Orwell — pour un socialisme populaire


Pourquoi le socia­lisme ne triomphe-t-il pas par­tout ? Telle était l’une des ques­tions qu’Orwell s’é­ver­tuait à poser. À écou­ter ou à lire nombre des par­ti­sans du par­tage des richesses, un début de réponse s’es­quisse : socia­lisme de l’entre-soi, jar­gon­neux et éli­tiste, truf­fé de néo­lo­gismes et satu­ré de réfé­rences consan­guines, col­loques d’u­ni­ver­si­taires cher­chant la petite bête à des notes de bas de page, gloses et regloses, nar­cis­sisme sec­taire et radi­ca­lisme chic… La pen­sée cri­tique a l’art de se cou­per du peuple dont elle se targue de par­ler. Orwell, qui tenait à œuvrer « en marge de l’armée régu­lière »secoua dès lors le coco­tier contes­ta­taire.


orwell2La guerre d’Espagne éclate en juillet 1936, lorsque le géné­ral Francisco Franco se lève pour bri­ser le Frente Popular démo­cra­ti­que­ment élu. George Orwell a alors 33 ans et déjà publié quatre ouvrages — par­mi les­quels Dans la dèche à Paris et à Londres et Une his­toire bir­mane. Ne par­ve­nant pas à res­ter les bras bal­lants devant cette ten­ta­tive de putsch anti-démo­cra­tique et anti-socia­liste, Orwell prend la route en direc­tion de la pénin­sule ibé­rique avec l’espoir de prê­ter main forte aux com­bat­tants. Il quitte Londres le 22 décembre et pénètre dans Barcelone quatre jours plus tard, muni d’une lettre de recom­man­da­tion de l’ILP, le par­ti socia­liste bri­tan­nique. Un jour­na­liste se sou­vien­dra : « Visiblement habillé et chaus­sé pour une expé­di­tion, il posa par terre une énorme valise à sangles et dit : Je vais en Espagne. – Pourquoi ? lui deman­dai-je. […] Ce fas­cisme, dit-il, il faut que quelqu’un l’arrête. »

Au front

Fort des indi­ca­tions de l’ILP, Orwell intègre le POUM, le Parti ouvrier d’unification mar­xiste — une for­ma­tion anti-sta­li­nienne dont l’un des lea­ders pro­vient du mou­ve­ment trots­kyste. Un concours de cir­cons­tances plus qu’un choix : « Si je n’avais tenu compte que de mes pré­fé­rences per­son­nelles, j’eusse choi­si de rejoindre les anar­chistes », avoue­ra Orwell dans son Hommage à la Catalogne. Ces anar­chistes qui, contre une République bour­geoise et un com­mu­nisme inféo­dé à Moscou, s’acharnent à bâtir une socié­té alter­na­tive et révo­lu­tion­naire à même d’affranchir le peuple espa­gnol de la tutelle éta­tique, patro­nale et clé­ri­cale. Avant de rejoindre le front, les fusils de for­tune et la crasse des tran­chées, Orwell découvre la fra­ter­ni­té, la soli­da­ri­té et le res­pect qui animent ce pays où le tout-venant se donne du « cama­rade » et se tutoie. Orwell appar­tient à la 29e Division, la « Rovira ». Difficile de man­quer ce grand écha­las bri­tan­nique, son mètre quatre-vingt-dix, sa culotte de che­val en velours, ses bottes et son jus­tau­corps jaune. Il n’a, rap­por­te­ra l’un de ses com­pa­gnons, peur de rien, sinon des rats. La stu­pé­fiante géné­ro­si­té du peuple espa­gnol émeut l’écrivain, qui ne cesse de louer sa « décence innée » et son tem­pé­ra­ment liber­taire.

« Difficile de man­quer ce grand écha­las anglais, avec son mètre quatre-vingt-dix, sa culotte de che­val en velours, ses bottes et son jus­tau­corps jaune. »

À défaut de « l’égalité par­faite », Orwell s’enthousiasme de voir, pour la pre­mière fois de sa vie et qui plus est par temps de guerre, une socié­té — fût-elle micro­cos­mique — fonc­tion­ner sans que l’Homme n’exploite son pro­chain et sans qu’une classe ne subor­donne les autres. « Des êtres humains cher­chaient à se com­por­ter en êtres humains et non plus en simples rouages de la machine capi­ta­liste », consi­gne­ra-t-il dans son récit. Attente (voire ennui) et com­bats se suc­cèdent lors des quelques mois qu’il passe dans les tran­chées… Une balle fran­quiste lui per­fore la gorge le 20 mai 1937. Orwell s’écroule. Sa pre­mière pen­sée ? Sa bien-aimée, Eileen, venue le rejoindre. Puis l’amertume d’avoir à quit­ter ce monde qui, s’il tourne mal, n’en reste pas moins plai­sant à vivre. Enfin, l’absence de res­sen­ti­ment à l’endroit de son enne­mi : Orwell songe même, si l’occasion de le ren­con­trer lui avait été don­née, qu’il l’aurait féli­ci­té pour ses talents de tireur… Heureux dénoue­ment, tou­te­fois : la plaie cau­té­rise rapi­de­ment et les méde­cins ne relèvent aucune infec­tion. Orwell revient dans Barcelone le mois sui­vant, mais à peine est-il arri­vé qu’il lui faut se cacher pour échap­per à la police socia­lo-com­mu­niste qui traque les mili­tants anar­chistes comme ceux du POUM. Début juillet, le couple rentre en Angleterre. Orwell débute sans délai l’écriture de son ouvrage.

Socialisme démocratique contre socialisme de caserne

Le POUM, à l’instar des anar­chistes, estime qu’il ne faut pas attendre la fin de la guerre contre les forces fas­cistes pour entre­prendre la révo­lu­tion sociale (il n’en existe pas moins des dis­sen­sions entre pou­mistes et liber­taires — les seconds n’étant géné­ra­le­ment pas par­ti­sans de l’orientation mar­xiste des pre­miers). Une stra­té­gie que le gou­ver­ne­ment répu­bli­cain et le Parti com­mu­niste espa­gnol com­battent de concert : la révo­lu­tion atten­dra, l’heure est à la guerre, au front uni et cen­tra­li­sé. Tout mili­tant (cri­tique) du POUM qu’il soit, Orwell admet que la ligne du Parti com­mu­niste ne manque pas de per­ti­nence — mais l’infamie avec laquelle celui-ci traite ses rivaux révo­lu­tion­naires, accu­sés sans détour de faire le jeu d’Hitler, le révulse au plus haut point : « Ainsi donc, voi­là ce que nous étions aux dires des com­mu­nistes : des trots­kystes, des fas­cistes, des traîtres, des assas­sins, des lâches, des espions, etc. » La répres­sion féroce et les purges entre­prises par le gou­ver­ne­ment et les com­mu­nistes contre les acti­vistes du POUM et les anar­chistes, à laquelle il assiste à sa sor­tie d’hôpital, le convainquent irré­mé­dia­ble­ment de la dan­ge­ro­si­té de l’hégémonie stalinienne1Sur ces ques­tions, com­plexes s’il en est, on lira avec pro­fit La Tragédie de l’Espagne de l’historien anar­chiste Rudolf Rocker — citant notam­ment un article du jour­nal sovié­tique La Pravda : « En ce qui concerne la Catalogne, l’épuration des élé­ments trots­kystes et anar­cho-syn­di­ca­listes a déjà com­men­cé, elle y sera pour­sui­vie avec la même éner­gie qu’en URSS. » Ou l’étude « Les intel­lec­tuels de gauche et l’objectivité » signée par Noam Chomsky..

poum

Militants du POUM (DR)

Orwell rentre bou­le­ver­sé de l’Espagne ; ce qu’il a vu conforte ses convic­tions : le socia­lisme se doit d’être démo­cra­tique. Mais si Orwell refuse l’alternative capitalisme/collectivisme (le pre­mier condui­sant à la guerre de tous contre tous, le second à la dépor­ta­tion des « dévia­tion­nistes »), cela ne sau­rait faire de lui un social-démo­crate coton­neux : son socia­lisme demeure révo­lu­tion­naire, mais il refuse de confier les clés de l’avenir à quelque avant-garde pro­fes­sion­nelle pré­ten­dant repré­sen­ter les masses qu’elle ne man­que­ra pas d’assujettir. Les langues acides brossent le por­trait d’un Orwell belle âme et boy scout : s’il n’est certes pas un théo­ri­cien che­vron­né (ou si l’on lit non sans dépit son indul­gence à l’endroit de la monar­chie bri­tan­nique), il n’en déve­loppe pas moins une vision poli­tique pré­cise et va jusqu’à sou­mettre un pro­gramme en six points dans son texte « Le lion et la licorne » : 1) natio­na­li­sa­tion des terres, mines, che­mins de fer, banques et grandes indus­tries, 2) limi­ta­tion des reve­nus sur une échelle de un à dix, 3) réforme démo­cra­tique de l’éducation, 4) indé­pen­dance de l’Inde, 5) for­ma­tion d’un Conseil avec repré­sen­ta­tion des « per­sonnes de cou­leur », 6) alliances, sur le plan inter­na­tio­nal, avec la Chine, l’Abyssinie et toutes les nations en proie aux fas­cismes.

« Un front qui, sans nier les sin­gu­la­ri­tés de cha­cune des tra­di­tions phi­lo­so­phiques et poli­tiques, fédère par-delà les cli­vages ins­ti­tués autour d’un socle unique, le socia­lisme. »

Afin d’en­rayer l’essor de la droite et de l’extrême droite, Orwell exhorte à la consti­tu­tion d’un front popu­laire capable d’accueillir « tous ceux qui courbent l’échine devant un patron ou fris­sonnent à l’idée du pro­chain loyer à payer » ; un front à même de ral­lier sous un seul éten­dard la classe ouvrière et la classe moyenne — de l’épicier au fonc­tion­naire, de l’employé à l’ingénieur, du mineur à l’écrivain pré­caire — et de ren­ver­ser la plou­to­cra­tie élue des États capi­ta­listes ; un front qui, sans nier les sin­gu­la­ri­tés de cha­cune des tra­di­tions phi­lo­so­phiques et poli­tiques, fédère par-delà les cli­vages ins­ti­tués autour d’un socle unique, le socia­lisme, que l’écrivain défi­nit comme « la jus­tice et [le] banal res­pect de soi » et « le ren­ver­se­ment de la tyran­nie » (mar­chande et poli­tique). Les diver­gences ? Attendons. Rien ne sert de s’écharper plus avant sur le sexe idéo­lo­gique des anges.

Antifascisme authentique

« Le socle socio­lo­gique de l’électorat FN est le même. C’est-à-dire les caté­go­ries défa­vo­ri­sées, les caté­go­ries pré­caires, les ouvriers, les chô­meurs, les gens qui ne sont pas diplô­més, toute cette France d’en bas qui tra­di­tion­nel­le­ment vote Front natio­nal », rap­pe­lait le socio­logue Sylvain Crépon en 2012. Un pro­pos qui n’est pas sans faire écho à celui d’Orwell, en son temps, lors­qu’il ten­tait d’ap­pré­hen­der la per­cée fas­ciste chez les gens du com­mun. L’écrivain estime qu’il importe de com­prendre son enne­mi pour le com­battre : cris per­çants et nez bou­chés ras­surent plus qu’ils ne résistent. Quand la vul­gate mar­xiste per­çoit uni­que­ment dans le mou­ve­ment fas­ciste (ita­lien, espa­gnol ou alle­mand) l’une des moda­li­tés du capi­ta­lisme mono­po­liste, Orwell donne à voir son nuan­cier : s’il est effec­ti­ve­ment l’instrument du grand capi­tal et l’organe de la classe diri­geante, il est aus­si une forme per­ver­tie, dévoyée et infâme du socia­lisme, et c’est en cela qu’il par­vient à séduire des mil­lions de tra­vailleurs — ceux qu’il per­siste à nom­mer les « hon­nêtes gens » dans un cour­rier adres­sé à une amie anglaise2Lire ses Écrits poli­tiques..

« L’écrivain estime qu’il importe de com­prendre son enne­mi pour le com­battre : cris d’or­fraie et nez bou­chés ras­surent plus qu’ils ne résistent. »

Parce que, trop sou­vent, le socia­lisme est res­té une idéo­lo­gie urbaine de la classe moyenne, machi­niste, pro­duc­ti­viste et esclave des roues de l’Histoire chères aux pères du Manifeste ; parce que, trop sou­vent, le socia­lisme a célé­bré un pro­lé­taire de pur esprit, effi­gie de papier sans âme ni pas­sions ; parce que, trop sou­vent, le socia­lisme a pris ses ordres auprès d’une République où l’égalité s’établissait à coup de camps ; parce que, trop sou­vent, le socia­lisme a fou­lé aux pieds l’attachement des plus humbles à leur pays ou leurs croyances reli­gieuses, le fas­cisme — en ce qu’il ne réduit pas l’homme au seul « fait éco­no­mique », estime Orwell — a pu fleu­rir dans les cœurs déchus et les ventres amers. Orwell n’excuse rien : il pré­fère uni­que­ment l’analyse à l’anathème. Puis, en anti­fas­ciste consé­quent, prend les armes, risque sa vie pour défendre celle de ses cama­rades espa­gnols et ouvre le feu sur les enne­mis du socia­lisme.

lepen3

Marine Le Pen (DR)

La common decency

Toutes ses pro­po­si­tions théo­riques pro­cèdent d’expériences accu­mu­lées : la haine de l’oppression colo­niale et de l’impérialisme occi­den­tal, au sor­tir de son poste en Birmanie ; le socia­lisme, à la suite de ses ren­contres dans les bas-fonds pari­siens et lon­do­niens ; le socia­lisme ouvrier, après ses enquêtes jour­na­lis­tiques auprès de la classe labo­rieuse bri­tan­nique ; le socia­lisme démo­cra­tique et anti-sovié­tique, de retour de la guerre civile espa­gnole. Orwell nour­rit une réserve cer­taine à l’endroit des intel­lec­tuels : leur incli­na­tion au tota­li­ta­risme, quel qu’il soit, lui sou­lève le cœur. Sa radi­ca­li­té poli­tique fuit les nids dog­ma­tiques, les tours d’ivoire concep­tuelles et les bulles phé­no­mé­no­lo­giques. Foin du jar­gon byzan­tin des émi­nents de la plume ! Foin des mots « à mille pattes » (Jean Grave) du socia­lisme petit-bour­geois ! Foin des doc­trines qui brillent comme le cou­pe­ret d’une guillo­tine ! Lorsque l’on ques­tionne Orwell sur les moti­va­tions qui l’ont conduit à lut­ter contre Franco, il répond : com­mon decen­cy — autre­ment dit, la décence com­mune, cou­rante, ordi­naire. L’écrivain Bruce Bégout explique, dans son essai De la décence ordi­naire, que cette notion désigne chez Orwell la facul­té ins­tinc­tive et spon­ta­née de dis­cer­ner le juste de l’injuste. Nulle néces­si­té de recou­rir à quelque abs­trac­tion méta­phy­sique pour l’appréhender : la décence ordi­naire — qui, à rebours de l’ordre moral, ne s’impose pas — irrigue à ses yeux (et à ceux d’Orwell) le quo­ti­dien de tant d’hu­mains, et plus spé­ci­fi­que­ment de ceux qui consti­tuent les classes popu­laires puisqu’ils se tiennent à l’écart3Quoique mal­gré eux, objecte l’é­co­no­miste Frédéric Lordon. des bas­sesses et de l’indignité carac­té­ris­tiques de tous les pos­sé­dants et les pri­vi­lé­giés. La décence ordi­naire, avance encore Bégout, « est poli­ti­que­ment an-archiste : elle inclut en elle la cri­tique de tout pou­voir consti­tué ». Elle prend racine dans la vie de tous les jours et, loin des étour­dis­se­ments idéo­lo­giques de l’intelligentsia, consti­tue « une base anthro­po­lo­gique sur laquelle s’édifie la vie sociale ».

« Nul n’est immu­ni­sé du désir de pou­voir et l’on peut tou­jours oppri­mer plus oppri­mé que soi. »

Cette décence ordi­naire est donc celle du peuple d’en bas de Jack London, celle des gens de peu décrits par le socio­logue Sansot : ceux qui sus­pendent leur souffle le temps d’un penal­ty, ceux qui dis­cutent « des menus inci­dents du quar­tier » au café ou échangent des recettes de cui­sine sur le ter­rain d’un cam­ping4Les Gens de peu, 1992.. Celle, aus­si, de ce peuple qu’un vieux Larousse défi­nit de la sorte : « Ceux qui peinent, qui pro­duisent, qui paient, qui souffrent et qui meurent pour les para­sites. » La com­mon decen­cy a par­tie liée avec l’environnement social et n’entend pas, rap­pelle Bégout, can­ton­ner le pauvre à une « bon­té natu­relle » dont il devrait se conten­ter en dépit de l’exploitation qu’il subit. Elle n’est pas affaire de trans­cen­dance mais de spon­ta­néi­té ; elle n’est pas un droit mais un affect ; elle se passe de mots et, en cela, reste « pré-ins­ti­tu­tion­nelle ».

Le géo­graphe liber­taire Élisée Reclus ne disait fina­le­ment rien d’autre, dans son ouvrage L’Anarchie : « Là où la pra­tique anar­chiste triomphe, c’est dans le cours ordi­naire de la vie, par­mi les gens du popu­laire, qui cer­tai­ne­ment ne pour­raient sou­te­nir la ter­rible lutte de l’existence s’ils ne s’entraidaient spon­ta­né­ment, igno­rant les dif­fé­rences et les riva­li­tés des inté­rêts. » Gare, tou­te­fois, à qui rédui­rait le pro­pos d’Orwell, qui ne pro­ve­nait pas de cette classe labo­rieuse sur laquelle il fon­dait la plu­part de ses espoirs moraux et poli­tiques : l’é­cri­vain bri­tan­nique dénon­ça son apa­thie, sa tié­deur, son apo­li­tisme, son fata­lisme, sa pas­si­vi­té, voire sa lâche­té. Il ne s’a­git pas de mythi­fier ni d’i­déa­li­ser les classes popu­laires, comme plu­sieurs de ses lec­teurs tendent par­fois à le faire ; il ne s’a­git pas, pour reprendre les mots du socio­logue Didier Eribon dans son Retour à Reims, de « trans­for­mer en une enti­té mythique » les tra­vailleurs). Éternelle véri­té à valeur de leçon : nul n’est immu­ni­sé du désir de pou­voir et l’on peut tou­jours oppri­mer plus oppri­mé que soi — l’é­cri­vain bri­tan­nique put ain­si tota­le­ment faire l’im­passe sur la cause fémi­niste.

Franc-tireur anarchiste

« L’écrivain dénonce même cer­taines franges de l’anarchisme qui, par leur pré­ten­tion à la pure­té et à l’authenticité, font le jeu du pou­voir qu’elles décrient tant. »

Il serait cepen­dant exces­sif de faire de George Orwell un héraut ortho­doxe du dra­peau noir : on cher­che­rait en vain, dans son œuvre com­plète, des pro­po­si­tions pro­gram­ma­tiques inté­gra­le­ment conformes aux pres­crip­tions de cette tra­di­tion — extrê­me­ment poly­pho­nique et volon­tiers dis­cor­dante. L’écrivain dénonce même cer­taines franges de l’anarchisme qui, par leur pré­ten­tion à la pure­té et à l’authenticité, font le jeu du pou­voir qu’elles décrient tant. Il révèle dans Le Quai de Wigan qu’il a pris ses dis­tances avec les concep­tions « d’inspiration anarchiste[s] » les plus sen­ti­men­tales de sa jeu­nesse. Orwell refuse de s’asseoir sur les bancs d’un par­ti et fait front contre les éti­quettes que d’aucuns tiennent à lui col­ler ; il se décrit néan­moins comme « défi­ni­ti­ve­ment « à gauche » » et nous n’offenserons pas sa mémoire en ajou­tant les épi­thètes sui­vant : socia­liste, démo­crate radi­cal, anti-tota­li­taire, popu­liste (les mots subissent l’outrage des puis­sants pour qui le temps vaut ce que l’on sait : rap­pe­lons-donc que le popu­lisme, n’en déplaise à tous les ven­tri­loques du Capital, était à l’o­ri­gine un mou­ve­ment socia­liste russe favo­rable aux pay­sans puis un cou­rant lit­té­raire ayant voca­tion à — citons l’Académie fran­çaise — « faire par­ta­ger la condi­tion des petites gens », et non une injure), conser­va­teur et anar­chiste. Point d’antinomie, pour Orwell, entre ces deux der­niers termes : il tient à pré­ser­ver des crocs d’aciers du moder­nisme ce qui mérite de l’être tout en aspi­rant à libé­rer les socié­tés des sujé­tions propres à l’ordre ancien (pour les que­relles ter­mi­no­lo­giques autour de sa dimen­sion anar­cho-conser­va­trice, voir les opi­nions diver­gentes de Rosat et Michéa).

neopop

Mélenchon, Le Pen, bon­net blanc et blanc bon­net néo­po­pu­liste ? Par Plantu…

On le sait peu, ou mal : la phi­lo­so­phie anarchiste/libertaire se fonde sur une morale ou, si l’on s’effraie d’un mot trop sou­vent mani­pu­lé par les auto­ri­tés mono­théistes, une éthique. Denis Baba, dans un essai d’économie liber­taire, a ain­si rap­pe­lé que « la morale anar­chiste rejette tota­le­ment le « tout et n’importe quoi est per­mis » de l’hédonisme libé­ral ». S’il ne fal­lait trou­ver qu’un seul motif pour saluer les anar­chistes, ce serait jus­te­ment, pour­suit l’auteur, pour leurs posi­tion­ne­ments moraux. Une approche qui per­met d’inscrire Orwell dans cette vaste famille poli­tique pour qui la fin ne légi­time pas tous les moyens à por­tée de main — à contre-pied d’un cer­tain amo­ra­lisme léni­niste et trots­kyste (lire ou relire Leur morale et la nôtre du Commissaire du peuple pour les Affaires étran­gères de la République socia­liste fédé­ra­tive sovié­tique de Russie).

*

Le pré­sent de l’indicatif qui construit ce texte n’est pas for­tuit : le mort n’a pas dit son der­nier mot. Son fan­tôme s’époumone dans les cou­loirs de notre sombre siècle. Simon Leys, dans son exem­plaire petit por­trait Orwell ou l’horreur du poli­tique, a fait entendre que le pen­seur bri­tan­nique manque cruel­le­ment à notre époque (ne par­lons pas de ceux qui, aujourd’­hui, se plaisent à piller sa tombe, de Causeur au ridi­cule Comité Orwell). « Les socia­listes ont assez per­du de temps à prê­cher des conver­tis. Il s’agit pour eux, à pré­sent, de fabri­quer des socia­listes, et vite. » C’était en 1937.


Photographie de cou­ver­ture : Lewis Hine, tra­vaux de tri­cot de Knoxville, 1910.

NOTES   [ + ]

1.Sur ces ques­tions, com­plexes s’il en est, on lira avec pro­fit La Tragédie de l’Espagne de l’historien anar­chiste Rudolf Rocker — citant notam­ment un article du jour­nal sovié­tique La Pravda : « En ce qui concerne la Catalogne, l’épuration des élé­ments trots­kystes et anar­cho-syn­di­ca­listes a déjà com­men­cé, elle y sera pour­sui­vie avec la même éner­gie qu’en URSS. » Ou l’étude « Les intel­lec­tuels de gauche et l’objectivité » signée par Noam Chomsky.
2.Lire ses Écrits poli­tiques.
3.Quoique mal­gré eux, objecte l’é­co­no­miste Frédéric Lordon.
4.Les Gens de peu, 1992.
Max Leroy
Max Leroy

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.