Rebattre les cartes de la politique française


Article inédit pour le site de Ballast

Pourquoi François Hollande est-il deve­nu le meilleur allié de Marine Le Pen ? C’est la ques­tion que pose l’au­teur, espa­gnol et membre de Podemos, lors­qu’il ana­lyse la situa­tion fran­çaise et la mon­tée du par­ti natio­na­liste. Fortes du concept de popu­lisme por­té par le théo­ri­cien argen­tin Ernesto Laclau, ces lignes appellent à la for­ma­tion d’un mou­ve­ment pro­gres­siste capable de rompre avec le bipar­tisme libé­ral. ☰ Par Pablo Castaño Tierno


« Nous ne pour­rons com­men­cer à com­prendre le fas­cisme que si nous le voyons comme une des pos­si­bi­li­tés internes propres à nos socié­tés et non comme quelque chose qui est au dehors de toute expli­ca­tion ration­nelle », écrit le théo­ri­cien argen­tin Ernesto Laclau. Le ver­ti­gi­neux pro­grès du Front natio­nal s’est de nou­veau mani­fes­té lors de sa vic­toire aux élec­tions régio­nales de décembre 2015. Bien que le par­ti d’extrême droite n’ait obte­nu aucun gou­ver­ne­ment régio­nal à cause du sys­tème d’élection à deux tours, une peur de plus en plus intense s’est empa­rée d’une par­tie crois­sante de la socié­té fran­çaise. Celle-ci observe, stu­pé­faite, une force poli­tique xéno­phobe – et consi­dé­rée comme mar­gi­nale il n’y a pas si long­temps – s’approcher du pou­voir. Le mou­ve­ment contre la loi Travail et Nuit Debout ont bous­cu­lé l’i­ner­tie de la scène poli­tique fran­çaise, mais l’hé­gé­mo­nie de Marine Le Pen est loin de dis­pa­raître.

La gauche de la gauche fran­çaise a com­mis deux erreurs (liées, en réa­li­té) dans ses ana­lyses du suc­cès du FN. La pre­mière : l’établissement d’un paral­lé­lisme trop méca­nique entre la situa­tion socio­po­li­tique actuelle et celle des années 1930, lorsque la dépres­sion éco­no­mique qui sui­vit le krach de 1929 favo­ri­sa le triomphe du fas­cisme dans plu­sieurs pays euro­péens. En extra­po­lant ce paral­lé­lisme, le débat poli­tique est sup­po­sé à terme se réduire à un affron­te­ment entre le fas­cisme (le FN) et la gauche radi­cale (en France, le Front de gauche – même si ce der­nier bat à pré­sent de l’aile) ; ce qui condui­sit la coa­li­tion de gauche, diri­gée jusqu’en 2014 par Jean-Luc Mélenchon, à la stra­té­gie de l’affrontement direct avec le par­ti des Le Pen. Un bon exemple de l’échec de cette stra­té­gie eut lieu en 2012, lorsque Mélenchon s’est « para­chu­té » à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, afin d’af­fron­ter Marine Le Pen – qui a obte­nu deux fois plus de voix que le can­di­dat de gauche. La seconde erreur de la gauche fran­çaise est sa foca­li­sa­tion sur la situa­tion socio-éco­no­mique du pays, qui favo­rise  le pro­grès de l’extrême droite, trans­met­tant l’i­dée que la crise éco­no­mique et sociale déclen­chée puis aggra­vée par les poli­tiques néo­li­bé­rales per­met à elle seule d’ex­pli­quer la mon­tée du FN. Si cette cri­tique de l’aus­té­ri­té – appli­quée avec le même enthou­siasme par le Parti socia­liste que par la droite – est par­fai­te­ment jus­ti­fiée, le suc­cès du FN ne s’explique pas seule­ment par cette der­nière. Dans d’autres pays où la situa­tion sociale est bien plus grave qu’en France (Grèce, Portugal, Espagne…), la gauche a pro­gres­sé bien plus que l’ex­trême droite au cours des der­nières années. Et bien que les ouvriers conti­nuent d’être la classe qui s’o­riente le plus vers le FN, le sou­tien au par­ti d’extrême droite a, depuis 2012, aug­men­té dans toutes les caté­go­ries socioé­co­no­miques – y com­pris les moins tou­chées par la crise.

Ces ana­lyses, por­tées par cer­tains sec­teurs de la gauche, sont aveu­glées par un excès de maté­ria­lisme, et négligent l’importance du poli­tique, au sens strict du terme. Elles oublient que le suc­cès du FN s’explique en grande par­tie par l’habile­té poli­tique de ses diri­geants et les limites stra­té­giques de leurs adver­saires. Les idées du pen­seur post‑marxiste Ernesto Laclau peuvent tou­te­fois enri­chir ces ana­lyses – notam­ment son livre La Raison popu­liste, paru en 2005. Rappelons au pas­sage que cet ouvrage consti­tue l’une des prin­ci­pales sources théo­riques de la stra­té­gie de Podemos.

REUTERS / Pascal Rossignol

Populisme et hégémonie

L’une des nou­veau­tés théo­riques les plus impor­tantes de La Raison popu­liste est la construc­tion d’un concept non péjo­ra­tif de « popu­lisme », utile pour l’analyse poli­tique. À rebours des usages habi­tuels de ce terme, enten­du comme syno­nyme de « déma­go­gie » ou même d’« auto­ri­ta­risme », Laclau pro­pose de le défi­nir comme une logique poli­tique qui inclut, par­mi d’autres, les élé­ments sui­vants : pre­miè­re­ment, l’unification d’une plu­ra­li­té de demandes sociales dans une chaîne d’équivalences (en d’autres termes : des demandes dif­fé­rentes sont per­çues comme étant équi­va­lentes); deuxiè­me­ment, la divi­sion dis­cur­sive (dans le champ du dis­cours, de la parole) de la socié­té en deux camps : un eux et un nous¹Voyons com­ment ces élé­ments sont pré­sents dans la stra­té­gie du Front natio­nal. Marine Le Pen et les siens ont réus­si à repé­rer dans la socié­té fran­çaise des demandes très dif­fé­rentes et sont par­ve­nus à les regrou­per dans un même dis­cours poli­tique : d’un côté, des demandes sociales comme la retraite à 60 ans, la lutte contre la pau­vre­té, la défense des ser­vices publics ou la pro­tec­tion de droits sociaux, tel l’accès au loge­ment – notons que la soli­di­té ou la cré­di­bi­li­té des pro­po­si­tions en réponse à ces demandes est secon­daire dans la construc­tion de leur dis­cours – ; de l’autre, le sen­ti­ment crois­sant que la culture et la nation fran­çaise sont en déca­dence, mena­cées par une sup­po­sée inva­sion de migrants et de réfu­giés musul­mans pré­sen­tés comme des gens dan­ge­reux.

« Un(e) lea­der cha­ris­ma­tique est néces­saire pour ras­sem­bler des gens qui ont été atti­rés par une offre poli­tique faite de pro­po­si­tions dis­pa­rates, voire contra­dic­toires. »

Le lea­der­ship est un élé­ment très impor­tant dans la construc­tion d’un pro­jet popu­liste comme celui du FN en ce qu’il per­met de contre­ba­lan­cer la ten­dance des demandes par­ti­cu­lières à la désa­gré­ga­tion². Autre­ment dit, l’exis­tence d’un(e) lea­der cha­ris­ma­tique est néces­saire pour ras­sem­bler des gens qui ont été atti­rés par une offre poli­tique faite de pro­po­si­tions dis­pa­rates. Dès lors, Marine Le Pen n’est pas seule­ment une habile com­mu­ni­cante ; elle est aus­si un sym­bole fédé­ra­teur, capable d’as­su­rer l’improbable uni­té de laïques et de catho­liques, d’é­lec­teurs de couches popu­laires et de patrons. La construc­tion d’une chaîne d’équivalences devient lim­pide : voyons, par exemple, ce dis­cours qui com­pare l’effort pré­ten­du­ment déme­su­ré de l’État fran­çais afin d’ac­cueillir des réfu­giés³ avec l’abandon dou­lou­reux de la popu­la­tion fran­çaise : « L’on met à dis­po­si­tion 77 300 places d’urgence, comme ça, du jour au len­de­main, alors qu’il y a un mil­lion et demi de foyers fran­çais qui attendent un loge­ment social, par­fois depuis des années, qu’il y a, selon la Fondation Abbé Pierre, des mil­lions de Français qui sont mal logés, ou d’ailleurs pas logés du tout. Eh bien moi, je suis la res­pon­sable poli­tique qui dit que les Français ne doivent pas être les der­niers ser­vis» 

Cette puis­sante chaîne d’équivalences cor­res­pond à la divi­sion dis­cur­sive de la socié­té en deux camps : d’un côté, le peuple fran­çais, conçu comme majo­ri­té blanche et chré­tienne, athée ou agnos­tique (la France est l’un des pays euro­péens comp­ta­bi­li­sant le plus grand pour­cen­tage de popu­la­tion non reli­gieuse) ; d’un autre côté, l’élite poli­ti­co-éco­no­mique qui impose les mesures d’austérité et consacre tous ses efforts à garan­tir le bien-être des migrants et des mino­ri­tés eth­niques, oubliant les besoins du « vrai » peuple fran­çais. Cette construc­tion est, à l’é­vi­dence, tota­le­ment éloi­gnée de la réa­li­té : ce sont pré­ci­sé­ment les migrants et les Français qui appar­tiennent aux mino­ri­tés eth­niques qui subissent la pire situa­tion sociale en France – mais la cons­truc­tion dis­cur­sive marche tout de même… La divi­sion sociale éta­blie par le FN expulse de la notion de « peuple fran­çais » les migrants, mais aus­si les mil­lions de Français de culture musul­mane (et, dans la plu­part des cas, arabes) : ils sont pré­sen­tés comme des « assis­tés » qui « pro­fitent » des allo­ca­tions sociales. Ainsi, comme l’explique René Monzat, expert de l’extrême droite fran­çaise, l’islamophobie joue un rôle fon­da­men­tal dans cette construc­tion. Elle efface les grandes dif­fé­rences eth­niques et cultu­relles qui existent au sein des musul­mans (fran­çais comme migrants), en les consi­dé­rant seule­ment comme « des musul­mans ». « L’islamophobie devient un fac­teur fédé­ra­teur du racisme et de la xéno­pho­bie », note-t-il. D’ailleurs, « L’islamophobie per­met d’accroître la base sociale du sou­tien aux dis­cri­mi­na­tions ou à l’apartheid : elle l’élargit à des milieux qui ne se sentent pas racistes et croient faire preuve de fémi­nisme et d’esprit civique en sou­te­nant des dis­cri­mi­na­tions ; c’est en la matière un trait par­ti­cu­liè­re­ment mar­qué en France. ». Cela est étroi­te­ment lié à la concep­tion de la laï­ci­té domi­nante en France.

islam

(DR)

Laïcité et islamophobie

La laï­ci­té est l’un des élé­ments fon­da­teurs de la République fran­çaise – au point d’a­voir une impor­tance poli­tique plus grande que dans d’autres pays d’Europe occi­den­tale. La sépa­ra­tion entre l’Église et l’État fut un pro­ces­sus com­mun à toutes les démo­cra­ties libé­rales occi­den­tales mais, dans le cas fran­çais, cette sépa­ra­tion eut lieu très tôt, via la loi de 1905 qui pro­tège la liber­té de culte et inter­dit que l’État finance les ins­ti­tu­tions reli­gieuses. Tout cela ne pose pas le moindre pro­blème. Mais la laï­ci­té fran­çaise a évo­lué, jus­qu’à deve­nir une concep­tion indi­vi­dua­liste qui res­pecte la liber­té de cha­cun d’appartenir à n’importe quel groupe cultu­rel ou reli­gieux à condi­tion de faire abs­trac­tion de ladite appar­te­nance dans l’espace public. L’obsession à l’en­droit du fou­lard musul­man et la vio­lence endu­rée par les femmes qui le portent s’est encore récem­ment mani­fes­tée – à l’Assemblée natio­nale, cette fois. Latifa Ibn-Ziaten, mère de l’une des vic­times du ter­ro­riste Mohamed Merah, fut huée lors d’un ras­sem­ble­ment sur la laï­ci­té parce qu’elle por­tait un fou­lard. Une réac­tion inima­gi­nable au Royaume-Uni ou au Canada où la vision domi­nante sur l’ex­pres­sion des appar­te­nances reli­gieuses dans l’es­pace publique est his­to­ri­que­ment plus ouverte qu’en France. 

« L’islamophobie efface les grandes dif­fé­rences eth­niques et cultu­relles qui existent au sein des musul­mans. »

Cette concep­tion agres­sive et répres­sive de la laï­ci­té est liée à l’omniprésence, dans le dis­cours poli­tique fran­çais, de la pré­ten­due « menace com­mu­nau­ta­riste ». Pour une par­tie impor­tante de l’élite poli­tique fran­çaise, la République se trouve mena­cée par un « auto-enfer­me­ment » des com­mu­nau­tés cultu­relles – en clair : la popu­la­tion arabe et musul­mane. Le lien entre isla­mo­pho­bie et concep­tion mar­tiale de la laï­ci­té est mani­feste dans le dis­cours du Premier ministre Manuel Valls, notam­ment lors­qu’il accuse le pré­sident de l’Observatoire de la laï­ci­té, Jean-Louis Bianco, d’avoir signé un mani­feste contre le ter­ro­risme avec des orga­ni­sa­tions res­pon­sables de créer « un cli­mat nau­séa­bond » en France. Le mani­feste – publié en réponse aux atten­tats de novembre der­nier – valait pour­tant par sa condam­na­tion, éma­nant de per­son­na­li­tés de sphères dif­fé­rentes (dont des lea­ders reli­gieux musul­mans et juifs), de l’attaque ter­ro­riste. L’islamophobie n’est pas une nou­veau­té, mais les attaques ter­ro­ristes ont favo­ri­sé ce genre de « racisme accep­table », comme le qua­li­fie le socio­logue Marwan Mohamed. Les actions isla­mo­phobes se sont mul­ti­pliées par trois l’année der­nière en France. La liste inclut des agres­sions contre des musul­mans, des pro­fa­na­tions de mos­quées, des insultes envers des femmes voi­lées et des mani­fes­ta­tions vio­lentes dans un quar­tier popu­laire d’Ajaccio, en Corse, aux cris de « Les Arabes dehors ! »

Pourquoi la politique du gouvernement Hollande-Valls favorise le FN

Les attaques pari­siennes de novembre 2015 ont été uti­li­sées par le pré­sident François Hollande et son Premier ministre, Manuel Valls, afin d’im­po­ser l’é­tat d’urgence – tou­jours en vigueur. Durant le mois qui sui­vit l’at­ten­tat, la police a effec­tué 2 700 per­qui­si­tions de domi­ciles, assi­gné à rési­dence 360 per­sonnes et arrê­té 334 autres : tout cela sans le moindre man­dat judi­ciaire. « Ce ne sont pas des gens qui sont inquié­tés dans des affaires judi­ciaires », a recon­nu le direc­teur de cabi­net d’une pré­fec­ture : cette per­sé­cu­tion sys­té­ma­tique de la popu­la­tion musul­mane s’ajoute aux contrôles au faciès quo­ti­diens (pra­tique raciste que le Parti socia­liste avait pour­tant pro­mis de com­battre lors­qu’il arri­va au pou­voir). Le chiffre des pro­cé­dures anti­ter­ro­ristes ini­tiées suite à ce vaste coup de filet est moins impres­sion­nant : deux. L’État d’urgence a en outre été uti­li­sé par le gou­ver­ne­ment afin de répri­mer les mou­ve­ments sociaux, inter­di­sant les mani­fes­ta­tions pour « rai­sons de sécu­ri­té » (COP 21 com­prise), tan­dis qu’il auto­ri­sait la célé­bra­tion d’événements tout aus­si mas­sifs et expo­sés à de pos­sibles atten­tats, comme les com­pé­ti­tions spor­tives et les mar­chés de Noël. Le tour­nant auto­ri­taire du gou­ver­ne­ment au len­de­main des atten­tats peut être inter­pré­té comme une ten­ta­tive déses­pé­rée de don­ner une image de fer­me­té – avec les régio­nales de décembre 2015 en pers­pec­tive. Un échec. Ne par­lons même pas du pro­jet, aban­don­né, de déchéance de la natio­na­li­té – le Front natio­nal avait cette pro­po­si­tion dans son pro­gramme. Marine Le Pen put ain­si décla­rer : « Le FN a un pro­gramme réa­liste et sérieux qui est même source d’inspiration pour François Hollande. » On ne sau­rait trou­ver meilleur exemple : la poli­tique du gou­ver­ne­ment béné­fi­cie au Front natio­nal en ce qu’il nor­ma­lise des idées et des poli­tiques jusqu’alors consi­dé­rées comme anti­dé­mo­cra­tiques par le sens com­mun (un tra­vail de bana­li­sa­tion déjà enta­mé par Nicolas Sarkozy au cours de sa pré­si­dence). Une heu­reuse dis­trac­tion menée par un Parti socia­liste aus­té­ri­taire.

(AFP)

Les triomphes élec­to­raux suc­ces­sifs de Marine Le Pen ont pro­vo­qué, chez les deux grands par­tis, de fré­quents appels à construire un « bar­rage répu­bli­cain ». Au second tour des régio­nales, cette stra­té­gie s’est tra­duite par le retrait de plu­sieurs can­di­dats socia­listes, qui appe­lèrent leurs élec­teurs à voter à droite afin d’é­vi­ter toute vic­toire fron­tiste. Le « bar­rage répu­bli­cain » cor­res­pond par­fai­te­ment à la des­crip­tion don­née par Laclau de la réac­tion typique des forces poli­tiques tra­di­tion­nelles face à l’irruption d’un pro­jet popu­liste : « Les forces qui ont construit leur anta­go­nisme sur un ter­rain pré­cis montrent leur soli­da­ri­té secrète quand ce ter­rain est remis en ques­tion. C’est comme la réac­tion de deux joueurs d’échecs envers quelqu’un qui donne un coup de pied dans l’é­chi­quier» Si l’on suit l’analyse du jour­na­liste Serge Halimi, du Monde diplo­ma­tique, on pour­rait expli­quer la dérive actuelle du PS par la confluence entre l’idéologie auto­ri­taire et xéno­phobe de Valls et « le cal­cul élec­to­ral du pré­sident de la République, dési­reux de balayer tout héri­tage de gauche pour dis­pu­ter l’année pro­chaine aux diri­geants de droite le rôle de can­di­dat d’une grande nébu­leuse « modé­rée », « répu­bli­caine ». Lequel serait auto­ma­ti­que­ment élu au second tour de la pré­si­den­tielle, puisque seul rival du Front natio­nal» Cette « stra­té­gie Hollande » pré­sente au moins trois pro­blèmes : 1) Il est le pré­sident le plus impo­pu­laire de la Ve République et ne gagne­ra jamais les élec­tions contre un puis­sant can­di­dat de la droite. 2) Hollande et Valls sont en train de réa­li­ser ce que Le Pen attend au plus haut point : offrir un scé­na­rio poli­tique dans lequel ne res­te­raient que deux options, un front répu­bli­cain (centre gauche et centre droite) face au Front natio­nal. Le fait que François Hollande applique exac­te­ment la même poli­tique éco­no­mique que la droite ne fait que ren­for­cer cette construc­tion dicho­to­mique – qui recoupe en tout point la divi­sion élite/peuple sur laquelle le FN œuvre avec force suc­cès. 3) Rien n’as­sure à Hollande une vic­toire élec­to­rale s’il se trouve confron­té à Marine Le Pen au second tour de la pré­si­den­tielle de 2017, au regard de la ten­dance ascen­dante de l’extrême droite et de la chute libre de la popu­la­ri­té d’Hollande comme de son par­ti.

Des raisons d’espérer

« Dans les périodes de crise, les conver­sions radi­cales et les chan­ge­ments sou­dains dans l’opinion publique sont […] extrê­me­ment fré­quents. »

La lec­ture de Laclau est utile pour com­prendre cer­tains aspects du suc­cès du FN, mais il pro­pose aus­si cer­tains élé­ments por­teurs d’es­poir. Lorsqu’une socié­té souffre d’une situa­tion « d’anomie radi­cale, le besoin d’ordre devient plus impor­tant que l’ordre ontique qui per­met de la dépas­ser. » Cela signi­fie, dit plus sim­ple­ment, que dans des époques comme celle que la France tra­verse, mar­quées par la délé­gi­ti­ma­tion des ins­ti­tu­tions poli­tiques et des par­tis tra­di­tion­nels, un grand nombre de citoyens – sou­mis à la peur, la dépres­sion et l’ag­gra­va­tion de leurs condi­tions de vie – s’a­vère à ce point dési­reux de trou­ver un pro­jet poli­tique qui leur garan­tit un nou­vel ordre social que l’existence de ce nou­veau pro­jet devient plus impor­tant que son conte­nu. L’intégralité des élec­teurs du FN n’est aus­si raciste et auto­ri­taire que Marine Le Pen mais le par­ti d’ex­trême droite a réus­si à se pla­cer comme la seule force poli­tique la plus capable de pro­po­ser une alter­na­tive sédui­sante à la décou­ra­geante situa­tion pré­sente.

La bonne nou­velle est que nombre de celles et ceux qui votent FN (sans omettre, bien sûr, les 50 % d’abs­ten­tion aux der­nières élec­tions régio­nales) pour­raient se sen­tir atti­rés par une pro­po­si­tion poli­tique inédite, capable de se pré­sen­ter comme une alter­na­tive à l’impasse de l’austérité autant qu’à la dys­to­pie natio­na­liste de Le Pen – Laclau affirme ain­si que, dans les périodes de crise, « les conver­sions radi­cales et les chan­ge­ments sou­dains dans l’opinion publique sont […] extrê­me­ment fré­quents10. » On ne sau­rait tou­te­fois ima­gi­ner la renais­sance des par­tis tra­di­tion­nels du sys­tème poli­tique fran­çais. Le seul espoir de mettre un terme à cette situa­tion cala­mi­teuse rési­de­rait dans l’apparition d’un pro­jet élec­to­ral auda­cieux, qui ne se limi­te­rait pas à res­sas­ser la « méchan­ce­té » du FN (la condam­na­tion morale ayant en fait l’ef­fet de ren­for­cer la déter­mi­na­tion des votants du par­ti), ni à glo­ser sur des « prin­cipes répu­bli­cains » qui n’émeuvent guère plus per­sonne. Au contraire, il s’agirait de pro­po­ser à l’ensemble de la socié­té fran­çaise (et non seule­ment à ceux qui se consi­dèrent « de gauche ») un pro­gramme poli­tique pro­gres­siste et repré­sen­tant une réelle rup­ture de l’ordre actuel, doté d’une stra­té­gie intel­li­gente qui bri­se­rait les iner­ties tra­di­tion­nelles de la gauche – celles qui lui ont empê­ché, jusqu’à pré­sent, d’occuper l’espace poli­tique ouvert par la tra­hi­son du gou­ver­ne­ment Hollande. C’est sans doute le pari de Jean-Luc Mélenchon – mais il n’est pas évident, aujourd’­hui, que sa can­di­da­ture puisse réus­sir à occu­per le vide lais­sé par un Parti socia­liste mori­bond. Peut-être reste-t-il Nuit Debout, futur vivier de can­di­dats prompts à rebattre les cartes ?


NOTES

1. Ernesto Laclau, La razón popu­lis­ta, Fondo de Cultura Económica de España 2005, p. 102.
2. Ibid, p. 130.
3. La France est l’un des pays euro­péens qui a accueilli le moins de réfu­giés (http://www.franceinter.fr/emission-lenquete-la-france-boudee-par-les-refugies-syriens)

4. Serge Halimi, « Le Front natio­nal ver­rouille l’ordre social », Le Monde diplo­ma­tique, jan­vier 2016.
5. Anatomie du Front natio­nal. Entretien avec René Monzat, Contretemps, 22/01/2016.
6. Serge Halimi, art.cit.
7. Ernesto Laclau, p. 177.
8. Serge Halimi, art. cit.
9. Ernesto Laclau, p. 116.
10. Ibid., p. 167.


Photographie de ban­nière : Musik und Truppen vor dem Bundeshaus wäh­rend des Landesstreiks (DR)
Portrait : E. Laclau (DR



REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Davisse : « Décider ensemble, c’est tenir ensemble ! », mars 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Philippe Poutou : « Rejeter la loi et pré­pa­rer la lutte », février 2016
☰ Lire notre entre­tien avec Daniel Mermet : « On est tom­bé en panne de futur », juillet 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Julian Mischi : « Il y a une déva­lo­ri­sa­tion géné­rale des milieux popu­laires », juin 2015
☰ Lire notre série d’ar­ticles « Mélenchon, de la Gauche au Peuple », Alexis Gales, mars 2015

Pablo Castaño Tierno
Pablo Castaño Tierno

Doctorant en sociologie à Goldsmiths (University of London).

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.