Il nous reste quelques anciens numéros dans des placards, maintenant à prix réduit sur le site !
 

Quand la Commune s’exile à Londres


Traduction d’un article de Roar pour le site de Ballast

Les faits sont connus : une guerre avec la Prusse, des canons que le peuple de Paris ne veut pas livrer au gou­ver­ne­ment fran­çais et soixante-douze jours d’in­sur­rec­tion sociale, qu’un mas­sacre clôt. Moins connues sont cepen­dant les suites de l’é­vé­ne­ment. Les com­mu­nards et les com­mu­nardes qui ne sont pas incar­cé­rés, exé­cu­tés ou dépor­tés en Océanie fuient la France pour gagner la Suisse, la Hongrie, la Russie ou encore l’Angleterre. C’est le sort des exi­lés ins­tal­lés de l’autre côté de la Manche qui a inté­res­sé l’his­to­rienne bri­tan­nique Laura C. Forster, dont nous tra­dui­sons l’é­tude. Et, plus pré­ci­sé­ment, c’est de Londres dont il est ici ques­tion : les pubs, les bou­tiques et les places de la ville deviennent, après 1871, autant de lieux où s’é­la­borent le socia­lisme anglais à l’aune de l’ex­pé­rience communarde.


Dans les années 1870 à Londres, au 67 de la Charlotte Street, se trou­vait une épi­ce­rie appe­lée Le Bel Épicier, que diri­geait le Français Victor Richard. Là, un client lon­do­nien pou­vait trou­ver du café fran­çais, de la mou­tarde, des pâtes, des cor­ni­chons et des vins, en par­ti­cu­lier ceux pro­ve­nant de Bourgogne, la région natale de Richard. Mais, en plus d’ap­por­ter un répit gas­tro­no­mique bien­ve­nu, la bou­tique de Richard res­ta « pen­dant de nom­breuses années un épi­centre où les réfu­giés poli­tiques arri­vés du Continent pou­vaient aller cher­cher des conseils et de l’aide, trou­ver tra­vail et loge­ment et où, bien sûr, les agents de police conti­nen­taux s’at­trou­paient en nombre pour espion­ner1. » Richard était un épi­cier pros­père et dyna­mique. Il était aus­si socia­liste, com­mu­nard et membre de l’Association inter­na­tio­nal des tra­vailleurs (AIT) ; son démé­na­ge­ment à Londres depuis Paris avait été la consé­quence de sa par­ti­ci­pa­tion à la défense de la Commune, en 1871. Il était arri­vé à Londres en tant que réfu­gié poli­tique au mois de juin de cette même année, et devint vite un révo­lu­tion­naire très recon­nu loca­le­ment et aus­si­tôt inté­gré — sa bou­tique, disait-on, ne ven­dait pas de hari­cots blancs, « réac­tion­naires », mais uni­que­ment des rouges. La presse bri­tan­nique décri­vait la bou­tique de Richard comme un « repère louche » à l’in­té­rieur duquel on pou­vait trou­ver des com­mu­nards réfu­giés « dis­cu­tant de la crise de la bour­geoi­sie et […] de la ven­geance qui un jour allait s’a­battre sur cette classe détes­table ».

« Les com­mu­nards trou­vèrent en Grande-Bretagne un mélange éclec­tique de cama­rades et de voya­geurs avec les­quels par­ta­ger espace, idées et amitiés. »

À deux pas de la bou­tique de Richard, sur Charlotte Street éga­le­ment, Elisabeth Audinet tenait un res­tau­rant où l’on trou­vait des plats fran­çais cui­si­nés sur place à un prix rai­son­nable. « Un repère de fri­pons et de ruf­fians », ain­si que l’a­vait décrit un agent mécon­tent de la police secrète fran­çaise. Chez Audinet était un lieu de ren­contre appré­cié des révo­lu­tion­naires, sou­vent fré­quen­té par Marx et ses deux gendres com­mu­nards, Charles Longuet et Paul Lafargue. Tout au long des années 1870, nombre de ban­quets com­mé­mo­rant l’an­ni­ver­saire de la Commune furent accueillis par Audinet, qui était par ailleurs par­ti­cu­liè­re­ment liée aux réfu­giés d’o­bé­dience blan­quiste — elle vivait avec l’un d’entre eux et un autre était marié à sa fille.

Suite à la fin de la Commune, en mai 1871, des mil­liers de com­mu­nards ont fui la France pour évi­ter la dépor­ta­tion, l’emprisonnement ou la mort. Grâce, sur­tout, à la poli­tique d’ac­cueil très libé­rale de la Grande-Bretagne de l’é­poque, envi­ron 3 500 réfugiés2 sont arri­vés sur les terres bri­tan­niques au début des années 1870. La plu­part choi­sirent alors de s’ins­tal­ler à Londres. Pour beau­coup, c’é­tait des tra­vailleurs et arti­sans rela­ti­ve­ment jeunes et qua­li­fiés — bijou­tiers, den­tel­liers, modistes, ingé­nieurs, méca­ni­ciens, cor­don­niers — ain­si que des jour­na­listes et des pro­fes­seurs. En dépit des dif­fi­cul­tés inhé­rentes à l’exil, les com­mu­nards trou­vèrent en Grande-Bretagne un mélange éclec­tique de cama­rades et de voya­geurs avec les­quels par­ta­ger espace, idées et ami­tiés. Les lieux où se regrou­paient les com­mu­nards — pubs, res­tau­rants et bou­tiques — étaient autant de centres com­mu­nau­taires, dont les prin­ci­paux objec­tifs étaient de venir en aide aux nou­veaux arri­vants ou aux réfu­giés en lutte. C’était aus­si des lieux pro­pre­ment poli­tiques : on s’y ren­con­trait afin de dis­cu­ter, de s’or­ga­ni­ser et d’é­ta­blir defs liens.

[Marché à Whitby | DR]

Ainsi, à la fin du XIXe siècle, une par­tie de Londres se voyait emplie de révo­lu­tion­naires et de socia­listes, en groupe ou non, tous et toutes en prise avec des idées venues de tout le spectre poli­tique radi­cal, de l’Europe et d’ailleurs. Un jour­na­liste du Sheffield Independent notait : « Tous ces corps tra­vaillent pour eux-mêmes, mais sont reliés les uns aux autres ain­si qu’a­vec leurs frères anglais. Le pro­chain anni­ver­saire de la Commune de Paris les ras­sem­ble­ra tous ensemble. » Dit autre­ment, la Commune conti­nuait de faire le lien entre les dif­fé­rents élé­ments de la pen­sée radi­cale, et ce bien après que les réfu­giés furent retour­nés en France. L’atmosphère révo­lu­tion­naire ins­tau­rée par les com­mu­nards en exil per­sis­ta dans Londres et fut déter­mi­nante pour l’é­lan inter­na­tio­na­liste qui mar­qua le socia­lisme bri­tan­nique de la fin de la période victorienne.

Fitzrovia : « une petite république anarchiste »

« À Fitzrovia, les exi­lés com­mu­nards habi­taient, tra­vaillaient, fon­daient des orga­ni­sa­tions, publiaient des dis­cours poli­tiques et des journaux. »

Au 6 Charles Street, aujourd’­hui Mortimer Street, à côté du res­tau­rant d’Audinet, les com­mu­nards pou­vaient s’en­tas­ser dans le Spread Eagle pub, l’un de leurs repères favo­ris ; l’un de ceux, aus­si, qui accueillaient régu­liè­re­ment le groupe le plus impor­tant et le plus com­plet d’exi­lés, la Société des réfu­giés de la Commune à Londres (SRCL). La SRCL offrait un sou­la­ge­ment maté­riel, une cama­ra­de­rie et une soli­da­ri­té poli­tique à tous ceux qui « s’é­taient bat­tus pour la Commune ». Des com­mis­sions sont créées afin de dis­tri­buer une aide effi­ca­ce­ment et de coor­don­ner les efforts des uns et des autres pour trou­ver du tra­vail aux nou­veaux arri­vants. À l’au­tomne 1871, un afflux d’exi­lés arri­va et les fonc­tions de la SRCL se virent éten­dues : des sous­crip­tions furent intro­duites pour ceux qui avaient trou­vé un emploi. Ces petits sup­plé­ments d’argent, ajou­tés aux dona­tions de pro­gres­sistes anglais et à celles de l’AIT, per­mirent la créa­tion de La Marmite, une soupe popu­laire coopé­ra­tive, au Passage Newman : « Située au der­nier étage d’un bâti­ment si misé­rable qu’il n’y avait pas même la place pour un esca­lier, la pièce était acces­sible par une vilaine échelle accom­pa­gnée d’une corde grais­seuse qui fai­sait une sorte de balus­trade. Mais ici, tout réfu­gié qui était en mesure de prou­ver qu’il avait com­bat­tu durant la Commune de Paris pou­vait comp­ter, pour deux pence, sur un repas. » La Marmite était située au cœur de la com­mu­nau­té des com­mu­nards. La plus grande concen­tra­tion de réfu­giés de la Commune, et cer­tai­ne­ment le centre poli­tique de beau­coup d’ac­ti­vi­tés com­mu­nardes à Londres, se trou­vait dans la petite zone main­te­nant connue sous le nom de Fitzrovia — déli­mi­tée par Oxford Street au sud, Euston Road au nord, Great Portland Street à l’ouest et Tottenham Court Road à l’est. Ici, les exi­lés com­mu­nards habi­taient, tra­vaillaient, fon­daient des orga­ni­sa­tions, publiaient des dis­cours poli­tiques et des jour­naux — dont le plus réus­si était le Qui Vive ! Aussi, ils élar­gis­saient cer­tains des réseaux et orga­ni­sa­tions d’en­traide éta­blies par les pre­mières com­mu­nau­tés fran­çaises à Londres, celles qui avaient été ban­nies par le Second Empire au milieu du siècle.

Les com­mu­nards ont ensuite été rejoints dans cer­taines de ces rues — en par­ti­cu­lier la zone autour de Charlotte Street, Rathbone Street et Newman Street — par des exi­lés socia­listes alle­mands expul­sés par Bismarck à la fin des années 1870, et de nom­breux lieux de ren­contre des com­mu­nards sont deve­nus plus tard les pubs et les lieux cen­traux des com­mu­nau­tés anar­chistes trans­na­tio­nales des années 1880 et 1890. L’anarchiste fran­çais Charles Malato décri­vit la Fitzrovia des années 1890 comme « une petite répu­blique anar­chiste ». Les socia­listes de Norvège et de Suède éta­blirent leur club scan­di­nave sur Rathbone Place ; des anar­chistes alle­mands et autri­chiens se ren­con­trèrent à Stephen’s Mews, juste au sud de Charlotte Street ; Berners Street, deux rues à l’ouest de Newman Street, devint le siège du club anar­chiste juif ; une petite com­mu­nau­té de socia­listes fla­mands et néer­lan­dais se réunirent dans les pubs le long de Tottenham Court Road. Les années 1880 mar­quèrent éga­le­ment la fon­da­tion du socia­lisme orga­ni­sé en Grande-Bretagne ; nombre de ses par­ti­sans assis­taient à des réunions et nouaient des liens à Fitzrovia et dans ses envi­rons. La Fédération sociale-démo­crate, la Fabian Society, le Groupe de la liber­té et la Ligue socia­liste lan­cèrent tous leurs plates-formes socia­listes durant cette période. Au milieu des années 1880, ces socia­listes bri­tan­niques avaient pra­ti­que­ment aban­don­né les prin­cipes cen­traux du radi­ca­lisme répu­bli­cain : ils ne fai­saient plus remon­ter les crises sociales à des sources pure­ment poli­tiques ; ils se firent plus insis­tants sur la néces­si­té d’une révo­lu­tion sociale. La Commune consti­tuait une part impor­tante de cette nou­velle identité.

[Femme de marin à Runswick Bay | Frank M. Sutcliff]

Les défenseurs britanniques de la Commune

Du fait, en par­tie, que la Commune avait été un tel labo­ra­toire d’ex­pé­ri­men­ta­tion poli­tique, d’in­nom­brables sources d’ins­pi­ra­tion intel­lec­tuelles deve­naient acces­sibles, aux­quelles toutes sortes de radi­caux bri­tan­niques, socia­listes et répu­bli­cains pou­vaient pui­ser. La Commune pou­vait être com­prise comme la défense du vrai répu­bli­ca­nisme, comme vision de la démo­cra­tie muni­ci­pale décen­tra­li­sée, comme un phare de l’in­ter­na­tio­na­lisme pour ceux que les guerres impé­riales ont révol­té, comme expres­sion du patrio­tisme fran­çais face au mili­ta­risme prus­sien crois­sant, ou sim­ple­ment comme un exemple de la capa­ci­té des oppri­més à s’or­ga­ni­ser par eux-mêmes.

« 1871 comme d’une révo­lu­tion spa­tiale : une recon­quête radi­cale de l’es­pace par ceux qui étaient exclus des splen­deurs du Second Empire. »

À l’é­poque de la Commune, les prin­ci­paux sou­tiens des com­mu­nards en Grande-Bretagne étaient les posi­ti­vistes anglais3, adeptes des ensei­gne­ments intel­lec­tuels du phi­lo­sophe fran­çais Auguste Comte […]. L’AIT res­ta silen­cieuse pen­dant toute la Commune — La Guerre civile en France de Karl Marx ne fut publiée qu’au début du mois de juin, après la défaite des com­mu­nards. Mais, semaine après semaine jus­qu’au prin­temps 1871, les posi­ti­vistes anglais, en par­ti­cu­lier Frederic Harrison et Edward Spencer Beesly, défen­dirent sys­té­ma­ti­que­ment les actions de la Commune et ten­tèrent de dif­fu­ser ses objec­tifs sociaux et poli­tiques auprès d’un public bri­tan­nique. Le posi­ti­visme tel qu’il était orga­ni­sé en Angleterre n’a jamais comp­té plus de quelques dizaines de membres. Mais ses prin­ci­paux pro­pa­gan­distes étaient pro­li­fiques et se tar­guaient de réseaux dis­pro­por­tion­nés. Frederic Harrison, avo­cat de for­ma­tion, et Edward Spencer Beesly, his­to­rien à l’University College London, étaient de fer­vents par­ti­sans des mou­ve­ments ouvriers bri­tan­niques au milieu et à la fin de la période victorienne.

Beesly, qui pré­si­da la pre­mière réunion de l’AIT en 1864, fut membre du Comité au pro­fit des mineurs et ris­qua sa car­rière et sa répu­ta­tion en défen­dant les auteurs des atten­tats de Sheffield en 1865–18664. De même, Harrison défen­dit constam­ment les mou­ve­ments ouvriers et fut un contri­bu­teur pro­li­fique aux jour­naux radi­caux. Il ensei­gna au Working Men’s College et œuvra en tant que repré­sen­tant des tra­vailleurs à la Commission royale sur les syn­di­cats en 1867, ce qui condui­sit à la léga­li­sa­tion des syn­di­cats en ver­tu de la loi sur les syn­di­cats de 1871. « Le mou­ve­ment actuel en faveur de l’au­to­no­mie pari­sienne s’ac­corde avec les ensei­gne­ments d’Auguste Comte et lui est pro­ba­ble­ment lar­ge­ment dû », décla­ra Beesly début avril 1871. Le désir des Parisiens de for­mer leur propre gou­ver­ne­ment et de « sous­traire une grande par­tie de l’ad­mi­nis­tra­tion des villes à une auto­ri­té cen­trale et de la confier aux com­munes » était pour Beesly exac­te­ment ce que Comte avait en tête lors­qu’il par­lait de décen­tra­li­sa­tion — la France divi­sée en dix-sept petites répu­bliques autour des dix-sept plus grandes villes du pays. Harrison acquies­ça : « Le génie de la France, recu­lant sous les coups de fer de l’Allemagne, s’est de nou­veau enquit de mode­ler la socié­té euro­péenne. »

[Whitchapel, à Londres | Horace Warner]

Les posi­ti­vistes anglais consi­dé­raient la Commune comme « la plus belle concep­tion poli­tique de notre époque [et] la phase la plus mar­quante à ce jour de toute la période révo­lu­tion­naire » — […] un mou­ve­ment pour la démo­cra­tie muni­ci­pale qui pou­vait réor­ga­ni­ser les condi­tions sociales aus­si bien que poli­tiques de la France. L’analyse la plus per­ti­nente que les posi­ti­vistes firent de la Commune porte sur leur approche des évé­ne­ments de 1871 comme d’une révo­lu­tion spa­tiale : une recon­quête radi­cale de l’es­pace par ceux qui étaient exclus des splen­deurs du Second Empire. Au XXIe siècle, la mémoire de la Commune s’est puis­sam­ment déployée dans le cadre des cri­tiques mon­diales du capi­ta­lisme effré­né et de la dépos­ses­sion urbaine. L’histoire ins­tan­ta­née de la Commune, écrite par les posi­ti­vistes anglais au prin­temps 1871, montre une atten­tion por­tée aux dyna­miques spa­tiales locales de Paris, mais aus­si, et sur­tout, aux dyna­miques spa­tiales plus géné­rales propres à la lutte des classes.

« La vio­lence de la riposte ver­saillaise était la consé­quence d’une indi­gna­tion : celle de voir que les pauvres de Paris osèrent reven­di­quer leur ville. »

Dans la Fortnightly Review, Harrison sug­gé­ra que la vio­lence de la riposte ver­saillaise était la consé­quence d’une indi­gna­tion : celle de voir les pauvres de Paris oser reven­di­quer leur ville. « De misé­rables ouvriers peuvent poser le pied sur les Champs-Élysées du luxe ; il peuvent, ain­si, trou­bler ce que la sai­son a de plus char­mant ; en cher­chant un monde plus moral et plus juste, ils ins­taurent le désordre dans la ville la plus agréable d’Europe — tout cela, aux yeux de pou­pées de chif­fons qui s’ap­pellent elles-mêmes Société : un véri­table outrage, digne de mort. » Beesly a défen­du cette ten­ta­tive d’oc­cu­pa­tion des rues de Paris par les plus dému­nis, dont ils avaient été radiés par le pro­jet d’as­sai­nis­se­ment auto­ri­taire mené par Haussmann, la décen­nie pré­cé­dente. Les ouvriers, écrit-il, « n’ont pas d’é­lé­gantes demeures aux Champs-Élysées. Les splen­deurs de Paris n’ont impli­qué pour eux que des loyers plus éle­vés et une nour­ri­ture plus chère, et ils n’au­ront pro­ba­ble­ment pas le cœur bri­sé par les dom­mages cau­sés aux pers­pec­tives inter­mi­nables et aux impo­santes façades du baron Haussmann ».

La Commune arrive en Grande-Bretagne

Lorsque les réfu­giés com­mu­nards com­men­cèrent à arri­ver à Londres au début de juin 1871, les posi­ti­vistes anglais qui avaient pris par­ti pour la Commune ont quit­té les salons pour gagner la rue. Ils ont été par­mi les plus géné­reux en don­nant de leur temps et de leur éner­gie pour les orga­ni­sa­tions de secours. Les posi­ti­vistes offrirent un sou­tien finan­cier aux soupes popu­laires com­mu­nardes et éta­blirent des cours du soir d’an­glais, dans Francis Street, pour les réfu­giés fran­çais. Beesly usa de son ami­tié avec Karl Marx pour rendre plus aisé le pas­sage des exi­lés de France vers la Grande-Bretagne. Les deux hommes s’é­taient ren­con­trés lorsque Beesly pré­si­dait la pre­mière ses­sion de l’AIT en 1864 et, mal­gré leurs dif­fé­rences doc­tri­nales, ils par­ta­geaient un res­pect mutuel. « Je vous consi­dère comme le seul com­tiste, à la fois en Angleterre et en France, qui traite les tour­nants his­to­riques (CRISES) non selon un point de vue sec­taire mais en tant qu’­his­to­rien, dans le meilleur sens du terme », écri­vit Marx à Beesly — un com­pli­ment rare du phi­lo­sophe alle­mand à l’é­gard d’un Anglais. Marx et Beesly échan­gèrent des contacts et tra­vaillèrent avec le comi­té de sou­tien de l’Internationale afin d’ex­ploi­ter toutes les connexions pos­sibles qui pour­raient garan­tir qu’un com­mu­nard quitte la France en toute sécu­ri­té. En juin 1871, Marx écri­vit à Beesly : « Une de mes amies ira à Paris dans trois ou quatre jours. Je lui donne régu­liè­re­ment des lais­sez-pas­ser pour cer­tains membres de la Commune qui se cachent encore à Paris. Si vous ou l’un de vos amis avez des com­mandes là-bas, écri­vez-moi. »

[Bermondsey Street, à Londres | DR]

Début 1872, Harrison écri­vit plu­sieurs lettres au Times, appe­lant son lec­to­rat for­tu­né à offrir un emploi aux réfu­giés com­mu­nards. Il fit appel aux élans huma­ni­taires des lec­teurs et ten­ta de dépo­li­ti­ser le pro­fil des nou­veaux arri­vants. Harrison était bien conscient de la rhé­to­rique anti­com­mu­niste, très pré­sente dans la presse tabloïd, et assu­ra à ses lec­teurs que les arri­vants fran­çais « appart[enaient] natu­rel­le­ment à des écoles très dif­fé­rentes ; mais, pour autant qu’[il] sache, presque aucun d’entre eux à celle du com­mu­nisme ». Il qua­li­fia à plu­sieurs reprises les exi­lés qu’il avait ren­con­trés de « culti­vés », « hono­rables », « lit­té­raires », « de vrais mes­sieurs », et fit allu­sion aux réfu­giés hugue­nots fran­çais du XVIIe siècle, sug­gé­rant que les réfu­giés arti­sans qui avaient déjà trou­vé du tra­vail « enri­chiss[aient] ce pays comme il s’en­ri­chit de la révo­ca­tion de l’é­dit de Nantes ». Le plai­doyer d’Harrison dans le Times semble avoir eu un cer­tain suc­cès : « Les hommes d’Oxford veulent qu’un com­mu­niste arrive par le pro­chain train pour vivre avec eux. Des gens prompts à bien œuvrer offrent une mai­son et leur ami­tié. Un dépu­té envoie 100 £, une « vieille femme de ménage » envoie 5 £ », écrit un Harrison exci­té à son ami et rédac­teur en chef, John Morley, en février.

« Les élans de sym­pa­thie et les affi­ni­tés ont grande part dans l’his­toire des mou­ve­ments sociaux ; ren­con­trer un évé­ne­ment comme la Commune fut une expé­rience formatrice. »

Les posi­ti­vistes et l’Internationale réus­sirent avec un cer­tain suc­cès à dyna­mi­ser l’as­sis­tance finan­cière et pra­tique pour les com­mu­nards qui arri­vaient. Cependant, le réel sou­tien fut de courte durée ; le sen­ti­ment phi­lan­thro­pique qu’a­vait sus­ci­té Harrison com­men­ça à se tarir à mesure que le sort des réfu­giés de la Commune se voyait rem­pla­cé par de nou­velles causes cari­ta­tives. Harrison lui-même connut une rapide dés­illu­sion en ren­con­trant la réa­li­té de la Commune. La défense de celle-ci repo­sait sur une idéa­li­sa­tion uto­pique des classes popu­laires pari­siennes, qu’au­cune réa­li­té ne pou­vait recou­per. Après avoir mis les com­mu­nards de Paris sur un pié­des­tal, Harrison com­men­ça à se sen­tir à l’é­cart à mesure que les réfu­giés arri­vèrent. Il esti­ma éga­le­ment qu’il ne pour­rait jamais répa­rer les crimes de sa classe : « [P]our la plu­part des [réfu­giés com­mu­nards], et cer­tai­ne­ment pour les socia­listes, je crains de n’être qu’un bour­geois à la mode, dont l’aide ne sau­rait rem­bour­ser un mil­lième des misères que ma classe a cau­sées. » Le gouffre qui, selon Harrison, le sépa­rait des réfu­giés de la Commune contri­bua à carac­té­ri­ser les exi­lés com­mu­nards en Grande-Bretagne comme une com­mu­nau­té insu­laire. Les ten­ta­tives pour trou­ver des liens signi­fi­ca­tifs entre les orga­ni­sa­tions com­mu­nardes et les orga­ni­sa­tions bri­tan­niques bros­sèrent un tableau assez sombre. Il y eut quelques expres­sions offi­cielles de soli­da­ri­té, des efforts de col­lecte de courte durée et des ten­ta­tives pour for­mer des ins­ti­tu­tions col­la­bo­ra­tives — l’Union inter­na­tio­nale du tra­vail créée en 1877, par exemple — mais la plu­part de ces ini­tia­tives ne connurent pas de suc­cès tan­gible. Ces efforts montrent cepen­dant que les moyens de créer des alliances et d’ex­pri­mer la soli­da­ri­té exis­taient, mais que les pré­oc­cu­pa­tions ins­ti­tu­tion­nelles des orga­ni­sa­tions com­mu­nardes et des asso­cia­tions radi­cales ou pro­fes­sion­nelles bri­tan­niques les empê­chaient sou­vent de pour­suivre une cause com­mune. Cependant, les archives ne peuvent nous en dire plus. C’est sou­vent par des moyens plus dif­fus que la Commune a mar­qué la Grande-Bretagne.

Une culture de l’association

« Quiconque pre­nant le ton de l’o­pi­nion publique anglaise en sui­vant les organes qui sont com­mu­né­ment cen­sés l’in­car­ner, aurait été ame­né à conclure que l’hor­reur et la répro­ba­tion étaient des sen­ti­ments uni­ver­sels à l’é­gard de la Commune. Mais tous ceux qui auraient pu péné­trer dans les cercles de la classe ouvrière, qui, disons, auraient pu s’as­seoir avec des hommes autour des four­neaux d’un petit-déjeu­ner d’a­te­lier, ou dans les salles à man­ger ou les salles de lec­ture des ate­liers, auraient com­pris, des dis­cus­sions enten­dues, que l’o­pi­nion publique ne repré­sen­tait que l’a­vis d’une petite par­tie ; et que […] la sym­pa­thie du peuple était avec les com­mu­nistes. » Le genre de soli­da­ri­té que décrit Thomas Wright — « Journeyman Engineer5 », comme il s’ap­pe­lait lui-même — est dif­fi­cile à mesu­rer. Les sen­ti­ments de sym­pa­thie et les affi­ni­tés consti­tuent une part impor­tante de l’his­toire des mou­ve­ments sociaux ; décou­vrir un évé­ne­ment comme la Commune — que ce soit dans le cadre d’un cercle de lec­ture, sur le lieu de tra­vail ou à tra­vers une ami­tié avec un com­mu­nard en exil — fut une expé­rience for­ma­trice pour de nom­breux mili­tants radi­caux victoriens.

[Dans les rues de Liverpool | DR]

Nombre d’entre eux ont ren­con­tré la Commune via les conver­sa­tions infor­melles, les débats ani­més dans les pubs, les ras­sem­ble­ments en cercles res­treints et les réunions de quar­tier impromp­tues qui ont carac­té­ri­sé la vie des clubs radi­caux et la culture poli­tique pro­gres­siste à Fitzrovia. Cela leur a per­mis d’ex­pé­ri­men­ter des idées étran­gères à la tra­di­tion libé­rale popu­laire et de s’en­ga­ger de manière signi­fi­ca­tive avec les idées poli­tiques conti­nen­tales appor­tées par les com­mu­nards en exil. Fitzrovia était depuis long­temps un quar­tier dis­si­dent. Durant la seconde moi­tié du XIXe siècle, une foule d’ac­ti­vistes radi­caux — pour la plu­part laïcs, libres pen­seurs, vieux char­tistes, O’Brienites et membres de la Land and Labour League, de la Manhood Suffrage League et d’autres clubs radi­caux — orga­ni­saient leurs groupes dans des pubs, salles de réunion et halls de Fitzrovia. L’Hôtel de la Boule d’Or, sur Percy Street, était répu­té être le ber­ceau de l’AIT avant sa fon­da­tion offi­cielle, en 1864. L’association éta­blit ensuite son siège à proxi­mi­té de Rathbone Place.

« En Grande-Bretagne, cette vie sou­ter­raine des clubs fut le creu­set du radi­ca­lisme londonien. »

L’arrivée d’exi­lés com­mu­nards et d’autres réfu­giés révo­lu­tion­naires ne dépla­ça pas ces com­mu­nau­tés exis­tantes, mais fit plu­tôt de Fitzrovia un lieu où s’en­tre­la­çaient les mou­ve­ments radi­caux. Certains soirs, la salle de réunion à l’é­tage du pub Blue Posts sur Newman Street, par exemple, pou­vait accueillir une confé­rence sur les grèves des loyers ou la coer­ci­tion en Irlande, ou une réunion de per­sonnes vou­lant natio­na­li­ser les terres, de socia­listes inter­na­tio­naux, de com­mu­nards ou de laïcs, dont beau­coup vivaient et tra­vaillaient éga­le­ment dans la région. La socia­li­sa­tion poli­tique autour de cette par­tie de Londres façon­na de nou­velles alliances poli­tiques, de nou­velles idées, et contri­bua à créer des liens entre les mili­tants bri­tan­niques, fran­çais et inter­na­tio­naux qui fré­quen­taient les mêmes lieux. Les pubs, les clubs, les maga­sins et les rues de Fitzrovia devinrent des forums poli­tiques infor­mels où se reflé­taient cer­taines des cultures asso­cia­tives qui avaient été si impor­tantes durant la Commune.

[…] L’organisation de la Commune, en effet, s’en­ra­cine dans les quar­tiers et s’ap­puie sur une poli­tique d’as­so­cia­tion. Les com­mu­nards réfu­giés avaient été membres des clubs à Paris — ils for­mèrent, façon­nèrent et mirent en œuvre leur poli­tique à tra­vers la vie for­melle et infor­melle des clubs. Depuis les innom­brables orga­ni­sa­tions offi­cielles telles que le Club des Prolétaires, le Cercle des Jacobins et l’Association Républicaine qui s’or­ga­ni­saient autour de quar­tiers, jus­qu’aux cafés-cultures infor­mels au sein des­quels s’or­ga­ni­saient les oppo­sants à l’Empire, la poli­tique de la Commune s’ex­pri­ma à tra­vers l’as­so­cia­tion­nisme, qui avait à la fois des facettes éco­no­miques, poli­tiques et sociales. En 1871, les com­mu­nards exi­lés ame­nèrent avec eux nombre de ces modes d’or­ga­ni­sa­tion popu­laires à Londres. Par le biais de for­ma­tions poli­tiques, du réseau infor­mel des bou­tiques et des can­tines de Fitzrovia, des socié­tés phi­lan­thro­piques et édu­ca­tives, les modes de socia­li­sa­tion poli­tiques propres aux com­mu­nards — qu’ils soient ou non par­ta­gés avec d’autres — purent être uti­li­sés dans la socié­té lon­do­nienne alors en for­ma­tion, et ain­si don­ner nais­sance à de mul­tiples col­lec­tifs, les­quels mêlaient cer­taines pra­tiques des clubs anglais avec ceux de la Commune. En Grande-Bretagne, cette vie sou­ter­raine des clubs fut le creu­set du radi­ca­lisme lon­do­nien. La vie des pubs et des clubs per­mit de fédé­rer un mou­ve­ment dans un monde mar­qué par l’é­cla­te­ment des forces poli­tiques. Dans les années 1870, les com­mu­nards exi­lés, les socia­listes radi­caux et les répu­bli­cains membres des clubs se retrou­vèrent dans les pubs et les bou­tiques situés au nord d’Oxford Street — on ne peut qu’i­ma­gi­ner les myriades de conver­sa­tions poli­tiques qui s’y tinrent sans jamais entrer dans les archives.

[Les Chambres du Parlement et Big Ben en 1890, à Londres | Bridgeman Images]

Nombre des futurs cadres du socia­lisme anglais à la fin de la période vic­to­rienne firent ain­si connais­sance avec la Commune. Bien sou­vent, l’in­time et le poli­tique se confon­daient : réunions impro­vi­sées, par­tage d’un verre ou d’un repas, his­toires d’a­mour ou ami­tiés furent autant d’oc­ca­sions de sus­ci­ter des dis­cus­sions sur les idées de la Commune. Le dra­ma­turge socia­liste George Bernard Shaw […] ren­con­tra ain­si chaque semaine Richard Deck, un Alsacien exi­lé, lors de cours de chant — Shaw chan­tait en fran­çais tan­dis que Deck se char­geait de l’ac­com­pa­gner avec sa voix de basse. Ces moments menèrent à des dis­cus­sions sur la Commune et sur la manière dont les idées de Proudhon avaient influen­cé les évé­ne­ments de 1871. John Burns, syn­di­ca­liste, socia­liste et dépu­té de Battersea, décou­vrit le socia­lisme du conti­nent par l’en­tre­mise de son ami et col­lègue exi­lé Victor Delahaye alors qu’il n’é­tait qu’un jeune appren­ti ingé­nieur. Les deux hommes tra­vaillèrent main dans la main et furent sou­vent embau­chés ensemble dans la région de Londres et dans le South East, ce qui leur don­nait autant d’op­por­tu­ni­tés pour conver­ser. Eleanor Marx [fille de Karl Marx, ndlr] se lia avec le com­mu­nard Prosper-Olivier Lissagaray lors de la com­mé­mo­ra­tion de la Commune en 1872. L’amitié, les rela­tions sexuelles et les fian­çailles (ratées) qui s’en­sui­virent n’é­taient rien en com­pa­rai­son de leur col­la­bo­ra­tion intel­lec­tuelle. Eleanor tra­dui­sit la fameuse Histoire de la Commune de Paris de 1871 de Lissagaray, l’un des pre­miers ouvrages d’am­pleur sur l’é­vé­ne­ment — et, aujourd’­hui encore, l’un des plus réédi­tés. […] Et il y en eut d’autres, connus et moins connus qui, par­mi les acti­vistes, par­ti­ci­pèrent aus­si à des groupes de lec­ture, furent des par­te­naires sexuels, mirent en œuvre des pro­jets de tra­duc­tion et prirent part aux dîners des clubs avec les réfu­giés de la Commune.

« En 1880, une amnis­tie géné­rale fut accor­dée par le gou­ver­ne­ment fran­çais à tous les com­mu­nards condam­nés et inculpés. »

Ces inter­ac­tions spon­ta­nées fon­dées sur l’a­mi­tié ont per­mis d’af­fu­ter les idées d’in­tel­lec­tuels socia­listes anglais encore inex­pé­ri­men­tés. Leur com­pré­hen­sion du socia­lisme révo­lu­tion­naire fut per­mis par l’ai­sance avec laquelle ils purent inté­grer les conver­sa­tions poli­tiques auprès de ceux qui avaient pris part aux évé­ne­ments de 1871. Très sou­vent, les études sur la nature et les ori­gines du socia­lisme en Grande-Bretagne mettent l’ac­cent sur une excep­tion bri­tan­nique. Mais pour les socia­listes en deve­nir qui ren­con­trèrent un exi­lé en un lieu cha­leu­reux et à un moment favo­rable, la Commune les inté­gra à un monde plus vaste et leur ouvrit de nou­velles perspectives.

Après l’amnistie

En 1880, une amnis­tie géné­rale fut accor­dée par le gou­ver­ne­ment fran­çais à tous les com­mu­nards condam­nés et incul­pés. En consé­quence, la grande majo­ri­té des réfu­giés com­mu­nards retour­nèrent en France. Un petit nombre déci­da de res­ter en Grande-Bretagne, mais, au début des années 1880, la pré­sence décrois­sante des exi­lés et l’é­mer­gence de plu­sieurs socié­tés expli­ci­te­ment socia­listes en Grande-Bretagne signi­fièrent que la mytho­lo­gie de la Commune pou­vait désor­mais être reprise par les socia­listes bri­tan­niques, pas seule­ment en soli­da­ri­té avec les com­mu­nards fran­çais, mais dans le cadre d’une nou­velle tra­di­tion socia­liste bri­tan­nique. Dans les années 1870, il n’y avait pas eu de mou­ve­ment réso­lu­ment socia­liste en Grande-Bretagne. La majo­ri­té des célé­bra­tions de l’an­ni­ver­saire de la Commune dans les années 1870 ont été orga­ni­sées et sui­vies par des com­mu­nards en exil et des orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales, avec la pré­sence enthou­siaste mais numé­ri­que­ment faible de posi­ti­vistes bri­tan­niques, de laïcs et de membres des clubs radi­caux. Des mili­tants bri­tan­niques avaient été impli­qués avec des com­mu­nards ; ils contri­buaient aux célé­bra­tions, orga­ni­saient des évé­ne­ments et des dis­cus­sions, et par­ta­geaient des ami­tiés poli­tiques avec les exi­lés, mais la mémoire de la Commune était très bien entre­te­nue par les exi­lés vivants eux-mêmes. Pourtant, dans la décen­nie qui a sui­vi l’am­nis­tie fran­çaise, le voca­bu­laire employé lors des célé­bra­tions de la Commune en Grande-Bretagne allait trans­for­mer la Commune de « leur » Commune à « notre » Commune, et « Vive la Commune ! » devien­drait un puis­sant slo­gan au sein du socia­lisme britannique.

[Rue de Paris, détruite après la Commune | DR]

En d’autres termes, dans les années 1880, la Commune fut incor­po­rée dans la mytho­lo­gie, dans le canon du socia­lisme bri­tan­nique. Les pre­miers groupes socia­listes en Grande-Bretagne ont tous célé­bré la Commune chaque année. Comme le dit Ernest Belfort Bax, « la Commune est deve­nue le point de ral­lie­ment des socia­listes de toutes ten­dances. L’anniversaire de sa fon­da­tion est la grande fête socia­liste de l’an­née ». La Commune était suf­fi­sam­ment étran­gère pour trans­cen­der les que­relles régio­nales ou poli­tiques et réunir, une fois par an, des groupes socia­listes sou­vent dis­pa­rates dans une expres­sion d’u­ni­té par ailleurs rare. Les exi­lés com­mu­nards, après avoir lut­té pour réin­ven­ter leur ville, ont cher­ché la liber­té en Grande-Bretagne et ont trou­vé des « âmes sœurs » dans le monde poli­tique kaléi­do­sco­pique de la fin de l’ère vic­to­rienne à Londres. Ce fai­sant, ils ont lié leur lutte et leur his­toire à celle, longue, du radi­ca­lisme britannique.

La Commune a doté les socia­listes du monde entier d’un puis­sant cri de ral­lie­ment. En Grande-Bretagne, ce cri a été ren­du d’au­tant plus per­ti­nent par le fait que les com­mu­nards avaient réel­le­ment vécu en Grande-Bretagne — ils avaient tenu des réunions, échan­gé des his­toires et fait des pro­jets de ce côté-ci de la Manche. Bien sûr, les réa­li­tés et les nuances de ces idées, plans et expé­riences étaient sou­vent per­dues à mesure que les récits deve­naient plus fré­quents. Mais la légende en est deve­nue d’au­tant plus convain­cante. Le fait est que la Commune était arri­vée en Grande-Bretagne et que « les sédi­tieux agi­tés » de Paris avaient irré­vo­ca­ble­ment modi­fié le cours du socia­lisme britannique.


Traduit de l’anglais par Loez, Camille Marie et Roméo Bondon, pour Ballast | Laura C. Forster, « Building our Commune : exiles Communards in Britain », Roar, 23 avril 2021.

  1. Les cita­tions de la publi­ca­tions d’o­ri­gine ne sont pas réfé­ren­cées. Nous repro­dui­sons l’ar­ticle en sui­vant les choix ori­gi­naux [ndlr].
  2. Soit à peu près 1 500 com­mu­nards et leurs familles res­pec­tives [ndlr].
  3. Le posi­ti­visme est un système phi­lo­so­phique pen­sé par Auguste Comte qui, à par­tir d’une théo­rie de la connais­sance repo­sant sur la loi des trois « états », se carac­té­rise par le refus de toute spé­cu­la­tion méta­phy­sique et sur l’idée que seuls les faits d’expérience et leurs rela­tions peuvent être objets de connais­sance cer­taine. Après la révo­lu­tion de 1848, une par­tie du mou­ve­ment ouvrier fran­çais s’est tour­née, notam­ment par anti­clé­ri­ca­lisme, vers la doc­trine posi­ti­viste. Parmi les com­mu­nards, Victoire TinayreJean Robinet, Émile Sémérie sont des figures de ce cou­rant posi­ti­viste [ndlr].
  4. Série d’as­sas­si­nats et d’ex­plo­sions à Sheffield, dans les années 1860, per­pé­trée par un petit groupe de syn­di­ca­listes, à cause des condi­tions de tra­vail dans les usines de la ville [ndlr].
  5. Littéralement « Ingénieur iti­né­rant ».

REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion « Élisabeth Dmitrieff : fémi­niste, socia­liste, com­mu­narde », Carolyn J. Eichner, juillet 2021
☰ Lire notre semaine « La Commune a 150 ans », mars 2021
☰ Lire notre entre­tien avec Kristin Ross : « Le pas­sé est impré­vi­sible », novembre 2020
☰ Lire notre entre­tien « Michèle Audin raconte Eugène Varlin », avril 2019
☰ Lire « La Commune ou la caste — par Gustave Lefrançais », juin 2017

Sur le même sujet :
Laura C. Forster

Auteure et historienne vivant à Newcaslte. Elle enseigne l'histoire du XIXe siècle en Grande-Bretagne à l'Université de Durham.

Découvrir d'autres articles de




couverture du 11

Notre onzième et dernier numéro est disponible en librairie ! Vous pouvez également le commander sur notre site. Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Adèle, mettre au monde et lutter (Asya Meline) ▽ Quand on ubérise les livreurs (Rosa Moussaoui et Loez) ▽ Rencontre avec Álvaro García Linera ▽ Une laïcité française ? (avec Jean-Paul Scot et Seloua Luste Boulbina) ▽ Le communalisme comme stratégie révolutionnaire (Debbie Bookchin et Sixtine Van Outryve) ▽ Quand le poids est politique (Élise Sánchez) ▽ Regards (Aurélie William Levaux) ▽ La corrida d'Islero (Éric Baratay) ▽ Des jardins urbains et du béton (Camille Marie et Roméo Bondon) ▽ Dépasser l'idéologie propriétaire (Pierre Crétois) ▽ André Léo, toutes avec tous (Élie Marek) ▽ Des portes comme des frontières (Z.S.) ▽ Combien de fois (Claro) ▽ ode à ahmed (Asmaa Jama) ▽ La brèche (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.