Revenu de base ou salaire à vie ? (2/2)


Entretien paru dans le n° 4 de la revue papier Ballast (mai 2016)

« Face à la détresse de la jeu­nesse, le retour du débat sur le reve­nu uni­ver­sel », titrait Le Monde la semaine der­nière. Quelques jours plus tard, Europe 1 enfon­çait le cou : « Le reve­nu uni­ver­sel fait son retour dans le débat poli­tique ». L’idée est simple : per­mettre à chaque citoyen de (sur)vivre sans dépendre du mar­ché de l’emploi, et ce par le ver­se­ment d’une somme men­suelle — de 400 à 1 000 euros, selon ses divers défen­seurs. Parmi ses oppo­sants, on compte notam­ment les par­ti­sans du « salaire à vie ». Le reve­nu de base, avancent-ils, fait l’af­faire du capi­ta­lisme : or c’est pré­ci­sé­ment lui qu’il s’a­git de sup­pri­mer… Pour ce faire, les mili­tants du salaire à vie défendent l’a­bo­li­tion défi­ni­tive du mar­ché de l’emploi via l’ins­tau­ra­tion de droits sala­riaux atta­chés à la per­sonne et non à un emploi. Les citoyens se ver­raient rému­né­rés sur une échelle de 1 à 4, la pro­prié­té lucra­tive serait inter­dite et les tra­vailleurs s’empareraient de l’en­semble des déci­sions liées à la pro­duc­tion — le tout dans une pers­pec­tive éco­lo­gique. Le pre­mier volet de notre débat don­nait la parole au phi­lo­sophe et éco­no­miste Philippe Van Parijs, sou­tien de longue date du reve­nu de base ; ce second volet la donne à Christine Jakse, membre du Réseau sala­riat et autrice de L’Enjeu de la coti­sa­tion sociale.


[lire le pre­mier volet]


Vous affir­mez que le salaire hors de l’emploi1 — retraite, allo­ca­tions, etc. — que per­çoivent les retrai­tés, les parents ou les chô­meurs, est la recon­nais­sance d’une pro­duc­tion de valeur éco­no­mique de la part de ces per­sonnes. En quoi cela est-il plus éman­ci­pa­teur pour eux de tou­cher un salaire lorsqu’ils sont hors de l’emploi plu­tôt qu’un reve­nu de base ?

Le reve­nu de base défen­du par Philippe Van Parijs — d’autres ver­sions existent : je me pola­ri­se­rai donc sur celle-ci — n’a pas voca­tion à éman­ci­per son béné­fi­ciaire du sys­tème capi­ta­liste. Il peut même, au contraire, l’accompagner ou, pire, le légi­ti­mer. Le fon­da­teur de la socié­té DM-Droguerie Markt, Götz Werner, ne s’y est pas trom­pé : il voit dans le reve­nu de base la pos­si­bi­li­té d’améliorer la pro­duc­ti­vi­té de ses employés… Le salaire à vie, au contraire, a voca­tion à pré­sen­ter une alter­na­tive à ce sys­tème éco­no­mique — et donc à nous en éman­ci­per. En se fon­dant sur l’expérience du salaire socia­li­sé des retrai­tés, des parents, des chô­meurs ou des soi­gnants, le salaire à vie vise à recon­naître la qua­li­té poli­tique de pro­duc­teur des indi­vi­dus à par­tir de 18 ans (ou 16 ans : ce point est, comme l’ensemble de la pro­po­si­tion, à débattre). Or cette recon­nais­sance de la qua­li­té poli­tique de pro­duc­teur dont nous sommes tous por­teurs est déniée dans le sys­tème actuel : qui maî­trise la pro­duc­tion, son conte­nu, sa quan­ti­té, sa qua­li­té, les moyens et condi­tions de sa mise en œuvre, les inves­tis­se­ments néces­saires ? Certainement pas les sala­riés, si ce n’est dans le cadre, par exemple, de coopé­ra­tives. Qui, donc ? Plutôt le conseil de sur­veillance ou le conseil d’administration des entre­prises et les action­naires — qu’on appelle, avec un incroyable aplomb, les « investisseurs »…

« Ce mar­ché, sur lequel on va vendre notre peau, pour reprendre l’expression de Marx, fait de cha­cun de nous une force de tra­vail dont le capi­tal cherche à accroître la productivité. »

Le déni de notre légi­ti­mi­té poli­tique à déci­der s’opère notam­ment parce qu’il y a un mar­ché du tra­vail : une ins­ti­tu­tion clé du capi­ta­lisme. Sans lui, pas de pro­duc­tion de valeur, et sur­tout pas de plus-value : l’ul­time fina­li­té du capi­tal. Ce mar­ché, sur lequel on va « vendre notre peau », pour reprendre l’expression de Marx, fait de cha­cun de nous une force de tra­vail dont le capi­tal cherche à accroître la pro­duc­ti­vi­té. Son inté­rêt est de la payer en pro­por­tion de cette pro­duc­ti­vi­té : c’était hier, en France, le salaire à la pièce ou à la tâche et la prime au ren­de­ment ; c’est, aujourd’hui, la prime de résul­tat ou de per­for­mance. Il s’agit là des formes de reve­nus les plus alié­nantes. Les conven­tions col­lec­tives, en inven­tant des grilles en fonc­tion de la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle ou, mieux, le sta­tut de la fonc­tion publique d’État, en inven­tant le trai­te­ment en fonc­tion de la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, nous en ont par­tiel­le­ment soustraits.

C’est dire que se débar­ras­ser tota­le­ment du mar­ché du tra­vail pour enfin maî­tri­ser les déci­sions affé­rentes à la pro­duc­tion, tout en se débar­ras­sant du capi­tal, ouvre des pers­pec­tives d’émancipation : le retrai­té qui pro­duit dans son jar­din, sa mai­son, son conseil muni­ci­pal, son asso­cia­tion, le parent qui élève son enfant, le chô­meur qui fait tout ceci en plus de cher­cher un emploi, le soi­gnant qui pro­duit la san­té, sans être évi­dem­ment tota­le­ment affran­chi de toute contrainte, ne subit pas celles d’un employeur pres­sé de pro­duire plus et mieux pour gaver ses action­naires de divi­dendes. Sur le modèle des sala­riés actuels payés par la coti­sa­tion sociale, il s’agirait d’étendre l’expérience à l’ensemble des adultes, de 18 (16) ans jusqu’à la mort. À rai­son d’un salaire net moyen d’environ 2 000 euros (selon une échelle variant de 1 à 4), le total des salaires repré­sen­te­rait 60 % du PIB actuel (2 000 mil­liards d’euros). Autant qu’aujourd’hui, mais avec un écart de 1 à 4.

[Stuart Davis]

La notion de « pro­duc­tion de valeur éco­no­mique » est très pré­sente chez vous. En quoi le salaire à vie peut-il stop­per la déme­sure qu’engendre le capi­ta­lisme en terme de dégâts sani­taires pour les per­sonnes et leur envi­ron­ne­ment ? Ou, dit autre­ment : en quoi serait-il moins pro­duc­ti­viste que le reve­nu de base ?

Le salaire à vie, qui ouvre un droit poli­tique, n’est qu’une par­tie du pro­jet. La seconde clé est la copro­prié­té d’usage des entre­prises par les sala­riés2. Ainsi, les pro­duc­teurs que nous sommes pour­ront maî­tri­ser la pro­duc­tion de valeur éco­no­mique, en lieu et place du capi­tal actuel­le­ment. En sor­tant du capi­ta­lisme, la fina­li­té n’est donc plus l’accumulation de mar­chan­dises pour assu­rer l’accumulation finan­cière. Je vois à cela trois consé­quences du point de vue sani­taire et éco­lo­gique. D’abord, les tech­niques jus­ti­fiant la sur­pro­duc­tion, comme la publi­ci­té qui pénètre jusqu’à nos domi­ciles, la mode ou encore l’obsolescence pro­gram­mée, n’auraient plus de rai­son d’être. Ensuite, l’accumulation de mar­chan­dises n’étant plus jus­ti­fiée, les quan­ti­tés de maté­riaux à retrai­ter et les res­sources non renou­ve­lables consom­mées de façon irré­ver­sible seraient méca­ni­que­ment réduites. Enfin, en confiant aux pro­duc­teurs eux-mêmes la maî­trise des déci­sions rela­tives à la pro­duc­tion, et en leur garan­tis­sant un salaire à vie, on leur donne la pos­si­bi­li­té de fixer des cri­tères gui­dés par d’autres consi­dé­ra­tions que le pro­duc­ti­visme — notam­ment des cri­tères éco­lo­giques et res­pec­tueux de l’être humain. Ces cri­tères pour­ront s’imposer dans l’entreprise elle-même, puisque les sala­riés en sont copro­prié­taires, et donc codé­ci­deurs, ou dans des caisses d’investissement3.

« Le reve­nu de base n’a pas voca­tion à remettre en cause le sys­tème capi­ta­liste, mais bien plu­tôt à se repo­ser sur lui pour assu­rer nos besoins matériels. »

Le reve­nu de base n’ayant pas voca­tion à remettre en cause le sys­tème capi­ta­liste, mais bien plu­tôt à se repo­ser sur lui pour assu­rer nos besoins maté­riels, ce der­nier peut conti­nuer à accu­mu­ler les mar­chan­dises à l’infini — du moins jusqu’à l’épuisement des res­sources : pas­sage obli­gé pour obte­nir de l’accumulation finan­cière… Le reve­nu de base part du constat que le plein-emploi n’est pas attei­gnable. Mais il n’est pas besoin du plein-emploi pour tendre vers l’accumulation infi­nie de mar­chan­dises : la hausse de la pro­duc­ti­vi­té suf­fit, et elle est même recher­chée par le capi­tal ! Dans cette pers­pec­tive, le ralen­tis­se­ment de la déme­sure, ou son arrêt, et les dégâts qu’elle engendre ne peuvent comp­ter que sur la régu­la­tion des États — qui n’en suivent pas le che­min, les inté­rêts des uns se mêlant aux inté­rêts des autres.

Le reve­nu de base est une idée simple, alors que le salaire à vie consiste en un empi­le­ment d’institutions qui sup­pose le ren­ver­se­ment d’un grand nombre de pra­tiques éco­no­miques. Un chan­ge­ment de para­digme qui pren­drait sans doute, au mieux, des décen­nies ! N’est-ce pas trop tard pour l’urgence éco­lo­gique qui est la nôtre ?

Le reve­nu de base est sans doute une idée simple, parce qu’il s’inspire for­te­ment du RMI ou du RSA, mais sur­tout parce qu’il s’inscrit dans des ins­ti­tu­tions connues, domi­nantes, for­te­ment inté­rio­ri­sées, et donc appa­rais­sant comme des évi­dences. Parmi ces ins­ti­tu­tions, citons l’État dans son rôle de garant de la jus­tice sociale — c’est-à-dire de cor­rec­teur des consé­quences du capi­ta­lisme en terme d’inégalités sociales, mena­çantes pour l’ordre social — et le mar­ché du tra­vail, sur les­quels le reve­nu de base s’appuie. Je vous rap­pelle l’accueil très favo­rable qu’une par­tie du patro­nat a réser­vé à cette pro­po­si­tion. Citons aus­si la pro­prié­té lucra­tive et le cré­dit avec inté­rêts, que le reve­nu de base ne remet pas en cause. C’est d’ailleurs parce qu’il accom­pagne le sys­tème capi­ta­liste ou qu’il ne le remet pas en cause que le reve­nu de base est défen­du — avec tou­te­fois des niveaux de mon­tant dif­fé­rents — à la fois par le Parti socia­liste, les par­tis libé­raux, le patro­nat, cer­tains Verts, etc. C’est pour­quoi, me semble-t-il, il « parle » aux gens. Le salaire à vie s’inspire d’une ins­ti­tu­tion qui nous est éga­le­ment fami­lière, la Sécurité sociale. Mais le carac­tère sub­ver­sif de celle-ci lui est dénié — ce qui sup­pose un gros tra­vail pour le voir. L’histoire qui nous est racon­tée depuis plu­sieurs décen­nies à son sujet est celle, au mieux d’une ins­ti­tu­tion de jus­tice sociale, de soli­da­ri­té ; au pire, d’un « trou » abys­sal sans fin, qu’il faut sans arrêt ten­ter de com­bler en rédui­sant la dépense sociale. Son his­toire est même sou­vent igno­rée, quand elle n’est pas pure­ment et sim­ple­ment dévoyée. Beaucoup pensent par exemple que de Gaulle en est le père, quand c’est Parodi qui a signé les ordon­nances, et sur­tout Croizat, avec l’appui de Pierre Laroque. Sans par­ler de la CGT, qui les ont mises en œuvre. De Gaulle y était farou­che­ment oppo­sé, comme le MRP, la Mutualité, la CFTC, etc. Et ils s’y sont atta­qués dès 1945 !

[Stuart Davis]

La pen­sion de retraite, l’allocation fami­liale, l’indemnité chô­mage, l’indemnité jour­na­lière ou le salaire des soi­gnants ne sont pas des pres­ta­tions sociales, mais des illus­tra­tions du salaire à vie, en chair et os si je puis dire, fon­dées sur un prin­cipe unique et simple héri­té de 1945 : un finan­ce­ment par la coti­sa­tion sociale, gérée ini­tia­le­ment par les repré­sen­tants des sala­riés. Ce carac­tère sub­ver­sif, les oppo­sants au salaire à vie l’ont bien sai­si ! Ils ont déci­dé de frac­tion­ner la Caisse et le taux de coti­sa­tion unique pré­vu en 1945 — « divi­ser pour mieux régner » prend ici tout son sens —, d’étatiser une par­tie de la Sécu — notam­ment par la fis­ca­li­sa­tion et les réformes ren­for­çant le pou­voir des direc­tions des caisses, au détri­ment des conseils d’administration —, d’instaurer un strict pari­ta­risme dans la ges­tion, de geler tour à tour les taux de coti­sa­tion. Les oppo­sants à la Sécurité sociale comme ins­ti­tu­tion révo­lu­tion­naire s’ingénient avec suc­cès à par­ler de « charges sociales » ou de « coût du tra­vail » au lieu de « salaire socia­li­sé », et de pas­ser sous silence l’investissement socia­li­sé réa­li­sé dans les CHU depuis les années 1960. On n’est donc pas dans de la science-fic­tion : le salaire à vie n’est pas une pers­pec­tive pour dans des dizaines d’années ou plu­sieurs siècles : il est déjà à l’œuvre !

« On n’est donc pas dans de la science-fic­tion : le salaire à vie n’est pas une pers­pec­tive pour dans des dizaines d’années ou plu­sieurs siècles : il est déjà à l’œuvre ! »

Par ailleurs, le salaire à vie ne s’inscrit pas dans un empi­le­ment d’institutions mais dans la conti­nui­té d’une seule, la « coti­sa­tion patro­nale » (bien mal nom­mée, puisqu’elle est un mor­ceau de la valeur ajou­tée pro­duite par les sala­riés, les petits patrons et les indé­pen­dants — et eux seuls) et, plus géné­ra­le­ment, la Sécurité sociale. Contrairement au reve­nu de base, qui sup­pose une réforme fis­cale (notam­ment de l’impôt sur le reve­nu, de la prime pour l’emploi et du RSA, voire de la TVA), il suf­fit de mettre fin au gel du taux de coti­sa­tion patro­nale pour étendre puis géné­ra­li­ser le salaire socia­li­sé et l’investissement socia­li­sé, et redon­ner le pou­voir aux sala­riés. Bref, il suf­fit d’une déci­sion poli­tique de même nature que celle qui a été prise en 1945. Et nous ne serions pas capables de réen­ga­ger ce pro­ces­sus, blo­qué depuis 1967 pour sa ges­tion et, depuis le milieu des années 1990, gelé en ce qui concerne l’ensemble des taux de coti­sa­tion, quand nos aînés ont mis dix mois pour ins­tal­ler 113 caisses pri­maires de sécu­ri­té sociale et 123 Caisses d’al­lo­ca­tion familiale ?

On peut néan­moins pei­ner à voir quelle serait la pro­chaine étape, acces­sible à rela­ti­ve­ment court terme, dans le déploie­ment du salaire à vie… Qu’est-ce que celui-ci appor­te­ra comme béné­fices, en lui-même ?

On réuni­fie le taux et les caisses. On en revient à une ges­tion par les inté­res­sés, comme ins­crit dans le pro­gramme du CNR4 de 1945. Ce point est évi­dem­ment déter­mi­nant — c’est pour­quoi il a été atta­qué le pre­mier. On met un terme au gel des taux de coti­sa­tion sociale, uni­fiés. Ce qui per­met de reprendre le mou­ve­ment de géné­ra­li­sa­tion du salaire socia­li­sé pour les retrai­tés et les chô­meurs qui n’y accèdent pas aujourd’hui, car ils relèvent de l’assistance d’État avec les mini­ma sociaux (qui sont, pré­ci­sé­ment, des reve­nus de base) — des formes éta­tiques de la cha­ri­té. Concernant le salaire socia­li­sé des parents, on met fin aux condi­tions de res­sources de l’allocation fami­liale, qui déplacent la logique du salaire socia­li­sé du parent vers celle d’une allo­ca­tion aux enfants de familles pauvres. S’agissant du chô­mage, on s’inspire du pro­jet cégé­tiste de main­tien du salaire entre deux emplois, selon, éga­le­ment, le prin­cipe d’indemnisation des inter­mit­tents du spec­tacle, qu’ils ont rai­son de défendre bec et ongles. On géné­ra­lise le salaire socia­li­sé des chô­meurs, qu’ils aient ou non tra­vaillé dans l’emploi (c’est-à-dire qu’ils aient ou non « coti­sé »), sans limi­ta­tion de durée de ver­se­ment. Ce ver­se­ment est opé­ré par une Unédic5 désor­mais gérée par les repré­sen­tants des sala­riés, pré­fi­gu­ra­tion de la caisse des salaires. Ainsi, on pour­suit la socia­li­sa­tion de l’indemnité chô­mage amor­cée en 1958 jusqu’au début des années 1980 : l’indemnité est ver­sée pen­dant la durée du chô­mage, selon un pour­cen­tage (taux de rem­pla­ce­ment) du salaire per­du, avec un plan­cher égal au SMIC, pour affir­mer la conti­nua­tion du salaire. Mais, aus­si, on met un terme aux réformes d’« acti­va­tion des dépenses pas­sives ». Suspectant le chô­meur de « fai­néan­tise », la logique d’« acti­va­tion des dépenses pas­sives » fait de l’indemnité du chô­meur non seule­ment une dépense pas­sive (celui-ci étant consi­dé­ré comme non pro­duc­tif puisque hors du mar­ché du tra­vail), mais elle l’oblige aus­si à culti­ver son « employa­bi­li­té » à tra­vers la mul­ti­tude de dis­po­si­tifs de reclas­se­ment, recon­ver­sion, for­ma­tions rare­ment qua­li­fiantes (du type « bilan de com­pé­tences », etc.), et auto­ri­sant l’invraisemblable pos­si­bi­li­té de cumul de situa­tions d’emploi-chômage (ce sont les acti­vi­tés dites « réduites » et, pour les « pauvres », l’« inté­res­se­ment à l’emploi » avec le RSA activité).

[Stuart Davis]

Et s’agissant de la pen­sion de retraite ?

On dimi­nue l’âge de la retraite. Par exemple à 60 ans, puis 55 — sans décote, comme le reven­di­quait la CGT jusque dans les années 2000 (et même la CFDT, dans les années 1970), sans durée de coti­sa­tion anté­rieure puisque, comme pour le chô­mage, on est dans un sys­tème de répar­ti­tion (la coti­sa­tion col­lec­tée aujourd’hui finance la retraite aujourd’hui). Pour la retraite comme pour le chô­mage, on reven­dique qu’ils repré­sentent 100 % du salaire net, et non pas 75 % du brut, pour signi­fier et assu­mer la logique de pro­lon­ge­ment du salaire « direct ». Enfin, on com­mence à ouvrir l’accès au salaire à vie aux jeunes entre 18 et 25 ans. Parallèlement à l’extension du salaire socia­li­sé, on reprend la main concer­nant les inves­tis­se­ments dans les hôpi­taux et on élar­git, par exemple, le prin­cipe de la coti­sa­tion éco­no­mique à la presse, pour aller vers une presse libre — comme l’a très bien détaillé Pierre Rimbert dans son article du Monde diplo­ma­tique de décembre 2014. Bref, on reprend le pou­voir qui nous a échap­pé sur cette par­tie du PIB, aujourd’hui esti­mée à 400 mil­liards d’euros (1,5 fois le bud­get de l’État), demain 700 mil­liards, et après-demain 2 000 mil­liards — le total du PIB.

Mais cette pro­chaine étape ne pour­rait-elle pas être la mise en place d’un reve­nu de base finan­cé par cotisation ?

« Le reve­nu de base ne donne aucun droit poli­tique, aucun droit à déci­der. Il donne un droit à une res­source, a mini­ma. »

Non. D’abord, ce n’est pas une res­source comme les autres, car c’est un salaire. Les autres reve­nus sont des res­sources pour les­quelles le finan­ce­ment est aujourd’hui, soit fis­cal (c’est l’assistance d’État avec le RSA, le mini­mum vieillesse, la prime pour l’emploi, etc.), soit tiré de la pro­prié­té lucra­tive (par pré­lè­ve­ment sur les divi­dendes, inté­rêts, etc.). Le salaire est une construc­tion sociale, fruit d’une négo­cia­tion col­lec­tive dans le sec­teur pri­vé, en France. Il repose aujourd’hui, non plus direc­te­ment sur la pro­duc­ti­vi­té (à la pièce ou à la tâche), mais sur la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle, que le salaire à vie trans­forme en qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle (à l’image de la caté­go­rie et du grade des fonc­tion­naires, qui ne perdent jamais leur trai­te­ment en cas de mobi­li­té fonc­tion­nelle ou géo­gra­phique). Ce qu’introduit la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle, c’est une décon­nexion rela­tive entre le salaire et le mar­ché du tra­vail. Le sala­rié reçoit son salaire, qu’il ait été plus ou moins pro­duc­tif ce mois-ci, qu’il ait ou non mobi­li­sé telle com­pé­tence ce mois-là ; le défaut majeur, aujourd’hui, de la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle issue des conven­tions col­lec­tives dans le sec­teur pri­vé est qu’elle est attri­buée au poste de tra­vail, et non à la per­sonne. La consé­quence est que, lorsque le sala­rié perd son emploi, il peut perdre la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle affé­rente à ce poste : c’est l’enjeu de l’offre rai­son­nable d’emploi, impo­sée et obte­nue par le patro­nat en 2009, qui per­met à un employeur de recru­ter un chô­meur en deçà de la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle de son der­nier poste au bout de trois refus d’offre.

La qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle attri­buée au sala­rié de la coti­sa­tion sociale, quant à elle, recon­naî­tra sa qua­li­té de pro­duc­teur, de ses 18 ans jusqu’à sa mort. Dans l’optique de Réseau sala­riat, ce droit poli­tique lui per­met d’être pro­prié­taire de l’entreprise dans laquelle il tra­vaille — il s’agit là d’une pro­prié­té non pas lucra­tive mais d’usage (un peu comme le pro­prié­taire d’une mai­son ou d’un appar­te­ment qui ne les met pas en loca­tion et les uti­lise pour son propre usage). Il lui per­met aus­si de par­ti­ci­per aux déli­bé­ra­tions des jurys de qua­li­fi­ca­tion, des caisses de salaire, des caisses d’investissement, des caisses de fonc­tion­ne­ment des­ti­nées à finan­cer les dépenses cou­rantes des ser­vices publics. Autrement dit, le salaire à vie est un droit poli­tique, qui ne sépare pas la per­sonne en deux : celle qui serait dans le mar­ché du tra­vail et pro­dui­rait dans le cadre capi­ta­liste, et celle qui ne le serait plus ou pas et qui rece­vrait entre 400 et 1 000 euros d’allocations, comme dans les dif­fé­rents pro­jets du reve­nu de base. Ce der­nier ne donne aucun droit poli­tique, aucun droit à déci­der. Il donne un droit à une res­source, a mini­ma, qui peut être com­plé­tée par un salaire dans le cadre du mar­ché du tra­vail. C’est d’ailleurs pour­quoi ce droit à res­sources démarre dès la nais­sance, alors que le salaire à vie, droit poli­tique, démarre à 18 ans (ou 16 ans).

[Stuart Davis]

Nombre de termes en usage dans les sciences sociales ou en éco­no­mie sont repris par les tenants du salaire à vie, mais en leur don­nant bien sou­vent de nou­velles défi­ni­tions — ou, disons, des nuances impor­tantes. N’est-ce pas prendre le risque d’embrouiller vos lecteurs ?

Sans doute faites-vous allu­sion à des termes comme « salaire » et « sala­riat », « dépenses publiques », « jus­tice sociale », « équi­té » et « soli­da­ri­té », « tra­vail » et « emploi », etc. Derrière votre ques­tion, s’en des­sinent au moins trois autres. La pre­mière est celle-ci : faut-il sup­pri­mer de notre pro­jet des mots qui ren­voyaient hier à une autre réa­li­té, alié­nante ? C’est le cas des mots « salaire » ou « sala­riat », qui ne se confondent plus avec le prix de la force de tra­vail et avec l’exploitation capi­ta­liste. Dans la concep­tion com­mu­niste de la socié­té, l’émancipation du capi­ta­lisme pas­sait effec­ti­ve­ment par l’abolition du sala­riat. Cette concep­tion mar­xienne naît au XIXe siècle dans un contexte où les sala­riés sont alié­nés par un mar­ché du tra­vail qui les broie en les consi­dé­rant comme une force de tra­vail que l’on prend et que l’on jette sans scru­pule, où ils sont payés en fonc­tion de leur pro­duc­ti­vi­té, où ils doivent tra­vailler dans des condi­tions déplo­rables, jusqu’à l’épuisement ; bref, l’ouvrier et l’ou­vrière « appen­dice de la machine », nous dit Marx, avec ses expres­sions si per­cu­tantes. Le salaire et le sala­riat ont tou­te­fois chan­gé depuis 150 ou 200 ans, au prix de luttes, par­fois vio­lentes, menées par la classe ouvrière et par les fonc­tion­naires. Ils y ont gagné le code du tra­vail, les conven­tions col­lec­tives, les comi­tés d’entreprise ou d’établissement, le prin­cipe de faveur, la repré­sen­ta­tion obli­ga­toire des syn­di­cats et des sala­riés dans les entre­prises — mal­heu­reu­se­ment, sous condi­tion d’un seuil d’effectifs — et, pour la repré­sen­ta­tion syn­di­cale, son intro­duc­tion en 1946 dans la fonc­tion publique d’État, le conseil des prud’hommes, les 35 heures, la Sécurité sociale, le sta­tut de la fonc­tion publique. Toutes ces conquêtes (la liste n’est pas exhaus­tive), dont la plu­part sont atta­quées et par­fois dépe­cées de leur sub­stance, ont chan­gé la défi­ni­tion du salaire et du sala­riat. Ce n’est pas Réseau sala­riat qui leur donne une nou­velle défi­ni­tion, c’est la réa­li­té des luttes qui en redé­fi­nit les contours. Nier ces évo­lu­tions his­to­riques serait nier ces luttes et ces conquêtes.

« Le salaire et le sala­riat ont tou­te­fois chan­gé depuis 150 ou 200 ans, au prix de luttes, par­fois vio­lentes, menées par la classe ouvrière et par les fonctionnaires. »

Notre pro­pos est donc bien plu­tôt de nous appuyer sur cette his­toire-là, sou­vent igno­rée, pour pour­suivre l’œuvre accom­plie. C’est dans les luttes, pre­nant sou­vent la forme de la maté­ria­li­té des mots, que se situe le rap­port de force. Derrière votre ques­tion, il me semble aus­si lire celle-ci : faut-il lais­ser aux réfor­ma­teurs le soin de tron­quer la réa­li­té par l’utilisation d’expressions idéo­lo­gi­que­ment conno­tées et incom­plètes ? C’est le cas, par exemple, de la notion de « dépenses publiques ». Il faut insis­ter sur le fait que la fis­ca­li­té ou la coti­sa­tion sociale, deux formes de socia­li­sa­tion de la valeur, relèvent avant tout de la pro­duc­tion publique : les ensei­gnants pro­duisent l’éducation, les soi­gnants pro­duisent la san­té, les juges pro­duisent la jus­tice, etc. La deuxième mal­hon­nê­te­té consiste à omettre de dire que la pro­duc­tion pri­vée est aus­si une dépense pri­vée. Autrement dit, pour le public comme pour le pri­vé, il y a tou­jours dépense et pro­duc­tion : c’est méca­nique dans un cir­cuit éco­no­mique ! La troi­sième mal­hon­nê­te­té consiste à dire que la dépense publique est égale à 56 ou 57 % du PIB, sans pré­ci­ser qu’il s’agit d’un équi­valent, c’est-à-dire d’une mesure des­ti­née à don­ner un ordre d’idée (comme on le fait, du reste, avec la dette publique, par exemple). Cet oubli laisse pen­ser que les fonc­tion­naires finan­cés par la fis­ca­li­té et les sala­riés finan­cés par la coti­sa­tion sociale dila­pident allè­gre­ment chaque année 56–57% du PIB (qui plus est, le PIB serait pro­duit par les seuls sala­riés du sec­teur pri­vé) ! La qua­trième mal­hon­nê­te­té consiste à ne pas dire que la dépense pri­vée, valo­ri­sée selon les mêmes moda­li­tés que la dépense publique, équi­vau­drait, d’après les cal­culs de Christophe Ramaux, à 200 % du PIB. Enfin, la cin­quième mal­hon­nê­te­té consiste à ne pas dire que l’enjeu unique de cette obses­sion de la dépense publique, et la rhé­to­rique per­ni­cieuse uti­li­sée à son sujet, est de sub­sti­tuer à de la pro­duc­tion publique de la pro­duc­tion pri­vée, dans la logique du TAFTA.

Enfin, la troi­sième ques­tion que je vois der­rière la vôtre est la sui­vante : faut-il lais­ser les réfor­ma­teurs recou­rir à des notions sou­vent louables et géné­reuses, mais qui dis­si­mulent des pièges, si l’on n’y prend pas garde ? C’est le cas des notions de « jus­tice sociale-équi­té-soli­da­ri­té » pour la Sécurité sociale — toutes ces expres­sions n’étant tou­te­fois pas com­pa­rables —, aux­quelles il faut oppo­ser celle de « salaire et inves­tis­se­ment socia­li­sés ». Considérer la Sécurité sociale comme un outil de jus­tice sociale, et plus par­ti­cu­liè­re­ment d’équité, c’est accom­pa­gner les réfor­ma­teurs, qui n’ont d’ailleurs que ce mot à la bouche. L’équité, cen­sée récom­pen­ser les plus méri­tants, conduit tout droit à la notion de reve­nu dif­fé­ré, qui indem­nise ou alloue une res­source en pro­por­tion de sa contri­bu­tion au mar­ché du tra­vail : on abou­tit, avec l’équité, aux mini­ma pour celui ou celle qui n’a pas contri­bué à la pro­duc­tion de valeur éco­no­mique ; aux filières de l’indemnité chô­mage, depuis 1982 jusqu’à la filière unique en vigueur depuis 2009 (1 jour coti­sé = 1 jour indem­ni­sé, ce pour deux ans maxi­mum) ; à l’augmentation de la durée de coti­sa­tion néces­saire pour une pen­sion pleine (37,5, puis 42, puis 43 annui­tés) et au recul de l’âge de départ à la retraite (62 ans aujourd’hui). Or, on l’a dit, il n’est pas besoin de « coti­ser » pour avoir droit au salaire socia­li­sé : la coti­sa­tion est prise aujourd’hui sur la valeur ajoutée6. L’enfant qui est malade et soi­gné n’a pas coti­sé. Le veuf ou la veuve qui per­çoit la pen­sion de réver­sion n’a pas coti­sé. Les pre­miers cadres par­tis à la retraite en 1947 ont per­çu la retraite com­plé­men­taire de l’AGIRC7 sans avoir cotisé.

[Stuart Davis]

Dire que la Sécurité sociale opère un trans­fert des actifs vers les inac­tifs, c’est erro­né, éga­le­ment. La coti­sa­tion patro­nale qui finance l’essentiel du salaire socia­li­sé est pré­le­vée sur le PIB dès la répar­ti­tion pri­maire, au même titre que le pro­fit ou le salaire dit « direct » (qui n’est ni plus ni moins direct que le salaire socia­li­sé, lui-même ni plus direct ou indi­rect que le salaire « direct » !) : il ne s’agit pas d’un trans­fert mais d’une pré­emp­tion, aujourd’hui de 20 % du PIB, trans­for­mée en une jour­née par l’ACCOSS8 en salaire socia­li­sé. Par ailleurs, par­ler de la Sécurité sociale comme d’un outil de soli­da­ri­té, c’est ris­quer de se faire pié­ger face aux réfor­ma­teurs. La soli­da­ri­té laisse pen­ser qu’il y a trans­fert entre actifs et inac­tifs (ou entre géné­ra­tions). Mais aus­si, qua­li­fiée de « pro­fes­sion­nelle », la soli­da­ri­té exclut de fait les « non professionnels ».

« La théo­rie du capi­tal humain part du prin­cipe que plus l’individu a inves­ti dans sa for­ma­tion ou sa san­té, plus il aug­mente sa pro­duc­ti­vi­té et plus il sera payé en conséquence. »

Cela conduit tout droit à une autre soli­da­ri­té, la soli­da­ri­té natio­nale, c’est-à-dire l’assistance d’État avec les mini­ma (c’est le minis­tère du Travail et de la Solidarité natio­nale en 1982). Elle ferme donc la porte à l’intégration dans le droit com­mun des per­sonnes qui tra­vaillent hors de l’emploi. Mais aus­si, elle laisse prise au dur­cis­se­ment de la contri­bu­ti­vi­té, puisque la soli­da­ri­té étant pro­fes­sion­nelle, rien n’interdit de cou­pler la durée de la pres­ta­tion à la durée anté­rieure dans l’emploi : c’est la porte ouverte aux filières d’indemnisation du chô­mage depuis 1982, jusqu’à la stricte contri­bu­ti­vi­té en 2009 (un jour coti­sé pour un jour indem­ni­sé) et le pas­sage à 43 annui­tés pour la pen­sion. Ainsi, ados­ser la Sécurité sociale à la notion d’équité ou, sur un registre un peu dif­fé­rent, à celle de soli­da­ri­té, revient à mettre le mar­ché du tra­vail, ins­ti­tu­tion du capi­tal, au cœur du droit à pres­ta­tion et, par consé­quent, à évin­cer la coti­sa­tion comme salaire socia­li­sé. Ces exemples sont pris pour illus­trer que la lutte ne prend pas seule­ment la forme de mani­fes­ta­tions dans la rue, par exemple ; elle est aus­si maté­ria­li­sée dans les mots. Car fina­le­ment, votre ques­tion contient en creux toutes celles rela­tives aux méca­nismes de construc­tion et d’imposition de l’idéologie domi­nante dans le dis­cours, et aux efforts néces­saires des idéo­lo­gies domi­nées pour la déconstruire.

En qua­li­fiant la per­sonne et non plus le poste, com­ment ne pas pen­ser à la théo­rie du « capi­tal humain » déve­lop­pée par l’économiste néo­clas­sique Gary Becker9 ? Plutôt que de tra­vailler à amé­lio­rer notre condi­tion de tra­vail au niveau col­lec­tif, cela ne ren­for­ce­rait-il pas la doxa domi­nante du mana­ge­ment qui aime à favo­ri­ser l’individu ?

Nous sommes à l’opposé de la théo­rie du capi­tal humain déve­lop­pée par Gary Becker — qui a d’ailleurs fait l’objet de cri­tiques sérieuses et solides, du point de vue de sa mesure et des liens qu’elle éta­blit. Mais cette théo­rie reste mal­heu­reu­se­ment domi­nante. Par exemple dans la rhé­to­rique de l’Union euro­péenne : c’est elle aus­si qui conduit à l’invraisemblable endet­te­ment des étu­diants amé­ri­cains, les études étant appré­hen­dées comme un inves­tis­se­ment sur lequel l’étudiant, entré dans la peau d’un petit capi­ta­liste, espère et devrait avoir un retour. La théo­rie du capi­tal humain part du prin­cipe que plus l’individu a inves­ti dans sa for­ma­tion ou sa san­té, plus il aug­mente sa pro­duc­ti­vi­té et plus il sera payé en consé­quence. Sans entrer dans des expli­ca­tions détaillées, la mesure de la pro­duc­ti­vi­té, du capi­tal humain (édu­ca­tion, for­ma­tion, appren­tis­sage) et des trois liens de cor­ré­la­tion (édu­ca­tion > pro­duc­ti­vi­té > salaire) posent de vraies dif­fi­cul­tés. Avec cette théo­rie, on est effec­ti­ve­ment en pré­sence d’une logique indi­vi­duelle dans laquelle la pro­duc­ti­vi­té (ou les com­pé­tences mobi­li­sées à l’instant T) sont cen­trales. Le mana­ge­ment est là pour veiller à son déploie­ment et l’encourager. Notre pro­jet est pré­ci­sé­ment de rompre avec ce mana­ge­ment et avec cette connexion entre pro­duc­ti­vi­té de l’individu à l’instant T et salaire, incar­née par le reve­nu à la pièce/tâche et les primes de per­for­mance. L’encadrement serait là pour orga­ni­ser le tra­vail : pour­quoi ne pas ima­gi­ner un enca­dre­ment tour­nant, avec une élec­tion ou un man­dat, comme cela existe pour les direc­tions de labo­ra­toires de recherche ?

[Stuart Davis]

Quant à la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, on peut s’inspirer du sta­tut du fonc­tion­naire de l’État. Il ne faut pas confondre la qua­li­té de pro­duc­teur affec­tée à l’individu, expri­mée dans notre pro­jet par sa qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, et la construc­tion de cette vali­da­tion sociale, col­lec­tive. La construc­tion des grilles et des caté­go­ries de fonc­tion­naires a été un pro­ces­sus au cours duquel la confron­ta­tion de plu­sieurs points de vue col­lec­tifs a été omni­pré­sente, jusqu’à abou­tir à un com­pro­mis. C’est cela, la vali­da­tion sociale. En revanche, une fois que les règles ont été éta­blies col­lec­ti­ve­ment, l’affectation du grade a bien été (et est) faite à l’échelle de l’individu. Dans le sec­teur pri­vé, avec le mana­ge­ment actuel, et depuis, notam­ment, 1998 sous la pres­sion du patronat10, c’est la com­pé­tence indi­vi­duelle qui pré­vaut et sa défi­ni­tion arbi­traire par un employeur, dans une rela­tion bila­té­rale et dés­équi­li­brée avec l’employé, qui vise à pas­ser outre la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle et donc les grilles sala­riales, négo­ciées. La force de la com­pé­tence, c’est d’avoir réus­si à s’imposer dans la rhé­to­rique sédui­sante de la ges­tion pré­vi­sion­nelle des emplois et des com­pé­tences, de l’employabilité, de la sécu­ri­sa­tion des par­cours, de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion. Nous sommes pour­tant loin de la qua­li­fi­ca­tion pro­fes­sion­nelle, de la cer­ti­fi­ca­tion et de la for­ma­tion qua­li­fiante, de la sécu­ri­té sociale pro­fes­sion­nelle pro­po­sée par la CGT ou de son sta­tut du tra­vailleur sala­rié. Dans le pro­jet de Réseau sala­riat, la construc­tion de la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle et de ses niveaux serait aus­si un pro­ces­sus de négo­cia­tion ; quels cri­tères, quels jurys, quelles épreuves, etc. ? Autant de ques­tions qui doivent faire l’objet d’une négo­cia­tion collective.

Si nous deve­nons tous pro­duc­teurs de valeur éco­no­mique, sur une échelle de salaire liée au niveau de qua­li­fi­ca­tion, n’est-ce pas encou­rir le risque de voir l’enseignement prendre un tour­nant concur­ren­tiel (entre les écoles, les uni­ver­si­tés et entre les étu­diants) inte­nable, le niveau de cer­ti­fi­ca­tion pou­vant être pris comme un levier pour accé­der au niveau supérieur ?

« Il ne faut pas confondre la qua­li­té de pro­duc­teur affec­tée à l’individu, expri­mée dans notre pro­jet par sa qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, et la construc­tion de cette vali­da­tion sociale, collective. »

Je pense que vous faites un contre­sens. L’école cer­ti­fie ; elle atteste que nous savons faire tel métier, tel tra­vail concret. Alors que la qua­li­fi­ca­tion atteste que nous pro­dui­sons tel niveau de valeur éco­no­mique : ce qui relève bien plus de l’expérience pro­fes­sion­nelle que du diplôme. La qua­li­fi­ca­tion comme droit poli­tique va, au contraire, sor­tir les per­sonnes de la malé­dic­tion de l’échec sco­laire, et libé­rer l’école de l’obligation absurde de pré­pa­rer les jeunes à satis­faire aux exi­gences du mar­ché du tra­vail, obli­gés qu’ils sont dès le col­lège de faire un stage d’une semaine dans « le monde du tra­vail », tenus de séduire les DRH venus faire leur mar­ché dans les mul­tiples forums de l’emploi, contraints de se livrer à des séances de job-dating où l’on vend sa peau en sept/dix minutes, chro­no en main. À pro­pos de votre inquié­tude sur le « tour­nant concur­ren­tiel » à (et de) l’école, la ques­tion laisse entendre que l’appareil édu­ca­tif actuel ne s’inscrirait pas déjà dans des rap­ports de com­pé­ti­tion. Loin s’en faut, aujourd’hui : il vaut mieux avoir fait les Mines que psy­cho, et finance que cou­ture, pour avoir un poste, d’une part ; et un salaire plus éle­vé, de l’autre. Ce point, qui relève d’un pro­ces­sus de sélec­tion, n’est pas décon­nec­table du sys­tème éco­no­mique actuel. L’école n’est pas auto­nome par rap­port à l’appareil pro­duc­tif. La concur­rence et les effets sélec­tifs qu’elle opère existent pré­ci­sé­ment au sein de l’appareil sco­laire, car la cer­ti­fi­ca­tion est déter­mi­nante dans la hié­rar­chie des métiers. Pour reprendre votre expres­sion, la filière et le niveau de cer­ti­fi­ca­tion sont déjà « des leviers d’accès aux niveaux de qua­li­fi­ca­tion supé­rieurs ».

Mais atten­tion ! s’il s’agit bien d’un levier d’accès à la qua­li­fi­ca­tion (pro­fes­sion­nelle), à ne pas confondre avec la cer­ti­fi­ca­tion, comme je l’ai déjà pré­ci­sé : la qua­li­fi­ca­tion se situe dans la sphère de la pro­duc­tion ; la cer­ti­fi­ca­tion, dans la sphère de l’école, garan­tis­sant une capa­ci­té à pro­duire. Le diplôme qui sanc­tionne cette capa­ci­té à pro­duire consti­tue un cri­tère clé dans un cer­tain nombre de conven­tions col­lec­tives. Il est inté­res­sant, car c’est un cri­tère qui vient d’une ins­ti­tu­tion exté­rieure à l’entreprise (mal­heu­reu­se­ment, de moins en moins auto­nome par rap­port à l’appareil pro­duc­tif), à pro­pos de laquelle la déci­sion poli­tique est cen­trale. En revanche, dans la fonc­tion publique, la qua­li­fi­ca­tion repose qua­si exclu­si­ve­ment sur un niveau de for­ma­tion ini­tiale pour l’accès aux concours. Ici, la com­pé­tence n’entre en rien dans la défi­ni­tion de la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle (la caté­go­rie et le grade) acquise avec la réus­site au concours. Les choses se com­plexi­fient par la suite, avec les évo­lu­tions sur tableau d’avancement qui sont des rémi­nis­cences du prin­cipe de faveur de la royau­té (aujourd’hui du ministre ou de son repré­sen­tant), et qui doivent disparaître.

Stuart Davis

Le constat est donc le sui­vant : plus on s’éloigne de cri­tères liés aux qua­li­tés indi­vi­duelles pour déter­mi­ner le niveau de salaire, qua­li­tés défi­nies comme com­pé­tences (savoir-faire, savoir-être, etc.) mises en œuvre à l’instant T pour pro­duire tel bien ou ser­vice et pour telle quan­ti­té (sur les­quelles s’appuie, par exemple, la prime de résul­tat ou de per­for­mance), plus c’est éman­ci­pa­teur. C’est l’une des carac­té­ris­tiques du trai­te­ment du fonc­tion­naire, attri­bué à sa qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, elle-même construite et déter­mi­née par un concours fon­dé sur le niveau de diplôme, indé­pen­dam­ment de cri­tères de com­pé­tence ou de pro­duc­ti­vi­té. Pour autant, et que je sache, la pro­duc­tion publique des fonc­tion­naires — quand on leur en donne les moyens — est de bonne qua­li­té. Elle a été et est sans doute l’une des meilleures du monde, quoi qu’on en dise. Mais elle est mise en péril par la réduc­tion des moyens au nom de la « dépense publique ». Comme il faut s’inspirer de la Sécurité sociale, il faut tirer les conclu­sions de la qua­li­fi­ca­tion attri­buée à la per­sonne du fonc­tion­naire, s’inspirer de ces expé­riences pour envi­sa­ger une alter­na­tive au sys­tème capi­ta­liste. Dans notre pro­jet, en s’inspirant de la car­rière pré­vue dans les conven­tions col­lec­tives ou, mieux, du sta­tut de la fonc­tion publique, tout le monde se ver­rait attri­buer à sa majo­ri­té un niveau de qua­li­fi­ca­tion au moins de 1, et pour­rait évo­luer au gré d’épreuves pour aller vers les niveaux 2, 3, ou 4. La ques­tion est donc celle des cri­tères d’attribution de ces niveaux de qua­li­fi­ca­tion, ouverte à la négo­cia­tion, comme l’ont été les cri­tères d’attribution des grades des fonc­tion­naires en 1948. Une autre option serait de n’envisager qu’un niveau de qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle, droit poli­tique uni­ver­sel — et donc un seul niveau de salaire. Ce point mérite aus­si d’être débattu.

Une der­nière ques­tion. Vous pré­sen­tez le finan­ce­ment du salaire à vie par un redé­cou­page du PIB. Que faites-vous des cri­tiques à l’encontre du PIB11 ? Et com­ment envi­sa­ger que le finan­ce­ment du salaire à vie se fasse sur la base d’un PIB constant, et même évo­lu­tif, alors que le salaire à vie, même dans une pers­pec­tive longue, ren­verse com­plè­te­ment l’organisation de la production ?

« Nous ne par­tons donc pas de rien, et c’est essen­tiel pour mon­trer que notre pro­jet n’est pas une uto­pie inaccessible. »

D’une part, les pro­po­si­tions de salaire à vie et de maî­trise popu­laire de l’investissement, ren­dant pos­sible la copro­prié­té d’usage de tout l’outil de tra­vail, ne mettent cul par-des­sus tête que la pro­duc­tion capi­ta­liste, certes encore majo­ri­taire, mais pas exclu­sive. Une par­tie du PIB est déjà pro­duite par des tra­vailleurs payés à vie et qui ne mettent en valeur aucun capi­tal : les fonc­tion­naires et les sala­riés finan­cés par la coti­sa­tion sociale. Nous ne par­tons donc pas de rien, et c’est essen­tiel pour mon­trer que notre pro­jet n’est pas une uto­pie inac­ces­sible. D’autre part, le PIB n’est pas une mesure comp­table ou sta­tis­tique : c’est un outil poli­tique, qu’il faut se réap­pro­prier et ne pas lais­ser entre les mains d’une poi­gnée d’individus qui en décident tout, de la mesure aux contours en pas­sant par ses limites. Il mesure la valeur éco­no­mique : on ne peut donc pas lui deman­der de mesu­rer le niveau de san­té ou le bon­heur au tra­vail, qui néces­sitent d’autres indi­ca­teurs. Faut-il mesu­rer la valeur éco­no­mique ? Oui, parce que c’est « ce qui vaut » qui déter­mine le pro­duit concret de notre tra­vail : si ce qui vaut en matière de trans­port mesure la pro­duc­tion auto­mo­bile et auto­rou­tière, les cars Macron et les ren­tiers pro­prié­taires de BlaBlaCar ont tout l’avenir devant eux, pas le trans­port fer­ro­viaire. Si ce qui vaut en matière de loge­ment, c’est la pro­prié­té immo­bi­lière lucra­tive, alors les ren­tiers pro­prié­taires de Airbnb sont légi­ti­més, pas la néces­saire sécu­ri­té sociale du loge­ment, qu’il faut pour­tant impé­ra­ti­ve­ment construire.

Or, de ce point de vue, du fait des conflits dont la valeur éco­no­mique est en per­ma­nence l’objet, la mesure du PIB est en per­ma­nente évo­lu­tion, et dans un sens qui est loin de n’être que néga­tif. Une opi­nion reçue, par exemple, veut que le PIB ne mesure que le « pro­duit mar­chand », et qu’il soit inca­pable de mesu­rer une valeur éco­no­mique non moné­taire, et donc d’accompagner la néces­saire mon­tée en charge de la gra­tui­té. C’est tota­le­ment faux. Notre PIB addi­tionne les valeurs ajou­tées des entre­prises mar­chandes, qui donnent lieu à des flux moné­taires, et la pro­duc­tion gra­tuite des ser­vices publics, éva­luée au coût des fac­teurs. Nous sommes déjà en capa­ci­té de mesu­rer une pro­duc­tion non moné­taire, nous prou­vons déjà que le PIB peut enre­gis­trer une part crois­sante de pro­duc­tion gra­tuite, mais avec un coût, d’éducation, de san­té. Continuons par exemple en ajou­tant au PIB la pro­duc­tion des retrai­tés. Il aug­men­te­ra ain­si sans aug­men­ta­tion des flux moné­taires, et en s’enrichissant de tra­vaux peu pol­luants et créa­teurs de liens sociaux, qui seront ain­si valo­ri­sés. On peut faire le même rai­son­ne­ment avec la seconde Journée des femmes : non pas — c’est évident mais cela va mieux en le disant — par l’attribution d’un salaire mater­nel ou par les désas­treuses condi­tions sala­riales et de tra­vail des ser­vices à la per­sonne, mais en met­tant en œuvre un salaire à vie dont les cri­tères de qua­li­fi­ca­tion feront une part aux tâches domes­tiques, que l’on soit un homme ou une femme !


Illustrations de ban­nière et de vignette : Stuart Davis


  1. Construit par les conven­tions col­lec­tives comme poste de tra­vail sup­port de la qua­li­fi­ca­tion et du salaire, l’emploi est une ins­ti­tu­tion ambi­va­lente, aujourd’hui vidée de son conte­nu sala­rial (qua­li­fi­ca­tion du poste rem­pla­cée par l’employabilité de son titu­laire par exemple), au béné­fice de sa stricte arti­cu­la­tion au mar­ché du tra­vail. C’est donc une ins­ti­tu­tion déci­sive du déni de la qua­li­fi­ca­tion des per­sonnes réduites à la force de tra­vail et de la conven­tion capi­ta­liste du tra­vail. Il peut être rem­pla­cé par la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle.
  2. La pro­prié­té d’usage est un patri­moine que l’on consomme pour son usage per­son­nel et dont on ne tire aucun reve­nu : un appar­te­ment, une voi­ture, des outils, de l’épargne d’usage. À l’inverse, la pro­prié­té lucra­tive est un patri­moine que l’on ne consomme pas per­son­nel­le­ment, pour en tirer un reve­nu sous forme de loyer, de ren­de­ment d’un por­te­feuille finan­cier, de pro­fit tiré d’une entre­prise. C’est le prin­ci­pal obs­tacle à la pro­prié­té d’usage, en par­ti­cu­lier en matière de loge­ment et d’outil de tra­vail.
  3. « De quelles caisses s’agit-il ? De sortes de caisses de sécu­ri­té sociale dédiées aux inves­tis­se­ments : rap­pe­lons-nous que la Sécu a finan­cé dans les années 1960 les CHU (Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire) et, aujourd’hui encore, les équi­pe­ments médi­caux des hôpi­taux publics, sans recou­rir au cré­dit. Dédier une par­tie de la coti­sa­tion à d’autres inves­tis­se­ments lourds est donc par­fai­te­ment envi­sa­geable. Il s’agirait de mobi­li­ser 30 % du PIB pour l’investissement — 15 % finan­cés en auto­fi­nan­ce­ment par les entre­prises elles-mêmes et 15 % par les caisses d’investissement gérées, notam­ment, par des pro­duc­teurs ou leurs repré­sen­tants. » Christine Jakse
  4. Conseil natio­nal de la Résistance : organe qui diri­gea et coor­don­na les dif­fé­rents mou­ve­ments de la Résistance fran­çaise pen­dant la Seconde Guerre mon­diale. Son pro­gramme pré­voit une liste de réformes sociales et éco­no­miques à appli­quer dès la Libération.
  5. Originellement, un acro­nyme pour « Union natio­nale inter­pro­fes­sion­nelle pour l’emploi dans l’industrie et le com­merce » : asso­cia­tion char­gée de la ges­tion de l’assurance chô­mage en France, en coopé­ra­tion avec Pôle emploi.
  6. La valeur ajou­tée est la valeur éco­no­mique nou­velle en cours de créa­tion (la valeur ajou­tée nou­velle créée dans l’année est le PIB). Lorsqu’on a ôté du prix d’un pro­duit le coût des consom­ma­tions inter­mé­diaires (éner­gie, matières pre­mières), on obtient la valeur ajou­tée qui, dans la conven­tion capi­ta­liste de la valeur, se par­tage entre pro­fit et salaire. La conven­tion sala­riale, qui s’oppose à la conven­tion capi­ta­liste, l’attribuera en tota­li­té au salaire.
  7. Association géné­rale des ins­ti­tu­tions de retraite des cadres.
  8. Agence cen­trale des orga­nismes de sécu­ri­té sociale : caisse natio­nale qui coor­donne l’ensemble des orga­nismes par­ti­ci­pant au recou­vre­ment du régime géné­ral de sécu­ri­té sociale.
  9. Concept clé de l’économiste néo­clas­sique Gary Becker. Le capi­tal humain est un stock de res­sources pro­duc­tives incor­po­rées aux indi­vi­dus eux-mêmes, consti­tuées d’éléments aus­si divers que le niveau d’éducation, de for­ma­tion et d’expérience pro­fes­sion­nelle, l’état de san­té ou la connais­sance du sys­tème éco­no­mique. Les inéga­li­tés de salaire reflètent l’inégalité de la répar­ti­tion ou des pos­si­bi­li­tés d’acquisition de capi­tal humain.
  10. Journées inter­na­tio­nales de la for­ma­tion, octobre 1998, orga­ni­sées par le Medef, avec les com­pé­tences comme thème cen­tral.
  11. Selon l’économiste Jean Gadrey par exemple, « si le PIB demeure un indi­ca­teur éco­no­mique per­ti­nent pour juger de l’accroissement de la pro­duc­tion dans un pays, il pré­sente de nom­breuses limites intrin­sèques, qui en font un indi­ca­teur inadap­té pour juger de l’état de bien-être ou de pro­grès d’une socié­té ».

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Je pra­tique à la fois chris­tia­nisme et com­mu­nisme », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Frédéric Lordon : « Rouler sur le capi­tal », novembre 2018
☰ Lire notre article : « Le salaire à vie : qu’est-ce donc ? », par Léonard Perrin, mars 2018
☰ Lire notre entre­tien avec IWW Belgique : « Renoncer à l’objectif du plein emploi », jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Alternative liber­taire : « La sor­tie du capi­ta­lisme est indis­so­ciable de l’abolition du sala­riat », décembre 2017
☰ Voir notre débat fil­mé : « Salaire à vie et reve­nu de base en débat », Bernard Friot et Baptiste Mylondo, juillet 2016
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.