Notre dixième numéro est toujours disponible en librairie et en ligne !
 

Ghassan Kanafani, anticolonialiste, écrivain et journaliste


Traduction d’un texte de NENA News pour le site de Ballast

Il compte comme l’une des voix impor­tantes de la lit­té­ra­ture pales­ti­nienne. De la lutte anti­co­lo­nia­liste, aus­si. Assassiné par les ser­vices secrets israé­liens en 1972, Ghassan Kanafani était le porte-parole de l’une des prin­ci­pales for­ma­tions pales­ti­niennes, le Front popu­laire de libé­ra­tion de la Palestine (FPLP) — une orga­ni­sa­tion mar­xiste-léni­niste fon­dée cinq ans plus tôt, au len­de­main de la guerre des Six Jours, c’est-à-dire de la défaite arabe et du tri­ple­ment de l’emprise ter­ri­to­riale israé­lienne. Combinant lutte armée et idéo­lo­gique, le FPLP affi­chait son oppo­si­tion à l’oc­cu­pa­tion comme aux forces réac­tion­naires arabes (féo­dales ou capi­ta­listes). Il enten­dait, par tous les moyens1, « faire sor­tir la ques­tion pales­ti­nienne de l’a­no­ny­mat2 », et aspi­rait à terme à la créa­tion d’un État unique, laïc et socia­liste, assu­rant aux deux peuples une égale citoyen­ne­té sur la terre his­to­rique de Palestine. Portrait. ☰ Par Ricardo Vaz et Raffaele Morgantini 


Kanafani est né le 8 avril 1936 à Acre, en Palestine. Il vit avec sa famille à Jaffa jus­qu’à ce qu’ils soient contraints de par­tir durant la Nakba (la « catas­trophe »), en 1948, pour fina­le­ment s’ins­tal­ler à Damas. Ayant vécu dans un camp de réfu­giés, il com­men­ce­ra à ensei­gner, plus tard, dans un camp de réfu­giés de l’UNRWA afin d’ai­der sa famille et de pou­voir pour­suivre ses études. Son expé­rience en leur sein trans­pa­raî­tra dans une grande par­tie de ses écrits. Au cours de ses études de lit­té­ra­ture arabe à l’u­ni­ver­si­té de Damas, il s’in­té­resse à la poli­tique et ren­contre Georges Habache3, alors chef du Mouvement des natio­na­listes arabes (ANM) ; il se met à tra­vailler à ses côtés. Après avoir ensei­gné quelques années durant au Koweït, où on lui a diag­nos­ti­qué un dia­bète sévère, Kanafani s’ins­talle à Beyrouth pour rejoindre la rédac­tion du maga­zine al-Hurriyya (Liberté) — à l’in­vi­ta­tion de Habache.

« Établir un seul et même État, sur la base d’une nou­velle socié­té, laïque et fon­dée sur la jus­tice sociale, en Palestine. »

En 1961, il épouse l’en­sei­gnante danoise Anni Hoover, venue à Beyrouth afin d’é­tu­dier la situa­tion des réfu­giés ; il publie un an plus tard son pre­mier grand ouvrage, Des hommes dans le soleil [رجال في الشمس]. Un suc­cès immé­dia­te­ment accla­mé dans tout le monde arabe. Dans les années 1960, Kanafani s’a­vère pour le moins pro­li­fique, tant sur le plan lit­té­raire que jour­na­lis­tique — au même moment, la résis­tance et la lutte armée pales­ti­niennes s’in­ten­si­fient. L’Organisation de libé­ra­tion de la Palestine (OLP) est fon­dée en 1965 et le Front popu­laire de libé­ra­tion de la Palestine (FPLP) deux ans après, rem­pla­çant l’ANM : Kanafani devient le rédac­teur en chef d’Al-Hadaf, l’or­gane du FPLP. Via une orien­ta­tion expli­ci­te­ment mar­xiste, le par­ti s’est enga­gé à résis­ter à l’oc­cu­pa­tion de la Palestine et à éta­blir un seul et même État, sur la base d’une nou­velle socié­té, laïque et fon­dée sur la jus­tice sociale, en Palestine. La période 1970–72 est dense en acti­vi­tés poli­tiques et armées ; Kanafani est alors membre du polit­bu­ro du FPLP et porte-parole de ce dernier.

Le FPLP consi­dère la lutte contre l’oc­cu­pa­tion israé­lienne comme rele­vant pour l’es­sen­tiel d’une résis­tance anti­co­lo­niale. Après les défaites de 1948, et sur­tout de 1967 [guerre des Six jours, ndlr], la lutte dans le domaine cultu­rel s’est avé­ré de toute impor­tance pour recou­vrer une iden­ti­té natio­nale pales­ti­nienne quo­ti­dienne, mena­cée par la dis­per­sion et le net­toyage eth­nique et cultu­rel. La pre­mière étape pour récu­pé­rer leur pays. Le 8 juillet 1972, Kanafani est tué à Beyrouth avec sa nièce Lamees, âgée de 17 ans, par une voi­ture pié­gée par le Mossad — et avec de fortes pré­somp­tions de col­lu­sion de la part des auto­ri­tés liba­naises. À pro­pos de ce meurtre de sang froid, sa sœur a écrit :

Le matin du same­di 8 juillet 1972, vers 10 h 30, Lamees et son oncle sor­taient ensemble à Beyrouth. Une minute après leur départ, nous avons enten­du le bruit d’une très forte explo­sion qui a secoué tout le bâti­ment. Nous avons tout de suite eu peur — mais notre peur était pour Ghassan, non pour Lamees, car nous avions oublié qu’elle se trou­vait avec lui et nous savions que Ghassan était la cible de l’ex­plo­sion. Nous avons cou­ru dehors, nous appe­lions tous Ghassan et pas un seul d’entre nous n’ap­pe­lait Lamees. Elle était encore une enfant de 17 ans. Tout son être aspi­rait à la vie, était plein de vie. Mais nous savions que Ghassan était celui qui avait choi­si cette route et l’a­vait par­cou­rue. La veille encore, Lamees avait deman­dé à son oncle de réduire ses acti­vi­tés révo­lu­tion­naires et de se concen­trer davan­tage sur l’é­cri­ture de ses récits. Elle lui avait dit « Tes his­toires sont magni­fiques », et il avait répon­du : « Recommencer à écrire des his­toires ? J’écris bien parce que je crois en une cause, en des prin­cipes. Le jour où j’a­ban­don­ne­rai ces prin­cipes, mes his­toires seront vides. Si je délais­sais mes prin­cipes, tu ne me res­pec­te­rais pas. » Il a réus­si à convaincre la jeune fille que la lutte et la défense des prin­cipes est ce qui mène fina­le­ment au suc­cès global.

[Leïla Khaled, militante emblématique du FPLP, dans les années 1960/70 (DR)]

Ses funé­railles consti­tuent un évé­ne­ment majeur, qui attire des mil­liers de par­ti­sans et de sym­pa­thi­sants. Tous rendent hom­mage à l’une des figures de proue du mou­ve­ment pales­ti­nien, véri­table sym­bole d’une résis­tance créa­tive. Dans son livre Heroes and mar­tyrs of Palestine, Laleh Khalili le qua­li­fie d’« arché­type du mar­tyr » de la cause palestinienne.

Kanafani a été dési­gné comme le « mar­tyr du par­ti » car son trai­te­ment lit­té­raire et sen­sible de la Nakba pales­ti­nienne, sa pro­duc­tion de mul­tiples icônes de la lutte pales­ti­nienne, son inven­tion de phrases depuis entrées dans la langue ver­na­cu­laire révo­lu­tion­naire pales­ti­nienne et sa posi­tion de porte-parole du FPLP se sont com­bi­nés afin de faire de lui l’ar­ché­type idéal de l’in­tel­lec­tuel natio­na­liste — celui qui a com­bat­tu avec une plume plu­tôt qu’a­vec une épée.

Une littérature de résistance

« La poli­tique et le roman sont un cas indi­vi­sible et je peux affir­mer caté­go­ri­que­ment que je me suis enga­gé poli­ti­que­ment parce que je suis un roman­cier. »

On pour­rait avoir le réflexe de décrire Kanafani comme un « révo­lu­tion­naire écri­vain et jour­na­liste », mais l’o­mis­sion de la vir­gule n’est pas acci­den­telle. Il a décla­ré un jour : « Ma posi­tion poli­tique découle du fait que je suis un roman­cier. En ce qui me concerne, la poli­tique et le roman sont un cas indi­vi­sible et je peux affir­mer caté­go­ri­que­ment que je me suis enga­gé poli­ti­que­ment parce que je suis un roman­cier, et non l’in­verse… » Il n’é­tait éga­le­ment nulle dis­tinc­tion, en son esprit, quant à son tra­vail lit­té­raire et jour­na­lis­tique. Mais à l’ar­rière-plan de tout cela, il y avait la Palestine et sa cause. Et Kanafani a inven­té le terme « lit­té­ra­ture de résis­tance », étant enten­du que la lit­té­ra­ture, et l’art en géné­ral, était une forme de résis­tance. Un jour, il décla­ra ain­si que les écri­vains pales­ti­niens « écrivent pour la Palestine avec du sang » : une décla­ra­tion qui sera défor­mée pour évo­quer un appel à la violence.

Les récits de Kanafani ne se lisent tou­te­fois pas comme des pam­phlets poli­tiques. Ce sont de véri­tables récits, avec des per­son­nages humains et non des héros hol­ly­woo­diens. Elles racontent l’his­toire — tra­gique — de Palestiniens ordi­naires, que ce soit la vie sous l’oc­cu­pa­tion ou, plus sou­vent, en exil et dans les camps de réfu­giés. L’expérience propre de Kanafani, qui, on l’a dit, a gran­di dans des camps, se reflète dans plu­sieurs his­toires dont le per­son­nage cen­tral est un enfant pales­ti­nien qui gran­dit entou­ré de misère et de nos­tal­gie, cher­chant son iden­ti­té en tant que Palestinien. De nom­breuses nou­velles et romans sont cen­trés sur de jeunes hommes qui rejoignent les fedayin [francs-tireurs pales­ti­niens, ndlr]. Ils ont été com­po­sés à une époque où la jeune géné­ra­tion, les soi-disant « enfants des camps », se mobi­li­sait pour résis­ter de plein front à l’oc­cu­pa­tion — après avoir comp­té pen­dant près de 20 ans sur les pro­messes des veules États arabes.

[Combattants du Fatah en Jordanie, 1970 (Rolls Press/Popperfoto/Getty)]

L’œuvre la plus connue de Kanafani est son pre­mier roman, Des hommes dans le soleil. Il raconte l’his­toire de trois Palestiniens en exil, pas­sés clan­des­ti­ne­ment au Koweït à l’ar­rière d’un camion-citerne vide. Mais leur chauf­feur — un Palestinien en exil, lui aus­si — étant retar­dé à quelque poste de contrôle, ils finissent par mou­rir étouf­fés, inca­pables d’ap­pe­ler à l’aide. À ce pro­pos, Edward Saïd a écrit que « pous­sé par l’exil et la dis­lo­ca­tion, le Palestinien doit se frayer un che­min dans l’exis­tence, ce qui n’est en aucun cas une réa­li­té don­née ou stable pour lui, même par­mi les Arabes fra­ter­nels ». Bien qu’on le connaisse prin­ci­pa­le­ment pour sa pro­duc­tion lit­té­raire, Kanafani était un artiste accom­pli, ayant réa­li­sé de nom­breux des­sins et pein­tures. Il a éga­le­ment écrit des essais sur la lit­té­ra­ture de résis­tance pales­ti­nienne et la lit­té­ra­ture sio­niste, et docu­men­té la révolte de 1936–39 en Palestine contre les auto­ri­tés colo­niales bri­tan­niques, tan­dis que le pro­jet sio­niste et la col­lu­sion bri­tan­nique deve­naient de plus en plus patentes.

« La lutte anti­co­lo­niale pour l’in­dé­pen­dance natio­nale et la lutte pour les droits sociaux et éco­no­miques sont consi­dé­rées comme inex­tri­ca­ble­ment liées. »

À ses yeux, l’é­du­ca­tion des masses s’a­vé­rait pri­mor­diale pour le triomphe des luttes sociales de libé­ra­tion. Telle était la moti­va­tion spon­ta­née de ses œuvres : mettre ses écrits et ses des­sins au ser­vice de l’é­du­ca­tion et de la construc­tion de la conscience des masses, et donc de leurs inté­rêts de classe. C’est ce qu’il dit, un jour, dans une école, à un groupe d’é­lèves : « Le but de l’é­du­ca­tion est de cor­ri­ger la marche de l’Histoire. C’est pour­quoi nous devons étu­dier l’his­toire et appré­hen­der sa dia­lec­tique afin de construire une nou­velle ère his­to­rique, dans laquelle les oppri­més vivront libé­rés, grâce à la vio­lence révo­lu­tion­naire, de la contra­dic­tion qui les a si long­temps tenus sous emprise. »

Comme Georges Habache, la poli­tique de Ghassan Kanafani a évo­lué d’un pan­ara­bisme « nas­sé­riste » vers le mar­xisme-léni­nisme du FPLP. Cette tran­si­tion s’ex­plique par les lacunes de la stra­té­gie et de l’i­déo­lo­gie du pan­ara­bisme. Tout d’a­bord, la ten­ta­tive d’u­ni­fi­ca­tion entre l’Égypte et la Syrie (sous une République arabe unie uni­fiée) a défi­ni­ti­ve­ment échoué en 1961. Ce fait a déjà influen­cé les pre­mières décla­ra­tions de l’ANM en faveur du socia­lisme et du mar­xisme. En outre, après les défaites des guerres de 1948 et 1967, mais aus­si des pre­miers sou­lè­ve­ments armés des années 1920 et 30 sous domi­na­tion bri­tan­nique, l’i­dée de confier la libé­ra­tion aux pays arabes — donc, en quelque sorte, à l’i­déo­lo­gie pan­arabe — a été écar­tée. De quoi faci­li­ter l’é­vo­lu­tion vers le mar­xisme. L’ANM a com­men­cé à iden­ti­fier le pro­blème pales­ti­nien comme étant cen­tral pour l’en­semble du Moyen-Orient. L’analyse de la socié­té est pas­sée d’une pers­pec­tive eth­nique et natio­na­liste, dans laquelle la socié­té pales­ti­nienne était consi­dé­rée comme homo­gène et éga­le­ment oppri­mée par le sio­nisme, à une pers­pec­tive de classe, dans laquelle la bour­geoi­sie pales­ti­nienne (et plus lar­ge­ment arabe) était consi­dé­rée comme fai­sant par­tie du pro­blème. À cet égard, pour le FPLP, la lutte anti­co­lo­niale pour l’in­dé­pen­dance natio­nale et la lutte pour les droits sociaux et éco­no­miques sont consi­dé­rées comme inex­tri­ca­ble­ment liées. Cette vision est pré­ci­sé­ment ce qui dif­fé­ren­ciait le FPLP du Fatah ; c’est encore le cas aujourd’hui.

[Ghassan Kanafani (assis à gauche), lors d'une conférence de presse du FPLP, en Jordanie, le 16 septembre 1970 (Rolls Press/Popperfoto/Getty Images)]

En 1969, dans le docu­ment « Stratégie pour la libé­ra­tion de la Palestine », l’a­dop­tion d’une pers­pec­tive mar­xiste par le FPLP est manifeste :

Dans une véri­table bataille de libé­ra­tion menée par les masses pour détruire l’in­fluence impé­ria­liste dans notre patrie, la réac­tion arabe ne peut qu’être du côté de ses propres inté­rêts, dont la pour­suite dépend de la per­sis­tance de l’im­pé­ria­lisme, et ne peut donc pas se ran­ger du côté des masses. […] La clas­si­fi­ca­tion de la réac­tion arabe comme l’une des forces de l’en­ne­mi est de la plus haute impor­tance, car ne pas recon­naître ce fait signi­fie n’a­voir pas de vision claire face à nous. Dans la pra­tique, cela signi­fie qu’on ne tient pas compte des bases et des forces réelles du camp enne­mi qui vivent par­mi nous et sont capables de jouer un rôle de diver­sion, qui consiste à dis­si­mu­ler les faits de la bataille aux yeux les masses et qui, lorsque l’oc­ca­sion se pré­sen­te­ra, pren­dra la révo­lu­tion au dépour­vu et lui por­te­ra un coup condui­sant à la défaite.

« La cause pales­ti­nienne n’est pas une cause pour les seuls Palestiniens, mais une cause pour chaque révo­lu­tion­naire. »

Pour le FPLP, la bour­geoi­sie arabe se trouve dans le camp enne­mi, et, à ce titre, doit être confron­tée à la lutte de libé­ra­tion de la Palestine. La décla­ra­tion ci-des­sus témoigne éga­le­ment d’un posi­tion­ne­ment net contre l’im­pé­ria­lisme occi­den­tal. L’analyse lucide de Kanafani aborde l’im­pé­ria­lisme occi­den­tal comme le pro­duit natu­rel du déve­lop­pe­ment du sys­tème capi­ta­liste, inca­pable, à un cer­tain moment, de maxi­mi­ser davan­tage les pro­fits du capi­tal ; ce der­nier se trouve dès lors dans le besoin de s’é­tendre et de gagner de nou­veaux espaces et mar­chés par le biais du colo­nia­lisme et/ou de l’im­pé­ria­lisme. À cet égard, Kanafani consi­dère les luttes anti-impé­ria­listes de par le monde comme étant liées : il s’a­git de petits foyers qui bâti­ront des soli­da­ri­tés et des ponts, puisque le sys­tème impé­ria­liste, « par­tout où vous le frap­pez, vous l’en­dom­ma­gez et vous ser­vez la Révolution mon­diale ».

Le FPLP a donc adop­té une pers­pec­tive inter­na­tio­na­liste, sou­te­nant ouver­te­ment les mou­ve­ments révo­lu­tion­naires comme celui du Viêtnam et appli­quant pareille pers­pec­tive à la cause pales­ti­nienne elle-même. Kanafani a décla­ré à ce sujet : « La cause pales­ti­nienne n’est pas une cause pour les seuls Palestiniens, mais une cause pour chaque révo­lu­tion­naire, où qu’il soit, comme cause des masses exploi­tées et oppri­mées de notre époque. » La cri­tique ouverte du FPLP à l’en­droit de régimes arrié­rés, tels que la Jordanie et l’Arabie Saoudite, ain­si que son refus de par­ti­ci­per à des pour­par­lers, les­quels équi­vau­draient tout sim­ple­ment à une capi­tu­la­tion face à l’oc­cu­pant israé­lien, le met­tait sou­vent en contraste avec d’autres fac­tions de l’OLP, notam­ment le Fatah d’Arafat. Kanafani a d’ailleurs été arrê­té en 1971 pour « dif­fa­ma­tion » des rois jor­da­niens et saou­diens, dans Al-Hadaf. Les opi­nions de Kanafani et du FPLP appa­raissent de manière assez lim­pide dans un entre­tien réa­li­sé par un jour­na­liste aus­tra­lien : l’é­cri­vain fait remar­quer que la façon dont les jour­na­listes occi­den­taux pré­sentent la cause pales­ti­nienne est erro­née depuis le départ, et, tan­dis que dans le cas pré­sent il est ques­tion du conflit avec la Jordanie (Septembre noir, en 1970), la même logique pré­vaut pour l’oc­cu­pa­tion israélienne.

[Golda Meir (Première ministre d'Israël) et Moshe Dayan (ministre de la Défense) en 1973, durant la guerre du Kippour/Ramadan (Reuters)]

Son refus des dis­cus­sions entre un mou­ve­ment de libé­ra­tion et un occu­pant colo­nial, ou « une conver­sa­tion entre l’é­pée et le cou », comme il le dit, ne souffre d’au­cune ambi­guï­té. Et lors­qu’on lui demande s’il vau­drait la peine de capi­tu­ler pour que cesse la mort et la misère, Kanafani n’hé­site pas : « Pour nous [les Palestiniens], libé­rer notre pays, avoir de la digni­té, du res­pect, avoir nos simples droits humains, est quelque chose d’aus­si essen­tiel que la vie elle-même. » Dans une lettre adres­sée à son fils, il a expli­qué la signi­fi­ca­tion de l’ap­par­te­nance à la Palestine :

Je t’ai enten­du dans l’autre pièce deman­der à ta mère : « Maman, suis-je pales­ti­nien ? » Quand elle a répon­du « Oui », un lourd silence s’est abat­tu sur toute la mai­son. C’était comme si quelque chose était tom­bé au-des­sus de nos têtes, son bruit explo­sant, puis — silence. Ensuite… je t’ai enten­du pleu­rer. Je ne pou­vais plus bou­ger. Il y avait quelque chose de plus grand que ma conscience qui nais­sait dans l’autre pièce, à tra­vers tes san­glots décon­cer­tés. C’était comme si un scal­pel béni te décou­pait la poi­trine et y pla­çait le cœur qui t’ap­par­tient… Je ne pou­vais pas bou­ger pour voir ce qui se pas­sait dans l’autre pièce. Je savais pour­tant qu’une patrie loin­taine renais­sait : des col­lines, des oli­ve­raies, des morts, des ban­nières déchi­rées et pliées, tous se frayant un che­min vers un ave­nir de chair et de sang et nais­sant dans le cœur d’un autre enfant… Croyez-vous que l’homme gran­dit ? Non, il naît sou­dai­ne­ment — un mot, un moment, pénètre son cœur d’un nou­veau souffle. Une seule scène peut le faire des­cendre du pla­fond de l’en­fance sur la rugo­si­té de la route.


Texte tra­duit de l’an­glais | Ricardo Vaz et Raffaele Morgantini, « Ghassan Kanafani : Revolutionary Writer and Journalist », 2017.
Photographie de ban­nière : Dan Balilty


  1. Si le fon­da­teur du FPLP, Georges Habache, a condam­né le fait de s’en prendre aux civils (« Nous sommes oppo­sés à tout acte ter­ro­riste gra­tuit qui frappe des civils inno­cents ») et décla­ré, à titre per­son­nel, qu’il n’ap­prou­vait pas les atten­tats-sui­cides, le FPLP, inter­na­tio­na­le­ment connu pour ses détour­ne­ments d’a­vions dans les années 1960–70, n’en a pas moins approu­vé, en mai 1972, l’o­pé­ra­tion Deir-Yassine (« une réponse au mas­sacre israé­lien per­pé­tré avec sang-froid par le bou­cher Moshe Dayan »). Conduite par l’Armée rouge japo­naise via le « com­man­do du mar­tyr Patrick-Origlio », elle fit 26 morts dans l’aéroport de Lod — dont nombre de pèle­rins [ndlr].
  2. Les Révolutionnaires ne meurent jamais — Conversations avec Georges Malbrunot, Fayard, 2008.
  3. Habache dira : « La liqui­da­tion de Ghassan Kanafani fut un choc pour moi. Ghassan comp­tait beau­coup depuis qu’il avait rejoint le Mouvement des natio­na­listes arabes dans les années 50 […]. Modeste et atta­chant, Ghassan affi­chait de hautes qua­li­tés morales. Il a joué un rôle émi­nent dans la dif­fu­sion de la cause pales­ti­nienne en géné­ral et dans celle du Front [FPLP] en par­ti­cu­lier. » Ibid. [ndlr]

REBONDS

☰ Lire notre ren­contre avec le Front démo­cra­tique de libé­ra­tion de la Palestine, mai 2018
☰ Lire notre article « Baldwin, le Noir et la Palestine », Sylvain Mercadier, février 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Mohammad Bakri : « Le droit en lui-même est un cri », juin 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Michel Warschawski : « Il y a une civi­li­sa­tion judéo-musul­mane », mars 2017
☰ Lire notre article « Marek Edelman, résis­ter », Émile Carme, novembre 2015
☰ Lire l’entretien avec Georges Habache, lea­der du FPLP (Memento)

Sur le même sujet :
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.