George Orwell et la question féministe


Les pro­cès post­humes ne nous inté­ressent pas. Le pré­sent se montre sou­vent bien arro­gant lorsqu’il croit pou­voir dis­tri­buer ses mau­vais points. Mais c’est jus­te­ment parce que nous appré­cions tout par­ti­cu­liè­re­ment l’œuvre indis­pen­sable de George Orwell, et que nous croyons, pour reprendre ses propres mots, qu’il est néces­saire de tan­cer le socia­lisme pour mieux le défendre, que nous publions ce texte cri­tique de l’essayiste bri­tan­nique Deirdre Beddoe. On peut être un par­ti­san pas­sion­né de l’égalité sans voir que cette éga­li­té ne concerne que la moi­tié de l’humanité — la tra­di­tion fémi­niste est là pour nous le rap­pe­ler.


orwellchienCe texte exa­mine le por­trait qu’Orwell fait des femmes dans ses écrits. J’ai adop­té une struc­ture qui consiste tout d’abord à consi­dé­rer ses per­son­nages fic­tifs fémi­nins, tels qu’ils sont décrits dans ses cinq romans, et ensuite à obser­ver les femmes, quand il y en a, dans ses tra­vaux docu­men­taires. Cette divi­sion entre fic­tion et faits est simi­laire à une autre divi­sion, à savoir la caté­go­ri­sa­tion des femmes en fonc­tion de leur classe sociale : les femmes issues de la classe moyenne appa­raissent presque exclu­si­ve­ment dans ses œuvres de fic­tion et les femmes issues de la classe ouvrière, à quelques excep­tions près, dans ses écrits docu­men­taires. Avant de pas­ser à la repré­sen­ta­tion des femmes chez Orwell, quelques points méritent d’être éclair­cis. Premièrement, un anti­fé­mi­nisme enva­his­sant se mani­feste clai­re­ment dans son œuvre. En 1934, il écri­vait à une amie, Brenda Salkeld : « Hier, j’ai déjeu­né avec le Dr Ede. Il est quelque peu fémi­niste et pense que si une femme était éle­vée exac­te­ment comme un homme, elle serait capable de jeter des pierres, de construire un syl­lo­gisme, de gar­der un secret, etc. Il dit que mes idées anti­fé­mi­nistes sont pro­ba­ble­ment dues au sadisme ! Je n’ai jamais lu les romans du Marquis de Sade ; ils sont mal­heu­reu­se­ment très dif­fi­ciles à obte­nir. » Brenda Salkeld, une amie d’Orwell lorsqu’il vivait à Southwold, a décrit son atti­tude envers les femmes de manière très suc­cincte : « Il ne [les] aimait pas vrai­ment », dit-elle lors d’une dif­fu­sion du Third Programme en 1960.

« Un anti­fé­mi­nisme enva­his­sant se mani­feste clai­re­ment dans son œuvre. Il était inca­pable de men­tion­ner le fémi­nisme et le mou­ve­ment pour le droit de vote des femmes sans dédain. »

Toutefois, il n’est pas néces­saire que d’autres attestent l’antiféminisme d’Orwell : il s’en charge très bien tout seul. Il était inca­pable de men­tion­ner le fémi­nisme et le mou­ve­ment pour le droit de vote des femmes sans dédain. En par­lant de la période d’après la Première Guerre mon­diale, il écrit : « L’Angleterre foi­son­nait d’opinions indé­pen­dan­tistes à moi­tié apprê­tées. Pacifisme, inter­na­tio­na­lisme, huma­ni­ta­rismes en tous genres, fémi­nisme, amours libres, réforme du divorce, athéisme, contrôle des nais­sances — de telles idées atti­raient un peu plus l’attention que d’ordinaire. » Sa crainte que le socia­lisme ouvre ses portes à n’importe quel « buveur de jus de fruits, nudiste en san­dales, détra­qué sexuel, qua­ker, char­la­tan natu­ro­pathe, paci­fiste ou fémi­niste d’Angleterre » s’exprimait net­te­ment à tra­vers ses écrits sur le sujet.

Ensuite, Orwell n’était pas seule­ment anti­fé­mi­niste, il refu­sait com­plè­te­ment de voir le rôle que les femmes, selon l’ordre des choses, étaient et sont tou­jours for­cées de jouer. Ses pré­ju­gés ont sévè­re­ment entra­vé son ana­lyse du capi­ta­lisme et de son fonc­tion­ne­ment. Il consi­dé­rait le capi­ta­lisme comme l’exploitation d’une classe ouvrière mas­cu­line par une classe diri­geante mas­cu­line. Les femmes n’étaient que les épouses des hommes — des mégères de la classe moyenne et des ména­gères de la classe ouvrière, dont la valeur dépen­dait de leur capa­ci­té à assu­rer la « bonne tenue » de leur mai­son. Il ne com­pre­nait pas que le capi­ta­lisme mani­pu­lait autant les hommes que les femmes, quelle que soit leur ori­gine de classe. Orwell n’avait mani­fes­te­ment aucune conscience du rôle déci­sif que jouait le noyau fami­lial dans la pro­duc­tion capi­ta­liste, c’est-à-dire un homme sub­ve­nant aux besoins du foyer, avec une femme dépen­dante (ser­vant les inté­rêts de l’homme et enfan­tant les futures géné­ra­tions de tra­vailleurs) et des enfants à charge. Il ne connais­sait pas non plus (ou igno­rait déli­bé­ré­ment) le rôle des femmes au sein de la main-d’œuvre sala­riée, soit comme tra­vailleuses mal payées per­met­tant de faire bais­ser les salaires, soit comme armée d’ouvrières de réserve pou­vant être incluses ou exclues de la popu­la­tion active selon les exi­gences variables du capi­ta­lisme.

feminisme

Arrestation d’Emmeline Pankhurst (1858 – 1928), suf­fra­gette bri­tan­nique

En bref, Orwell, petit-bour­geois ayant étu­dié à Eton, ne com­pre­nait que peu, voire pas du tout, le rôle et la situa­tion déli­cate des femmes dans la socié­té dans laquelle il vivait. Ses œuvres de fic­tion nous pré­sentent une série de femmes aca­riâtres issues de la classe moyenne qu’il consi­dé­rait comme un frein au radi­ca­lisme de leur époux : « Un syn­di­cat de tra­vailleurs ne peut être effi­cace parce qu’en temps de grève, presque toutes les femmes inci­te­raient leur mari à ne pas faire grève et pren­draient le tra­vail d’un autre. » Bien qu’il puisse exis­ter un élé­ment de véri­té dans tout ceci, Orwell n’en voyait pas les rai­sons, à savoir la dépen­dance des épouses, l’absence d’opportunités de tra­vail pour les femmes, l’application de mar­riage bars dans de nom­breuses pro­fes­sions [sys­tème obli­geant les femmes à quit­ter leur poste si elles se mariaient]. Ses essais ignorent les tra­vailleuses et jugent les épouses à l’aune de leurs talents de femme au foyer. La per­cep­tion d’Orwell de la divi­sion des classes dans la socié­té s’accompagnait d’un manque de com­pré­hen­sion de la divi­sion entre hommes et femmes, une mécon­nais­sance bien résu­mée dans son dis­cours sur les maga­zines fémi­nins. Il savait per­ti­nem­ment que ces maga­zines expo­saient un fan­tasme, « faire sem­blant d’être plus riche qu’on ne l’est », à l’attention des filles d’usine qui s’ennuyaient ou des mères de cinq enfants érein­tées. Toutefois, il n’avait aucune idée de la manière dont ces mêmes maga­zines ren­for­çaient la divi­sion entre hommes et femmes dans la socié­té et pro­mou­vaient le sté­réo­type fémi­nin domi­nant de l’entre-deux-guerres : la femme au foyer.

« Orwell ne connais­sait pas non plus (ou igno­rait déli­bé­ré­ment) le rôle des femmes au sein de la main-d’œuvre sala­riée. »

Dans les per­son­nages fémi­nins fic­tifs de George Orwell, on retrouve quelques-uns des plus odieux por­traits de femmes de la fic­tion anglaise. J’ai en tête notam­ment le per­son­nage d’Elizabeth dans Une his­toire bir­mane (1935), une fille cupide et super­fi­cielle en quête d’un bon par­ti qui se révèle tout à fait prête, lorsqu’une meilleure oppor­tu­ni­té s’offre à elle, à igno­rer son galant de la veille alors même qu’il est à terre, bles­sé, sans plus d’intérêt pour lui que « s’il était un chien mort ». Elle finit par le lais­ser tom­ber alors qu’il est souillé par la honte d’un scan­dale. Hilda Bowling, dans Un peu d’air frais (1939), est éga­le­ment décrite comme un per­son­nage pro­pre­ment scan­da­leux. Elle est la mégère qui empri­sonne un esprit libre poten­tiel, George Bowling, en l’importunant avec les tâches ména­gères et les fac­tures.

Par contraste, les autres per­son­nages fémi­nins d’Orwell sont beau­coup plus sym­pa­thiques. Dorothy Hare, per­son­nage prin­ci­pal d’Une fille de pas­teur (1935) et unique héroïne de l’œuvre d’Orwell, est une bonne à tout faire pathé­tique qui mène une vie misé­rable à force de ser­vir les autres et de subir la tyran­nie de son père, un pas­teur égoïste. On peut au moins éprou­ver de la com­pas­sion pour la détresse de Dorothy, non payée et cor­véable à sou­hait, mais aus­si un cer­tain émoi lorsqu’un coup à la tête la rend amné­sique, entraî­nant un chan­ge­ment radi­cal de son mode de vie. Cependant, Dorothy est tout sim­ple­ment inca­pable d’accéder au bon­heur et à la liber­té, et le roman se ter­mine lorsqu’elle retourne au rôle dépri­mant de vieille fille vivant dans le pres­by­tère de son père. Si Elizabeth et Hilda consti­tuent des sté­réo­types de femmes détes­tables de la classe moyenne, Dorothy, elle, est tout sim­ple­ment pathé­tique.

fem2

« Headquarters National Association Opposed to Woman Suffrage », 1911

Rosemary, le per­son­nage fémi­nin prin­ci­pal dans Et vive l’Aspidistra ! (1936) est sans doute le plus « agréable » des per­son­nages fémi­nins d’Orwell. Elle est joyeuse, extra­ver­tie et intel­li­gente : elle sauve le pleur­ni­chard Gordon Comstock des abysses de la pau­vre­té en l’épousant et en fai­sant de lui un hon­nête homme. Elle est cepen­dant l’alliée volon­taire de l’argent et du capi­ta­lisme, contre lequel Gordon mène une guerre achar­née – le genre de conflit intel­lec­tuel qu’une femme ne peut décem­ment pas com­prendre. Enfin, nous avons la jeune et leste Julia dans 1984 (1949), l’alliée de Winston Smith dans la lutte contre Big Brother et le tota­li­ta­risme ; mais, tan­dis que la lutte de Winston contre le sys­tème est ins­pi­rée par un désir de liber­té intel­lec­tuelle, c’est le sexe illi­cite, le café du mar­ché noir et aus­si son amour pour Winston qui motivent Julia. En bref, ces femmes sont toutes des sté­réo­types, à la pos­sible excep­tion de Rosemary.

« Toutes les choses impor­tantes de la vie étaient réa­li­sées ou pen­sées par les hommes — le tra­vail, la poli­tique, la révo­lu­tion. »

Quelques règles géné­rales se des­sinent quant aux per­son­nages fémi­nins d’Orwell. Elles peuvent être à peu près résu­mées de la manière sui­vante : les femmes aiment l’argent et entravent la liber­té des hommes ; elles sont inca­pables d’avoir des acti­vi­tés ou pas­sions de nature intel­lec­tuelle ; soit elles sont jeunes, atti­rantes et en quête d’un mari, soit elles sont mariées, laides et aca­riâtres. Quant aux spor­tives et aux fémi­nistes, ce sont des types par­ti­cu­liè­re­ment anti­pa­thiques. La méthode d’Orwell consiste à décrire un per­son­nage fémi­nin bien pré­cis et à lui attri­buer une série de carac­té­ris­tiques. Ensuite, il en tire une règle appli­cable à toutes. […] Cependant, ce ne sont pas seule­ment les per­son­nages prin­ci­paux qui sont les plus révé­la­teurs. Les per­son­nages secon­daires et les figu­rants choi­sis par déri­sion sont sou­vent des fémi­nistes : la mère inepte d’Elizabeth dans Une his­toire bir­mane, la géné­ra­tion entière des Pankhurst dans Et vive l’Aspidistra !, les femmes spor­tives et che­va­lines d’Une his­toire bir­mane et de 1984. Les ouvrières n’apparaissent que rare­ment dans les romans. Et quand c’est le cas, ce sont des femmes stu­pides qui lisent des romans à l’eau de rose ou des pro­prié­taires souillons. Cependant, l’image arché­ty­pale obsé­dante de la tra­vailleuse, c’est la lavan­dière pro­lé­ta­rienne de 1984, à laquelle nous revien­drons.

Si les fic­tions d’Orwell four­nissent l’indication la plus claire de son atti­tude face aux femmes issues de la classe moyenne, il est néan­moins néces­saire d’examiner ses écrits docu­men­taires et jour­na­lis­tiques pour décou­vrir l’idée qu’il se fait de celles issues de la classe ouvrière. L’œuvre la plus impor­tante à ce sujet est Le quai de Wigan (1937), à lire en même temps que le jour­nal qui l’accompagne. Pourtant, on ren­contre rela­ti­ve­ment peu de réfé­rences aux femmes dans cet ouvrage. Pour en com­prendre la rai­son, il est indis­pen­sable d’interpréter les pré­ju­gés mas­cu­lins d’Orwell. La per­cep­tion du monde d’Orwell était celle d’un homme : toutes les choses impor­tantes de la vie étaient réa­li­sées ou pen­sées par les hommes — le tra­vail, la poli­tique, la révo­lu­tion. Il n’est pas sur­pre­nant que, voya­geant vers le nord, il ait choi­si de se rendre dans une région minière — l’extraction de char­bon est une indus­trie lourde et au xxe siècle, elle repré­sen­tait un sec­teur pro­fes­sion­nel presque entiè­re­ment mas­cu­lin. Orwell aurait aus­si pu sim­ple­ment se concen­trer sur les effets de la Grande dépres­sion et du chô­mage dans l’industrie du coton, mais les femmes y étaient pré­do­mi­nantes et cette réa­li­té aurait été en contra­dic­tion avec sa vision du monde et son idée que la classe ouvrière était avant tout mas­cu­line. En se concen­trant sur la mine de Wigan, il pou­vait glo­ri­fier la force virile des mineurs au « corps noble » et ne consi­dé­rer les femmes de la classe ouvrière que comme des épouses.

mineurs

L’arrogance machiste d’Orwell et sa manière d’évaluer l’importance des choses en fonc­tion de normes uni­que­ment mas­cu­lines font du Quai de Wigan une source d’informations médiocre — voire fran­che­ment trom­peuse — sur l’histoire des femmes à cette époque. Le roman de Margery Spring Rice, Working Class Wives, publié pour la pre­mière fois en 1939, ain­si que de nom­breuses autres études sociales, sont beau­coup plus éclai­rants. Compte tenu des a prio­ri d’Orwell, les zones de dis­cus­sion les plus cru­ciales qui se dégagent du Quai de Wigan concernent la famille ouvrière, le tra­vail domes­tique, l’impact du chô­mage sur les hommes et les femmes, les ouvrières sala­riées et les rap­ports entre les femmes et la poli­tique. Orwell avait une grande affec­tion pour la classe ouvrière anglaise et, plus pré­ci­sé­ment, pour l’institution qu’est la famille ouvrière. Il était pour la domi­na­tion de l’homme au sein de la famille : « Dans un foyer ouvrier, c’est l’homme qui est le maître de mai­son et non, comme dans les foyers petits-bour­geois, la femme ou le bébé. » Il pos­sé­dait une vision idyl­lique de la famille ouvrière, pour­vu que le père pos­sède un emploi régu­lier et cor­rec­te­ment payé.

« Orwell avait une grande affec­tion pour la classe ouvrière anglaise et, plus pré­ci­sé­ment, pour l’institution qu’est la famille ouvrière. »

Il avait à l’esprit l’image d’une famille ras­sem­blée au coin du feu : « En par­ti­cu­lier les soirs d’hiver après le thé, quand le feu rou­geoie dans la che­mi­née et que son reflet danse sur le garde-feu en acier. D’un côté du foyer, Père, en bras de che­mise, assis dans le fau­teuil à bas­cule, est plon­gé dans les résul­tats des courses. De l’autre, Mère fait de la cou­ture, tan­dis que les enfants se délectent de leur quelques sous de bon­bons à la menthe et que le chien se pré­lasse sur le tapis éli­mé. » (Il est inté­res­sant de consta­ter que seule Mère tra­vaille dans ce tableau !) Tout ceci est mena­cé non seule­ment par le chô­mage mas­sif de l’époque d’Orwell, mais aus­si par des visions d’un futur uto­pique sans tra­vail manuel et où il n’y aurait même pas autant d’enfants — si le contrôle des nais­sances finis­sait par arri­ver à ses fins. Ce der­nier élé­ment d’importance a émer­gé à une époque où les mili­tants pour le contrôle des nais­sances lut­taient avec fer­veur pour l’ouverture de cli­niques dans toute l’Angleterre.

Orwell, qui sem­blait consi­dé­rer le contrôle des nais­sances comme un com­plot mal­thu­sien visant à limi­ter les classes infé­rieures, témoigne d’une mécon­nais­sance de l’impact des gros­sesses suc­ces­sives sur la vie des femmes. Il était conscient que le nombre d’enfants d’une famille était le fac­teur le plus déter­mi­nant dans le fait de par­ve­nir à main­te­nir la « bonne tenue » d’un foyer, mais il gar­dait à l’esprit l’image de la femme féconde de la classe ouvrière. Elle est clai­re­ment repré­sen­tée par la pro­lé­taire de 1984. Celle-ci couvre sa corde à linge de couches-culottes : c’était une quin­qua­gé­naire « dont la mater­ni­té lui avait fait atteindre des dimen­sions mons­trueuses, et qui avait ensuite été endur­cie par le tra­vail ». Pourtant aux yeux de Winston (et d’Orwell), elle était belle. […] Lorsqu’Orwell parle des femmes dans Le quai de Wigan, il ne parle que des épouses. On trouve dans son œuvre de fic­tion de nom­breuses réfé­rences à des céli­ba­taires de classe moyenne qui tra­vaillent : aucune atten­tion équi­va­lente n’est por­tée aux ouvrières, céli­ba­taires ou mariées, tra­vaillant hors du foyer. Le livre s’ouvre sur une allu­sion au son que pro­duisent les sabots des ouvrières des fila­tures sur les rues pavées, mais jamais la condi­tion des femmes dans l’industrie du coton n’est dis­cu­tée ou autre­ment men­tion­née.

bigb

De la même manière, on ne trouve qu’une seule réfé­rence aux ouvrières des char­bon­nages : Orwell déclare que rares sont les femmes encore vivantes qui ont tra­vaillé sous terre durant leur jeu­nesse. Il ignore com­plè­te­ment le fait qu’à l’époque où il écri­vait, il exis­tait encore des ouvrières tra­vaillant sur le car­reau de mine  et elles étaient encore là dans les années 1950. Il ne parle pas non plus de cette grande armée d’exploitées, l’unique caté­go­rie de femmes  et la plus consé­quente — à pos­sé­der un emploi rému­né­ré : les domes­tiques. Orwell était tout sim­ple­ment aveugle au rôle essen­tiel que les femmes jouaient dans le fonc­tion­ne­ment du capi­ta­lisme, à la fois comme ména­gères non payées et comme tra­vailleuses à faible salaire. Il ne com­pre­nait pas que le tra­vail non rému­né­ré des épouses de mineurs était aus­si impor­tant aux yeux des pro­prié­taires des mines qu’à ceux des mineurs eux-mêmes. Son débat tout entier sur le socia­lisme, dans Le quai de Wigan et ailleurs, est dépour­vu de toute allu­sion à cet outil ana­ly­tique clé qu’est la divi­sion sexuelle du tra­vail.

« Quand Orwell écrit sur la poli­tique, qui pour lui impli­quait syn­di­ca­lisme et opi­nion socia­liste, il parle d’hommes et il s’adresse aux hommes. »

Quand Orwell écrit sur la poli­tique, qui pour lui impli­quait syn­di­ca­lisme et opi­nion socia­liste, il parle d’hommes et il s’adresse aux hommes. Là encore, il ignore les femmes. Il semble croire que les femmes sont inca­pables de réflé­chir sur un plan poli­tique. Il fut réel­le­ment éton­né lorsque Mme Searle [d’une famille de Leeds chez qui il avait séjour­né et qu’il avait aidée, contre l’avis du mari, à faire la vais­selle], fit preuve d’une « com­pré­hen­sion de la situa­tion éco­no­mique et aus­si d’idées abs­traites » ; il s’empressa d’ajouter qu’en cela, elle était dif­fé­rente de la plu­part des femmes de la classe ouvrière et qu’elle était à peine ins­truite. Cette men­tion pro­vient de son jour­nal intime et n’apparaît pas dans le texte publié dans Le quai de Wigan. De la même façon, il existe un compte-ren­du dans le jour­nal mais pas dans le livre, de sa pré­sence à une soi­rée orga­ni­sée par le National Unemployed Worker’s Movement (NUWM) dans le but de se pro­cu­rer de l’argent pour la défense de Thaelmann, le lea­der com­mu­niste alle­mand. Voici ce que les notes de son jour­nal révèlent : « Dans la pièce, envi­ron deux cents per­sonnes, majo­ri­tai­re­ment des femmes, en grande par­tie membres de la coopé­ra­tive, et qui, je sup­pose, vivent presque toutes, direc­te­ment ou indi­rec­te­ment, grâce aux allo­ca­tions de chô­mage. Assis à l’arrière, quelques mineurs âgés observent avec bien­veillance ; en face, un grand nombre de très jeunes filles. Certaines dansent au rythme du concer­ti­na (bon nombre d’entre elles se sont avouées inca­pables de dan­ser, ce qui paraît assez navrant) tan­dis que d’autres chantent à tue-tête. J’imagine qu’elles repré­sen­taient un échan­tillon objec­tif des élé­ments les plus révo­lu­tion­naires de Wigan. Si c’est le cas, que Dieu nous vienne en aide. C’est exac­te­ment le même trou­peau de mou­tons — filles béates et femmes d’âge moyen aux formes lourdes assou­pies sur leur tri­cot — que l’on voit par­tout ailleurs. » Dans ce compte-ren­du, le sexisme et le mépris mani­feste qu’Orwell éprou­vait vis-à-vis des femmes éclatent au grand jour.

Dans Le quai de Wigan, Orwell omet toute réfé­rence aux acti­vi­tés poli­tiques des femmes du Nord de l’Angleterre. C’est pré­ci­sé­ment ce genre d’omission qui fait dis­pa­raître les femmes de notre Histoire. Pour mémoire, je me dois de rap­pe­ler que les fileuses de coton du Lancashire avaient été des mili­tantes très actives défen­dant le droit de vote pour les femmes durant les années qui ont pré­cé­dé la Première Guerre mon­diale, et qu’elles étaient des syn­di­ca­listes très éner­giques. Les femmes du Lancashire par­ti­ci­pèrent aux National Hunger Marches to London, [des marches natio­nales contre la faim] orga­ni­sées [au début des années 1930] par le NUWM, et furent des membres actives de la Women’s Co-ope­ra­tive Guild, qui [à la même époque] mili­tait entre autres pour la contra­cep­tion, pour de meilleurs ser­vices de san­té, pour la paix inter­na­tio­nale et le tra­vail à plein temps grâce à la réor­ga­ni­sa­tion de l’industrie sur une base coopé­ra­tive. En ce qui concerne les femmes, Orwell a alté­ré la mémoire du pas­sé avec autant d’efficacité que s’il avait tra­vaillé pour le Miniver. Il a par­ti­ci­pé à une conspi­ra­tion du silence.


Texte tra­duit de l’anglais par Jessica Candelario Perez
Tiré de « Hindrances and Help-Meets : Women in the Writings of George Orwell », Inside the Myth,
Christopher Norris (éd.), Lawrence and Wishart, 1984, p. 139 à 153.

Deirdre Beddoe
Deirdre Beddoe

Née en 1942 ; professeure émérite d'Histoire des femmes à l'université de Glamorgan.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.