Cartouches (19)


Sortir du capi­ta­lisme, apprendre à déli­bé­rer, aimer Rimbaud et les man­guiers, faire l’é­loge du tirage au sort, visi­ter les cou­lisses des ONG, com­prendre la révo­lu­tion du Venezuela, réflé­chir au popu­lisme de gauche, suivre un cor­res­pon­dant de guerre, se deman­der ce qu’être juif et dire non à l’ombre : nos chro­niques du mois de mars.


André Gorz — une viede Willy Gianinazzi

« Nous aime­rions cha­cun ne pas avoir à sur­vivre à la mort de l’autre. » C’est ain­si que Gérard Horst, né Gerhart Hirsch à Vienne, puis connu sous les noms de Michel Bosquet et sur­tout d’André Gorz, explique sa déci­sion de mettre fin à ses jours avec sa femme, il y a main­te­nant dix ans. L’auteur de cet ouvrage, his­to­rien, revient sur la vie du pen­seur, pré­cur­seur de l’é­co­lo­gie poli­tique et de la décrois­sance. Proche de Sartre, écri­vant aux Temps modernes, jour­na­liste à l’Express puis cofon­da­teur du Nouvel Observateur, ses articles et ouvrages deviennent rapi­de­ment des réfé­rences en France et à l’é­tran­ger. Biographie per­son­nelle mais sur­tout intel­lec­tuelle, ce livre nous fait revivre une cer­taine his­toire des évo­lu­tions poli­tiques et intel­lec­tuelles de la France : de l’é­bul­li­tion autour de l’existentialisme au sou­tien de la révo­lu­tion cubaine, de Mai 68 à l’ar­ri­vée des micro­pro­ces­seurs, de l’installation du toyo­tisme à la finan­cia­ri­sa­tion de l’économie, Gorz est acteur et com­men­ta­teur des trans­for­ma­tions du capi­ta­lisme et des mou­ve­ments qui sou­haitent le dépas­ser. Très bien docu­men­té, Gianinazzi nous fait voir les inflexions d’une pen­sée encas­trée dans un contexte poli­tique et social : Gorz s’intéresse aux impacts de l’automatisation sur la « libé­ra­tion du tra­vail » dans les années 1960, au rôle de la tech­nique et à la crise éco­lo­gique dans les années 1970, à la fin de la socié­té sala­riale dans les années 1980–1990 ou encore à « l’ère de l’immatériel », mar­quée par la finan­cia­ri­sa­tion et le déve­lop­pe­ment du numé­rique, dans les années 2000. On com­prend alors pour­quoi ses écrits et ses posi­tions reviennent régu­liè­re­ment dans le débat : en posant la ques­tion cen­trale de l’autonomie de l’individu, Gorz a su cap­ter avec une clair­voyance par­fois trou­blante les évo­lu­tions éco­no­miques, poli­tiques et sociales de cette deuxième moi­tié du XXe siècle, tou­jours prêt à revoir ses juge­ments à l’aune de nou­velles approches. L’enjeu de ses réflexions est simple : « La sor­tie du capi­ta­lisme aura donc lieu d’une façon ou d’une autre, civi­li­sée ou bar­bare. » [M.H.]

Éditions La Découverte, 2016 

La Démocratie sans maîtresde Matthieu Niango

Voici un petit livre fort imper­ti­nent et tout à fait jubi­la­toire. Partant d’un constat simple mais sans appel sur la crise du gou­ver­ne­ment repré­sen­ta­tif et la mon­tée en puis­sance de mou­ve­ments dont l’as­pi­ra­tion est avant tout hori­zon­tale, trans­ver­sale et fon­ciè­re­ment démo­cra­tique (les Indignés, Occupy Wall Street, Nuit Debout, mais aus­si tous les pro­grammes locaux de réap­pro­pria­tion civique, de Marinaleda en Espagne à Kuthambakkam en Inde), l’au­teur essaie de nous expli­quer com­ment la classe poli­tique a « mis la sou­ve­rai­ne­té à l’en­vers ». Car c’est jus­te­ment en ren­dant la démo­cra­tie impos­sible qu’elle se sur­vit à elle-même et per­pé­tue une construc­tion sym­bo­lique qui pré­serve les appa­rences tout en vidant l’ob­jec­tif de toute sub­stance — loin de confier le gou­ver­ne­ment au peuple, notre sys­tème repré­sen­ta­tif jaco­bin et pré­si­den­tia­liste, à bout de souffle, n’as­sure plus que la repro­duc­tion d’une hié­rar­chie sociale et éco­no­mique délé­tère. C’est en ana­ly­sant quatre mythes — celui du gou­ver­ne­ment des plus sages, celui du gou­ver­ne­ment des plus com­pé­tents, le mythe du chaos conju­ré et le mythe de la volon­té libre — que Niango nous livre, l’air de rien, une ana­lyse liber­taire et com­mu­na­liste, varia­tion du célèbre « Soyez réso­lus de ne plus ser­vir et vous voi­là libres » de La Boétie. La dénon­cia­tion est impla­cable, la pro­po­si­tion simple : « Notre tâche de citoyens consiste à nous défaire de cette classe para­si­taire n’ayant que trop vécu de notre paresse et de notre lâche­té. » Plaidoyer pour une vie poli­tique sans pro­fes­sion­nels de la poli­tique, pour le man­dat impé­ra­tif et révo­cable, pour l’au­to­ges­tion et l’é­du­ca­tion popu­laire, pour le réfé­ren­dum poli­tique et la déli­bé­ra­tion à tous les niveaux, ce texte vigou­reux, même s’il ne résout pas toutes les ques­tions pra­tiques que pose un tel « idéal régu­la­teur », a le mérite de rap­pe­ler qu’il est tou­jours per­mis de pen­ser autre­ment[A.B.]

Éditions Robert Laffont, 2017

120 nuances d’Afriqueantho­lo­gie éta­blie par Bruno Doucey, Nimrod et Christian Poslaniec

Le « Printemps des poètes » ne passe jamais, on le sait bien : s’il se mani­feste avec plus de fureur aux alen­tours du mois de mars, il n’est en réa­li­té qu’une autre manière de célé­brer toute l’an­née la puis­sance de résis­tance du lan­gage à toutes les forces qui vou­draient l’as­ser­vir. Cette antho­lo­gie, bien qu’elle prenne pour pré­texte le thème du Printemps des poètes 2017, fera donc date bien au-delà de celui-ci : elle repré­sente une occa­sion excep­tion­nelle de lire plus d’une cen­taine de poètes des Afriques enten­dues au sens le plus large, puis­qu’on ne s’y limite ni au conti­nent afri­cain (on y entend des auteurs vivant en Haïti, aux États-Unis ou aux Antilles par exemple), ni à la langue fran­çaise (on y lit des tra­duc­tions de l’a­rabe, de l’an­glais, de l’es­pa­gnol, du por­tu­gais, du créole, de l’am­ha­rique, du kis­wa­hi­li, de l’a­fri­kaans, du tigri­nya, de l’has­sa­nya, de l’a­cho­li, du tama­zight et de la tama­jaght, excu­sez du peu !). On y retrouve des voix fami­lières, telles que celles de Laâbi, de Senghor et de Césaire, de Breytenbach ou de Soyinka, mais sur­tout et c’est son immense mérite, on y découvre des perles aux­quelles on n’au­rait jamais accé­dé sans ce guide pour amants des che­mins de tra­verse : par où qu’on y rentre, on en res­sort ébloui. Peut-être est-ce tout sim­ple­ment notre « besoin de Rimbaud » qui parle ici, comme dit Amadou Lamine Sall, poète séné­ga­lais — « Avant Charleville il était l’en­fant de la foudre et des man­guiers / il avait joué avec les élé­phants et mon­té les bao­babs / il avait devan­cé les mon­tagnes sau­té les clô­tures et visi­té des buis­sons enchan­tés […] / RIMBAUD pour que jamais la poé­sie ne baisse ni les bras ni le cœur sur­tout le cœur / RIMBAUD accepte donc que je te chante que je te danse mes pieds d’entre tes pieds nègres. » [A.B.]

Éditions Bruno Doucey, 2017

La Haine de la démo­cra­tiede Jacques Rancière

Écrit en 2005, cet essai d’une petite cen­taine de pages est une mer­veille d’é­qui­libre. Penseur radi­cal, Jacques Rancière n’est pas dans l’am­bi­guï­té réfor­miste — la démo­cra­tie, nous dit-il en sub­stance, est le « gou­ver­ne­ment de ceux qui n’ont pas voca­tion à gou­ver­ner » et se pro­nonce en faveur du tirage au sort. L’égalité réelle en éten­dard, le phi­lo­sophe prend à par­tie l’o­li­gar­chie élec­tive. La part d’é­qui­libre est du fait que sa rigueur est l’ex­pres­sion d’une réflexion bien construite, non l’é­ma­na­tion pure d’un sen­ti­ment dif­fus. Le livre est un opus­cule coup-de-poing, qui veut remettre au goût du jour le carac­tère scan­da­leux — selon les termes de l’au­teur —, de ce régime décrié mais éga­le­ment un ouvrage de réflexion, qui pousse le lec­teur à se posi­tion­ner, à argu­men­ter. Cette Haine de la démo­cra­tie, que l’on relit sans peine plus de dix ans après sa sor­tie, nous parle non seule­ment de détour­ne­ment de sens mais aus­si de la par­ti­ci­pa­tion du « n’im­porte qui » à la base d’une démo­cra­tie renou­ve­lée. Les attaques à l’en­contre d’une popu­la­tion qui n’au­rait plus que l’é­goïsme consu­mé­riste et socié­tale comme bous­sole — nous dirions aujourd’­hui les « bobos » — par­ti­cipe à cette dépré­cia­tion de la démo­cra­tie. Celle-ci serait la cause de notre déca­dence. Et de nous aper­ce­voir que l’é­pou­van­tail du triomphe de l’in­di­vi­dua­lisme est une voie pour les tenants d’une haine poli­tique, c’est-à-dire les pro­mo­teurs d’un ordre inéga­li­taire et auto­ri­taire. Rancière, cher­chant à sor­tir des eaux maré­ca­geuses du pes­si­misme poli­tique, se fait force de pro­po­si­tion et émet les réqui­sits mini­maux d’une démo­cra­tie s’en­ga­geant sur la voie de l’é­ga­li­té : man­dats élec­to­raux courts, non renou­ve­lables, non cumu­lables, réduc­tion au mini­mum des dépenses de cam­pagne, mono­pole des repré­sen­tants du peuple sur l’élaboration des lois. [J.C.]

Éditions La Fabrique, 2005

ONG & Cie — Mobiliser les gens, mobi­li­ser l’argentde Sylvain Lefèvre

« Business de la cha­ri­té », « mul­ti­na­tio­nales de l’action col­lec­tive », « entre­prises mili­tantes » : les qua­li­fi­ca­tifs se suc­cèdent pour ten­ter de sai­sir la pro­fes­sion­na­li­sa­tion d’un sec­teur hau­te­ment concur­ren­tiel. À par­tir d’une enquête socio­lo­gique appro­fon­die, l’auteur nous pro­pose une plon­gée dans « l’arrière-cuisine des ONG » fran­çaises. De l’importation des méthodes de mar­ke­ting uti­li­sées par le sec­teur à but non lucra­tif amé­ri­cain dans les années 1960–1970, à la consti­tu­tion d’un sec­teur pro­fes­sion­nel à part entière, l’histoire du fun­drai­sing (col­lecte de fonds) nous montre com­ment des milieux mili­tants s’accommodent, entre dépen­dance et répul­sion, de méthodes mana­gé­riales venant du sec­teur mar­chand, et com­ment ceux qui les mettent en œuvre réus­sissent, non sans dif­fi­cul­té, à « don­ner du sens » à leur acti­vi­té pour­tant subor­don­née à des exi­gences de ren­de­ment. La deuxième par­tie du livre s’intéresse spé­ci­fi­que­ment aux pre­mières expé­ri­men­ta­tions de street­fun­drai­sing menées par Greenpeace, « sale bou­lot » là aus­si tiraillé entre une démarche mar­chande — l’objectif final est d’obtenir un RIB — et la volon­té de réa­li­ser une « belle ren­contre » pour dépas­ser la simple tran­sac­tion. Vient ensuite le temps de l’adoption de ces méthodes par de nom­breuses ONG, la grande majo­ri­té fai­sant appel à une agence spé­cia­li­sée en situa­tion de mono­pole et devant faire face à une satu­ra­tion rapide du mar­ché. Derrière ces évo­lu­tions se joue une trans­for­ma­tion en pro­fon­deur des orga­ni­sa­tions étu­diées : les dépar­te­ments fun­drai­sing, jusque-là relé­gués au sous-sol car non conformes aux cri­tères de pure­té mili­tante, sont désor­mais cen­traux et ont une influence gran­dis­sante sur les dis­cours et les stra­té­gies adop­tées. L’auteur met en garde : « S’engager, en fai­sant un don ou en signant une péti­tion, c’est lais­ser faire une orga­ni­sa­tion poli­tique pro­fes­sion­na­li­sée […], enté­ri­nant une stricte divi­sion sociale du tra­vail poli­tique. » [M.H.]

Presses Universitaires de France, 2011

La Révolution au Venezuela — Une his­toire popu­laire, de George Ciccariello-Maher

Le Venezuela boli­va­rien n’a jamais eu « bonne presse » : révo­lu­tion oblige, ce gou­ver­ne­ment a connu une forte oppo­si­tion à l’intérieur comme à l’extérieur. Si l’histoire popu­laire n’est pas très répan­due, elle a tou­jours été riche d’exemples, sur­tout si l’on explore « d’en bas » les éner­gies, les dési­rs, les besoins d’une socié­té en demande de chan­ge­ments radi­caux. C’est ici le pari, et même le défi rele­vé par George Ciccariello-Maher, pro­fes­seur à l’Université de Philadelphie et spé­cia­liste du pro­ces­sus boli­va­rien. Contrairement à ce que pré­tendent les par­ti­sans de l’histoire offi­cielle et de la pro­pa­gande média­tique, la Révolution boli­va­rienne n’a pas sur­gi par un simple hasard : elle est le pro­duit d’une longue his­toire de contra­dic­tions, d’exclusion et de domi­na­tion de classe qui a construit l’État et la Nation, après une soi-disant « indé­pen­dance » au XIXe siècle. Il est aus­si néces­saire de sai­sir la pre­mière frac­ture du XXe siècle que ce pays a connu, soit la fin de la dic­ta­ture mili­taire en 1958 et le début de l’hégémonie d’un sys­tème bipo­laire conser­va­teur, par­ti­san d’une « drôle » de démo­cra­tie et obéis­sant à des logiques impé­ria­listes de l’extérieur. Un sys­tème qui inau­gure le récit com­plai­sant de « l’Arcadie pétro­lière », une sinistre diver­sion qui sert à cacher la réa­li­té des luttes des masses. L’auteur prend en exa­men les prin­ci­paux sujets popu­laires et construit une effi­cace « contre-his­toire », cher­chant à com­prendre les causes des échecs des pre­mières ini­tia­tives d’opposition sur­gies « d’en bas » — telles que la gué­rilla, leur recon­ver­sion dans les luttes sociales urbaines, les nou­velles formes d’organisation popu­laire ou encore les reven­di­ca­tions des mino­ri­tés eth­niques (qui ont trou­vé écoute à l’ar­ri­vée de Chávez au pou­voir). Connaître ces récits et leur signi­fi­ca­tion nous aident à retrou­ver l’histoire et nous donnent le cadre pour sai­sir les rai­sons de la nais­sance du pro­ces­sus boli­va­rien et de la construc­tion du lea­der­ship contro­ver­sé de Chávez. Tous ces sujets convergent dans la Révolution boli­va­rienne — demeurent les contra­dic­tions du cha­visme, qui pèse­ront sans nul doute sur le post-cha­visme et la poli­tique à mener afin de garan­tir sa sur­vie en tant que sujet poli­tique autant que les acquis de la Révolution. [L.D.]

Éditions La Fabrique, 2016

 Populisme : le grand res­sen­ti­ment, d’Éric Fassin

À l’heure où les mou­ve­ments dits « popu­listes » montent en puis­sance en Europe comme outre-Atlantique, une par­tie de la gauche, trou­vant son ins­pi­ra­tion dans les écrits des phi­lo­sophes Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, s’efforce de construire un popu­lisme qui se vou­drait de gauche. Dans cet essai sti­mu­lant, Éric Fassin se livre à une cri­tique inté­res­sante de cette posi­tion théo­rique. Un popu­lisme de gauche est-il sou­hai­table, voire seule­ment pos­sible ? L’auteur s’emploie d’abord à mettre en lumière le flou de la notion, impos­sible à concep­tua­li­ser clai­re­ment, et qui peut agré­ger quan­ti­té de phé­no­mènes dif­fé­rents. En effet, sou­ligne Fassin, le peuple désigne à la fois un groupe socio­lo­gique (les classes popu­laires) et une construc­tion poli­tique (qui amal­game plu­sieurs groupes socio­lo­giques, aux inté­rêts par­fois diver­gents). Le peuple construit par le popu­lisme d’extrême droite ne cor­res­pon­drait pas aux classes popu­laires et ne sau­rait être détour­né de ce der­nier par un « contre-popu­lisme » de gauche. Et d’appuyer son argu­men­ta­tion par l’invocation de l’exemple de l’élection de Donald Trump à la pré­si­dence des États-Unis en novembre 2016. Ce serait une erreur, pour­suit-il, de croire que les moti­va­tions éco­no­miques et l’hostilité au néo­li­bé­ra­lisme sont les prin­ci­paux fac­teurs de l’accession de Trump au pou­voir. Les son­dages de sor­ties des urnes montrent en effet que les classes popu­laires ont davan­tage voté pour la démo­crate Hillary Clinton que pour le répu­bli­cain (le vote démo­crate l’emporte de 12 points dans la caté­go­rie de popu­la­tion qui gagne moins de 30 000 dol­lars par an) ; le cœur de l’électorat de ce der­nier est en réa­li­té consti­tué d’hommes blancs sans diplôme uni­ver­si­taire. Quant à la moti­va­tion de cet élec­to­rat, elle semble se trou­ver davan­tage dans la xéno­pho­bie que dans l’hostilité au néo­li­bé­ra­lisme : si 86 % sou­tiennent la construc­tion d’un mur à la fron­tière mexi­caine, ils ne sont que 50% à sou­te­nir le rejet des trai­tés de libre-échange et l’encadrement des ins­ti­tu­tions finan­cières. Trump n’a donc pas été élu « mal­gré, mais en rai­son de sa xéno­pho­bie et de son racisme […]. Autrement dit, ce n’est pas l’économie qui défi­nit cet élec­to­rat. » Il serait donc vain pour la gauche de ten­ter de récu­pé­rer cet élec­to­rat en lui pro­po­sant un popu­lisme de gauche : le sou­ci prin­ci­pal de tout mou­ve­ment atta­ché à la jus­tice sociale doit être d’enclencher une dyna­mique poli­tique éman­ci­pa­trice à même d’entraîner les abs­ten­tion­nistes. [P.L.P.]

Éditions Textuel, 2017 

☰ Kaputt, de Malaparte

Correspondant de guerre, en rup­ture avec un régime fas­ciste qu’il avait pour­tant sou­te­nu, Curzio Malaparte nous trans­porte au cœur d’une Europe dévas­tée par la Seconde Guerre mon­diale : une épo­pée d’une force lit­té­raire incroyable, d’une beau­té à gla­cer le sang. Dans son périple, jalon­né de pas­sages d’une rare vio­lence, l’auteur tra­verse pogroms et champs de bataille, et entre deux départs se retrouve à la table des bour­reaux. Des dîners mon­dains où ceux-ci devisent gaie­ment de leurs crimes autour des mets les plus fins… Impitoyablement, l’atroce suc­cède à l’atroce et, aux côtés de l’auteur, nous sommes les spec­ta­teurs impuis­sants de la tra­gé­die qui se joue. Alors que la vio­lence qui en émane pour­rait nous mener jusqu’à l’écœurement, la plume puis­sante et agile de Malaparte nous cap­tive jusqu’au bout et nous récom­pense de ses pas­sages somp­tueux. Un humour féroce imprègne tout l’ouvrage, comme une défense face à l’insoutenable : Kaputt n’est ain­si pas l’ouvrage acca­blant qu’il pour­rait être : le cynisme, lorsqu’il y appa­raît, est celui des puis­sants dans toute leur impu­ni­té — Malaparte, tout désar­mé qu’il soit, ne peut s’empêcher d’y répondre avec l’ironie la plus acide. Tout au long du récit pointe une colère irré­pres­sible qui le conduit à racon­ter ce qu’il voit aux diri­geants qu’il ren­contre, les sachant à l’abri et dési­reux d’ignorer les détails sor­dides d’un conflit dont ils portent, sou­vent, la res­pon­sa­bi­li­té. De la dif­fi­cul­té de résis­ter, de la ran­cœur, du sen­ti­ment d’impuissance naît enfin la pro­tes­ta­tion. Celle de Malaparte, qui trans­pa­raît de plus en plus clai­re­ment tout au long de l’ouvrage ; la nôtre, aus­si, face à ce tableau du pire, hori­zon redou­té et com­bat­tu. Le par­cours sin­gu­lier de Malaparte, qua­li­fié de « camé­léon » par Antonio Gramsci, mérite d’être évo­qué en écho à cette œuvre immense. Compagnon de route de Mussolini, fervent défen­seur de la doc­trine fas­ciste dans sa jeu­nesse, les écrits cri­tiques de Malaparte lui valent fina­le­ment les foudres du régime : pris d’une aver­sion crois­sante pour le fas­cisme, il cherche à se rap­pro­cher du Parti com­mu­niste à la fin de la guerre. Son adhé­sion lui sera accor­dée peu avant sa mort, en 1957. [I.L.]

Éditions Denoël, 2006

☰ Comment j’ai ces­sé d’être juif, de Shlomo Sand

« Dis-moi, Shlomo, pour­quoi mon mari qui ne met jamais les pieds dans une syna­gogue, qui ne célèbre pas les fêtes juives, qui n’al­lume pas de bou­gies le jour du shab­bat, et qui ne croit pas en Dieu est défi­ni comme juif, tan­dis que moi, qui ne vais plus à l’é­glise depuis des dizaines d’an­nées, moi qui suis com­plè­te­ment laïque, per­sonne ne me défi­nit comme chré­tienne ou catho­lique ? » C’est dans la cui­sine d’un appar­te­ment du 11e arron­dis­se­ment de Paris que fut posée, par l’é­pouse d’un ami, la ques­tion à l’his­to­rien israé­lien Shlomo Sand. Sa réponse, vigou­reuse, le lais­sa cepen­dant insa­tis­fait : il la savait impar­faite et, comme Heidegger le dit en son temps, « le plus sou­vent, au cours de notre vie, nous pen­sons moins avec les mots que les mots et les concepts ne se pensent à tra­vers nous ». L’auteur, qui a tou­jours cru que l’homme créa Dieu et non l’in­verse, se retrouve pri­son­nier d’une iden­ti­té, pieds et poings liés, et s’in­ter­roge sur la judéi­té en s’employant à démon­ter l’i­dée qu’elle serait une essence immuable et com­pacte, impos­sible à modi­fier. De là, un ques­tion­ne­ment sur l’État dont il est un citoyen laïc mais qui le défi­nit pour­tant comme « juif ». « Depuis la fon­da­tion de l’État d’Israël, la laï­ci­sa­tion sio­niste a dû se confron­ter à une inter­ro­ga­tion de base à laquelle ni elle-même, ni ses par­ti­sans à l’é­tran­ger n’ont à ce jour répon­du : qui est juif ? ». Sand explique qu’en Israël, être juif, c’est avant tout ne pas être arabe puis­qu’un juif dans son pays « ne sera pas arrê­té aux bar­rages, ne sera pas tor­tu­ré, per­sonne ne vien­dra fouiller sa mai­son en plein nuit, il ne sera pas pris par erreur comme cible de tir et ne ver­ra pas sa mai­son démo­lie. » Et l’au­teur de rêver qu’un Palestino-Israélien se sente à Tel-aviv comme un Juif amé­ri­cain à New York et que les Palestiniens ne soient plus vic­times de la colo­ni­sa­tion mili­taire. [M.E.]

Éditions Flammarion, 2013

☰ Conversation avec Aimé Césaire, avec Patrice Louis

Il s’a­git là de brefs entre­tiens réa­li­sés en 2002 et 2003 — le maire de Fort-de-France, durant près d’un demi-siècle, vient de rac­cro­cher les gants. L’occasion pour lui de reve­nir sur son enfance sur les côtes du Nord et ce père qui lui contait la révolte des Noirs de Grande-Anse, sur l’en­nui qui le ron­geait à Fodfrans et sa ren­contre, en métro­pole, avec un cer­tain Senghor ou sur son affec­tion pour le latin et son atta­che­ment à ce qu’il nomme « la civi­li­sa­tion uni­ver­selle ». On sait Césaire chantre de la négri­tude. Qu’est-ce à dire ? Le poète s’en explique — d’au­tant que « ça n’a rien de com­pli­qué » : savoir « que j’é­tais un Nègre », prendre la mesure de cette par­ti­cu­la­ri­té, che­mi­ner en héri­ter de l’Afrique tout en refu­sant d’ac­cep­ter quelque adver­si­té avec le Blanc : Césaire confie qu’il n’a jamais son­gé à voir en ce der­nier le des­cen­dant d’un escla­va­giste et qu’il n’a, par­tant, jamais pen­sé à le détes­ter. Les Antilles lui appa­raissent comme un concen­tré d’hu­ma­ni­té : son his­toire intime, loca­li­sée, est celle du monde et de son entiè­re­té. Il retrace la genèse you­go­slave de l’é­cri­ture d’un Cahier d’un retour au pays natal — pro­ba­ble­ment l’un des textes de poé­sie fran­co­phone les plus puis­sants du XXe siècle — et rap­pelle son aspi­ra­tion à la créa­tion d’un « monde nou­veau » : non plus celui, satu­ré des hié­rar­chies anciennes, d’un Occident au som­met mais le monde des mondes, celui où la Martinique n’au­rait plus à s’as­si­mi­ler, elle et sa langue, à ceux d’en haut, à rou­gir devant « les défroques occi­den­tales ». « Nous sommes de ceux qui disent non à l’om­bre », lan­ça le poète, confiant être un homme de gauche sans nul esprit de par­ti : l’oc­ca­sion, aus­si, d’é­vo­quer son com­pa­gnon­nage avec le Parti com­mu­niste et sa fameuse lettre ouverte à Maurice Thorez, tan­çant le « fra­ter­na­lisme » de ses auto­ri­tés : le pater­na­lisme des pour­tant cama­rades. Césaire, et l’on ne sau­rait le suivre ici, aspi­ra à « gui­der » les « masses nègres », ce peuple « de cau­che­mars domp­tés », sans tou­te­fois se dépar­tir de sa soli­tude ins­tinc­tive, sinon de sa timi­di­té. Des pages comme un auto­por­tait d’un homme, d’une île, d’un archi­pel et d’une pla­nète. [E.C.]

Éditions Arléa, 2007


REBONDS

Cartouches 18, février 2018
Cartouches 17, jan­vier 2017
Cartouches 16, décembre 2016
Cartouches 15, novembre 2016
Cartouches 14, octobre 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.