Mélissa Blais : « Le masculinisme est un contre-mouvement social »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Le 6 décembre 1989, un homme pénètre dans l’école Polytechnique de Montréal avec une cara­bine semi-auto­ma­tique et un cou­teau de chasse. En une ving­taine de minutes, le dénom­mé Marc Lépine tue 14 per­sonnes : 14 femmes. Ses moti­va­tions sont expli­cites : au moment de tirer sur les étu­diantes qu’il a iso­lées dans une salle de classe, il crie « Je hais les fémi­nistes ! ». Dans la lettre qu’il laisse après son sui­cide, il déclare : « Mon acte est poli­tique. » Malgré ces inten­tions claires, il aura fal­lu 30 ans à la ville de Montréal pour recon­naître offi­ciel­le­ment qu’il s’agissait là d’un « atten­tat anti­fé­mi­niste ». La socio­logue Mélissa Blais fait par­tie de celles qui ont mili­té pour cela. Nous reve­nons avec elle sur l’i­déo­lo­gie des mou­ve­ments mas­cu­li­nistes qui, aujourd’­hui comme hier, avec ou sans actions d’é­clat, conti­nuent de lut­ter pour les « droits des hommes »  c’est-à-dire contre les reven­di­ca­tions fémi­nistes.


On com­mé­more aujourd’hui le 30e anni­ver­saire de l’atten­tat de Polytechnique : qu’est-ce qui a chan­gé, depuis ?

Au sor­tir de la tue­rie, on a tout de suite cher­ché à inter­pré­ter les causes de l’événement. Il ne s’agissait pas de remettre en ques­tion les faits : il n’y avait pas de force néga­tion­niste à l’œuvre. Mais les dis­cours qui ont été les plus pro­mus dans les médias met­taient de côté toute ana­lyse socio­lo­gique, en rédui­sant l’événement au geste d’un seul homme gui­dé par sa folie : il aurait com­mis l’irréparable et on ne pou­vait rien rete­nir de ses inten­tions. Or ce type de dis­cours s’opposait très ouver­te­ment aux ana­lyses fémi­nistes de la fusillade, qui visaient au contraire à rap­pe­ler les inten­tions du tueur. Et qui vou­laient sai­sir cette occa­sion pour agir ici et main­te­nant afin d’éviter la repro­duc­tion de ce type d’attentat. Les fémi­nistes ont beau­coup mili­té autour du thème de la vio­lence contre les femmes, ce qui per­met­tait d’inscrire l’attentat de Polytechnique dans un conti­nuum de violences.

« Sommes-nous aujourd’hui prêts à entendre les fémi­nistes qui dénoncent les dis­cours hai­neux qui les ciblent et qui cir­culent notam­ment sur le Web ? »

Durant les années qui ont sui­vi, les fémi­nistes étaient les seules à com­mé­mo­rer l’attentat, tan­dis que la bataille mémo­rielle per­sis­tait. Les dis­cours se sont légè­re­ment recon­fi­gu­rés au moment du 10e anni­ver­saire : il était davan­tage pos­sible d’admettre que le tueur avait agi avec des inten­tions, et des inten­tions miso­gynes — mais on était encore loin de recon­naître le carac­tère anti­fé­mi­niste de son acte. Ce que l’on rete­nait en termes de pré­ven­tion, c’est qu’il fal­lait s’attaquer à la vio­lence en géné­ral, à la vio­lence sous toutes ses formes. On amal­ga­mait ain­si la vio­lence contre les femmes et la vio­lence à la télé­vi­sion, la vio­lence dans les cours de récréa­tion… Ce fai­sant, on per­dait de vue la par­ti­cu­la­ri­té des vio­lences sexistes. On éva­cuait les spé­ci­fi­ci­tés du phé­no­mène socio­lo­gique des vio­lences contres les femmes, qui mérite une grille d’analyse particulière.

Mais les fémi­nistes ont pro­gres­si­ve­ment créé des brèches dans le dis­cours média­tique. Après 20 ans, leur dis­cours avait donc une plus grande place par­mi les inter­pré­ta­tions des causes de la tue­rie. On recon­nais­sait que Marc Lépine n’était pas un indi­vi­du iso­lé, que son geste s’inscrivait dans une socié­té où per­sis­taient des inéga­li­tés de genre. Mais il a fal­lu attendre 10 ans de plus et des efforts achar­nés de la part de cer­taines fémi­nistes (aujourd’hui regrou­pées sous la ban­nière « Comité 12 jours d’actions contre les vio­lences faites aux femmes ») pour que la plaque com­mé­mo­ra­tive qui annonce la place du 6‑dé­cembre-1989 à Montréal men­tionne clai­re­ment qu’il s’agit non seule­ment d’un « atten­tat » — et non d’une « tra­gé­die », comme c’était le cas jus­qu’a­lors —, mais aus­si d’un atten­tat anti­fé­mi­niste. C’est enfin une recon­nais­sance poli­tique forte des inten­tions du tueur et du phé­no­mène de l’antiféminisme. Mais jusqu’où ira cette recon­nais­sance ? Sommes-nous aujourd’hui prêts à entendre les fémi­nistes qui dénoncent les dis­cours hai­neux qui les ciblent et qui cir­culent notam­ment sur le Web ?

[Hannah Höch]

Pourquoi les actes de vio­lence anti­fé­mi­nistes ont-ils tant de mal à être recon­nus comme tels — et ce mal­gré les décla­ra­tions expli­cites du tueur ?

Pour le cas de Polytechnique, la dis­tance avec l’é­vé­ne­ment est une des rai­sons pour laquelle on le recon­naît beau­coup plus faci­le­ment aujourd’­hui comme tel. Distance tem­po­relle, d’abord. On peut aujourd’hui pen­ser que Lépine repré­sen­tait le « der­nier des dino­saures » et que la tue­rie s’est pro­duite à une autre « époque », celle de 1989, où per­sis­taient des inéga­li­tés entre hommes et femmes. Il s’agirait d’un temps désor­mais révo­lu, puisque le pro­blème serait réglé. On pro­gresse alors sur la com­pré­hen­sion des inten­tions mais on se détourne du pro­blème de fond, qui demeure actuel. Distance spa­tiale, ensuite. On qua­li­fie les évé­ne­ments dif­fé­rem­ment selon qu’ils nous touchent direc­te­ment où qu’ils se pro­duisent ailleurs. Il est par exemple plus facile, depuis la France, de par­ler d’attentat anti­fé­mi­niste à pro­pos de Polytechnique, car c’est le Québec qui a connu ce type de terreur.

À pro­pos de « ter­reur », jus­te­ment : vous avez éta­bli un paral­lèle entre l’attentat de Polytechnique et celui de la mos­quée de Québec, en 2017. Du fait, notam­ment, qu’aucun n’a été recon­nu comme acte ter­ro­riste. On a assis­té aux mêmes polé­miques en France à pro­pos de l’attaque de la mos­quée de Bayonne, deux ans plus tard. Qu’est-ce que ça nous dit du contexte raciste et sexiste de nos sociétés ?

« Les pro­blèmes de démo­cra­tie, c’est tou­jours en Chine qu’on les voit, jamais ici. Mais ces ter­ro­ristes domes­tiques révèlent des choses beau­coup plus subtiles. »

C’est tou­jours plus facile de croire que nous for­mons une grande col­lec­ti­vi­té unie autour d’un pro­jet natio­nal — c’est encore plus par­ti­cu­lier pour la France, qui est impré­gnée d’idéaux uni­ver­sa­listes — et de poin­ter les autres du doigt, que de recon­naître qu’il per­siste des pro­blèmes à l’intérieur de nos socié­tés. Les pro­blèmes de démo­cra­tie, c’est tou­jours en Chine qu’on les voit, jamais ici. Mais ces ter­ro­ristes domes­tiques révèlent des choses beau­coup plus sub­tiles, comme le har­cè­le­ment quo­ti­dien que vivent les femmes, les menaces qui visent les fémi­nistes (dans le cas de Polytechnique) ou l’islamophobie (dans le cas de la mos­quée de Québec). Et les forces poli­tiques domi­nantes, géné­ra­le­ment consti­tuées d’hommes pri­vi­lé­giés, refusent de voir ces injus­tices car elles ont un avan­tage à ce qu’on ne les voie pas : les voir, ça serait remettre en ques­tion la socié­té dont ils tirent des avantages.

Pour ce qui est de l’attentat à la mos­quée de Québec, les poli­tiques en ont plus rapi­de­ment recon­nu le carac­tère raciste, mais la logique du jeu élec­to­ral a suf­fi à les faire se rétrac­ter et à poli­cer leur dis­cours. Du côté des médias, leur pre­mier réflexe a été de faire de l’analyse psy­cho­lo­gique, qua­li­fiant le tueur de « fou ». Leur second réflexe a été d’interroger des proches, des témoins, c’est-à-dire de limi­ter la parole au vécu, au res­sen­ti, mais rare­ment de les inter­ro­ger à titre d’experts qui connaissent le phé­no­mène de l’islamophobie et auraient pu éclai­rer les moti­va­tions du tueur. Au lieu de sus­ci­ter des déci­sions auda­cieuses comme la mise sur pied d’une com­mis­sion d’enquête sur l’islamophobie, le gou­ver­ne­ment a, au contraire, fait voter la « loi 21 », qui cris­tal­lise les stig­ma­ti­sa­tions à l’endroit de la com­mu­nau­té musul­mane — sur­tout envers des femmes qui portent le fou­lard (comme en France, la loi se foca­lise sur l’interdiction du port du voile dans la fonc­tion publique).

[Hannah Höch]

Le plus inquié­tant, pour Polytechnique comme pour la mos­quée de Québec, est qu’on voit appa­raître des imi­ta­teurs, des hommes qui se sentent ins­pi­rés par les tueurs et qui cherchent à repro­duire leurs actes. Dans le cas de Marc Lépine, un bon exemple est celui de Donald Doyle. En 2005, il se dit être sa « réin­car­na­tion ». Il a dres­sé une liste de 26 fémi­nistes qu’il vou­lait assas­si­ner. Les poli­ciers l’ont arrê­té avant qu’il ne passe à l’acte. Ils ont retrou­vé chez lui une arme à feu, des balles et une lettre accom­pa­gnant la liste. Mais ce n’est qu’un exemple par­mi d’autres. Des graf­fi­tis signés « Marc Lépine II » accom­pa­gnaient la menace « Tuer toutes les fémi­nistes » dans les toi­lettes de la Faculté de génie de l’Université de Toronto en avril 1990. Et j’en passe1. On trouve aus­si sur Internet, sur les diverses pla­te­formes des incels — les céli­ba­taires invo­lon­taires —, des mes­sages qui héroïsent Lépine et invitent d’autres hommes à s’en ins­pi­rer. Dans le cas de l’attentat à la mos­quée de Québec, des menaces ont été pro­fé­rées à l’endroit de la com­mu­nau­té musul­mane, sans comp­ter les têtes de porcs dépo­sées devant des entrées de mos­quées et des graf­fi­tis hai­neux. De manière géné­rale, les actes ter­ro­ristes domes­tiques ont des consé­quences sur les groupes mar­gi­na­li­sés qui sont visés. Mais les hommes et les femmes poli­tiques échouent le plus sou­vent à pro­té­ger véri­ta­ble­ment ceux et celles qui en sont les cibles.

Ce type d’ac­tions vio­lentes voire cri­mi­nelles qui frappe les femmes est-il intrin­sè­que­ment lié à l’idéologie masculiniste ?

« Le mas­cu­li­nisme est géné­ra­le­ment com­po­sé d’hommes blancs hété­ro­sexuels issus de milieux assez pri­vi­lé­giés, qui consi­dèrent qu’ils ont beau­coup à perdre si les fémi­nistes progressent. »

Le mas­cu­li­nisme peut être pen­sé comme une com­po­sante du contre-mou­ve­ment antiféministe2. Et le propre d’un contre-mou­ve­ment est d’entretenir une rela­tion qua­si sym­bio­tique ou d’interdépendance avec le mou­ve­ment contre lequel il s’oppose. L’antiféminisme est aus­si un contre-mou­ve­ment social plu­riel, com­po­sé de dif­fé­rentes ten­dances, dont cer­taines sont effec­ti­ve­ment très viru­lentes — et d’autres moins. C’est seule­ment une petite frange de l’antiféminisme qui adopte cette pos­ture vio­lente. Parmi leurs actions pri­vi­lé­giées, on compte certes les actions directes et les menaces de mort, mais aus­si le lob­bying, la publi­ca­tion d’ouvrages ou le sou­tien aux hommes via des res­sources spé­cia­li­sées pour les hommes en dif­fi­cul­tés. Peu importe les tac­tiques mobi­li­sées ou la viru­lence de leurs pro­pos, l’ensemble des acteurs s’opposent aux reven­di­ca­tions du mou­ve­ment fémi­niste au nom de la pré­ser­va­tion des inté­rêts des hommes. Dans ma recherche doctorale3, je rap­pelle que le mas­cu­li­nisme est géné­ra­le­ment com­po­sé d’hommes blancs hété­ro­sexuels issus pour la plu­part de milieux assez pri­vi­lé­giés éco­no­mi­que­ment, qui consi­dèrent qu’ils ont beau­coup à perdre si les fémi­nistes progressent.

On ne peut pour­tant pas dire que les avan­cées fémi­nistes aient ren­ver­sé l’ordre mas­cu­lin en place, ces der­nières décennies !

Le plus sou­vent, ce n’est pas le chan­ge­ment lui-même mais plu­tôt l’impres­sion d’un chan­ge­ment qui serait contraire à leurs inté­rêts qui sti­mule les mou­ve­ments réac­tion­naires. C’est notam­ment le cas du mas­cu­li­nisme lorsque le mou­ve­ment fémi­niste acquiert une cer­taine visi­bi­li­té. Par exemple, lors­qu’au milieu des années 2000, le gou­ver­ne­ment annonce qu’il va allouer une cer­taine somme pour aider les mai­sons d’hébergement pour femmes vic­times de vio­lences conju­gales et les centres d’aide pour les vic­times de vio­lences sexuelles — c’est-à-dire des res­sources clai­re­ment iden­ti­fiées au fémi­nisme —, on observe une réac­tion contes­ta­taire très forte de leur part. De leur point de vue, ces orga­nismes contri­buent à retour­ner la socié­té contre les hommes en pro­té­geant les femmes. C’est bien la peur — une peur de pri­vi­lé­giés — qui est le moteur de leur mobi­li­sa­tion : la peur de perdre quelque chose qu’ils croient leur être enle­vée, mais qui est sus­ci­tée par des effets d’annonces et de média­ti­sa­tion. Et cette réac­tion anti­fé­mi­niste peut aller jusqu’à la mobi­li­sa­tion : j’ai pu réper­to­rier, par exemple, la dis­per­sion de clous sur le sta­tion­ne­ment d’un orga­nisme fémi­niste, des graf­fi­tis, des menaces de mort, etc.

[Hannah Höch]

Est-ce qu’on peut tra­cer des rela­tions claires entre les mou­ve­ments mas­cu­li­nistes et la droite poli­tique, qu’elle soit conser­va­trice ou nationaliste ?

C’est plus com­plexe que ça. Les mou­ve­ments mas­cu­li­nistes côtoient effec­ti­ve­ment, au quo­ti­dien, d’autres formes d’antiféminisme, comme l’antiféminisme reli­gieux conser­va­teur (les « anti-choix », s’op­po­sant au mou­ve­ment « pro-choix »), lequel s’organise pour limi­ter les droits repro­duc­tifs des femmes en plus de s’opposer aux droits des conjoints de même sexe. Or le dis­cours de la « crise » de la mas­cu­li­ni­té est repé­rable aus­si dans les orga­ni­sa­tions situées à gauche du spectre poli­tique, dont les milieux syn­di­caux. Au Québec, les mas­cu­li­nistes des orga­ni­sa­tions syn­di­cales vont notam­ment s’opposer à la non-mixi­té des comi­tés fémi­nistes qui existent à l’intérieur des syn­di­cats, arguant que les hommes vivent aus­si des pro­blèmes en tant qu’hommes. C’est donc dif­fi­cile de posi­tion­ner le mas­cu­li­nisme à la droite du spectre poli­tique, sans com­mettre l’erreur d’invisibiliser la pré­sence d’hommes dits de gauches qui s’approprient eux aus­si des élé­ments du dis­cours anti­fé­mi­niste mas­cu­li­niste pour leurs reven­di­ca­tions. À pro­pos de la rela­tion entre le mas­cu­li­nisme et l’extrême droite, cela reste à docu­men­ter pour le Québec — je m’y inté­resse pour un pro­chain pro­jet de recherche.

Que dira-t-il ?

« Des hommes dits de gauches s’approprient eux aus­si des élé­ments du dis­cours anti­fé­mi­niste mas­cu­li­niste pour leurs revendications. »

Il s’agit de voir plus pré­ci­sé­ment de quelle manière les mili­tants d’extrême droite sur Internet s’approprient cette rhé­to­rique mas­cu­li­niste pour ali­men­ter leur ana­lyse de la « crise de la mas­cu­li­ni­té blanche ». Or cette imbri­ca­tion de moti­va­tions racistes et miso­gynes, voire anti­fé­mi­nistes, semble pré­sente chez cer­tains auteurs d’attentats, dont Alexandre Bissonnette, le tueur de la mos­quée de Québec, qui avait fait des recherches sur des orga­ni­sa­tions fémi­nistes avant de s’en prendre à la mosquée.

Par « mas­cu­li­nisme », vous dési­gnez un ensemble de mou­ve­ments poli­tiques dont vous ajou­tez que les inté­rêts « rejoignent sou­vent ceux de tous les hommes ». Ces mou­ve­ments entendent-ils repré­sen­ter tous les hommes ou seule­ment une cer­taine forme de mas­cu­li­ni­té hégémonique ?

On se réfère sou­vent à la plu­ra­li­té des mas­cu­li­ni­tés éta­blie par la socio­logue Raewyn Connell et à son concept de « mas­cu­li­ni­té hégé­mo­nique ». Mais je crains que ce concept ne devienne un mot-valise. Si je pré­fère par­ler d’inté­rêts et de rap­ports sociaux plu­tôt que de « mas­cu­li­ni­tés », c’est parce que les études de la mas­cu­li­ni­té dérivent par­fois vers une psy­cho­lo­gi­sa­tion des iden­ti­tés de genre — comme ça a été le cas dans les études sur les mas­cu­li­ni­tés aux États-Unis — et oublient que, par-delà la psy­cho­lo­gie des êtres humains, se jouent des rap­ports de pou­voir. Connell a elle-même cru bon de pré­ci­ser qu’on ne peut pas pen­ser les mas­cu­li­ni­tés en soi et pour soi, comme si elles exis­taient sans rap­ports directs avec les fémi­ni­tés. Pour le dire avec mes mots, les iden­ti­tés de genre existent parce que des rap­ports sociaux les construisent. Ou plus sim­ple­ment encore : l’identité des hommes existe parce qu’ils ont inté­rêt à s’approprier des corps que l’on dit « fémi­nins ». Ainsi, à chaque fois qu’on ana­lyse une mas­cu­li­ni­té, qu’elle soit hégé­mo­nique ou subal­terne, il faut tou­jours la pen­ser dans sa rela­tion avec une fémi­ni­té qui lui correspond.

[Hannah Höch]

Au sujet de ces rap­ports de pou­voir, j’ajouterais que par­mi les plus viru­lents et les plus vin­di­ca­tifs des mas­cu­li­nistes, on dénonce le sou­tien aux femmes vic­times de vio­lences conju­gales en pré­ten­dant que les fémi­nistes ont mon­té de toute pièce le faux phé­no­mène de la vio­lence contre les femmes (arguant que la vio­lence serait aujourd’hui symé­trique entre hommes et femmes) pour s’accaparer les fonds publics et se créer de l’emploi. Si leurs reven­di­ca­tions sont accep­tées, beau­coup d’hommes vont pou­voir vio­len­ter en toute impu­ni­té leur conjointe. Et ça, c’est un avan­tage mas­cu­lin. Non pas parce que tous les hommes sont vio­lents, mais parce que tous les hommes vio­lents poten­tiels béné­fi­cie­ront du déman­tè­le­ment du réseau de sou­tien aux vic­times de vio­lences conju­gales et sexuelles. C’est une illus­tra­tion du fait que, même si cer­tains hommes refusent et militent contre ce type d’avantages, les inté­rêts des mas­cu­li­nistes sont en fait des inté­rêts beau­coup plus généraux.

« Si leurs reven­di­ca­tions sont accep­tées, beau­coup d’hommes vont pou­voir vio­len­ter en toute impu­ni­té leur conjointe. »

On pour­rait mon­trer la même chose en matière de divorce et de sépa­ra­tion lorsque la garde d’un enfant est en jeu : les asso­cia­tions de pères sépa­rés et divor­cés laissent croire que le tri­bu­nal et la magis­tra­ture se sont ultra-fémi­ni­sés, qu’ils sont contrô­lés par des fémi­nistes et que les pères y sont dis­cri­mi­nés lorsque la garde est octroyée uni­que­ment aux mères. Mais des enquêtes, menées notam­ment en France par la socio­logue Aurélie Fillod-Chabaud, démontrent que, dans ces situa­tions, lorsque le père reven­dique la garde alter­née ou par­ta­gée, c’est essen­tiel­le­ment pour évi­ter de payer une pen­sion ali­men­taire. Il est d’ailleurs révé­la­teur de voir que c’est quand une déci­sion poli­tique a impo­sé, dans les années 1990, le ver­se­ment auto­ma­tique et obli­ga­toire de la pen­sion ali­men­taire lorsqu’elle est recon­nue par un juge que les groupes de l’association Fathers 4 Justice se sont mul­ti­pliés. Au Québec, des groupes de pères sépa­rés ont, au début des années 2000, offert des conseils aux pères divor­cés ou sépa­rés pour ne pas payer la pen­sion ali­men­taire, en leur pro­po­sant des ser­vices d’avocats spé­cia­li­sés ou en leur sug­gé­rant de quit­ter leur emploi pour tou­cher l’aide sociale. Si les mas­cu­li­nistes en viennent à gagner et à impo­ser la garde alter­née obli­ga­toire, qui seront les gagnants ? Certainement pas les femmes vic­times de vio­lence conju­gale. Les pères n’auront plus à payer la pen­sion ali­men­taire, et il y a fort à parier que celles qui s’occuperont réel­le­ment des enfants seront dans la majo­ri­té des cas les mères ou les nou­velles conjointes des pères sépa­rés. Il y a donc un écart entre le dis­cours public des mas­cu­li­nistes d’une part et le conte­nu réel de leurs reven­di­ca­tions de l’autre.

Les mou­ve­ments mas­cu­li­nistes assu­més et consti­tués poli­ti­que­ment ne font-ils pas office d’épouvantails com­modes pour d’autres formes plus sub­tiles d’antiféminisme, dra­pées dans des reven­di­ca­tions « humanistes » ?

C’est une stra­té­gie dis­cur­sive fré­quente, pour les mili­tants anti­fé­mi­nistes, de se dis­tan­cier des mas­cu­li­nistes trop viru­lents en vue de se pré­sen­ter comme des acteurs cré­dibles. Les mas­cu­li­nistes ont atti­ré l’attention des médias grâce à des actions d’éclat : en France, Serge Charnay a cam­pé en haut d’une grue à Nantes à l’occasion du « Printemps des pères » en 2013 ; à Montréal, en 2005, des membres de l’association Fathers 4 Justice ont esca­la­dé la struc­ture du pont Jacques-Cartier et la croix du mont Royal, dégui­sés en super­hé­ros. Ces hommes savaient que les autres mili­tants les consi­dè­re­raient comme plus viru­lents ou plus com­ba­tifs que d’autres groupes qu’ils qua­li­fient eux-même d’« intel­lec­tuels ». Ils se voient en quelque sorte comme le bras mili­tant qui manœuvre, de façon très stra­té­gique, avec les plus intel­lec­tuels, pour que ces der­niers soient ensuite cré­dibles aux yeux de la popu­la­tion et des déci­deurs. D’ailleurs, envi­ron cinq ans après leur coup d’éclat, Fathers 4 Justice annonce sur son site Internet qu’ils n’ont plus besoin de recou­rir à ces actions directes parce que la popu­la­tion a enfin com­pris. Ils lais­saient ain­si la place aux « intel­lec­tuels ». Et effec­ti­ve­ment, autour de 2010, ce sont davan­tage les inter­ve­nants sociaux (par exemples les psy­cho­logues sociaux qui tra­vaillent dans les orga­ni­sa­tions de sou­tien aux hommes vio­lents, dans les groupes de pères) et les cher­cheurs uni­ver­si­taires qui prennent le devant avec un dis­cours nuan­cé et beau­coup moins viru­lent. Ils mobi­lisent diverses tac­tiques rhé­to­riques comme la pré­ten­tion à la ratio­na­li­té (contre la pré­ten­due émo­ti­vi­té des mili­tantes fémi­nistes), mais aus­si l’utilisation mas­sive du terme d’« éga­li­té » ou la réfé­rence à cer­taines fémi­nistes (contes­tées, comme Élisabeth Badinter en France), pour ne pas pas­ser pour anti­fé­mi­nistes. En somme, ces deux types de mili­tants se com­plètent. Il serait inté­res­sant de docu­men­ter davan­tage com­ment cette stra­té­gie — qui fonc­tionne très bien — a été pen­sée et éla­bo­rée par les plus viru­lents d’entre eux.

[Hannah Höch]

Quelles consé­quences ces mou­ve­ments ont-ils, en retour, sur les mou­ve­ments féministes ?

Au Québec, la situa­tion est très dif­fé­rente de la France. Ici, le mou­ve­ment fémi­niste est fort, struc­tu­ré : il est por­té par des orga­ni­sa­tions-para­pluie qui font de la défense de droits et qui ont des man­dats pour créer des rap­ports de force avec les déci­deurs. Or bien des fémi­nistes disent qu’il y a eu une per­cée des dis­cours mas­cu­li­nistes, de sorte que les défi­ni­tions des vio­lences (selon les­quelles, par exemple, les vio­lences sexistes et sexuelles sont majo­ri­tai­re­ment diri­gées à l’endroit des femmes et les auteurs sont majo­ri­tai­re­ment des hommes) sont actuel­le­ment remises en ques­tion. Il y a deux ans de cela, on a reti­ré les occur­rences du mot « femmes » sur les sites Web du Secrétariat à la condi­tion fémi­nine [équi­valent qué­bé­cois du Secrétariat d’État char­gé de l’é­ga­li­té entre les femmes et les hommes fran­çais, ndlr], lorsqu’il est ques­tion de « vio­lences contre », de manière à signi­fier que le gou­ver­ne­ment lutte contre toute forme de vio­lence, incluant la vio­lence des femmes contre les hommes en contexte conju­gal. Et ce chan­ge­ment — qui n’a pas duré, le site ayant été rema­nié — ne semble pas avoir été fait pour inclure les mino­ri­tés de genre ! J’ai aus­si ana­ly­sé les reculs au niveau des finan­ce­ments : tant dans les orga­nismes publics que dans les fon­da­tions phi­lan­thro­piques, on exige des groupes fémi­nistes qu’elles tra­vaillent avec les hommes, y com­pris pour celles qui ont des man­dats de non-mixi­té ou qui tra­vaillent auprès de vic­times de vio­lences. Certaines fémi­nistes témoignent même avoir per­du des finan­ce­ments pour avoir refu­sé de tra­vailler avec des groupes de pères ou avec des hommes vio­lents. Elles ont donc le choix entre la col­la­bo­ra­tion avec des asso­cia­tions mas­cu­li­nistes ou la perte de leur finan­ce­ment ! Les mas­cu­li­nistes n’ont pas gagné pour autant, mais ces élé­ments confirment qu’il se passe bien quelque chose au niveau politique.

Il y a aus­si des impacts au niveau orga­ni­sa­tion­nel. Au début des années 2000, les fémi­nistes ont dû faire face à de nom­breuses actions vio­lentes, menaces de mort, etc., et à chaque confé­rence ou ras­sem­ble­ment, plu­sieurs d’entre elles témoi­gnaient avoir peur. Elles ont aus­si été de plus en plus fri­leuses à orga­ni­ser cer­taines actions. Elles ont donc dû se doter de dis­po­si­tifs de sécu­ri­té, incluant des ser­vices d’ordre, en plus de col­la­bo­rer avec les poli­ciers — alors même qu’elles sont très cri­tiques du tra­vail des poli­ciers qui ne retiennent pas les plaintes des vic­times de vio­lences comme ils le devraient. Enfin, le dis­cours mas­cu­li­niste est par­fois inté­gré au réper­toire de contrôle des hommes vio­lents qui par­viennent à convaincre des femmes vic­times de vio­lences qu’elles sont elles-mêmes vio­lentes. Tout cela requiert une impli­ca­tion plus grande de la part de fémi­nistes dans l’intervention, dans l’accompagnement juri­dique, et conduit à un cer­tain essouf­fle­ment. Par contre, le mas­cu­li­nisme pro­duit aus­si des effets contraires à ses objec­tifs. Il agit comme un adver­saire struc­tu­rant du mou­ve­ment fémi­niste : c’est l’ennemi com­mun qui ral­lie mal­gré lui les fémi­nistes au-delà de leurs diver­gences poli­tiques ou ana­ly­tiques. À chaque 6 décembre, on voit bien que l’antiféminisme agit comme un moteur d’action et que c’est contre lui que les fémi­nistes se mobilisent !


Illustration de ban­nière : Hannah Höch


  1. On pour­ra se repor­ter à l’ar­ticle de Mélissa Blais, « Marc Lépine : héros ou mar­tyr ? », paru dans l’ou­vrage Le Mouvement mas­cu­li­niste au Québec : l’antiféminisme démas­qué en 2015.
  2. Dans l’in­tro­duc­tion au col­lec­tif Le Mouvement mas­cu­li­niste au Québec : l’an­ti­fé­mi­nisme démas­qué qu’ils ont diri­gé, Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri défi­nissent le mas­cu­li­nisme comme un mou­ve­ment « englob[ant] un ensemble d’in­di­vi­dus et de groupes qui œuvrent à la fois pour contrer le fémi­nisme et pour pro­mou­voir le pou­voir des hommes » ; il peut être qua­li­fié de « contre-mou­ve­ment » au sens où on parle de « contre-révo­lu­tion » : « chaque fois qu’il y a un vaste mou­ve­ment d’é­man­ci­pa­tion, les domi­nants se mobi­lisent pour contre-atta­quer ».
  3. La thèse de Mélissa Blais est acces­sible en ligne.

REBONDS

☰ Lire notre article « Audre Lorde : le savoir des opprimées », Hourya Bentouhami, mai 2019
☰ Lire notre article « Les féministes haïtiennes de tous les combats », Fania Noël, mars 2019
☰ Lire notre entretien avec Mona Chollet : « Construire une puissance au féminin », septembre 2018
☰ Lire la rencontre « Ce qui fait peur, c’est l’alliance », juin 2018
☰ Lire notre entretien avec Christine Delphy : « La honte doit changer de bord », décembre 2015
☰ Lire notre entretien avec Bérengère Kolly : « La fraternité exclut les femmes », octobre 2015

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.