Vous avez dit Soral ?


Texte inédit pour le site de Ballast

soraldieudonneNous tenions, pour écrire le pré­sent article, à lire l’in­té­gra­li­té de ses paru­tions : autre­ment dit, douze livres, publiés entre 1984 et 2013 (on se contente trop sou­vent de vidéos sur Internet, d’une qua­trième de cou­ver­ture, d’un article ou d’un ouvrage, quand l’œuvre com­plète en compte dix fois plus : paresse dom­ma­geable). D’aucuns pré­tendent qu’il ne fau­drait pas par­ler de lui au pré­texte que cela « lui fait de la publi­ci­té ». Argument sot. C’est par mil­lions que se chiffrent déjà les vues de ses vidéos – sans rien dire du site qu’il admi­nistre, extrê­me­ment visi­té, de ses livres qui s’ar­rachent sans la moindre pro­mo­tion et du par­ti qu’il s’ap­prête à lan­cer aux côtés de Dieudonné : Réconciliation natio­nale – le pro­lon­ge­ment, dans les urnes, de son mou­ve­ment Égalité & Réconciliation, qui se réclame d’un « front de la foi » (entre catho­liques et musul­mans) et de la « gauche du tra­vail /droite des valeurs » (l’al­liance, que l’es­sayiste syn­thé­tise dans son ouvrage Comprendre l’Empire, entre la Tradition et le socia­lisme révo­lu­tion­naire, qu’il soit mar­xi­sant ou vague­ment anar­chiste).

Très récem­ment, les rap­peurs Médine et Disiz ont fait part de leurs inquié­tudes quant à la per­cée de Soral dans les quar­tiers popu­laires. Le pre­mier, qui récuse la pré­ten­due « récon­ci­lia­tion » pro­po­sée par l’es­sayiste, explique : « Je suis très pes­si­miste. Ça fait dix ans et les choses empirent. […] J’ai aus­si vu mon quar­tier tom­ber dans le popu­lisme de la “Dissidence”, le popu­lisme sora­lien. J’ai éga­le­ment vu une cer­taine forme d’antisémitisme ten­ter d’investir nos quar­tiers¹. » Par « Dissidence », l’ar­tiste fait réfé­rence au mou­ve­ment du même nom, plus ou moins for­mel, dans lequel s’ins­crivent Soral et ses divers alliés : la lutte contre le Système, l’Empire et l’o­li­gar­chie mon­dia­liste. Disiz répond quant à lui, lors­qu’un jour­na­liste l’in­ter­roge sur la popu­la­ri­té du pen­seur : « Je vais t’ex­pli­quer à quel point ça me met en colère. À quel point j’ai la rage. […] On ne te donne pas autre chose, on ne te donne pas un autre exemple. Quant tu as un esprit revan­chard et en colère – parce que tu vois bien qu’il y a une carotte dans cette socié­té, qu’il y a des inéga­li­tés de ouf, et que c’est tou­jours les mêmes qui graillent –, celui qui va venir crier, qui va venir aboyer, qui va aller dans ton sens, tu vas faire abs­trac­tion de tout ce qu’il a fait avant (que le mec soit pas­sé par le FN, par-ci, par-là) et te dire « Ouais, ce mec a rai­son² ! » » Une influence confir­mée par Kamel, du jour­nal Fakir : « Comme il attire vache­ment de jeunes dans les quar­tiers, comme mon petit frère était sous son charme, je suis allé l’écouter. Y avait plein de mecs avec des djel­la­bas, des barbes, les filles avec le voile³ ».

« C’est une entre­prise de récu­pé­ra­tion poli­tique. Chávez et Sankara n’ont rien à voir avec eux. » B. Jaffré, bio­graphe de Sankara

Mais il serait faux de croire que Soral ne béné­fi­cie que de ces seuls appuis ; il a cou­tume de reven­di­quer un triple public, dont cha­cun repré­sente le tiers de l’en­semble de ses par­ti­sans : les natio­na­listes catho­liques, les déçus de la gauche radi­cale et les musul­mans (des quar­tiers popu­laires ou non). La ban­nière de son mou­ve­ment atteste du carac­tère com­po­site de sa ligne et signe ce désir de ras­sem­ble­ment, par-delà les cli­vages en vigueur : appa­raissent, en guise de figures tuté­laires, Guevara, Castro, Lumumba, Sankara, Poutine, Kadhafi, Chávez, Ahmadinejad, Jeanne d’Arc et… Alain Soral en per­sonne (la méga­lo­ma­nie fait par­tie inté­grante du per­son­nage : « Aujourd’hui, s’il [Le Christ] était pré­sent sur terre […], il serait assis ici, à côté de moi4 ! », décla­ra-t-il dans l’une de ses vidéos, tout en cer­ti­fiant, dans son ouvrage Dialogues désac­cor­dés, que sa « vision du monde » est « par­ta­gée par les plus grands esprits du monde depuis le Christ5 »). Le fond d’é­cran donne à voir deux autres per­son­nages : de Gaulle et le phi­lo­sophe mar­xiste Michel Clouscard. Soral fait preuve d’un syn­cré­tisme à tout crin : il mélange les réfé­rences à même de séduire son public (et bien­tôt son élec­to­rat ?), sans craindre le moins du monde les contra­dic­tions et, pis, les détour­ne­ments de cadavres. Le bio­graphe de Thomas Sankara, Bruno Jaffré, le rap­pe­lait déjà dans le pre­mier numé­ro de la pré­sente revue, à pro­pos d’Égalité & Réconciliation : « Ils jouent. Ils essaient de mordre sur la jeu­nesse immi­grée. Ce n’est pas du tout le même monde poli­tique. […] C’est une entre­prise de récu­pé­ra­tion poli­tique. C’est vrai qu’il fau­drait faire un article pour rap­pe­ler que Chávez et Sankara n’ont rien à voir avec eux. Sankara était pro­fon­dé­ment huma­niste. Ces gens-là mélangent le natio­na­lisme avec l’antisémitisme : c’est dan­ge­reux6. »

chavezmelenchon

Rencontre entre socia­listes : Mélenchon et Hugo Chávez (DR)

Les ouvrages de Soral fonc­tionnent pareille­ment : Comprendre l’Empire fait la part belle, pêle-mêle, à Robespierre, Marx, Bakounine, Proudhon, Orwell et Georges Sorel (quoique ce der­nier fût une figure déjà plus ambi­guë, un pied dans le syn­di­ca­lisme révo­lu­tion­naire et l’autre, un temps, à l’Action fran­çaise), comme à Henri Béraud, anti­sé­mite auto-pro­cla­mé7, anti­com­mu­niste et par­ti­san de l’a­gres­sion mus­so­li­nienne de l’Éthiopie ; Jusqu’où va-t-on des­cendre ? s’ouvre sur une cita­tion du poète com­mu­niste Pasolini ; Sociologie du dra­gueur est dédié à la mémoire du pen­seur mar­xiste Lucien Goldmann ; Vers la fémi­ni­sa­tion ? com­mence sur deux phrases, signées Clouscard et Georg Lukács, phi­lo­sophe mar­xiste qui par­ti­ci­pa à la République des conseils de Hongrie ; Misères du Désir et CHUTe ! se placent sous l’é­toile de Céline, écri­vain fétiche de Soral (qu’il célèbre notam­ment pour ses pam­phlets hos­tiles aux Juifs). Sa mai­son d’é­di­tion, Kontre Kulture, est une illus­tra­tion plus criante encore de cette confu­sion idéo­lo­gique : on peut y ache­ter, côte à côte, des ouvrages des liber­taires Lazare, Kropotkine, Bakounine et Thoreau, des contre-révo­lu­tion­naires Maurras, Delassus, de Poncins, des com­mu­nistes Marx et Childe Vere Gordon, du col­la­bo­ra­teur vichyste Bonnard, du poète fas­ciste Ezra Pound ou encore du pan­afri­cain Sankara – sans par­ler des réédi­tions d’ou­vrages ouver­te­ment anti­sé­mites : La France juive de Drumont ou Le Juif inter­na­tio­nal d’Henry Ford. Un fourre-tout mal arti­cu­lé et invrai­sem­blable, une auberge espa­gnole qui ne tient que par le cha­risme fédé­ra­teur de son lea­der, Alain Soral. Un mot sur l’om­ni­pré­sent Clouscard : en 2007, le pen­seur avait tenu à se dis­so­cier clai­re­ment de cette cap­ta­tion, dans les colonnes de LHumanité : « Associer donc d’une manière quel­conque nos deux noms s’ap­pa­rente à un détour­ne­ment de fonds. Il s’a­vère qu’Alain Soral croit bon de déri­ver vers l’ex­trême droite (cam­pagne pour le FN). Il veut y asso­cier ma per­sonne, y com­pris en uti­li­sant mes pho­tos à ma totale stu­pé­fac­tion. Je n’ai en aucun cas auto­ri­sé Alain Soral à se pré­va­loir de mon sou­tien dans ses menées pro­le­pé­nistes. Le Pen est aux anti­podes de ma pen­sée8» Soral avait répon­du dans son ouvrage Chroniques d’a­vant-guerre : Clouscard n’é­tait fina­le­ment qu’un « vieux puceau9 ».

« Un fourre-tout mal arti­cu­lé et invrai­sem­blable, une auberge espa­gnole qui ne tient que par le cha­risme fédé­ra­teur de son lea­der, Alain Soral. »

Ses inter­ven­tions foi­sonnent, ses vidéos pul­lulent sur la toile, mais le doute sub­siste par­fois. Disiz le recon­naît lui-même, il y a quelques jours de cela, en mai 2015 : il a des sus­pi­cions quant à son racisme, avé­ré ou non, mais « c’est trop vague », « c’est trop flou10 ». Soral est pour­tant tout sauf obs­cur ou vapo­reux. Il ne se cache de rien, s’a­vance à décou­vert et répète à qui veut l’en­tendre qu’il n’est pas un démo­crate, qu’il se reven­dique expli­ci­te­ment du natio­nal-socia­lisme (fran­çais, pré­cise-t-il, puis­qu’il a des diver­gences avec le modèle hit­lé­rien du fait du mépris que ce der­nier avait pour la France) et qu’il se montre proche des mou­ve­ments néo­fas­cistes ita­liens (comme CasaPound). Les élé­ments ne manquent pas et les faits, pour qui veut, sont dis­po­nibles.

On déplo­re­ra que ses adver­saires les plus média­tiques et les plus bruyants aient tout entre­pris, par leur incom­pé­tence, leur inep­tie ou leur com­pro­mis­sion avec le pou­voir (de Fourest au CRIF, de Bernard-Henri Lévy à Manuel Valls, d’Alain Finkielkraut à cer­tains grou­pus­cules hys­té­riques de l’ex­trême gauche), pour ren­for­cer son cré­dit et son aura de dis­si­dent et de pros­crit. Vérité déplai­sante : le triomphe de Soral, comme celui de Dieudonné (far­ceur de talent deve­nu ren­tier du mau­vais goût, com­mer­çant de la divi­sion et usu­rier du res­sen­ti­ment), est, dans une cer­taine mesure, l’œuvre de la gauche et des « démo­crates » aux com­mandes. Par la cri­mi­na­li­sa­tion constante et per­ma­nente de la parole, fût-elle infecte, qui trans­forme les médiocres en mar­tyrs (remer­cions nombre d’as­so­cia­tions, tou­jours prêtes à se muer en offi­cines poli­cières : « Mais oui, écri­vit pour­tant le com­mu­niste liber­taire Alexandre Berkman. Laissons-les par­ler de tout leur soûl. Les en empê­cher ne ser­vi­rait qu’à créer une nou­velle classe de per­sé­cu­tés et ral­lier ain­si le peuple à leur cause. La sup­pres­sion de la liber­té de parole et de la liber­té de la presse ne serait pas seule­ment une offense théo­rique à la liber­té ; la sup­pri­mer serait por­ter un coup direct aux fon­da­tions mêmes de la révo­lu­tion. ») ; par la chape de plomb qui étouffe la ques­tion pales­ti­nienne (l’ap­pa­reil poli­tique fran­çais n’ayant, semble-t-il, qu’une pré­oc­cu­pa­tion à valeur de pas­sion : applau­dir à toutes les déci­sions israé­liennes) ; par la mas­ca­rade média­tique et poli­tique per­ma­nente qui, sur­tout lors­qu’elle se réclame du socia­lisme ou de la gauche, jette dans les bras des extrêmes les citoyens déçus, tra­his et en colère ; par l’a­ber­rante et contre-pro­duc­tive loi Gayssot, qui sus­cite des voca­tions néga­tion­nistes en série au nom du res­pect, pour­tant des plus légi­times, de la mémoire (le pen­seur liber­taire Noam Chomsky a sur le sujet une posi­tion on ne peut plus rai­son­nable : l’État n’a pas à dic­ter l’Histoire, sauf à vou­loir sin­ger Staline) ; par la manie que la gauche cri­tique, du haut de ses chaires jar­gon­neuses, a de se cou­per des gens du com­mun – ceux à qui Soral dédie plu­sieurs de ses livres et dit vou­loir repré­sen­ter, avec une sin­cé­ri­té que l’on ne sau­rait mesu­rer : les petits, les sans-grades, les beaufs, les dépos­sé­dés et les oubliés des paillettes et des pla­teaux de télé­vi­sion. Il est ensuite aisé, pour un rhé­teur brillant et culti­vé par­lant sans chi­chis (à tel point que per­sonne, ou presque, ne s’a­ven­ture à débattre avec lui), de s’emparer du dra­peau de la « dis­si­dence » quand le « sys­tème » fait tout pour lui offrir cette place, de pro­cès en pro­cès et de condam­na­tions en condam­na­tions. La gauche cri­tique et l’ex­trême gauche ont régu­liè­re­ment accès aux médias de masse (Besancenot dans Vivement dimanche !, Mélenchon dans Touche pas à mon poste) : Soral peut à loi­sir éta­ler sa cré­di­bi­li­té de sub­ver­sif : plus per­sonne ne l’in­vite. Égalité & Réconciliation a su, mal­heu­reu­se­ment mieux que ses enne­mis, construire un contre-espace, un contre-monde, « des formes de dif­fu­sions paral­lèles11 », dirait Rancière : édi­tion de livres, édu­ca­tion popu­laire en ligne, stages, par­te­na­riats divers (gas­tro­no­mie, vini­cul­ture) – et, par la voix appa­rem­ment ludique de Dieudonné, un pro­jet d’as­su­rances et, à terme, de banque à voca­tion « révo­lu­tion­naire ».

casapound

CasaPound (DR)

Cet article, fort d’une lec­ture exhaus­tive de son œuvre, se charge donc de ras­sem­bler les élé­ments dis­po­nibles en un même espace afin qu’il ne soit plus pos­sible, comme on le lit ou l’en­tend trop sou­vent, de pré­tendre que Soral, il est vrai, « dépasse par­fois les bornes », « dit des conne­ries », « exa­gère », mais que, tout de même, l’homme « a rai­son sur plein de choses » et qu’il est « bon sur le fond, si on oublie la forme ». Qu’il ne soit plus pos­sible d’en­tendre un Étienne Chouard, qui se reven­dique pour­tant de la gauche et de la tra­di­tion liber­taire, décla­rer : « Pour moi, Alain Soral est à gauche parce qu’il se bat contre les pri­vi­lèges. C’est un résis­tant12. » Quand il n’a­joute pas : « Les gens qui sont der­rière Soral, j’en vois plein, c’est des humains comme vous et moi : ils cherchent le bien com­mun à leur façon13. »

« Vérité déplai­sante : le triomphe de Soral, comme celui de Dieudonné, est, dans une cer­taine mesure, l’œuvre de la gauche et des « démo­crates » aux com­mandes. »

La pen­sée sora­lienne se passe d’exé­gèse tant elle est lim­pide – pour ne pas dire simple, ôté le ver­nis rhé­to­rique et sophis­tique par­fois, sinon sou­vent, habile et sédui­sant pour les esprits en quête d’une expli­ca­tion hâtive et fruste du monde et de ses rap­ports de force. Notre objet n’est pas, ici, de pré­sen­ter ses thèses prin­ci­pales (sur le fémi­nisme, la Banque, la poli­tique étran­gère nord-amé­ri­caine, le désir comme moteur de consom­ma­tion, le libé­ra­lisme-liber­taire, le com­mu­nau­ta­risme, la laï­ci­té ou encore le sio­nisme), ni de cher­cher à les réfu­ter une à une (un article, par sa forme, ne le per­met abso­lu­ment pas), mais de mettre en évi­dence les élé­ments, enra­ci­nés dans toute son œuvre (et non pas à la marge, au détour d’une dis­cus­sion ou d’un jour de colère, comme cer­tains le pensent naï­ve­ment), qui attestent que Soral ne peut et ne pour­ra jamais être un point d’ap­pui, un allié et un com­pa­gnon de route de l’é­man­ci­pa­tion : ni dans la lutte ô com­bien légi­time contre l’oc­cu­pa­tion de la Palestine, ni dans la lutte ô com­bien néces­saire contre l’im­pé­ria­lisme et l’hé­gé­mo­nie atlan­tiste, ni dans la lutte ô com­bien pri­mor­diale contre la bour­geoi­sie de droite et de gauche et les tra­hi­sons suc­ces­sives de leurs gou­ver­ne­ments répu­bli­cains, tou­jours sou­cieux de leur classe et jamais des milieux popu­laires. Et s’il est évi­dem­ment pos­sible, au regard de la somme d’élé­ments qu’il aborde, de le rejoindre sur tel ou tel point du fait de ses fon­da­men­taux socia­listes et mar­xistes (sa sœur rap­pelle qu’il était même anar­chiste dans sa jeu­nesse, avant d’en­trer au Parti com­mu­niste), rien ne jus­ti­fie, selon la ren­gaine bien connue, de frayer avec les enne­mis de nos enne­mis. C’est d’ailleurs là une constance his­to­rique : révo­lu­tion­naires et contre-révo­lu­tion­naires, socia­listes et nos­tal­giques de l’Ancien régime ont sou­vent pu se retrou­ver sur cer­tains axes, dans leurs cri­tiques de la bour­geoi­sie ou de la cor­rup­tion par­le­men­taire — du bou­lan­gisme au Cercle Proudhon. Soral reprend le flam­beau et reven­dique l’hé­ri­tage du CNR (où, pour vaincre l’oc­cu­pa­tion alle­mande, cagou­lards et com­mu­nistes s’u­nirent tant bien que mal) et, dans Chroniques d’a­vant-guerre, déplore qu’il ne soit pas pos­sible de fusion­ner le Front natio­nal et le Front de gauche (il prend éga­le­ment l’exemple liba­nais de Nasrallah, musul­man, s’al­liant au géné­ral Aoun, chré­tien). Les pro­pos qui suivent se chargent de rap­pe­ler que per­sonne, dans la lutte contre l’ordre en place, n’a à gagner à s’al­lier avec « la Dissidence ». « J’ai écrit des grands livres14 », a‑t-il assé­né un jour : petit flo­ri­lège, en guise de boîte à outils, pour s’en convaincre…

Les Noirs, les Arabes, les Juifs et les Gitans

Une affaire pri­vée ren­due publique fut un choc pour cer­tains de ses sou­tiens. La chan­teuse Binti, d’o­ri­gine came­rou­naise, reçut les mes­sages sui­vants : « Les blancs prennent les blacks pour des putes (ce qu’elles sont le plus sou­vent). », « Finalement il ne te reste de sûr que les juifs et les pédés ! », « Les pédés comme amis pour t’écouter chia­ler que ton des­tin c’est d’être une pute à juifs… », « Dans 10 ans ton corps sera tout sec, et avec ton gros pif sémite, tu res­sem­ble­ras à un vieux chef indien ! Sur le mar­ché du tra­vail tu ne vau­dras plus rien15... » Soral ne cher­cha pas à nier ; il les assu­ma même.

« Plus je vois la merde noire (cor­rup­tion, inté­grisme, géné­raux…) dans laquelle l’Algérie s’en­fonce un peu plus chaque jour, […] plus je me dis que leur seul espoir, c’est qu’on y retourne. »

S’il s’est par­fois pré­sen­té, notam­ment dans CHUTe !, comme le « défen­seur des beaufs et des Arabes » (p. 20) et qu’il s’est atti­ré de nom­breuses sym­pa­thies du fait de sa défense répé­tée de l’is­lam (comme reli­gion virile, modeste et éga­li­taire), il n’en reste pas moins que « l’a­ra­bo­phi­lie » sora­lienne s’a­vère avant tout stra­té­gique (récon­ci­lier les Gaulois et les Arabes pour évi­ter, par patrio­tisme, la guerre civile qui gron­de­rait en France). Il suf­fit de grat­ter un peu pour que s’é­caille la pein­ture fra­ter­nelle. Ainsi décrit-il, dans l’un de ses livres, le « petit sou­rire du raton fou­teur de merde » (C, p. 46) et le tem­pé­ra­ment « vicieux comme l’Arabo-ber­bère » d’un per­son­nage (p. 65). Jusqu’où va-t-on des­cendre ? oscille entre pater­na­lisme (« nos petits Beurs », p. 82) et mépris franc (la France est détruite, car deve­nue un pays « enva­hi de Maghrébins hos­tiles », p. 106), et donne à recon­si­dé­rer sérieu­se­ment l’an­ti­co­lo­nia­lisme affi­ché par les figures fon­da­trices de son mou­ve­ment (Guevara, Sankara, Lumumba) : « Plus je vois la merde noire (cor­rup­tion, inté­grisme, géné­raux…) dans laquelle l’Algérie s’en­fonce un peu plus chaque jour, […] plus je me dis que leur seul espoir, c’est qu’on y retourne. » (p. 13) Même ode aux bien­faits de la colo­ni­sa­tion, durant une inter­ven­tion fil­mée, lorsque Soral s’at­taque à la porte-parole des Indigènes de la République (ce qui ne l’empêche pas, quant à elle, de faire l’é­loge des couples non-mixtes, dans les pages de Vacarme, c’est-à-dire de limi­ter autant que faire se peut les unions entre « raci­sés » et « Blancs ») : « Houria Bouteldja est la preuve de la réus­site totale de la colo­ni­sa­tion, car sans la colo­ni­sa­tion, cette petite Algérienne serait aujourd’hui tatouée en bleu sur le front, dans un bled de moyenne mon­tagne, elle aurait été mariée de force, ce qui est nor­mal dans une socié­té patriar­cale tra­di­tion­nelle, elle aurait six gosses et elle fer­me­rait sa gueule16 ». Soral aime à bras­ser les caté­go­ries larges et les grands ensembles — maître en essen­tia­li­sa­tion, les Arabes issus de l’Afrique du Nord en font aus­si les frais : « Les Maghrébins, vous par­lez fort et vous êtes d’une lâche­té, sur le ter­rain, inouïe17 » ou encore « Il aboyait fort, parce que les Maghrébins ne savent pas deman­der gen­ti­ment18» Aussi, il s’en prend à la culture nord-afri­caine, juive ou non, pour faire l’é­loge du Nord, des Celtes et de la culture chré­tienne : « Nous, on se met pas à hur­ler, à pleur­ni­cher, y’a pas de youyous, etc. C’est deux cultures19. » Réconciliation, vrai­ment ?

Disiz et Médine 

Même son de cloche avec les Ukrainiens (« Putes ukrai­niennes, c’est un pléo­nasme20 »), les Gitans (« bra­queur sur­ar­mé répu­té pour son goût du sang », JO, p. 128) et les Rroms (« On a un afflux mas­sif, je dirais, de la pire racaille que l’humanité ait por­té, c’est-à-dire les Rroms de l’Est, alba­no-rou­ma­no-etc.21 »). Les Juifs, on ne l’i­gnore pas, consti­tuent sans contre­dit sa mire de pré­di­lec­tion. Dresser la liste de ses assauts aurait tôt fait d’u­ser le lec­teur ; conten­tons-nous de quelques pages. Comprendre l’Empire : « la volon­té de domi­na­tion juive » (p. 69), « son omni­pré­sence et son omni­po­tence avé­rées dans tous les sec­teurs clefs de la finance, de la poli­tique, des médias et des sciences » (p. 110), « une flo­pée de sociaux-traîtres dont énu­mé­rer les noms évo­que­rait immé­dia­te­ment la liste de Schindler » (p. 134), Sarkozy aux ori­gines « dou­teuses » (p. 175) ; Dialogues désac­cor­dés : « Rosenberg, le vrai nom pas du tout catho­lique de Madame Sinclair » (pp. 27–28), « gauche juive » (p. 29), « l’é­cra­sante domi­na­tion juive » (p. 40) ; Misères du Désir : « Beaucoup de Benamou, Benichou » (p. 59), « éga­le­ment ash­ké­naze (je constate) » (p. 92). Obsession névro­tique des ori­gines, à tel point qu’il ne peut men­tion­ner une seule per­sonne sans pré­ci­ser son appar­te­nance eth­nique ou com­mu­nau­taire — quand bien même celle-ci ne s’en reven­dique jamais.

« On a vu le petit Elkabbach – là, c’est mon ana­lyse un peu plus racia­lo-com­mu­nau­taire –, qui est le petit sémite séfa­rade, se sou­mettre fina­le­ment comme une femme à quel­qu’un [Poutine] qui repré­sente encore, je dirais, la viri­li­té aryenne. »

Soral pos­sède néan­moins trois pirouettes en la matière : la pre­mière, reven­di­quer les écri­vains juifs qu’il affec­tionne (Marx, Goldmann, etc.) ; la seconde, mettre en avant, selon la logique bien connue, ses « amis » juifs (ils sont deux : Jacob Cohen et le musi­cien Gilad Atzmon — ce der­nier a même été désa­voué publi­que­ment, du fait de ses « argu­ments racistes », par un col­lec­tif de pen­seurs pales­ti­niens22…) ; la troi­sième, répé­ter qu’il n’est pas anti­sé­mite mais judéo­phobe ou judéo­cri­tique (autre­ment dit : qu’il cible « l’i­déo­lo­gie juive », comme sys­tème de pen­sée, et non les êtres en tant que per­sonnes de chair et d’os), et, sur­tout, qu’il ne s’en prend jamais à ceux qu’il nomme les « Juifs sur les bords » ou « Juifs du quo­ti­dien ». La défense s’é­croule pour­tant dès l’ins­tant où il déclare, en juin 2014 : « On a vu le petit Elkabbach – là, c’est mon ana­lyse un peu plus racia­lo-com­mu­nau­taire –, qui est le petit sémite séfa­rade, se sou­mettre fina­le­ment comme une femme à quel­qu’un [Poutine] qui repré­sente encore, je dirais, la viri­li­té aryenne, d’une cer­taine manière – même si elle est slave. Et ça, c’est la juste hié­rar­chie tra­di­tion­nelle, vous voyez. Quand Poutine ouvre sa gueule, un Elkabbach la ferme. Et c’est comme ça que doit se conce­voir un monde qui fonc­tionne bien23. » Jean-Pierre Elkabbach est très clai­re­ment atta­qué en tant qu’in­di­vi­du membre d’une com­mu­nau­té eth­nique déter­mi­née. Autre exemple : un jour­na­liste inter­roge Soral et lui demande ce qu’il juge obs­cène, en matière de lit­té­ra­ture. Sans éton­ne­ment, Soral embraie sitôt, le visage tra­ver­sé de suc­ces­sives moues écœu­rées : « J’ai res­sen­ti un vif dégoût en lisant des pages plus ou moins auto­bio­gra­phiques de… ce n’est pas un hasard… Albert Cohen. Le type qui a écrit Belle du Seigneur et Mangeclous. Ça, ça me répugne. Il y a ce côté… je ne vais pas dire le mot pour ne pas m’at­ti­rer d’en­nuis, mais ce côté com­plai­sant, mis en scène, y’a du Elie Wiesel chez Albert Cohen. C’est pas un hasard. Ça m’in­sup­porte. Moi je suis un goy du Nord, il y a le côté on se tourne pour pleu­rer, on pleure jamais face à la camé­ra. Sinon tout le reste c’est la famille, c’est Claude Lelouch, Boujenah, ça sent l’huile quoi… […] J’ai d’ailleurs res­sen­ti cette gêne sans jamais iden­ti­fier qu’il y avait une ori­gine eth­ni­co-cultu­relle là-dedans. J’ai tou­jours détes­té les films de Woody Allen, qui sont incroya­ble­ment nar­cis­siques et com­plai­sants, et médiocres. Ça m’a tou­jours insup­por­té. Même les films des frères Coen. […] Pleurer face à la camé­ra pour tirer les larmes du goy et lui faire les poches. C’est une évi­dence, on le voit. Mangeclous et Belle du Seigneur, c’est insup­por­table. En plus d’é­normes pavés, comme ça, c’est gras, c’est gras. C’est une culture, quoi. Quand on aime ça… Aujourd’hui on est sub­mer­gé par cette merde. […] Mon monde à moi, qui est le monde de la pudeur du Nord, de la pudeur hélé­no-chré­tienne, de la rete­nue, de l’é­mo­tion sub­tile, etc., a été dévas­té par la vul­ga­ri­té séfa­rade, il faut le dire, judéo-médi­ter­ra­néenne. C’est une souf­france ter­rible pour nous24» Le sio­nisme n’a, ici, stric­te­ment rien à faire. Pas plus que la cri­tique de l’Ancien Testament ou de la méta­phy­sique juive. Seulement le racisme crasse.

Lisons ou reli­sons le psy­chiatre anti­co­lo­nia­liste antillais Frantz Fanon : « C’est mon pro­fes­seur de phi­lo­so­phie, d’o­ri­gine antillaise, qui me le rap­pe­lait un jour : « Quand vous enten­dez dire du mal des Juifs, dres­sez l’o­reille, on parle de vous. » Et je pen­sais qu’il avait rai­son uni­ver­sel­le­ment, enten­dant par là que j’é­tais res­pon­sable, dans mon corps et dans mon âme, du sort réser­vé à mon frère. Depuis lors, j’ai com­pris qu’il vou­lait tout sim­ple­ment dire : un anti­sé­mite est for­cé­ment négro­phobe. » (Peaux noires, masques blancs, paru en 1952)

Les femmes

« Se pose dès lors la ques­tion du viol. Délicate, estime-t-il – puisque la femme n’é­prouve pas « de fron­tière franche entre le « oui » et le « non » ». »

Sans doute l’un des fils rouges de trois décen­nies de publi­ca­tions. Dans Sociologie du dra­gueur, quand il ne parle pas de « salope flip­pée » et de « fémi­niste cryp­to-les­bienne », il ana­lyse la gent fémi­nine en quatre caté­go­ries : les salopes, les bon­niches, les folles et la femme-miracle. Mais toutes, par nature, ne savent pas s’ex­pri­mer clai­re­ment : « Une femme qui dit « non » est une femme qui dit « peut-être » et qu’une femme qui dit « peut-être » est une femme qui dit « oui25. » Se pose dès lors la ques­tion du viol. Délicate, estime-t-il – puisque, de nou­veau, la femme n’é­prouve pas « de fron­tière franche entre le « oui » et le « non » » (p. 113). Le viol est, pour le dra­gueur aguer­ri, un « défaut de maî­trise » (p. 114), une faute d’a­ma­teur en matière de tech­nique. Et lors­qu’il parle de har­cè­le­ment sexuel, il ne s’a­git bien sûr pas de celui que les femmes ont régu­liè­re­ment à subir (au tra­vail ou dans la rue), mais de celui que les hommes endurent par l’af­fi­chage quo­ti­dien de femmes dévê­tues dans les espaces publics – har­cè­le­ment qui génère la frus­tra­tion des hommes et pour­rait abou­tir à ce genre de « consé­quences funestes », c’est-à-dire le viol (p. 114). Soral n’est du reste pas avare en recom­man­da­tions, sur le ter­rain des rap­ports sexuels, consen­tis, cette fois : « Plus vous entrez sèche­ment, plus votre sen­ti­ment de la péné­trer sera fort » (p. 105) ; « son plai­sir étant parent de la dou­leur, croyez qu’elle appré­cie­ra » (ibid) ; « jouis­sez, elle joui­ra » (p. 106) ; « aus­si­tôt joui, bar­rez-vous » (p. 107). Dans CHUTe ! Éloge de la dis­grâce, il explique « com­ment bai­ser une vraie bonne salope » (p. 93). Du fait de ses dis­po­si­tions bio­lo­giques et men­tales, écrit-il aus­si, la femme s’a­vère moins apte que l’homme à pen­ser (elle n’a que très rare­ment une « vision glo­bale cohé­rente », SD, p. 155). Pour appuyer ses dires, il prend l’exemple de Arendt et Badinter, en jugeant de « l’im­bé­ci­li­té » de leurs œuvres res­pec­tives (Arendt revient à plu­sieurs reprises, dans ses livres, pour étayer ce même argu­ment). La femme, du fait, notam­ment, de son « trou » ana­to­mique, ne peut « péné­trer l’ob­jet » (SD, p. 160), c’est-à-dire la pen­sée dans son abs­trac­tion la plus pure – d’où sa pro­pen­sion à l’ir­ra­tion­nel, l’é­mo­tion, l’in­tui­tion et l’as­tro­lo­gie. « La femme est pro­fon­dé­ment inapte à cette acti­vi­té sérieuse et exi­geante qu’est la pen­sée » (ibid). Existent tou­te­fois quelques excep­tions, ajoute-t-il, liées à des tra­jec­toires indi­vi­duelles obliques, comme Rosa Luxemburg et Jeanne d’Arc.

Jeanne d’Arc, par Dillens (vers 1850)

Dégoût phy­sique et psy­cho­lo­gisme lapi­daire émaillent l’ou­vrage : la vulve des femmes est « sup­pu­rante et nau­séa­bonde » et « la jeune fille pue dans la plu­part des cas » (SD, p. 31) ; « en bai­sant la fille, le dra­gueur baise d’a­bord sa propre mère » (p. 61), « dans un visage de femme, le jeune homme cher­cher d’a­bord à retrou­ver sa mère » (p. 86.) et « l’at­ta­che­ment mys­tique de l’homme à sa mère et le besoin frustre qu’il a de péné­trer » (p. 225). Dans un autre livre, Misères du Désir, il com­pare le sexe fémi­nin à du mou de veau et rap­pelle « com­bien le sexe est vil » (p. 61) et com­bien « elle n’est pas bien belle l’o­ri­gine du monde » (p. 60), après voir évo­qué cette « ruse de la Nature qui nous met les femmes au cœur pour mieux nous pous­ser à y four­rer la bite » (p. 35). L’homme, ajoute-t-il, est fait pour la guerre, la poli­tique et la pen­sée ; la femme pour l’en­fan­te­ment et la ges­tion maté­rielle de l’exis­tence (« leur nature de pon­deuse », p. 41). Il aborde dans le même ouvrage la mort de Marie Trintignant, en 2003, sous les coups de Bertrand Cantat. « Le vrai scan­dale » de cette affaire, pense-t-il, c’est d’a­bord « la délo­ca­li­sa­tion d’une pro­duc­tion de la télé­vi­sion natio­nale » (p. 149), puisque le tour­nage se dérou­lait en Lituanie. « La vio­lence phy­sique du mâle est sur­tout son aveu d’im­puis­sance. Devant tant d’ha­bi­le­té, de roue­rie [fémi­nine], il arrive que ces âmes angu­leuses et simples, tout en émo­ti­vi­té, soient comme les résis­tants du Hamas confron­tés aux mani­pu­la­tions sio­nistes : elles explosent ! » (p. 154) Il pour­suit, tou­jours à pro­pos de Cantat : « Je suis sûr qu’il ne l’a pas frap­pée pour lui voler son sac. Il a quand même fal­lu qu’elle lui en dise des mots vexants, humi­liants, déses­pé­rants… qu’elle le pousse sacré­ment à bout, le gen­til nou­nours, pour qu’il voie rouge et qu’il déjante. […] Oserais-je avan­cer qu’il a cra­qué, non pas parce qu’il était un monstre, une bête, mais parce qu’il était trop humain ? » (pp. 155–156). La vio­lence ? Il l’as­sume, et recon­naît avoir giflé deux femmes et « dérouillé vrai­ment » une troi­sième (p. 157). Il raconte même : « Je l’é­tran­glai, elle tom­ba au sol. […] Je devins vrai­ment fou, je la cognai, je la cognai… comme dans un rêve… un cau­che­mar. » (p. 158)

« Je l’é­tran­glai, elle tom­ba au sol. […] Je devins vrai­ment fou, je la cognai, je la cognai… comme dans un rêve… un cau­che­mar. »

Soral, qui en appelle à abattre le fémi­nisme du fait des « ravages » qu’il génère, le décrit comme « une sou­mis­sion non sue à la mas­cu­li­ni­té » (SD, p. 189). Sans sur­prise, les fémi­nistes sont sous sa plume des « har­pies » et des « hys­té­riques ». Il fait état, dans Jusqu’où va-t-on des­cendre ?, de « leur men­ta­li­té d’a­vor­teuse, leur ten­dance à l’in­fan­ti­cide » (p. 100), et, dans Socrate à Saint-Tropez, affirme que le « fémi­nisme est en fait un mépris des femmes » (p. 332) (doit-on en déduire que le sora­lisme signi­fie­rait leur res­pect ?). Notons, en pas­sant, que le har­cè­le­ment sexuel n’existe pas, nous l’a­vons lu, sauf lors­qu’il per­met de louer la bur­qa : cette « jolie bur­qa bleue qui pro­tège la musul­mane du har­cè­le­ment sexuel » (Jusqu’où va-t-on des­cendre ?, p. 179). L’essayiste n’est jamais à une contra­dic­tion près : il lui arrive de déplo­rer le retour à l’irrationalité (musul­mane — voir Socrate à Saint-Tropez) tout en trai­tant de « sata­niques » la plu­part de ses enne­mis ; il n’a de cesse de faire l’é­loge du tra­vail pro­duc­tif tout en recon­nais­sant avoir tout fait pour fuir ledit tra­vail (« Quand on a été sala­rié du ter­tiaire et qu’on a conduit une bagnole dans Paris pen­dant des années, on est un unter­mensch26 », déclare-t-il tran­quille­ment — c’est-à-dire, en alle­mand, un sous-homme).

Les homosexuels

Une autre cible de choix (dont le révo­lu­tion­naire afro-amé­ri­cain, Huey P. Newton, fon­da­teur des Black Panthers, disait qu’ils étaient « peut-être la popu­la­tion la plus oppri­mée de la socié­té » et qu’il fal­lait, dès lors, « for­mer des coa­li­tions avec les groupes de libé­ra­tion des femmes et des gays27 »). Les gays, écrit Soral dans Sociologie du dra­gueur, sont « l’en­semble des effé­mi­nés du ter­tiaire dont la conscience poli­tique se limite au droit de se faire encu­ler » (p. 196). Ils sont aus­si des « pédés bran­chés » (p. 80) et les hommes qui nouent de sin­cères rela­tions ami­cales avec les femmes ont « une men­ta­li­té de pédé » (p. 82) (le séduc­teur, qu’il oppose au dra­gueur de rue, dont il se récla­mait alors, est quant à lui « poli­ti­que­ment émas­cu­lé », p. 73). Quand il n’en parle pas comme des « pédés », c’est pour les décrire comme des « sodo­mites », des « inver­tis », des « fiottes » et des « tan­touzes ». Il dénonce, dans Misères du Désir, la « mul­ti­pli­ca­tion des fiottes dans nos sociales démo­cra­ties urbaines occi­den­tales » (p. 166) et classe, dans Vers la fémi­ni­sa­tion ? Démontage d’un com­plot anti­dé­mo­cra­tique (paru en 1999, il reprend en grande par­tie Sociologie du dra­gueur), les homo­sexuels en quelques caté­go­ries prin­ci­pales : le « pédé lit­té­raire », le « pédé com­mer­çant », le « pédé intel­lo-gau­chiste », le « pédé néo­fas­ciste » (sché­ma qu’il uti­lise éga­le­ment dans Jusqu’où va-t-on des­cendre ?).

« Alors que je les tolère, les sup­porte, ces créa­tures s’at­taquent à mon monde pour le détruire, par haine, esprit de ven­geance de l’a­nor­mal pour le nor­mal ! »

« Si les gays conti­nuent à se mul­ti­plier, note-t-il dans l’ou­vrage que l’on vient de men­tion­ner, ils risquent de mettre en dan­ger la sur­vie même du monde occi­den­tal » (p. 125). Et croit bon de consta­ter : « Il en sort de par­tout » (ibid). Dans Dialogues désac­cor­dés, ouvrage bâclé com­mis avec Éric Naulleau et paru en 2013, Soral enfonce un clou vieux de presque vingt ans : « Alors que je les tolère, les sup­porte, ces créa­tures s’at­taquent à mon monde pour le détruire, par haine, esprit de ven­geance de l’a­nor­mal pour le nor­mal ! » (p. 37) Et, assu­rant s’ins­pi­rer de Freud, explique que « l’ho­mo­sexua­li­té est une sexua­li­té déviante, tan­tôt imma­ture, tan­tôt per­verse, qui doit se pra­ti­quer dans la dis­cré­tion, avec un soup­çon de honte ! » (p. 40) Les déra­pages, pré­vient-il, ont tôt fait d’ar­ri­ver : « D’abord un doigt de femme pour finir par une bite d’im­mi­gré » (p. 42). Dans Chroniques de l’a­vant-guerre, lors­qu’il parle d’un réa­li­sa­teur, il ne peut à l’é­vi­dence s’empêcher de pré­ci­ser : « 8 Césars de l’ho­mo­sexuel Audiard28 ». Il n’est pas inin­té­res­sant de lire, dans Misères du Désir, qu’il éprou­va le besoin, pour savoir s’il était homo­sexuel ou non, d’a­voir une rela­tion sexuelle avec un homme (de façon active et pas­sive, indi­qua-t-il) – l’ex­pé­rience lui per­mit de conclure qu’il ne l’é­tait pas (un thème récur­rent dans son œuvre et son lan­gage : il achève d’ailleurs CHUTe ! en se met­tant ain­si en scène, du moins son double roma­nesque, dans un back room).

newton

Huey P. Newton (DAVID FENTON/ARCHIVE PHOTOS/GETTY)

Le pouvoir, après les livres ?

Soral a fait savoir qu’il était déjà ren­tré dans la petite Histoire et qu’il n’ap­par­te­nait qu’à la grande de l’ac­cueillir. Il suf­fi­rait, pour cela, de troubles révo­lu­tion­naires en Europe afin qu’il puisse deve­nir Robespierre, son modèle et héros depuis l’a­do­les­cence. Il y a quelques années, Taddéi lui avait deman­dé s’il pour­rait faire cou­ler le sang afin que s’ac­com­plissent ses idées ; Soral de répondre, plus ou moins fan­fa­ron : « Bien sûr, si on veut sau­ver la France demain, il fau­dra tuer quelques per­sonnes. C’est une évi­dence, oui. […] Les gens ont peur de moi, parce qu’ils se disent que si un mec comme moi pre­nait le pou­voir, ils seraient peut-être effec­ti­ve­ment un peu en dan­ger de mort. Et ils n’ont pas tout à fait tort de le pen­ser. Ils me flattent. […] Je rêve­rais de pou­voir faire plus que de faire rire les gens et les ins­truire, je rêve­rais de punir les méchants. […] Je pense quelque part avoir un devoir moral d’ai­der les gens29 ». Plus récem­ment, en juin 2014, il enté­ri­nait : « Quand je pren­drai le pou­voir, car je fini­rai par le prendre un jour, je remet­trai tout ça bien en place29. » Dans Dialogues désac­cor­dés, il écrit encore : « J’aspire à l’a­vè­ne­ment d’un lea­der auto­ri­taire » (p. 72). Et s’il reproche à Trotsky son goût (juif, pré­cise-t-il) pour la ven­geance, notre Gaulois n’est pour­tant pas en reste : il confesse, dans la pré­face de son roman La Vie d’un vau­rien, s’être ins­crit au PCF pour se « ven­ger » (p. 9) et déclare, dans CHUTe ! : « L’envie de tuer m’a tenu » (p. 52).

« Quand je pren­drai le pou­voir, car je fini­rai par le prendre un jour, je remet­trai tout ça bien en place. »

Le châ­ti­ment, dou­blé d’une obses­sion de la Vertu, sature ses textes. Il rap­pelle, dans Jusqu’où va-t-on des­cendre ?, le plai­sir qui fut le sien de voir les tours amé­ri­caines s’é­crou­ler, au nom « de la morale et l’hu­ma­ni­té » (p. 240), et explique, dans Dialogues désac­cor­dés, qu’il ne songe qu’à une chose : « Dire le vrai au ser­vice du bien » (p. 24). Sous le masque de la Justice, le res­sen­ti­ment et la vio­lence sont à l’œuvre (un détail qui en dit assez long : la cor­ri­da est à ses yeux un « beau geste » où l’a­ni­mal fait « la décou­verte ultime de la beau­té », ST, p. 290). Et si tout Soral, au fond, tenait dans l’une des phrases de son ouvrage Misères du Désir ? « Je suis deve­nu polé­miste, cra­chant dans la soupe qu’on n’a pas vou­lu me ser­vir. » Page 57.

Toujours « flou » et « résis­tant », Soral ?


BIBLIOGRAPHIE

Éditions des ouvrages uti­li­sés :
– Chroniques de l’a­vant-guerre, Blanche, édi­tion numé­rique, février 2014
- Dialogues désac­cor­dés, Blanche / Hugo & Cie, octobre 2013

- Comprendre l’Empire, Blanche, jan­vier 2011
Vers la fémi­ni­sa­tion ?, Blanche, jan­vier 2008
- Jusqu’où-va-ton des­cendre ? [JO] et Socrate à Saint-Tropez [ST]dans le même recueil Abécédaires de la bêtise ambiante, Blanche, jan­vier 2008
Sociologie du dra­gueur [SD], Blanche, octobre 2007
CHUTe ! [C], Blanche, mars 2006
Misères du Désir, Blanche, mai 2004
La Vie d’un vau­rien, Blanche, août 2001
- Les deux pre­miers livres de Soral, Mouvements de mode expli­qués aux parents (1984) et La Création de mode (1987), n’ont pas été cités puis­qu’ils n’ont été d’au­cune uti­li­té lors de la rédac­tion du pré­sent article.


NOTES

1. http://bondyblog.liberation.fr/201505280001/medine-jai-la-vocation-dun-demineur/
2. https://www.youtube.com/watch?v=HFIBIU9uCrc
3. http://www.fakirpresse.info/L‑air-du-soupcon.html
4. http://www.dailymotion.com/video/x19g1fy_extrait-alain-soral-cite-jesus-christ-entretien-de-janvier-2013_news?start=208
5. Dialogues désac­cor­dés, Blanche, 2013, p. 157.
6. Voir revue Ballast, n° 1, édi­tée par ADEN.
7. Proudhon et Bakounine n’é­taient pas en reste, cela dit, ques­tion anti­sé­mi­tisme.
8. Clouscard, « Aux anti­podes de ma pen­sée », http://www.humanite.fr/node/368670
9. Chroniques de l’a­vant-guerre, Blanche, article « Le CNR n’est pas pour demain ! »
10. https://www.youtube.com/watch?v=HFIBIU9uCrc
11. Rancière, Moments poli­tiques, La Fabrique/LUX, 2009, p. 211.
12. http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-discours-trouble-d-etienne-chouard-contre-les-1-qui-se-gavent_1622043.html
13. https://www.youtube.com/watch?v=P835JQmtKOk
14. https://www.youtube.com/watch?v=9k1Bmyax2XA
15. http://www.streetpress.com/sujet/1416422707-soral-accuse-injures-racistes-mannequin
16. http://www.dailymotion.com/video/x876md_soral-houria-bouteldja-fermerait-sa_news
17. https://www.youtube.com/watch?v=7Lt4VjkWfj0
18. Avril 2012, https://www.youtube.com/watch?v=n3x95gn3Dt4
19. http://www.dailymotion.com/video/xfn3av_l-obscene-interview-alain-soral_webcam
20. Novembre 2012, https://www.youtube.com/watch?v=ECClblAPg6k
21. https://quartierslibres.wordpress.com/2014/05/19/linsecurite-la-vraie/
22. En anglais : http://www.maannews.com/Content.aspx?id=467843
23. http://www.acrimed.org/article4576.html
24. http://www.dailymotion.com/video/xfn3av_l-obscene-interview-alain-soral_webcam
25. Sociologie du dra­gueur, Blanche, 2007, p. 95.
26. https://www.youtube.com/watch?v=9k1Bmyax2XA
27. « Les mou­ve­ments de libé­ra­tion des femmes et des gays », dis­cours de Huey Newton, fon­da­teur des Black Panthers, 15 août 1970.
28. Chroniques de l’a­vant-guerre, op. cit., « Le bouc-émis­saires est tou­jours bien choi­si ».
29. https://www.youtube.com/watch?v=vSSphXXSeHU
30. Juin 2014, https://www.youtube.com/watch?v=8Z-r-CUR6h4

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 8

Notre huitième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Julien, une vie française (Léon Mazas) ▽ Marseille sous les décombres (Maya Mihindou) ▽ Rencontre avec Charles Piaget ▽ La gauche face à la technique (avec François Jarrige et Alex Williams) ▽ Athènes, lignes de front (Rosa Moussaoui) ▽ Les violences sexuelles au travail (Mélanie Simon-Franza, Stéphane Simard-Fernandez) ▽ Les animaux luttent aussi (Frédéric Côté-Boudreau) ▽ Nouvelles de l'Amassada (Roméo Bondon et Jules Gras) ▽ De l'esclavage à la coopération : chronique de la dépendance (Saïd Bouamama) ▽ Un portrait de Joris Evens (Thibauld Weiler) ▽ Au nouveau Tchangarey, Niger (Adam Elhadj Saidi Aboubacar et Marie Detemple) ▽ La dernière toile (Adeline Baldacchino) ▽ « Exit la terre » (Seyhmus Dagtekin)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.