Maria Candea : « Le langage est politique »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Maria Candea est ensei­gnante-cher­cheuse en lin­guis­tique et socio­lin­guis­tique à l’u­ni­ver­si­té de Paris 3 (Sorbonne Nouvelle) et membre du comi­té de rédac­tion de la revue élec­tro­nique GLAD ! — sous-titrée Recherche sur le lan­gage, le genre et les sexua­li­tés. Pour cette cher­cheuse enga­gée, long­temps mili­tante dans l’as­so­cia­tion fémi­niste Mix-Cité, les convic­tions poli­tiques sont par­fai­te­ment com­pa­tibles avec la recherche, à condi­tion d’être réin­ter­ro­gées en per­ma­nence. Quoi de plus nor­mal que d’in­ter­ro­ger poli­ti­que­ment un objet poli­tique, le lan­gage ? Oui, un objet poli­tique, his­to­rique et social. Sait-on assez que le mas­cu­lin ne l’a pas tou­jours empor­té sur le fémi­nin ? Que l’Académie fran­çaise, qui assure décré­ter ce qu’est le « bon fran­çais », est pour l’es­sen­tiel com­po­sée d’ab­sen­téistes ? Que les citoyens ont un mot à dire sur les choix qui gou­vernent notre ortho­graphe ? 


Les membres de l’Académie fran­çaise ont ren­du hom­mage à Simone Veil, en par­lant de leur « confrère décé­dée ». Ils ne vont pas jusqu’à dire « consœur », mais ils accordent au fémi­nin ! Un grand pas en avant depuis la notice d’Assia Djebar, entiè­re­ment rédi­gée au mas­cu­lin1« Confrère, Mme Assia Djebar, Chevalier de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, décé­dé […] » — notice cor­ri­gée depuis le décès de S. Veil.… Dans le même temps, le Premier ministre lance un « Madame le ministre », au JT de France 2. Qu’est-ce que cela vous ins­pire ?

Ça montre que, petit à petit, les gens prennent conscience du fait que le lan­gage est poli­tique. Le fait que l’Académie fran­çaise n’ait pas osé mas­cu­li­ni­ser Simone Veil (et ait cor­ri­gé presque en cachette la notice d’Assia Djebar !) montre qu’ils sont for­cés de s’adapter à une cer­taine évo­lu­tion poli­tique — pour le coup, on peut accor­der au mas­cu­lin, vu la pré­sence mas­cu­line et l’i­déo­lo­gie mas­cu­li­niste de l’Académie ! C’était sans doute dif­fi­cile de mas­cu­li­ni­ser une figure fémi­niste comme Simone Veil… Quant à Édouard Philippe, en disant « Madame le ministre », il affiche cer­taines posi­tions poli­tiques. Quand quelqu’un comme lui, de son âge, de sa géné­ra­tion, emploie le mas­cu­lin pour par­ler d’une femme ministre, c’est for­cé­ment un choix, une condes­cen­dance déli­bé­rée. Cela montre que, pour lui, être ministre reste un métier tra­di­tion­nel­le­ment mas­cu­lin : on accepte les femmes mais on les garde sur des stra­pon­tins.

Cette sor­tie n’a pas relan­cé les débats sur la fémi­ni­sa­tion, contrai­re­ment au fameux « Madame le Président » lan­cé à l’Assemblée natio­nale, en 2014, à Sandrine Mazetier2Le dépu­té Julien Aubert avait été mis à l’amende après s’être obs­ti­né à inter­pel­ler Sandrine Mazetier « Madame le pré­sident » : cela avait déclen­ché l’ire des dépu­tés UMP ; ils écri­virent une tri­bune évo­quant le « tota­li­ta­risme » de la situa­tion.

« J’en veux à l’Académie fran­çaise de dif­fu­ser ces mes­sages sexistes, conser­va­teurs, réac­tion­naires. »

Ce n’est pas un sujet nou­veau. Les débats, on les a eus ; les argu­ments sont connus. Maintenant, les gens prennent posi­tion. Tout le monde ne prend pas les mêmes posi­tions sur l’égalité et d’autres sujets poli­tiques : pour­quoi serait-on d’accord sur le lan­gage ?

Vous avez co-écrit3Avec Y. Chevalier, S. Duverger, A.-M. Houdebine, sous la direc­tion d’E. Viennot et avec la col­la­bo­ra­tion d’A. Lasserre. un ouvrage, L’Académie contre la langue fran­çaise, qui est une attaque en règle contre l’Académie, son igno­rance et ses nui­sances. Pourquoi tant de haine ?

Alors, haine… Oui, si quand même, c’est de la haine ! (rires) Avec le temps, l’Académie fran­çaise a bien réus­si sa poli­tique de com­mu­ni­ca­tion, si bien qu’il y a encore beau­coup de gens qui pensent que c’est à l’Académie de dire com­ment on doit par­ler. Pour ma part, je ne leur recon­nais aucun rôle, aucune légi­ti­mi­té — mais il y a tel­le­ment de gens qui pensent qu’ils sont légi­times que je leur en veux de dif­fu­ser ces mes­sages sexistes, conser­va­teurs, réac­tion­naires.

En vous lisant, on se rend compte — et c’est frap­pant — qu’on a effec­ti­ve­ment ten­dance à pen­ser que l’Académie fran­çaise est légi­time à par­ler de langue fran­çaise, alors qu’on ne sait pas grand-chose de cette ins­ti­tu­tion. C’est peut-être repré­sen­ta­tif d’un rap­port de confiance spon­ta­née et aveugle envers les ins­ti­tu­tions…

Oui, on pense spon­ta­né­ment que l’Académie fran­çaise est légi­time à par­ler de langue fran­çaise, alors que c’est vrai­ment une posi­tion usur­pée. Il n’y a aucun lin­guiste par­mi eux ! Ils ne sont pas du tout coop­tés sur la base d’une quel­conque for­ma­tion lin­guis­tique. Il y a par exemple Valéry Giscard d’Estaing. En quoi serait-il légi­time à dire quelque chose sur la gram­maire ? Mais l’incompétence des aca­dé­mi­ciens remonte bien plus loin. Selon ses pre­miers sta­tuts, à sa créa­tion, l’Académie était cen­sée faire un Dictionnaire, une Grammaire, une Poétique et une Rhétorique. En presque quatre siècles, ils ont bou­clé à peine huit édi­tions de leur dic­tion­naire et ont édi­té une seule gram­maire, en 1930… immé­dia­te­ment tour­née en ridi­cule par les lin­guistes à cause de sa piètre qua­li­té.

© Stéphane Burlot

Vous mon­trez que les aca­dé­mi­ciens sont extrê­me­ment absen­téistes et ne font pas le tra­vail pour lequel ils sont payés. On a une image de l’Académie un peu ridi­cule, un peu pous­sié­reuse, mais pas for­cé­ment l’image d’une ins­ti­tu­tion para­site.

C’est un point qui a notam­ment été étu­dié par Daniel Garcia4Daniel Garcia, Coupole et dépen­dances, enquête sur l’Académie fran­çaise, Ed. du Moment, 2014.. L’Académie fran­çaise a un patri­moine exor­bi­tant, parce qu’ils ont des legs de toute sorte. Qu’ils fassent une ami­cale pri­vée avec tout leur argent, d’ac­cord, mais que ça ne soit pas encore cau­tion­né et aug­men­té par l’État et nos impôts ! Ils sont extrê­me­ment absen­téistes. Le der­nier dic­tion­naire de l’Académie, par exemple, est en train d’être rédi­gé par des agré­gés employés par le ser­vice du dic­tion­naire, pas par les aca­dé­mi­ciens. Ils sont cen­sés coor­don­ner un peu le dic­tion­naire mais ne le font qua­si­ment jamais — c’est pour ça qu’ils mettent plus de cent ans à en faire un ! C’est vrai, ça fera bien­tôt cent ans, leur der­nier dic­tion­naire date de 1935 ! Ils tra­vaillent à la 9e édi­tion depuis les années 1980… Maintenant, grâce au pro­fes­sion­na­lisme des équipes du Robert, Hachette, Larousse, on n’a pas besoin du dic­tion­naire de l’Académie. Ils ne servent vrai­ment à rien.

L’Académie fran­çaise a donc un pou­voir abu­sif ?

« Grâce au pro­fes­sion­na­lisme des équipes du Robert, Hachette, Larousse, on n’a pas besoin du dic­tion­naire de l’Académie. Ils ne servent vrai­ment à rien. »

L’Académie fran­çaise a été, depuis sa fon­da­tion, un pou­voir poli­tique abu­sif — d’ailleurs, c’est un peu bizarre qu’une ins­ti­tu­tion, en 2017, se dise légi­time en se reven­di­quant de l’Ancien Régime… Elle a été créée par Richelieu pour prendre le pou­voir sur les lettres et les gens de lettres. Même le Parlement de l’époque ne vou­lait pas enté­ri­ner les sta­tuts de l’Académie parce qu’elle était déjà per­çue comme un pou­voir abu­sif !

Vous mon­trez éga­le­ment qu’il ne s’a­git pas seule­ment d’un pou­voir abu­sif lin­guis­tique, mais bien d’un pou­voir poli­tique. L’Académie fran­çaise prend le pré­texte de la langue pour faire pas­ser des idées réac­tion­naires. On se sou­vient de la phrase de l’a­ca­dé­mi­cien Pierre Gaxotte, en 1980 : « Si on éli­sait une femme, on fini­rait par élire un nègre… »

C’était à pro­pos de l’élection de Marguerite Yourcenar, la pre­mière aca­dé­mi­cienne… Après, Senghor a été élu. Mais tout ne s’est pas ter­mi­né dans les années 1980 ; les pré­ju­gés sexistes et racistes des aca­dé­mi­ciens ne se sont pas éva­po­rés entre-temps !

Justement : Alain Finkielkraut. Il se sert de sa légi­ti­mi­té « d’Immortel » et d’« amou­reux de la langue fran­çaise » afin de véhi­cu­ler des mes­sages poli­tiques. Lors d’un petit déjeu­ner orga­ni­sé par l’UMP, il avait asso­cié les « Beurs » et l’accent « de ban­lieue » tout en déplo­rant un accent qui n’est plus « fran­çais tout à fait », ajou­tant qu’il n’est du reste pas pos­sible d’être né en France et d’avoir un « accent ». Autant d’aberrations lin­guis­tiques, non ?

Finkielkraut semble igno­rer la diver­si­té des accents régio­naux de France, ce qui est sidé­rant. Je tra­vaille depuis quelque temps sur le mythe de l’accent de ban­lieue, car c’est un mythe, tout comme le sté­réo­type du jeune-de-ban­lieue. Ce qu’on appelle l’accent de ban­lieue n’est pas lié à l’immigration, à un ter­ri­toire, à une reli­gion, comme le dit Finkielkraut, ni même à un pro­fil social, mais à une affi­lia­tion de groupe. C’est une pra­tique sty­lis­tique liée à la culture de rue. Et tous les jeunes d’un quar­tier ne se sentent pas concer­nés de la même manière par cette culture ! C’est fluide, c’est un style et aus­si un phé­no­mène de mode, avec quelques traits héri­tés du fran­çais popu­laire (par exemple, un cer­tain type de pro­non­cia­tion, l’allongement de l’avant-dernière syl­labe, décrit depuis le XIXe siècle). Ce n’est donc en aucun cas un accent héri­té de parents immi­grés, qui mon­tre­rait quoi que ce soit d’« anti-fran­çais ». D’ailleurs, la plu­part du temps, les parents de ces jeunes ne parlent pas du tout comme leurs enfants ! Les pro­pos de Finkielkraut relèvent, pour moi, tout sim­ple­ment du racisme (le mot « beur » prend, du reste, une conno­ta­tion raciste de nos jours) et de l’ignorance. Ça contri­bue à pro­pa­ger des cli­chés qui n’ont rien à voir avec les dyna­miques lin­guis­tiques.

© Stéphane Burlot

On est éga­le­ment sur­pris par l’extrême pau­vre­té des argu­ments de l’Académie fran­çaise contre les ten­ta­tives de fémi­ni­sa­tion des noms de métiers…

Bien sou­vent, ce ne sont même pas des argu­ments. Par exemple, les aca­dé­mi­ciens n’aiment pas doc­to­resse parce que ça rime avec fesse. Comment peut-on comp­ter cela comme un argu­ment contre l’accord gram­ma­ti­cal ? À ce compte-là, ça rime aus­si avec prin­cesse, enchan­te­resseFumaroli ne veut pas qu’on dise rec­trice, qui lui fait pen­ser à rec­tal, alors que tout le monde dit direc­trice, actrice. Tous ces argu­ments esthé­tiques ne veulent pas dire grand-chose ; ce sont juste des ques­tions d’habitude. Un autre exemple de mau­vaise foi : dans une inter­view en 2015, sur Arte, Érik Orsenna a décla­ré qu’écri­vaine n’était pas un joli terme parce qu’on enten­dait vaine. Toujours le même pseu­do-argu­ment écu­lé, reje­té par la jour­na­liste, Nadia Daam, qui lui a fait remar­quer que dans écri­vain on enten­dait aus­si vain. Il n’y avait même pas pen­sé…

L’Académie fran­çaise accepte la fémi­ni­sa­tion des métiers situés en bas de l’échelle sociale, mais pas celle de ceux tenus pour « impor­tants »…

« Les aca­dé­mi­ciens n’aiment pas doc­to­resse parce que ça rime avec fesse. Comment peut-on comp­ter cela comme un argu­ment contre l’accord gram­ma­ti­cal ? »

Oui, ça n’a abso­lu­ment aucune cohé­rence lin­guis­tique ; on voit bien que leur posi­tion est poli­tique. Cela témoigne de leur sexisme mais aus­si de leur mépris de classe. Ils se battent pour les fonc­tions qui leur semblent impor­tantes. On voit que ce com­bat se déplace quand on observe l’histoire des mots : par exemple, étu­diante est jugé comme un mot extrê­me­ment vul­gaire à la fin du XIXe siècle, quand les femmes qui s’étaient bat­tues pour avoir accès à l’université y sont enfin par­ve­nues. Étudiante, ça vou­lait dire pros­ti­tuée pour étu­diant. Maintenant, plus per­sonne, même pas l’Académie, ne trouve ce mot cho­quant. Au lieu d’admettre qu’en fran­çais tous les noms de métiers s’accordent avec le genre de la per­sonne qui les exerce, l’Académie pré­fère légi­fé­rer au cas par cas, de manière arbi­traire. Pharmacienne figure dans le der­nier dic­tion­naire de l’Académie, mais chi­rur­gienne n’est pas admis : allez trou­ver une logique…

On a ten­dance à pen­ser la langue comme apo­li­tique et anhis­to­rique : peut-être est-ce l’une des rai­sons qui nous conduit à ne pas prendre la mesure de toutes ces mani­pu­la­tions ?

Oui. On ne connaît pas l’histoire de la langue ni celle de la nor­ma­li­sa­tion de la langue. Ce n’est abso­lu­ment pas ensei­gné à l’école et on en voit les effets — par exemple avec les croyances au sujet de l’orthographe. Les gens pensent sin­cè­re­ment que « la langue de Molière » est la même que la nôtre, que si on fait une réforme de l’orthographe on va défor­mer « la langue de Molière ». Alors que Molière, comme Racine, c’est retrans­crit, c’est retra­duit. Il y a eu plu­sieurs réformes de l’orthographe depuis les édi­tions de la fin du XVIIe, qu’on peut retrou­ver sur Gallica. Ce qui a chan­gé, c’est le voca­bu­laire, en par­tie, la syn­taxe, un peu, mais sur­tout l’orthographe. Elle était très dif­fé­rente au XVIIe siècle : pas de dif­fé­rence entre le u et le v, pas de cir­con­flexe, l’usage des tildes ~ pour noter les nasales…

© Stéphane Burlot

L’orthographe est his­to­rique, mais serait-elle aus­si poli­tique ?

Oui. Il y a tou­jours eu plu­sieurs variantes ortho­gra­phiques en concur­rence dans les usages, mais la tra­di­tion de l’Académie fran­çaise a tou­jours été de choi­sir les variantes les plus dif­fi­ciles. C’était un choix net­te­ment poli­tique et éli­tiste ; il s’agissait de choi­sir les variantes les plus éloi­gnées de l’écriture « des igno­rants et des simples femmes », qui avaient très peu accès à l’éducation sco­laire et qui écri­vaient de manière plus proche de la pro­non­cia­tion. Pourtant, le cou­rant « pho­né­tiste », qui plai­dait pour une écri­ture proche de la pro­non­cia­tion, a exis­té dès le XVIIe siècle, y com­pris par­mi les pre­miers aca­dé­mi­ciens, mais il n’a jamais réus­si à s’imposer. Pendant long­temps, l’écriture a été dis­so­ciée de l’orthographe. On appre­nait d’abord à écrire et puis ensuite, éven­tuel­le­ment, à « mettre l’orthographe » en lien avec l’étude du latin et du grec. À l’époque, jusqu’au XIXe-XXe, l’orthographe n’est vrai­ment pas des­ti­née à tous : c’est une pra­tique de dis­tinc­tion sociale. Cela a posé beau­coup de pro­blèmes quand, à la fin du XIXe, avec la démo­cra­ti­sa­tion de l’enseignement, il s’est agi d’enseigner à tout le monde quelque chose qui avait jus­te­ment été inven­té pour ne pas être pour tout le monde. On souffre actuel­le­ment de cette situa­tion-là dans l’enseignement, par rap­port à d’autres langues romanes comme l’espagnol, dont l’orthographe res­pecte bien davan­tage la pro­non­cia­tion et non l’étymologie.

Pouvez-vous don­ner un exemple de choix ortho­gra­phique de pure dis­tinc­tion sociale, sans logique lin­guis­tique ?

« On ne connaît pas l’histoire de la langue et l’histoire de la nor­ma­li­sa­tion de la langue. Ce n’est abso­lu­ment pas ensei­gné à l’école. »

Oh, il y en a plein. Boursouflé s’écrit avec un seul f, tan­dis que souf­flé s’écrit avec deux. Il y aurait beau­coup à dire sur les consonnes doubles en fran­çais… De même, la trans­crip­tion des mots d’origine grecque a tou­jours fait débat. En fran­çais, on a choi­si de pri­vi­lé­gier la repré­sen­ta­tion de l’étymologie dans l’orthographe, contrai­re­ment à l’italien, à l’espagnol, au por­tu­gais, au cata­lan ou au rou­main, où il n’y a pas de ph mais un f, pas de y mais un i. On a donc long­temps écrit rhythme en fran­çais, pour mar­quer par la nota­tion de trois sons le fait que ce mot venait du grec. Mais au XIXe siècle, même l’Académie a fini par trou­ver que trois lettres grecques dans un seul mot, ça fai­sait trop : ils ont qua­si­ment tiré au sort pour savoir laquelle enle­ver de manière à ne jamais dépas­ser deux lettres grecques dans un mot ! Il n’y a aucune cohé­rence là-dedans. Un autre exemple dont on a par­lé dans les médias récem­ment, c’est nénu­far. Tout le monde a hur­lé quand la réforme de 1990 a été appli­quée, réforme qui pres­cri­vait d’écrire nénu­far et non pas nénu­phar. Tout le monde a condam­né une sim­pli­fi­ca­tion de la langue, la baisse du niveau sous pré­texte qu’avec cette réforme les élèves ne ver­raient plus l’étymologie grecque, etc. On a tel­le­ment ten­dance, de nos jours, à pen­ser que l’orthographe est immuable et se confond avec la langue… Sauf que ce mot n’est pas du tout d’origine grecque : le latin l’a emprun­té à l’arabe qui à son tour l’avait emprun­té au per­san. Il se trouve que tous les dic­tion­naires de l’Académie avaient recom­man­dé d’écrire nénu­far jusqu’au 8e dic­tion­naire, celui de 1935, qui a déci­dé tout d’un coup de mettre un ph. Pourquoi ? On ne sait pas. Probablement par erreur.

Si c’est tel­le­ment absurde, pour­quoi existe-t-il encore tant de per­sonnes hos­tiles à des réformes de l’orthographe ou à la fémi­ni­sa­tion de cer­tains termes ?

Parce que ces per­sonnes ne savent pas que les langues figées sont des langues mortes ! Et que le fran­çais n’est pas un « génie » qui serait aujourd’hui en dan­ger, mais tout sim­ple­ment un ensemble de pra­tiques socia­le­ment codi­fiées. Parce qu’on leur dit que la valeur de la langue fran­çaise est dans l’orthographe. Parce qu’elles ne connaissent pas l’histoire de la langue, des langues. Parce qu’elles pensent qu’avec une ortho­graphe proche de la pro­non­cia­tion, on ne pour­rait pas avoir une pen­sée com­plexe ! Il suf­fit pour­tant de leur rap­pe­ler qu’il existe une lit­té­ra­ture extra­or­di­naire en espa­gnol… Pour la fémi­ni­sa­tion, c’est pareil, il suf­fit d’enseigner l’histoire de la langue pour se rendre compte qu’il y a eu plu­sieurs vagues de mas­cu­li­ni­sa­tion du fran­çais fon­dée sur des rai­sons poli­tiques et pro­fon­dé­ment sexistes, rai­sons sou­vent contes­tées et par­fai­te­ment réver­sibles. On devrait ensei­gner que la fameuse règle « Le mas­cu­lin l’emporte sur le fémi­nin » n’est pas du tout une règle uni­ver­selle. Ce mythe du mas­cu­lin comme neutre, qui l’emporterait donc sur le fémi­nin, a émer­gé au XVIIe siècle. C’est une inven­tion ; contrai­re­ment à l’allemand ou à l’anglais par exemple, il n’y a pas de neutre en fran­çais. Au moment de cette réforme, à l’âge clas­sique, il y avait des règles concur­rentes, beau­coup de varia­tions, et cette règle du « mas­cu­lin l’emporte » a mis beau­coup de temps à s’imposer.

© Stéphane Burlot

Les autres règles, comme celle de la proxi­mi­té, qui implique l’accord en genre et nombre avec le terme le plus proche, étaient encore en vigueur : on retrouve des exemples de cette règle dans Racine — « Surtout j’ai cru devoir aux larmes aux prières / consa­crer ces trois jours et ces trois nuits entières » (Athalie). Cette règle de la proxi­mi­té existe dans d’autres langues romanes, en por­tu­gais, en espa­gnol, où on trouve encore de la varia­tion. On prend la règle du mas­cu­lin qui l’emporte sur le fémi­nin comme une règle ins­ti­tuée depuis tou­jours alors qu’énormément de gens ont trou­vé ça absurde et ont résis­té contre cette mas­cu­li­ni­sa­tion for­cée, comme l’explique Éliane Viennot dans son ouvrage5Éliane Viennot, Non, le mas­cu­lin ne l’emporte pas sur le fémi­nin ! Petite his­toire des résis­tances de la langue fran­çaise, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2014.. On peut citer par exemple Madame de Sévigné, qui rétor­quait : « Vous direz comme il vous plai­ra […] mais pour moi, je croi­rais avoir de la barbe au men­ton si je disais autre­ment. » Le pro­blème, c’est qu’aujourd’hui on fait confiance à des ins­ti­tu­tions, à des dic­tion­naires, sans cher­cher à com­prendre com­ment sont prises les déci­sions en matière de nor­ma­li­sa­tion du lan­gage. Qui décide de ce qui est cor­rect et selon quels cri­tères ? Nous devons nous sai­sir du lan­gage ; c’est un enjeu de lutte sym­bo­lique. Si ça te paraît impor­tant, puisqu’on dit ven­deuse, qu’on dise aus­si chi­rur­gienne ou pro­fes­seure, alors il faut se battre pour que cela soit accep­té par tous les dic­tion­naires.

Le lan­gage se fon­de­rait alors sur le res­sen­ti et les besoins du locu­teur ou de la locu­trice ?

« On devrait ensei­gner que la fameuse règle Le mas­cu­lin l’emporte sur le fémi­nin n’est pas du tout une règle uni­ver­selle. »

Le lan­gage ne peut être ni com­plè­te­ment indi­vi­duel ni com­plè­te­ment uni­fié. On ne peut pas avoir toutes et tous le même usage du lan­gage mais, en même temps, le lan­gage est for­cé­ment col­lec­tif. Plus la com­mu­nau­té de gens qui uti­lisent une langue est grande, plus les usages seront dif­fé­ren­ciés. Il y aura une cer­taine uni­té sur la syn­taxe, mais pas sur le lexique, la pro­non­cia­tion, ni même les gra­phies. Comme pour toutes les pra­tiques sociales, on uti­lise le lan­gage pour affi­cher nos affi­lia­tions à des groupes de gens, à des com­mu­nau­tés cultu­relles, sociales.

Mais est-ce un but poli­tique à recher­cher, de s’identifier ou d’être identifié.e mal­gré soi à un groupe social ? Parce que ce n’est pas tou­jours un choix….

C’est une vraie ques­tion : jusqu’à quel point rêve-t-on d’égalité et d’uniformité ? Jusqu’à quel point a‑t-on besoin de se dis­tin­guer ? Quel genre de socié­té veut-on construire et en quoi le lan­gage y par­ti­cipe ? C’est ce genre de ques­tions qui importe, avant de déci­der si ça doit s’écrire avec f ou ph. Mon tra­vail n’est pas d’y répondre, mais d’amener les gens à se poser cette ques­tion sur des bases solides et d’avoir les moyens de construire des réponses argu­men­tées, docu­men­tées, éclai­rées. J’ai un avis sur cette ques­tion, mais c’est sur­tout un avis citoyen, pas seule­ment un avis de lin­guiste : à une ques­tion poli­tique, il faut des réponses poli­tiques. L’orthographe est une ques­tion poli­tique. La confier à l’Académie, c’est comme confier à l’Église le pou­voir de faire les lois sur la famille, sous pré­texte que c’est la tra­di­tion !

© Stéphane Burlot

Cela peut nous ren­voyer à l’attitude à avoir vis-à-vis des langues régio­nales. Il paraît désor­mais oppres­sif de lut­ter contre celles-ci mais, pen­dant la Révolution fran­çaise, c’était un enjeu impor­tant afin d’u­ni­fier le ter­ri­toire, de com­battre contre la « langue du curé »…

Tout à fait : la ques­tion des régio­na­lismes ne doit pas être posée de manière figée. Les luttes sont tou­jours liées au contexte poli­tique. Le plus impor­tant est d’abord de com­prendre que le lan­gage est une pra­tique sociale, qui, dès lors, s’inscrit dans un contexte his­to­rique. Avec le com­bat pour la fémi­ni­sa­tion, on lutte pour une vraie pari­té. Peut-être que, plus tard, une fois la pari­té gagnée, on essaie­ra d’aller plus loin en lut­tant pour une non-dis­tinc­tion des genres, avec un vrai neutre. Les com­bats, quels qu’ils soient, doivent être adap­tés aux situa­tions poli­tiques. Si on prend la ques­tion de l’avortement, on ne peut pas la poser de la même manière dans des ter­ri­toires où les femmes n’ont pas eu la même his­toire, dans les DOM-TOM où sou­vent l’avortement et la sté­ri­li­sa­tion étaient impor­tants, voire for­cés, et en France où il était inter­dit. C’est la même chose pour la langue.

Prônez-vous la fémi­ni­sa­tion ou la dé-mas­cu­li­ni­sa­tion pour des rai­sons mili­tantes ou poli­tiques ?

« Le lan­gage est une pra­tique sociale qui s’inscrit dans un contexte his­to­rique. »

Il faut que les gens aient accès à l’histoire de la langue pour se for­mer un avis. Mais une fois cela fait, pour moi, c’est sur­tout pour des rai­sons poli­tiques. Je ne veux pas ins­tau­rer une régu­la­ri­té et une logique par­faite dans la langue — les mots les plus cou­rants sont irré­gu­liers. Par contre, le fait d’utiliser un lan­gage où on donne la pré­émi­nence au mas­cu­lin, où, quand on parle d’un groupe, on ne sait jamais s’il est mixte ou seule­ment mas­cu­lin, c’est très pro­blé­ma­tique. Le fait de dire « un homme et cent cin­quante femmes sont arri­vés » n’a qu’une seule rai­son : ins­ti­tu­tion­na­li­ser par le lan­gage la domi­na­tion mas­cu­line. Dans des cas de ce type, un accord à la majo­ri­té ne devrait cho­quer per­sonne. Quand on prend conscience du sexisme de la langue, qu’il s’agisse de cette règle d’accord ou du carac­tère sexiste ou homo­phobe des insultes (« con », « pute », « pédé ») ou encore des expres­sions (« avoir des couilles »), c’est une révé­la­tion très cho­quante… C’est comme prendre conscience de ce que signi­fie dans la socié­té d’être une femme. Je ne sais pas com­ment ça se passe pour un homme, même s’il y en a qui prennent conscience de leurs pri­vi­lèges. On prend conscience d’un désa­van­tage et on a un sen­ti­ment aigu d’injustice.

Un contre-argu­ment sou­vent oppo­sé aux tenantes de la fémi­ni­sa­tion, c’est la valeur sym­bo­lique de leur com­bat. Ce serait un com­bat déri­soire, il fau­drait plu­tôt s’occuper des « vraies » inéga­li­tés, des dif­fé­rences de salaires, des vio­lences conju­gales…

En géné­ral, ce sont les mêmes qui s’occupent du lan­gage et mènent tous les autres com­bats, car ils sont par­fai­te­ment com­pa­tibles ! J’ai l’impression que celles et ceux qui trouvent tou­jours des com­bats plus impor­tants ne s’impliquent dans aucun. Bien sûr qu’il faut lut­ter contre les vio­lences conju­gales ! Mais je pense que le sym­bo­lique est aus­si impor­tant, parce que le sym­bo­lique peut ajou­ter des freins ou, au contraire, libé­rer un poten­tiel d’imaginaire. Reprenons l’exemple de la fémi­ni­sa­tion des noms de métier, qui était pour­tant une mini-réfor­mette : il s’agissait sim­ple­ment que les noms de métiers s’accordent en genre avec la per­sonne qui les exerce ! Ça peut paraître tel­le­ment anec­do­tique… Mais quand on regarde la viru­lence des réac­tions machistes et les flots d’encre que ça a fait cou­ler, on se dit que oui, c’est impor­tant. Le lan­gage contri­bue à créer le réel.


Pour aller plus loin :
de cet entre­tien est né un livre, Le fran­çais est à nous ! (édi­tions La Découverte, 2019)


Toutes les pho­tos sont de Stéphane Burlot, pour Ballast.


REBONDS

☰ Lire notre article « Assia Djebar — la mémoire est une voix de femme », Jonathan Delaunay, avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Eric Macé : « Le genre comme rap­port social de pou­voir », jan­vier 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Amandine Gay : « À qui réus­sit-on à par­ler ? », jan­vier 2017
☰ Lire notre article « Traduire ? Accomplir son voyage dans la langue », Maya Mihindou, juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Zahra Ali : « Décoloniser le fémi­nisme », juin 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Christine Delphy : « La honte doit chan­ger de bord », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Mona Chollet : « Écrire, c’est un acte à part entière », novembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Bérangère Kolly : « La fra­ter­ni­té exclut les femmes », octobre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Clémentine Autain : « Rendre au fémi­nisme son tran­chant », février 2015

NOTES   [ + ]

1.« Confrère, Mme Assia Djebar, Chevalier de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, décé­dé […] » — notice cor­ri­gée depuis le décès de S. Veil.
2.Le dépu­té Julien Aubert avait été mis à l’amende après s’être obs­ti­né à inter­pel­ler Sandrine Mazetier « Madame le pré­sident » : cela avait déclen­ché l’ire des dépu­tés UMP ; ils écri­virent une tri­bune évo­quant le « tota­li­ta­risme » de la situa­tion.
3.Avec Y. Chevalier, S. Duverger, A.-M. Houdebine, sous la direc­tion d’E. Viennot et avec la col­la­bo­ra­tion d’A. Lasserre.
4.Daniel Garcia, Coupole et dépen­dances, enquête sur l’Académie fran­çaise, Ed. du Moment, 2014.
5.Éliane Viennot, Non, le mas­cu­lin ne l’emporte pas sur le fémi­nin ! Petite his­toire des résis­tances de la langue fran­çaise, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2014.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.