Maria Candea : « Le langage est politique »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Maria Candea est ensei­gnante-cher­cheuse en lin­guis­tique et socio­lin­guis­tique à l’u­ni­ver­si­té de Paris 3 (Sorbonne Nouvelle) et membre du comi­té de rédac­tion de la revue élec­tro­nique GLAD ! — sous-titrée Recherche sur le lan­gage, le genre et les sexua­li­tés. Pour cette cher­cheuse enga­gée, long­temps mili­tante dans l’as­so­cia­tion fémi­niste Mix-Cité, les convic­tions poli­tiques sont par­fai­te­ment com­pa­tibles avec la recherche, à condi­tion d’être réin­ter­ro­gées en per­ma­nence. Quoi de plus nor­mal que d’in­ter­ro­ger poli­ti­que­ment un objet poli­tique, le lan­gage ? Oui, un objet poli­tique, his­to­rique et social. Sait-on assez que le mas­cu­lin ne l’a pas tou­jours empor­té sur le fémi­nin ? Que l’Académie fran­çaise, qui assure décré­ter ce qu’est le « bon fran­çais », est pour l’es­sen­tiel com­po­sée d’ab­sen­téistes ? Que les citoyens ont un mot à dire sur les choix qui gou­vernent notre orthographe ? 


Les membres de l’Académie fran­çaise ont ren­du hom­mage à Simone Veil, en par­lant de leur « confrère décé­dée ». Ils ne vont pas jusqu’à dire « consœur », mais ils accordent au fémi­nin ! Un grand pas en avant depuis la notice d’Assia Djebar, entiè­re­ment rédi­gée au mas­cu­lin1… Dans le même temps, le Premier ministre lance un « Madame le ministre », au JT de France 2. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Ça montre que, petit à petit, les gens prennent conscience du fait que le lan­gage est poli­tique. Le fait que l’Académie fran­çaise n’ait pas osé mas­cu­li­ni­ser Simone Veil (et ait cor­ri­gé presque en cachette la notice d’Assia Djebar !) montre qu’ils sont for­cés de s’adapter à une cer­taine évo­lu­tion poli­tique — pour le coup, on peut accor­der au mas­cu­lin, vu la pré­sence mas­cu­line et l’i­déo­lo­gie mas­cu­li­niste de l’Académie ! C’était sans doute dif­fi­cile de mas­cu­li­ni­ser une figure fémi­niste comme Simone Veil… Quant à Édouard Philippe, en disant « Madame le ministre », il affiche cer­taines posi­tions poli­tiques. Quand quelqu’un comme lui, de son âge, de sa géné­ra­tion, emploie le mas­cu­lin pour par­ler d’une femme ministre, c’est for­cé­ment un choix, une condes­cen­dance déli­bé­rée. Cela montre que, pour lui, être ministre reste un métier tra­di­tion­nel­le­ment mas­cu­lin : on accepte les femmes mais on les garde sur des strapontins.

Cette sor­tie n’a pas relan­cé les débats sur la fémi­ni­sa­tion, contrai­re­ment au fameux « Madame le Président » lan­cé à l’Assemblée natio­nale, en 2014, à Sandrine Mazetier2

« J’en veux à l’Académie fran­çaise de dif­fu­ser ces mes­sages sexistes, conser­va­teurs, réactionnaires. »

Ce n’est pas un sujet nou­veau. Les débats, on les a eus ; les argu­ments sont connus. Maintenant, les gens prennent posi­tion. Tout le monde ne prend pas les mêmes posi­tions sur l’égalité et d’autres sujets poli­tiques : pour­quoi serait-on d’accord sur le langage ?

Vous avez co-écrit3 un ouvrage, L’Académie contre la langue fran­çaise, qui est une attaque en règle contre l’Académie, son igno­rance et ses nui­sances. Pourquoi tant de haine ?

Alors, haine… Oui, si quand même, c’est de la haine ! (rires) Avec le temps, l’Académie fran­çaise a bien réus­si sa poli­tique de com­mu­ni­ca­tion, si bien qu’il y a encore beau­coup de gens qui pensent que c’est à l’Académie de dire com­ment on doit par­ler. Pour ma part, je ne leur recon­nais aucun rôle, aucune légi­ti­mi­té — mais il y a tel­le­ment de gens qui pensent qu’ils sont légi­times que je leur en veux de dif­fu­ser ces mes­sages sexistes, conser­va­teurs, réactionnaires.

En vous lisant, on se rend compte — et c’est frap­pant — qu’on a effec­ti­ve­ment ten­dance à pen­ser que l’Académie fran­çaise est légi­time à par­ler de langue fran­çaise, alors qu’on ne sait pas grand-chose de cette ins­ti­tu­tion. C’est peut-être repré­sen­ta­tif d’un rap­port de confiance spon­ta­née et aveugle envers les institutions…

Oui, on pense spon­ta­né­ment que l’Académie fran­çaise est légi­time à par­ler de langue fran­çaise, alors que c’est vrai­ment une posi­tion usur­pée. Il n’y a aucun lin­guiste par­mi eux ! Ils ne sont pas du tout coop­tés sur la base d’une quel­conque for­ma­tion lin­guis­tique. Il y a par exemple Valéry Giscard d’Estaing. En quoi serait-il légi­time à dire quelque chose sur la gram­maire ? Mais l’incompétence des aca­dé­mi­ciens remonte bien plus loin. Selon ses pre­miers sta­tuts, à sa créa­tion, l’Académie était cen­sée faire un Dictionnaire, une Grammaire, une Poétique et une Rhétorique. En presque quatre siècles, ils ont bou­clé à peine huit édi­tions de leur dic­tion­naire et ont édi­té une seule gram­maire, en 1930… immé­dia­te­ment tour­née en ridi­cule par les lin­guistes à cause de sa piètre qualité.

© Stéphane Burlot

Vous mon­trez que les aca­dé­mi­ciens sont extrê­me­ment absen­téistes et ne font pas le tra­vail pour lequel ils sont payés. On a une image de l’Académie un peu ridi­cule, un peu pous­sié­reuse, mais pas for­cé­ment l’image d’une ins­ti­tu­tion parasite.

C’est un point qui a notam­ment été étu­dié par Daniel Garcia4. L’Académie fran­çaise a un patri­moine exor­bi­tant, parce qu’ils ont des legs de toute sorte. Qu’ils fassent une ami­cale pri­vée avec tout leur argent, d’ac­cord, mais que ça ne soit pas encore cau­tion­né et aug­men­té par l’État et nos impôts ! Ils sont extrê­me­ment absen­téistes. Le der­nier dic­tion­naire de l’Académie, par exemple, est en train d’être rédi­gé par des agré­gés employés par le ser­vice du dic­tion­naire, pas par les aca­dé­mi­ciens. Ils sont cen­sés coor­don­ner un peu le dic­tion­naire mais ne le font qua­si­ment jamais — c’est pour ça qu’ils mettent plus de cent ans à en faire un ! C’est vrai, ça fera bien­tôt cent ans, leur der­nier dic­tion­naire date de 1935 ! Ils tra­vaillent à la 9e édi­tion depuis les années 1980… Maintenant, grâce au pro­fes­sion­na­lisme des équipes du Robert, Hachette, Larousse, on n’a pas besoin du dic­tion­naire de l’Académie. Ils ne servent vrai­ment à rien.

L’Académie fran­çaise a donc un pou­voir abusif ?

« Grâce au pro­fes­sion­na­lisme des équipes du Robert, Hachette, Larousse, on n’a pas besoin du dic­tion­naire de l’Académie. Ils ne servent vrai­ment à rien. »

L’Académie fran­çaise a été, depuis sa fon­da­tion, un pou­voir poli­tique abu­sif — d’ailleurs, c’est un peu bizarre qu’une ins­ti­tu­tion, en 2017, se dise légi­time en se reven­di­quant de l’Ancien Régime… Elle a été créée par Richelieu pour prendre le pou­voir sur les lettres et les gens de lettres. Même le Parlement de l’époque ne vou­lait pas enté­ri­ner les sta­tuts de l’Académie parce qu’elle était déjà per­çue comme un pou­voir abusif !

Vous mon­trez éga­le­ment qu’il ne s’a­git pas seule­ment d’un pou­voir abu­sif lin­guis­tique, mais bien d’un pou­voir poli­tique. L’Académie fran­çaise prend le pré­texte de la langue pour faire pas­ser des idées réac­tion­naires. On se sou­vient de la phrase de l’a­ca­dé­mi­cien Pierre Gaxotte, en 1980 : « Si on éli­sait une femme, on fini­rait par élire un nègre… »

C’était à pro­pos de l’élection de Marguerite Yourcenar, la pre­mière aca­dé­mi­cienne… Après, Senghor a été élu. Mais tout ne s’est pas ter­mi­né dans les années 1980 ; les pré­ju­gés sexistes et racistes des aca­dé­mi­ciens ne se sont pas éva­po­rés entre-temps !

Justement : Alain Finkielkraut. Il se sert de sa légi­ti­mi­té « d’Immortel » et d’« amou­reux de la langue fran­çaise » afin de véhi­cu­ler des mes­sages poli­tiques. Lors d’un petit déjeu­ner orga­ni­sé par l’UMP, il avait asso­cié les « Beurs » et l’accent « de ban­lieue » tout en déplo­rant un accent qui n’est plus « fran­çais tout à fait », ajou­tant qu’il n’est du reste pas pos­sible d’être né en France et d’avoir un « accent ». Autant d’aberrations lin­guis­tiques, non ?

Finkielkraut semble igno­rer la diver­si­té des accents régio­naux de France, ce qui est sidé­rant. Je tra­vaille depuis quelque temps sur le mythe de l’accent de ban­lieue, car c’est un mythe, tout comme le sté­réo­type du jeune-de-ban­lieue. Ce qu’on appelle l’accent de ban­lieue n’est pas lié à l’immigration, à un ter­ri­toire, à une reli­gion, comme le dit Finkielkraut, ni même à un pro­fil social, mais à une affi­lia­tion de groupe. C’est une pra­tique sty­lis­tique liée à la culture de rue. Et tous les jeunes d’un quar­tier ne se sentent pas concer­nés de la même manière par cette culture ! C’est fluide, c’est un style et aus­si un phé­no­mène de mode, avec quelques traits héri­tés du fran­çais popu­laire (par exemple, un cer­tain type de pro­non­cia­tion, l’allongement de l’avant-dernière syl­labe, décrit depuis le XIXe siècle). Ce n’est donc en aucun cas un accent héri­té de parents immi­grés, qui mon­tre­rait quoi que ce soit d’« anti-fran­çais ». D’ailleurs, la plu­part du temps, les parents de ces jeunes ne parlent pas du tout comme leurs enfants ! Les pro­pos de Finkielkraut relèvent, pour moi, tout sim­ple­ment du racisme (le mot « beur » prend, du reste, une conno­ta­tion raciste de nos jours) et de l’ignorance. Ça contri­bue à pro­pa­ger des cli­chés qui n’ont rien à voir avec les dyna­miques linguistiques.

© Stéphane Burlot

On est éga­le­ment sur­pris par l’extrême pau­vre­té des argu­ments de l’Académie fran­çaise contre les ten­ta­tives de fémi­ni­sa­tion des noms de métiers…

Bien sou­vent, ce ne sont même pas des argu­ments. Par exemple, les aca­dé­mi­ciens n’aiment pas doc­to­resse parce que ça rime avec fesse. Comment peut-on comp­ter cela comme un argu­ment contre l’accord gram­ma­ti­cal ? À ce compte-là, ça rime aus­si avec prin­cesse, enchan­te­resseFumaroli ne veut pas qu’on dise rec­trice, qui lui fait pen­ser à rec­tal, alors que tout le monde dit direc­trice, actrice. Tous ces argu­ments esthé­tiques ne veulent pas dire grand-chose ; ce sont juste des ques­tions d’habitude. Un autre exemple de mau­vaise foi : dans une inter­view en 2015, sur Arte, Érik Orsenna a décla­ré qu’écri­vaine n’était pas un joli terme parce qu’on enten­dait vaine. Toujours le même pseu­do-argu­ment écu­lé, reje­té par la jour­na­liste, Nadia Daam, qui lui a fait remar­quer que dans écri­vain on enten­dait aus­si vain. Il n’y avait même pas pensé…

L’Académie fran­çaise accepte la fémi­ni­sa­tion des métiers situés en bas de l’échelle sociale, mais pas celle de ceux tenus pour « importants »…

« Les aca­dé­mi­ciens n’aiment pas doc­to­resse parce que ça rime avec fesse. Comment peut-on comp­ter cela comme un argu­ment contre l’accord grammatical ? »

Oui, ça n’a abso­lu­ment aucune cohé­rence lin­guis­tique ; on voit bien que leur posi­tion est poli­tique. Cela témoigne de leur sexisme mais aus­si de leur mépris de classe. Ils se battent pour les fonc­tions qui leur semblent impor­tantes. On voit que ce com­bat se déplace quand on observe l’histoire des mots : par exemple, étu­diante est jugé comme un mot extrê­me­ment vul­gaire à la fin du XIXe siècle, quand les femmes qui s’étaient bat­tues pour avoir accès à l’université y sont enfin par­ve­nues. Étudiante, ça vou­lait dire pros­ti­tuée pour étu­diant. Maintenant, plus per­sonne, même pas l’Académie, ne trouve ce mot cho­quant. Au lieu d’admettre qu’en fran­çais tous les noms de métiers s’accordent avec le genre de la per­sonne qui les exerce, l’Académie pré­fère légi­fé­rer au cas par cas, de manière arbi­traire. Pharmacienne figure dans le der­nier dic­tion­naire de l’Académie, mais chi­rur­gienne n’est pas admis : allez trou­ver une logique…

On a ten­dance à pen­ser la langue comme apo­li­tique et anhis­to­rique : peut-être est-ce l’une des rai­sons qui nous conduit à ne pas prendre la mesure de toutes ces manipulations ?

Oui. On ne connaît pas l’histoire de la langue ni celle de la nor­ma­li­sa­tion de la langue. Ce n’est abso­lu­ment pas ensei­gné à l’école et on en voit les effets — par exemple avec les croyances au sujet de l’orthographe. Les gens pensent sin­cè­re­ment que « la langue de Molière » est la même que la nôtre, que si on fait une réforme de l’orthographe on va défor­mer « la langue de Molière ». Alors que Molière, comme Racine, c’est retrans­crit, c’est retra­duit. Il y a eu plu­sieurs réformes de l’orthographe depuis les édi­tions de la fin du XVIIe, qu’on peut retrou­ver sur Gallica. Ce qui a chan­gé, c’est le voca­bu­laire, en par­tie, la syn­taxe, un peu, mais sur­tout l’orthographe. Elle était très dif­fé­rente au XVIIe siècle : pas de dif­fé­rence entre le u et le v, pas de cir­con­flexe, l’usage des tildes ~ pour noter les nasales…

© Stéphane Burlot

L’orthographe est his­to­rique, mais serait-elle aus­si politique ?

Oui. Il y a tou­jours eu plu­sieurs variantes ortho­gra­phiques en concur­rence dans les usages, mais la tra­di­tion de l’Académie fran­çaise a tou­jours été de choi­sir les variantes les plus dif­fi­ciles. C’était un choix net­te­ment poli­tique et éli­tiste ; il s’agissait de choi­sir les variantes les plus éloi­gnées de l’écriture « des igno­rants et des simples femmes », qui avaient très peu accès à l’éducation sco­laire et qui écri­vaient de manière plus proche de la pro­non­cia­tion. Pourtant, le cou­rant « pho­né­tiste », qui plai­dait pour une écri­ture proche de la pro­non­cia­tion, a exis­té dès le XVIIe siècle, y com­pris par­mi les pre­miers aca­dé­mi­ciens, mais il n’a jamais réus­si à s’imposer. Pendant long­temps, l’écriture a été dis­so­ciée de l’orthographe. On appre­nait d’abord à écrire et puis ensuite, éven­tuel­le­ment, à « mettre l’orthographe » en lien avec l’étude du latin et du grec. À l’époque, jusqu’au XIXe-XXe, l’orthographe n’est vrai­ment pas des­ti­née à tous : c’est une pra­tique de dis­tinc­tion sociale. Cela a posé beau­coup de pro­blèmes quand, à la fin du XIXe, avec la démo­cra­ti­sa­tion de l’enseignement, il s’est agi d’enseigner à tout le monde quelque chose qui avait jus­te­ment été inven­té pour ne pas être pour tout le monde. On souffre actuel­le­ment de cette situa­tion-là dans l’enseignement, par rap­port à d’autres langues romanes comme l’espagnol, dont l’orthographe res­pecte bien davan­tage la pro­non­cia­tion et non l’étymologie.

Pouvez-vous don­ner un exemple de choix ortho­gra­phique de pure dis­tinc­tion sociale, sans logique linguistique ?

« On ne connaît pas l’histoire de la langue et l’histoire de la nor­ma­li­sa­tion de la langue. Ce n’est abso­lu­ment pas ensei­gné à l’école. »

Oh, il y en a plein. Boursouflé s’écrit avec un seul f, tan­dis que souf­flé s’écrit avec deux. Il y aurait beau­coup à dire sur les consonnes doubles en fran­çais… De même, la trans­crip­tion des mots d’origine grecque a tou­jours fait débat. En fran­çais, on a choi­si de pri­vi­lé­gier la repré­sen­ta­tion de l’étymologie dans l’orthographe, contrai­re­ment à l’italien, à l’espagnol, au por­tu­gais, au cata­lan ou au rou­main, où il n’y a pas de ph mais un f, pas de y mais un i. On a donc long­temps écrit rhythme en fran­çais, pour mar­quer par la nota­tion de trois sons le fait que ce mot venait du grec. Mais au XIXe siècle, même l’Académie a fini par trou­ver que trois lettres grecques dans un seul mot, ça fai­sait trop : ils ont qua­si­ment tiré au sort pour savoir laquelle enle­ver de manière à ne jamais dépas­ser deux lettres grecques dans un mot ! Il n’y a aucune cohé­rence là-dedans. Un autre exemple dont on a par­lé dans les médias récem­ment, c’est nénu­far. Tout le monde a hur­lé quand la réforme de 1990 a été appli­quée, réforme qui pres­cri­vait d’écrire nénu­far et non pas nénu­phar. Tout le monde a condam­né une sim­pli­fi­ca­tion de la langue, la baisse du niveau sous pré­texte qu’avec cette réforme les élèves ne ver­raient plus l’étymologie grecque, etc. On a tel­le­ment ten­dance, de nos jours, à pen­ser que l’orthographe est immuable et se confond avec la langue… Sauf que ce mot n’est pas du tout d’origine grecque : le latin l’a emprun­té à l’arabe qui à son tour l’avait emprun­té au per­san. Il se trouve que tous les dic­tion­naires de l’Académie avaient recom­man­dé d’écrire nénu­far jusqu’au 8e dic­tion­naire, celui de 1935, qui a déci­dé tout d’un coup de mettre un ph. Pourquoi ? On ne sait pas. Probablement par erreur.

Si c’est tel­le­ment absurde, pour­quoi existe-t-il encore tant de per­sonnes hos­tiles à des réformes de l’orthographe ou à la fémi­ni­sa­tion de cer­tains termes ?

Parce que ces per­sonnes ne savent pas que les langues figées sont des langues mortes ! Et que le fran­çais n’est pas un « génie » qui serait aujourd’hui en dan­ger, mais tout sim­ple­ment un ensemble de pra­tiques socia­le­ment codi­fiées. Parce qu’on leur dit que la valeur de la langue fran­çaise est dans l’orthographe. Parce qu’elles ne connaissent pas l’histoire de la langue, des langues. Parce qu’elles pensent qu’avec une ortho­graphe proche de la pro­non­cia­tion, on ne pour­rait pas avoir une pen­sée com­plexe ! Il suf­fit pour­tant de leur rap­pe­ler qu’il existe une lit­té­ra­ture extra­or­di­naire en espa­gnol… Pour la fémi­ni­sa­tion, c’est pareil, il suf­fit d’enseigner l’histoire de la langue pour se rendre compte qu’il y a eu plu­sieurs vagues de mas­cu­li­ni­sa­tion du fran­çais fon­dée sur des rai­sons poli­tiques et pro­fon­dé­ment sexistes, rai­sons sou­vent contes­tées et par­fai­te­ment réver­sibles. On devrait ensei­gner que la fameuse règle « Le mas­cu­lin l’emporte sur le fémi­nin » n’est pas du tout une règle uni­ver­selle. Ce mythe du mas­cu­lin comme neutre, qui l’emporterait donc sur le fémi­nin, a émer­gé au XVIIe siècle. C’est une inven­tion ; contrai­re­ment à l’allemand ou à l’anglais par exemple, il n’y a pas de neutre en fran­çais. Au moment de cette réforme, à l’âge clas­sique, il y avait des règles concur­rentes, beau­coup de varia­tions, et cette règle du « mas­cu­lin l’emporte » a mis beau­coup de temps à s’imposer.

© Stéphane Burlot

Les autres règles, comme celle de la proxi­mi­té, qui implique l’accord en genre et nombre avec le terme le plus proche, étaient encore en vigueur : on retrouve des exemples de cette règle dans Racine — « Surtout j’ai cru devoir aux larmes aux prières / consa­crer ces trois jours et ces trois nuits entières » (Athalie). Cette règle de la proxi­mi­té existe dans d’autres langues romanes, en por­tu­gais, en espa­gnol, où on trouve encore de la varia­tion. On prend la règle du mas­cu­lin qui l’emporte sur le fémi­nin comme une règle ins­ti­tuée depuis tou­jours alors qu’énormément de gens ont trou­vé ça absurde et ont résis­té contre cette mas­cu­li­ni­sa­tion for­cée, comme l’explique Éliane Viennot dans son ouvrage5. On peut citer par exemple Madame de Sévigné, qui rétor­quait : « Vous direz comme il vous plai­ra […] mais pour moi, je croi­rais avoir de la barbe au men­ton si je disais autre­ment. » Le pro­blème, c’est qu’aujourd’hui on fait confiance à des ins­ti­tu­tions, à des dic­tion­naires, sans cher­cher à com­prendre com­ment sont prises les déci­sions en matière de nor­ma­li­sa­tion du lan­gage. Qui décide de ce qui est cor­rect et selon quels cri­tères ? Nous devons nous sai­sir du lan­gage ; c’est un enjeu de lutte sym­bo­lique. Si ça te paraît impor­tant, puisqu’on dit ven­deuse, qu’on dise aus­si chi­rur­gienne ou pro­fes­seure, alors il faut se battre pour que cela soit accep­té par tous les dictionnaires.

Le lan­gage se fon­de­rait alors sur le res­sen­ti et les besoins du locu­teur ou de la locutrice ?

« On devrait ensei­gner que la fameuse règle Le mas­cu­lin l’emporte sur le fémi­nin n’est pas du tout une règle universelle. »

Le lan­gage ne peut être ni com­plè­te­ment indi­vi­duel ni com­plè­te­ment uni­fié. On ne peut pas avoir toutes et tous le même usage du lan­gage mais, en même temps, le lan­gage est for­cé­ment col­lec­tif. Plus la com­mu­nau­té de gens qui uti­lisent une langue est grande, plus les usages seront dif­fé­ren­ciés. Il y aura une cer­taine uni­té sur la syn­taxe, mais pas sur le lexique, la pro­non­cia­tion, ni même les gra­phies. Comme pour toutes les pra­tiques sociales, on uti­lise le lan­gage pour affi­cher nos affi­lia­tions à des groupes de gens, à des com­mu­nau­tés cultu­relles, sociales.

Mais est-ce un but poli­tique à recher­cher, de s’identifier ou d’être identifié.e mal­gré soi à un groupe social ? Parce que ce n’est pas tou­jours un choix….

C’est une vraie ques­tion : jusqu’à quel point rêve-t-on d’égalité et d’uniformité ? Jusqu’à quel point a‑t-on besoin de se dis­tin­guer ? Quel genre de socié­té veut-on construire et en quoi le lan­gage y par­ti­cipe ? C’est ce genre de ques­tions qui importe, avant de déci­der si ça doit s’écrire avec f ou ph. Mon tra­vail n’est pas d’y répondre, mais d’amener les gens à se poser cette ques­tion sur des bases solides et d’avoir les moyens de construire des réponses argu­men­tées, docu­men­tées, éclai­rées. J’ai un avis sur cette ques­tion, mais c’est sur­tout un avis citoyen, pas seule­ment un avis de lin­guiste : à une ques­tion poli­tique, il faut des réponses poli­tiques. L’orthographe est une ques­tion poli­tique. La confier à l’Académie, c’est comme confier à l’Église le pou­voir de faire les lois sur la famille, sous pré­texte que c’est la tradition !

© Stéphane Burlot

Cela peut nous ren­voyer à l’attitude à avoir vis-à-vis des langues régio­nales. Il paraît désor­mais oppres­sif de lut­ter contre celles-ci mais, pen­dant la Révolution fran­çaise, c’était un enjeu impor­tant afin d’u­ni­fier le ter­ri­toire, de com­battre contre la « langue du curé »…

Tout à fait : la ques­tion des régio­na­lismes ne doit pas être posée de manière figée. Les luttes sont tou­jours liées au contexte poli­tique. Le plus impor­tant est d’abord de com­prendre que le lan­gage est une pra­tique sociale, qui, dès lors, s’inscrit dans un contexte his­to­rique. Avec le com­bat pour la fémi­ni­sa­tion, on lutte pour une vraie pari­té. Peut-être que, plus tard, une fois la pari­té gagnée, on essaie­ra d’aller plus loin en lut­tant pour une non-dis­tinc­tion des genres, avec un vrai neutre. Les com­bats, quels qu’ils soient, doivent être adap­tés aux situa­tions poli­tiques. Si on prend la ques­tion de l’avortement, on ne peut pas la poser de la même manière dans des ter­ri­toires où les femmes n’ont pas eu la même his­toire, dans les DOM-TOM où sou­vent l’avortement et la sté­ri­li­sa­tion étaient impor­tants, voire for­cés, et en France où il était inter­dit. C’est la même chose pour la langue.

Prônez-vous la fémi­ni­sa­tion ou la dé-mas­cu­li­ni­sa­tion pour des rai­sons mili­tantes ou politiques ?

« Le lan­gage est une pra­tique sociale qui s’inscrit dans un contexte historique. »

Il faut que les gens aient accès à l’histoire de la langue pour se for­mer un avis. Mais une fois cela fait, pour moi, c’est sur­tout pour des rai­sons poli­tiques. Je ne veux pas ins­tau­rer une régu­la­ri­té et une logique par­faite dans la langue — les mots les plus cou­rants sont irré­gu­liers. Par contre, le fait d’utiliser un lan­gage où on donne la pré­émi­nence au mas­cu­lin, où, quand on parle d’un groupe, on ne sait jamais s’il est mixte ou seule­ment mas­cu­lin, c’est très pro­blé­ma­tique. Le fait de dire « un homme et cent cin­quante femmes sont arri­vés » n’a qu’une seule rai­son : ins­ti­tu­tion­na­li­ser par le lan­gage la domi­na­tion mas­cu­line. Dans des cas de ce type, un accord à la majo­ri­té ne devrait cho­quer per­sonne. Quand on prend conscience du sexisme de la langue, qu’il s’agisse de cette règle d’accord ou du carac­tère sexiste ou homo­phobe des insultes (« con », « pute », « pédé ») ou encore des expres­sions (« avoir des couilles »), c’est une révé­la­tion très cho­quante… C’est comme prendre conscience de ce que signi­fie dans la socié­té d’être une femme. Je ne sais pas com­ment ça se passe pour un homme, même s’il y en a qui prennent conscience de leurs pri­vi­lèges. On prend conscience d’un désa­van­tage et on a un sen­ti­ment aigu d’injustice.

Un contre-argu­ment sou­vent oppo­sé aux tenantes de la fémi­ni­sa­tion, c’est la valeur sym­bo­lique de leur com­bat. Ce serait un com­bat déri­soire, il fau­drait plu­tôt s’occuper des « vraies » inéga­li­tés, des dif­fé­rences de salaires, des vio­lences conjugales…

En géné­ral, ce sont les mêmes qui s’occupent du lan­gage et mènent tous les autres com­bats, car ils sont par­fai­te­ment com­pa­tibles ! J’ai l’impression que celles et ceux qui trouvent tou­jours des com­bats plus impor­tants ne s’impliquent dans aucun. Bien sûr qu’il faut lut­ter contre les vio­lences conju­gales ! Mais je pense que le sym­bo­lique est aus­si impor­tant, parce que le sym­bo­lique peut ajou­ter des freins ou, au contraire, libé­rer un poten­tiel d’imaginaire. Reprenons l’exemple de la fémi­ni­sa­tion des noms de métier, qui était pour­tant une mini-réfor­mette : il s’agissait sim­ple­ment que les noms de métiers s’accordent en genre avec la per­sonne qui les exerce ! Ça peut paraître tel­le­ment anec­do­tique… Mais quand on regarde la viru­lence des réac­tions machistes et les flots d’encre que ça a fait cou­ler, on se dit que oui, c’est impor­tant. Le lan­gage contri­bue à créer le réel.


Pour aller plus loin :
de cet entre­tien est né un livre, Le Français est à nous ! (édi­tions La Découverte, 2019)


Toutes les pho­tos sont de Stéphane Burlot, pour Ballast.


  1. « Confrère, Mme Assia Djebar, Chevalier de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, décé­dé […] » — notice cor­ri­gée depuis le décès de S. Veil.
  2. Le dépu­té Julien Aubert avait été mis à l’amende après s’être obs­ti­né à inter­pel­ler Sandrine Mazetier « Madame le pré­sident » : cela avait déclen­ché l’ire des dépu­tés UMP ; ils écri­virent une tri­bune évo­quant le « tota­li­ta­risme » de la situation.
  3. Avec Y. Chevalier, S. Duverger, A.-M. Houdebine, sous la direc­tion d’E. Viennot et avec la col­la­bo­ra­tion d’A. Lasserre.
  4. Daniel Garcia, Coupole et dépen­dances, enquête sur l’Académie fran­çaise, Ed. du Moment, 2014.
  5. Éliane Viennot, Non, le mas­cu­lin ne l’emporte pas sur le fémi­nin ! Petite his­toire des résis­tances de la langue fran­çaise, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2014.

REBONDS

☰ Lire notre article « Assia Djebar — la mémoire est une voix de femme », Jonathan Delaunay, avril 2017
☰ Lire notre article « Traduire ? Accomplir son voyage dans la langue », Maya Mihindou, juin 2016
☰ Lire notre entretien avec Zahra Ali : « Décoloniser le féminisme », juin 2016
☰ Lire notre entretien avec Christine Delphy : « La honte doit changer de bord », décembre 2015
☰ Lire notre entretien avec Mona Chollet : « Écrire, c’est un acte à part entière », novembre 2015
☰ Lire notre entretien avec Bérangère Kolly : « La fraternité exclut les femmes », octobre 2015

Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.