Julian Mischi : « Il y a une dévalorisation générale des milieux populaires »


Entretien inédit pour le site de Ballast

Sociologue et codi­rec­teur de col­lec­tion aux édi­tions Agone, Julian Mischi a signé deux ouvrages consa­crés au Parti com­mu­niste fran­çais : Servir la classe ouvrièreen 2010, et Le Communisme désar­mé, quatre ans plus tard. Mais plus que l’histoire d’un par­ti et les débats qui l’agitent, c’est ce que son évo­lu­tion dit de la socié­té tout entière qui nous retient ici : rap­pe­lons que le PCF avait obte­nu 21 % des suf­frages à la pré­si­den­tielle de 1969 et moins de 2 % en 2007. Comment en est-on venu à croire qu’il n’existait presque plus d’ouvriers en France ? Comment est-on pas­sé de l’héroïsation gran­di­lo­quente du pro­lé­ta­riat au mépris cultu­rel des « beaufs » ? Comment le FN a-t-il pu faire croire qu’il était deve­nu le nou­veau par­ti du peuple ? Mischi nous répond et pro­pose, sur­tout, de redon­ner des armes au com­mu­nisme fran­çais.


Pourquoi tant de Français sont-ils per­sua­dés que les ouvriers n’existent pour ain­si dire plus ?

Le groupe ouvrier, s’il a décli­né depuis les années 1970, est en effet loin d’avoir dis­pa­ru. Avec 6,8 mil­lions d’individus au der­nier recen­se­ment de 2011, il s’agit de l’un des prin­ci­paux groupes sociaux, repré­sen­tant 23 % de la popu­la­tion active fran­çaise. Et, si l’on s’en tient à la seule com­po­sante mas­cu­line, un homme actif sur trois est ouvrier ! La popu­la­tion ouvrière reste donc impor­tante, même si sa com­po­si­tion interne change — tout comme ses condi­tions de vie et de tra­vail. Cependant, dans les repré­sen­ta­tions par­ta­gées par une majo­ri­té de Français, la com­po­sante ouvrière de la socié­té est très lar­ge­ment sous-éva­luée. Les ouvriers sont le plus sou­vent per­çus comme des figures du pas­sé ou des figures étran­gères, tra­vaillant en Chine ou au Bangladesh. Comment expli­quer cette dis­tor­sion des repré­sen­ta­tions avec la réa­li­té ? Tout d’abord, sûre­ment par le fait que l’on confond sou­vent le mou­ve­ment ouvrier et les ouvriers eux-mêmes. De la fra­gi­li­sa­tion de la classe ouvrière et de l’affaiblissement des orga­ni­sa­tions ouvrières, on en conclut trop rapi­de­ment à la fin des ouvriers, dont l’image est asso­ciée aux bas­tions indus­triels et aux conflits sociaux. Or les ouvriers d’aujourd’hui sont moins syn­di­qués, tra­vaillent davan­tage dans des petites uni­tés de pro­duc­tion, dans le sec­teur des ser­vices, et beau­coup résident dans les espaces ruraux et péri­ur­bains. Ils ne cor­res­pondent pas aux images toutes faites de la classe ouvrière, qui ont été pro­duites par les mili­tants du siècle der­nier. Il faut cepen­dant rap­pe­ler que les figures ouvrières clas­siques, telles que les métal­los ou les che­mi­nots, sont bien sûr loin d’avoir dis­pa­ru.

« Les ouvriers sont le plus sou­vent per­çus comme des figures du pas­sé ou des figures étran­gères, tra­vaillant en Chine ou au Bangladesh. Comment expli­quer cette dis­tor­sion des repré­sen­ta­tions avec la réa­li­té ? »

Autre fac­teur : l’évolution des repré­sen­ta­tions du monde social, avec un déclin des grilles de lec­ture en termes de classes et — ce qui revient sou­vent au même — l’essor d’une vision erro­née d’une socié­té struc­tu­rée autour d’une immense classe moyenne. Les lec­tures raciales et spa­tiales (habi­tants de cité, jeunes issus de l’immigration, petits Blancs ruraux, etc.) ont éga­le­ment joué contre les caté­go­ri­sa­tions clas­sistes. Les repré­sen­ta­tions publiques domi­nantes sont pro­duites par des jour­na­listes, uni­ver­si­taires, femmes et hommes poli­tiques, experts, artistes, qui n’ont plus guère de liens avec les milieux ouvriers. Ils en sont éloi­gnés du fait de leurs pro­prié­tés sociales (ori­gines fami­liales, pro­fes­sion exer­cée, niveau de diplôme) et aus­si parce qu’ils ne les fré­quentent pas et n’habitent pas les mêmes ter­ri­toires. Le contraste est pro­non­cé avec les « années 1968 », où les ren­contres entre pro­fes­sions intel­lec­tuelles et milieux popu­laires étaient plus fré­quentes. Enfin, pour com­prendre cette invi­si­bi­li­sa­tion des ouvriers dans la socié­té fran­çaise, il faut éga­le­ment men­tion­ner l’érosion des iden­ti­fi­ca­tions de classe dans les milieux ouvriers eux-mêmes. Les ouvriers sont deve­nus invi­sibles à leurs propres yeux car tout un ensemble de dis­po­si­tifs de ges­tion de la main-d’œuvre a contri­bué ces trente der­nières années au déclin de la conscience de classe, qui carac­té­ri­sait aupa­ra­vant ce groupe. Devenus « opé­ra­teurs » dans des entre­prises où le mot ouvrier dis­pa­raît des clas­se­ments, mis en concur­rence avec des col­lègues d’atelier qui peuvent avoir des sta­tuts (inté­ri­maires ou stables) et des rému­né­ra­tions (prime et salaire indi­vi­dua­li­sés) dif­fé­rents, divi­sés en petites uni­tés où les syn­di­cats peuvent dif­fi­ci­le­ment s’implanter, on peut com­prendre que la soli­da­ri­té ouvrière et la conscience d’appartenance au même groupe se soient émous­sées ces der­nières années.

Vous refu­sez de réduire l’histoire du PCF à celle de l’URSS : que gar­dez-vous du bébé fran­co-com­mu­niste une fois l’eau du bain sta­li­nien jetée ?

Certes, l’histoire du PCF ne se réduit pas à celle de l’URSS, mais il y a tout de même une matrice sta­li­nienne com­mune qui s’est tra­duite par l’établissement, en France, d’une orga­ni­sa­tion com­mu­niste très hié­rar­chi­sée et domi­née par une pra­tique mili­tante délé­ga­taire. Le pou­voir était concen­tré entre les mains des per­ma­nents et toute diver­gence interne tra­quée. En pra­tique, le cen­tra­lisme fonc­tion­nait de manière peu démo­cra­tique et les congrès étaient des moments de mises en scène col­lec­tive plus que des lieux de débats contra­dic­toires. Dans ce cadre, les cri­tiques por­tées sur l’URSS et les expé­riences du socia­lisme dit « réel » étaient peu audibles. Mais le com­mu­nisme hexa­go­nal a aus­si été ali­men­té par un mou­ve­ment ouvrier et pay­san typi­que­ment fran­çais, par des héri­tages his­to­riques, des tra­di­tions syn­di­cales et répu­bli­caines, sans les­quels on ne pour­rait com­prendre sa forte implan­ta­tion popu­laire.

Comme quoi ?

Lorsque les petits exploi­tants agri­coles du Massif cen­tral rejoi­gnaient le PCF, ce n’était pas en sui­vant le modèle sovié­tique de col­lec­ti­vi­sa­tion des terres, mais plu­tôt en lien avec des reven­di­ca­tions syn­di­cales et dans l’objectif d’un par­tage plus équi­table du fon­cier. En dépit de sa dimen­sion bureau­cra­tique, le cou­rant com­mu­niste a été le sup­port d’une mobi­li­sa­tion et d’une pro­mo­tion d’ouvriers et de pay­sans dans ses ter­ri­toires d’influence. Mon tra­vail dans les archives internes et la réa­li­sa­tion d’entretiens me conduisent aus­si à ne pas sur­es­ti­mer l’impact de ce qui se passe en URSS dans l’explication du déclin contem­po­rain du PCF. Pour les mili­tants qui rejoignent l’organisation dans les années 1960 ou 1970, les pays de l’Est ne jouent déjà plus un rôle attrac­tif. Logiquement, ce n’est pas prin­ci­pa­le­ment sur ce plan-là que les rup­tures s’opèrent par la suite. Cela étant dit, il appa­raît néan­moins évident que la ges­tion du rap­port aux pays socia­listes par le groupe diri­geant a consti­tué un frein au renou­vel­le­ment mili­tant du PCF, dans les années 1980 et 1990. Suite au tour­nant sec­taire du prin­temps 1978, la ligne alors tenue évoque une vague cri­tique des « retards » et « défauts » de l’URSS. La dif­fi­cul­té qui se pose (du moins à celles et ceux qui n’ont pas aban­don­né l’idée de l’émancipation des tra­vailleurs), c’est que le com­mu­nisme fran­çais, y com­pris dans sa ver­sion sta­li­nienne, a aus­si per­mis la consti­tu­tion inédite d’un par­ti ani­mé par des diri­geants d’origine ouvrière (comme en Union sovié­tique).

Fête de l’Humanité, 2015 (Stéphane Burlot)

L’ouvriérisme et l’importance accor­dée à la dis­ci­pline orga­ni­sa­tion­nelle ont favo­ri­sé la struc­tu­ra­tion d’un par­ti de masse bien ancré dans les milieux popu­laires jusque dans les années 1970. Le mode d’organisation du PCF offrait aus­si un moyen de contrer les ten­dances éli­taires propres au fonc­tion­ne­ment du champ poli­tique. Il consti­tuait un moyen de mini­mi­ser en par­tie l’importance des res­sources cultu­relles indi­vi­duelles au pro­fit d’un capi­tal col­lec­tif, entre­te­nu et trans­mis dans l’action mili­tante. Les contraintes orga­ni­sa­tion­nelles visaient à contrô­ler les élus, à enca­drer les ten­dances des notables et diri­geants à per­son­na­li­ser l’action poli­tique, et à favo­ri­ser les mili­tants issus de caté­go­ries popu­laires. Or le rejet du mode de fonc­tion­ne­ment pas­sé du PCF durant les années 1990–2000, salu­taire sur beau­coup de points, ne prend pas en compte cette ques­tion de l’exclusion poli­tique des classes popu­laires. L’essentiel est alors de sau­ver les meubles, de main­te­nir l’appareil et sur­tout de béné­fi­cier d’une bonne image dans l’opinion publique afin de conte­nir le déclin élec­to­ral. La ques­tion de la place des classes popu­laires dans l’organisation, aupa­ra­vant cen­trale, est deve­nue secon­daire. Tout l’enjeu est, me semble-t-il, de refu­ser l’idée d’un lien inévi­table entre construc­tion d’un appa­reil par­ti­san pyra­mi­dal et repré­sen­ta­tion des classes popu­laires. Il serait réduc­teur d’envisager que l’engagement des classes popu­laires au sein d’un par­ti ne peut aller sans une forme de délé­ga­tion du pou­voir à des per­ma­nents. Cette ques­tion de la pro­mo­tion poli­tique des groupes sociaux domi­nés dans un cadre mili­tant démo­cra­tique appelle la construc­tion de nou­velles formes de mobi­li­sa­tion. Le pari de mon livre est qu’on ne pour­ra rien inven­ter de vrai­ment nou­veau tant que le pro­ces­sus de dis­pa­ri­tion de la voie emprun­tée par le PCF pour par­ve­nir à cette repré­sen­ta­tion des classes popu­laires n’aura pas été soi­gneu­se­ment décrit.

« Les cadres du PCF, écri­vez-vous dans votre der­nier livre, se pré­sentent de plus en plus comme les porte-parole des pauvres, des plus défa­vo­ri­sés des sala­riés. » Les « exploi­tés » sont désor­mais essen­tiel­le­ment défi­nis « par leur exclu­sion » et leur « pré­ca­ri­sa­tion ». Pourquoi un par­ti qui a incar­né durant plu­sieurs décen­nies le monde ouvrier a-t-il pu bas­cu­ler dans un dis­cours « misé­ra­bi­liste », pour reprendre votre mot ?

« Cette évo­lu­tion misé­ra­bi­liste de la rhé­to­rique com­mu­niste est à rebours du tra­vail mili­tant d’affirmation de la digni­té ouvrière. On passe de la lutte des classes à la réduc­tion de la pau­vre­té. »

Ce dis­cours met­tant l’accent sur les pauvres émerge régu­liè­re­ment au sein du PCF, notam­ment à la fin des années 1970, où il tra­duit alors une prise en compte des pre­miers effets du recul de l’État social dans les quar­tiers popu­laires, avec le déve­lop­pe­ment du chô­mage et de la pré­ca­ri­té. Il est por­té par la cam­pagne des « cahiers de la misère et de l’espoir » de 1976–1977 et s’inscrit dans une logique de concur­rence élec­to­rale : il s’agit pour les com­mu­nistes de par­ler des pauvres pour mar­quer l’écart avec le PS, qui pro­gresse à leur détri­ment. Mais asso­cier ouvriers, pauvres, retrai­tés, voire même par­fois les malades, dans l’ensemble des popu­la­tions dites « mar­gi­na­li­sées » se fait au détri­ment des repré­sen­ta­tions de classe et peut confor­ter l’idée d’une dis­pa­ri­tion de la classe ouvrière. Avec la réfé­rence par exemple aux « petites gens », on est alors loin de la classe ouvrière héroïque et com­bat­tante de 1936 et de la Libération. Cette évo­lu­tion misé­ra­bi­liste de la rhé­to­rique com­mu­niste est à rebours du tra­vail mili­tant d’affirmation de la digni­té ouvrière. Elle heurte aus­si les logiques de consti­tu­tion d’un par­ti dont les diri­geants se recru­taient dans les frac­tions très qua­li­fiées du groupe ouvrier, des frac­tions qui se recon­naissent dif­fi­ci­le­ment dans ce dis­cours misé­ra­bi­liste.

Lorsque la dénon­cia­tion de l’exploitation cède le pas devant celle de la misère, cela entraîne une rup­ture impor­tante dans le mode de légi­ti­ma­tion sociale des diri­geants com­mu­nistes : il s’agit essen­tiel­le­ment pour eux de par­ler au nom des pauvres et des exclus et non pas de leur don­ner le pou­voir dans le par­ti et dans l’appareil d’État. On passe de la lutte des classes à la réduc­tion de la pau­vre­té. Ce chan­ge­ment de pré­oc­cu­pa­tion tra­duit l’émergence d’une nou­velle géné­ra­tion de cadres du PCF dans la plu­part des dépar­te­ments : aux mili­tants ouvriers issus du syn­di­ca­lisme suc­cèdent pro­gres­si­ve­ment des cadres ter­ri­to­riaux et des élus. À la tête de col­lec­ti­vi­tés locales, ces der­niers cherchent moins à orga­ni­ser des contre-pou­voirs mili­tants qu’à admi­nis­trer leur ville et à lut­ter contre la pau­vre­té. Cette évo­lu­tion s’inscrit bien sûr dans un mou­ve­ment géné­ral de recom­po­si­tion des causes col­lec­tives autour de l’humanitaire, du béné­vo­lat, de la cha­ri­té, etc. Le résul­tat, c’est que la réflexion sur l’organisation de la lutte par ceux-là mêmes qui subissent en pre­mier la domi­na­tion, une réflexion si struc­tu­rante dans l’histoire du mou­ve­ment ouvrier, a été délais­sée au sein de l’ancien « Parti de la classe ouvrière ».

Pierre Laurent au 37e congrès du PCF-Aubervilliers, 2 juin 2016 (Stéphane Burlot)

Dans La Gauche radi­cale et ses tabous, Aurélien Bernier a des mots durs contre le PCF. Il lui reproche d’être entré dans le jeu de la gauche plu­rielle et d’avoir tra­hi — notam­ment par la parole de Robert Hue — ses propres enga­ge­ments sur la ques­tion euro­péenne : Maastricht, mon­naie unique… Confirmez-vous ce lien entre l’effondrement du PC et son virage union-euro­péen ?

La thèse d’Aurélien Bernier est assez sché­ma­tique. Renvoyer le déclin du PCF à une seule cause, celle de l’abandon d’un dis­cours sou­ve­rai­niste face à la construc­tion euro­péenne prête à dis­cus­sion. La chro­no­lo­gie notam­ment pose pro­blème : l’effondrement élec­to­ral et mili­tant du PCF a sur­tout lieu entre 1979 et 1984, bien avant Robert Hue et la liste Bouge l’Europe de 1999. Et cette évo­lu­tion idéo­lo­gique s’inscrit plus pro­fon­dé­ment dans la recherche d’une nou­velle image par le suc­ces­seur de Georges Marchais. Robert Hue inves­tit la com­mu­ni­ca­tion poli­tique et cherche à « moder­ni­ser » le mes­sage com­mu­niste, quitte à mettre en sour­dine une posi­tion tra­di­tion­nel­le­ment anti-euro­péenne, mais pas seule­ment : il met éga­le­ment entre paren­thèses la ques­tion des rap­ports de classe. C’est de ce côté-là, celui de la lutte des classes, que la gauche radi­cale peut pro­ba­ble­ment retrou­ver du souffle et mettre au jour les brouillages idéo­lo­giques opé­rés par l’extrême droite. Et, comme cette lutte s’opère de plus en plus à l’échelle euro­péenne, avec une col­la­bo­ra­tion effi­cace entre milieux d’affaires et euro­crates au détri­ment des causes citoyennes et des droits des tra­vailleurs, c’est à ce niveau-là que le com­bat doit aus­si être mené.

Le FN se pré­sente aujourd’hui comme le défen­seur du sala­riat, des oubliés, des invi­sibles, des tra­vailleurs, et non des « marges » dudit sala­riat. Vous rap­pe­lez que l’accusation de « popu­lisme » menace en per­ma­nence toute per­sonne de gauche sou­cieuse des inté­rêts des classes popu­laires. Iriez-vous jusqu’à vou­loir réha­bi­li­ter ce mot ?

« On a glis­sé de la mise en garde face à la mani­pu­la­tion du peuple au dis­cré­dit des aspi­ra­tions poli­tiques mêmes du peuple. »

Ce mot ren­voie d’abord, pour moi, en tant que socio­logue des classes popu­laires, à un risque de lec­ture biai­sée des cultures popu­laires. En effet, sui­vant Jean-Claude Passeron et Claude Grignon dans Le Savant et le popu­laire (sous-titré Misérabilisme et popu­lisme en socio­lo­gie et en lit­té­ra­ture »), le popu­lisme tra­duit une volon­té de réha­bi­li­ta­tion des domi­nés, une stra­té­gie d’enchantement des cultures popu­laires, décrites comme plus authen­tiques que celles des élites. Ce fai­sant, le popu­liste oublie les rap­ports de domi­na­tion, qui marquent les cultures popu­laires et en font des cultures domi­nées, situées en bas des hié­rar­chies de légi­ti­mi­té qui pré­valent dans la socié­té à tra­vers notam­ment l’école et les médias. Une telle atti­tude ne per­met pas une ana­lyse objec­tive des cultures popu­laires, pas plus que la pos­ture symé­trique, le misé­ra­bi­lisme, qui appré­hende le popu­laire sous l’angle unique de sa dépos­ses­sion et domi­na­tion, et n’y voit que du manque et de la limi­ta­tion.

Concernant plus pré­ci­sé­ment les atti­tudes poli­tiques, essayistes et jour­na­listes uti­lisent ce mot pour dis­qua­li­fier cer­tains com­por­te­ments élec­to­raux — rejet de l’Union euro­péenne, vote pour le FN ou la gauche radi­cale — vus comme dan­ge­reux et non-démo­cra­tiques. Ce qua­li­fi­ca­tif per­met de rap­pro­cher abu­si­ve­ment des atti­tudes poli­tiques qui sont en réa­li­té diver­gentes. Surtout, comme l’a bien mon­tré Annie Collovald (Le « popu­lisme du FN », un dan­ge­reux contre­sens, paru en 2004), il per­met de dis­cré­di­ter toute remise en cause de l’ordre domi­nant tout en raillant la bêtise du peuple, qui serait natu­rel­le­ment mani­pu­lable et cré­dule, alors que les élites auraient des opi­nions plus ration­nelles, fon­dées et démo­cra­tiques. Il s’agit là d’une évo­lu­tion impor­tante car, dans ses usages anté­rieurs, notam­ment par Lénine, le popu­lisme ser­vait à dénon­cer les porte-paroles auto­pro­cla­més du peuple et cer­taines frac­tions des élites qui cherchent à mobi­li­ser le peuple contre ses propres inté­rêts. On a glis­sé de la mise en garde face à la mani­pu­la­tion du peuple au dis­cré­dit des aspi­ra­tions poli­tiques mêmes du peuple. Cette révo­lu­tion idéo­lo­gique, ana­ly­sée par Annie Collovald, fait le jeu du FN en lui prê­tant un carac­tère « popu­liste » ou « popu­laire ». Dans ces condi­tions, la réha­bi­li­ta­tion du mot semble dif­fi­cile, sur­tout dans le sens opé­ré par Jean-Claude Michéa — qui ne rompt pas avec ce qui est au cœur de la rhé­to­rique média­tique d’accusation de popu­lisme, la repré­sen­ta­tion d’un « peuple sans classes ».

37e congrès du PCF-Aubervilliers, 2 juin 2016 (Stéphane Burlot)

En effet, Michéa (sur­tout) et Mélenchon (éga­le­ment — notam­ment dans son der­nier livre et depuis le mou­ve­ment M6R) en appellent à un peuple mythique, sans posi­tion sociale ou pro­fes­sion­nelle : une façon d’évacuer la ques­tion des rap­ports de classe. Le peuple de Michéa est un ensemble confus, mais défi­ni impli­ci­te­ment par des fron­tières morales ou eth­niques. Comme d’autres auteurs pam­phlé­taires « inclas­sables » et à suc­cès, il met l’accent sur les ques­tions d’appartenance et les cli­vages iden­ti­taires, évoque un « ordre natu­rel » ou « un héri­tage his­to­rique » qui seraient en dan­ger, sous le feu d’un enne­mi cultu­rel (sou­vent le pro­grès, la socié­té consu­mé­riste, la gauche…). Il prête des ver­tus morales, une « sen­si­bi­li­té pro­fonde » aux « gens ordi­naires » (de façon popu­liste, sui­vant la défi­ni­tion de Grignon et Passeron), mais ne s’intéresse pas à l’examen des faits, aux logiques concrètes des rap­ports de domi­na­tions et aux moyens de les contrer. Cela le conduit par exemple à reje­ter les tra­vailleurs immi­grés dans les marges du sala­riat alors que le groupe ouvrier se repro­duit his­to­ri­que­ment par l’apport de géné­ra­tions de migrants issus d’autres pays. D’une façon géné­rale, la rhé­to­rique du peuple contre les élites voile sou­vent la ques­tion des rap­ports de classe, du rôle de la petite bour­geoi­sie, par exemple. La posi­tion de classe n’est pas sim­ple­ment une ques­tion de conscience poli­tique, c’est avant tout un posi­tion­ne­ment dans des rap­ports de domi­na­tion. Si des élé­ments de la bour­geoi­sie cultu­relle (comme les uni­ver­si­taires, par exemple) en viennent à s’engager contre les inté­rêts de classe, à défendre ceux des classes popu­laires, tant mieux, mais cela n’empêche pas de réflé­chir sur les rap­ports de classes qui tra­versent ce que l’on appelle abu­si­ve­ment les « 99 % », les « sala­riés », ou encore le « peuple », etc.

Dans son essai Retour à Reims, Didier Eribon explique que le vote FN est un vote de classe, qu’il est « comme le der­nier recours des milieux popu­laires pour défendre leur iden­ti­té col­lec­tive » tant la gauche les a tra­his…

« Il serait erro­né de pen­ser que le FN aurait pris la place qu’avait aupa­ra­vant le PCF dans les ter­ri­toires ouvriers. »

L’autobiographie de Didier Eribon est très inté­res­sante — notam­ment sous l’angle de la des­crip­tion et de l’analyse fine d’un cas de trans­fuge de classe —, mais cet essai ne repose pas sur une étude du vote FN. L’auteur est d’ailleurs plu­tôt un spé­cia­liste des idées, qui consacre ses recherches à la lit­té­ra­ture et à la théo­rie sociale. En fait, l’état des connais­sances sur le sujet est très limi­té car nous n’avons que peu de recherches appro­fon­dies en socio­lo­gie poli­tique sur les tra­jec­toires élec­to­rales vers le FN, sur les signi­fi­ca­tions don­nées à ce vote par les prin­ci­paux inté­res­sés. Ce que l’on sait, c’est que le cas des membres de la famille de Didier Eribon, qui passent d’un vote pour le PCF à un sou­tien au FN, ne repré­sente pas un mou­ve­ment de fond. Il faut le rap­pe­ler car il y a beau­coup de rac­cour­cis sim­plistes sur le sujet : les études élec­to­rales montrent que le FN s’est déve­lop­pé dans les années 1980 et 1990, avec sur­tout l’apport d’électeurs de droite qui se sont « radi­ca­li­sés », tan­dis que beau­coup d’électeurs com­mu­nistes ont alors rejoint les rangs des abs­ten­tion­nistes. Puis de plus en plus de jeunes ouvriers votent pour le par­ti d’extrême droite comme pre­mier vote, sans être pas­sés par la gauche ou la droite dite « modé­rée ». Il s’avère que les milieux popu­laires encore rela­ti­ve­ment struc­tu­rés autour d’une conscience de classe et d’organisations syn­di­cales, comme les che­mi­nots ou les ouvriers de l’automobile, res­tent éloi­gnés du FN. Il sem­ble­rait en outre que les ouvriers proches du FN tra­vaillent davan­tage dans de petites entre­prises, dans le monde de l’artisanat, où l’opposition de classe au patron est plus faible.

Le FN est d’ailleurs sou­vent ani­mé par des indé­pen­dants (pro­fes­sions libé­rales, com­mer­çants, arti­sans, chefs d’entreprise). Il est deve­nu ouvrier presque mal­gré lui et ne cherche pas spé­cia­le­ment à assu­rer la pro­mo­tion de ses mili­tants d’origine popu­laire. Au contraire, il tra­vaille sur­tout en ce moment à atti­rer des élé­ments « res­pec­tables » du monde intel­lec­tuel et poli­tique, à l’image de l’avocat Gilbert Collard ou de l’ancien « jour­na­liste » Robert Ménard. Il serait erro­né de pen­ser que le FN aurait pris la place qu’avait aupa­ra­vant le PCF dans les ter­ri­toires ouvriers. Il n’y a pas de réseaux du FN en milieu indus­triel, de syn­di­cats amis, ni d’écoles qui for­me­raient une élite mili­tante issue des classes popu­laires. Concernant l’éventuel vote de classe des milieux popu­laires, il faut aus­si rap­pe­ler que la pre­mière atti­tude élec­to­rale dans ces milieux reste l’abstention.

(Stéphane Burlot)

Le « peuple » n’a plus tou­jours bonne presse, à gauche. Comment passe-t-on, en moins d’un demi-siècle, de la glo­ri­fi­ca­tion his­to­rique de la classe ouvrière à sa mise au ban moqueuse ?

Le tour­nant s’est opé­ré dans les années 1970 et a pris toute son ampleur dans les années 1980. On peut d’ailleurs l’envisager comme un des effets du déclin du PCF (et plus lar­ge­ment du mou­ve­ment ouvrier fran­çais), qui dif­fu­sait une fier­té ouvrière, avec, vous avez rai­son, une repré­sen­ta­tion sou­vent mythique d’une classe ouvrière — for­cé­ment héroïque et com­bat­tante. Un effet éga­le­ment du déclin géné­ral du mar­xisme dans la vie intel­lec­tuelle fran­çaise. Ainsi, la prin­ci­pale rai­son est-elle à recher­cher du côté de la démo­né­ti­sa­tion de la cause des classes popu­laires au sein des milieux poli­tiques et intel­lec­tuels : alors que le « pro­lé­ta­riat » était au cœur des mobi­li­sa­tions des « années 1968 », le reflux du gau­chisme au cours des années 1970 a pour corol­laire l’émergence de la « contre-culture », étu­diée notam­ment par Gérard Mauger, qui montre bien com­ment son essor s’appuie sur la réha­bi­li­ta­tion des révoltes des « petits-bour­geois », et peut donc induire la dis­qua­li­fi­ca­tion du « beauf » (lisez par exemple « De l’homme de marbre au beauf. Les socio­logues et la cause des classes popu­laires », paru dans le numé­ro 26 de Savoir/Agir, en décembre 2013). Il y a une déva­lo­ri­sa­tion géné­rale des manières d’être popu­laires, et l’ethos ouvrier devient illé­gi­time en poli­tique, à l’image des moque­ries visant Marchais ou Krasucki.

Vous déplo­rez les « lec­tures raciales » qui auraient, dans une par­tie de la gauche radi­cale, pris le pas sur les « lec­tures de classe ». Tout n’est pour­tant pas réduc­tible à la stricte ana­lyse clas­siste : les domi­na­tions de genre, de race ou d’orientation sexuelle. Comment envi­sa­gez-vous cette arti­cu­la­tion ?

« Prendre en compte les domi­na­tions de genre est notam­ment essen­tiel si l’on ne veut pas faire l’impasse sur la moi­tié des classes popu­laires. »

Vous avez tout à fait rai­son. Les formes de la domi­na­tion sont mul­tiples et dif­fé­rents cli­vages struc­turent l’espace social. On retrouve ces cli­vages au sein même de la classe ouvrière ; c’est ce que j’avais mis en avant dans mon pré­cé­dent ouvrage, Servir la classe ouvrière, où j’ai tra­vaillé cette arti­cu­la­tion — dans le cas du PCF des années 1950–1970. On peut en effet y obser­ver une repro­duc­tion de dif­fé­rents types de domi­na­tion, car les diri­geants ouvriers viennent des frac­tions mas­cu­lines, fran­çaises, urbaines et très qua­li­fiées des groupes ouvriers. Les femmes, ouvriers spé­cia­li­sés, tra­vailleurs immi­grés et ouvriers ruraux tendent à être relé­gués. Si bien que le « Parti de la classe ouvrière » est ani­mé par les frac­tions hautes des milieux popu­laires et tra­vaillé par dif­fé­rentes logiques de domi­na­tion. Prendre en compte les domi­na­tions de genre est notam­ment essen­tiel si l’on ne veut pas faire l’impasse sur la moi­tié des classes popu­laires. Dans cette optique, la notion de classe ouvrière est mal adap­tée à la période contem­po­raine mar­quée par une forte fémi­ni­sa­tion du tra­vail subal­terne (déve­lop­pe­ment du groupe des employées de ser­vice notam­ment) hors indus­trie. En socio­lo­gie, nous allons ain­si plu­tôt recou­rir à la notion de classes popu­laires.

Concernant l’évolution du champ intel­lec­tuel, ce que je pointe, c’est que la prise compte de nou­velles formes de domi­na­tion s’est mal­heu­reu­se­ment faite dans un contexte géné­ral d’éviction des enjeux de classe. En même temps que les pro­fes­sions intel­lec­tuelles se sont retran­chées sur leur métier, leurs milieux, leurs pré­oc­cu­pa­tions, elles ont sou­vent délais­sé la ques­tion des inté­rêts sociaux des classes popu­laires. Il ne s’agit bien sûr pas de mini­mi­ser d’autres formes de domi­na­tion, mais force est de consta­ter que la ques­tion cen­trale de l’exploitation éco­no­mique est pas­sée au second plan. Pour ce qui concerne la socio­lo­gie, il suf­fit de regar­der les sujets de recherches choi­sis prio­ri­tai­re­ment par les étu­diants poli­ti­sés. Dans les usages cou­rants de l’inter­sec­tion­na­li­té, la classe est rapi­de­ment expé­diée : ce qui inté­resse avant tout, ce sont sou­vent les dis­cri­mi­na­tions liées au genre, à la cou­leur de peau ou aux orien­ta­tions sexuelles. Pourtant, la posi­tion dans les rap­ports de classe me paraît cen­trale : elle est ali­men­tée par tout un ensemble de fac­teurs (ori­gine fami­liale, tra­jec­toire sco­laire, posi­tion dans l’organisation du tra­vail, etc.) et engage for­te­ment les com­por­te­ments et atti­tudes des indi­vi­dus ; elle contraint dras­ti­que­ment leur espace des pos­sibles. Certes, il ne faut pas oppo­ser les domi­na­tions entre elles, mais on ne peut pas non plus mettre tout sur le même plan. L’articulation dont vous par­lez mérite d’être inves­tie de manière empi­rique, sai­sie sur le ter­rain des dif­fé­ren­cia­tions sociales concrètes, non pas sim­ple­ment pen­sée, du seul point de vue intel­lec­tuel, comme une com­bi­nai­son théo­rique de caté­go­ries. C’est ce que fait admi­ra­ble­ment Beverley Skeggs (voir Des femmes res­pec­tables. Classe et genre en milieu popu­laire, paru aux édi­tions Agone en 2011) en tra­vaillant sur les appar­te­nances de genre auprès d’ouvrières anglaises et en inter­ro­geant leur rap­port au fémi­nisme.

Toulouse, avril 2012 (Stéphane Burlot)

Paul Willis disait du reste, pour la revue Agone : « Tous les sys­tèmes sym­bo­liques s’articulent mais je pense tou­jours que la classe explique plus le genre et la race que la race et le genre peuvent expli­quer la classe. Il est impos­sible de com­prendre la classe sans prendre en compte les rela­tions de genre ou de race mais j’argumenterai tou­jours pour dire que la classe et le capi­tal consti­tuent la struc­ture dyna­mique. C’est le capi­tal qui pro­duit la mon­dia­li­sa­tion. La mon­dia­li­sa­tion est venue de la concen­tra­tion du capi­tal, pas de la concen­tra­tion du patriar­cat. Ce n’est pas la race qui pro­duit de la glo­ba­li­sa­tion ou qui en est le moteur dyna­mique. Et pour moi cela prouve bien que c’est la classe qui est au centre. » Willis nous invite judi­cieu­se­ment à mener des ana­lyses de classe au sein même de l’étude des dis­cri­mi­na­tions liées au genre ou aux ori­gines natio­nales.

Mais vous par­lez du com­mu­nisme tel que le PCF le défend : il a été, et est encore, pour­tant por­té par les cou­rants trots­kystes : le NPA et LO, notam­ment. Diriez-vous que leur com­mu­nisme a lui aus­si été « désar­mé » ? Leurs posi­tions ne sont-elles pas bien plus mor­dantes que celles du PCF — et moins com­pro­mises, for­cé­ment, par l’histoire sta­li­nienne ?

« L’extrême gauche s’est plu­tôt enfer­mée dans une stra­té­gie grou­pus­cu­laire, dans des luttes fra­tri­cides, qui ont don­né nais­sance à une mul­ti­tude d’organisations. »

Tout mon tra­vail vise à mon­trer que les posi­tions et prises de posi­tions ne suf­fisent pas. Les dis­po­si­tifs orga­ni­sa­tion­nels comptent beau­coup pour faire venir des adhé­rents, les gar­der et les poli­ti­ser. Par rap­port à ses concur­rents trots­kystes, la grande force du PCF a été son orga­ni­sa­tion, implan­tée dans les réa­li­tés des milieux popu­laires. Au-delà du par­ti pro­pre­ment dit, les com­mu­nistes étaient inves­tis dans une mul­ti­tude de réseaux : au sein de la CGT dans leurs entre­prises, dans la vie muni­ci­pale et asso­cia­tive de leurs loca­li­tés. Ils par­ti­ci­paient à tout un ensemble d’« orga­ni­sa­tions de masse » : Confédération natio­nale du loge­ment (CNL), Union des femmes fran­çaise (UFF), Secours Populaire, Tourisme et Travail, Fédération spor­tive et gym­nique du tra­vail (FSGT), etc. Il s’agissait d’autant de lieux d’ouverture sur la socié­té et de points d’ancrage dans les milieux popu­laires. Certains de ces relais se sont main­te­nus et le poids de l’Histoire est fort : le PCF a béné­fi­cié de trois grandes vagues d’adhésions mas­sives pen­dant le Front popu­laire, à la Libération, puis durant la période du pro­gramme com­mun (1972–1977). Trois vagues d’adhésions qui lui ont don­né des cadres, for­més dans des écoles internes, sur plu­sieurs décen­nies. Il béné­fi­cie aujourd’hui encore d’importants héri­tages, notam­ment muni­ci­paux et syn­di­caux, qui lui assurent un ancrage local et une base popu­laire que n’ont pas le NPA ou même LO.

Il faut savoir que la plu­part des res­pon­sables locaux et natio­naux du PCF dans les années 2000–2010 ont rejoint l’organisation dans les années 1960–1970. C’est le cas, par exemple, de Pierre Laurent, l’actuel secré­taire natio­nal, qui a rejoint le mou­ve­ment com­mu­niste en 1972. L’ancienneté mili­tante est forte au sein du PCF — ce qui lui assure une cer­taine sta­bi­li­té en dépit des départs régu­liers. Alors qu’en face, l’extrême gauche s’est plu­tôt enfer­mée dans une stra­té­gie grou­pus­cu­laire, dans des luttes fra­tri­cides, qui ont don­né nais­sance à une mul­ti­tude d’organisations qui connaissent un tur­no­ver impor­tant. Certaines orga­ni­sa­tions gau­chistes, dans les années 1970–1980 notam­ment, sont des lieux de pas­sage, cor­res­pon­dant à une étape dans le cycle de vie bio­gra­phique, et peuvent débou­cher sur d’autres enga­ge­ment poli­tiques (vers le PS) ou des recon­ver­sions pro­fes­sion­nelles (dans le jour­na­lisme, le monde uni­ver­si­taire). À côté des 70 000 adhé­rents décla­rés à jour de coti­sa­tion au PCF, LO reven­dique 8 000 adhé­rents depuis plu­sieurs années et l’on peut noter l’importance que cette orga­ni­sa­tion accorde aux mili­tants ouvriers, sou­vent can­di­dats lors des élec­tions, même si la porte-parole, Nathalie Arthaud, est ensei­gnante de pro­fes­sion. Concernant le NPA, il ne compte plus que 2 100 adhé­rents et il sem­ble­rait qu’il ne soit pas tou­jours évident de s’intégrer à ce par­ti lorsque l’on n’a pas un capi­tal cultu­rel éle­vé ou une connais­sance déjà fine des batailles poli­tiques et théo­riques. À l’inverse, les com­mu­nistes, notam­ment des orga­ni­sa­tions de jeunes, peuvent être moqués pour leur absence de réflexion poli­tique et l’accent qu’ils mettent sur l’établissement de liens ami­caux de convi­via­li­té où per­dure un ethos popu­laire fes­tif. Cette socia­bi­li­té est une force attrac­tive. Car, là aus­si, il faut se dépar­tir d’un tro­pisme intel­lec­tua­liste : une adhé­sion est rare­ment un choix réflé­chi sur une idéo­lo­gie ou un pro­gramme dont on aurait une claire conscience. La prise de carte ou de contact consti­tuent le plus sou­vent le début d’un long pro­ces­sus de socia­li­sa­tion poli­tique qui se réa­lise lorsque l’on est dans l’organisation. Comme l’affirmait un prin­cipe que l’on retrou­vait aupa­ra­vant dans le maté­riel d’organisation du PCF : « On ne naît pas com­mu­niste, c’est dans le par­ti qu’on le devient. »

Marie-George Buffet, Journée par­le­men­taire de la France insou­mise, Paris, 1er fevrier 2018 (Stéphane Burlot)

Vous concluez votre der­nier livre sur l’idée d’inventer du « nou­veau ». De Mélenchon à Podemos, un dis­cours semble se déve­lop­per : aban­don­ner le seul réfé­rent de gauche pour consti­tuer un vaste front popu­laire. Comment réagis­sez-vous face à cela ?

Le « nou­veau » que j’évoque concerne sur­tout la construc­tion d’outils mili­tants qui per­met­traient l’engagement des classes popu­laires, sans retom­ber dans les tra­vers d’un fonc­tion­ne­ment bureau­cra­tique et d’une dépos­ses­sion des mili­tants « de base ». Dans cette pers­pec­tive, tout n’est pas qu’affaires de dis­cours ou de stra­té­gies de cap­ta­tion de clien­tèles élec­to­rales. Concernant les orien­ta­tions du dis­cours, l’intérêt qu’ont les diri­geants de Podemos à s’adresser aux élec­teurs déçus de droite ou aux pri­mo-votants, avec une rhé­to­rique débar­ras­sée des réfé­rences clas­siques à la gauche, est com­pré­hen­sible. Pour le cas fran­çais, je demeure cepen­dant scep­tique — et on peut s’interroger sur les valeurs aux fon­de­ments d’un dépas­se­ment de l’opposition gauche/droite. Historiquement, les pro­mo­teurs du « ni gauche ni droite » se trouvent tout de même sur­tout à l’extrême droite, notam­ment avec les cou­rants fas­cistes dans l’entre-deux-guerres. Aujourd’hui, les sora­liens et bien sûr le FN jouent sur ce cre­do, entraî­nant de fortes confu­sions et des récu­pé­ra­tions sym­bo­liques des acquis du mou­ve­ment ouvrier. Sous l’hégémonie d’un PS droi­ti­sé, la gauche est effec­ti­ve­ment mal en point, mais est-ce une rai­son pour aban­don­ner tout ancrage dans une his­toire poli­tique où les forces de pro­grès, comme l’on disait il y a encore peu de temps, étaient clai­re­ment à gauche ? L’idée d’un « front très large », d’une union du « peuple » contre la « caste », peut lais­ser entendre que tout n’est pas à reje­ter à droite, ou que l’appartenance natio­nale dépasse les cli­vages de classes. L’expression du peuple contre la caste vient d’ailleurs d’Italie, où elle a été popu­la­ri­sée par Beppe Grillo, per­son­nage au com­por­te­ment poli­tique dou­teux par plu­sieurs aspects…


REBONDS

☰ Lire notre article « Pour un fémi­nisme socia­liste », Johanna Brenner, juin 2015
☰ Lire notre article « Mélenchon, de la Gauche au Peuple », Alexis Gales, mars 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Édouard Louis : « Mon livre a été écrit pour rendre jus­tice aux domi­nés », jan­vier 2015

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.