Cartouches (16)


Les éco­no­mistes tour­nant en rond dans leur bocal, une aven­ture en mer, Joseph Kessel en Syrie, l’histoire du XXsiècle avec les lunettes de l’écologie, l’amour dans la guerre, des chats-bot­tés ven­geurs, quand les régimes poli­tiques tuent leur popu­la­tion, l’amitié d’un enfant et d’une mou­rante, une poète pour la nuit et com­ment dépous­sié­rer la phi­lo­so­phie : nos chro­niques du mois de décembre.


La Déconnomie, de Jacques Généreux 

S’il n’y avait qu’un livre d’économie à lire cette année par tous les non-éco­no­mistes las de ne rien com­prendre à ce qu’on leur serine à lon­gueur d’éditos mains­tream (l’impérative aus­té­ri­té bud­gé­taire, la fabu­leuse mon­dia­li­sa­tion, There is no alter­na­tive, etc.), ce serait sans aucun doute celui-là. Parfaitement péda­go­gique, il pré­sente aus­si un immense mérite : pour la pre­mière fois, il pose la ques­tion qui nous tra­ver­sait tous l’esprit sans que nous osions la nom­mer — com­ment est-il pos­sible que l’on ait fait autant de conne­ries, et que l’on conti­nue à fon­cer dans le mur sans en tirer les leçons ? Généreux nous offre donc plu­sieurs niveaux d’analyse : une décons­truc­tion en règle, d’abord, des pré­ten­dus bien­faits du capi­ta­lisme action­na­rial et de la théo­rie du ruis­sel­le­ment (le fameux « Dormez, braves gens, pen­dant qu’on s’enrichit, puisque vous en recueille­rez bien quelques miettes ») ; une approche psy­cho­lo­gique, ensuite, de la bêtise des gou­ver­nants, des éco­no­mistes, des ensei­gnants des uns et des autres et, de manière plus géné­rale, de toute une bio­sphère intel­lec­tuelle qui a fini par se convaincre de déte­nir la véri­té quand elle avait seule­ment oublié la leçon key­né­sienne : à savoir qu’il n’y a pas d’économie sans demande, et pas de demande sans pou­voir d’achat, et pas de pou­voir d’achat sans redis­tri­bu­tion. Dès lors, l’économiste fait œuvre de salu­bri­té publique en nous rap­pe­lant que le prin­ci­pal pro­blème n’est pas d’imaginer un autre sys­tème, mais d’avoir renon­cé à ima­gi­ner quoi que ce soit d’autre que l’existant ! L’indigence de nos poli­tiques éco­no­miques, « C’est la pen­sée d’un pois­son rouge, qui ne songe évi­dem­ment pas aux marges de manœuvre qu’il gagne­rait en chan­geant de bocal »… oubliant qu’il a fabri­qué son propre bocal et s’est enfer­mé à l’intérieur. Bref, ce démon­tage de la pen­sée décon­no­mique au nom du bon sens et de l’intelligence éco­no­miques fait un bien fou et donne toutes les clefs pour com­prendre ce qu’il reste à (dé)faire, dans un grand éclat de rire (jaune, bien sûr). [A.B]

Editions du Seuil, 2016

La Dernière manche, de Patrice Franceschi

Admettons que vous ayez le désir de retom­ber un peu en enfance, du moins dans ces zones heu­reuses de l’adolescence où l’on dévore Jules Verne et puis Joseph Kessel, une pin­cée de Robert Stevenson et une louche de Jack London. Admettons que vous ayez soif de grands espaces et de sen­ti­ments héroïques et fra­ter­nels. Le roman de Patrice Franceschi, l’aventurier aux mille vies, vient de res­sor­tir en poche et vous com­ble­ra. On est en 1937, au cœur de l’Amazonie. Trois hommes un peu déglin­gués s’embarquent pour un voyage impro­bable à bord de la Vaya con Dios, un rafiot bran­lant qui manque leur explo­ser (lit­té­ra­le­ment) entre les mains. L’un est un aven­tu­rier russe bou­gon et incre­vable qui tente déses­pé­ré­ment de don­ner un sens à sa vie, les deux autres sont trau­ma­ti­sés par de vieilles tra­hi­sons dont ils espèrent se rache­ter en allant au bout d’eux-mêmes. Alors qu’ils croyaient convoyer de l’or, ils s’aperçoivent que le bateau n’est que l’instrument d’un piège infer­nal. Dans un pay­sage somp­tueux et hos­tile, ils avancent dou­ce­ment vers leur rédemp­tion. L’atteindront-ils ? Il vous fau­dra lire pour le savoir. Et vous rap­pe­ler en lisant que Franceschi a inté­gra­le­ment ima­gi­né cette his­toire le temps d’une fié­vreuse expé­di­tion à pied par­mi des peu­plades per­dues. C’est en ren­trant qu’il jette sur le papier ses per­son­nages, recons­ti­tue l’intrigue menée tam­bour bat­tant, puis s’aperçoit qu’il a écrit le livre de l’honneur — celui qui raconte d’une cer­taine façon ce que signi­fie vivre, et mou­rir, pour quelque chose de plus grand que soi, sans que nul ne le sache, sans que nul ne nous y force – peut-être parce qu’il n’y a rien d’autre, rien de mieux, rien de plus grand à faire. Comme un pré­lude à cette « éthique du samou­raï moderne » à laquelle il nous disait, dans une inter­view pour Ballast, tra­vailler depuis plu­sieurs années. [A.B.]

Éditions Points, Aventure, 2016

En Syrie, de Joseph Kessel

Nous sommes en 1926. Joseph Kessel publie son pre­mier repor­tage. Tandis qu’il aver­tit son lec­teur de la dif­fi­cul­té de racon­ter un voyage, il se prête au jeu des images qu’il recons­ti­tue avec ses mots. Dans cet ouvrage, Kessel s’interroge tout autant que nous aujourd’hui : « La Syrie ? que savons-nous d’elle ? Avouons-le sans faux orgueil : quelques rémi­nis­cences his­to­riques sur les croi­sades, quelques pages célèbres, les beaux noms de Damas, de Palmyre, d’Euphrate, voi­là tout notre bagage pour une grande et féconde contrée pla­cée sous le man­dat fran­çais. » Aujourd’hui, nous fai­sons face au même constat, à ceci près que nous n’avons qu’un mot à la bouche lorsque nous par­lons de la Syrie : « guerre ». Sait-on juste qui se bat et pour­quoi ? Peu de gens le savent, peu de médias audio­vi­suels à forte audience nous le disent. Joseph Kessel se posait la même ques­tion, il se sen­tait ani­mé d’un devoir, celui d’informer, de racon­ter, de res­ti­tuer les faits. La Syrie, ber­ceau des civi­li­sa­tions, lieu de pas­sage d’une richesse et d’une beau­té sans fron­tière, fut le sol fécond de nom­breuses croyances. C’est pour­quoi il est aujourd’hui plus que néces­saire de se plon­ger dans l’ouvrage de Joseph Kessel : il faut non seule­ment com­prendre l’histoire de la Syrie mais aus­si, et sur­tout, sen­tir ce pays, le voir, le tou­cher. C’est ce que per­met En Syrie. À cha­cune des pages, nous sui­vons les ren­contres hautes en cou­leurs de son auteur et avons la douce impres­sion qu’il nous conte une belle intrigue roma­nesque. Il n’en est pour­tant rien : tout est vécu par Kessel et c’est ce qui fait la magie de En Syrie, car nous y sommes aus­si. [M.S.F.]

Éditions Gallimard, Folio, 2014

Du nou­veau sous le soleil. Une his­toire de l’environnement mon­dial au XXe siècle, de John R. McNeill

« Écrire l’histoire des temps modernes comme si les para­mètres vitaux de la pla­nète res­taient stables, comme s’il ne s’agissait que d’un élé­ment à l’arrière-plan des acti­vi­tés humaines, serait non seule­ment incom­plet mais aus­si trom­peur. » C’est toute l’ambition de ce livre, syn­thèse impres­sion­nante de cen­taines de tra­vaux docu­men­tant l’impact de l’humanité sur l’environnement : réécrire l’histoire du XXe siècle en inté­grant la variable éco­lo­gique. La pre­mière par­tie nous fait réa­li­ser l’ampleur des trans­for­ma­tions que l’environnement a subi sous les effets conjoints de l’augmentation de la popu­la­tion, du pro­grès tech­no­lo­gique, de la mon­dia­li­sa­tion et de sys­tèmes idéo­lo­giques basés sur la crois­sance éco­no­mique. Le XXe siècle a vu l’humanité se lan­cer à corps per­du dans « une expé­rience gigan­tesque non maî­tri­sée » — les chiffres sont ver­ti­gi­neux : entre 1890 et 1990, la popu­la­tion a été mul­ti­pliée par 4, la consom­ma­tion d’énergie par 13, la pêche de pois­son en mer par 35, la pro­duc­tion indus­trielle par 40, etc. Dans la deuxième par­tie, McNeill, his­to­rien ensei­gnant à l’université de Washington, montre une autre facette de ce siècle tant com­men­té en ana­ly­sant « les moteurs du chan­ge­ment » : démo­gra­phie, urba­ni­sa­tion, trans­for­ma­tions éco­no­miques et tech­no­lo­giques, idéo­lo­gies et poli­tiques. Car l’histoire envi­ron­ne­men­tale apporte un nou­veau regard sur les grands chan­ge­ments poli­tiques du XXe, que ce soit les révo­lu­tions, la déco­lo­ni­sa­tion, les guerres mon­diales ou les idéo­lo­gies, nom­breuses et concur­rentes, toutes mar­quées par l’impératif de crois­sance et l’inquiétude sécu­ri­taire. Certes, de nou­veaux mou­ve­ments por­tant les pré­oc­cu­pa­tions éco­lo­gistes appa­raissent dans les années 1970, mais leur impact est pour l’instant très mar­gi­nal. L’auteur n’offre pas de solu­tion miracle mais appelle, en bon his­to­rien, à com­prendre le pas­sé pour déci­der du futur, car la « socié­té indus­trielle » et ses habi­tants consi­dèrent comme immuables cer­taines variables qui ne le sont mal­heu­reu­se­ment pas, en par­ti­cu­lier la sta­bi­li­té du cli­mat, l’énergie bon mar­ché, l’accessibilité de l’eau potable et la bio­di­ver­si­té. Dans une pré­face à la tra­duc­tion fran­çaise, l’auteur revient sur la dizaine d’années qui s’est écou­lée depuis la publi­ca­tion de la ver­sion ori­gi­nale en 2000. Rien de bien nou­veau (sous le soleil) : la pen­sée poli­tique conti­nue à être domi­née par la quête de puis­sance éco­no­mique, et la dépen­dance aux com­bus­tibles fos­siles est plus que jamais déter­mi­nante, d’autant plus avec le décol­lage ver­ti­gi­neux de l’économie chi­noise. Tout reste à faire, donc. Nous voi­là armés d’une pile d’arguments sup­plé­men­taires même si, comme le sou­ligne l’auteur à pro­pos de la frus­tra­tion des cli­ma­to­logues face à l’inertie des popu­la­tions et de leurs élites : « Ces scien­ti­fiques ne sont tou­jours pas conscients que les don­nées seules, même quand elles sont lar­ge­ment accep­tées par les experts, sont rare­ment déci­sives en matière de poli­tique et d’opinion publique. » [M.H.]

Éditions Points, 2014

L’Adieu aux armes, d’Ernest Hemingway

Derrière le cynisme de la guerre, sa froi­deur et ses innom­brables des­truc­tions se cache une lueur d’espoir qui tient les sol­dats. Au-delà du front, l’amour se fait le tuteur des bles­sés qui tentent de se rele­ver. Dans son troi­sième ouvrage publié en 1929, Hemingway nous plonge dans l’histoire tra­gique de Frédéric et Catherine, enga­gés dans cette guerre qui semble ne pas avoir de fin. Tout au long de cet ouvrage deve­nu un clas­sique de la lit­té­ra­ture anglaise, nous sommes cap­ti­vés par le deve­nir des deux amou­reux, qui se ren­contrent, se perdent et se retrouvent, fai­sant face aux aléas de la guerre. Luttant contre la mala­die, la dis­tance et le fata­lisme, Catherine et Frédéric sont tenus par ce qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Alors que l’intrigue se déroule en plein milieu de la Première Guerre mon­diale, nous n’avons qu’une envie : que l’amour triomphe de ce car­nage, que les deux pro­ta­go­nistes se délectent d’une énième étreinte et qu’ils ne se quittent plus. Les pay­sages décrits par Hemingway sont froids, les sai­sons défilent au rythme d’une guerre qui ne laisse rien pas­ser. C’est dans un voca­bu­laire pes­si­miste et défai­tiste qu’Hemingway nous conte, avec la pru­dence d’un vieux sage, les déboires et la pas­sion que façonne l’amour en temps de guerre. Il n’est pas trop tard : vous pou­vez encore finir l’année 2016 avec un clas­sique. [M.S.F.]

Éditions Gallimard, 1972

La Nuit des chats bot­tés, de Frédéric H. Fajardie 

Paris, 1977. Sauveur de sca­ra­bées, timide, gauche, idéa­liste mais sur­tout arti­fi­cier, l’ex-commando Stéphan décide pour les beaux yeux de Jeanne de réac­tua­li­ser, avec son ami Paul, une épo­pée à la Don Quichotte — non pas contre des mou­lins à vent mais contre le capi­ta­lisme. Le père de sa nou­velle amou­reuse — obs­cur pro­lé­taire, ouvrier-pape­tier — va être ven­gé à titre post­hume par le dyna­mi­tage de cha­cun des rouages qui l’a broyé : du PMU à la cli­nique en pas­sant par Billancourt… Ni oubli, ni par­don, ni rémis­sion, ni pres­crip­tion ! Armés de leur cou­rage, leurs bottes et des cagoules à deux pointes, ces « Chats bot­tés » ouvrent des coins de ciel bleu dans la gri­saille gis­car­dienne à grands coups d’actions de gué­rilla et de plas­ti­cages. Une règle ? Pas de vic­time, sauf une, acci­den­telle, un notaire « qui tuait les petites gens à petit feu aus­si sûre­ment qu’un cha­pe­let de bombes au phos­phore sur un hos­pice de vieillards » ! Des ciels bleus qui n’annoncent nul­le­ment les len­de­mains désen­chan­teurs mit­ter­ran­diens de la décen­nie sui­vante. Plus que la beau­té du geste de dyna­mi­ter un pas­sé dou­lou­reux, il s’agit de créer une charge explo­sive et sub­ver­sive telle qu’ « Après notre his­toire, d’autres gens se diront : » Le monde est fou, vrai­ment, tout est pos­sible, tout peut arri­ver !» C’est un peu comme les super­hold-ups ou le pillage d’une grande sur­face par les clients, bour­geoises en tête. Un peu comme si, après ça, on n’entendait plus jamais des phrases comme « Il n’y a rien à faire, c’est comme ça depuis tou­jours, faut accep­ter son sort ». Face à ce gang de plas­ti­queurs, à la tête de l’État et à la pré­fec­ture de Paris, c’est la panique, qui se tra­duit logi­que­ment par une guerre des polices. Il faut avouer qu’aucun lien pal­pable ne rat­tache ces actions. Seul, le divi­sion­naire Nollet sent que leurs mobiles échappent à l’ordinaire, ce qui lui per­met de les iden­ti­fier. Fasciné secrè­te­ment par ce com­man­do dont le cre­do est « La vie est une opé­ra­tion de com­man­do. C’est une raz­zia sur l’amour, l’amitié, la ten­dresse, la bagarre, le pou­voir… », il est le plus à même de cer­ner leur psy­cho­lo­gie et leurs moti­va­tions qu’il semble par­ta­ger en par­tie. Et il n’est pas le seul, car ces chats bot­tés s’offrent même le luxe de recru­ter des com­plices par­mi leurs otages tem­po­raires. Le roman­tisme à la bou­ton­nière, l’explosif pour épée, les idéaux et l’amour pour ban­de­roles, ces chats bot­tés font de Paris une fête sin­gu­lière, une célé­bra­tion de valeurs et de révoltes d’un autre âge, une sorte de lutte des classes menée par des che­va­liers des temps modernes. [T.M.]

Éditions La Table ronde, 2016

☰ Diviser pour tuer. Les régimes géno­ci­daires et leurs hommes de mains, d’Abram de Swaan

Avec ce livre, Abram de Swaan apporte une contri­bu­tion impor­tante à la com­pré­hen­sion des situa­tions où la poli­tique, com­prise notam­ment comme usage de la dis­cus­sion argu­men­tée et régu­lée par des ins­ti­tu­tions et des rap­ports de forces, s’effondre et mène à un pas­sage à l’acte mons­trueux. Il s’agit dès lors de trai­ter de la ques­tion de la vio­lence de l’État non plus dans une pers­pec­tive uni­que­ment sym­bo­lique mais éga­le­ment phy­sique, et dans l’extrémité de celle-ci : la vio­lence phy­sique, ame­nant à la dis­pa­ri­tion d’un « autre », comme pour­suite d’une vio­lence sym­bo­lique ayant cir­cons­crit, iden­ti­fié et dénié une com­mune huma­ni­té. L’histoire récente est riche de ces moments et pour­tant dif­fi­cile à trai­ter : la des­truc­tion d’une popu­la­tion étant aus­si la des­truc­tion d’une mémoire. Du Rwanda à l’Holocauste en pas­sant par Pol Pot, Staline, Mao ou encore les pogroms anti-alle­mands en Europe de l’Est juste après la guerre (liste non exhaus­tive), l’ouvrage trouve le bon ton pour ne pas amoin­drir l’horreur des situa­tions tout en gar­dant le cap d’une rigueur des­crip­tive. De fait, quand bien même des phé­no­mènes se répètent-ils (l’usage du viol par exemple), de grandes dif­fé­rences sont obser­vées entre les méca­nismes à l’œuvre. Quatre modes d’extermination de masse sont ain­si étu­diés : « la fré­né­sie des vain­queurs », « la domi­na­tion par la ter­reur », « le triomphe des vain­cus », et les « méga­po­groms ». Mais l’ouvrage n’est pas seule­ment des­crip­tif, il pro­pose des pistes de réflexion et ouvre sur des remises en cause de cer­tains sté­réo­types liés aux régimes géno­ci­daires. C’est en ce qui concerne le crime en lui-même, sur le ter­rain, que l’ouvrage est le plus reven­di­ca­tif : si l’importance du contexte est sou­li­gné, l’auteur apporte nuances et contra­dic­tions à une pen­sée facile et domi­nante (« le consen­sus situa­tion­niste ») qui veut que, pour le meilleur et pour le pire, des « hommes ordi­naires sont capables de choses extra­or­di­naires ». Si la « situa­tion » importe, il ne faut pas pour autant nier les « dis­po­si­tions » des auteurs. Pour appré­hen­der cette ques­tion com­plexe, l’auteur, socio­logue, four­nit un tra­vail inter­dis­ci­pli­naire, riches en sources, croi­sant les sciences humaines (socio­lo­gie, his­toire, poli­tique, psy­cho­lo­gie) afin de sor­tir des cli­chés que le sujet ins­pire. Des réfé­rences ayant fait date sont intel­li­gem­ment — sans polé­mique inutile — dis­cu­tées, décons­truites ou remises en pers­pec­tive. Il est notam­ment ques­tion de la « bana­li­té du mal », asso­cié à Hannah Arendt, concept « ne résis­tant pas à l’examen cri­tique » ; mais aus­si des expé­riences de Milgram ou de Zimbardo, dont on ne peut tirer de conclu­sions hâtives et gros­sières, comme c’est trop sou­vent le cas. [J.C.]

Éditions du Seuil, Liber, 2016

La Vie devant soi, d’Émile Ajar (Romain Gary)

Madame Rosa ne peut pas mon­ter les six étages de son immeuble seule. Son poids porte dif­fi­ci­le­ment ses deux jambes et son état de san­té ne l’aide pas. Elle ne peut pas le faire et pour­tant, elle le doit. Du moins, elle le devait, avant de faire la ren­contre de Momo, un petit gar­çon arabe épris d’un amour sans bornes pour la vieille femme juive. Tandis que Madame Rosa attend sa mort, Momo fait tout pour qu’elle puisse vivre ses der­niers ins­tants auprès de lui, chez elle, loin de la sté­ri­li­té que revêt l’hôpital. Cette his­toire, voyage au centre de la vie, nous met face à nos propres craintes, notre propre mort, nos propres sen­ti­ments. Véritable cathar­sis, l’intrigue nous enseigne l’art de vivre nos affects et celui d’accepter la fata­li­té de la mort : « Il ne faut pas pleu­rer, mon petit, c’est natu­rel que les vieux meurent. Tu as toute la vie devant toi. » À tra­vers le per­son­nage de Momo, Gary nous pro­digue de somp­tueuses piqûres de rap­pel : « Parce qu’on ne peut pas vivre sans quelqu’un à aimer ». Ce que l’opinion com­mune juge­rait d’une lai­deur sans pareille devient, grâce au per­son­nage de Momo et au style de Gary, d’une beau­té trans­cen­dante : « Elle était si triste qu’on ne voyait même pas qu’elle était moche ». [M.S.F.]

Éditions Gallimard, Folio, 1982

Plus haut que les flammes, de Louise Dupré

Étrange dou­ceur un peu tor­tu­rée que celle des poèmes de Louise Dupré, poète qué­bé­coise recon­nue. Tout com­mence dans la dou­leur d’Auschwitz et finit dans la gloire d’une enfance, « Le monde minus­cule / accro­ché à ton cou », qui invente la pos­si­bi­li­té recom­men­cée de la joie. « Ton poème a sur­gi / de l’enfer » : les pre­mières pages, sombres, au souffle court, disent l’irrespirable de la souf­france, les matins d’apocalypse, les visages de la ter­reur, les corps contour­nés des toiles de Bacon, le sou­ve­nir des cendres. Et puis, comme un étran­ger qui pénètre par effrac­tion dans le monde, voi­ci l’innocent qui sur­git d’entre les pages, s’impose au-delà des mots qu’on lui raconte : « Mais le plus petit moi­neau / suf­fit encore à l’enfant / pour se bri­co­ler des ailes ». C’est l’enfant qui oblige la femme à se sur­vivre, « L’enfant a une fenêtre / ouverte / dans la poi­trine / avec vue / sur le cou­rage ». Celle qui se lais­sait aller à l’égarement, à l’effarement, revient len­te­ment vers une lumière pâle, les petites larmes, le chant secret des caresses. On ne sait pas très bien défi­nir au pre­mier abord ce qui nous touche dans la sim­pli­ci­té de cette langue naïve, à peine audible par­fois, « Suspendue à l’idée / qu’il n’est pas trop tard / pour l’impossible », mais le fait est que la magie opère : dans la pau­vre­té du lan­gage, sans extra­va­gance ni hour­ras, le poète parle à cet enfant qui l’accompagne, conti­nue de s’avancer sur un che­min mal pavé, l’admet enfin : « Dans cette digni­té / qu’on appelle par­fois poème / la joie tient à un fil / invi­sible ». Et ce n’est pas le plus mince mérite de ce recueil que de pré­ser­ver l’invisibilité du fil, comme s’il ne fal­lait pas voir la corde ten­due sur l’arc de l’âme, le câble trem­blant dans le vent sur lequel dansent encore les funam­bules, « Jusqu’à ébran­ler / les parois indes­truc­tibles / de ta peur ». Pour tous ceux qui vou­draient tendre l’oreille vers une petite musique de nuit, cré­pi­tant d’effroi et de ten­dresse mêlées. [A.B.]

Éditions Bruno Doucey, 2015

33 leçons de phi­lo­so­phie par et pour les mauvais gar­çons, d’Alain Guyard

Des leçons ? De phi­lo­so­phie ? Par et pour les mau­vais gar­çons ? Voilà quelques mots que l’on a du mal à voir côte à côte, et pour­tant c’est le pari ori­gi­nal que tente le phi­lo­sophe forain Alain Guyard. Si vous cher­chez un manuel de déve­lop­pe­ment per­son­nel pour débu­ter la nou­velle année du bon pied, un clas­sique du rayon Philosophie de votre librai­rie favo­rite, alors pas­sez votre che­min, vous faites fausse route ! Et puis si vous êtes une fille, ce livre s’adresse à vous aus­si, pas d’inquiétude. Contrairement à ce qu’indique le titre, cette claque phi­lo­so­phique plu­tôt, n’épargne per­sonne. Elle s’adresse à tous ! Enfin… à tous ceux qui n’ont pas peur de voir vaciller leurs connais­sances phi­lo­so­phiques et leurs cer­ti­tudes, à tous ceux qui ne s’effraient pas du lan­gage sin­gu­lier de notre guide dans cette his­toire per­son­nelle de la phi­lo­so­phie, un lan­gage fait d’argot et d’expressions fleu­ries. De Socrate à Albert Cossery en pas­sant par Marc-Aurèle, Spinoza, Nietzsche ou encore Alexandre Jacob, il ne s’agit pas de l’énième gale­rie de por­traits d’une his­toire de la phi­lo­so­phie dans laquelle on a du mal ren­trer tel­le­ment elle est recou­verte de pous­sière. Avec Alain Guyard, la phi­lo­so­phie n’a que ce qu’elle mérite : être mise à hau­teur d’homme, mau­vais ou bon ! À l’instar de ce qu’il pro­pose dans ses dif­fé­rentes inter­ven­tions de phi­lo­so­phie vaga­bonde (pour en savoir plus sur ce point, on vous conseille le vision­nage du docu­men­taire La Philo Vagabonde de Yoann Laffort), le pen­seur iti­né­rant pré­sente d’abord la ou le phi­lo­sophe envi­sa­gé d’un point de vue bio­gra­phique et contex­tuel, mais tou­jours déca­lé. Socrate prend les traits d’un phi­lo­sophe de comp­toir ou d’un gar­çon bou­cher, Descartes écume les champs de bataille euro­péens, Foucault est décrit comme un skin­head d’ultragauche, pour ne citer qu’eux ! Cette par­tie « théo­rique » sert à mettre en lumière un élé­ment saillant de la pen­sée étu­diée avant d’enchaîner sur une deuxième par­tie encore plus tru­cu­lente : la par­tie « pra­tique ». Armé d’une iro­nie aigui­sée à sou­hait, Guyard pro­pose des exer­cices pra­tiques pour le quo­ti­dien, à la manière des sages amou­reux de la Grèce antique. Eh oui ! parce que la phi­lo­so­phie ça se vit ! Un conseil quant à ces par­ties « pra­tiques », n’essayez peut-être pas de toutes les mettre en appli­ca­tion, sinon il n’y a pas que vos cer­ti­tudes phi­lo­so­phiques qui ris­que­raient de voler en éclats mais aus­si quelques-unes de vos dents ou de vos rela­tions sociales… [R.L.]

Le Dilettante, 2013


Bannière : Kathleen Hanna par Pat Graham


REBONDS

Cartouches 15, novembre 2016
Cartouches 14, octobre 2016
Cartouches 13, sep­tembre 2016
Cartouches 12, juillet 2016
Cartouches 11, juin 2016

Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.