Féminisme et cause animale


Texte paru dans le n° 5 (automne 2016) de la revue papier Ballast

En 2016, lors d’un dis­cours don­né en Afrique du Sud en mémoire du mili­tant anti­ra­ciste Steve Biko, l’essayiste communiste et fémi­niste Angela Davis évo­quait, par­mi les mul­tiples com­bats à mener de nos jours, les « êtres sen­tients qui endurent la dou­leur et la tor­ture lorsqu’ils sont trans­for­més en ali­ments » — quatre ans plus tôt, elle avan­çait que la cause ani­male était « l’une des com­po­santes de la pers­pec­tive révo­lu­tion­naire ». Cette arti­cu­la­tion, qui éton­ne­ra peut-être, n’en est pas moins ancienne. À tel point que l’écrivaine éco­fé­mi­niste pat­trice jones a pu affir­mer : « Le mou­ve­ment de libé­ra­tion ani­male est un mou­ve­ment fémi­niste1Dans sa contri­bu­tion à l’ouvrage Terrorists or Freedom Fighters? Reflections on the Liberation of Animals.. » Comment expli­quer ce lien his­to­rique ? ☰ Par Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure


Selon les diverses don­nées dis­po­nibles, entre 68 à 80 % des acti­vistes pour les ani­maux seraient des femmes2Emily Gaarder, Women and the Animal Rights Movement, Rutgers University Press, 2011.. La démo­gra­phie par­ti­cu­lière du mou­ve­ment de défense des ani­maux en ferait même un des prin­ci­paux mou­ve­ments de femmes après le mou­ve­ment fémi­niste lui-même. Les femmes ont ain­si ten­dance à se pré­oc­cu­per davan­tage des façons dont nos socié­tés traitent les ani­maux : elles consomment moins de viande que les hommes et se montrent plus sus­cep­tibles de refu­ser de pour­suivre des car­rières scien­ti­fiques impli­quant d’infliger des vio­lences sur des ani­maux. Encore aujourd’hui, les pra­tiques et ins­ti­tu­tions cen­trées sur la vio­lence et la mise à mort des ani­maux sont domi­nées par les hommes (éle­vage, chasse, pêche, trappe, abat­tage, bou­che­rie, expé­ri­men­ta­tion, rodéos, cor­ri­da, etc.). L’écrivaine Virginia Woolf remar­quait déjà en 1938, dans Trois gui­nées, que « la vaste majo­ri­té des oiseaux, des ani­maux tués l’ont été par vous et non par nous3Virginia Woolf, Trois gui­nées, tra­duit par Viviane Forrester, Paris, Éditions des Femmes, 1978, p. 35. ». Les femmes res­tent quant à elles majo­ri­taires dans les acti­vi­tés basées sur le fait de se sou­cier des ani­maux et de leur venir en aide — des acti­vi­tés non-rému­né­rées le plus sou­vent, comme la dis­tri­bu­tion de nour­ri­ture aux ani­maux errants, la créa­tion de refuges et de sanc­tuaires, les cam­pagnes d’éducation publique, la créa­tion d’associations de défense des ani­maux, l’opposition à l’expérimentation ani­male, à la chasse, etc.

« Il est dif­fi­cile de racon­ter l’histoire du mou­ve­ment de défense des ani­maux sans racon­ter l’histoire des femmes. »

Ce sou­ci par­ti­cu­lier des femmes pour le sort que nos socié­tés réservent aux ani­maux est, d’ailleurs, si constant qu’il est dif­fi­cile de racon­ter l’histoire du mou­ve­ment de défense des ani­maux sans racon­ter l’histoire des femmes. On pense immé­dia­te­ment aux suf­fra­gettes impli­quées dans le mou­ve­ment contre la vivi­sec­tion et à la célèbre Brown Dog Affair, mais on peut remon­ter beau­coup plus loin. Au XVIIe siècle, Margaret Cavendish, la pre­mière femme à avoir assis­té à une assem­blée de la Royal Society of London, cri­ti­quait déjà l’idéologie de l’exceptionnalisme humain et de la supré­ma­tie humaine chez les phi­lo­sophes Thomas Hobbes et René Descartes. En France, plu­sieurs fémi­nistes enga­gées dans les luttes socia­listes et anar­chistes ont défen­du la cause ani­male, comme Marie Huot, Louise Michel, Séverine et Sophie Zaïkowska. L’histoire des femmes ne serait dès lors pas com­plète sans men­tion­ner le mou­ve­ment de défense des ani­maux — bien que les études fémi­nistes n’aient pas tou­jours por­té atten­tion à la place pré­pon­dé­rante qu’occupent les pré­oc­cu­pa­tions pour les ani­maux dans les écrits fémi­nistes… C’est essen­tiel­le­ment le sujet de l’ouvrage désor­mais clas­sique de Carol J. Adams, The Sexual Politics of Meat — A Feminist-Vegetarian Critical Theory, dont la tra­duc­tion fran­çaise a paru en 20164Carol J. Adams, La Politique sexuelle de la viande — Une théo­rie cri­tique fémi­niste végane, tra­duit par Danielle Petitclerc, Éditions L’Âge d’Homme, 2016..

Le végétarisme : un impensé du féminisme

La Politique sexuelle de la viande d’Adams n’a rien d’un trai­té de phi­lo­so­phie morale ou d’éthique ani­male ; il s’agit avant tout d’une cri­tique des fémi­nistes qui ont igno­ré la « parole végé­ta­rienne » des auteures qui les ont pré­cé­dées. Adams reproche aux études fémi­nistes de n’avoir pas suf­fi­sam­ment fait atten­tion à ce fil d’Ariane qui par­court les textes de ce cor­pus : plu­sieurs autrices expriment en effet — direc­te­ment ou à tra­vers leurs per­son­nages — une pré­oc­cu­pa­tion pour le sort que nos socié­tés réservent aux ani­maux, s’opposent au fait d’emprisonner et de tuer des ani­maux pour pro­duire de la nour­ri­ture dont nous n’avons pas besoin et relient fré­quem­ment leur propre oppres­sion à celle que subissent les ani­maux. Si femmes et ani­maux par­tagent une proxi­mi­té his­to­rique et maté­rielle de fait, c’est avant tout qu’elles et ils par­tagent un adver­saire com­mun : le patriar­cat, ce der­nier les assi­gnant à une place spé­ci­fique dans l’ordre du monde. Indissociable du supré­ma­tisme humain et de l’idéologie huma­niste, le patriar­cat pola­rise les indi­vi­dus selon une hié­rar­chie de valeurs qui place en haut de la pyra­mide des êtres l’humain mâle, blanc, adulte, maître de lui-même et en pleine capa­ci­té de ses moyens phy­siques et intel­lec­tuels.

En mobi­li­sant cer­taines carac­té­ris­tiques bio­lo­giques — telles que le sexe ou l’espèce — cen­sées reflé­ter la « nature » spé­ci­fique de l’individu por­teur de ces carac­té­ris­tiques, ces idéo­lo­gies supré­ma­tistes tentent de jus­ti­fier des inéga­li­tés de trai­te­ments et autres dif­fé­rences de consi­dé­ra­tion des inté­rêts. La fémi­ni­té et l’animalité sont per­çues comme des pro­prié­tés déter­mi­nantes pour les indi­vi­dus qui les portent, pro­prié­tés s’éloignant du modèle domi­nant. Tandis que les hommes sont asso­ciés au ration­nel, au cultu­rel, à la domi­na­tion des émo­tions et de la nature, les femmes sont asso­ciées au corps, aux émo­tions, aux intui­tions ou aux ins­tincts (à l’irrationalité), à la pas­si­vi­té — et donc situées plus près des ani­maux et de la nature que les hommes. Femmes et ani­maux seraient ain­si « natu­rel­le­ment » relégué·e·s au second plan, considéré·e·s comme des êtres de seconde classe. Comme le sou­tient la phi­lo­sophe amé­ri­caine Lori Gruen, la com­mu­nau­té de des­tin et la soli­da­ri­té entre les femmes, les peuples autoch­tones, les groupes raci­sés et les ani­maux autre­ment qu’humains5Ou ani­maux non-humains. sont le résul­tat de l’histoire com­mune du patriar­cat, de la supré­ma­tie blanche, du colo­nia­lisme et de la supré­ma­tie humaine.

« Tandis que les hommes sont asso­ciés au ration­nel, au cultu­rel, à la domi­na­tion des émo­tions et de la nature, les femmes sont asso­ciées au corps, aux émo­tions, aux intui­tions ou aux ins­tincts. »

Au niveau idéo­lo­gique, les jus­ti­fi­ca­tions tra­di­tion­nelles de l’oppression de cer­tains groupes humains s’appuient fré­quem­ment sur la domi­na­tion consi­dé­rée natu­rel­le­ment juste des ani­maux autre­ment qu’humains. On retrouve expli­ci­te­ment cette idée dans plu­sieurs textes clas­siques de la pen­sée occi­den­tale, notam­ment chez Aristote : « La nature ne fait rien en vain ; il n’y a point d’imperfection dans son ouvrage. Elle a donc créé tout ce qui peuple et orne la terre pour les besoins de l’homme. Il suit de là que l’art de la guerre est un moyen d’acquisition natu­relle, car la chasse est une par­tie de cet art ; ain­si la guerre est une espèce de chasse aux bêtes et aux hommes nés pour obéir mais qui se refusent à l’esclavage. Il semble que la nature imprime le sceau de la jus­tice à de pareilles hos­ti­li­tés6Politique, 1256b 20–25.. » À ses yeux, la domi­na­tion de cer­tains humains sur d’autres (la supré­ma­tie des êtres « ration­nels » et « civi­li­sés » sur les êtres humains « bar­bares » et « nés pour obéir ») est jus­ti­fiée parce qu’elle est le pro­lon­ge­ment natu­rel de la domi­na­tion natu­rel­le­ment juste des ani­maux ration­nels sur les ani­maux pri­vés de logos7Discours qui rai­sonne, lan­gage en tant qu’instrument de la rai­son.. Il serait non seule­ment juste que les êtres infé­rieurs (femmes, esclaves, ani­maux, enfants) obéissent aux êtres supé­rieurs (les hommes propriétaires/citoyens) et servent leurs inté­rêts, mais ce serait éga­le­ment mutuel­le­ment béné­fique : « Il est pré­fé­rable pour tous les ani­maux domes­tiques d’être diri­gés par des êtres humains. Parce que c’est de cette manière qu’ils sont gar­dés en vie. De la même manière, la rela­tion entre le mâle et la femelle est par nature telle que le mâle est supé­rieur, la femelle, infé­rieure, que le mâle dirige et que la femelle est diri­gée. Il en est néces­sai­re­ment de même chez tous les hommes. Ceux qui sont aus­si éloi­gnés des hommes libres que le corps l’est de l’âme, ou la bête de l’homme […], ceux-là sont par nature des esclaves ; et pour eux, être com­man­dés par un maître est une bonne chose8Politique, 1254b 10–14.. »

De la même façon que le patriar­cat tente de nous faire croire que la subor­di­na­tion des femmes est à leur propre béné­fice, on intro­duit l’idée qu’un « contrat natu­rel » ou un « contrat domes­tique » s’est éta­bli entre les humains et les ani­maux domes­ti­qués qui nous « offrent » leurs corps et nous « donnent » accès à leurs ser­vices repro­duc­tifs (leurs enfants, leur lait mater­nel, leurs œufs) en échange de nos soins et de notre pro­tec­tion. Il n’est pas rare, d’ailleurs, que les figures de la fémi­ni­té et de l’animalité soient asso­ciées dans nos repré­sen­ta­tions quo­ti­diennes : la page Facebook « Je suis une pub spé­ciste » révèle ain­si l’omniprésence du « car­no­sexisme » dans la culture popu­laire. Dans les publi­ci­tés, notam­ment, ce ne sont pas seule­ment les femmes qui sont ani­ma­li­sées (repré­sen­tées aux côtés de coupes de viande ou lit­té­ra­le­ment pré­sen­tées comme des mor­ceaux de viande), mais éga­le­ment les ani­maux des­ti­nés à la consom­ma­tion qui sont fémi­ni­sés et donc sexua­li­sés (pou­lets en talons hauts, dindes en biki­ni, cochons avec du rouge à lèvres, etc.). Les slo­gans accom­pa­gnant ces images sont sou­vent peu sub­tils : on les aime « juteuses », « sau­vages », « dodues », etc. Ces ani­maux anthro­po­mor­phi­sés (ou plu­tôt fémi­ni­sés) sont repré­sen­tés comme des vic­times consen­tantes qui dési­rent, au fond, être consom­mées. Ils sont, comme les femmes dans les socié­tés patriar­cales, repré­sen­tés comme étant au ser­vice des hommes et lit­té­ra­le­ment réduits à leur corps (sans égard à leur propre vie psy­cho­lo­gique).

Adams sou­tient que les ani­maux sont des « réfé­rents absents » qui dis­pa­raissent en tant qu’individus (un cochon, une vache) pour deve­nir des objets (du porc, du bœuf, des cuisses, des poi­trines, etc.). En repré­sen­tant les ani­maux et les femmes comme des (mor­ceaux de) corps dénués de sub­jec­ti­vi­té, on ren­force l’idée qu’ils et elles n’ont qu’une valeur ins­tru­men­tale et non intrin­sèque. Ils et elles sont lit­té­ra­le­ment réduit·e·s à leur fonc­tion uti­li­taire pour les hommes (au double sens d’humain et de mas­cu­lin). Femmes et ani­maux sont chosifié·e·s, instrumentalisé·e·s, approprié·e·s et ne s’appartiennent pas. C’est ain­si leur posi­tion de dominé·e·s qui crée leur condi­tion com­mune. Les fémi­nistes ont offert trois réponses typiques à cette asso­cia­tion aux ani­maux. Certaines ont reje­té leur asso­cia­tion au corps, aux émo­tions, aux ani­maux et à la « nature », récla­mant leur pleine appar­te­nance au groupe domi­nant, à la sphère mas­cu­line, la ratio­na­li­té, etc. D’autres se sont oppo­sées à l’idée que l’émancipation des femmes devaient pas­ser par « la mas­cu­li­ni­sa­tion des femmes » (Vandana Shiva) et ont plu­tôt ten­té de ren­ver­ser la hié­rar­chie de valeurs en reva­lo­ri­sant les acti­vi­tés consi­dé­rées typi­que­ment fémi­nines (le care, le sou­ci et le soin des autres, l’attention aux besoins, etc.) et en déva­lo­ri­sant cor­ré­la­ti­ve­ment la sphère des valeurs mas­cu­lines. À ces deux ten­dances asso­ciées au fémi­nisme libé­ral et au fémi­nisme cultu­rel ou radi­cal, d’autres ont cher­ché une troi­sième voie en s’attaquant plu­tôt à la logique de la domi­na­tion elle-même et aux dua­lismes qui la sous-tendent.

« Nous ne sommes pas des animaux ! »

« Chercher à s’émanciper au détri­ment d’un être plus vul­né­rable est, pre­miè­re­ment, fon­da­men­ta­le­ment injuste, mais c’est aus­si impos­sible en rai­son des liens entre les oppres­sions qui se ren­forcent mutuel­le­ment. »

Les femmes ont donc été, comme les ani­maux, sym­bo­li­que­ment et même léga­le­ment assi­mi­lées à des pro­prié­tés. En rai­son de cette his­toire qui les a asso­ciées aux ani­maux pour mieux les domi­ner, plu­sieurs femmes ont cher­ché à s’émanciper en niant cette asso­cia­tion. « Nous ne sommes pas des ani­maux ! », peut-on lire sur une pan­carte que tenait la fémi­niste amé­ri­caine Andrea Dworkin lors d’une mani­fes­ta­tion contre la por­no­gra­phie dans les rues de New York. Évidemment, Dworkin ne cherche pas à nier que les femmes sont des ani­maux. Le terme « ani­mal » n’a ici rien d’un concept bio­lo­gique ou scien­ti­fique : il ren­voie plu­tôt à une construc­tion sociale, une éti­quette, un sté­réo­type uti­li­sé pour assi­gner un indi­vi­du ou un groupe d’individus à un stig­mate mépri­sable dans le but de légi­ti­mer, de rendre mora­le­ment accep­table leur subor­di­na­tion. Les fémi­nistes qui cri­tiquent l’instrumentalisation et l’appropriation des femmes ne s’opposent sou­vent seule­ment qu’à un seul terme de la com­pa­rai­son femmes/animaux : si elles s’insurgent à l’idée que les femmes soient trai­tées comme du « bétail », elles ne s’opposent pas à la façon dont ce même « bétail » est trai­té… Cela laisse entendre que l’exploitation sexuelle des femmes humaines est mora­le­ment condam­nable, mais pas celle des femelles des autres espèces. Il serait ain­si légi­time d’infliger des vio­lences sexuelles aux corps fémi­nins qui n’appartiennent pas à notre groupe bio­lo­gique dans le but de s’approprier leur chair, leur lait mater­nel, leurs œufs et leurs enfants. En insis­tant sur l’idée que nous sommes « tous humains » et que nous ne sommes « pas des ani­maux », les membres des groupes humains subor­don­nés ont ain­si ten­té de récla­mer leur appar­te­nance au groupe domi­nant et aux droits et pri­vi­lèges qui y sont asso­ciés, sans remettre en cause l’exploitation des ani­maux qui ne sont pas humains, sans ques­tion­ner le prin­cipe même d’une hié­rar­chie entre indi­vi­dus.

Combattre la logique de la domination

Plusieurs fémi­nistes cri­tiquent cette volon­té de s’émanciper aux dépens d’un groupe encore plus mar­gi­na­li­sé. Elles s’opposent à l’idée que l’émancipation des femmes doit — et peut — se faire au détri­ment des autres indi­vi­dus subor­don­nés. Et s’en prennent notam­ment aux fémi­nistes qui ont reven­di­qué leur volon­té de par­ti­ci­per à la chasse et à la guerre ou n’ont pas hési­té à faire avan­cer leur car­rière scien­ti­fique en pra­ti­quant la vivi­sec­tion, dans le but de mon­trer qu’elles n’étaient pas « trop sen­sibles » et pou­vaient être aus­si vio­lentes, impi­toyables, « ration­nelles » et domi­na­trices que les hommes. Pour des fémi­nistes comme Carol J. Adams, Josephine Donovan, Lori Gruen et Greta Gaard, le but du fémi­nisme n’est pas sim­ple­ment de faire grim­per les femmes dans les éche­lons de pou­voir éta­tique ou cor­po­ra­tif, de les faire accé­der éga­le­ment à la main-d’œuvre au ser­vice du capi­tal, mais de trans­for­mer radi­ca­le­ment l’organisation de nos socié­tés. Chercher à s’émanciper au détri­ment d’un être plus vul­né­rable est, pre­miè­re­ment, fon­da­men­ta­le­ment injuste (et contraire au fémi­nisme en tant que com­bat contre toutes les formes d’oppression), mais c’est aus­si impos­sible en rai­son des liens entre les oppres­sions qui se ren­forcent mutuel­le­ment.

De nom­breuses fémi­nistes sou­tiennent ain­si que plu­sieurs formes d’oppression humaine (patriar­cat, escla­vage, colo­nia­lisme, capacitisme9Le capa­ci­tisme — ou validisme — est une forme de dis­cri­mi­na­tion, de pré­ju­gé ou de trai­te­ment défa­vo­rable contre les per­sonnes vivant un han­di­cap.) sont étroi­te­ment liées à la domi­na­tion consi­dé­rée « natu­rel­le­ment juste » des humains sur les autres ani­maux. L’exploitation, la domi­na­tion et l’oppression des ani­maux faci­litent et encou­ragent les vio­lences envers les humains parce qu’elles four­nissent les condi­tions maté­rielles et idéo­lo­giques de l’oppression des membres de groupes humains mar­gi­na­li­sés et étran­gers. Par « condi­tions maté­rielles », il suf­fit de pen­ser aux chaînes, aux armes, aux fouets et aux cages qui per­mettent de bri­mer la liber­té et l’intégrité phy­sique d’un indi­vi­du, de lui impo­ser notre auto­ri­té et de for­cer l’obéissance ain­si qu’aux tech­niques de contrôle de la repro­duc­tion des ani­maux domes­ti­qués des­ti­nés à la bou­che­rie ou au tra­vail for­cé. Ces tech­niques ont sou­vent été déve­lop­pées pour asser­vir les ani­maux pour être ensuite uti­li­sées pour asser­vir d’autres humains (Frederick Douglass, un esclave du sud des États-Unis, explique notam­ment com­ment il a été ven­du dans les mêmes encans à bes­tiaux aux côtés des cochons, des vaches et des che­vaux).

« Les ani­maux du monde ont leur propre rai­son d’exister. Ils n’ont pas été faits pour les humains plus que les per­sonnes noires ont été faites pour les blanches ou les femmes pour les hommes. »

Ce sont aus­si les mêmes ins­ti­tu­tions poli­tiques, éco­no­miques et juri­diques qui légi­ti­ment et encou­ragent la subor­di­na­tion, l’appropriation et l’exploitation des ani­maux et des groupes humains subor­don­nés, notam­ment en les consi­dé­rant comme des pro­prié­tés ou des mar­chan­dises, comme des « choses légales » et non des « per­sonnes légales ». Les fémi­nistes anti­spé­cistes s’opposent donc à l’idée qu’il existe des indi­vi­dus qui sont « des esclaves par nature », qu’il exis­te­rait une hié­rar­chie méta­phy­sique des indi­vi­dus au som­met de laquelle trô­ne­raient les « êtres ration­nels et auto­nomes » qui auraient le « droit natu­rel » de com­man­der aux indi­vi­dus « infé­rieurs », « non-ration­nels », aux « êtres de nature », pro­gram­més par des « déter­mi­nismes bio­lo­giques ». Selon elles, tout indi­vi­du devrait avoir droit au res­pect de sa vie, de sa liber­té, de son auto­no­mie et de son inté­gri­té phy­sique, peu importe son groupe bio­lo­gique ou social, peu importe son degré d’intelligence ou ses capa­ci­tés ou inca­pa­ci­tés cog­ni­tives, et sans égard à leur uti­li­té pour le groupe domi­nant. Comme le sou­tient la fémi­niste afro-amé­ri­caine Alice Walker dans sa fameuse pré­face au livre de Marjorie Spiegel, The Dreaded Comparison: Human and Animal Slavery : « Les ani­maux du monde ont leur propre rai­son d’exister. Ils n’ont pas été faits pour les humains plus que les per­sonnes noires ont été faites pour les blanches ou les femmes pour les hommes. » En recon­nais­sant l’injustice du spé­cisme, ces fémi­nistes iden­ti­fient un enne­mi com­mun à com­battre : la hié­rar­chi­sa­tion arbi­traire des indi­vi­dus et l’idée d’une domi­na­tion « natu­rel­le­ment juste ». Le véga­nisme se pré­sente alors comme une pra­tique de résis­tance au patriar­cat et à la tyran­nie humaine. Refuser d’exploiter les ani­maux, leur recon­naître une sub­jec­ti­vi­té et des inté­rêts propres revient en quelque sorte à « déso­béir » au patriar­cat, ce qui per­met d’affirmer sa propre sub­jec­ti­vi­té, sa capa­ci­té à remettre en cause un ordre du monde jusque là impo­sé et pré­sen­té comme immuable.

De la pathologisation à la criminalisation du souci pour les animaux

Porter atten­tion au carac­tère gen­ré du mou­ve­ment de défense des ani­maux est essen­tiel puisque cette étroite asso­cia­tion entre les femmes et le mou­ve­ment de défense des ani­maux peut avoir nui aux deux causes à la fois. D’un côté, dans une socié­té où l’exploitation, l’oppression et la mise à mort non-cri­mi­nelle des ani­maux sont consi­dé­rées tout à fait nor­males et natu­relles (ce sont des acti­vi­tés éco­no­miques comme les autres), le fait que les femmes aient été asso­ciées à la défense des autres ani­maux a été une occa­sion de plus pour les repré­sen­ter comme étant irra­tion­nelles, fri­voles, pué­riles, trop émo­tion­nelles (pour avoir la légi­ti­mi­té de prendre part aux débats poli­tiques). Inversement, dans une socié­té patriar­cale, ce qui est asso­cié aux femmes est consi­dé­ré secon­daire, voire même ouver­te­ment mépri­sé et déni­gré, asso­cié à du « sen­ti­men­ta­lisme » et de l’« enfan­tillage ». Représenter le mou­ve­ment de défense des ani­maux comme « une cause de bonnes femmes » a contri­bué à ne pas le prendre au sérieux. Autrement dit, dans des socié­tés qui sou­tiennent à la fois la supré­ma­tie humaine et le patriar­cat, l’association entre le mou­ve­ment des droits des ani­maux et le mou­ve­ment des droits des femmes a ser­vi à dis­cré­di­ter les deux causes.

Une des stra­té­gies favo­rites des défen­seurs de la vivi­sec­tion a d’ailleurs été de cibler la démo­gra­phie du mou­ve­ment anti-vivi­sec­tion­niste, comme s’il suf­fi­sait, pour réfu­ter une cause (sociale, morale et poli­tique), de mon­trer qu’il s’agit sur­tout d’une pré­oc­cu­pa­tion de femmes. Les ten­ta­tives visant à dis­cré­di­ter et dépo­li­ti­ser la cause ani­male sur des bases à la fois sexistes et capa­ci­tistes ne sont nulle part plus évi­dentes que dans la médi­ca­li­sa­tion et la patho­lo­gi­sa­tion des mili­tantes pour les ani­maux. Le mou­ve­ment fémi­niste est fami­lier de l’accusation d’hystérie por­tée contre les femmes qui refu­saient de se sou­mettre à l’autorité des hommes et ne par­ve­naient pas à s’épanouir dans les rôles sociaux aux­quelles elles étaient confi­nées, mais ignore encore lar­ge­ment le fait que le corps médi­cal a éga­le­ment ten­té de diag­nos­ti­quer le sou­ci pour les ani­maux comme une patho­lo­gie men­tale affec­tant par­ti­cu­liè­re­ment les femmes. C’est ain­si qu’en France le Guide pra­tique des mala­dies men­tales de 1893 inclut une entrée sur la zoo­phi­lie : « Certaines per­sonnes ont pour les ani­maux une affec­tion exa­gé­rée à laquelle ils sacri­fie­raient tous les êtres humains. C’est à cette caté­go­rie de malades qu’appartiennent les anti-vivi­sec­tion­nistes, qui comptent sur­tout des femmes par­mi leurs adeptes10Paul Sollier, Guide pra­tique des mala­dies men­tales, G. Masson, 1893, p. 363 — cité par Christophe Traïni, La Cause ani­male — Essai de socio­lo­gie his­to­rique (1820–1980), PUF, 2011, p. 178.. » Aux États-Unis, en 1909, le jour­na­liste Charles Dana inven­te­ra la notion de « psy­chose zoo­phile » pour stig­ma­ti­ser et dis­cré­di­ter les mili­tantes anti-vivi­sec­tion­nistes en les fai­sant pas­ser pour des « folles11Craig Buettinger, « Antivivisection and the Charge of Zoophilia: Psychosis in the Early Twentieth Century », The Historian 55(2), 1993, 277–288. ». Ces ten­ta­tives de patho­lo­gi­ser et de médi­ca­li­ser le sou­ci pour les ani­maux sont des façons de dépo­li­ti­ser la dis­si­dence des femmes mili­tant pour les ani­maux. Comme le sou­tient Adams, les études fémi­nistes ont elles-mêmes contri­bué à cette répres­sion en igno­rant le végé­ta­risme des auteures qu’elles étu­dient ou en l’assimilant à des troubles ali­men­taires sans dimen­sion morale et poli­tique. La dépo­li­ti­sa­tion de la cause ani­male est encore mani­feste dans la façon dont le véga­nisme est vu comme un simple régime ali­men­taire, un « choix per­son­nel » ou un « mode de vie » et non pas comme un acte poli­tique d’opposition aux ins­ti­tu­tions fon­dées sur l’exploitation, l’oppression et la mise à mort des ani­maux.

« Anita Krajnc a été arrê­tée au mois d’octobre 2016 pour avoir don­né de l’eau à boire à des cochons dans un camion de trans­port en route vers l’abattoir. »

De nos jours, on accuse moins les acti­vistes pour les ani­maux d’être « folles » et « névro­sées » que d’être « extré­mistes », voire même « ter­ro­ristes ». Autrement dit, on tente moins de médi­ca­li­ser le sou­ci pour le sort des ani­maux que de le cri­mi­na­li­ser. Anita Krajnc — une femme qui a fon­dé en Ontario le Save Movement — a été arrê­tée au mois d’octobre 2016 pour avoir don­né de l’eau à boire à des cochons dans un camion de trans­port en route vers l’abattoir. Aux États-Unis, les acti­vistes pour les droits des ani­maux et la pro­tec­tion de l’environnement sont au som­met des menaces ter­ro­ristes inté­rieures. À la suite du pas­sage de l’Animal Enterprise Terrorism Act (AETA) en 2006, des lois « ag-gag » [ou lois « agri­cul­ture bâillon­née », ndlr] ont été pas­sées dans plu­sieurs États amé­ri­cains afin de cri­mi­na­li­ser les dom­mages éco­no­miques aux entre­prises exploi­tant les ani­maux ain­si que la pro­duc­tion, la pos­ses­sion et la dis­tri­bu­tion d’enregistrements dans les éle­vages et les laboratoires12Voir Will Potter, Green is the New Red: An Insider's Account of a Social Movement Under Siege, City Lights, 2011.. Avec ces lois ciblant expli­ci­te­ment les lan­ceurs d’alerte (whist­le­blo­wers) en les empê­chant de dévoi­ler ce qui se passe dans les indus­tries exploi­tant les ani­maux, nous devons recon­naître que nous vivons dans un monde qui ne cri­mi­na­lise pas la vio­lence envers les ani­maux, mais les ten­ta­tives de leur venir en aide et de nuire à ceux qui les exploitent.

Au-delà du véganisme : venir en aide aux animaux

Plusieurs fémi­nistes mili­tant pour les ani­maux ne se contentent pas d’être véganes et de mini­mi­ser leur par­ti­ci­pa­tion à la vio­lence envers les ani­maux, mais consi­dèrent que nous avons le devoir de nous oppo­ser acti­ve­ment à l’exploitation et la mise à mort ins­ti­tu­tion­na­li­sée des ani­maux et de leur venir en aide, même si cela peut impli­quer de déso­béir aux lois. Elles uti­lisent plu­sieurs méthodes d’actions directes pour aider les ani­maux, dont les sau­ve­tages à visage décou­vert (« open rescues ») qui per­mettent de dévoi­ler les hor­ribles condi­tions de vie et de mort des ani­maux et de les libé­rer pour les héber­ger et les soi­gner dans des sanc­tuaires et des refuges. Leur but est non seule­ment d’éduquer la popu­la­tion sur le sort que nous réser­vons aux autres ani­maux, de faire voir le visage des ani­maux et des acti­vistes qui leur viennent en aide, mais éga­le­ment de per­mettre aux ani­maux de pro­fi­ter de leur vie comme ils l’entendent et de déve­lop­per des rela­tions inter­per­son­nelles et sociales selon leurs propres termes. Les sanc­tuaires pour ani­maux domes­ti­qués des­ti­nés à la bou­che­rie offrent une rare oppor­tu­ni­té d’apprendre ce que les ani­maux veulent, quel genre de vie ils aime­raient mener et quel type de rela­tions ils aime­raient avoir les uns avec les autres, s’ils en avaient la chance, et d’offrir un aper­çu de ce à quoi pour­raient res­sem­bler des rela­tions humaines-ani­males justes et res­pec­tueuses.

Pour les fémi­nistes enga­gées dans le mou­ve­ment de libé­ra­tion ani­male, il ne s’agit pas néces­sai­re­ment de for­cer la rena­tu­ra­li­sa­tion ou l’extinction des ani­maux domes­ti­qués, mais de déve­lop­per des rela­tions non-oppres­sives et non-exploi­tantes avec ces ani­maux qui font par­tie de nos socié­tés depuis des mil­lé­naires, mais qui sont trai­tés comme une caste infé­rieure au ser­vice des domi­nants. Les fémi­nistes anti­spé­cistes ne demandent pas de mieux régle­men­ter le com­merce des ani­maux, mais d’y mettre fin. Leur but n’est pas de réfor­mer les pra­tiques et ins­ti­tu­tions fon­dées sur l’exploitation et la mise à mort des ani­maux, mais de les abo­lir. Les ani­maux ne sont pas des mar­chan­dises qu’on devrait pou­voir ache­ter et vendre. Ils ne sont pas des pro­prié­tés, ni des « res­sources natu­relles » qu’on devrait sim­ple­ment exploi­ter de façon plus durable. Ils sont des indi­vi­dus à part entière, doués d’une vie men­tale, affec­tive et sociale, et qui devraient pou­voir vivre leurs vies comme ils l’entendent.

Publicité pour les pan­ta­lons Mr Leggs

Libération humaine et animale : solidarité du mouvement féministe et de la cause animale

Les fémi­nistes devraient se mon­trer plus soli­daires du mou­ve­ment de défense des ani­maux, mépri­sé pour des rai­sons sou­vent sexistes (et capa­ci­tistes) et subis­sant actuel­le­ment une forte répres­sion poli­tique. Il ne s’agit pas sim­ple­ment d’établir des liens logiques entre le sexisme, le spé­cisme, le racisme et le capa­ci­tisme (comme c’est le cas chez le phi­lo­sophe Peter Singer), mais des liens concrets, à la fois maté­riels, his­to­riques et idéo­lo­giques, en mon­trant com­ment les diverses formes d’oppression s’alimentent ou se ren­forcent réci­pro­que­ment. Tenter d’émanciper les humains tout en gar­dant les ani­maux à l’état d’esclavage et en ren­for­çant l’idée qu’ils ne sont que des mar­chan­dises et des res­sources à notre dis­po­si­tion est non seule­ment injuste, mais c’est éga­le­ment impos­sible puisque la vio­lence consi­dé­rée natu­rel­le­ment juste envers les ani­maux four­nit le modèle sur lequel se sont appuyés et s’appuient encore plu­sieurs formes de domi­na­tion humaine. Politiser l’alimentation et ces­ser de nor­ma­li­ser la mise à mort des ani­maux pour pro­duire de la nour­ri­ture dont on n’a pas besoin est essen­tiel, par res­pect pour les ani­maux domes­ti­qués des­ti­nés à la bou­che­rie et envers les ani­maux sau­vages.

« Démanteler l’industrie de l’élevage devrait être au cœur des luttes sociales et envi­ron­ne­men­tales actuelles. »

Depuis les années 1970, les êtres humains ont cau­sé la dis­pa­ri­tion de plus de la moi­tié des popu­la­tions d’animaux sau­vages ver­té­brés (52 %)13Voir le rap­port Planète Vivante 2016., prin­ci­pa­le­ment par leur exploi­ta­tion directe (pêche et chasse) et par la perte de leurs habi­tats, en grande par­tie due à l’augmentation du nombre d’animaux d’élevage. Démanteler l’industrie de l’élevage devrait être au cœur des luttes sociales et envi­ron­ne­men­tales actuelles puisque l’élevage d’animaux des­ti­nés à la bou­che­rie est une des causes prin­ci­pales de l’appauvrissement des sols, de la pol­lu­tion et du gas­pillage de l’eau, de l’émission de gaz à effet de serre, de la dis­pa­ri­tion ou de la dégra­da­tion des habi­tats des ani­maux sau­vages, ain­si que de la défo­res­ta­tion et du déve­lop­pe­ment de résis­tance aux antibiotiques14Tony Weiss, The Ecological Hoofprint: The Global Burden of Industrial Livestock, Zed Books, 2013.. Ce n’est pas seule­ment une ques­tion de jus­tice envers les ani­maux, mais éga­le­ment une ques­tion de jus­tice ali­men­taire et de jus­tice inter­gé­né­ra­tion­nelle. L’élevage acca­pare déjà la plus grande par­tie des terres agri­coles (78 %) tout en four­nis­sant seule­ment 13 % des calo­ries et moins de 30 % des pro­téines globales15FAO, World Livestock 2011 : Livestock in Food Security, Rome, 2011, p. 8. La viande (excluant les œufs et les pro­duits lai­tiers) ne four­nit que 18 % des pro­téines et 8 % des calo­ries au niveau mon­dial.. Les pêche­ries mon­diales — qui dévastent les océans à un point tel qu’on pré­voit qu’il y aura, en 2050, plus de plas­tique que de pois­sons dans les océans — ne pro­duisent pour leur part que 6.5 % des pro­téines et 1 % des calo­ries mon­diales16 FAO, The State of World Fisheries and Aquaculture, Rome, 2014, p. 66.. Principalement des­ti­née aux mieux nan­tis, la viande menace la sécu­ri­té ali­men­taire mon­diale puisque ces ani­maux entrent en com­pé­ti­tion désor­mais direc­te­ment avec les humains pour leur eau et leur nour­ri­ture (95 % du soja culti­vé dans le monde est des­ti­né aux ani­maux d’élevage). Malgré l’impact néga­tif déjà énorme des 70 mil­liards d’oiseaux et de mam­mi­fères engrais­sés et tués chaque année, l’ONU pré­voit que la pro­duc­tion mon­diale de viande devrait aug­men­ter de 50 % à 70 % d’ici à 2050. Cette sombre pré­dic­tion rend urgente une tran­si­tion glo­bale vers une ali­men­ta­tion végé­ta­lienne, au centre de tout espoir de déve­lop­per une ali­men­ta­tion plus juste, plus éco­lo­gique et plus res­pec­tueuse des humains et des ani­maux qui par­tagent la pla­nète avec nous.

Féminisme et anti­spé­cisme ne doivent pas être per­çus comme deux luttes sépa­rées mais comme des mou­ve­ments soli­daires qui se battent contre des formes de domi­na­tion liées par un agen­da lar­ge­ment com­mun. Les fémi­nistes, et plus géné­ra­le­ment les militant·e·s pro­gres­sistes, ne peuvent faire l’impasse d’une remise en ques­tion de la vio­lence envers les autres ani­maux : ne pas remettre en ques­tion le spé­cisme revient à contri­buer aux mêmes sché­mas de vio­lence, d’arbitraire et d’injustice que ceux qui fondent le patriar­cat, la supré­ma­tie blanche et le capa­ci­tisme.


Photographie de ban­nière : www.openrescues.com


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien : « Zoopolis — Penser une socié­té sans exploi­ta­tion ani­male », octobre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Yves Bonnardel et Axelle Playoust-Braure : « Les ani­maux au cœur de l’émancipation », sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec 269 Libération ani­male : « L’antispécisme et le socia­lisme sont liés », décembre 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire de Louise Michel, mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Audrey Jougla : « Les expé­riences sur les ani­maux seront inter­dites », mai 2017
☰ Lire notre abé­cé­daire d’Angela Davis, octobre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Les Cahiers anti­spé­cistes : « Sortir les ani­maux de la caté­go­rie des mar­chan­dises », sep­tembre 2016

NOTES   [ + ]

1.Dans sa contri­bu­tion à l’ouvrage Terrorists or Freedom Fighters? Reflections on the Liberation of Animals.
2.Emily Gaarder, Women and the Animal Rights Movement, Rutgers University Press, 2011.
3.Virginia Woolf, Trois gui­nées, tra­duit par Viviane Forrester, Paris, Éditions des Femmes, 1978, p. 35.
4.Carol J. Adams, La Politique sexuelle de la viande — Une théo­rie cri­tique fémi­niste végane, tra­duit par Danielle Petitclerc, Éditions L’Âge d’Homme, 2016.
5.Ou ani­maux non-humains.
6.Politique, 1256b 20–25.
7.Discours qui rai­sonne, lan­gage en tant qu’instrument de la rai­son.
8.Politique, 1254b 10–14.
9.Le capa­ci­tisme — ou validisme — est une forme de dis­cri­mi­na­tion, de pré­ju­gé ou de trai­te­ment défa­vo­rable contre les per­sonnes vivant un han­di­cap.
10.Paul Sollier, Guide pra­tique des mala­dies men­tales, G. Masson, 1893, p. 363 — cité par Christophe Traïni, La Cause ani­male — Essai de socio­lo­gie his­to­rique (1820–1980), PUF, 2011, p. 178.
11.Craig Buettinger, « Antivivisection and the Charge of Zoophilia: Psychosis in the Early Twentieth Century », The Historian 55(2), 1993, 277–288.
12.Voir Will Potter, Green is the New Red: An Insider's Account of a Social Movement Under Siege, City Lights, 2011.
13.Voir le rap­port Planète Vivante 2016.
14.Tony Weiss, The Ecological Hoofprint: The Global Burden of Industrial Livestock, Zed Books, 2013.
15.FAO, World Livestock 2011 : Livestock in Food Security, Rome, 2011, p. 8. La viande (excluant les œufs et les pro­duits lai­tiers) ne four­nit que 18 % des pro­téines et 8 % des calo­ries au niveau mon­dial.
16. FAO, The State of World Fisheries and Aquaculture, Rome, 2014, p. 66.
Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure
Christiane Bailey et Axelle Playoust-Braure

Christiane Bailey est doctorante en philosophie à l'Université de Montréal et membre du Groupe interuniversitaire de recherche en éthique environnementale et animale.Axelle Playoust-Braure est titulaire d'un master en sociologie, militante féministe et cofondatrice du Collectif antispéciste pour la solidarité animale de Montréal.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.