Quand les élites mondiales récupèrent le féminisme


Traduction inédite, en français, pour le site de Ballast

La fémi­niste et socia­liste amé­ri­caine Hester Eisenstein, auteure du livre Feminism Seduced : How Global Elites Use Women’s Labor and Ideas to Exploit the World, se penche ici sur l’usage éhon­té que les grandes entre­prises et autres indus­tries font des dis­cours et des prin­cipes fémi­nistes afin de ren­for­cer, un peu par­tout, les poli­tiques néo­li­bé­rales. Sous cou­vert d’émancipation et de libé­ra­tion per­dure l’exploitation, celle de mil­lions de tra­vailleuses. La lutte fémi­niste, insiste l’auteure, ne se mène­ra jamais « à titre indi­vi­duel ».  Par Hester Eisenstein


PORTRAIT300Depuis la publi­ca­tion de mon livre, on me demande régu­liè­re­ment ce que signi­fie l’expression « la séduc­tion du fémi­nisme ». Qui a séduit le fémi­nisme, et pour­quoi ? Voilà une ques­tion com­plexe, qui requiert la prise en consi­dé­ra­tion de plu­sieurs choses. Aux fins de cet article, j’en sou­li­gne­rai deux. D’abord, « la séduc­tion du fémi­nisme » se réfère à la pro­li­fé­ra­tion d’un recours aux femmes comme main-d’œuvre bon mar­ché dans les zones franches indus­trielles (dites ZFI). À cette idée s’ajoute le fait que ce sont les femmes, plu­tôt que les pro­grammes de déve­lop­pe­ment éta­tiques, que l’on cible pour éli­mi­ner la pau­vre­té dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment. Le patro­nat, les gou­ver­ne­ments et les grandes ins­ti­tu­tions finan­cières inter­na­tio­nales, comme la Banque mon­diale et le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal, ont tous épou­sé l’un de ces pré­ceptes fon­da­men­taux du fémi­nisme contem­po­rain — le droit des femmes au tra­vail rému­né­ré —, afin de jus­ti­fier l’emploi majo­ri­taire de femmes dans les­dites zones. Et ce mal­gré les condi­tions de tra­vail déplo­rables et la nature extrê­me­ment dan­ge­reuse de ces emplois. La mon­dia­li­sa­tion de la pro­duc­tion manu­fac­tu­rière a faci­li­té la sous-trai­tance des emplois dans les usines de fabri­ca­tion de vête­ments, de sou­liers, de l’électronique et de plu­sieurs autres sec­teurs manu­fac­tu­riers dans les pays du Sud où les salaires sont extrê­me­ment bas. Beaucoup de ces emplois se situent dans les ZFI : des zones de libre-échange dont la carac­té­ris­tique prin­ci­pale est d’exempter les entre­prises de l’obligation d’avoir à ins­tau­rer des mesures de sécu­ri­té et san­té au tra­vail, de taxa­tion, de condi­tions de tra­vail et de droits de douane. Ces zones encou­ragent le recours par les employeurs à des méca­nismes allant à l’encontre des droits des tra­vailleurs, tout en four­nis­sant aux inves­tis­seurs étran­gers une main-d’oeuvre docile… sur­tout fémi­nine.

« Ce sont les femmes, plu­tôt que les pro­grammes de déve­lop­pe­ment éta­tiques, qu’on cible pour éli­mi­ner la pau­vre­té dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment. »

En légi­ti­mant le tra­vail des femmes, les pays riches de l’Occident ont per­mis aux pro­prié­taires d’industries, dans des pays tels que la Chine, le Viêt Nam et la Malaisie, de qua­li­fier le recours à une main-d’oeuvre majo­ri­tai­re­ment fémi­nine dans le sec­teur manu­fac­tu­rier comme un geste fémi­niste. En effet, n’entend-on pas conti­nuel­le­ment Nicholas Kristof du New York Times défendre ces usines, voci­fé­rant qu’elles sont des lieux d’opportunités pour les femmes ? N’est-ce pas mieux pour elles, demande-t-il à ses lec­teurs, d’avoir un emploi que de devoir fouiller les décombres des dépo­toirs afin de trou­ver de quoi se nour­rir ou des objets à vendre ? L’utilisation d’une main-d’oeuvre fémi­nine bon mar­ché dans la pro­duc­tion de biens d’exportation n’a rien de nou­veau. C’est la Corée du Sud qui a créé ce « miracle éco­no­mique » : où l’on a sor­ti les femmes de la cam­pagne pour les confi­ner au tra­vail manu­fac­tu­rier. Comme l’a sug­gé­ré l’économiste poli­tique Alice Amsden en 1989, l’écart des salaires entre les hommes et les femmes est l’un des élé­ments clés du suc­cès de l’industrialisation en Corée du Sud. La struc­ture sala­riale dif­fé­ren­ciée selon les sexes est appa­rue grâce aux pro­fits excep­tion­nels qu’ont connus des com­pa­gnies états-uniennes comme Fairchild. Ces entre­prises ont ain­si pu se his­ser à la tête de l’industrie élec­tro­nique en Corée du Sud, et ce n’était plus qu’une ques­tion de temps avant que le même modèle ne soit adop­té ailleurs. Peu de temps après l’invention de la puce de sili­cium, dans les années 1958–1959, dans le domaine de l’électronique, la com­pa­gnie Fairchild a ouvert la pre­mière usine côtière de semi-conduc­teurs à Hong Kong et s’est par la suite éta­blie en Corée du Sud, en 1966.

Peu de temps après, la com­pa­gnie General Instruments a elle aus­si trans­fé­ré l’ensemble de sa pro­duc­tion micro­élec­tro­nique à Taiwan, en 1964, et, un an plus tard, de nom­breuses socié­tés de haute tech­no­lo­gie ont démé­na­gé leurs effec­tifs de pro­duc­tion sur la fron­tière entre les États-Unis et le Mexique, ouvrant ain­si les pre­mières maqui­la­do­ras. Au cours de la décen­nie sui­vante, de nom­breux pays, comme Singapour, la Malaisie et les Philippines, ont épou­sé ce modèle. Puis, vers la fin des années 1970, ce fut au tour des pays d’Amérique latine et des Caraïbes d’y adhé­rer. Les mul­ti­na­tio­nales, influen­cées par les publi­ci­tés finan­cées par les gou­ver­ne­ments locaux fai­sant l’éloge des « doigts effi­lés » de leur main-d’œuvre fémi­nine, ont opté pour le dépla­ce­ment accru de leurs effec­tifs de pro­duc­tion outre-mer, de sorte que la quan­ti­té et la diver­si­té des biens fabri­qués par des tra­vailleuses sous-payées ne font que croître. Les béné­fices éle­vés que connaissent les entre­prises dans les nou­velles ZFI s’accompagnent de condi­tions de tra­vail déplo­rables. Toutefois, l’accès aux don­nées sur le trai­te­ment inhu­main des tra­vailleuses dans ces usines a favo­ri­sé la sen­si­bi­li­sa­tion de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale au sort de ces femmes. Dans les années 1990, un peu par­tout dans le monde, nous avons vu croître, de façon impor­tante, la publi­ci­té et l’activisme déplo­rant le retour à des condi­tions de tra­vail désas­treuses dans les « sweat­shops ». L’auteure Naomi Klein a même lais­sé entendre que le mou­ve­ment pour la jus­tice mon­diale est né à la suite de l’indignation de la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale devant les condi­tions de tra­vail impo­sées à la main-d’oeuvre par les mul­ti­na­tio­nales — au nom de marques bien connues, comme Nike.

« La mon­dia­li­sa­tion est un pro­ces­sus à double tran­chant pour les femmes. Les pers­pec­tives d’emploi aux­quelles ont don­né nais­sance les trans­for­ma­tions dans l’économie mon­diale ont créé de nou­velles formes capi­ta­listes et patriar­cales de contrôle des femmes. » Diane Wolf

Les avan­tages et les désa­van­tages des ZFI font l’objet d’un débat consi­dé­rable. De nom­breuses cher­cheures fémi­nistes, telles que Patricia Fernandez-Kelly, ont condam­né les condi­tions d’exploitation extrême des tra­vailleuses dans les enclaves des ZFI. Mais d’autres, comme Linda Lim et Naila Kabeer, se portent à leur défense, arguant qu’elles pro­curent une voie de sor­tie du patriar­cat fami­lial, ou encore que les femmes peuvent y tou­cher un salaire supé­rieur à ce qu’elles rece­vraient si elles tra­vaillaient pour des indus­tries locales. Dans son étude sur les com­pa­gnies d’électroniques japo­naises, Aihwa Ong a rap­pe­lé que, si les filles de vil­lage étaient en proie à l’exploitation et se retrou­vaient sans emploi dès lors que leurs yeux de jeunes filles com­men­çaient à flé­trir, le tra­vail manu­fac­tu­rier encou­rage tou­te­fois la moder­ni­sa­tion des femmes, les­quelles aban­donnent alors leurs sarongs de pay­sannes pour des jeans bleus, acqué­rant ain­si la capa­ci­té de choi­sir elles-mêmes leur conjoint. Pour Diane Wolf, la réa­li­té des tra­vailleuses est para­doxale : « La mon­dia­li­sa­tion est un pro­ces­sus à double tran­chant pour les femmes. D’une part, les pers­pec­tives d’emploi aux­quelles ont don­né nais­sance les trans­for­ma­tions dans l’économie mon­diale ont créé de nou­velles formes capi­ta­listes et patriar­cales de contrôle des femmes. » D’un autre côté, les emplois à faible reve­nu, inca­pables de per­mettre aux femmes d’atteindre les condi­tions de sub­sis­tance de base, leur pro­curent néan­moins « les outils néces­saires pour lut­ter contre le patriar­cat […]. En fait, les femmes que j’ai inter­viewées [à Java, en Indonésie] pré­fèrent de loin le tra­vail dans les sweat­shops aux rizières de vil­lage. » C’est sans doute l’auteure Shelley Feldman, dont les recherches se penchent sur les ZFI au Bangladesh, qui illustre le mieux l’extrémisme que peut atteindre cette façon de pen­ser. Feldman cri­tique les pers­pec­tives sim­plistes, qui adhèrent selon elle à un modèle « éco­no­mique déter­mi­niste ». Elle reproche notam­ment aux cher­cheures fémi­nistes de ne pas prendre suf­fi­sam­ment en compte la capa­ci­té des femmes à s’autogouverner. Elle sou­tient que les Bangladaises qu’elle a ren­con­trées dans le cadre de ses recherches ont été influen­cées, non pas par des fac­teurs externes comme les pro­grammes d’ajustement struc­tu­rel, la pri­va­ti­sa­tion ou encore la libé­ra­li­sa­tion de l’économie, mais par leurs propres choix, les­quels sont « deve­nus pos­sibles grâce au par­cours de vie com­plexe et par­fois contra­dic­toire de ces femmes ».

BANDEAUFEM2

Crédit pho­to : Clean Clothes Campaign

Il semble tou­te­fois que l’argument de Feldman se fonde sur une dicho­to­mie sim­pliste : soit les choix que font les Bangladaises relèvent des aspects par­ti­cu­liers de leurs vies et leurs besoins, soit ce sont les poli­tiques de leurs gou­ver­ne­ments et des usines de tex­tile qui les ont pous­sées au tra­vail rému­né­ré. Bien sûr qu’il y a inter­ac­tion entre ces deux forces. Mais il est com­plè­te­ment absurde de conclure que les femmes dans les milieux ruraux sont res­pon­sables de l’émergence des ZFI, sans par­ler des poli­tiques d’ajustement struc­tu­rel qui y sévissent. Peut-être que ces cher­cheures fémi­nistes adoptent la pers­pec­tive fémi­niste domi­nante du vingt-et-unième siècle, qui conçoit le tra­vail comme la voie de l’émancipation, et que, par consé­quent, elles voient en ces tra­vailleuses nou­velles pro­lé­ta­ri­sées dans le Sud de l’économie mon­diale les nou­velles « Lowell girls » du Massachusetts, ces femmes qu’on sor­tait des fermes au dix-neu­vième siècle et les employait dans les pre­mières usines amé­ri­caines du tex­tile. Grâce aux condi­tions de tra­vail rela­ti­ve­ment douces de ces usines, com­pa­ra­ti­ve­ment à celles des usines de tex­tile à Manchester, en Angleterre, les femmes Lowell sont à la fois deve­nues des tra­vailleuses auto­nomes et elles ont déve­lop­pé une conscience fémi­niste.

Il ne fait pas de doute que le tra­vail dans les usines des ZFI a un effet éman­ci­pa­teur, notam­ment parce qu’il per­met aux jeunes femmes d’acquérir une indé­pen­dance finan­cière. En fait, ces femmes suivent la tra­jec­toire pré­dite par des pen­seurs comme Karl Marx et Friedrich Engels. Plutôt que de s’éreinter en effec­tuant le tra­vail non rému­né­rant de la ferme, sou­mise au régime patriar­cal et féo­dal, les pers­pec­tives d’emploi en usine leur offrent une auto­no­mie finan­cière et leur per­mettent de prendre conscience de leurs com­pé­tences et capa­ci­tés. Cela dit, ce qui est vrai en théo­rie ne l’est que rare­ment dans la réa­li­té, tout par­ti­cu­liè­re­ment lorsque l’on y ajoute les condi­tions dif­fi­ciles que l’on impose aux tra­vailleuses dans les ZFI. Si les condi­tions de tra­vail dans les ZFI varient de pays en pays, la grande majo­ri­té se carac­té­rise par l’exemption aux lois natio­nales du tra­vail. De plus, selon un rap­port de 2004 de la Confédération inter­na­tio­nale des syn­di­cats libres, les employeurs recourent sou­vent à des mesures impi­toyables pour empê­cher les ten­ta­tives syn­di­ca­listes, et prennent des mesures extrêmes pour pour­suivre les orga­ni­sa­teurs syn­di­caux. Et même lorsqu’ils ne cherchent pas à se syn­di­quer, les tra­vailleuses dans les ZFI sont régu­liè­re­ment vic­times de har­cè­le­ment. À CODEVI, une com­pa­gnie située dans la zone de libre-échange Ouanaminth à Haïti, les tra­vailleuses qui fabriquent les jeans Levi’s pour le groupe habille­ment Grupo M ont rap­por­té des cas « d’enlèvements, de vio­lence phy­sique, de licen­cie­ments dis­cri­mi­na­toires, d’abus ver­bal, d’heures sup­plé­men­taires non rému­né­rées, d’intimidation armée et d’interrogatoires ». Au Mexique, on offre uni­que­ment des emplois aux femmes en octroyant des contrats à court terme, les­quels ne pro­curent aucune sécu­ri­té d’emploi. Et les femmes qui pos­tulent pour un emploi doivent régu­liè­re­ment se plier à des exa­mens médi­caux, incluant les tests de gros­sesse, ce qui signi­fie qu’elles doivent se dévê­tir et répondre à des « ques­tions per­son­nelles inap­pro­priées comme : “Avez-vous un conjoint ?”, “À quelle fré­quence avez-vous des rela­tions sexuelles ?” et “Avez-vous des enfants ?” ».

« Les femmes n’ont aucune inci­dence sur les entre­prises qui décident de s’établir au Bangladesh, et de les exploi­ter. […] Elles doivent endu­rer des condi­tions de tra­vail par­fois extrê­me­ment dan­ge­reuses, en plus de la bru­ta­li­té des super­vi­seurs. »

Jeremy Seabook, qui a étu­dié les usines au Bangladesh, fait écho à la pers­pec­tive défen­due par Kabeer. Les tra­vailleuses à Dhaka, au Bangladesh, font face à une lutte colos­sale afin d’obtenir des emplois manu­fac­tu­riers. Elles doivent d’abord sur­mon­ter les nom­breux obs­tacles du patriar­cat qui entravent leur che­min, autant fami­liaux que com­mu­nau­taires. Les femmes n’ont aucune inci­dence sur les entre­prises qui décident de s’établir au Bangladesh… et de les y exploi­ter. Leurs jour­nées de tra­vail peuvent durer jusqu’à qua­torze heures et leurs salaires sont régu­liè­re­ment ver­sés tar­di­ve­ment. Elles doivent endu­rer des condi­tions de tra­vail par­fois extrê­me­ment dan­ge­reuses, sans par­ler de la bru­ta­li­té des super­vi­seurs. Seabook raconte avoir été témoin d’un incen­die à Dhaka, le 27 août 2000, qui a tué une dou­zaine de per­sonnes. Les incen­dies des der­nières années ont fait plus de deux cents morts chez les tra­vailleurs manu­fac­tu­riers. Plus récem­ment, en 2013, l’usine Rana Plaza, située aux marges de Dahak, s’est effon­drée, entraî­nant la mort de plus d’un mil­lier de tra­vailleurs. Comme le sou­ligne Seabrook : « Ceci n’a rien d’un modèle d’autodétermination sou­te­nable ». Selon Ellen Rosen, l’industrialisation amé­ri­caine du XIXe siècle, et le poten­tiel trans­for­ma­teur auquel il a don­né nais­sance, ne sert guère de modèle aux pays qui créent des ZFI : « L’économie des ZFI d’aujourd’hui ne […] cherche pas à repro­duire les anciens modèles de l’industrialisation dans les pays en déve­lop­pe­ment. Contrairement aux États occi­den­taux, les indus­tries dans les pays en voie de déve­lop­pe­ment où les salaires demeurent bas jouent désor­mais un rôle cen­tral à la crois­sance et aux pré­dic­tions éco­no­miques. Et, contrai­re­ment à la tra­jec­toire de l’industrialisation en Occident où les emplois bien rému­né­rés dans le sec­teur indus­triel fai­saient en sorte que le salaire ver­sé aux hommes assure le bien-être éco­no­mique des ménages, dans les ZFI, les tra­vailleuses sous-payées repré­sentent près de 80 pour cent de la main-d’œuvre. » Les femmes reçoivent un « salaire fémi­nin », certes, mais les hommes ne touchent pas un « salaire mas­cu­lin » : les voies de sor­tie pour les tra­vailleuses en ZFI sont limi­tées et celles-ci ne peuvent comp­ter que sur elles-mêmes.

bandeaufem3

Crédit pho­to : Saybrook pro­duc­tions

La coop­ta­tion des idéaux fémi­nistes sur la scène glo­bale va bien au-delà de l’utilisation du droit des femmes au tra­vail rému­né­ré dans le but de légi­ti­mer des condi­tions de tra­vail abu­sives et exploi­tantes. Cette même ten­dance s’observe aus­si concer­nant la soi-disant « éman­ci­pa­tion » des femmes au nom des modèles de déve­lop­pe­ment néo­li­bé­ral et des poli­tiques d’ajustement struc­tu­rel impo­sées aux pays sous-déve­lop­pés depuis les années 1980 et de celles adop­tées plus récem­ment dans les pays occi­den­taux comme l’Irlande et la Grèce. Les ins­ti­tu­tions finan­cières inter­na­tio­nales, comme la Banque mon­diale, le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal, les Nations Unies, et de nom­breuses ONG comme CARE, et des socié­tés cor­po­ra­tistes telles que Nike, sou­tiennent que la solu­tion aux pro­blèmes mon­diaux, comme la pau­vre­té et l’accessibilité aux soins de san­té, est dans l’éducation et la for­ma­tion des femmes et des filles. Grâce à des méthodes d’intervention comme le micro­cré­dit et autres, on laisse entendre que l’émancipation et l’autonomisation des femmes per­met­tra non seule­ment aux femmes de se sor­tir de la pau­vre­té et de rejoindre la classe moyenne, mais aus­si à leurs enfants et leurs familles de faire de même.

« Il est illu­soire de pen­ser que les pays endet­tés pour­ront éli­mi­ner la pau­vre­té et les pro­blèmes de san­té endé­miques sans des méthodes de déve­lop­pe­ment indus­triel et d’agriculture effi­caces. »

Prenez le « girl effect », un slo­gan de Nike : « Les filles sont les agentes du chan­ge­ment. Elles sont la clé pour résoudre les pro­blèmes actuels mon­diaux de crois­sance les plus dif­fi­ciles à enrayer. En inves­tis­sant dans leur poten­tiel éco­no­mique grâce à l’éducation et en repous­sant l’âge du mariage et des gros­sesses, des pro­blèmes de san­té comme le SIDA et le VIH peuvent être plus faci­le­ment contrô­lés, et le cycle de pau­vre­té, enrayé. En Inde, les gros­sesses ado­les­centes sont res­pon­sables de pertes en reve­nu poten­tiel de près de 10 mil­liards de dol­lars (en devises amé­ri­caines). En Ouganda, 85 % des filles quittent les bancs d’école très tôt, entraî­nant des pertes en reve­nu poten­tiel de l’ordre de 10 mil­liards de dol­lars. En empê­chant le mariage et les gros­sesses pré­coces pour un mil­lion de filles, le Bangladesh pour­rait espé­rer tou­cher un sur­plus de près de 69 mil­lions de dol­lars (en devises amé­ri­caines) du reve­nu natio­nal, durant la vie de ces jeunes filles. » Cette croyance en l’aptitude de trans­for­ma­tion des femmes et des filles de manière indi­vi­duelle est mal­heu­reu­se­ment sus­ten­tée par l’usage cynique de l’idéologie fémi­niste, ou plu­tôt pseu­do­fé­mi­niste. La créa­tion de la richesse natio­nale et l’amélioration du niveau de vie sont, en règle géné­rale, le résul­tat de poli­tiques éta­tiques de déve­lop­pe­ment — et non pas dues à l’octroi de micro­cré­dits ou à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle des femmes. Le cas de la Corée du Sud est fort révé­la­teur à ce sujet. Le pro­ces­sus d’industrialisation remar­quable qu’elle a connu sous la dic­ta­ture miliaire, ayant débu­té dans les années 1960, est en grande par­tie lié à l’implantation de poli­tiques éta­tiques rigou­reuses visant à récom­pen­ser les socié­tés cor­po­ra­tistes (chae­bols) qui répon­daient aux objec­tifs gou­ver­ne­men­taux visés, et à punir celles qui échouaient. Le gou­ver­ne­ment a notam­ment eu recours aux banques d’État afin de finan­cer la moder­ni­sa­tion des infra­struc­tures, limi­ter les inves­tis­se­ments directs étran­gers et pro­té­ger les pro­duc­teurs natio­naux contre la concur­rence étran­gère en rédui­sant les impor­ta­tions. Autrement dit, le gou­ver­ne­ment a agi tant comme concep­teur, ins­ti­ga­teur, direc­teur et impre­sa­rio dans un éven­tail de sec­teurs, moder­ni­sant l’économique de sorte que, dès les années 1980, ce pays dès lors tech­no­lo­gi­que­ment avan­cé pou­vait prê­ter main-forte aux pays déjà indus­tria­li­sés. Bien que cer­tains com­men­ta­teurs contem­po­rains recon­nus consi­dèrent le concept du déve­lop­pe­ment éta­tique comme quelque peu héré­tique, il n’en reste pas moins que les grandes puis­santes éta­tiques indus­tria­li­sées au cours des XVIII et XIXe siècles, comme le Royaume-Uni, l’Allemagne et les États-Unis, doivent leur puis­sance indus­trielle aux poli­tiques de déve­lop­pe­ment éta­tiques. Comme l’a indi­qué Ha-Joon Chang, entre la Guerre civile et la Deuxième Guerre mon­diale, « les États-Unis s’étaient dotés des poli­tiques éco­no­miques les plus pro­tec­tion­nistes au monde ». Abraham Lincoln était un élève de Henry Clay, l’un des défen­seurs du American System, un modèle « fon­dé sur le pro­tec­tion­nisme et le déve­lop­pe­ment des infra­struc­tures ». Ulysses S. Grant, géné­ral lors de la Guerre civile et pré­sident des États-Unis de 1869 à 1877, cri­ti­quait notam­ment le dis­cours bri­tan­nique qui van­tait les mérites des poli­tiques de libre-échange du Royaume-Uni en rétor­quant « que dans deux cents ans, lorsque les États-Unis, eux aus­si, auront tiré tous les béné­fices à tirer des mesures pro­tec­tion­nistes, ils adop­te­ront alors les poli­tiques du libre-échange ».

Nonobstant cette réa­li­té his­to­rique, depuis les années 1980, les ins­ti­tu­tions finan­cières inter­na­tio­nales ont impo­sé un régime de libre mar­ché de type néo­li­bé­ral aux pays du Sud et oeu­vré acti­ve­ment contre toute ini­tia­tive éta­tique de déve­lop­pe­ment. Les pays ont recours à des poli­tiques d’ajustement struc­tu­rel, sous pré­texte qu’encourager le déve­lop­pe­ment éco­no­mique n’est pas une mesure effi­cace pour reprendre les rênes de leur éco­no­mie. De telles poli­tiques déforment pour­tant le pro­ces­sus de déve­lop­pe­ment, lequel ne suit pas la tra­jec­toire pros­père qu’ont connue les grandes puis­sances indus­tria­li­sées de l’Europe et les pays indus­tria­li­sés après la Seconde Guerre mon­diale — comme le Japon, la Corée du Sud, Taiwan, Hong Kong et Singapour. En fait, étant don­né l’état de l’économie mon­diale à l’heure actuelle, il est illu­soire de pen­ser que les pays endet­tés pour­ront éli­mi­ner la pau­vre­té et les pro­blèmes de san­té endé­miques sans des méthodes de déve­lop­pe­ment indus­triel et d’agriculture effi­caces. Bien enten­du, loin de moi l’idée de négli­ger les coûts impor­tants asso­ciés à ce modèle de déve­lop­pe­ment éco­no­mique. Rappelons-nous que la moder­ni­sa­tion de la Corée du Sud s’est faite sous le joug d’une dic­ta­ture mili­taire extrê­me­ment vio­lente, et qu’une faible par­tie de son suc­cès éco­no­mique est due aux efforts déployés par un mou­ve­ment syn­di­ca­liste puis­sant et cou­ra­geux, qui a émer­gé après un retour à un régime démo­cra­tique. De plus, je ne sou­tiens pas qu’un retour à un modèle de déve­lop­pe­ment éco­no­mique de type éta­tique par­vien­dra à résoudre tous ces pro­blèmes, sur­tout sans l’entière par­ti­ci­pa­tion démo­cra­tique de la main-d’œuvre. Il me fau­drait écrire un autre article pour pou­voir abor­der sérieu­se­ment les débats actuels sur les modes de déve­lop­pe­ment « extrac­tif », les chan­ge­ments cli­ma­tiques, les droits ter­ri­to­riaux des com­mu­nau­tés autoch­tones, et bien d’autres enjeux. Il n’en reste pas moins que les poli­tiques de déve­lop­pe­ment éta­tiques font état d’un taux de suc­cès plus éle­vé pour enrayer la pau­vre­té. Le soi-disant suc­cès des inter­ven­tions de type fémi­niste a en réa­li­té don­né l’occasion aux pays riches et aux agences inter­na­tio­nales, comme les Nations unies, d’obscurcir cette réa­li­té his­to­rique — en voci­fé­rant, notam­ment, sur le fait que les femmes sont la clé du déve­lop­pe­ment éco­no­mique. Un exemple : lors du dis­cours mar­quant le 60e anni­ver­saire de la Commission de la condi­tion de la femme, le chef des Nations unies, Kofi Annan, a dit : « De plus en plus d’études démontrent qu’aucune autre poli­tique ne par­vient à sti­mu­ler aus­si acti­ve­ment la pro­duc­ti­vi­té éco­no­mique, ou à réduire le taux de nata­li­té et la mor­ta­li­té infan­tile. » Bien sûr qu’il est encou­ra­geant pour les acti­vistes fémi­nistes de voir l’ancien secré­taire géné­ral de l’ONU recon­naître l’importance de sou­te­nir les femmes et les filles par­tout dans le monde ! Malheureusement, ses pro­pos peuvent avoir des effets dan­ge­reu­se­ment trom­peurs.

« Le soi-disant suc­cès des inter­ven­tions de type fémi­niste a en réa­li­té don­né l’occasion aux pays riches et aux agences inter­na­tio­nales, comme les Nations unies, d’obscurcir cette réa­li­té his­to­rique, notam­ment en voci­fé­rant que les femmes sont la clé du déve­lop­pe­ment éco­no­mique. »

Les ins­ti­tu­tions finan­cières inter­na­tio­nales et les pays riches ont créé un mythe lais­sant entendre que l’on peut enrayer la pau­vre­té, les épi­dé­mies et la mal­nu­tri­tion en sou­te­nant les femmes à titre indi­vi­duel. C’est un leurre de pen­ser que les femmes et les filles sont la clé de la crois­sance. Une manière bien simple, à dire vrai, qui per­met de détour­ner l’attention des déci­deurs poli­tiques, des acti­vistes et de la main-d’œuvre elle-même, à pro­pos des actions sour­noises que mènent des groupes comme le trium­vi­rat des « ins­ti­tu­tions » (l’Union euro­péenne, le Fonds moné­taire inter­na­tio­nal et la Banque cen­trale euro­péenne) — ceux qui cherchent à cru­ci­fier la Grèce et le gou­ver­ne­ment de Syriza, notam­ment, au nom des inté­rêts finan­ciers des ins­ti­tu­tions finan­cières, des déten­teurs d’obligations et des pays riches débi­teurs. Il est bien sûr évident qu’il faut inves­tir dans l’éducation, la for­ma­tion, les droits repro­duc­tifs, l’accès à des soins de san­té et l’autonomisation des femmes et des filles, afin qu’elles soient aptes à faire leurs propres choix quant au tra­vail, au mariage et à leur sexua­li­té. Mais ces prin­cipes fon­da­men­taux du fémi­nisme ne peuvent pas être acquis en appuyant les femmes indi­vi­duel­le­ment. Encore moins dans un contexte où la socié­té tout entière s’avère aux prises avec les poli­tiques d’austérité impo­sées par le fon­da­men­ta­lisme néo­li­bé­ral du mar­ché.


Texte publié en anglais dans la revue Jacobin en juin 2015 (sous le titre « The Sweatshop Feminists »), et tra­duit par Émilie Dionne, pour Ballast, avec l’aimable auto­ri­sa­tion de Hester Eisenstein.


REBONDS 

☰ Lire notre article « Pour un fémi­nisme socia­liste », J. Brenner (tra­duc­tion), août 2014

Hester Eisenstein
Hester Eisenstein

Féministe, essayiste et professeure de sociologie aux États-Unis.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.