Samuel Hayat : « Les mouvements d’émancipation doivent s’adapter aux circonstances »

Notre huitième numéro sort le 19 septembre. Abonnez-vous dès maintenant !


Entretien inédit pour le site de Ballast

Samuel Hayat, char­gé de recherche au CNRS, sait la révo­lu­tion de 1848 sur le bout des doigts. Mais loin de se bor­ner à l’in­dis­pen­sable étude scien­ti­fique des jours anciens, il s’empare volon­tiers du débat public : son article sur le sou­lè­ve­ment des gilets jaunes contre la vie chère, paru début décembre 2018, a atti­ré notre atten­tion — et celle de nom­breux lec­teurs. « Rien n’est garan­ti, mais tout est ouvert », concluait-il. Deux mois ont pas­sé. Les « actes » se suc­cèdent, chaque same­di, et font face à la répres­sion. La com­mune lor­raine de Commercy a lan­cé un appel, sui­vi, à la coor­di­na­tion natio­nale du mou­ve­ment avec pour socle la démo­cra­tie directe, le par­tage des richesses et le rejet du sexisme, de l’ho­mo­pho­bie et du racisme. Et si l’ex­trême droite affiche, de jour en jour, son amer­tume à l’en­droit de ce qu’elle tient pour une « gau­chi­sa­tion »1Pour reprendre la for­mule d’Élisabeth Lévy dans Causeur. Ainsi d’Éric Zemmour (« Le mou­ve­ment des gilets jaunes a été com­plè­te­ment noyau­té, mani­pu­lé, récu­pé­ré par la gauche et par l’ex­trême gauche, qui a limi­té les reven­di­ca­tions uni­que­ment au social. […] Comment on tue un mou­ve­ment en 10 leçons. Bravo la gauche, une fois de plus. Magnifique. » 6 février 2019, émis­sion Zemmour & Naulleau), Julien Rochedy (« Les gilets jaunes ont été infil­trés de par­tout par l’ex­trême gauche et les Black blocs anti­fas […]. Il est temps pour les GJ de chan­ger de stra­té­gie. » 10 février 2019, Twitter), Damien Rieu (« Rassurez-moi, on est pas en train de détour­ner une révolte contre la pres­sion fis­cale en lutte com­mu­niste hein ? » 8 février 2019, Twitter) ou encore Daniel Conversano (« Il n’y a pas de récu­pé­ra­tion par l’ex­trême gauche du mou­ve­ment Gilets jaunes. Le mou­ve­ment est socia­le­ment de gauche depuis le début, et c’est nous qui avons essayé de le récu­pé­rer. En vain. » 6 février 2019, Facebook). du mou­ve­ment, les injures anti­sé­mites essuyées par Alain Finkielkraut n’en jettent pas moins un froid — sitôt exploi­té par l’en­semble du per­son­nel média­tique et gou­ver­ne­men­tal, en dépit de la condam­na­tion una­nime des figures du mou­ve­ment. Revenons, donc, sur cette mobi­li­sa­tion que Samuel Hayat nous pré­sente comme « révo­lu­tion­naire, mais sans révo­lu­tion au sens étroi­te­ment poli­tique ».


Macron est par­ve­nu au pou­voir en affi­chant son inten­tion de dépas­ser le cli­vage gauche-droite ; iro­nie du sort : un mou­ve­ment popu­laire, qui reven­dique lui aus­si ce dépas­se­ment, demande depuis trois mois sa démis­sion. Que nous dit cette séquence en matière de conflic­tua­li­té ?

La mise en ques­tion du cli­vage gauche-droite ne peut plus être dénon­cée comme le simple dégui­se­ment d’une rhé­to­rique droi­tière. Avec les gilets jaunes, on voit l’af­fir­ma­tion sur la scène publique d’une cri­tique radi­cale de ce cli­vage, non pas pour dis­si­mu­ler un dis­cours de droite mais comme reven­di­ca­tion posi­tive d’une nou­velle citoyen­ne­té. Celle-ci se vit et se dit comme directe et donc dou­ble­ment rétive au cli­vage gauche-droite : d’une part, elle vise au ras­sem­ble­ment de tous contre les logiques de divi­sion inhé­rente à ce cli­vage ; d’autre part, elle rejette la poli­tique pro­fes­sion­nelle dans laquelle ce cli­vage fai­sait sens. Mais, bien sûr, des cli­vages ne cessent de se recons­ti­tuer, et c’est une bonne chose car rien n’est plus effrayant que ce que Jacques Rancière appelle le ras­sem­ble­ment hai­neux de l’Un. On trouve donc désor­mais, chez les gilets jaunes ou chez d’autres acteurs, à la place du cli­vage gauche-droite, un cli­vage entre le peuple et les élites ou un cli­vage entre les libé­raux et les démo­crates… Tout le pro­blème est que ces nou­veaux cli­vages n’ont pas la même sub­stance que le cli­vage gauche-droite.

« La mise en ques­tion du cli­vage gauche-droite ne peut plus être dénon­cée comme le simple dégui­se­ment d’une rhé­to­rique droi­tière. »

La gauche en par­ti­cu­lier était deve­nue, avec le temps, non pas un simple prin­cipe de clas­se­ment pour pro­fes­sion­nels de la poli­tique mais un camp avec ses valeurs — en pre­mier lieu l’é­ga­li­té —, son his­toire — celle du mou­ve­ment ouvrier —, sa base sociale — les tra­vailleurs et plus géné­ra­le­ment les domi­nés —, son hori­zon — le socia­lisme —, et même son prin­cipe épis­té­mo­lo­gique — la déna­tu­ra­li­sa­tion de toutes les hié­rar­chies ins­ti­tuées. Tout le pro­blème est que ces élé­ments ne sont aujourd’­hui plus oppo­sables aux par­tis poli­tiques, qui ont mono­po­li­sé le droit de par­ler au nom de la gauche et qui se moquent bien de cette his­toire, de ces valeurs et de cet hori­zon. La dif­fi­cul­té est donc qu’il faut en même temps défendre la gauche en tant que sub­stance et l’ar­ra­cher à ceux qui en usurpent le nom, en pre­mier lieu les socia­listes. Le mou­ve­ment des gilets jaunes met donc bien en dif­fi­cul­té la gauche radi­cale, mais c’est une bonne chose, car c’est un com­bat qu’il faut mener depuis long­temps et qui est tou­jours repous­sé à la pro­chaine fois, sous pré­texte de front répu­bli­cain ou de poli­tique du moindre mal. Ils ne nous laissent plus le choix : pour redon­ner sens au cli­vage gauche-droite, il faut rompre avec la gauche ins­ti­tu­tion­nelle, sans quoi ce qui fai­sait la sub­stance de la gauche est mena­cé de dis­pa­ri­tion défi­ni­tive.

Sans quoi cela pour­rait-il impli­quer d’a­ban­don­ner le mot « gauche » ?

Peut-être. Et si c’est le cas, il ne faut pas faire de féti­chisme des éti­quettes. Ce qui compte, c’est que l’on garde ce que ce signi­fiant avait réus­si à agré­ger, et qui ne pour­ra et devra jamais perdre son tran­chant, son scan­dale : ce qui est en lui rétif à tout consen­sus.

Sur le pla­teau de l’é­mis­sion du Média à laquelle vous étiez invi­té, Maxime Nicolle, une des figures du mou­ve­ment, vante la « ges­tion » au détri­ment de la « poli­tique »2« Le mot poli­tique, c’est deve­nu presque un gros mot. La poli­tique de métier, la poli­tique pro­fes­sion­nelle, la poli­tique poli­ti­cienne, pour les gens, main­te­nant, c’est asso­cié au men­songe, à la tra­hi­son, aux belles paroles […]. Au niveau des gilets jaunes, on consi­dère qu’on veut repar­tir de la base. Si on fait ça com­plè­te­ment, l’étymologie du mot poli­tique c’est ges­tion de la cité. Pourquoi au lieu de s’accrocher à un mot qui a été bafoué, volé, on n’en revien­drait pas à la base : non, on fait pas de poli­tique, on fait de la ges­tion. ». Vous avez réagi pour rap­pe­ler le glis­se­ment néo­li­bé­ral de ce type de dis­cours. Les gilets jaunes se disent géné­ra­le­ment « citoyens » ou « apo­li­tiques » : est-ce un héri­tage, conscient ou non, de « l’i­déo­lo­gie de la fin des idéo­lo­gies »3Expression uti­li­sée par Pierre Bourdieu et Luc Boltanski dans leur article « La pro­duc­tion de l’i­déo­lo­gie domi­nante » : « Pour contrer le dis­cours de la fin des idéo­lo­gies, de la dis­pa­ri­tion des classes et des inté­rêts de classes, il faut démon­ter la phi­lo­so­phie sociale domi­nante dans le champ du pou­voir. » ?

Il y a bien sûr un dan­ger immé­dia­te­ment per­cep­tible à ce dis­cours défen­dant la bonne ges­tion contre la mau­vaise poli­tique. On y entend aus­si­tôt le règne de l’ex­per­tise, sup­po­sé­ment consen­suel, comme remède aux erre­ments de la poli­tique démo­cra­tique. C’est à mon sens un des risques du citoyen­nisme, comme valo­ri­sa­tion du point de vue « neutre » des citoyens — dont les pou­voirs tech­no­cra­tiques s’ac­com­modent bien, comme le montre leur incli­nai­son pour les dis­po­si­tifs de par­ti­ci­pa­tion citoyenne. Mais il ne fau­drait pas ima­gi­ner que cette valo­ri­sa­tion de la ges­tion soit entiè­re­ment néo­li­bé­rale. Ce serait sous-esti­mer l’im­por­tance de l’an­crage de ce dis­cours dans l’his­toire du socia­lisme. Dès ses débuts, celui-ci a pré­sen­té le pro­jet d’une extinc­tion de la poli­tique, du rem­pla­ce­ment du gou­ver­ne­ment des hommes par l’ad­mi­nis­tra­tion des choses au moyen du déve­lop­pe­ment de la science sociale. C’est au cœur du pro­jet de Saint-Simon, le grand ancêtre du socia­lisme en France, mais on le retrouve avec des variantes chez Proudhon, et même chez Marx et Engels. Il y a donc une his­toire de gauche du recours à la méta­phore ges­tion­naire, à l’u­to­pie d’un rem­pla­ce­ment de la poli­tique par la science.

Acte II, 24 novembre 2018, Paris © Cyrille Choupas

Une des leçons du socia­lisme réel4Expression uti­li­sée par les régimes com­mu­nistes, mar­xistes-léni­nistes ou sta­li­niens pour dési­gner leur pra­tique gou­ver­ne­men­tale ; elle est ensuite pas­sée dans le lan­gage cou­rant. est que l’i­dée du rem­pla­ce­ment de la poli­tique par l’ad­mi­nis­tra­tion des choses porte en soi le risque de la consti­tu­tion d’une bureau­cra­tie de sachants, à l’au­to­ri­té d’au­tant plus dif­fi­cile à contes­ter qu’elle se réclame de la science. Mais iden­ti­fier ce risque ne doit pas conduire au refus pur et simple de ce pro­jet, sans quoi c’est le socia­lisme entier qui dis­pa­raît. C’est ce que fait Axel Honneth dans L’Idée du socia­lisme : pour lui, il fau­drait débar­ras­ser le socia­lisme de ses aspects scien­ti­fiques, de son oppo­si­tion fon­cière à la poli­tique gou­ver­ne­men­tale, pour en faire un simple syno­nyme de la démo­cra­tie. La liqui­da­tion du socia­lisme passe aus­si par cette dis­so­lu­tion du socia­lisme dans les pro­cé­dures démo­cra­tiques, réfé­ren­dums, conseils, déli­bé­ra­tion, etc. Mais une démo­cra­tie sans socia­lisme, c’est-à-dire sans l’i­dée d’une éman­ci­pa­tion par l’analyse des rap­ports de domi­na­tion réel­le­ment exis­tants, risque de deve­nir aus­si impuis­sante, voire dan­ge­reuse, qu’un socia­lisme sans démo­cra­tie. La voie est donc étroite puis­qu’il s’a­git à la fois de main­te­nir l’ho­ri­zon uto­pique d’une poli­tique débar­ras­sée du gou­ver­ne­ment des hommes et s’ap­puyant sur des savoirs posi­tifs et, en même temps, de contrer les deve­nirs auto­ri­taires de l’ad­mi­nis­tra­tion des choses qui rem­pla­ce­ra cette poli­tique. La solu­tion, à mon sens, c’est de pen­ser la poli­ti­sa­tion conflic­tuelle de l’ad­mi­nis­tra­tion des choses — ce qui requer­rait une recon­fi­gu­ra­tion des rap­ports entre poli­tique, sciences sociales et citoyen­ne­té. Peut-être que les gilets jaunes, en emprun­tant le lan­gage ges­tion­naire et en le retour­nant contre les reven­di­ca­tions d’ex­per­tise paral­lèles des pro­fes­sion­nels de la poli­tique et des tech­no­crates néo­li­bé­raux, œuvrent en ce sens.

« L’économie morale »5Ou « éco­no­mie morale de la foule ». Ce concept, dû à l’his­to­rien bri­tan­nique mar­xiste E. P. Thompson, est ain­si défi­ni par ce der­nier : « une vision tra­di­tion­nelle des normes et des obli­ga­tions sociales, des fonc­tions éco­no­miques appro­priées par les diverses par­ties de la com­mu­nau­té — ce qui, pris ensemble, peut être consi­dé­ré comme consti­tuant l’é­co­no­mie morale des pauvres. » dont vous par­lez dans votre article ne se double-t-elle pas, concer­nant les dis­cours des gilets jaunes, d’un appel au « bon sens » ?

« Le bon sens popu­laire des gilets jaunes ne doit être ni glo­ri­fié ni voué aux gémo­nies : il révèle quelque chose de pro­fond. »

Quand j’ai par­lé d’é­co­no­mie morale, mon but était de faire deux choses. Premièrement, je vou­lais contrer l’i­dée selon laquelle ce qu’on venait de vivre le same­di 1er décembre n’a­vait été qu’une débauche irrai­son­né de vio­lence, une émeute ; il s’a­gis­sait pour moi de pro­po­ser une inter­pré­ta­tion des évé­ne­ments qui redonne une place à la ratio­na­li­té à l’ac­tion des mani­fes­tants, ratio­na­li­té que je trou­vais dans leur atta­che­ment com­mun à un pacte social tra­hi par Emmanuel Macron. Deuxièmement, je sou­hai­tais rendre compte de la cohé­rence interne du mou­ve­ment et de ses reven­di­ca­tions, de ce qui me sem­blait être sa remar­quable uni­té, alors même que les par­tis, les syn­di­cats ou les asso­cia­tions, outils tra­di­tion­nels de mise en cohé­rence idéo­lo­gique, étaient absents. Cela m’a cer­tai­ne­ment conduit à sous-esti­mer d’autres fac­teurs de mise en cohé­rence idéo­lo­gique du mou­ve­ment, et notam­ment les entre­pre­neurs de mobi­li­sa­tion qu’é­taient alors Éric Drouet et sur­tout Priscillia Ludosky. Il n’en demeure pas moins que le fond me semble robuste : le mou­ve­ment a pris cette ampleur parce qu’il fai­sait écho à des prin­cipes nor­ma­tifs lar­ge­ment répan­dus dans la socié­té et ouver­te­ment atta­qués voire moqués par le pré­sident de la République. Évidemment, cela pose pro­blème à la gauche car ces prin­cipes nor­ma­tifs n’ont pas de réel carac­tère de classe et dis­si­mulent, voire recon­duisent, des formes d’ex­clu­sion et d’op­pres­sion — notam­ment de genre et de race. Il s’a­git de prin­cipes majo­ri­taires, et donc de prin­cipes du majo­ri­taire, c’est de là que vient leur force. Le « bon sens » popu­laire des gilets jaunes ne doit être ni glo­ri­fié ni voué aux gémo­nies : il révèle quelque chose de pro­fond dans ce pays, une série de prin­cipes nor­ma­tifs qui ont engen­dré de fortes mobi­li­sa­tions, et ces mobi­li­sa­tions à coup sûr en modi­fient les carac­té­ris­tiques, dans un sens qui me semble adé­quat aux prin­cipes plus struc­tu­rés, plus pré­cis, plus éman­ci­pa­teurs de la gauche.

Lors de Nuit Debout, le phi­lo­sophe Alain Finkielkraut a été chas­sé de la place de la République au nom du refus du citoyen­nisme « all inclu­sive »6Cet entre­tien s’est dérou­lé avant la prise à par­tie d’Alain Finkielkraut, évo­quée dans le cha­pô, par quelques gilets jaunes le 16 février 2019 à Paris. ; à Commercy, un skin­head est auto­ri­sé à par­ti­ci­per aux débats au nom de « l’expression la plus com­plète de tous les points de vue7Janet Biehl, Le Municipalisme liber­taire, Écosociété, 2013. ». Le socio­logue Philippe Corcuff parle de « brouillard idéo­lo­gique » pour qua­li­fier le moment que nous vivons : est-ce le cas ?

Bien sûr ! Mais si le recon­naître conduit à ne pas avan­cer du tout et à s’e­nor­gueillir d’être les seuls à ne pas être dans le brouillard, à quoi ça sert ? Ce brouillard, le fait que la gauche et la droite n’aient plus de sens pour beau­coup de gens, tout ce que décrit avec jus­tesse Philippe Corcuff, c’est ins­tal­lé, c’est là. Le confu­sion­nisme, per­mis par des décen­nies de décon­si­dé­ra­tion de la cri­tique sociale par les poli­tiques et les médias, y com­pris de gauche, mais aus­si par nos défaites propres, s’est ins­tal­lé et forme la culture com­mune de nom­breuses per­sonnes. Le pire, para­doxa­le­ment, c’est que ce confu­sion­nisme n’est pas dog­ma­tique : il n’y a pas der­rière de véri­table gou­rou qu’on pour­rait dénon­cer, d’i­déo­lo­gie consti­tuée qu’on pour­rait ana­ly­ser — c’est plu­tôt une atti­tude hyper­cri­tique qui empêche qui que ce soit, de droite comme de gauche, de faire véri­ta­ble­ment prise.

Acte III, 1er décembre 2018, Paris © Cyrille Choupas

Cette confu­sion est un mou­ve­ment puis­sant…

Et il faut recon­naître que l’on est dému­nis. Toute la cri­tique sociale a construit sa force d’at­trac­tion sur sa capa­ci­té de dévoi­le­ment et de pro­po­si­tion d’une théo­rie sociale qui, tout à la fois, dévoile le réel et indique une stra­té­gie de trans­for­ma­tion. Mais à l’heure du confu­sion­nisme, tout le monde dévoile tout, de manière appa­rem­ment bien plus radi­cale que la cri­tique sociale, et sans théo­rie, donc sans stra­té­gie, ce qui d’ailleurs condamne les confu­sion­nistes à l’im­puis­sance par cela même qui leur donne leur audience ! Et une fois qu’on a recon­nu que l’on est dému­nis, que nos dis­cours cri­tiques habi­tuels ne font plus prise, il faut réflé­chir aux moyens de se réar­mer, et de désar­mer les fas­cistes, qui eux aus­si essaient de reprendre la main. C’est un tra­vail poli­tique qui doit être accom­pli col­lec­ti­ve­ment par les orga­ni­sa­tions et les groupes de gauche, mais aus­si par toutes et tous ceux qui sou­haitent qui s’ins­crire dans une tra­di­tion de cri­tique sociale : on n’y cou­pe­ra pas. Et puisque per­sonne n’a la clé, il faut lais­ser place aux expé­ri­men­ta­tions, à l’in­ven­tion de nou­velles recettes, sans (trop) pla­quer nos pré­ju­gés…

La mobi­li­sa­tion des gilets jaunes serait-elle le pre­mier grand mou­ve­ment issue de la « démo­cra­tie du public »8Il s’a­git, pour le phi­lo­sophe Bernard Manin, du nou­vel âge du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif, consti­tué d’une élite non plus poli­tique et mili­tante mais de com­mu­ni­cants, avec des pro­grammes poli­tiques de moins en moins pré­cis. Les cli­vages ne se situent plus entre les par­tis mais à l’intérieur de chaque par­ti, et la dis­cus­sion se déplace prio­ri­tai­re­ment dans les médias., comme l’ap­pelle le phi­lo­sophe Bernard Manin ?

« À l’heure du confu­sion­nisme, tout le monde dévoile tout, de manière appa­rem­ment bien plus radi­cale que la cri­tique sociale. »

Je dirais plu­tôt que le macro­nisme est le pre­mier mou­ve­ment lié à la démo­cra­tie du public dans une forme aus­si pure, et que le mou­ve­ment des gilets jaunes en est une forme interne de contes­ta­tion — avec toute l’am­bi­guï­té que ça implique. C’est un mou­ve­ment qui naît du triomphe de la démo­cra­tie du public, qui en dénonce vigou­reu­se­ment les formes mais qui reste lar­ge­ment pié­gé dans ses logiques. Rappelons que pour Manin, la démo­cra­tie du public se carac­té­rise par un vote pour des per­son­na­li­tés sans réel pro­gramme plu­tôt que pour des par­tis, les élec­teurs se com­por­tant comme un public de spec­ta­teurs qui choi­sissent à chaque élec­tion par­mi une offre poli­tique for­te­ment per­son­na­li­sée. C’est une méta­mor­phose qui n’a rien de spé­ci­fique à la France, mais l’é­lec­tion du pré­sident au suf­frage direct, sans néces­si­té d’en pas­ser par des pri­maires, per­met aux logiques de la démo­cra­tie du public de jouer à plein. Macron a pu construire un mou­ve­ment à sa main et à son image, por­tant même ses propres ini­tiales, et aller à la ren­contre du peuple sans en pas­ser par les appa­reils de par­tis, en refu­sant de s’ins­crire dans le cli­vage gauche-droite, sans idéo­lo­gie mar­quée si ce n’est une vague réfé­rence au pro­grès, en fai­sant une cam­pagne élec­to­rale ayant tout de la cam­pagne de com’.

L’échec rela­tif des mani­fes­ta­tions syn­di­cales de 2017 contre la réforme du code du tra­vail illustre bien la dif­fi­cul­té de mobi­li­ser selon les formes tra­di­tion­nelles contre un pou­voir à ce point sans sub­stance, qui pré­sente sa poli­tique comme une suite de mesures sim­ple­ment tech­niques. Au contraire, le mou­ve­ment des gilets jaunes a fait car­ton plein car, par beau­coup d’as­pects, il res­semble, dans son appré­hen­sion de la poli­tique, au macro­nisme : pas d’i­déo­lo­gie affir­mée, une série de reven­di­ca­tions repo­sant plu­tôt sur la morale et le bon sens que sur un pro­jet de socié­té, des coups de com’ — à com­men­cer par l’u­sage du gilet jaune —, un mar­ke­ting viral sur les réseaux sociaux plu­tôt que la construc­tion d’or­ga­ni­sa­tions, quelques per­son­na­li­tés par­lant direc­te­ment au mou­ve­ment par des vidéos YouTube mais tenues par aucun man­dat, la réduc­tion de la poli­tique à une série de mesures sur les­quelles il s’a­git de voter par réfé­ren­dum… C’est la force du mou­ve­ment des gilets jaunes que d’a­voir à ce point réus­si à se fondre dans les coor­don­nées poli­tiques nou­velles de la démo­cra­tie du public, et d’a­voir ain­si mon­tré que cette forme de gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif n’é­tait pas plus que les autres imper­méable à la contes­ta­tion. En cela, les gilets jaunes ouvrent une voie, dans laquelle tous les mou­ve­ments sociaux peuvent s’en­gouf­frer, et doivent le faire sans trop de regrets.

Acte VIII, 5 jan­vier 2019, Priscillia Ludosky et Maxime Nicolle à l’Hôtel de ville de Paris © Stéphane Burlot

N’oublions pas ce qu’é­cri­vait Marx dans le 18 Brumaire : « Les révo­lu­tions pro­lé­ta­riennes […] se cri­tiquent elles-mêmes constam­ment, inter­rompent à chaque ins­tant leur propre cours, reviennent sur ce qui semble déjà être accom­pli pour le recom­men­cer à nou­veau, raillent impi­toya­ble­ment les hési­ta­tions, les fai­blesses et les misères de leurs pre­mières ten­ta­tives, paraissent n’a­battre leur adver­saire que pour lui per­mettre de pui­ser de nou­velles forces de la terre et de se redres­ser à nou­veau for­mi­dable en face d’elles, reculent constam­ment à nou­veau devant l’im­men­si­té infi­nie de leurs propres buts, jus­qu’à ce que soit créée enfin la situa­tion qui rende impos­sible tout retour en arrière, et que les cir­cons­tances elles-mêmes crient : Hic Rhodus, hic sal­ta ! [Ici est Rhodes, c’est ici qu’il faut sau­ter] C’est ici qu’est la rose, c’est ici qu’il faut dan­ser ! » Il n’y a pas de nos­tal­gie à avoir du monde ancien, avec ses par­tis, ses idéo­lo­gies et ses modes d’ac­tion : les mou­ve­ments d’é­man­ci­pa­tion doivent sans cesse se remettre en ques­tion, s’a­dap­ter aux cir­cons­tances, inven­ter de nou­velles armes. Les gilets jaunes nous montrent le point faible du pou­voir, c’est là qu’il faut appuyer si l’on veut à nou­veau faire prise sur lui — mais chaque mou­ve­ment avec ses propres objec­tifs, qui puissent aller au-delà de l’u­ni­vers idéo­lo­gique com­mun au macro­nisme et aux gilets jaunes.

C’est peut être une pre­mière : une somme consi­dé­rable d’ar­ticles et d’a­na­lyses — dont les vôtres — tentent à chaud de pen­ser le mou­ve­ment des gilets jaunes. Comment ne pas tom­ber dans le fast thin­king ? Comment les sciences sociales peuvent-elles abor­der « ce qui est en train de se faire » ?

« Il y a bien un anti-intel­lec­tua­lisme, mais ce risque n’est pas propre à je ne sais quel popu­lisme : il est déjà là, ins­tal­lé dans les plus hautes sphères du pou­voir et de la soi-disant exper­tise. »

Je me méfie des injonc­tions à par­ler moins, pro­duire moins, aller plus len­te­ment, avoir de la rete­nue dans ses ana­lyses… autant que des injonc­tions inverses. Il faut tou­jours se deman­der qui pro­duit ces dis­cours de rap­pel à l’ordre et dans quel but. C’est vrai que ce mou­ve­ment a don­né lieu à un empres­se­ment savant peu com­mun. On a assis­té et on assiste encore à la ren­contre entre un fort besoin d’é­clair­cis­se­ments por­té par les médias et par le public, et une offre d’a­na­lyses pour le moins plé­tho­rique. Mais ce qui est inté­res­sant est que les gens qui ont pris la parole ne relèvent pas du monde habi­tuel de l’ex­per­tise poli­tique à des­ti­na­tion des médias ou du grand public. Combien de fois avait-on vu et enten­du quel­qu’un comme Gérard Noiriel aupa­ra­vant ? On a accor­dé une atten­tion signi­fi­ca­tive à des uni­ver­si­taires tra­vaillant sur les classes popu­laires, les mou­ve­ments sociaux, les formes de contes­ta­tion, les vio­lences poli­cières — autant de sujets qui sont géné­ra­le­ment bou­dés par les médias. Plus inté­res­sant encore, il semble que cela ne se soit pas fait au détri­ment de la parole des gilets jaunes eux-mêmes, qui ont aus­si reçu une atten­tion plus grande que l’on en accorde d’ha­bi­tude aux mani­fes­tants dans la cou­ver­ture d’un mou­ve­ment social. Tout l’en­jeu est main­te­nant de durer, de conti­nuer à pro­po­ser des ana­lyses. Mais ne nous fai­sons pas d’illu­sions : le champ média­tique est déjà en train de se refer­mer et nous allons conti­nuer les dis­cus­sions prin­ci­pa­le­ment dans des médias de cri­tique sociale comme le vôtre.

Il arrive que le popu­lisme, enten­du ici dans son sens poli­tique et non comme injure média­tique, intègre à sa cri­tique des « puis­sants » le monde des idées, la pra­tique intel­lec­tuelle, bref, les « intellos » : est-ce à vos yeux un risque, dans le cas pré­sent ?

L’histoire du socia­lisme est indis­so­ciable de l’his­toire des sciences sociales, comme manière rai­son­née d’é­tu­dier le réel en vue de sa trans­for­ma­tion. Tout le pro­jet d’é­man­ci­pa­tion sociale col­lec­tive repose sur l’i­dée qu’il existe des méca­nismes de domi­na­tion qui sont plus pro­fon­dé­ment ancrés dans la socié­té que ne le sont L’État, la loi et le droit, et qu’il faut donc étu­dier la socié­té pour les com­prendre et les com­battre. En ce sens, le dés­in­té­rêt pour les sciences sociales, au pro­fit sou­vent des faux dévoi­le­ments du com­plo­tisme ou du sen­sa­tion­na­lisme, est bien un obs­tacle à l’é­man­ci­pa­tion. Mais qui est res­pon­sable de ce dés­in­té­rêt ? Il ne date pas des gilets jaunes ! Il est au cœur de la poli­tique contem­po­raine, du mana­ge­ment de la science, du trai­te­ment média­tique domi­nant de l’in­for­ma­tion, de l’or­ga­ni­sa­tion éco­no­mique elle-même. Il y a bien un anti-intel­lec­tua­lisme, mais ce risque n’est pas propre à je ne sais quel popu­lisme : il est déjà là, ins­tal­lé dans les plus hautes sphères du pou­voir et de la soi-disant exper­tise. Il est trop facile de moquer l’an­ti-intel­lec­tua­lisme peut-être réel de cer­tains gilets jaunes et de tolé­rer celui des diri­geants poli­tiques, média­tiques et éco­no­miques, alors que le pre­mier n’est que le reflet du second, et est sou­vent moins uni­la­té­ral qu’on ne l’imagine. Nous devons mon­trer que les savoirs des sciences sociales peuvent éclai­rer le réel de manière cri­tique, per­mettent un dévoi­le­ment effi­cace des rap­ports de domi­na­tion, et donnent des outils à ceux et celles qui veulent les ren­ver­ser. Cela sup­pose d’être atten­tif aux savoirs qui existent chez les gens, et en par­ti­cu­lier chez les domi­nés, qui sont au plus près des méca­nismes d’op­pres­sion, et qui ont des choses à dire sur ce qu’ils vivent. C’est à par­tir de ces savoirs que des sciences sociales cri­tiques effi­caces, c’est-à-dire éman­ci­pa­trices, peuvent le mieux se déve­lop­per et venir nour­rir en retour les luttes.

Acte XII, 2 février 2019, Paris © Stéphane Burlot

Le phi­lo­sophe et mili­tant Daniel Bensaïd met­tait en garde : « Il existe aus­si une illu­sion sociale, qui pré­tend se pro­té­ger de la conta­mi­na­tion bureau­cra­tique en res­tant à l’é­cart de la lutte poli­tique des par­tis et de ses moments élec­to­raux […]. Face aux pro­blèmes concrets posés par les expé­riences en cours, ces dis­cours semblent vieillir très vite et fuir la réa­li­té au pro­fit de l’abs­trac­tion. » Cette cri­tique de l’« illu­sion sociale » vous paraît-elle, ici, per­ti­nente ?

Le pro­pos de Daniel Bensaïd est ici d’in­va­li­der une cer­taine stra­té­gie liber­taire consis­tant à ne pas cher­cher à par­ti­ci­per aux luttes pour le pou­voir d’État. Selon lui, une telle atti­tude aurait conduit à l’im­puis­sance. Il faut prendre au sérieux ces cri­tiques car c’é­tait un grand pen­seur et un grand mili­tant ; cepen­dant, je crois qu’il a tort sur le fond : on ne sait tout sim­ple­ment pas ce qui a véri­ta­ble­ment fait avan­cer dans l’Histoire la cause de l’é­man­ci­pa­tion et com­ment. Je serais bien en peine de peser la part res­pec­tive des anar­chistes, des léni­nistes, des fémi­nistes, des syn­di­ca­listes ou des sociaux-démo­crates dans les luttes pour l’é­ga­li­té. Il a tort aus­si, à mon sens, lors­qu’il ren­voie cet anti-élec­to­ra­lisme exclu­si­ve­ment à un sou­ci de pure­té idéo­lo­gique alors qu’il s’a­git sur­tout d’un choix stra­té­gique : la voie élec­to­rale est refu­sée par les liber­taires non parce qu’elle serait impure mais parce qu’ils la jugent inef­fi­cace et dan­ge­reuse, en par­ti­cu­lier dans le cadre de la démo­cra­tie bour­geoise — c’est la grande leçon, notam­ment, que le mou­ve­ment ouvrier fran­çais tire de l’é­chec de la révo­lu­tion de 1848 : alors même que les ouvriers obtiennent le droit de vote, une assem­blée réac­tion­naire est élue en avril 1848, et mène le plus grand mas­sacre de tra­vailleurs, en juin 1848, que la France ait connue jus­qu’à lors. Pour beau­coup, c’est la preuve que le vote ne mène qu’à la catas­trophe, et qu’il faut cher­cher en dehors de l’État une voie spé­ci­fi­que­ment ouvrière à l’émancipation, voie que les ouvriers orga­ni­sés trouvent alors dans l’association.

« Contentons-nous, nous intel­lec­tuels et mili­tants, de ne pas tom­ber amou­reux de notre propre pos­ture de ver­tu. »

Le refus liber­taire ou anar­cho-syn­di­ca­liste de la voie élec­to­rale est certes ouvert à dis­cus­sion, mais tout à fait rai­son­né. Ceci étant, Bensaïd met le doigt sur quelque chose de per­ti­nent, non pas en termes de stra­té­gie mais en termes d’ob­jec­tif : est-ce qu’il s’a­git de lut­ter pour un monde débar­ras­sé de la poli­tique et orga­ni­sé exclu­si­ve­ment par l’ex­pres­sion imma­nente des inté­rêts sociaux, ren­du har­mo­nieux par la fin du capi­ta­lisme ? Cette illu­sion-là est bien pré­sente et per­sis­tante chez cer­tains liber­taires, et sûre­ment plus encore, sous une forme dif­fé­rente, chez les citoyen­nistes. Pensons donc avec Bensaïd l’i­né­luc­ta­bi­li­té du conflit et donc de la poli­tique — mais accep­tons en même temps que la stra­té­gie de conquête élec­to­rale du pou­voir d’État ne soit pas la seule voie pos­sible pour un mou­ve­ment d’é­man­ci­pa­tion.

On connaît la phrase du phi­lo­sophe mar­xiste Slavoj Žižek expri­mée à propos d’Occupy Wall Street, et régu­liè­re­ment convo­quée à chaque mobi­li­sa­tion d’am­pleur : un mou­ve­ment social ne doit pas « tom­ber amou­reux de lui-même9« Ne tom­bez pas amou­reux de vous-mêmes. Nous pas­sons un moment agréable ici. Mais, rap­pe­lez-vous, les car­na­vals ne coûtent pas cher. Ce qui compte, c’est le jour d’après, quand nous devrons reprendre nos vies ordi­naires. Est-ce que quelque chose aura chan­gé ? », cité dans « Occuper Wall Street, un mou­ve­ment tom­bé amou­reux de lui-même », Thomas Franck, Le Monde diplo­ma­tique, jan­vier 2013. ». Légitime mise en garde ou tour d’i­voire arro­gante ?

Cela donne une impres­sion de sagesse à bon compte d’être celui qui dit aux mili­tants de faire atten­tion à ne pas tom­ber dans tel ou tel piège. Les gilets jaunes sont déjà allés beau­coup plus loin que qui que ce soit n’au­rait pu l’i­ma­gi­ner au début du mou­ve­ment. Le dis­cours de Žižek est d’une morgue ter­rible. Contentons-nous, nous intel­lec­tuels et mili­tants, de ne pas tom­ber amou­reux de notre propre pos­ture de ver­tu et lais­sons ceux et celles qui luttent inven­ter leur propre hori­zon. Un mou­ve­ment social court tou­jours le risque d’être pris par des forces cen­tri­fuges ou au contraire de se refer­mer sur lui-même. Les premier·e·s concerné·e·s sont les mieux à même de sai­sir ce risque, et l’on peut pen­ser que l’Assemblée des assem­blées de Sorcy-Saint-Martin le 26 jan­vier, à l’i­ni­tia­tive des gilets jaunes de Commercy, est la preuve de leur volon­té de le contrer.

Acte II, 24 novembre 2018, Paris © Stéphane Burlot

Les reven­di­ca­tions qui font consen­sus au sein du mou­ve­ment impliquent de fac­to un chan­ge­ment de régime. Les gilets jaunes refusent majo­ri­tai­re­ment le débou­ché élec­to­ral et le mou­ve­ment ne semble pas s’o­rien­ter vers une insur­rec­tion révo­lu­tion­naire géné­ra­li­sée : com­ment peut-il tenir sur la dis­tance ?

Ce qui est étrange et pas­sion­nant, dans le mou­ve­ment des gilets jaunes, c’est que des gens inves­tissent l’es­pace public et déploient une inven­ti­vi­té poli­tique qui géné­ra­le­ment est plu­tôt typique d’une situa­tion révo­lu­tion­naire ou post-révo­lu­tion­naire — alors jus­te­ment qu’il n’y a pas eu de révo­lu­tion au sens clas­sique. En his­to­rien de la révo­lu­tion de 1848, je vois chez les gilets jaunes un écho frap­pant avec le mou­ve­ment des clubs qui émerge alors, dans ses meilleurs aspects comme dans ce qui me semble être ses erre­ments. Mais la grande dif­fé­rence est qu’en 1848 une insur­rec­tion avait effec­ti­ve­ment mis à bas le pou­voir, comme en 1789, en 1830, en 1871. Aujourd’hui, le pou­voir semble plus intou­chable que jamais, du fait du déve­lop­pe­ment de l’ap­pa­reil d’État (et en par­ti­cu­lier de son bras armé), de décen­nies de paci­fi­ca­tion de la socié­té (et en par­ti­cu­lier des formes de contes­ta­tion) et du plus grand atta­che­ment que nous avons tous et toutes déve­lop­pé pour les prin­cipes démo­cra­tiques — et sou­vent pour les pro­cé­dures élec­to­rales. On a donc affaire à un mou­ve­ment révo­lu­tion­naire, mais sans révo­lu­tion au sens étroi­te­ment poli­tique : il s’a­git plu­tôt d’une révo­lu­tion sociale, au moins en deve­nir.

Ce n’est pas la seule révo­lu­tion sociale sans révo­lu­tion poli­tique de ces der­nières décen­nies : pen­sons au mou­ve­ment fémi­niste, qui a révo­lu­tion­né la socié­té et la révo­lu­tionne encore, avec certes des mani­fes­ta­tions, des pro­tes­ta­tions, de la soli­da­ri­té face à la répres­sion, des chan­ge­ments ins­ti­tu­tion­nels impo­sés par la rue, mais sans avoir eu à prendre un hypo­thé­tique palais d’Hiver du patriar­cat. Donc toute la ques­tion n’est pas de savoir com­ment les gilets jaunes pour­raient ren­ver­ser le pou­voir, c’est plu­tôt de pen­ser la manière dont ils changent déjà et peuvent chan­ger encore plus pro­fon­dé­ment la socié­té elle-même, les rap­ports de domi­na­tion qui s’y nouent, les règles orga­ni­sant la dis­tri­bu­tion des richesses et du pou­voir. Et de ce point de vue, il semble y avoir quelque chose de pro­fon­dé­ment révo­lu­tion­naire dans les manières mêmes dont ils s’or­ga­nisent, se ren­contrent, dis­cutent — ce qui explique la vio­lence et le sys­té­ma­tisme de la répres­sion, non seule­ment face aux mani­fes­ta­tions heb­do­ma­daires, mais aus­si, de manière moins visible, face à la moindre occu­pa­tion de rond-point. Obtenir la démis­sion de Macron semble peu pro­bable, c’est vrai. Mais les gilets jaunes sont peut-être en train de réus­sir quelque chose d’infiniment plus impor­tant : chan­ger en pro­fon­deur la socié­té et libé­rer des dyna­miques d’émancipation qui pour­ront se déployer et trans­for­mer l’horizon des pos­sibles.


Photographie de ban­nière : 2 février 2019, Acte XII, place de la République à Paris © Stéphane Burlot
Photographie de vignette : © Cyrille Choupas 


REBONDS

☰ Lire notre repor­tage « Contre le mal-vivre : quand la Meuse se sou­lève », Djibril Maïga et Elias Boisjean, jan­vier 2019
☰ Voir notre port­fo­lio « Commercy : le pou­voir au peuple », Stéphane Burlot, jan­vier 2019
☰ Voir notre port­fo­lio « Acte X : Liberté, Égalité, Flash-Ball », Stéphane Burlot, jan­vier 2019
☰ Lire notre article « Gilets jaunes : car­net d’un sou­lè­ve­ment », décembre 2018
☰ Voir notre port­fo­lio « Jaune rage », Cyrille Choupas, novembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Benoît Borrits : « Casser le car­can de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnaud Tomès et Philippe Caumières : « Castoriadis — La démo­cra­tie ne se limite pas au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », jan­vier 2017
☰ Lire notre article « Du pou­voir et de l’État », Daniel Bensaïd, avril 2015

NOTES   [ + ]

1.Pour reprendre la for­mule d’Élisabeth Lévy dans Causeur. Ainsi d’Éric Zemmour (« Le mou­ve­ment des gilets jaunes a été com­plè­te­ment noyau­té, mani­pu­lé, récu­pé­ré par la gauche et par l’ex­trême gauche, qui a limi­té les reven­di­ca­tions uni­que­ment au social. […] Comment on tue un mou­ve­ment en 10 leçons. Bravo la gauche, une fois de plus. Magnifique. » 6 février 2019, émis­sion Zemmour & Naulleau), Julien Rochedy (« Les gilets jaunes ont été infil­trés de par­tout par l’ex­trême gauche et les Black blocs anti­fas […]. Il est temps pour les GJ de chan­ger de stra­té­gie. » 10 février 2019, Twitter), Damien Rieu (« Rassurez-moi, on est pas en train de détour­ner une révolte contre la pres­sion fis­cale en lutte com­mu­niste hein ? » 8 février 2019, Twitter) ou encore Daniel Conversano (« Il n’y a pas de récu­pé­ra­tion par l’ex­trême gauche du mou­ve­ment Gilets jaunes. Le mou­ve­ment est socia­le­ment de gauche depuis le début, et c’est nous qui avons essayé de le récu­pé­rer. En vain. » 6 février 2019, Facebook).
2.« Le mot poli­tique, c’est deve­nu presque un gros mot. La poli­tique de métier, la poli­tique pro­fes­sion­nelle, la poli­tique poli­ti­cienne, pour les gens, main­te­nant, c’est asso­cié au men­songe, à la tra­hi­son, aux belles paroles […]. Au niveau des gilets jaunes, on consi­dère qu’on veut repar­tir de la base. Si on fait ça com­plè­te­ment, l’étymologie du mot poli­tique c’est ges­tion de la cité. Pourquoi au lieu de s’accrocher à un mot qui a été bafoué, volé, on n’en revien­drait pas à la base : non, on fait pas de poli­tique, on fait de la ges­tion. »
3.Expression uti­li­sée par Pierre Bourdieu et Luc Boltanski dans leur article « La pro­duc­tion de l’i­déo­lo­gie domi­nante » : « Pour contrer le dis­cours de la fin des idéo­lo­gies, de la dis­pa­ri­tion des classes et des inté­rêts de classes, il faut démon­ter la phi­lo­so­phie sociale domi­nante dans le champ du pou­voir. »
4.Expression uti­li­sée par les régimes com­mu­nistes, mar­xistes-léni­nistes ou sta­li­niens pour dési­gner leur pra­tique gou­ver­ne­men­tale ; elle est ensuite pas­sée dans le lan­gage cou­rant.
5.Ou « éco­no­mie morale de la foule ». Ce concept, dû à l’his­to­rien bri­tan­nique mar­xiste E. P. Thompson, est ain­si défi­ni par ce der­nier : « une vision tra­di­tion­nelle des normes et des obli­ga­tions sociales, des fonc­tions éco­no­miques appro­priées par les diverses par­ties de la com­mu­nau­té — ce qui, pris ensemble, peut être consi­dé­ré comme consti­tuant l’é­co­no­mie morale des pauvres. »
6.Cet entre­tien s’est dérou­lé avant la prise à par­tie d’Alain Finkielkraut, évo­quée dans le cha­pô, par quelques gilets jaunes le 16 février 2019 à Paris.
7.Janet Biehl, Le Municipalisme liber­taire, Écosociété, 2013.
8.Il s’a­git, pour le phi­lo­sophe Bernard Manin, du nou­vel âge du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif, consti­tué d’une élite non plus poli­tique et mili­tante mais de com­mu­ni­cants, avec des pro­grammes poli­tiques de moins en moins pré­cis. Les cli­vages ne se situent plus entre les par­tis mais à l’intérieur de chaque par­ti, et la dis­cus­sion se déplace prio­ri­tai­re­ment dans les médias.
9.« Ne tom­bez pas amou­reux de vous-mêmes. Nous pas­sons un moment agréable ici. Mais, rap­pe­lez-vous, les car­na­vals ne coûtent pas cher. Ce qui compte, c’est le jour d’après, quand nous devrons reprendre nos vies ordi­naires. Est-ce que quelque chose aura chan­gé ? », cité dans « Occuper Wall Street, un mou­ve­ment tom­bé amou­reux de lui-même », Thomas Franck, Le Monde diplo­ma­tique, jan­vier 2013.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.