Jean-Luc Mélenchon et l’immigration : entre convictions et ambiguïtés


Texte inédit pour le site de Ballast

Sur le fond comme sur la forme, Jean-Luc Mélenchon ne laisse per­sonne indif­fé­rent et n’en finit pas d’a­li­men­ter, au fil de ses prises de posi­tion, les débats qui tra­versent le vaste camp de l’é­man­ci­pa­tion : espoir d’une pré­si­den­tielle dis­si­dente pour les uns, notable réfor­miste pour les autres — et cha­cun de s’ac­cro­cher sur la Syrie, le trai­té de Maastricht, Poutine, la stra­té­gie popu­liste, le fou­lard à l’é­cole ou son fidèle sou­tien à Mitterrand. On sait son verbe haut et son par­cours, d’an­cien séna­teur socia­liste au can­di­dat auto­nome de la France insou­mise : n’y reve­nons pas. Cet article s’at­tarde sur l’é­vo­lu­tion du dis­cours de Jean-Luc Mélenchon en matière d’im­mi­gra­tion, entre le Front de gauche de 2012 et l’ac­tuelle cam­pagne. Ces der­niers mois, ce « glis­se­ment » lui valut, à gauche, de fortes cri­tiques — qu’il reje­ta : « une poi­gnée de gau­chistes et de gens mal­veillants ». Jusqu’où peut-on par­ler de chan­ge­ment dans son pro­pos ? Quelles pour­raient en être les consé­quences poli­tiques et élec­to­rales ? L’auteur du pré­sent article apporte ses réponses. ☰ Par Pablo Castaño Tierno


Le 13 avril 2012, à Marseille, devant une foule de plus de 100 000 per­sonnes, Jean-Luc Mélenchon sou­tient que le métis­sage est une « chance » pour la France et refuse « abso­lu­ment l’idée mor­bide et para­noïaque du choc des civi­li­sa­tions », pro­vo­quant les applau­dis­se­ments enthou­siastes du public. Cette célé­bra­tion de la diver­si­té culturelle et de l’immigration figure dans le pro­gramme « L’humain d’abord », où l’on peut lire : « La pré­sence des immi­grés en France n’est pas un pro­blème », ou encore : « L’immigration zéro est un mythe qui divise et affai­blit notre pays ». Quant à l’accueil des per­sonnes réfu­giées, le pro­gramme affirme : « Nous res­pec­te­rons scru­pu­leu­se­ment le droit d’asile qui sera décon­nec­té des poli­tiques migra­toires. » Cinq ans plus tard, dans le pro­gramme de La France insou­mise, « L’avenir en com­mun », le sujet de la migra­tion n’est plus abor­dé depuis la pers­pec­tive des droits et des pro­blèmes souf­ferts par les migrants et réfu­giés ; la prio­ri­té consiste désor­mais à « lut­ter contre les causes des migra­tions » — titre de la sec­tion dédiée à la poli­tique migra­toire. Si le pro­gramme inclut l’a­mé­lio­ra­tion des moyens civils de sau­ve­tage en mer Méditerranée et le res­pect du droit d’a­sile, on n’y trouve plus de mesures pré­cises pour le garan­tir, ni pour faci­li­ter l’ac­cès à un titre de séjour ou à la natio­na­li­té fran­çaise. Pourtant, des pro­po­si­tions exis­taient dans le pro­gramme de 2012. Plus sur­pre­nant, le pro­gramme de La France insou­mise n’in­clut pas la fer­me­ture des centres de réten­tion d’é­tran­gers.

« Jean-Luc Mélenchon lan­çait au Parlement euro­péen : “C’est une Europe de la vio­lence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’ar­rive un tra­vailleur déta­ché qui vole son pain aux tra­vailleurs qui se trouvent sur place.” »

Ces der­niers mois, cer­taines des inter­ven­tions publiques de Jean-Luc Mélenchon sur ces ques­tions ont sou­le­vé, à gauche, de vives cri­tiques. Commentant la déci­sion du gou­ver­ne­ment alle­mand d’accueillir 800 000 réfu­giés en un an, le can­di­dat de la France insou­mise assure que « nous devons les accueillir pour la rai­son qu’il n’y a aucune autre solu­tion ration­nelle », mais prend soin d’a­jou­ter : « Nous ne pou­vons pas faire face à la situa­tion avec de telles méthodes. Il faut donc dis­sua­der les gens de par­tir en leur don­nant des rai­sons de res­ter ». Au lieu de louer le fait que le gou­ver­ne­ment alle­mand accueille un grand nombre de réfu­giés, Mélenchon estime donc que ce n’est pas la bonne « méthode ». Et tan­dis qu’il appelle à répar­tir les migrants de la jungle de Calais sur l’ensemble du ter­ri­toire — qu’il qua­li­fie comme étant « une charge qui devrait reve­nir à la patrie toute entière » —, Mélenchon plaide pour une régu­la­ri­sa­tion des tra­vailleurs sans-papiers en décla­rant : « Je n’ai jamais été pour la liber­té d’installation et je ne vais pas com­men­cer aujourd’hui. Est-ce que, s’il venait 10 000 méde­cins s’installer en France, ce serait une chance ? Oui ». Deux mois après, le 15 novembre, il se rétracte et concède avoir dit « une bêtise ».

Sur la ques­tion de l’islamophobie, cette fois-ci, le can­di­dat écrit dans un tweet daté du 24 août 2016 : « Dans notre pays, on a per­sé­cu­té les juifs, puis les pro­tes­tants et aujourd’­hui les musul­mans. La solu­tion, c’est la laï­ci­té. » Il s’éloignera de cette ligne lorsque le jour­na­liste Jean-Jacques Bourdin l’interrogera sur cette décla­ra­tion, lors de la polé­mique sur le bur­ki­ni, en rétor­quant aux pra­ti­quants : « Foutez-nous la paix avec vos his­toires de reli­gion ! ». Le tweet du 24 août est alors évin­cé au pro­fit d’un dis­cours résu­mant l’affaire du bur­ki­ni à une « his­toire de reli­gion », esqui­vant la ques­tion de la vio­la­tion des liber­tés fon­da­men­tales et du racisme ins­ti­tu­tion­nel. Le 5 juillet 2016, Jean-Luc Mélenchon lan­çait au Parlement euro­péen : « Je crois que l’Europe qui a été construite, c’est une Europe de la vio­lence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’ar­rive un tra­vailleur déta­ché qui vole son pain aux tra­vailleurs qui se trouvent sur place. » D’après Libération, il regret­te­ra ces mots en pri­vé. Mais le 9 octobre, il confie au « Grand Jury » de RTL que « plus un tra­vailleur déta­ché n’en­tre­ra dans notre pays », s’il est élu, puis publie cette phrase sur son compte Twitter. Au lieu d’ac­cu­ser les patrons qui pra­tiquent le dum­ping social via le tra­vail déta­ché, le dépu­té euro­péen use d’une rhé­to­rique équi­voque : ces tra­vailleurs semblent être cou­pables de la situa­tion, alors qu’ils en sont les pre­mières vic­times. Du reste, ain­si que le sou­ligne un syn­di­ca­liste bien au fait de la ques­tion du tra­vail déta­ché, il s’a­vère sur­pre­nant d’en­tendre à ce point par­ler de cette forme de dum­ping social mais beau­coup moins de « la sous-trai­tance fran­co-fran­çaise » — ce contrat par lequel une entre­prise demande à une autre de réa­li­ser une par­tie de sa pro­duc­tion, dété­rio­rant bien sou­vent les condi­tions de tra­vail des sala­riés.

Supporters du Borussia Dortmund (DR)

On pour­rait accu­mu­ler les cita­tions. La conclu­sion s’im­pose néan­moins : la posi­tion du can­di­dat vis-à-vis de l’immigration est aujourd’hui bien plus ambi­guë qu’en 2012. Mélenchon paraît volon­tiers sur la défen­sive, n’osant pas défier le dis­cours domi­nant en matière de migra­tion et de droit d’asile, impo­sé par l’extrême droite et relayé par Les Républicains comme par toute une frange du Parti Socialiste. Ce chan­ge­ment, nous l’a­vons dit, lui valut de fortes cri­tiques à gauche — et cer­tains des porte-paroles de La France insou­mise de choi­sir la stra­té­gie de la réduc­tion à l’absurde afin d’y répondre. Ainsi, Raquel Garrido a avan­cé : « On ne nous fera pas pas­ser pour des racistes » ; de même, un autre « proche de Mélenchon » : « Ce monde devient fou, on tente de faire croire que nous sommes deve­nus racistes, c’est ça ? ». Jean-Luc Mélenchon a quant à lui attri­bué le « har­cè­le­ment » dont il souffre sur ces ques­tions à « une poi­gnée de gau­chistes et de gens mal­veillants ». Ces décla­ra­tions sug­gèrent qu’il n’y aurait que deux posi­tions pos­sibles face aux posi­tions de Jean-Luc Mélenchon : être entiè­re­ment d’accord ou le tenir pour raciste. La réduc­tion à l’absurde, stra­té­gie bien mal­adroite en vue d’esquiver la dis­cus­sion, consiste ici à faire pas­ser une cri­tique légi­time pour une insulte, tout en met­tant au même niveau les adver­saires poli­tiques de La France insou­mise et celles et ceux qui sou­tiennent, quoique de façon cri­tique, sa can­di­da­ture. Dans quelle mesure l’ambiguïté de l’an­cien séna­teur vis-à-vis de l’immigration consti­tue-t-elle à la fois une erreur poli­tique et une erreur de stra­té­gie élec­to­rale ? 

Une erreur politique

« Ce dis­cours confus pour­rait d’ailleurs poser un grave pro­blème si Jean-Luc Mélenchon par­ve­nait au second tour de la pré­si­den­tielle face à Marine Le Pen. »

Ces der­niers mois, Jean-Luc Mélenchon a affir­mé à plu­sieurs reprises le besoin de construire un popu­lisme de gauche — et a reçu le sou­tien de Chantal Mouffe, théo­ri­cienne belge du popu­lisme (aux côtés d’Ernesto Laclau). L’une des prin­ci­pales pré­misses théo­riques de la pen­sée de Mouffe-Laclau est que le dis­cours consti­tue la réa­li­té sociale1E. Laclau, La Raison popu­liste, Éditions Seuil, 2008.. Cette notion peut paraître abs­traite, mais elle opère d’une manière dou­lou­reu­se­ment concrète sur le ter­rain de la xéno­pho­bie et du racisme. Au Royaume-Uni, le débat public, durant la cam­pagne du réfé­ren­dum sur le Brexit, s’est vu sub­mer­ger par une parole ouver­te­ment xéno­phobe ; les agres­sions — dont un meurtre — contre les étran­gers et les mino­ri­tés eth­niques se sont mul­ti­pliées (prin­ci­pa­le­ment dans les jours qui ont sui­vi la vic­toire du « oui »). Le même phé­no­mène s’est pro­duit aux États-Unis à la suite de l’élection de Donald Trump. Dans les deux cas, les agres­sions homo­phobes et trans­phobes ont aug­men­té : lorsque la haine se mani­feste, ce sont tou­jours les mêmes groupes qui en sont les vic­times. En France, les agres­sions xéno­phobes et racistes — notam­ment isla­mo­phobes — sont en hausse. Lorsque Jean-Luc Mélenchon sou­tient sur Twitter que les musul­mans sont per­sé­cu­tés en France, il devient le seul can­di­dat pré­si­den­tiel de pre­mier plan à dénon­cer ce grave pro­blème ; mais en n’o­sant pas le répé­ter ni l’expliquer sur BFMTV, face à Jean-Jacques Bourdin, il laisse à nou­veau tout l’espace du débat public à ceux qui nient la mon­tée de l’islamophobie en France. L’idée que l’ambiguïté de Mélenchon soit un choix conscient a été avan­cée par Olivier Besancenot et ouver­te­ment reven­di­quée par un cadre ano­nyme de La France insou­mise, expli­quant à un jour­na­liste du Figaro : « Il faut être réa­liste. Si nous adop­tons la même ligne que les for­ma­tions d’ex­trême gauche sur l’im­mi­gra­tion, dans le contexte actuel, nous sommes morts poli­ti­que­ment. » Depuis la publi­ca­tion du livre-pro­gramme L’Avenir en com­mun, il ne fait plus aucun doute qu’il s’agisse d’une stra­té­gie consciente.

Une erreur électorale

Semblable manque de cou­rage — pro­po­ser un dis­cours alter­na­tif à ceux qui dominent sur ces sujets — n’est pas seule­ment une erreur poli­tique et éthique, mais une erreur du strict point de vue élec­to­ral. Et ce pour plu­sieurs rai­sons. Il est inutile d’essayer de concur­ren­cer LR et le FN sur leur ter­rain : Mélenchon n’est pas soup­çon­nable, à le lire ou l’é­cou­ter depuis des années, de racisme ni de xéno­pho­bie ; il paraît très impro­bable, dès lors, que des racistes convain­cus s’en aillent voter pour lui. Le petit pour­cen­tage d’électeurs pour les­quels l’immigration s’a­vère le prin­ci­pal pro­blème de la France (11 %, d’après un son­dage Cevipof) pré­fé­re­ra tou­jours d’autres can­di­dats, comme Marine Le Pen ou François Fillon. Pourquoi ten­ter d’attirer à soi ces 11 % plu­tôt que de se concen­trer sur le reste de l’électorat, pour qui l’immigration n’est que le troi­sième pro­blème du pays, bien loin der­rière le chô­mage et la sécu­ri­té ?

Marine Le Pen (© bes­ti­mage)

L’ambivalence de Jean-Luc Mélenchon com­porte pour lui le risque de se mettre à dos nombre d’électeurs de gauche et consti­tue une arme pré­cieuse pour ses oppo­sants poli­tiques et média­tiques — comme l’a démon­tré le scan­dale suite à ses pro­pos sur les tra­vailleurs déta­chés. Il ne s’a­git pas tant de s’offusquer de l’injustice des médias qui réagi­raient davan­tage aux sor­ties de Mélenchon qu’à celles, clai­re­ment racistes, des autres can­di­dats : la meilleure façon d’éviter le scan­dale serait de retrou­ver quelque clar­té dans son mes­sage… Ce dis­cours confus pour­rait d’ailleurs poser un grave pro­blème si Jean-Luc Mélenchon par­ve­nait au second tour de la pré­si­den­tielle face à Marine Le Pen. Que fera-t-il lorsque la can­di­date fron­tiste tem­pê­te­ra sur les ques­tions d’im­mi­gra­tion et d’i­den­ti­té natio­nale ? S’il escompte mobi­li­ser l’électorat sen­sible à son pro­jet poli­tique éman­ci­pa­teur, le can­di­dat de La France insou­mise aura besoin d’un dis­cours dia­mé­tra­le­ment oppo­sé à celui de Le Pen. Le 5 février der­nier, en mee­ting à Lyon, Mélenchon s’est oppo­sé de façon très nette au pro­jet du FN visant à res­treindre l’ac­cès des enfants d’é­tran­gers à l’é­cole publique : espé­rons que cette fer­me­té se pro­longe dans la cam­pagne pré­si­den­tielle.

Une responsabilité historique 

« Benoît Hamon a affir­mé que la France doit “accueillir plus de migrants”. » 

La posi­tion sin­gu­lière qu’il occupe — sa popu­la­ri­té, sa base mili­tante active, son bagage de can­di­dat qui avait, en 2012, obte­nu le score le plus éle­vé, dans la gauche cri­tique, depuis de nom­breuses années — devrait lui per­mettre de défier de façon nette le dis­cours hégé­mo­nique sur l’im­mi­gra­tion : ce serait une irres­pon­sa­bi­li­té his­to­rique de ne pas le faire. Bernie Sanders et Jeremy Corbyn, lea­ders de la gauche radi­cale dans des pays éga­le­ment ron­gés par le rejet, les ten­sions com­mu­nau­taires et la dis­cri­mi­na­tion, n’ont jamais ter­gi­ver­sé sur ces ques­tions. Pour preuve, lors de sa pre­mière décla­ra­tion suite à l’élection de Donald Trump, le séna­teur démo­crate a aver­ti : « S’il entend mener des poli­tiques racistes, sexistes, xéno­phobes et contre l’en­vi­ron­ne­ment, nous nous oppo­se­rons vigou­reu­se­ment à lui. » De son côté, le lea­der du Labour bri­tan­nique a fait savoir que la réduc­tion de l’immigration n’é­tait pas un objec­tif à ses yeux, quand bien même cela consti­tuait une obses­sion pour les conser­va­teurs bri­tan­niques, qui plus est au len­de­main du Brexit. Si l’ar­gu­men­taire déployé par Jean-Luc Mélenchon en 2012 consis­tait à mon­trer qu’il était pos­sible de reven­di­quer les notions de « patrie » ou de « peuple » tout en célé­brant sans trem­bler l’im­mi­gra­tion comme source de diver­si­té cultu­relle et de richesses, ses posi­tion­ne­ments actuels ne font que ren­for­cer l’allergie que l’extrême gauche nour­rit à l’en­droit de tout « récit natio­nal ».

Au regard des forces en pré­sence et du cadre fixé par l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, la can­di­da­ture de La France insou­mise consti­tue pour­tant, à l’heure qu’il est, la prin­ci­pale espé­rance pour 2017. Mais il est impos­sible de gagner le pou­voir poli­tique sans enta­mer la bataille des idées — comme le théo­ri­cien mar­xiste ita­lien Antonio Gramsci le sou­li­gnait —, sur­tout depuis la porte grande ouverte par l’ac­ces­sion au pou­voir de Donald Trump. L’immigration et l’identité natio­nale se trouvent, déplo­rons-le, au centre du débat poli­tique ; tout can­di­dat qui entend construire une majo­ri­té poli­tique doit affi­cher une posi­tion claire — ce qui ne signi­fie en rien qu’il faille en faire une prio­ri­té de cam­pagne. Benoît Hamon, désor­mais concur­rent sérieux de Jean-Luc Mélenchon, a affir­mé que la France doit « accueillir plus de migrants » : son pro­gramme reven­dique des mesures pré­cises, notam­ment en termes de droit d’a­sile. On ne sau­rait ima­gi­ner Mélenchon moins pro­gres­siste que le Parti socia­liste en la matière… 

Bernie Sanders (©Phil-Roeder. Flickr-Creative Commons)

Pour tenir tête à la vague iden­ti­taire, il ne suf­fit pas d’en appe­ler au devoir huma­ni­taire (sau­ver les vic­times des nau­frages) et expli­quer les causes ultimes des migra­tions, comme Mélenchon le fait à chaque fois qu’on lui pose une ques­tion sur le sujet : défier un dis­cours implique sur­tout d’at­ta­quer les idées sur les­quelles celui-ci se struc­ture. Rappeler, par exemple, que moins de 9 % des rési­dents en France sont étran­gers ; qu’il est absurde d’ac­cu­ser les étran­gers de voler à la fois le tra­vail des Français et de pro­fi­ter des allo­ca­tions sociales ; que la France accueille un nombre infime de réfu­giés (1,14 pour 10 000 habi­tants !) ou que la migra­tion consti­tue une contri­bu­tion posi­tive pour le sys­tème de pro­tec­tion social fran­çais. Si l’on est convain­cu que le peuple fran­çais a cru les men­songes pro­pa­gés par l’ex­trême droite sur l’im­mi­gra­tion, cela ne vaut pas la peine de se pré­sen­ter aux élec­tions ; le Front natio­nal et ses émules ont déjà gagné. Si, au contraire, on pense que les dis­cours de haine peuvent être affron­tés puis désar­més, Jean-Luc Mélenchon a dès lors la res­pon­sa­bi­li­té his­to­rique de faire entendre une voix dis­so­nante — plus fran­che­ment qu’il ne l’a fait jus­qu’i­ci.


REBONDS

☰ Lire notre article « Refuser le cli­vage gauche-droite ? », Alexis Gales, décembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Alain Gresh : « On peut être croyant et révo­lu­tion­naire », novembre 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Olivier Besancenot : « Le récit natio­nal est une impos­ture », octobre 2016
☰ Lire notre article « Rebattre les cartes de la poli­tique fran­çaise », Pablo Castaño Tierno, mai 2016
☰ Lire notre article « Crise des réfu­giés : ce n’est pas une crise huma­ni­taire », Yanna Oiseau, mai 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Poutou : « Rejeter la loi et pré­pa­rer la lutte », février 2016
☰ Lire notre série d’ar­ticles « Mélenchon, de la gauche au peuple », Alexis Gales, mars 2015

NOTES   [ + ]

1.E. Laclau, La Raison popu­liste, Éditions Seuil, 2008.
Pablo Castaño Tierno
Pablo Castaño Tierno

Doctorant en sociologie à Goldsmiths (University of London).

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.