­fier une Europe en forme de cita­delle dont nous serions les habi­tants dési­gnés, for­cés de sup­por­ter l’idée qu’une mer devienne aus­si le lieu d’une héca­tombe sans fin. Et, peu à peu, une évi­dence : celle qu’un trau­ma­tisme ins­crit dans l’esprit des lois euro­péennes appelle main­te­nant une révolte des consciences. [T.B.]

Éditions Verticales, 2015

☰ Le Coût humain de la mon­dia­li­sa­tion, de Zygmunt Bauman

c5-fZygmunt Bauman est un socio­logue qui sort de l’or­di­naire. Nourri de nom­breuses lec­tures pui­sées à la fois dans et en-dehors des cadres rigides de la socio­lo­gie (d’Hannah Arendt à Adorno en pas­sant par Baudrillard, Bourdieu, Marx, Lévinas, Elias, etc.), on le connaît prin­ci­pa­le­ment pour son ana­lyse des socié­tés de consom­ma­tion contem­po­raine, qui évo­luent dans ce qu’il appelle la « moder­ni­té liquide ». Dans cet ouvrage phare de l’al­ter­mon­dia­lisme, il pro­cède avec brio à une ana­lyse pous­sée des dégâts cau­sés par la mon­dia­li­sa­tion, ain­si que des chan­ge­ments de para­digme qu’elle pro­voque. On y retrouve une cri­tique des nou­velles élites qui, grâce à la mon­dia­li­sa­tion tech­no-mar­chande, ont pu s’é­man­ci­per des dis­tances spa­tio-tem­po­relles : vitesse accé­lé­rée des échanges comme absence de dis­tance sur le Net ou en avion entre un point A et un point B. Les consé­quences concrètes ? L’apparition d’une nou­velle forme de lutte des classes, entre d’une part une bour­geoi­sie déter­ri­to­ria­li­sée, pro­fi­tant de cette nou­velle libé­ra­tion pour voya­ger à son gré, et d’autre part d’im­menses popu­la­tions subis­sant la délé­gi­ti­ma­tion de l’an­crage ter­ri­to­rial, et se fai­sant éjec­ter des endroits loca­li­sés où elles dési­re­raient bien sou­vent res­ter. D’autres domaines subissent son regard acerbe, comme l’ur­ba­nisme, la répres­sion de la cri­mi­na­li­té et le déclin de l’État-nation. On s’in­ter­ro­ge­ra tou­te­fois sur ce der­nier point : l’au­teur appelle à une autre mon­dia­li­sa­tion, quelque chose sup­plan­tant l’ar­chaïque sou­ve­rai­ne­té natio­nale, afin de contrer une mon­dia­li­sa­tion qui lui semble iné­luc­table. Quoi ? On ne sait pas. Il n’est pas dit, comme le sug­gère Régis Debray dans son ouvrage Éloge des fron­tières, qu’un monde sans fron­tières soit favo­rable aux plus dému­nis. [G.W.]

Éditions Fayard/Pluriel, 2011

 Homo Juridicus — Essai sur la fonc­tion anthro­po­lo­gique du Droit, d’Alain Supiot

c5-gC’est la soif de jus­tice – ou du moins la néces­si­té de se fixer des règles pour vivre ensemble, donc celle de s’ac­cor­der sur le droit – qui est le propre de l’homme. Voilà la thèse prin­ci­pale de cet ouvrage, qui dépasse rapi­de­ment les débats sur l’es­sence du droit (ins­tru­ment poli­tique, voix de la rai­son humaine, règle natu­relle ou d’es­sence divine) pour s’in­té­res­ser à la dog­ma­tique juri­dique et aux fins qu’elle pour­suit. Comment les hommes vivent le droit, s’en sai­sissent, se le figurent et le mobi­lisent ? Le droit a‑t-il chan­gé de nature dans les der­niers siècles, à la faveur des révo­lu­tions indus­trielles et sur­tout de la mon­dia­li­sa­tion de l’é­co­no­mie ? C’est à ces ques­tions – phi­lo­so­phiques, anthro­po­lo­giques – que nous invite Supiot dans cet essai dense et vif. Partant de l’his­toire du droit dans les socié­tés occi­den­tales, l’au­teur nous en montre d’a­bord les par­ti­cu­la­ri­tés vis-à-vis d’autres socié­tés – en termes de conte­nu (puni­tion, sanc­tion), d’ap­pli­ca­tion (exis­tence d’un tiers garant, qu’il soit reli­gieux ou sécu­laire), de forme (écrite), d’o­ri­gine (chré­tienne, mais pas seule­ment). Les bases sont posées, et Supiot n’a plus qu’à tirer le fil de son rai­son­ne­ment, impla­cable. Il expose ain­si les évo­lu­tions du droit occi­den­tal, et notam­ment fran­çais, deve­nu tech­nique juri­dique à l’aune de la révo­lu­tion indus­trielle, jus­qu’à nous plon­ger dans les liai­sons dan­ge­reuses entre­te­nues par le droit et l’é­co­no­mie glo­ba­li­sée. Ainsi de la déper­di­tion de la sou­ve­rai­ne­té éta­tique et, avec elle, de l’au­to­ri­té du juge natio­nal (on pense aux cours d’ar­bi­trages dans le TAFTA…), le pas­sage du gou­ver­ne­ment à la gou­ver­nance (plé­bis­ci­té par la Commission euro­péenne), mais aus­si de la croyance dans de nou­velles formes de jus­tice – les droits de l’homme occi­den­tal). Déperdition du carac­tère contrai­gnant du droit, retour à un droit deve­nu tan­tôt invec­tive morale (RSE, droits de l’homme, chartes et conven­tions inter­na­tio­nales dépour­vues d’ef­fet direct et d’ap­pli­ca­bi­li­té) tan­tôt science, donc véri­té, donc non sus­cep­tible de cri­tique (on pense à la mon­tée de l’a­na­lyse éco­no­mique du droit, ou à la mobi­li­sa­tion du droit dans les « poli­tiques de l’emploi », s’a­dap­tant à « l’ef­fet d’au­baine » et à la « confiance » des employeurs). Droit comme incan­ta­tion, donc, qui adopte de nou­velles fina­li­tés dans un monde à la fois si maté­riel et dépour­vu de réfé­rences reli­gieuses, mais en quête de sens et de légi­ti­ma­tion de son dis­cours, par les réfé­rences mul­tiples à l’é­co­no­mie de mar­ché. Droit du tra­vail deve­nu outil, sur­tout, avec ses sacri­fices (les sta­giaires, les chô­meurs de longue durée, qui sortent du « droit com­mun », « au nom de l’emploi), ses idoles (la sécu­ri­té et la flexi­bi­li­té), son dieu (le mar­ché), rem­pla­çant le tiers garant his­to­rique, l’État. Loin d’être tech­nique et des­ti­né aux seuls juristes et anthro­po­logues aver­tis, c’est un ouvrage brillant, poin­tu et docu­men­té, révo­lu­tion­naire sans même s’en aper­ce­voir tant il met à jour la méta­mor­phose kaf­kaïenne du droit, et notam­ment du droit social – en passe de deve­nir simple rouage tech­nique dans le grand mar­ché libé­ral. [D.M.]

Éditions Points, 2009

☰ Le Discours antillais, d’Édouard Glissant

c5-jLa France a le cœur armure, et lourd de cette année 2015 où il fal­lut rap­pe­ler de la plus dou­lou­reuse manière l’odeur de la guerre. La guerre, oui, cer­tains en parlent en ces termes. Une guerre, d’abord celle des enjeux éco­no­mi­co-diplo­ma­tiques, des enjeux mili­taires, qui font des morts civiles à ramas­ser au Moyen-Orient jusqu’aux arron­dis­se­ments de Paris. Et, entre les deux, quelques décen­nies d’histoires jamais récon­ci­liées et, dans les foyers, des conver­sa­tions de plus en plus angois­sées. On le sait : il y a des temps his­to­riques où la poé­sie devient une force vol­ca­nique, vitale. Les guerres, de par le monde, font luire les poètes comme s’ils étaient des phares. « Nous avons tant de mots ren­trés dans la gorge. Et si peu de matière pre­mière sur quoi exer­cer notre geste », écri­vit Édouard Glissant. Aujourd’hui, ouvrir un livre de l’écrivain antillais pos­sède ce magné­tisme. La poé­sie comme ter­ri­toire de pos­sibles et de soli­da­ri­té. Nous avons oublié, acti­ve­ment et col­lec­ti­ve­ment, l’im­por­tance de nous sou­ve­nir de l’Histoire, ensemble. À l’heure où cer­tains hommes poli­tiques for­mulent des cri­tiques sur « l’idéologie du métis­sage », à l’heure où d’autres ne sup­portent plus la « culpa­bi­li­sa­tion constante de l’Histoire », il est impor­tant de lire la réflexion d’auteurs qui ont pas­sé leur vie à recons­truire sur les ruines de cultures et de langues de nou­velles uto­pies, à bâtir de nou­veaux mots, à cher­cher avec une ardeur consciente com­ment faire, anciens vain­queurs, anciens vain­cus, pour trou­ver une langue quand la parole a été évi­dée, et créer socié­té mal­gré les vio­lences pas­sées. « Nous n’avons pas le temps. Il nous faut por­ter par­tout l’audace de la moder­ni­té […]. Il nous faut dres­ser nos métro­poles en nous-mêmes. » Le métis­sage, avant d’être un gros mot, c’est avant tout l’histoire des bâtards, condam­nés à voir double, à par­ler double langue et mul­ti­plier les points de vue. Cela devrait être une matière à pen­ser, à réflé­chir, à échan­ger tout le temps, et jamais une idéo­lo­gie à com­battre. « La créo­li­sa­tion, c’est un métis­sage d’arts, ou de lan­gages qui pro­duit de l’i­nat­ten­du. C’est une façon de se trans­for­mer de façon conti­nue sans se perdre. C’est un espace où la dis­per­sion per­met de se ras­sem­bler, où les chocs de culture, la dis­har­mo­nie, le désordre, l’in­ter­fé­rence deviennent créa­teurs. » À l’image du Discours antillais de Glissant, ouvrage de 800 pages tout à la fois essai poli­tique, eth­no­lo­gique, livre de poé­sie, de conver­sa­tions, de contes. Sans doute pas le livre le plus facile pour entrer dans la pen­sée du Tout-Monde. Mais essen­tiel, sûre­ment. [M.M.]

Éditions Gallimard, 1997

 Ouranos ou les trois fonc­tions de la reli­gion dans l’État, de Jean Monod

c5-hSi elle prend forme dans l’anthropologie des années 1970, la pen­sée de Jean Monod est aujourd’hui aux anti­podes d’une réflexion qui se lais­se­rait can­ton­ner aux cloi­son­ne­ments d’un genre uni­ver­si­taire. En lisant le pré­sent livre, on se rend compte assez vite qu’on embarque dans le sillage d’une pen­sée au long cours, aus­si rigou­reuse qu’élargie, comme si le tra­vail de la pen­sée consis­tait avant tout à inter­ro­ger des connais­sances lais­sées à l’abandon. Si Jean Monod se livre à une ana­lyse de l’État, des idées et des mythes qui servent à en mas­quer les points aveugles et, plus encore, les trom­pe­ries conçues pour en mas­quer la vio­lence, il a le cou­rage d’élargir au maxi­mum le spectre des connais­sances his­to­riques et d’affronter, sur quatre mil­lé­naires, le foi­son­ne­ment des peuples et civi­li­sa­tions. Son ana­lyse de l’État s’appuie donc autant sur l’histoire des Iroquois que des pha­raons d’Égypte, des peuples sémites que des Sumériens qui déve­lop­pèrent ensemble la « civi­li­sa­tion éta­tique », 2 300 ans avant Jésus-Christ. Pourtant, le tra­vail théo­rique reste clair, por­té par une langue rigou­reuse et belle, avan­çant par « éclats ». Les formes his­to­riques prises par les États grecs et romains sont ana­ly­sées par­mi beau­coup d’autres pour mieux révé­ler ce mythe contem­po­rain qu’est la démo­cra­tie : « Notre nou­velle « Mère à tous », la République, aurait res­tau­ré l’ancienne démo­cra­tie. » À par­tir de là, « voter est moins un acte démo­cra­tique qu’un rite de désis­te­ment sacri­fi­ciel », et « la croyance dans l’État pro­tec­teur est un fait de dévo­tion ». Autant de pos­tu­lats inat­ten­dus ou même inédits qui ébranlent, à force de logique et de cohé­rence, cette part de croyance qu’on peut encore avoir pour le fait poli­tique. Et un tra­vail d’autant plus salu­taire à l’heure où sur­gissent, en France comme en Europe, tant d’appels à sau­ver des Républiques qui seraient mena­cées. [T.B.]

ABC’Éditions Ah Bienvenus Clandestins !, 2015


REBONDS

Cartouches 4, novembre 2015
Cartouches 3, octobre 2015
Cartouches 2, sep­tembre 2015
Cartouches 1, juillet 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.