Revenu de base ou salaire à vie ? (1/2)


Entretien paru dans le n° 4 de la revue papier Ballast (mai 2016)

On l’ap­pelle géné­ra­le­ment « reve­nu uni­ver­sel » ou « reve­nu de base ». Défendu aus­si bien par une par­tie de la droite que de la gauche, il est, en France, por­té avec le plus de visi­bi­li­té par Benoît Hamon. Il s’a­gi­rait, pour l’an­cien porte-parole du PS, que chaque citoyen per­çoive 750 euros par mois — indé­pen­dam­ment de sa situa­tion fami­liale et pro­fes­sion­nelle, sans contre­par­tie et à vie. « Cette conquête sociale est plus que jamais d’ac­tua­li­té vu la crise que nous tra­ver­sons actuel­le­ment », rap­pe­lait-il récem­ment. Parmi les détrac­teurs les plus réso­lus de cette pro­po­si­tion, on trouve les par­ti­sans du « salaire à la qua­li­fi­ca­tion per­son­nelle » — plus connu sous le nom de « salaire à vie ». Rassemblés autour du Réseau sala­riat et du théo­ri­cien Bernard Friot, ils tiennent le reve­nu de base pour une « roue de secours du capi­ta­lisme ». C’est qu’en appe­lant à lut­ter contre la « tyran­nie du court terme de la pau­vre­té », il ne ferait que pro­lon­ger l’ordre éco­no­mique en place : le reve­nu de base ne touche pas à la pro­prié­té pri­vée des moyens de pro­duc­tion ni au rap­port de force entre tra­vailleurs et employeurs — s’il octroie aux gens de quoi (sur)vivre, le salaire à vie, lui, garan­ti­rait à tous le pou­voir éco­no­mique et déci­sion­nel dans le cadre d’une trans­for­ma­tion glo­bale de la socié­té. Ce débat contra­dic­toire, publié dans notre revue papier, donne à lire Philippe Van Parijs, phi­lo­sophe et défen­seur his­to­rique du reve­nu de base, et Christine Jakse, autrice de L’Enjeu de la coti­sa­tion sociale et membre dudit réseau. Premier volet, aux côtés de Van Parijs.


Pour cer­tains de ses adver­saires, éco­no­mistes com­pris, le reve­nu de base crée­rait des travailleurs pré­caires. Les entre­prises paie­raient moins leurs employés, à l’image de ces pro­prié­taires qui pro­fitent des allo­ca­tions loge­ment pour aug­men­ter le prix des loyers. Que répon­dez-vous à ça ?

Le reve­nu de base est incon­di­tion­nel. À la fois au sens où on y a droit quels que soient ses reve­nus d’autres sources — c’est l’universalité ou l’absence de contrôle des res­sources —, et au sens où on y a droit même si on refuse un emploi ou renonce volon­tai­re­ment à celui qu’on occupe — c’est l’absence de contre­par­tie. La pre­mière incon­di­tion­na­li­té per­met d’accepter de tra­vailler pour une rému­né­ra­tion moindre ; la seconde per­met d’exiger une rému­né­ra­tion plus éle­vée. Celui qui pré­dit une baisse des rému­né­ra­tions et celui qui en pré­dit la hausse peuvent donc avoir tous deux rai­son, mais pas pour les mêmes acti­vi­tés. Des stages, des emplois riches en for­ma­tion ou en pers­pec­tives, des occu­pa­tions gra­ti­fiantes (comme indé­pen­dant, en par­te­na­riat ou en coopé­ra­tive) peuvent être ren­dus viables par le fait que leur faible rému­né­ra­tion pécu­niaire est cumu­lable avec le reve­nu de base. En revanche, un tra­vail peu for­ma­tif effec­tué dans des condi­tions phy­siques ou humaines dégra­dantes devra être payé davan­tage pour conti­nuer à trou­ver des tra­vailleurs sus­cep­tibles de l’occuper durablement.

Mais le pro­blème n’est-il pas, avant toute chose, l’existence du droit à la pro­prié­té lucra­tive1 comme réel pour­voyeur des inégalités ?

« Pouvoir comp­ter sans tra­cas sur 300 ou 400 euros en cas de renon­ce­ment volon­taire à son emploi, c’est autre chose que de se retrou­ver, comme chô­meur volon­taire, sans droit à un seul sou. »

On peut voir dans le droit à la pro­prié­té lucra­tive la source des inéga­li­tés, mais à condi­tion de l’entendre dans un sens suf­fi­sam­ment large. Il ne peut s’agir seule­ment de la pro­prié­té du capi­tal maté­riel et finan­cier. Il doit s’agir aus­si de la pos­ses­sion de qua­li­fi­ca­tions valo­ri­sées par le mar­ché, ain­si que de l’appropriation d’emplois lucra­tifs grâce, en par­tie seule­ment, à la pos­ses­sion de ces qua­li­fi­ca­tions. Les inéga­li­tés que le reve­nu de base vise à réduire, en aug­men­tant le pou­voir de négo­cia­tion de celles et ceux qui en ont le moins, sont des inéga­li­tés entre tra­vailleurs non moins que des inéga­li­tés entre capi­ta­listes et travailleurs.

L’une des erreurs majeures du com­mu­nisme d’État a été de ne pas démo­cra­ti­ser la maî­trise de la pro­duc­tion — en ne la lais­sant qu’à quelques-uns. C’est aus­si le cas du capi­ta­lisme : ce sont les pro­prié­taires qui dis­posent de la sou­ve­rai­ne­té pro­duc­tive. Le reve­nu de base ne s’apprête-t-il pas à repro­duire la même erreur ?

Le com­mu­nisme s’est heur­té à deux dif­fi­cul­tés éco­no­miques prin­ci­pales : d’une part, il n’a pas pu déve­lop­per un mode de coor­di­na­tion effi­cace des acti­vi­tés innom­brables consti­tu­tives d’une éco­no­mie com­plexe ; d’autre part, il n’a pas pu sou­te­nir une inci­ta­tion à l’innovation ana­logue à l’angoisse des capi­ta­listes face à la pers­pec­tive de se lais­ser prendre de vitesse par leurs concur­rents. Moins de bureau­cra­tie et plus de démo­cra­tie ne l’auraient pas aidé à résoudre ces dif­fi­cul­tés. Le reve­nu de base n’est pas, en prin­cipe, incom­pa­tible avec un régime de pro­prié­té col­lec­tive de moyens de pro­duc­tion — démo­cra­tique ou non. Certains de ses défen­seurs, dont je ne suis pas, pensent même qu’il n’est viable que dans le cadre d’un tel régime. Mais c’est dans le cadre du monde tel qu’il est, donc de socié­tés capi­ta­listes, que le reve­nu de base est pro­po­sé aujourd’hui. Dans ce cadre, il vise bien à « démo­cra­ti­ser » l’économie, mais en dis­sé­mi­nant le pou­voir éco­no­mique, pas en rem­pla­çant le régime de pro­prié­té. Plus son mon­tant est éle­vé, plus lar­ge­ment il répar­tit tant le pou­voir de ne pas vendre sa force de travail2 à un capi­ta­liste que le pou­voir de créer, seul ou avec d’autres, son propre emploi, ou encore le pou­voir de s’adonner à des acti­vi­tés pro­duc­tives non mar­chandes. Même avec un mon­tant bien infé­rieur au seuil de pau­vre­té pour un iso­lé — et à condi­tion, évi­dem­ment, que les autres dis­po­si­tifs de pro­tec­tion sociale ne soient pas abo­lis dans la fou­lée —, l’impact d’un socle incon­di­tion­nel n’a pas à être mépri­sé : pou­voir comp­ter sans tra­cas sur 300 ou 400 euros en cas de renon­ce­ment volon­taire à son emploi, c’est autre chose que de se retrou­ver, comme chô­meur volon­taire, sans droit à un seul sou.

[Stuart Davis]

Si nous avons d’un côté le mar­ché de l’emploi clas­sique et, de l’autre, le temps libre, la « libre acti­vi­té », ce dédou­ble­ment n’acte-t-il pas la fin d’un « régime de tra­vail réel­le­ment humain », tel que le sou­haite par exemple le juriste Alain Supiot ?

Il ne peut y avoir de dis­tinc­tion tran­chée entre « emploi clas­sique » et « libre acti­vi­té », ni de défi­ni­tion mono­li­thique du « tra­vail réel­le­ment humain ». Il y a quan­ti­té de tra­vail à temps par­tiel ou inter­mit­tent bien plus « réel­le­ment humain » que bien des emplois à temps plein et à durée indé­ter­mi­née. Et il y a des doses, certes très inégales, de « libre acti­vi­té » insé­rées dans la plu­part des emplois clas­siques. L’information néces­saire pour faire les dis­tinc­tions per­ti­nentes ne se trouve ni chez les légis­la­teurs, ni chez les fonc­tion­naires, ni chez les experts, mais chez les tra­vailleurs eux-mêmes, qui connaissent les tâches consti­tu­tives de l’emploi, les condi­tions dans les­quelles ils ont à les effec­tuer, le patron qui prend la peine de les for­mer ou passe son temps à les har­ce­ler, les col­lègues qui les ostra­cisent ou les pro­tègent. Il s’agit de don­ner le pou­voir de choi­sir à celles et à ceux qui dis­posent de cette infor­ma­tion. C’est ce à quoi le reve­nu de base vise à contribuer.

Le mar­ché de l’emploi sou­met les gens à de véri­tables pres­sions d’« adap­ta­bi­li­té », d’« inser­tion » et de « flexi­bi­li­té » : ils doivent rendre des comptes à des ins­ti­tu­tions de contrôle culpa­bi­li­sa­trices, où « se vendre » est essen­tiel, même pour des « bull­shit jobs3 ». N’est-ce pas en contra­dic­tion avec votre théo­rie de « real free­dom4 » ? Pourquoi ne pas atta­quer fron­ta­le­ment le mar­ché de l’emploi dans la consti­tu­tion du reve­nu de base ?

« Si je défends le reve­nu de base, c’est au nom d’une concep­tion éga­li­taire de la jus­tice sociale qui donne à la liber­té une place centrale. »

Tel que je le conçois, le reve­nu de base — en conjonc­tion avec un ensei­gne­ment, des soins de san­té et un envi­ron­ne­ment de qua­li­té — doit effec­ti­ve­ment per­mettre de dis­tri­buer plus équi­ta­ble­ment cette liber­té réelle de vivre tel qu’on le sou­hai­te­rait, ou pour­rait le sou­hai­ter. S’il le fait, c’est notam­ment en atta­quant fron­ta­le­ment le mar­ché de l’emploi, mais pas sur un mode bureau­cra­tique, en mul­ti­pliant les régle­men­ta­tions poin­tilleuses. La manière dont le reve­nu de base est sus­cep­tible de trans­for­mer pro­fon­dé­ment le mar­ché du tra­vail était, d’ailleurs, déjà bien décrite par celui qui, le pre­mier, en a pro­po­sé l’instauration à l’échelle d’un pays : « Il est indu­bi­table que la consti­tu­tion d’un reve­nu garan­ti, en éle­vant et amé­lio­rant la condi­tion des masses popu­laires, les ren­dra plus dif­fi­ciles dans le choix des pro­fes­sions ; mais, comme ce choix est géné­ra­le­ment déter­mi­né par le prix de la main‑d’œuvre, il fau­dra que les indus­tries dont il s’agit offrent à leurs ouvriers un salaire assez éle­vé pour qu’ils y trouvent une juste com­pen­sa­tion aux incon­vé­nients dont elles sont entou­rées. Ainsi, par exemple, un ramo­neur de che­mi­nées qui vit aujourd’hui misé­ra­ble­ment, n’ayant le plus sou­vent qu’un croû­ton de pain et un méchant gra­bat pour prix des ser­vices qu’il rend à la socié­té par un métier pré­ser­va­tif des incen­dies, ver­ra, dans le sys­tème de la garan­tie, son gain aug­men­té de trois quarts au moins, par la rai­son bien simple que sans cette amé­lio­ra­tion équi­table il déser­te­ra le ramo­nage comme un état sté­rile et ingrat. Il pré­fé­re­ra s’en tenir à son mini­mum que de rem­plir un rôle de dupe, et il aura par­fai­te­ment rai­son. » Il s’agit de Joseph Charlier, dans Solution du pro­blème social, paru en 1848.

Le phi­lo­sophe Brian Barry com­mente ain­si votre approche : « Ce que la liber­té réelle pour tous requiert, c’est un reve­nu de base durable le plus éle­vé. Le capi­ta­lisme étant plus pro­duc­tif que le socia­lisme, il rend plus durable dans le temps ce reve­nu. Le capi­ta­lisme se jus­ti­fie donc à condi­tion que ses éner­gies pro­duc­tives s’attellent à la pres­ta­tion de reve­nu de base le plus éle­vé pos­sible. Le choix entre les sys­tèmes éco­no­miques joue un rôle secon­daire dans l’analyse Van Parijs5. » Peut-on étendre ce com­men­taire au reve­nu de base en géné­ral — qui serait donc neutre, politiquement ?

Brian Barry a rai­son. De mon point de vue, le choix du régime de pro­prié­té des moyens de pro­duc­tion n’est pas fon­da­men­tal, mais ins­tru­men­tal. Il est par­fai­te­ment conce­vable que la pré­somp­tion pour le capi­ta­lisme en termes de créa­tion et d’allocation effi­caces des res­sources soit plus que contre­ba­lan­cée par la pré­somp­tion pour le socia­lisme en terme de contrôle sur la dis­tri­bu­tion de ces res­sources. Le cri­tère ultime est le niveau du reve­nu réel qu’il est dura­ble­ment pos­sible d’allouer incon­di­tion­nel­le­ment à cha­cun. Il en découle que, du point de vue expo­sé dans Real Freedom for All, défendre l’allocation uni­ver­selle n’implique pas, par néces­si­té logique, une pré­fé­rence pour le capi­ta­lisme ou pour le socia­lisme. Une réponse posi­tive à la ques­tion de savoir s’il faut pré­fé­rer une forme de régime capi­ta­liste à toute forme de régime socia­liste viable ne peut donc pas décou­ler direc­te­ment de ma concep­tion de la jus­tice, comme elle le ferait d’une concep­tion liber­ta­rienne. Elle ne peut en décou­ler que moyen­nant cer­taines hypo­thèses fac­tuelles, qui demeurent bien enten­du réfu­tables. Cette « neu­tra­li­té » en termes de régime de pro­prié­té des moyens de pro­duc­tion n’implique pas la neu­tra­li­té poli­tique en un sens plus géné­ral. Si je défends le reve­nu de base, c’est au nom d’une concep­tion éga­li­taire de la jus­tice sociale qui donne à la liber­té une place centrale.

[Stuart Davis]

Ceci a pour consé­quence que le reve­nu de base est défen­du par plu­sieurs poli­ti­ciens de droite. Quelqu’un comme Bernard Friot explique que ce sys­tème ne remet en aucun cas en cause les aspects les plus des­truc­teurs du capi­ta­lisme. Et, même, qu’il lui offre une nou­velle légitimité…

… Il y a un des aspects les plus des­truc­teurs du capi­ta­lisme auquel le reve­nu de base, comme tel, n’apporte pas remède — pas plus d’ailleurs que le socia­lisme : c’est la des­truc­tion des condi­tions de sur­vie de l’espèce humaine sur la pla­nète. Pour l’enrayer, il s’agit d’identifier et d’adopter au plus tôt un mode de vie qui soit dura­ble­ment géné­ra­li­sable. Qu’on soit en régime capi­ta­liste ou socia­liste, il s’agit de modi­fier les com­por­te­ments indi­vi­duels et col­lec­tifs en inter­na­li­sant les exter­na­li­tés négatives6 et en incor­po­rant, dans les prix des res­sources natu­relles non renou­ve­lables que nous uti­li­sons, le coût d’opportunité pour les géné­ra­tions futures de leur épui­se­ment par la nôtre. Sans suf­fire à rele­ver ce défi, le reve­nu de base nous aide cepen­dant à y faire face, en offrant une solu­tion au chômage7 qui ne table pas sur la pour­suite d’une crois­sance indé­fi­nie. En outre, il s’attaque fron­ta­le­ment à bien d’autres aspects des­truc­teurs du capi­ta­lisme, notam­ment en per­met­tant aux tra­vailleurs de lever le pied avant de suc­com­ber à un burn-out et de renon­cer aux emplois qui n’ont aucun sens pour eux.

Que pen­sez-vous des pro­po­si­tions visant à ins­tal­ler un salaire maxi­mum lié à une hausse des mini­ma sociaux ? N’est-ce pas une manière de cou­pler à la lutte contre la pau­vre­té celle pour l’égalité ?

« Le reve­nu de base n’est pas prin­ci­pa­le­ment un ins­tru­ment de lutte contre la pau­vre­té pécu­niaire. C’est fon­da­men­ta­le­ment un ins­tru­ment d’émancipation de chacun. »

Le reve­nu de base n’est pas prin­ci­pa­le­ment un ins­tru­ment de lutte contre la pau­vre­té pécu­niaire. C’est fon­da­men­ta­le­ment un ins­tru­ment d’émancipation de cha­cun, qui, même à terme, devra être com­plé­té, pour cer­tains, par un com­plé­ment ciblé leur per­met­tant d’échapper à la pau­vre­té pécu­niaire. Mais c’est cer­tai­ne­ment un moyen de réduire les inéga­li­tés, non seule­ment de reve­nu mais de pou­voir, et donc de liber­té. Seules sont justes à mes yeux les inéga­li­tés qui contri­buent à l’augmentation durable de la liber­té réelle de celles et ceux qui en ont le moins. Et ce n’est qu’une frac­tion des inéga­li­tés exis­tant aujourd’hui sur la pla­nète qui satis­fait à cette condi­tion. Faut-il pour autant impo­ser un salaire maxi­mal ou un reve­nu maxi­mal ? L’imposition d’un salaire maxi­mal n’aurait qu’un impact limi­té, en rai­son du fait que bon nombre des plus riches per­çoivent leurs reve­nus de plu­sieurs sources et les per­çoivent sous la forme de divi­dendes, de plus-values, de droits d’auteurs, de bre­vets, d’honoraires, de rému­né­ra­tions de ser­vices, etc., et non de salaires.

L’imposition d’un reve­nu maxi­mal, pour autant qu’il soit fai­sable, ne se heur­te­rait pas à la même objec­tion, puisqu’elle pour­rait por­ter sur un mon­tant agré­geant l’ensemble de ces reve­nus. J’estime cepen­dant pré­fé­rable de taxer la tranche de reve­nu la plus éle­vée, par exemple à 95 %, et d’utiliser le pro­duit de cette taxe pour contri­buer à nour­rir le reve­nu de base de cha­cun. Imposer un reve­nu maxi­mum, c‘est-à-dire taxer cette tranche supé­rieure à 100 % n’aurait rien de scan­da­leux, mais ne serait pas très intel­li­gent : autant per­mettre aux pou­voirs publics d’utiliser 95 % de cette tranche plu­tôt que de n’en uti­li­ser rien du tout, dans l’hypothèse où, étant taxée à 100 %, elle aurait rapi­de­ment dis­pa­ru. J’ajoute que pour maxi­mi­ser le reve­nu de base, il ne s’agira pas seule­ment de taxer davan­tage les super riches, mais aus­si des gens qui, comme moi, pro­fes­seur d’université de grade et ancien­ne­té maxi­maux, sont déjà sou­mis à une impo­si­tion totale (coti­sa­tions sociales com­prises) de plus de 60 %, mais n’en appar­tiennent pas moins aux 5 % de la popu­la­tion dont le reve­nu dis­po­nible est le plus éle­vé. L’inégalité que la jus­tice sociale exige de réduire ne se confond pas avec l’écart entre les 0,1 % ou 1 % des plus riches et le reste de la population.

[Stuart Davis]

Un des leviers sur les­quels s’appuient les mili­tants du « salaire à vie » est un déjà là, c’est-à-dire les conquis éman­ci­pa­teurs du mou­ve­ment ouvrier : la coti­sa­tion sociale — donc la socia­li­sa­tion, pour par­tie, du salaire. Ils aspirent à les étendre et les radi­ca­li­ser. Votre moteur semble être une « pen­sée uto­pique déniai­sée ». Par ce biais, ne ren­dez-vous pas votre pro­jet plus abs­trait, lié à un espoir incer­tain, plu­tôt qu’à l’Histoire et aux luttes qui la composent ?

Comme Anthony Atkinson l’explique fort bien dans son der­nier livre, Inequality, paru en 2015, il y a trois modèles de pro­tec­tion sociale : l’assistance sociale (qui a pris nais­sance au début du XVIe siècle), l’assurance sociale (qui a pris son essor à la fin du XIXe) et le reve­nu de base (qu’il est grand temps d’instaurer). Alors que l’assistance sociale était plon­gée dans une crise pro­fonde et que Malthus, Ricardo, Hegel et Tocqueville en pro­cla­maient la faillite et récla­maient le retour à la cha­ri­té pri­vée, la pro­tec­tion sociale a été sau­vée par l’invention d’un nou­veau modèle : la créa­tion de dis­po­si­tifs d’assurance contre la vieillesse, la mala­die et l’invalidité finan­cés par les contri­bu­tions de tra­vailleurs sala­riés. C’est cette voie de salut, ini­tia­le­ment ima­gi­née par Daniel Defoe, puis Condorcet, qui l’a — heu­reu­se­ment — empor­té, plu­tôt que le rafis­to­lage du modèle ancien recom­man­dé par Bentham, sous la forme d’une géné­ra­li­sa­tion des wor­khouses8 pour les pauvres. Ce second modèle tra­verse à son tour une crise pro­fonde, liée à un ensemble de fac­teurs inter­con­nec­tés : mon­dia­li­sa­tion, ter­tia­ri­sa­tion, robo­ti­sa­tion, déve­lop­pe­ment du tra­vail indé­pen­dant, inter­mit­tent et à temps par­tiel, affai­blis­se­ment des orga­ni­sa­tions syn­di­cales. Pour faire face à cette crise, on peut essayer, avec l’énergie du déses­poir, de sau­ver le modèle ancien en ten­tant de faire de toutes et tous des sala­riés à vie.

« L’instauration d’un reve­nu de base ne doit pas comp­ter sur la prise de pou­voir par une mino­ri­té de révo­lu­tion­naires éclai­rés, mais avant tout sur la force civi­li­sa­trice du débat démocratique. »

On peut aus­si opter pour l’audace d’imaginer et réa­li­ser un modèle nou­veau, un modèle éman­ci­pa­teur qui ne se sub­sti­tue pas plus inté­gra­le­ment aux deux modèles anté­rieurs que le modèle de l’assurance sociale ne s’est inté­gra­le­ment sub­sti­tué à celui de l’assistance sociale. Le reve­nu de base, ce n’est pas la table rase, la sim­pli­fi­ca­tion radi­cale qui per­met­trait de se défaire de mil­lions de fonc­tion­naires. C’est l’insertion d’un socle incon­di­tion­nel en des­sous de l’ensemble de la dis­tri­bu­tion des reve­nus. En consé­quence, l’assurance sociale et l’assistance sociale devront certes être restruc­tu­rées et redi­men­sion­nées, mais ce sera de manière à les mettre en mesure de mieux jouer leurs rôles res­pec­tifs de résorp­tion de la pau­vre­té et de pro­tec­tion contre une large gamme de risques.

Mais l’émancipation ne sup­pose-t-elle pas une prise de pou­voir poli­tique, là où la « liber­té » n’en­tend pas, en tant que telle, remettre en cause les termes mêmes des rela­tions de pouvoir ?

L’instauration d’un reve­nu de base ne doit pas comp­ter sur la prise de pou­voir par une mino­ri­té de révo­lu­tion­naires éclai­rés, mais avant tout sur la force civi­li­sa­trice du débat démo­cra­tique. Dans ce débat, de nom­breuses consi­dé­ra­tions pla­te­ment prag­ma­tiques auront leur place, à côté des inté­rêts, de l’indignation et des luttes des vic­times prin­ci­pales des dis­po­si­tifs actuels. Pour qu’il ait des chances de conduire, dans un ave­nir proche, à l’instauration réso­lue d’un reve­nu de base, il fau­dra cepen­dant que se dif­fuse, en outre et bien plus lar­ge­ment qu’aujourd’hui, la prise de conscience du fait sui­vant : que nous soyons capi­ta­listes ou tra­vailleurs, la plus grande par­tie de notre reve­nu ne doit pas plus à nos efforts qu’à notre flair ; elle est le fruit d’un héri­tage dont nous avons le pri­vi­lège immé­ri­té de pou­voir tirer pro­fit et qu’il est grand temps que nous trou­vions le moyen de dis­tri­buer plus équi­ta­ble­ment et plus sys­té­ma­ti­que­ment — y com­pris au-delà de nos frontières.


[lire le second volet]


Illustrations de ban­nière et de vignette : Stuart Davis


  1. S’opposant à la pro­prié­té d’usage, la pro­prié­té lucra­tive est le droit de faire du pro­fit ou de tirer une rente à par­tir d’un capi­tal pri­vé, quel qu’il soit (outil de tra­vail, capi­tal pécu­nier, actions en Bourse, bien immo­bi­lier, voi­ture que l’on loue, etc.). C’est donc, in fine, le fait de gagner de l’argent sans qu’il soit le pro­duit de son tra­vail, mais l’exploitation du tra­vail d’autrui.
  2. Destin du tra­vailleur dans la conven­tion capi­ta­liste du tra­vail. La défi­ni­tion capi­ta­liste de la valeur réduit les tra­vailleurs, dans l’acte de pro­duc­tion, à démon­trer leur capa­ci­té de pro­duire de la valeur éco­no­mique dans une mar­chan­dise sou­mise aux aléas du mar­ché du tra­vail, éva­luée au temps néces­saire à sa pro­duc­tion. Une des causes majeures de l’aliénation au capi­tal est de consi­dé­rer la force de tra­vail comme pro­prié­té (on « a » une force de tra­vail, c’est un « capi­tal humain ») de la per­sonne capable de pro­duire des valeurs d’usage.
  3. Ou « jobs à la con » : concept décrit par David Graeber, anthro­po­logue et éco­no­miste éta­su­nien, dans son article « On the phe­no­me­non of bull­shit jobs » : il y dénon­çait la bureau­cra­ti­sa­tion de l’économie et la mul­ti­pli­ca­tion des emplois inutiles.
  4. Se réfère à une notion de liber­té qui intègre trois com­po­santes : la sécu­ri­té, la pro­prié­té de soi et l’opportunité. La « vraie liber­té », c’est de pou­voir choi­sir par­mi les dif­fé­rentes vies que l’on pour­rait sou­hai­ter mener.
  5. Brian Barry, « Real Freedom and Basic Income », dans Andrew Reeve et Andrew Williams, Political Theory after Van Parijs, Real Libertarianism Assessed, Palgrave, Macmillan, 2003, pp. 53–78. Extrait tra­duit par la rédac­tion.
  6. Caractérise le fait qu’une acti­vi­té éco­no­mique (en usine, par exemple) crée un effet externe en pro­cu­rant à autrui, sans contre­par­tie moné­taire, une désu­ti­li­té, un dom­mage sans com­pen­sa­tion (pol­lu­tion de l’eau, appau­vris­se­ment des sols alen­tour, etc.).
  7. Situation d’un actif qui se situe hors emploi. Ce qui ne signi­fie pas qu’il ne tra­vaille pas puisqu’il crée de la valeur d’usage (valeur d’un bien ou d’un ser­vice pour un usa­ger en fonc­tion de l’utilité qu’il en retire par rap­port à sa per­sonne, ses besoins et ses connais­sances dans des cir­cons­tances don­nées) via son tra­vail concret (éle­ver ses enfants, entre­te­nir la mai­son, faire le papier peint de ses voi­sins, par­ti­ci­per à des asso­cia­tions…).
  8. Hospices accueillant toute per­sonne inca­pable de sub­ve­nir à ses besoins, sous la forme d’une assis­tance sociale. Philippe Van Parijs fait ici réfé­rence au phi­lo­sophe Jeremy Bentham. Son nom est asso­cié aux wor­khouses anglaises de l’époque vic­to­rienne, apo­gée de la révo­lu­tion indus­trielle et des romans de Dickens — une part de son œuvre est une des sources de la Nouvelle loi sur les pauvres (1834).

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Bernard Friot : « Je pra­tique à la fois chris­tia­nisme et com­mu­nisme », juin 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Frédéric Lordon : « Rouler sur le capi­tal », novembre 2018
☰ Lire notre article : « Le salaire à vie : qu’est-ce donc ? », par Léonard Perrin, mars 2018
☰ Lire notre entre­tien avec IWW Belgique : « Renoncer à l’objectif du plein emploi », jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Alternative liber­taire : « La sor­tie du capi­ta­lisme est indis­so­ciable de l’abolition du sala­riat », décembre 2017
☰ Voir notre débat fil­mé : « Salaire à vie et reve­nu de base en débat », Bernard Friot et Baptiste Mylondo, juillet 2016

Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.