Christine Delphy : « La honte doit changer de bord »


Entretien paru dans le n° 2 de la revue papier Ballast

« Il y a eu — et il y a tou­jours — un sys­tème poli­ti­co-média­tique qui tra­vaille à effa­cer nos traces, nos luttes », assure Christine Delphy, que nous retrou­vons dans un café une fin d’a­près-midi. Essayiste et acti­viste fémi­niste, maté­ria­liste (en ce qu’elle s’at­tache à l’exa­men des rap­ports sociaux concrets) et mar­xienne (en ce qu’elle puise dans l’hé­ri­tage mar­xiste sans jamais s’y subor­don­ner), elle mili­ta aux États-Unis pour les droits civiques des Afro-Américains, por­ta la gerbe de fleurs lors de la célèbre mani­fes­ta­tion autour de la tombe du sol­dat incon­nu, lut­ta pour le droit à l’avortement, cofon­da Les Gouines rouges et lan­ça les revues Questions fémi­nistes et Nouvelles ques­tions fémi­nistes, aux côtés de Simone de Beauvoir. Sa parole — radi­cale et toute d’hu­mour piquant — irrite par­fois, y com­pris au sein de cer­tains espaces fémi­nistes ; pros­ti­tu­tion, fou­lard, genre, laï­ci­té, arti­cu­la­tion des oppres­sions : nous reve­nons à ses côtés sur ce long par­cours de luttes.


delphyVous avez fait savoir votre aga­ce­ment lorsqu’on vous somme d’expliquer de quelle manière vous « arti­cu­lez » fémi­nisme et com­bat social. Peut-on com­men­cer là-des­sus ?

Sauf pour les mili­tants socia­listes ou mar­xistes les plus ortho­doxes, ils ont un peu arrê­té. Pour les gens de gauche, qu’ils soient théo­ri­ciens ou non, c’était une façon d’évacuer le fémi­nisme en nous deman­dant, en effet, de quelle façon nous l’articulions avec l’anticapitalisme. Et si nous n’y arri­vions pas, nous étions éjec­tées. Ma réponse était : il faut déjà admettre qu’il y a une exploi­ta­tion patriar­cale car, pour ma part, j’ai tou­jours été d’accord sur le fait que le capi­ta­lisme exis­tait. J’attendais donc le jour où ils allaient admettre l’existence du patriar­cat. Pourquoi était-ce for­cé­ment à nous de cher­cher cette arti­cu­la­tion ; pour­quoi n’avaient-ils pas, eux, à cher­cher — à trou­ver, même — la manière d’articuler l’anticapitalisme au fémi­nisme ? Au fond, ce n’était rien d’autre qu’une tac­tique pour éva­cuer la ques­tion de l’exploitation des femmes.

C’est une que­relle dépas­sée ?

En par­tie, oui. À cause des rap­ports de forces. Regardez la façon dont, aujourd’hui, on parle des musul­mans et de l’islam ; on demande sys­té­ma­ti­que­ment si l’islam est com­pa­tible avec la démo­cra­tie. Imaginons un rap­port de forces inver­sé : on pour­rait se deman­der si la démo­cra­tie est com­pa­tible avec l’islam. Qui pose la ques­tion à qui ?

Dans les deux tomes de L’Ennemi prin­ci­pal, vous évo­quez les fémi­nistes d’extrême gauche qui refusent d’avoir à trai­ter avec les « femmes bour­geoises » au nom de la seule défense des femmes ouvrières. En quoi cela vous posait-il pro­blème ?

« Il faut déjà admettre qu’il y a une exploi­ta­tion patriar­cale car, pour ma part, j’ai tou­jours été d’accord sur le fait que le capi­ta­lisme exis­tait. »

Pour les mêmes rai­sons. C’était une manière d’évacuer une ques­tion plus pro­fonde, celle de l’oppression des femmes en tant que femmes. Il fal­lait donc dire qu’il n’existait aucune uni­té entre les femmes, en leur sein, en tant que classe de femmes. Elles refu­saient de voir la carac­té­ris­tique qui les unis­sait — d’autant qu’une bour­geoise ne l’était que par la classe de son mari ! Bien sûr que les femmes ne forment pas un groupe homo­gène, mais quel est celui qui l’est ? Cela dit, de nos jours, je pense qu’on n’évoque plus le débat en ces termes — je m’exprimais là dans les années 1980 et 1990. Rosa Luxemburg, par exemple, qui trai­tait les « femmes bour­geoises » de « para­sites » et esti­mait n’avoir rien à faire avec elles, devait prou­ver qu’elle était du « bon côté » et, pour ça, tenait à se déso­li­da­ri­ser com­plè­te­ment et vio­lem­ment des bour­geoises : oui, elles étaient des para­sites, c’est vrai, mais comme l’étaient les grands valets de pied décrits par Proust que l’on payait pour être déco­ra­tifs ! Mais ça ne veut pas dire qu’ils étaient libres…

Angela Davis disait ne pas se recon­naître, quand elle com­men­ça à mili­ter, dans ce qu’elle appe­lait les fémi­nistes bour­geoises, blanches, etc.

Elle était au Parti com­mu­niste, il était donc nor­mal qu’elle ne se sente aucune affi­ni­té avec. Les divi­sions de genres n’étaient pas encore recon­nues. Si vous ne connais­sez pas cette divi­sion, vous ne pou­vez pas iden­ti­fier les points com­muns qui existent dans une même classe de genre : vous êtes obli­gée d’admettre que, oui, d’accord, les femmes ont un sort un peu plus dur que les hommes de la même classe sociale, mais votre uni­vers théo­rique, et donc votre vision au quo­ti­dien, reste orien­tée vers une seule et même divi­sion : bour­geois et pro­lé­taires. Elle ne dirait sans doute plus la même chose aujourd’hui.

delphy-in

(DR)

Dans le Manifeste du par­ti com­mu­niste, Marx et Engels évoquent de façon posi­tive le patriar­cat. Ils parlent des rela­tions « patriar­cales et idyl­liques » que la bour­geoi­sie a détruites au pro­fit du « cal­cul égoïste » et du « paie­ment comp­tant ». Comment per­ce­vez-vous ça ?

Ce n’est pas que Marx, d’ailleurs : Victor Hugo et d’autres en font le même usage à cette période. Le patriar­cat n’était pas une époque de l’Histoire mais la recons­ti­tu­tion d’une vie rurale, cen­trée autour de la famille, avec un chef bien­veillant à barbe blanche et une éco­no­mie fru­gale.

Dans un de vos textes, vous avez sépa­ré le fémi­nisme socia­liste du fémi­nisme radi­cal. Tout en vous récla­mant du second et en vous reven­di­quant du mar­xisme et du maté­ria­lisme. Pour les per­sonnes exté­rieures à ces ques­tions, ces mots sonnent sou­vent comme bon­net blanc et blanc bon­net !

« J’ai tou­jours lut­té pour qu’aucune femme ne puisse être reje­tée du mou­ve­ment, sur quelque base que ce soit. »

Il faut dire en plus que le mot « radi­cal » a un sens dif­fé­rent dans chaque pays ! Il n’est pas le même en France, aux États-Unis, etc. La notion de fémi­nisme radi­cal, c’est un petit groupe, dont j’étais, qui l’a mise en cir­cu­la­tion en France. Je venais, avant cela, d’un groupe qui se nom­mait, au début des années 1970, « Féministes révo­lu­tion­naires ». Il y avait dif­fé­rentes ten­dances au sein des mou­ve­ments fémi­nistes à cette époque. Notre posi­tion à nous était de dire : nous pre­nons toutes les femmes, nous refu­sons d’en exclure cer­taines pour des rai­sons sociales ou éco­no­miques, nous refu­sons d’en lais­ser sur le bord de la route. J’ai tou­jours lut­té pour qu’aucune femme ne puisse être reje­tée du mou­ve­ment, sur quelque base que ce soit. Ce qui m’a d’ailleurs conduite à m’opposer à quelques groupes de les­biennes radi­cales qui esti­maient que les femmes hété­ro­sexuelles étaient des « col­la­bo­ra­trices » de l’ordre patriar­cal. J’ai lut­té contre ça à l’intérieur même de ma propre revue, qui a écla­té à cause de ça — c’est pour cette rai­son qu’elle est pas­sée de Questions fémi­nistes à Nouvelles ques­tions fémi­nistes. Et, de la même façon, je lutte contre l’idée que les femmes musul­manes, parce qu’elles portent un fou­lard, doivent être exclues de l’école ou des mou­ve­ments fémi­nistes.

Vous vous diriez tou­jours « révo­lu­tion­naire » ?

Militer, c’était cafés, bières, ciga­rettes, et des réunions inter­mi­nables… Mais j’ai arrê­té de fumer ! (rires) Militer, à cette époque, c’était tous les soirs. Mais oui, je conti­nue­rais à me défi­nir comme ça. Et encore plus main­te­nant. Ce mot n’est pas pas­sé de mode ; il ne signi­fie pas mas­sacres et camps. Il ren­voie à un chan­ge­ment radi­cal. Et, jus­te­ment, comme nous ne vou­lions pas reprendre le mot « révo­lu­tion­naire », car ce groupe avait ces­sé de fonc­tion­ner, on a par­lé de« fémi­nisme radi­cal ». Mais c’était la même idée — « radi­cal », c’est prendre les choses à la racine.

Votre article sur les femmes et l’Afghanistan a fait date. Vous l’aviez publié dans Le Monde diplo­ma­tique en 2002. Puis vous vous êtes impli­quée, en 2004, sur la loi contre les signes osten­ta­toires à l’école, jusqu’à deve­nir une des voix les plus enten­dues du fémi­nisme sur ces ques­tions, liées, d’une façon ou d’une autre, aux musul­mans…

… Car ce sont celles qui se posent ! Le fémi­nisme n’a pas un che­min tra­cé d’avance — sauf pour les sec­taires qui res­tent coin­cés sur des ques­tions qui n’ont plus de sens à l’heure qu’il est. On avait fon­dé la Coalition inter­na­tio­nale contre la guerre — qui a comp­té jusqu’à douze per­sonnes, quand même ! (rires) Je voyais les images tour­ner en boucle sur ma télé­vi­sion, je deve­nais folle : per­sonne ne disait rien sur les décla­ra­tions ahu­ris­santes de Bush et sur la guerre que l’on sen­tait arri­ver. En ren­trant à Paris, j’ai contac­té Willy Pelletier et on a écrit un texte. J’avais employé le mot « impé­ria­liste » mais il le trou­vait un peu vieux jeu : le mot n’était plus employé nulle part ! Y com­pris à gauche. C’était trois semaines après les atten­tats du 11 sep­tembre. On nous a repro­ché, à la pre­mière lec­ture devant la fon­da­tion Copernic, de ne pas faire preuve de com­pas­sion à l’endroit des vic­times. Mais il n’y avait que ça, depuis trois semaines, de la com­pas­sion ! On pou­vait en faire six volumes. On était d’accord, mais rien n’obligeait à com­men­cer, nous aus­si, par une prière. On nous a dit que la guerre n’aurait peut-être pas lieu. Bien sûr qu’elle allait écla­ter ! On a donc mon­té cette coa­li­tion, avec Daniel Bensaïd, Jacques Bidet, Catherine Lévy, etc. Internet était encore sous-déve­lop­pé ; je regar­dais la BBC, je lisais The Guardian et The Independent. Je lisais aus­si beau­coup les tra­vaux de Robert Fisk. Il fal­lait don­ner une contre-infor­ma­tion face au déluge d’informations proat­lan­tistes qui inon­dait la France. La presse fran­çaise n’avait même pas de cor­res­pon­dants en Afghanistan, ni même au Pakistan ! Les jour­na­listes envoyés ne connais­saient rien à l’histoire de l’Afghanistan, et ça n’a pas chan­gé. Prenez seule­ment la bur­qa : comme si elle était l’œuvre des tali­bans !

delphyin4

(DR)

Dans le film Je ne suis pas fémi­niste, mais..., vous par­lez de la dimen­sion « tota­li­taire » d’une cer­taine forme de laï­ci­té et…

… Oui, ce que les laï­cards appellent « la laï­ci­té à la fran­çaise » ! Pas la laï­ci­té en tant que telle. Elle est un dévoie­ment de la laï­ci­té. Je ne suis pas la seule à le dire : le socio­logue Jean Baubérot, qui n’est pas un extré­miste, parle lui aus­si de « laï­ci­té fal­si­fiée ». Elle n’a plus rien à voir, mal­heu­reu­se­ment, avec la loi de 1905, qui, au contraire, garan­tit la liber­té reli­gieuse et la liber­té d’opinion. On parle tout le temps de liber­té d’expression, on défile pour ça dans les rues suite aux atten­tats contre Charlie Hebdo, mais leur liber­té d’expression ne concerne pas celle d’être reli­gieux ! En tout cas, de croire en une reli­gion par­ti­cu­lière : l’islam. L’article 9 de la Convention euro­péenne de sau­ve­garde des droits de l’Homme et des liber­tés fon­da­men­tales est clair là-des­sus : « Toute per­sonne a droit à la liber­té de pen­sée, de conscience et de reli­gion ; ce droit implique la liber­té de chan­ger de reli­gion ou de convic­tion, ain­si que la liber­té de mani­fes­ter sa reli­gion ou sa convic­tion indi­vi­duel­le­ment ou col­lec­ti­ve­ment, en public ou en pri­vé. » C’est simple, ça prend trois lignes. Mais le nou­veau caté­chisme nous explique que la reli­gion doit res­ter dans le pri­vé. Pas du tout ! Dire qu’on est libre de faire ce qu’on veut dans le pri­vé, ce n’est pas de la liber­té : cha­cun est déjà libre de faire ce qu’il veut dans sa salle de bains. Et Hollande est même allé jusqu’à dire que la reli­gion était de l’ordre de l’intime ! Où a‑t-il vu ça ? Il n’est pas capable de payer un conseiller pour lire les textes fon­da­teurs ? Je m’excuse, mais pra­ti­quer sa reli­gion, ce n’est pas comme sa toi­lette intime ! On devrait donc pra­ti­quer sa reli­gion dans un bidet ? (rires)

Dans Classer, domi­ner, vous ima­gi­nez un fémi­nisme qui puisse être avec et non pas contre l’islam. Que faites-vous de ces fémi­nistes, comme l’anarchiste Emma Goldman, qui consi­dé­raient la reli­gion comme une source d’oppression et d’aliénation des femmes, et qu’il fal­lait en finir avec les reli­gions pour libé­rer les femmes ?

« Le nou­veau caté­chisme nous explique que la reli­gion doit res­ter dans le pri­vé. Pas du tout ! Dire qu’on est libre de faire ce qu’on veut dans le pri­vé, ce n’est pas de la liber­té. »

Ou bien on prend le monde tel qu’il est, et on essaie de le chan­ger — paci­fi­que­ment, si pos­sible —, ou bien on essaie d’éliminer les reli­gions — mais on a vu ce que cela donne, en Union sovié­tique ou ailleurs : l’Église devient un lieu de résis­tance contre la tyran­nie d’État. On n’y peut rien, la plu­part des gens dans le monde ont foi en une reli­gion. Alors, sauf à vou­loir les éli­mi­ner, il faut faire avec… Ou on tra­vaille avec la réa­li­té, ou on est dans l’imaginaire. Et je vous dis ceci alors que, per­son­nel­le­ment, je ne crois pas en Dieu. Il y a quelque chose de rin­gard dans ce débat. On retrouve les mêmes choses avec les femmes musul­manes, aujourd’hui. On parle d’elles sans leur par­ler. Ce sont des femmes comme les autres. Ils disent qu’elles veulent res­ter au foyer mais les mêmes veulent les virer des uni­ver­si­tés — pour­quoi y vont-elles si elles n’ont pas l’intention de tra­vailler ? On a créé un col­lec­tif qui s’appelle le Collectif des fémi­nistes pour l’Égalité, avec des femmes qui portent le fou­lard et d’autres non.

Comment réagis­sez-vous lorsque vous enten­dez des femmes, issues de milieux musul­mans, qui dénoncent vio­lem­ment le voile comme sym­bole sexiste et patriar­cal (elles sont nom­breuses, mais l’exemple le plus célèbre est sans doute le petit pam­phlet Bas les voiles ! de l’écrivaine fran­co-ira­nienne Chahdortt Djavann) ?

On dit, à pro­pos du fou­lard : « Il y a des pays où on oblige à le por­ter. » Mais nous par­lons de la France, du cas fran­çais, de jeunes filles fran­çaises et de l’école fran­çaise ! Le voile n’est pas obli­ga­toire ici, à ce que je sache. On ne peut pas mélan­ger les plans, les temps et les ter­ri­toires. Est-ce parce que le voile est obli­ga­toire en Iran qu’il faut l’interdire en France ? Dans cer­tains pays, l’eau n’est pas potable ; est-ce une rai­son pour ne pas en boire au robi­net ici ? C’est le mes­sage que j’ai le plus de dif­fi­cul­tés à faire pas­ser. Et j’aurais un tout autre dis­cours si je vivais en Iran, jus­te­ment : je m’adapte à la tem­pé­ra­ture locale. On demande aus­si si le voile est avant tout cultu­rel ou reli­gieux. Prenez la cathé­drale de Chartres et faites savoir que vous allez la détruire : vous croyez que seuls les catho­liques vont s’indigner ? Bien sûr que non. On va dire que ça fait par­tie du patri­moine archi­tec­tu­ral com­mun. Donc à quel moment un sym­bole reli­gieux devient-il un sym­bole cultu­rel ?

dellphyin2

(DR)

Vous accep­tez qu’une femme puisse por­ter le voile au nom du libre choix, mais vous sem­blez contes­ter le libre choix d’une femme qui tient à se pros­ti­tuer : certain.e.s vous reprochent cette posi­tion.

Il semble que ça soit à la mode de lier ça ! Je ne suis pas d’accord ; ça ne relève pas du même ordre. Il n’est pas ques­tion, à mes yeux, d’interdire aux femmes de se pros­ti­tuer. Seulement de péna­li­ser les clients. On m’objecte ce sophisme : péna­li­ser les clients, c’est péna­li­ser les pros­ti­tuées. Comme si, du jour au len­de­main, il n’y aurait plus de clients ! J’entends ça sans arrêt. On dit que ça condui­ra les pros­ti­tuées vers des endroits plus dan­ge­reux, comme si un endroit était, en soi, dan­ge­reux : il l’est parce que des gens le rendent dan­ge­reux. Autrement dit : le dan­ger poten­tiel pour une pros­ti­tuée, c’est donc de se retrou­ver seule avec un homme, un client. Dans les bor­dels alle­mands, il existe des « bou­tons de panique » dans les chambres. Pourquoi ? On nous dit pour­tant que c’est un endroit sur­veillé, pré­vu pour ça. Le dan­ger, c’est donc le client — et ça, les défen­seurs de la pros­ti­tu­tion ne veulent pas l’admettre. Le livre Elles ont fait recu­ler l’industrie du sexe explique les résul­tats concrets des pays scan­di­naves en matière d’abolitionnisme : aucun client n’a été en pri­son, ils ont seule­ment eu des amendes. Mais ça com­mence à chan­ger la vision des gens sur l’achat de ser­vices sexuels. Notre idée, en sou­te­nant cette loi de péna­li­sa­tion, est d’entamer une réédu­ca­tion du pays — mais douce, pas comme les camps viet­na­miens. (rires) La honte doit chan­ger de bord.

Acceptez-vous le terme de « tra­vailleurs du sexe » que le syn­di­cat du STRASS uti­lise ?

« La pros­ti­tu­tion nuit à toutes les femmes, et pas seule­ment à celles qui la pra­tiquent, car elle induit une croyance : celle que les hommes ont un droit d’accès au corps des femmes. »

Non, non, non ! Ce n’est pas un tra­vail comme un autre. Est-ce qu’un esclave est un tra­vailleur comme un autre ? Je dis sim­ple­ment : il ne vaut mieux pas que ça devienne « un métier comme un autre », mais il ne faut pas l’interdire. Si c’est un métier comme un autre, comme ils le disent, il est très spé­cial : il est réser­vé aux femmes et on ne peut pas le dis­so­cier de l’oppression et de l’exploitation éco­no­mique des femmes.

Il y a aus­si des hommes pros­ti­tués. À com­men­cer par Thierry Schaffauser, qui a écrit La Lutte des putes.

Les femmes sont la grande majo­ri­té, tout le monde le sait. Vous savez com­bien ils sont au STRASS ? Faut pas se foutre du monde ! On en fait des tar­tines avec eux, comme s’ils repré­sen­taient quelque chose. Et je dis bien « ils », car ils comptent beau­coup d’hommes et de trans­sexuels. Ce qu’on pour­rait faire, d’un point de vue légal, c’est aug­men­ter les aides pour per­mettre aux pros­ti­tuées, femmes, hommes et trans­sexuels, de trou­ver d’autres pro­fes­sions. 90 % des pros­ti­tuées, ici, sont issues de la traite (des femmes d’Europe de l’Est, d’autres d’Afrique noire — avec ce que ça com­porte d’atrocités, de menaces et de réseaux mafieux) : pour­quoi les défen­seurs de la pros­ti­tu­tion ne parlent-ils, sys­té­ma­ti­que­ment, que des 10 % (ou 8, ou 12, qu’importe) de pros­ti­tuées volon­taires ? D’autant que les poli­ciers estiment que ce n’est pas pos­sible de res­ter dans la rue plus de six mois sans proxé­nète. La pros­ti­tu­tion nuit à toutes les femmes, et pas seule­ment à celles qui la pra­tiquent, car elle induit une croyance : celle que les hommes ont un droit d’accès au corps des femmes. Pénaliser per­met­trait de dimi­nuer ce pri­vi­lège. Sans par­ler du fait que je trouve immo­ral qu’on puisse ache­ter des indi­vi­dus.

Les anti-abo­li­tion­nistes vous diront que vous tom­bez là dans le « mora­lisme ».

Une poli­tique a tou­jours une morale ! La pro­tec­tion des ouvriers, leur défense en cas de licen­cie­ments, leurs condi­tions de tra­vail, ce n’est pas une morale, ça ? Tout a une dimen­sion morale.

Vous avez fait état de votre désac­cord avec Judith Butler, quant à son rap­port à la domi­na­tion, au pou­voir et à la sexua­li­té. D’autres diver­gences vous séparent-elles de sa pen­sée ?

Butler ne parle jamais des condi­tions maté­rielles, de l’oppression éco­no­mique. Tout ça n’existe pas pour elle. Elle ne consi­dère que la domi­na­tion sur un plan idéo­lo­gique. C’est le pro­blème du post­marxisme, aux États-Unis et main­te­nant en France. Butler écrit des choses par­fois stu­pé­fiantes : on pour­rait ne plus consen­tir à la vio­lence — il y a des tas de cas où l’agresseur ne se sou­cie pas vrai­ment du consen­te­ment… Je conteste aus­si sa vision du genre, dans sa vision queer : elle ne veut pas abo­lir les genres, elle est très claire là-des­sus, elle veut les élar­gir, les « brouiller ». Imaginez que vous par­liez comme ça des classes. On « brouille » les classes ? Un patron passe une heure comme frai­seur et un ouvrier une heure en réunion avec d’autres patrons ? Il ne faut pas « brouiller » les lignes : il y a un sys­tème d’oppression, il faut le démo­lir. Je suis un petit peu car­rée là-des­sus. Butler ne veut pas détruire la divi­sion de genres mais la rendre moins « binaire » (tous les queers parlent sans cesse de « bina­ri­té ») : il y en aurait cin­quante, des genres, que ça serait la même chose ! Aux États-Unis ou au Brésil, il y a des gens de toutes les cou­leurs mais, au final, ça va de blanc à noir. C’est une seule dimen­sion sur laquelle vous pou­vez avoir des notes dif­fé­rentes, mais la nota­tion existe : il vaut mieux être tout blanc.

delphyin5

(DR)

Vous sen­tez-vous mino­ri­taire, voire mise à la marge, dans le fémi­nisme contem­po­rain ?

Oui et non. Commençons par le plus évident : je suis entre deux chaises. Je ne suis pas d’accord avec les mou­ve­ments anti-fou­lard (comme la Marche mon­diale des femmes, le Collectif natio­nal pour les droits des femmes — même s’ils sont peut être en train de chan­ger) et, d’un autre côté, bien des femmes que je connais, et qui sont favo­rables au droit de por­ter le fou­lard, sont favo­rables à la pros­ti­tu­tion (et, donc, contre la péna­li­sa­tion)… Je suis mino­ri­taire dans tous les groupes. Ce qui m’empêche par­fois d’aller dans un endroit ou dans un autre.

Vous aviez cri­ti­qué Bourdieu comme faux-ami de l’émancipation fémi­nine. Il existe une que­relle ter­mi­no­lo­gique : un homme peut-il être « fémi­niste » ou doit-il seule­ment se dire « pro-fémi­niste » ?

« Je suis mino­ri­taire dans tous les groupes. Ce qui m’empêche par­fois d’aller dans un endroit ou dans un autre. »

Les hommes vrai­ment fémi­nistes que je connais — il n’y en a pas des masses — se déclarent d’eux-mêmes pro-fémi­nistes. Ils estiment qu’ils ne peuvent pas être dans les chaus­sures d’une femme, et c’est vrai. Ils essaient donc de faire leur part et, sur­tout, de ne pas par­ler à la place des femmes — ce que j’avais poin­té du doigt dans mon texte « Nos amis et nous ». Et Bourdieu, c’était ça ! Il par­lait de domi­na­tion et non d’exploitation, de vio­lence sym­bo­lique (comme si les femmes ne rece­vaient pas des coups !), et il déniait aux femmes la capa­ci­té d’analyser leur propre oppres­sion — car elles seraient alié­nées.

Vous avez dit : « Je vois plus ce qui manque que ce qui a été fait. » Concluons cet entre­tien sur « ce qui manque », jus­te­ment…

Oui, je me dis ça, quand je vois com­ment, encore, les femmes sont trai­tées. Quand je vois que la majo­ri­té des pros­ti­tuées et des enfants abu­sés sont des femmes ou des filles, que 80 % du tra­vail à la mai­son est assu­ré par les femmes, quand je vois qu’elles sont moins payées que les hommes… Les élé­ments ne manquent pas. Mais les gens ne s’en rendent pas compte ; ils ne savent tou­jours pas ce qu’est l’oppression des femmes.


REBONDS

☰ Lire notre article « Hélène Brion, entre fémi­nisme et socia­lisme », E. Carme, décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Bérangère Kolly : « La fra­ter­ni­té exclut les femmes », octobre 2015
☰ Lire l’ar­ticle « Quand les élites mon­diales récu­pèrent le fémi­nisme », H. Eisenstein (tra­duc­tion), sep­tembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis, « Nos luttes mûrissent, gran­dissent », mars 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Clémentine Autain : « Rendre au fémi­nisme son tran­chant », février 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.
Nous déménageons notre site ! Les commandes et abonnements sont temporairement indisponibles, nos articles restent accessibles.
+