Jean-Paul Jouary : « De tout temps, les démocrates ont refusé le suffrage universel »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Nous ne sommes pas en démo­cra­tie. Nous ne sommes pas non plus, en France, en dic­ta­ture. Et c’est pré­ci­sé­ment parce que la vie poli­tique a été réduite à cette oppo­si­tion que nous sommes impuis­sants. Rousseau aimait à dire qu’aus­si­tôt l’é­lec­tion pas­sée et les membres du par­le­ment élus, le peuple rede­vient esclave. Être repré­sen­té, ajou­tait-il, est une idée récente dans l’his­toire des humains. Les gilets jaunes ont remis sur le devant de la scène cette cri­tique his­to­rique de la confis­ca­tion démo­cra­tique au nom de la « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive ». Nous en dis­cu­tons avec le phi­lo­sophe Jean-Paul Jouary, auteur, depuis les années 1970, de près de 30 ouvrages et ancien rédac­teur en chef de l’heb­do­ma­daire Révolution. Comment le peuple peut-il « se gou­ver­ner » et non plus être diri­gé ?


Prenons une séquence télé­vi­suelle : un pla­teau de BFM TV en date du 15 février 2016. Un invi­té avance que nous ne sommes pas en démo­cra­tie ; l’animateur rétorque aus­si­tôt : « Je n’ai pas l’impression de vivre dans une dic­ta­ture, tout de même. » Cette réponse est des plus com­munes. Pourquoi pense-t-on ce cadre si étroi­te­ment ?

C’est un pro­cé­dé déma­go­gique insup­por­table, effec­ti­ve­ment cou­rant. Un peu comme si on avait dit à Mandela qu’il ne devait pas se plaindre de 28 années de bagne, parce qu’il aurait pu être pen­du. On le dit aus­si à pro­pos de l’Europe : qui­conque cri­tique son libé­ra­lisme se voit accu­sé d’être anti-euro­péen, donc natio­na­liste, donc proche de l’extrême droite. Pour en venir à l’ar­gu­ment que vous évo­quez, nous ne sommes effec­ti­ve­ment pas sous une dic­ta­ture, mais com­ment dire que nous vivons dans une « démo­cra­tie » au sens propre ? Comment dire que le peuple des citoyens se gou­verne lorsqu’on peut avoir une majo­ri­té abso­lue de dépu­tés avec une mino­ri­té de voix, qu’on peut adop­ter une loi sans même en débattre ni la voter au Parlement avec le 49–3, qu’on peut entendre le pré­sident annon­cer des déci­sions qui sur­prennent son propre gou­ver­ne­ment, qu’il peut dis­soudre le Parlement, et même signer des trai­tés qui ont été reje­tés par réfé­ren­dum comme pour le Traité de Lisbonne ? Cette cari­ca­ture de démo­cra­tie décré­di­bi­lise tant la démo­cra­tie que l’abstention pro­gresse au même rythme que les votes d’extrême droite. C’est une sorte de « monar­chie élec­tive », un « coup d’État per­ma­nent » comme la qua­li­fiait François Mitterrand avant de s’en accom­mo­der. La preuve ? Six mois après une élec­tion, les mesures essen­tielles du pré­sident et de sa « majo­ri­té » sont toutes lar­ge­ment impo­pu­laires. Puis-je vous pro­po­ser un petit jeu ?

Faites !

« Quiconque cri­tique le libé­ra­lisme de l’Europe se voit accu­sé d’être anti-euro­péen, donc natio­na­liste, donc proche de l’extrême droite. »

Imaginons que, dans leur cam­pagne élec­to­rale, chaque pré­sident ait fait cam­pagne avec les mesures qu’il a effec­ti­ve­ment prises après son élec­tion. Par exemple, Emmanuel Macron fai­sant cam­pagne en disant aux citoyens qu’il leur pro­met de sup­pri­mer l’impôt sur la for­tune et les taxa­tions sur les tran­sac­tions infra jour­na­lières, tout en rédui­sant les APL, en rédui­sant les retraites, en les dés­in­dexant par rap­port à l’inflation, en déman­te­lant le droit du tra­vail, en s’attaquant au sta­tut de la fonc­tion publique, en sup­pri­mant des postes d’enseignants, en rédui­sant dras­ti­que­ment le nombre des cadres spor­tifs, en adop­tant une loi qui per­met aux pré­fets d’enfermer les futurs mani­fes­tants sans inter­ven­tion d’un juge, en rédui­sant les finances locales donc les ser­vices de proxi­mi­té, en s’en pre­nant aux droits des chô­meurs, etc. Aurait-il dépas­sé les 5 % ? Poser la ques­tion, c’est y répondre. Ne pas voir la crise que tra­verse notre démo­cra­tie, c’est s’engager dans une voie extrê­me­ment dan­ge­reuse. Il devient urgent de réin­ven­ter conjoin­te­ment la jus­tice sociale et les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques. Aux États-Unis, au Brésil, en Italie, en Allemagne, et dans la plu­part des autres pays, sous des formes dif­fé­rentes, cette crise se mani­feste, et les res­pon­sables poli­tiques, et trop sou­vent aus­si média­tiques, sous-estiment le dan­ger de leur obs­ti­na­tion à tout chan­ger pour que rien ne change.

Le mou­ve­ment des gilets jaunes a fait sur­gir une cri­tique que le pou­voir croyait sans doute oubliée : celle de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive !

On voit bien que cette démo­cra­tie « repré­sen­ta­tive » ne fonc­tionne plus du tout. Si, aus­si­tôt élus, les « repré­sen­tants » peuvent diri­ger en contra­dic­tion avec les aspi­ra­tions d’une sen­sible majo­ri­té des citoyens, c’est qu’ils ne les « repré­sentent » pas. D’ailleurs, que signi­fie « repré­sen­ter » ? Re-pré­sen­ter, c’est recréer une pré­sence lorsqu’elle est impos­sible. Ainsi, un repré­sen­tant de com­merce ou un ambas­sa­deur re-pré­sentent leur entre­prise ou leur pays. Qu’ils prennent la moindre ini­tia­tive contre ce qu’ils sont cen­sés repré­sen­ter, et on leur fait payer cette pré­ten­tion au pou­voir en les chas­sant de leur fonc­tion. On ne re-pré­sente au sens de « déci­der à la place de » que dans deux cas : lorsqu’un enfant est trop jeune, alors les parents le repré­sentent et décident à sa place, et lorsqu’une per­sonne est malade men­tale, alors des tuteurs font de même. Dans ce que l’on appelle la « démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », si les élus pré­tendent « repré­sen­ter » le peuple sans lui obéir par voie réfé­ren­daire mais en pré­ten­dant déci­der à sa place pen­dant une période don­née, est-ce parce qu’on consi­dère le peuple comme infan­tile ou comme malade men­tal ? En ce moment, je pense qu’il y a un peu des deux. Rousseau disait qu’on « ne repré­sente pas le peuple »… Ceux qui s’accaparent pou­voir et richesse en ont tel­le­ment conscience qu’ils se vantent chaque jour de pos­sé­der la sublime ver­tu d’oser prendre des mesures impo­pu­laires et de res­ter « droits dans leurs bottes » face aux mani­fes­ta­tions, grèves, son­dages. Il n’y a pas plus cynique aveu qu’aujourd’hui on gou­verne le peuple sans le repré­sen­ter, c’est-à-dire qu’on le dirige comme un trou­peau. Le pou­voir, disait encore Rousseau, est deve­nu un « bien de famille ».

Emmanuel Macron le 15 mars 2019 (Laurent Dard / DDM / AFP)

« L’idée des repré­sen­tants est moderne », affir­mait jus­te­ment Rousseau dans Du contrat social. Le peuple, écri­vez-vous dans votre der­nier livre, La Parole du mille-pattes, s’est ain­si vu dépos­sé­dé de son pou­voir : la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive a démo­cra­ti­que­ment per­mis « de sup­pri­mer la démo­cra­tie au sens propre ». Pourquoi le grand nombre a‑t-il accep­té si faci­le­ment ce tour de passe-passe ?

Ce pro­ces­sus a été his­to­ri­que­ment long et com­plexe. Tous les peuples, je dis bien tous, ont vécu pen­dant des dizaines de mil­lé­naires en pre­nant les déci­sions col­lec­ti­ve­ment, avec tous les hommes et toutes les femmes du groupe. En Côte d’Ivoire, au Kenya, en Ouganda, au Ghana, au Rwanda, au Sénégal, chez les Berbères, mais aus­si en Asie ou chez les autoch­tones des Amériques, on trouve des tra­di­tions ances­trales de par­tage, de recherche des inté­rêts com­muns, de refus de la ven­geance, de modes de récon­ci­lia­tion, de débat public et de déci­sions col­lec­tives. Dans La Société contre l’État, Pierre Clastres par­lait d’un « effort per­ma­nent pour empê­cher les chefs d’être des chefs ». J’en donne une idée dans ce livre, et pro­pose une repré­sen­ta­tion de ce qui peu à peu a chan­gé. Il se trouve que, dans des condi­tions gla­ciaires, en Europe notam­ment, les pre­miers stocks de nour­ri­ture ont per­mis des dépen­dances et des inéga­li­tés de sta­tuts, sans doute d’ailleurs asso­ciées aux grandes œuvres rupestres du paléo­li­thique supé­rieur, si j’en crois les tra­vaux d’Emmanuel Guy par exemple. Comme lui, je m’appuie sur les tra­vaux de Brian Hayden sur la Naissance de l’inégalité. L’émergence de l’agriculture et de la pro­prié­té de la terre a per­mis à son tour la struc­tu­ra­tion d’États et de classes sociales, de l’esclavage et d’empires, si bien qu’Athènes n’a été que la redé­cou­verte, à l’intérieur de domi­na­tions sociales bru­tales (escla­vage mas­sif, domi­na­tion des femmes, colo­ni­sa­tions) de formes nou­velles d’expression de la mino­ri­té citoyenne. Encore qu’on y refuse d’élire des « repré­sen­tants » au suf­frage uni­ver­sel, mais qu’on tire au sort pour un an l’essentiel des assem­blées, pour évi­ter que, se pré­ten­dant choi­sis pour des qua­li­tés per­son­nelles de déci­sion, on se mette à diri­ger la Cité sans appro­ba­tion expli­cite du peuple. Comme l’a bien vu Rousseau, les peuples ne se sont don­nés des gou­ver­nants que pour empê­cher de se voir impo­ser des diri­geants. De tout temps, les démo­crates ont refu­sé d’élire des indi­vi­dus au suf­frage uni­ver­sel, celui-ci étant uti­li­sé exclu­si­ve­ment pour approu­ver des déci­sions

À lire Alain Badiou — qui, comme vous, reven­dique le terme de « com­mu­nisme » —, la démo­cra­tie est pour­tant un ver­rou à faire sau­ter pour abou­tir à l’émancipation. Il fau­drait même « prendre le risque de n’être pas un démo­crate », dit-il, puisque la démo­cra­tie est la vache sacrée de l’ordre en place, puisque tout le monde, grands capi­ta­listes et dic­ta­teurs com­pris, ne jure que par elle…

« Si on méprise à ce point les citoyens, pour­quoi leur accorde-t-on d’ailleurs le droit de vote ? »

Je pense qu’Alain Badiou est pré­sen­té par­tout comme le « vrai » mar­xiste parce qu’il per­pé­tue une ver­sion du com­mu­nisme qui n’a rien à voir avec la défi­ni­tion qu’en donne Marx : un pro­ces­sus infi­ni de libé­ra­tion humaine qui asso­cie des gens très dif­fé­rents, sans « iden­ti­té com­mu­niste » (l’expression n’ayant stric­te­ment aucun sens). Un « mou­ve­ment réel qui abo­lit l’état actuel », selon les mots de Marx, s’opposant à tout ce qui exploite et opprime. C’est une autre défi­ni­tion de la démo­cra­tie au sens propre. Libre à Badiou de prendre ce risque de refu­ser la démo­cra­tie, qu’il confond d’ailleurs avec la démo­cra­tie libé­rale. Être révo­lu­tion­naire aujourd’hui, c’est clai­re­ment arti­cu­ler les luttes sociales avec la réin­ven­tion de la démo­cra­tie. Mais nul n’est obli­gé d’être révo­lu­tion­naire. Je ne reven­dique pas plus l’étiquette « com­mu­niste » que les pre­miers chré­tiens qui lut­taient contre l’esclavage, les femmes qui agissent pour l’égalité, les gens qui, même sous des formes un peu désor­don­nées, com­battent la pau­vre­té et la mar­gi­na­li­sa­tion, et tout citoyen qui agit pour plus de bien com­mun et moins d’exploitation cynique des quelques puis­sances finan­cières qui dévorent tout. Le pro­ces­sus de libé­ra­tion humaine est plus com­pli­qué et riche qu’on ne le croit. Les États, les par­tis et cer­tains théo­ri­ciens qui se disaient « com­mu­nistes » en ont pro­pa­gé sou­vent une cari­ca­ture déri­soire ou gri­ma­çante…

À la seconde où le mot RIC a été pro­non­cé, la qua­si tota­li­té du per­son­nel média­tique et poli­tique libé­ral, escor­té par une frange de l’extrême gauche, a invo­qué la peine de mort, le mariage homo­sexuel et l’avortement. Pourquoi le peuple fait-il à ce point peur qu’il faille recou­rir au « pro­gres­sisme » pour s’en défendre ?

Un peuple se construit. Si on le fait voter sur ceci ou sur cela, sans débat intense à l’échelle de la socié­té, le pire est pos­sible. Surtout si ce n’est pas lui qui impose un réfé­ren­dum. Mais si cela vient de lui, que le débat public a lieu, tout peuple est capable de construire des repré­sen­ta­tions qu’il ne par­ta­geait pas au début. Le débat sur le Traité de Lisbonne a prou­vé qu’un débat à l’échelle de la socié­té pou­vait trans­for­mer un « oui » à 80 % en un « non » à 55 %. Je suis convain­cu que dans ces condi­tions on n’a rien à craindre des réfé­ren­dums d’initiative citoyenne. Les peuples, après tout, risquent de moins se trom­per que les « experts » qui dirigent si sou­vent contre les peuples, avec les résul­tats catas­tro­phiques que l’on sait. Pourquoi les citoyens vote­raient-ils en conscience contre leurs inté­rêts ? Si on méprise à ce point les citoyens, pour­quoi leur accorde-t-on d’ailleurs le droit de vote ?

Acte II, Paris, 24 novembre 2018 (Stéphane Burlot)

Un argu­ment est régu­liè­re­ment oppo­sé à la démo­cra­tie directe, par­fois en citant Rousseau, d’ailleurs : le nombre. Vous lui oppo­siez, dans Rousseau, citoyen du futur, nos dis­po­si­tifs infor­ma­tiques…

Le pro­blème n’est pas simple, c’est vrai. Délibérer et déci­der tous ensemble est plus facile dans une tri­bu afri­caine ou amé­rin­dienne de quelques cen­taines de per­sonnes, ou sur l’agora athé­nienne à quelques mil­liers, qu’à l’échelle d’un peuple de mil­lions d’électeurs. En même temps, cette proxi­mi­té des ora­teurs et des membres du groupe favo­ri­sait l’art ora­toire et la déma­go­gie. Lorsque l’idée démo­cra­tique se fraie à nou­veau un che­min au cours des deux der­niers siècles, les opi­nions se forment davan­tage sur des idées, des concep­tions de la socié­té, avec des concen­tra­tions de tra­vailleurs qui per­mettent des dis­cus­sions et des enga­ge­ments col­lec­tifs. La télé­vi­sion a réta­bli la pos­si­bi­li­té d’une déma­go­gie dans l’intimité de chaque foyer, tan­dis que la des­truc­tion des col­lec­tifs de tra­vailleurs a épar­pillé les indi­vi­dua­li­tés et ren­du plus dif­fi­cile le débat démo­cra­tique. Tout montre que les « réseaux sociaux », qui bien sûr rendent pos­sibles de nou­velles formes de per­tur­ba­tions des débats, créent aus­si la pos­si­bi­li­té de débats et de mobi­li­sa­tion qui échappent aux États cen­tra­li­sés. Forts de l’expérience de la révo­lu­tion tuni­sienne hier, comme de l’Algérie aujourd’hui, les pays tota­li­taires tentent de détruire ces réseaux sociaux. En même temps, si Internet per­met à des mil­liards d’humains de com­man­der un colis qui par­vient chez eux en quelques jours, on voit mal ce qui empêche aujourd’hui d’opérer des réfé­ren­dums à l’échelle de cen­taines de mil­lions d’électeurs ! Rien, abso­lu­ment rien de « tech­nique » ne s’oppose à l’idée de réfé­ren­dums d’initiative popu­laire. Ceux qui s’y opposent le font parce qu’ils s’accrochent au prin­cipe même du pou­voir sans ou contre le peuple. Que ceux-là aient le cou­rage de se décla­rer anti-démo­crates.

Le terme de « popu­lisme » per­met aux libé­raux de balayer toute cri­tique et de ren­voyer dos à dos les natio­na­listes et les par­ta­geux. Cela, vous le dites aus­si, peu ou prou. Mais vous ajou­tiez, en 2015, que le popu­lisme abou­tit « à la mort de la démo­cra­tie ». Comment n’être pas « popu­liste » tout en com­bat­tant ceux qui com­battent le « popu­lisme » ?

« En tant qu’in­di­vi­du, je me pose la ques­tion de savoir ce qui est bon pour moi ; en tant que citoyen, je me pose la ques­tion de savoir ce qui est bon pour nous. »

On en vient aujourd’­hui à qua­li­fier de « popu­liste » toute invo­ca­tion de la sou­ve­rai­ne­té popu­laire contre des poli­tiques contraires à ses inté­rêts et à sa volon­té. C’est encore là un pro­cé­dé qui vise à dis­qua­li­fier toute cri­tique du monde exis­tant. Au sens tra­di­tion­nel et péjo­ra­tif, le popu­lisme désigne une cer­taine façon de flat­ter dans le peuple ce qui naît en lui de contraire à toute ana­lyse rai­son­née des pro­blèmes aux niveaux des ins­ti­tu­tions et de la théo­rie. Et depuis Platon et Aristote, jus­qu’à Rousseau et Marx, on sait qu’on ne peut idéa­li­ser « le peuple » et qu’il est dan­ge­reux de déni­grer ce qui, dans la vie intel­lec­tuelle et poli­tique, s’ef­force de dépas­ser les appa­rences, les opi­nions toutes faites, les pas­sions débri­dées. En ce sens-là, oui, le « popu­lisme » est une ins­tru­men­ta­li­sa­tion de ce que le peuple peut avoir de moins éle­vé, pour par­ler sim­ple­ment. Le scan­dale com­mence lorsque ceux-là mêmes qui s’ac­ca­parent les pou­voirs et les médias traitent de « popu­listes » ceux qui, en har­mo­nie avec les aspi­ra­tions et besoins que mani­festent les gens, opèrent la cri­tique de tout ce qui leur fait obs­tacle. Dans ce cas, on qua­li­fie de « popu­liste » l’as­pi­ra­tion démo­cra­tique elle-même. C’est ce jeu déma­go­gique sur le mot qui accré­dite fina­le­ment l’i­dée que ceux qui com­battent le popu­lisme sont des popu­listes.

Vous reve­nez, dans vos écrits, sur les palabres et les tra­di­tions cultu­relles qui placent « la parole au cœur des rela­tions ». C’est là, d’ailleurs, un point cen­tral du dis­cours des gilets jaunes : les gens se reparlent « enfin », apprennent à « s’écouter », que ce soit sur un rond-point ou une bar­ri­cade, dans une cabane ou une assem­blée. Serait-ce là le cœur même de la poli­tique ?

La construc­tion de réflexions et de déci­sions col­lec­tives par la parole est non seule­ment le cœur du poli­tique, mais c’est la construc­tion même du peuple citoyen, le pas­sage d’une somme d’in­di­vi­dus à un ensemble plus cohé­rents de citoyens. On l’a vu avec les gilets jaunes comme on le voit dans tout mou­ve­ment social : c’est che­min fai­sant que les reven­di­ca­tions, les pro­po­si­tions, les cri­tiques s’af­finent et s’ar­ti­culent entre elles. Il n’y a de « véri­té » en poli­tique que pour ceux qui refusent le prin­cipe même de la démo­cra­tie : au-des­sus de la sou­ve­rai­ne­té popu­laire, on pose Dieu, la Nature, le grand guide, l’in­car­na­tion de la révo­lu­tion sal­va­trice. On y met aus­si les paroles d’« experts », face au peuple igno­rant, à qui on a mal expli­qué, etc. Ce dis­cours revient depuis des décen­nies, depuis des siècles. On lui oppose la « science poli­tique », la lumière de Science Po. Mais en science, on ne vote pas ! Je pré­fère cette phrase de l’Éloge de la phi­lo­so­phie de Maurice Merleau-Ponty que j’aime à répé­ter, qui est pro­fonde, et que l’on taxe­rait aujourd’­hui sans doute de « popu­liste » alors qu’elle résume l’es­sence même de la démo­cra­tie : « Notre rap­port au vrai passe par les autres. Ou bien nous allons au vrai avec eux, ou bien ce n’est pas au vrai que nous allons. » C’est ce que dit avec d’autres mots Amartya Sen dans La Démocratie des autres : « Les élec­tions sont seule­ment un moyen de rendre effi­caces les dis­cus­sions publiques. » En tant qu’in­di­vi­du, je me pose la ques­tion de savoir ce qui est bon pour moi ; en tant que citoyen, je me pose la ques­tion de savoir ce qui est bon pour nous. Sans cette ques­tion il n’y a pas de poli­tique, et en cer­ner les contours sup­pose une infi­ni­té de dia­logues par­ta­gés, sin­cères.

Mouvement algé­rien contre le 5e man­dat de Bouteflika (Marie Magnin / HANS LUCAS / AFP)

C’est le sens du titre et du sous-titre de votre der­nier livre…

Oui, La Parole du mille-pattes évoque un dic­ton ances­tral ivoi­rien : « C’est avec de bonnes paroles que le mille-pattes tra­verse un champ fleu­ri de four­mis » : ni la vio­lence ni la ruse ne per­met­tront de don­ner au conflit une solu­tion satis­fai­sante. Il fau­dra par­ler, par­ler, pour trou­ver ensemble une solu­tion. Son sous-titre, Difficile démo­cra­tie, évoque ce que cela sup­pose d’ef­forts pour cha­cun de nous. Les livres que j’a­vais consa­crés à Rousseau puis à Mandela m’ont fait creu­ser ce sillon. Dans celui-ci je remonte aux tra­di­tions afri­caines, amé­rin­diennes, asia­tiques pour ana­ly­ser sous un autre angle le rap­port des humains à la poli­tique. Pourquoi, avec les savoirs accu­mu­lés et les outils modernes de com­mu­ni­ca­tion, on ne par­vien­drait pas à réin­ven­ter à une autre échelle les tra­di­tions qui ont per­mis à notre espèce de vivre pen­dant des dizaines de mil­lé­naires ? C’était le pari de Mandela avec la trans­po­si­tion de l’Ubuntu à l’é­chelle de l’Afrique du Sud avec les trois années de dis­cus­sion publique de « véri­té et récon­ci­lia­tion ».

Le phi­lo­sophe Cornelius Castoriadis disait de l’homme qu’il « est un ani­mal pares­seux ». Et, citant l’his­to­rien Thucydide, il ajou­tait : « Il faut choi­sir : se repo­ser ou être libre ». Peut-on ima­gi­ner une socié­té qui, pas­sée l’effervescence d’un hypo­thé­tique moment révo­lu­tion­naire, soit à même, ou seule­ment dési­reuse, de s’investir dans la chose publique avec une inten­si­té presque quo­ti­dienne ?

Kant par­lait déjà de cette « paresse », de ce qui nous fait pré­fé­rer som­no­ler. Il y voyait la cause du main­tien du peuple dans un état de « mino­ri­té », au pro­fit de ces « tuteurs » qui se pré­tendent indis­pen­sables. Une phrase de Kant résume bien ce qui mal­heu­reu­se­ment demeure un diag­nos­tic sévère mais lucide : « Après avoir abê­ti leur bétail et avoir soi­gneu­se­ment pris garde de ne pas per­mettre à ces tran­quilles créa­tures d’oser faire le moindre pas hors du cha­riot où il les a enfer­mées, ils leur montrent le dan­ger qui les menace si elles essaient de mar­cher seules. » On en est là, mais par­fois il en est qui ruent ici et là. Après Étienne de la Boétie, Spinoza ou Rousseau, Michel Foucault a défi­ni­ti­ve­ment démon­tré qui si le pou­voir s’exerce du haut vers le bas, c’est parce que dans l’ensemble de la vie sociale le pou­voir se trans­fère du bas vers le haut. Cette délé­ga­tion liber­ti­cide ne relève guère d’une fata­li­té, mais inflé­chir ce pro­ces­sus est une tâche his­to­rique d’une dif­fi­cul­té extra­or­di­nai­re­ment grande. C’est ain­si, comme vous le dites, qu’après de rares mais pré­cieux moments de sou­lè­ve­ment, de reprise en mains par le peuple de ses propres affaires, le cou­rage démo­cra­tique tend à décli­ner et lais­ser place à cette paresse. La sou­ve­rai­ne­té, qui était si jalou­se­ment conser­vée pen­dant des dizaines de mil­lé­naires, passe aujourd’hui pour un idéal inac­ces­sible. C’est ce pro­ces­sus de dépos­ses­sion que je m’efforce d’explorer, mais tout montre qu’on ne peut espé­rer le com­battre qu’en com­bi­nant ce type de réflexions à des pra­tiques sociales et poli­tiques col­lec­tives.


Photographie de ban­nière : 4 décembre 2018, au Mans, Jean-François Monier / AFP


REBONDS

☰ Lire notre repor­tage « Contre le mal-vivre : quand la Meuse se sou­lève », Djibril Maïga et Elias Boisjean, jan­vier 2019
☰ Lire notre article « Le muni­ci­pa­lisme liber­taire : qu’est-ce donc ? », Elias Boisjean, sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Benoît Borrits : « Casser le car­can de la démo­cra­tie repré­sen­ta­tive », sep­tembre 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Murray Bookchin, sep­tembre 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Christian Laval : « Penser la révo­lu­tion », mars 2018
☰ Lire notre abé­cé­daire de Cornelius Castoriadis, février 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnaud Tomès et Philippe Caumières : « Castoriadis — La démo­cra­tie ne se limite pas au dépôt d’un bul­le­tin dans une urne », jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Jacques Rancière : « Le peuple est une construc­tion », mai 2017

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.