Jérôme Segal : « Qui sont les animaux ? »


Entretien inédit pour le site de Ballast

La pla­nète est donc para­ly­sée. « Le coro­na­vi­rus à l’origine de l’actuelle pan­dé­mie pro­vient indis­cu­ta­ble­ment de la consom­ma­tion d’animaux », vient de rap­pe­ler un col­lec­tif essen­tiel­le­ment consti­tué de méde­cins. Jérôme Segal, his­to­rien et cher­cheur, a cosi­gné cette tri­bune. Si l’ap­pa­ri­tion de mala­dies liées aux types de rela­tions que nous entre­te­nons avec les ani­maux n’est évi­dem­ment pas inédite, peut-être cette crise sani­taire-ci amè­ne­ra-t-elle à les recon­si­dé­rer en pro­fon­deur, avance l’es­sayiste. Son der­nier ouvrage, Animal radi­cal, vient de paraître (du moins le sera-t-il vrai­ment lorsque les librai­ries rou­vri­ront). Sous-titré Histoire et socio­lo­gie de l’an­tis­pé­cisme, il donne à lire la diver­si­té sou­vent contra­dic­toire de ce mou­ve­ment phi­lo­so­phique et poli­tique. Fort d’une enquête conduite en France, au Canada et en Israël, il rap­pelle éga­le­ment ses racines his­to­riques au sein de la tra­di­tion socia­liste — et plus encore liber­taire —, avant même de s’être déployé sous le nom d’an­tis­pé­cisme dans les années 1970 via la gauche anglo­saxonne. Nous reve­nons avec lui sur le tableau qu’il brosse.


Jusque dans les rangs anti­ca­pi­ta­listes, il existe des détrac­teurs de la cause ani­male par­ti­cu­liè­re­ment viru­lents. Jocelyne Porcher et Paul Ariès, par exemple, arguent que l’an­tis­pé­cisme est à ban­nir, car il serait extré­miste, et que le véga­nisme ferait le jeu du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé…

D’abord, l’extrémisme méri­te­rait d’être défi­ni. Qu’est ce qui est « extré­miste » ? pen­ser qu’un porc, dont les capa­ci­tés cog­ni­tives sont supé­rieures à celle d’un chien, doit vivre l’intégralité de sa vie en enfer — sépa­ré de sa mère à la nais­sance, cas­tré à vif, les dents limées, la queue cou­pée, pas­sant sa vie dans un han­gar sur caille­bo­tis en n’apercevant la lumière du jour que lorsqu’il est conduit à l’abattoir — ou pen­ser qu’on peut très bien vivre en bonne san­té, à tous les âges de la vie, avec une ali­men­ta­tion végé­tale ? Être mino­ri­taire (les véganes sont moins d’1 % dans la popu­la­tion), ce n’est pas for­cé­ment être « extrême », même si on remet en cause une part pro­fonde de notre culture, concer­nant l’alimentation et les loi­sirs (plus de zoos ni de chasse, d’équitation ou de cor­ri­da). L’accusation d’extrémisme recoupe celle de radi­ca­li­té, sou­vent asso­ciée à tort à la vio­lence… L’attitude néo­li­bé­rale du pré­sident Macron est par exemple plus « radi­cale » que celle du Parti ani­ma­liste, prêt à s’allier avec des éco­lo­gistes ou des socia­listes pour des élec­tions. Macron est radi­cal dans le sens où il ne déroge pas de son cre­do, qu’il n’envisage aucun chan­ge­ment de cap. S’il parle de natio­na­li­sa­tion en temps de crise pan­dé­mique, ce n’est que pour mutua­li­ser les pertes en atten­dant de pou­voir pri­va­ti­ser à nou­veau les pro­fits — comme lors de la crise ban­caire de 2008 où les banques ont été ren­flouées avec de l’argent public.

« Lorsque Jocelyne Porcher et Paul Ariès déclarent que les véganes sont les idiots utiles du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé, c’est tout bon­ne­ment stu­pide. »

Et lorsque Jocelyne Porcher et Paul Ariès déclarent que les véganes sont les idiots utiles du capi­ta­lisme mon­dia­li­sé, c’est tout bon­ne­ment stu­pide. Leur rai­son­ne­ment, si l’on peut employer ce terme, consiste à dire que puisque des véganes consomment des pro­duits indus­triels comme des « steaks végé­taux » ou du « lait d’amande » (déno­mi­na­tions inter­dites dans les com­merces par le lob­by agroa­li­men­taire), ils sont les pro­mo­teurs de cette indus­trie, effec­ti­ve­ment mon­dia­li­sée. C’est ridi­cule ! D’abord, la plu­part des véganes que j’ai ren­con­trés pour écrire mon livre, que ce soit en France, en Israël, au Québec ou en Autriche, où je vis, ne sont pas du tout des adeptes des pro­duits indus­triels. Ils cui­sinent, tout sim­ple­ment, avec les légumes qu’ils achètent, ajou­tant des céréales, des légu­mi­neuses comme les len­tilles ou les pois chiches, et ne se sou­cient pas des « veg­gie bur­gers ». C’est le capi­ta­lisme qui, fai­sant feu de tout bois, surfe sur la mode végane. Et puisque les ventes de laits végé­taux et de sub­sti­tuts aux pro­duits car­nés ont des taux de crois­sance à deux chiffres, un juteux mar­ché se déve­loppe. Il faut se rendre compte qu’il existe bien un effet de mode pour le véga­nisme, notam­ment car des études montrent qu’une telle ali­men­ta­tion est meilleure pour la san­té, mais que tous les véganes ne sont pas mili­tants anti­spé­cistes !

La nuance n’est pas for­cé­ment évi­dente pour le lec­teur ordi­naire…

On peut être végane car on a enten­du une joueuse de ten­nis comme Venus Williams dire que ce régime lui était béné­fique, ou parce que tel ou tel acteur d’Hollywood est végane, sans pour autant être anti­spé­ciste — c’est-à-dire lié à un enga­ge­ment poli­tique.

(Miroco Machiko)

La « viande de syn­thèse » obnu­bile Ariès et Porcher !

Elle est actuel­le­ment déve­lop­pée dans quelques labo­ra­toires. Si des véganes ont pu approu­ver ces recherches, c’est sim­ple­ment par stra­té­gie : on sait que de nom­breux Occidentaux ont du mal à se pas­ser de viande au motif que « La viande, c’est quand même vache­ment bon ». Un mili­tant anti­spé­ciste « radi­cal », dans le sens éty­mo­lo­gique du terme, à savoir celui qui va à la racine du pro­blème, répon­dra qu’une pré­fé­rence gus­ta­tive ne peut être oppo­sée à un argu­ment éthique (c’est « mal » de tuer et faire souf­frir des êtres qui ne demandent qu’à vivre et être sujets de leur vie, avec les émo­tions et sen­ti­ments qui l’accompagnent). Un mili­tant plus prag­ma­tique pour­ra répondre « Eh bien goûte-moi cette viande de syn­thèse, tu ne feras pas la dif­fé­rence ! ». Ce n’est pas pour autant que les anti­spé­cistes sont les sup­pôts du grand capi­tal : Porcher et Ariès n’ont vrai­ment rien com­pris !

On peut donc clai­re­ment affir­mer qu’il n’existe aucune incom­pa­ti­bi­li­té entre la lutte sociale et la cause ani­male ?

« Les anti­spé­cistes sont de prime abord enclins à s’élever contre toutes les formes d’oppression. »

Oui ! D’abord, les anti­spé­cistes posent comme point de départ, sui­vant en cela le dar­wi­nisme, que l’Homme est un pri­mate. Ses inté­rêts doivent donc être consi­dé­rés, comme ceux de tous les ani­maux sen­tients, c’est-à-dire capables de sen­ti­ments, d’éprouver de la dou­leur, de déve­lop­per une per­son­na­li­té. Les anti­spé­cistes sont donc de prime abord enclins à s’élever contre toutes les formes d’oppression — qu’il s’agisse de racisme, de sexisme, de capa­ci­tisme, d’âgisme, de clas­sisme ou encore de dis­cri­mi­na­tions à l’encontre des mino­ri­tés sexuelles. La plu­part des mili­tants que j’ai ren­con­trés cumu­laient plu­sieurs enga­ge­ments. Il existe d’ailleurs un débat autour de l’intersectionnalité et de la conver­gence des luttes, por­té par des mili­tants de la cause ani­male. À côté de cela, il existe des anti­spé­cistes, comme Sasha Boojor, le fon­da­teur de l’association 269 Life, en Israël, qui estiment que la cause ani­male doit être prio­ri­taire car les ani­maux n’ont abso­lu­ment aucun moyen de faire valoir leurs droits — à com­men­cer par le plus élé­men­taire d’entre eux, celui de ne pas être tué. Chez ces mili­tants, la souf­france des ani­maux est telle et les résul­tats de leur poli­tique si maigres, qu’ils peuvent par­fois déve­lop­per une forme de misan­thro­pie liée à une forme de déses­poir.

Ils sont mino­ri­taires ?

Tout à fait.

Vous le rap­pe­lez d’ailleurs : his­to­ri­que­ment, socia­listes et anar­chistes ont été liés à la cause ani­male — qui a pris le nom d’an­tis­pé­cisme dans les années 1970. Qu’en est-il de ce lien, aujourd’­hui ?

C’est assez com­pli­qué. Je dirais que l’anarchisme et le socia­lisme res­tent pré­sents dans l’esprit de nom­breux mili­tants anti­spé­cistes mais que les ins­tances de ces mou­ve­ments gardent leurs dis­tances avec le mou­ve­ment ani­ma­liste. Prenons les anar­chistes, par exemple. Dans son Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme, paru en 2001, Daniel Colson consacre une entrée à l’antispécisme, mais essen­tiel­le­ment pour démar­quer ce mou­ve­ment de la pen­sée libertaire1. En pre­mier lieu, selon lui, la libé­ra­tion doit venir des sujets oppri­més eux-mêmes, refu­sant les inter­mé­diaires ou repré­sen­tants de leurs inté­rêts. Or les ani­maux ne peuvent pas faire d’actions directes et les mili­tants qui disent les repré­sen­ter n’ont, dans cette optique, aucune légi­ti­mi­té. Deuxièmement, pour­suit-il, l’antispécisme s’appuie lar­ge­ment sur une phi­lo­so­phie uti­li­ta­riste visant une maxi­mi­sa­tion du bien-être qui ne cor­res­pond pas aux aspi­ra­tions anar­chistes, puisque l’utilitarisme est com­pa­tible avec les inéga­li­tés et recon­naît un pri­ma du bon­heur sur l’idée de jus­tice. Enfin, tou­jours selon Colson, dans sa volon­té d’accorder des droits aux ani­maux non-humains, l’antispécisme se rap­proche sans le vou­loir d’un huma­nisme deve­nu supré­ma­cisme humain — car c’est bien l’Homme qui décide quels sont les ani­maux sen­tients dignes d’être défen­dus.

(Miroco Machiko)

Mais les « fon­da­teurs » de l’an­tis­pé­cisme en France sont issus de la mou­vance anar­chiste…

Oui. David Olivier ou Yves Bonnardel, à l’origine des Cahiers anti­spé­cistes à par­tir de 1991, s’en réclament au moment où ils créent cette revue. Les fon­da­teurs de l’association L214, Brigitte Gothière et Sébastien Arsac, viennent aus­si de ce milieu — et aujourd’hui encore, on trouve dans leur asso­cia­tion des signes qui rap­pellent ces ori­gines, par exemple la col­lec­ti­vi­té des déci­sions et le salaire unique (2 300 euros brut) quel que soit le poste occu­pé au sein de l’association. Du côté des socia­listes ou de ce qu’on nomme sou­vent aujourd’hui « la gauche de la gauche », c’est un peu la même chose. Les par­tis ou grandes asso­cia­tions ont du mal à sou­te­nir ouver­te­ment la cause ani­male, tant la rup­ture socié­tale que sup­pose l’antispécisme est grande. La fin de l’élevage, par exemple, pour laquelle L214 orga­nise chaque année une grande mani­fes­ta­tion, est un mot d’ordre inau­dible pour le syn­di­cat de gauche des pay­sans, la Confédération pay­sanne. Parmi les anti­spé­cistes, la conduite à tenir vis-à-vis des « petits éle­veurs » consti­tue d’ailleurs un point de dis­corde. Certains, plu­tôt prag­ma­tiques, estiment que la cause pre­mière de souf­france des ani­maux est l’élevage inten­sif de type capi­ta­liste dont la Ferme aux mille vaches est deve­nue un sym­bole en France. La Confédération pay­sanne et L214 se sont ren­con­trés contre ce pro­jet. D’autres, au contraire, repré­sen­tés par exemple au sein d’associations comme 269 Life France, 269 Libération ani­male ou Boucherie Abolition, estiment qu’il ne peut exis­ter de bon « éle­vage » et que si l’on veut vrai­ment fer­mer les abat­toirs, il n’y a pas lieu de s’allier avec des éle­veurs, petits ou grands.

Dans le cadre de votre enquête, avez-vous pu confir­mer l’i­dée, très répan­due, que les par­ti­sans de la cause ani­male sont éco­no­mi­que­ment pri­vi­lé­giés ?

« Il y a bien plus de femmes par­mi les représentant·e·s de la cause ani­male. Manger de la viande, c’est pour beau­coup assu­mer une viri­li­té machiste. »

C’est tout à fait faux. Pour mieux connaître ce milieu, j’ai pra­ti­qué l’observation par­ti­ci­pante : la plu­part des mili­tants ren­con­trés vivent très modes­te­ment, sou­vent au RSA, et sont par­fois en rup­ture avec la socié­té. Je me sou­viens notam­ment d’une jeune femme d’une ving­taine d’années qui ne pou­vait venir à une action pré­vue à Paris le 1er novembre 2018 — il s’agissait, le jour des morts, de pré­sen­ter en silence des affiches révé­lant ce qui se passe dans les abat­toirs sur une place pari­sienne emblé­ma­tique — car elle n’avait pas les moyens de prendre un train de ban­lieue. Il y a aus­si le mou­ve­ment « free­gan » qui prône le véga­nisme en récu­pé­rant les inven­dus des mar­chés et super­mar­chés dans les pou­belles. Ces mili­tants ne viennent géné­ra­le­ment pas du tout des classes aisées. Bon nombre de mili­tants vivent sur des refuges qu’ils ont créés en pleine cam­pagne pour les ani­maux qu’ils ont « sau­vés » (ou « volés », selon la pers­pec­tive), dans les abat­toirs ou dans les éle­vages. Il y a aus­si bien sûr des mili­tants de type « uni­ver­si­taire », dont je fais par­tie, rele­vant d’une socio­lo­gie propre aux milieux qui per­mettent de faire de longues études, donc plu­tôt aisés. Mais ces uni­ver­si­taires font par­tie de ce milieu car ils sont uni­ver­si­taires, et non en rai­son de leur anti­spé­cisme, sou­vent tar­dif.

La cause ani­male semble davan­tage inves­tie par les femmes que les hommes — on a même pu par­ler d’une cause « fémi­niste ». Comment le com­prendre ?

Effectivement, il y a bien plus de femmes par­mi les représentant·e·s de la cause ani­male. Le Parti ani­ma­liste fran­çais a eu beau­coup de mal à éta­blir des listes pari­taires ! Lors des pre­mières élec­tions où le par­ti s’est pré­sen­té — les légis­la­tives de 2017 —, ils ont dû payer une amende impor­tante car ils avaient trop de femmes sur leurs listes ! Son finan­ce­ment public a ain­si été ampu­té de 36 %, ce qui, à mon avis, ne res­pecte pas l’esprit de la loi visant à pro­mou­voir la par­ti­ci­pa­tion des femmes à la vie poli­tique. Je vois deux rai­sons à cette sur­re­pré­sen­ta­tion des femmes au sein de ce mou­ve­ment. L’une poli­tique et l’autre bio­lo­gique — au risque de m’attirer les foudres de certain·e·s… La pre­mière est l’expérience des dis­cri­mi­na­tions : les anti­spé­cistes s’attaquent au car­nisme, l’idéologie selon laquelle il serait bon, natu­rel et néces­saire de consom­mer de la viande, notam­ment pour ce qu’elle repré­sente en termes de force et de viri­li­té. Manger de la viande, c’est pour beau­coup assu­mer une viri­li­té machiste, vivre le mythe du chas­seur qui domine la famille — même si aujourd’hui les hommes ne chassent la viande que dans les rayons de super­mar­ché, sans avoir à trop se fati­guer.

(Miroco Machiko)

Les femmes sont mépri­sées au rang d’animaux, appe­lées de façon géné­rique « poules » ou « dindes », voire « ma biche » dans l’intimité. La méta­phore ani­male recoupe aus­si l’idée d’une domi­na­tion sexuelle, très bien expo­sée par Carol J. Adams dans La Politique sexuelle de la viande. Dans mon livre, je cite les pro­pos d’une pros­ti­tuée qui s’est sen­tie vivre en tant « qu’animal » lorsqu’elle fai­sait de « l’abattage », et que les clients la trai­taient comme un « mor­ceau de viande »… En réac­tion, cette femme est deve­nue végane puis anti­spé­ciste. L’autre rai­son est issue de ce que j’ai pu entendre lors de nom­breux entre­tiens : l’expérience de l’allaitement. Des femmes m’ont expli­qué qu’en allai­tant leur enfant, sou­vent pen­dant de longues périodes, elles ont pris conscience de leur réa­li­té de mam­mi­fère. Depuis, elles réa­lisent com­bien il est atroce de reti­rer un veau à une vache dès la nais­sance pour le pla­cer dans une cage d’engraissement. Il n’y a rien de nor­ma­tif dans cette obser­va­tion que je livre, et cela n’a rien non plus de pres­crip­tif : je rap­porte juste un constat et cela me semble expli­quer, en par­tie, la sur­re­pré­sen­ta­tion des femmes dans la cause ani­male. Et puis cette sur­re­pré­sen­ta­tion des femmes s’explique éga­le­ment méca­ni­que­ment par une sous-repré­sen­ta­tion des hommes. La socié­té impose un modèle de « viri­li­té » aux gar­çons, puis aux hommes, qui les éloigne de domaines comme la défense des ani­maux — consi­dé­rés comme de la sen­si­ble­rie. C’est d’ailleurs pour cette rai­son que nous avons choi­si, avec mon édi­trice, cette cou­ver­ture où un homme cagou­lé tient dans ses mains un lapin. Une cer­taine ten­dresse se dégage de cette pho­to qui va à l’encontre des cli­chés : l’homme cagou­lé est asso­cié à tort à la vio­lence, puisqu’on le voit tenir un lapin blanc avec déli­ca­tesse.

Vous avez éga­le­ment consta­té la spé­ci­fi­ci­té de la cause ani­male en Israël. D’un côté, majo­ri­taire, une récu­pé­ra­tion gou­ver­ne­men­tale, un phé­no­mène de mode qui contri­bue à dis­si­mu­ler la colo­ni­sa­tion en Palestine. De l’autre, des mili­tants anti­spé­cistes usant de l’ac­tion directe pour agir. Les seconds ne devraient-ils pas aus­si lut­ter contre les pre­miers ?

« Le gou­ver­ne­ment israé­lien exploite le filon végane, comme il le fait avec la vie LGBTIQ+ assez déve­lop­pée à Tel Aviv. »

Oui, il y a un effet de mode très fort en Israël pour le véga­nisme. Si vous deman­dez un cap­puc­ci­no dans un café de Tel Aviv, on vous pro­po­se­ra presque auto­ma­ti­que­ment trois ou quatre types de laits végé­taux. On trouve des maga­sins de chaus­sures pro­po­sant des modèles sans cuir, avec un logo « vegan friend­ly » sur la vitrine. Le gou­ver­ne­ment exploite ce filon, comme il le fait avec la vie LGBTIQ+ assez déve­lop­pée dans cette ville de bord de mer. Jean Stern a consa­cré un livre à ce qu’il nomme ain­si le « pink­wa­shing ». On peut de même par­ler d’un « vegan washing » : pro­mou­voir un aspect posi­tif, moderne et bien­veillant pour cacher des aspects moins relui­sants comme le trai­te­ment réser­vé aux mino­ri­tés non-juives (à com­men­cer par les Palestiniens d’Israël, les Bédouins et les Druzes), mais aus­si, bien sûr, la colo­ni­sa­tion en Cisjordanie, les bom­bar­de­ments régu­liers à Gaza, les assas­si­nats ciblés et autres man­que­ments aux droits de l’homme régu­liè­re­ment dénon­cés par Amnesty International.

J’ai par­lé de tout cela de façon très ouverte avec des mili­tants anti­spé­cistes israé­liens. Ils condamnent tous la poli­tique de Netanyahu mais se sentent mal­heu­reu­se­ment impuis­sants. Certains sont même deve­nus anti­spé­cistes en réac­tion à des années ou des décen­nies de mili­tan­tisme inutile pour le camp de la paix. Avec la cause ani­male, ils obtiennent enfin des suc­cès. D’autres s’engagent pour les ani­maux par prio­ri­té, esti­mant que les Palestiniens ont déjà de nom­breux alliés. Mais je ne pense pas qu’il nous incombe, à nous qui vivons en Europe, d’expliquer aux Israéliens quels doivent être leurs com­bats. Ne serait-ce, par exemple, pas plus effi­cace de faire pres­sion sur le gou­ver­ne­ment israé­lien à par­tir de l’extérieur du pays, comme ce fut le cas dans la lutte contre l’apartheid ? Et puis, sur­tout, s’engager dans la cause ani­male ne repré­sente pas une lutte « secon­daire », selon l’idée qu’après tout, il ne s’agit que d’animaux. À quelqu’un qui s’engage contre le racisme, demande-t-on aus­si de s’engager pareille­ment pour la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique et contre les méfaits du capi­ta­lisme ? Non, on recon­naît à SOS Racisme, par exemple, le droit de foca­li­ser sa lutte sur ce sujet. Pourquoi ne serait-ce pas pareil pour l’antispécisme ?

(Miroco Machiko)

Vous avan­cez dans un texte qu’af­fir­mer sa judéi­té passe, que l’on soit croyant ou athée, par un enga­ge­ment incon­di­tion­nel pour une cause per­çue comme juste. Est-ce là une expli­ca­tion satis­fai­sante de l’am­pleur que prend, sous des formes diverses, la cause ani­male en Israël ?

Ça n’est pas exac­te­ment ce que j’ai écrit. Dans mon livre Athée et Juif — Fécondité d’un para­doxe appa­rent, je m’intéresse à la diver­si­té de l’identité juive pour mettre en valeur une forme d’identité sou­vent négli­gée bien que très répan­due, celle qui croise l’athéisme et la judaï­té (sim­ple­ment défi­nie par le fait de dire « je suis juif »). Je décline cette iden­ti­té, par essence mul­tiple, en trai­tant le cas des Juifs qui se défi­nissent comme tels à cause des per­sé­cu­tions subies pen­dant la Seconde Guerre mon­diale, en trai­tant aus­si le cas de ceux qui se sentent juifs en rai­son d’un atta­che­ment incon­di­tion­nel à Israël ou encore de ceux qui se sentent juifs car, bien qu’athées, ils res­pectent cer­taines pra­tiques comme celle de la cir­con­ci­sion que je condamne sans ambi­guï­té. Et à côté de ces caté­go­ries, je m’intéresse à celle à laquelle je m’identifie le plus (moi qui suis aus­si athée et juif) : les Juifs qui se sentent juifs à tra­vers la soli­da­ri­té incon­di­tion­nelle qu’ils éprouvent avec les oppri­més. Il y a donc deux contre­sens à évi­ter : on peut très bien être athée et juif sans res­sen­tir cette soli­da­ri­té et on peut très bien vivre cette soli­da­ri­té sans être juif ou sans être athée !

« Peter Singer m’a expli­qué que c’est en tant que juif, pro­ba­ble­ment parce qu’il est juif, qu’il en est venu, au début des années 1970, à prendre le par­ti des ani­maux. »

C’est en écri­vant ce livre sur l’identité juive que j’ai décou­vert la cause ani­male. Peter Singer, par exemple, auteur de La Libération ani­male, livre consi­dé­ré comme le pre­mier ouvrage de phi­lo­so­phie jus­ti­fiant la per­ti­nence de l’antispécisme, m’a accor­dé deux entre­tiens. Il m’a expli­qué que c’est en tant que juif, pro­ba­ble­ment parce qu’il est juif, qu’il en est venu, au début des années 1970, à prendre le par­ti des ani­maux si mal­trai­tés par les humains. De même, Henry Spira qui est le pre­mier mili­tant ani­ma­liste à obte­nir une vic­toire poli­tique — en l’occurrence la fin d’expériences aus­si atroces qu’inutiles faites sur des chats au muséum d’histoire natu­relle de New York — explique l’importance de sa judaï­té dans son che­mi­ne­ment. Il a tou­jours vécu du côté des vic­times d’injustice, qu’il ait été anar­chiste, syn­di­ca­liste, ensei­gnant ou mili­tant de la cause ani­male. En Israël, on trouve des gens qui vivent leur enga­ge­ment auprès des ani­maux sur ce modèle. On trouve aus­si des gens qui luttent pour les ani­maux car ils sont frus­trés, comme je l’ai dit, de leurs échecs pour mettre en place une paix avec les Palestiniens… et aus­si des véganes qui le sont pour des rai­sons reli­gieuses, esti­mant que les ani­maux sont aujourd’hui si mal trai­tés qu’ils ne peuvent plus être consi­dé­rés comme casher !

Vous avez cosi­gné, avec notam­ment Thomas Lepeltier et Yves Bonnardel, une tri­bune deman­dant des « assises natio­nales de la ques­tion ani­male » dans un grand quo­ti­dien. À qui vous adres­siez-vous ?

Cette tri­bune parue en mai 2019 s’adressait à un public large, dans l’idée de le sen­si­bi­li­ser à la ques­tion ani­male. Il y a des moyens simples pour faire prendre conscience à nos conci­toyens du carac­tère arbi­traire du spé­cisme : les chiens et les chats dis­posent de lois qui les pro­tègent (il est par exemple inter­dit de leur faire du mal), on leur consacre des salons de beau­té, des rayons entiers de nour­ri­ture dans les hyper­mar­chés, etc., alors que les porcs, par exemple, sont trai­tés d’une hor­rible façon. La plu­part des gens sont dans un état de dis­so­nance cog­ni­tive : d’un côté ils recon­naissent que les vio­lences subies par les ani­maux d’élevage ou par ceux qui sont vic­times de la chasse n’ont pas lieu d’être, que c’est « cruel ». De l’autre, lorsque l’heure du repas approche, ils n’ont aucun pro­blème à cro­quer dans un steak ou se repaître de sécré­tions mam­maires de jeunes vaches, chèvres ou bre­bis, fer­men­tées à l’aide de coa­gu­lant pré­le­vé dans le qua­trième esto­mac de jeunes rumi­nants (oui, c’est bien là la recette du fro­mage !). Les Assises de la ques­tion ani­male aux­quelles nous appe­lons dans cette tri­bune vise­raient à infor­mer le public sur qui sont les ani­maux, quelles sont leurs facul­tés (sen­tir, res­sen­tir, éprou­ver de la dou­leur, de la com­pas­sion…), ce qui se passe actuel­le­ment dans les éle­vages et les abat­toirs ou encore les alter­na­tives aux pro­duits ani­maux. Des conclu­sions pour­raient en être tirées, sur la meilleure façon d’en venir à une abo­li­tion de l’exploitation ani­male. Sur cer­tains sujets, comme la cor­ri­da, qui repose sur une séance de tor­ture de tau­reaux pen­dant 20 minutes avant une exé­cu­tion plus ou moins rapide et dou­lou­reuse, on sait déjà que les Français sont prêts à mettre un terme à ces pra­tiques aujourd’hui encore tolé­rées dans quelques dépar­te­ments.

(Miroco Machiko)

Vous dites ne pas vou­loir « pas­ser sous silence les dérives du mou­ve­ment » : quelles sont-elles ?

Il y en a plu­sieurs. Historiquement, il y a eu d’abord l’hygiénisme : consi­dé­rant que les hommes devaient s’astreindre de pro­duits d’origine ani­male pour des rai­sons de san­té, des anar­chistes comme Georges Butaud, Sophie Zaïkowska et Louis Rimbault ont créé au début du XXe siècle des « com­mu­nau­tés végé­ta­liennes » dans les­quelles on pros­cri­vait aus­si le tabac, l’alcool et tout ce qui était décla­ré nui­sible. Il y avait de plus en plus de règles à res­pec­ter pour une hygiène de vie tou­jours plus exi­geante… et ces com­mu­nau­tés ont fini par se déli­ter. Dans la revue Le Néo-Naturien, fon­dée par Rimbault, on a vu appa­raître des récits enthou­siastes sur les foyers ana­logues qui se déve­lop­paient au Brésil, qua­li­fiés de « Néo-Aryens », enga­gés pour l’obtention d’une nou­velle race humaine… De même, à la pen­sion Monte Verità, fon­dée en 1900 dans le Tessin hel­vé­tique, on trouve des per­son­nages aus­si impor­tants que Franz Kafka, Isadora Duncan, Otto Gross, Max Weber ou encore Hermann Hesse, puis l’amour de la nature laisse place à un culte du corps et de la force virile. Certains s’engagent dans le natio­nal-socia­lisme ou le servent indi­rec­te­ment, comme Rudolf von Laban, qui, après avoir diri­gé à Monte Verità une école d’été de la danse, de 1913 à 1919, met­tra en scène un spec­tacle de 1 000 dan­seurs pour les Jeux olym­piques nazis, à Berlin en 1936.

Et aujourd’hui ?

« Une dérive du mou­ve­ment peut être la recherche de pure­té abso­lue. Certains mili­tants, assez rares, repoussent tou­jours plus loin les contraintes qu’ils s’imposent. »

Une dérive du mou­ve­ment peut être la recherche de pure­té abso­lue — un écueil d’ailleurs très tôt iden­ti­fié par Françoise Blanchon en 1993, dans les Cahiers anti­spé­cistes. Certains mili­tants, assez rares, repoussent tou­jours plus loin les contraintes qu’ils s’imposent. Ils n’achètent pas de légumes dans une bou­tique qui vend éga­le­ment de la viande pour ne pas que leur argent serve l’exploitation ani­male. Et même dans le choix de leurs légumes, ils vont veiller à ce qu’ils ne soient pas pro­duits en uti­li­sant des engrais ani­maux comme le fumier. Ces mili­tants peuvent aus­si se cou­per d’autres com­pa­gnons de lutte, jugés trop « com­pro­mis ». C’est une dérive qu’on retrouve sûre­ment dans d’autres mou­ve­ments poli­tiques… Enfin, il y a quelques mili­tantes ou mili­tants qui tiennent des pro­pos très sévères pour dénon­cer dans un même souffle le spé­cisme et le patriar­cat, appe­lant à libé­rer les ani­maux d’élevage et les femmes voi­lées : Solveig Halloin, de Boucherie Abolition, a ain­si pu dire qu’il fal­lait arra­cher les voiles des femmes qui le portent pour les « libé­rer »2

« Assurer la sécu­ri­té des agri­cul­teurs » face à des « extré­mistes » aux actions « idéo­lo­giques » : que pen­ser de la créa­tion de la cel­lule Déméter mise en place par le minis­tère de l’Intérieur ?

Il s’agit clai­re­ment d’une conces­sion faite au lob­by de l’agriculture pro­duc­ti­viste, la FNSEA. D’abord, la sécu­ri­té des agri­cul­teurs n’a jamais été mena­cée ! S’il y a bien eu quelques intru­sions dans des éle­vages, c’était à visage décou­vert, sans aucune arme et sans bles­ser ni mena­cer qui­conque. Et sur « l’extrémisme » et l’accusation de « radi­ca­li­té », je vous ai déjà fait part de mes réserves… En fait, plus inquié­tant que cette cel­lule Déméter, il y a le concept « d’agribashing » lar­ge­ment repris dans les grands médias.

Pourquoi ?

N’importe quelle cri­tique de l’élevage est consi­dé­rée comme de l’agribashing, un mépris à l’encontre des agri­cul­teurs, pour ce qu’ils sont et non ce qu’ils font ! Un mili­tant qui prend en pho­to un éle­veur en train de cla­quer des por­ce­lets — une pra­tique cou­rante consis­tant à tuer, en les frap­pant contre un mur les por­ce­lets jugés trop faibles ou souf­frant de mal­for­ma­tion — sera accu­sé d’agribashing. Un éco­lo­giste se plai­gnant des pol­lu­tions aux algues vertes géné­rées par les éle­vages por­cins bre­tons, sera lui aus­si accu­sé d’agribashing.

(Miroco Machiko)

Nous nous trou­vons en ce moment en pleine pan­dé­mie, née de la consom­ma­tion d’a­ni­maux. La ques­tion se pose évi­dem­ment : les anti­spé­cistes avancent-ils des argu­ments liés à la san­té humaine pour faire valoir leurs thèses ?

Parfois, oui. Même si c’est davan­tage par stra­té­gie car, pour eux, la souf­france des ani­maux est la prio­ri­té. Il se trouve que depuis octobre 2015 l’OMS défi­nit les pro­duits trans­for­més à base de viande (char­cu­te­ries, « cor­dons bleus », « nug­gets », etc.) comme can­cé­ro­gènes et la viande rouge comme pro­ba­ble­ment can­cé­ro­gène. Mais les dégâts cau­sés par l’industrie de l’élevage sont infi­ni­ment plus graves. L’antibiorésistance, par exemple, direc­te­ment liée au éle­vages inten­sifs, fait 700 000 morts par an dans le monde. Les cher­cheurs s’intéressent aujourd’hui aux grandes épi­dé­mies de grippe qui trouvent leurs ori­gines dans des épi­zoo­ties au sein d’élevages. La grippe espa­gnole de 1918–19, qui fit 30 mil­lions de morts en quelques mois, soit à peu près autant que le sida de 1981 à aujourd’hui, est liée au virus H1N1, pro­ba­ble­ment d’origine aviaire. Le sous-type H5N1 pro­vient lui indis­cu­ta­ble­ment d’une grippe aviaire, qui se répand par les éle­vages de pou­lets, comme les grippes de 1957 et 19683 qui ont fait res­pec­ti­ve­ment, selon l’OMS, trois mil­lions de morts.

Depuis jan­vier de cette année, c’est en effet une pan­dé­mie d’un nou­veau coro­na­vi­rus, SARS-CoV‑2, qui a trou­vé son ori­gine en Chine à Wuhan dans un mar­ché aux ani­maux sau­vages, et cause la mala­die Covid-19. On ignore encore l’ampleur que pren­dra cette pan­dé­mie mais on sait qu’une pan­dé­mie de l’ampleur de la grippe espa­gnole est pos­sible à tout moment… Les anti­spé­cistes notent, non sans malice, qu’il n’y a jamais eu de « grippe carot­tière » ou de mala­die neu­ro-dégé­né­ra­tive liée à la consom­ma­tion de pois chiche ! C’est bien la consom­ma­tion de viande, plus que tout autre ali­ment, qui nuit à notre san­té. Il y a 13 ans déjà, des épi­dé­mio­lo­gistes notaient qu’il n’est pas sur­pre­nant que les trois-quarts des nou­veaux patho­gènes ayant affec­té les humains dans les 10 der­nières années pro­viennent des ani­maux ou des pro­duits ani­maux. À coté de leurs argu­ments éthiques, les anti­spé­cistes se feront peut-être, avec la pan­dé­mie actuelle, mieux entendre.


Illustration de ban­nière : Miroco Machiko | mirocomachiko.com


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Dalila Awada : « Si la jus­tice exclut les ani­maux, elle demeure par­tielle », décembre 2019
☰ Lire notre article « L’antispécisme ? une poli­tique de l’émancipation », Elias Boisjean, février 2019
☰ Lire notre article « Féminisme et cause ani­male », Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure, jan­vier 2019
☰ Lire notre entre­tien : « Zoopolis — Penser une socié­té sans exploi­ta­tion ani­male », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec 269 Libération ani­male : « L’antispécisme et le socia­lisme sont liés », décembre 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Audrey Jougla : « Les expé­riences sur les ani­maux seront inter­dites », mai 2017

  1. Dans son Petit lexique phi­lo­so­phique de l’a­nar­chisme (Le livre de poche, 2001), le phi­lo­sophe liber­taire Daniel Colson avance que « l’an­tis­pé­cisme fait écho à de nom­breux aspects de la pen­sée liber­taire […] [et] ouvre effec­ti­ve­ment la pos­si­bi­li­té de pen­ser autre­ment le monde qui est le nôtre et donc d’in­ven­ter des rap­ports radi­ca­le­ment nou­veaux ». Il note cepen­dant trois élé­ments diver­gents entre les deux tra­di­tions, expli­ci­tés ici par Jérôme Segal [ndlr].
  2. Boucherie Abolition est un col­lec­tif ani­ma­liste et abo­li­tion­niste fran­çais. Il appelle à « ren­ver­ser le sys­tème tota­li­ta­riste huma­niste qui nes­cla­va­gise les Autres ani­maux » et pro­pose un « nou­veau lexique » — connu de lui seul. Il est por­té dans les grands médias par l’an­cienne mili­tante Femen Solveig Halloin, qui s’en­gage éga­le­ment en faveur de « l’a­bro­ga­tion uni­ver­selle du voile » (qu’elle com­pare à une étoile jaune et à une « arme de guerre »). Écrivant, dans l’une des logor­rhées dont elle détient l’é­trange secret, que « l’is­lam pro­page ses tumeurs pour géné­ra­li­ser son can­cer », la can­cé­ro­logue Halloin fus­tige éga­le­ment « la gauche bien-pen­sante » [ndlr].
  3. Appelées « grippe asia­tique » cau­sée par le H2N2 et « grippe de Hong-Kong », par le H3N2 [ndla].
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie à partir du 9 juin ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louis Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Awel Haouati) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.