Notre dixième numéro sort le 2 décembre en librairie.
 

Amérique latine : les gauches dans l’impasse ?


Entretien inédit pour le site de Ballast

L’URSS effon­drée, on annonce sans tar­der la fin de l’Histoire. Rien ne semble pou­voir endi­guer la sub­mer­sion néo­li­bé­rale mon­diale, lorsque sur­git, en 1994, le sou­lè­ve­ment zapa­tiste au Mexique. Cinq ans plus tard, Chávez prend le pou­voir au Venezuela : le début d’un long pro­ces­sus de rup­ture, par les urnes, sur le conti­nent lati­no-amé­ri­cain — Lula au Brésil, Morales en Bolivie, Correa en Équateur, Mujica en Uruguay… Une par­tie de la gauche radi­cale occi­den­tale tourne alors son regard, non sans espoir, de l’autre côté de l’Atlantique Sud. Deux décen­nies plus tard, quel bilan effec­tuer ? Succès et limites, contra­dic­tions et spé­ci­fi­ci­tés : c’est à une lec­ture cri­tique, réso­lu­ment ancrée à gauche, qu’in­vitent les trois auteurs du livre Fin de par­tie ? Amérique latine : les expé­riences pro­gres­sistes dans l’im­passe (1998–2019). Nous en dis­cu­tons avec l’un d’entre eux, Franck Gaudichaud, pro­fes­seur en Histoire et civi­li­sa­tion des Amériques latines et membre de l’as­so­cia­tion France Amérique latine.


Quelles lunettes faut-il por­ter pour appré­hen­der cor­rec­te­ment l’Amérique latine des der­nières décennies ?

Il faut se gar­der d’a­bor­der de manière uni­forme le sous-conti­nent : on est face à une très grande diver­si­té d’ex­pé­riences his­to­riques, cultu­relles, lin­guis­tiques… C’est là une évi­dence. Une ana­lyse glo­bale peut écra­ser ces spé­ci­fi­ci­tés d’un ensemble de plus de 600 mil­lions d’habitants et de 20 pays. Dans l’es­sai, on a essayé de navi­guer entre les deux : offrir une vision assez géné­ra­liste et s’ap­puyer sur cer­tains exemples spé­ci­fiques plus détaillés. Notre focale est celle des mou­ve­ments popu­laires, de leurs mobi­li­sa­tions et des conflits de classe dans la région. De ce point de vue socio­po­li­tique cri­tique, on peut déter­mi­ner trois périodes. La pre­mière com­mence à la fin des années 1990 avec l’é­mer­gence plé­béienne d’une remise en cause de l’a­gen­da de Washington, du néo­li­bé­ra­lisme, des oli­gar­chies en place : un moment des­ti­tuant très fort avec de grandes explo­sions sociales. La seconde, de 2002–2003 à 2011, est celle de l’as­cen­sion de gou­ver­ne­ments dits « progressistes ».

« Leur pré­ten­tion était de rompre avec le néo­li­bé­ra­lisme et le consen­sus de Washington, inves­tir dans l’é­du­ca­tion, l’al­pha­bé­ti­sa­tion, les infra­struc­tures, etc., mais sans rup­ture avec le capitalisme. »

Avec l’é­lec­tion de Chávez, de Lula, un cycle poli­tique s’ouvre, et pas seule­ment élec­to­ra­le­ment : il débouche sur des aspects ins­ti­tu­tion­nels, de nou­veaux par­tis, de pro­fondes réformes sociales et consti­tu­tion­nelles — tout en étant issu de mobi­li­sa­tions anté­rieures. Pour le dire vite, c’est « l’âge d’or » des pro­gres­sismes. La troi­sième période, par­fois nom­mée « fin de cycle », s’ouvre en 2011–2012 et n’est en fait tou­jours pas finie : c’est la phase régres­sive, mar­quée par des ten­sions tou­jours plus fortes entre les pro­gres­sismes et les classes popu­laires ain­si qu’a­vec une par­tie de la gauche intel­lec­tuelle et cri­tique. C’est le moment de la crise éco­no­mique aus­si et des coups d’États « par­le­men­taires » (Honduras dès 2009, Paraguay, Brésil) ou mili­taires (Venezuela, Bolivie), avec le sou­tien plus ou moins direct des États-Unis. Dans cette conjonc­ture en ten­sion, les droites et extrême droites avancent de plus en plus. On voit émer­ger toutes les limites d’un modèle néo­dé­ve­lop­pe­men­tiste et/ou néoex­trac­ti­viste — le poli­to­logue Jeffrery Webber parle de capi­ta­lisme d’État. Bolsonaro au Brésil serait le point ultime de cette régres­sion « à droite toute ».

Que recouvre exac­te­ment l’ex­pres­sion d’« expé­riences pro­gres­sistes » dans le contexte lati­no-amé­ri­cain de la fin du XXe et début XXIe siècle ?

C’est un vrai pro­blème — pas seule­ment aca­dé­mique mais poli­tique — d’ar­ri­ver à carac­té­ri­ser cette expres­sion. À leurs débuts, tous les gou­ver­ne­ments des expé­riences pro­gres­sistes reven­diquent un post-néo­li­bé­ra­lisme. Comme le disait Rafael Correa, « la région ne vit pas une époque de chan­ge­ments mais un chan­ge­ment d’é­poque ». Il y aurait donc les gou­ver­ne­ments de type « natio­naux-popu­laires », une grande tra­di­tion latino-américaine1 : Chávez (Venezuela), Morales (Bolivie), Correa (Équateur) sont le signe d’un retour de cette forme natio­nale-popu­laire « radi­cale », accom­pa­gnée ici par la reven­di­ca­tion de l’anti-impérialisme. Mais les pro­gres­sismes recouvrent aus­si des expé­riences davan­tage sociales-libé­rales ou de centre gauche, dans les­quelles on peut inclure le Parti des tra­vailleurs (PT) de Lula ou le Front large de l’Uruguay — le kir­che­né­risme en Argentine étant, lui, plus proche des pre­miers par son his­toire et des seconds par son orien­ta­tion éco­no­mique. Ces nou­veaux gou­ver­ne­ments ont pour traits com­muns de sur­gir sur la base de mou­ve­ments sociaux des années 1990–2000 ou, au moins, de se reven­di­quer en par­tie de l’ex­pé­rience syn­di­cale et des reven­di­ca­tions des mou­ve­ments popu­laires. Très sou­vent, on retrouve éga­le­ment au centre du dis­po­si­tif pro­gres­siste une figure cha­ris­ma­tique, « hyper-pré­si­den­tielle » — ce qui pose sur le long terme un vrai pro­blème poli­tique et démo­cra­tique. D’autre part, il y a sou­vent une visée néo­dé­ve­lop­pe­men­tiste, de retour de l’État (plus ou moins mar­qué selon les confi­gu­ra­tions), et une uti­li­sa­tion de la rente extrac­tive (pétro­lière, minière ou agro-indus­trielle par exemple) pour la redis­tri­buer au sein de pro­grammes sociaux, fai­sant bais­ser la pau­vre­té et les inéga­li­tés. Leur pré­ten­tion était de rompre avec le néo­li­bé­ra­lisme et le consen­sus de Washington, inves­tir dans l’é­du­ca­tion, l’al­pha­bé­ti­sa­tion, les infra­struc­tures, etc., mais sans rup­ture avec le capi­ta­lisme. Les « pro­gres­sismes », en ce sens, ne s’inscrivent pas dans la filia­tion des gauches révo­lu­tion­naires et anti­ca­pi­ta­listes lati­no-amé­ri­caines des années 1960 et 70.

Brigada Ramona Parra, Chili (DR)]

Vous por­tez d’ailleurs un regard cri­tique sur ces « pro­gres­sismes ». Passé l’en­goue­ment des pre­miers temps, une bonne par­tie de la gauche radi­cale semble regar­der ailleurs au moment d’en tirer le bilan : pour­quoi ça ?

C’est très clair : il n’y a pas l’en­vie d’ap­pro­fon­dir la vision cri­tique et de faire les bilans de ces 20 années de gou­ver­ne­ments. En France et en Europe, il y a eu un enthou­siasme cer­tain au sein de la gauche sociale et poli­tique pour l’Amérique latine dans les années 1990 et 2000. L’ouverture de ce grand cycle, qu’on a appe­lé par­fois le « tour­nant à gauche », a quand même redon­né du baume au cœur et du rose aux joues, et pas seule­ment en Amérique latine. Face au TINA2 de Thatcher, il y avait des alter­na­tives, y com­pris de type gou­ver­ne­men­tales ; on a recom­men­cé à par­ler de socia­lisme (du « XXIe siècle » ou « com­mu­nau­taire ») et la notion de « bien vivre » [Buen Vivir en espa­gnol, ndlr] s’est ins­tal­lée. Toute une par­tie de la gauche à visée ins­ti­tu­tion­nelle s’est engouf­frée là-dedans. Ils y ont lu la pos­si­bi­li­té de tra­duire en France ce qui se pas­sait là-bas au plan gou­ver­ne­men­tal. Face à la dyna­mique popu­laire, les gauches radi­cales ont aus­si sui­vi le mou­ve­ment, mais avec davan­tage de dis­tance cri­tique et d’autonomie. Pour une par­tie des orga­ni­sa­tions, on sent main­te­nant une sorte de mau­vaise conscience, comme s’il ne fal­lait pas remuer le cou­teau dans la plaie, comme s’il fal­lait évi­ter de débattre col­lec­ti­ve­ment de ce qui n’a pas mar­ché. C’est pour­tant néces­saire. Non pas pour faire « la leçon » aux peuples lati­no-amé­ri­cains, pas du tout !, mais parce que ce sont pré­ci­sé­ment les dis­cus­sions qui se mènent dans le champ de la pen­sée cri­tique lati­no-amé­ri­caine aujourd’­hui et des espaces poli­tiques à gauche3.

« Détourner le regard revien­drait à dire Quand vous faites des choses qui nous plaisent, on est soli­daires, et quand ça com­mence à mal tour­ner, on s’in­té­resse à autre chose. »

Détourner le regard revien­drait à dire « Quand vous faites des choses qui nous plaisent, on est soli­daires, et quand ça com­mence à mal tour­ner, on s’in­té­resse à autre chose ». Il y a là un vrai pro­blème. Aujourd’hui il serait bien, y com­pris au sein de La France insou­mise, par exemple, qu’il y ait une lec­ture et des bilans cri­tiques : ça serait même indis­pen­sable. On nous reproche par­fois d’avoir nous-mêmes trop long­temps accom­pa­gné ces pro­ces­sus. Personnellement, j’assume et je conti­nue à pen­ser que les pre­miers temps de l’ex­pé­rience cha­viste, ou encore l’expérience boli­vienne, sont mar­qués par une impul­sion popu­laire mas­sive pour sor­tir du néo­li­bé­ra­lisme, une volon­té de recons­truire de la sou­ve­rai­ne­té face aux impé­ria­lismes, de s’af­fron­ter aux domi­nants, et qu’il était légi­time de sou­te­nir « en bas, à gauche4 ». Cela n’empêche pas de voir après 20 ans d’ex­pé­rience les obs­tacles, les limites, les invo­lu­tions et les impasses stra­té­giques, et tout ce qui a en interne été un frein à l’au­to-orga­ni­sa­tion et à la démo­cra­ti­sa­tion réelle.

Parmi ces limites, vous écri­vez que « le grand capi­tal en géné­ral a su béné­fi­cier de l’âge d’or pro­gres­siste » : de quelle façon ?

Jeffrery Webber montre que cette période est sur­dé­ter­mi­née par un prix des matières pre­mières très éle­vé : leurs courbes des prix sont extrê­me­ment liées à l’as­cen­sion des pro­gres­sismes. Le capi­tal étran­ger et inter­na­tio­nal a gagné des parts de mar­ché : on parle de « soja­ti­sa­tion » de l’Argentine sous Kirchner, de la conso­li­da­tion de l’empire de Monsanto au Brésil sous Lula et Rousseff, de l’extension des conces­sions pétro­lières dans la frange de l’Orénoque5 avec Maduro, etc. Il y a eu repro­duc­tion de l’in­ser­tion péri­phé­rique (inégale et com­bi­née) de ces pays dans l’é­co­no­mie mon­diale au sein de la divi­sion inter­na­tio­nale du tra­vail, avec une dépen­dance néo­co­lo­niale liée au prix des matières pre­mières. L’idée des gou­ver­ne­ments était que face à l’im­men­si­té de l’urgence sociale, il fal­lait faire feu de tout bois pour pou­voir finan­cer de nou­velles poli­tiques publiques et trans­ferts condi­tion­nés d’espèces, qui ont sui­vi les prin­cipes du mar­ché et ont sou­vent eu un carac­tère « assistencialiste6 ». Mais en l’absence de trans­for­ma­tion struc­tu­relle ou de ponc­tion directe sur les hauts reve­nus, l’amélioration réelle et très rapide (bien que sou­vent mal­heu­reu­se­ment tem­po­rai­re­ment) du sort des plus pauvres s’est aus­si faite en paral­lèle avec un extrac­ti­visme for­ce­né, l’ouverture aux capi­taux étran­gers, et para­doxa­le­ment la conso­li­da­tion de cer­taines frac­tions des classes domi­nantes. Ces gou­ver­ne­ments n’ont pra­ti­qué aucune poli­tique fis­cale un peu auda­cieuse (alors que les impôts sur le reve­nu et le patri­moine sont ridi­cu­le­ment bas en Amérique latine) — pour­tant même la gauche sociale-démo­crate a, d’habitude, une visée d’im­pôt pro­gres­siste sur le capi­tal ! Correa est le seul à avoir un peu essayé, mais il a recu­lé face à la mobi­li­sa­tion du patro­nat et des classes moyennes. Plus glo­ba­le­ment, il n’y a pas eu de trans­for­ma­tion des rela­tions sociales de pro­duc­tion : les salaires mini­mums ont été for­te­ment aug­men­tés dans plu­sieurs pays mais les droits des tra­vailleurs ont fina­le­ment peu été éten­dus et, sur­tout, les rap­ports sala­riaux n’ont pas été bou­le­ver­sés. Du fait de cette absence de trans­for­ma­tions struc­tu­relles, dès que la crise arrive c’est l’en­semble de ces équi­libres entre les classes ins­tal­lées par les pro­gres­sismes qui s’ef­fondre ; seuls les domi­nants tirent leur épingle du jeu.

Apitatán, Équateur (DR)]

Pétrole, mine­rais, bois, bio-car­bu­rants : bon nombre de ces pays ont un modèle éco­no­mique basé sur l’extractivisme, l’exploitation des terres. Vous men­tion­nez la forte dépen­dance éco­no­mique à l’exportation et aux cours mon­diaux, mais cela pose aus­si des sou­cis éco­lo­giques et a entrai­né des conflits avec des peuples indigènes…

Vous avez rai­son : les ques­tions du « megaextractivisme7 » sont à la base de la cris­tal­li­sa­tion des ten­sions entre les pro­gres­sistes, les mou­ve­ments sociaux-éco­lo­gistes et cer­taines com­mu­nau­tés indi­gènes. Alors qu’il y avait encore des fortes capa­ci­tés éco­no­miques (la Bolivie était même louée par la Banque mon­diale pour ses résul­tats), ce modèle « néoex­trac­ti­viste progressiste8 » a mul­ti­plié les « zones de sacri­fices », les conflits sociaux-envi­ron­ne­men­taux et le rejet de com­mu­nau­tés défen­dant leurs ter­ri­toires. L’extension de la fron­tière extrac­tive, agro-indus­trielle, pétro­lière, a englou­ti des mil­lions de kilo­mètres car­rés pen­dant ces années-là.

Où, par exemple ?

Je vais vous en don­ner deux. En Bolivie, durant le conflit Tipnis, une par­tie du mou­ve­ment indi­gène s’op­pose à la construc­tion d’une grande route qui devait tra­ver­ser l’Amazonie boli­vienne depuis le Brésil — Evo Morales se retrouve en oppo­si­tion avec une par­tie de sa base indigène9. En Équateur, le pro­jet Yasuni était en quelque sorte la grande vitrine inter­na­tio­nale éco­lo­giste de Correa10. Il a recu­lé et aujourd’­hui une par­tie du parc Yasuni, l’une des zones les plus bio­di­ver­si­fiées au monde, est exploi­tée. Les rap­ports entre Correa et la Confédération des natio­na­li­tés indi­gènes de l’Équateur (CONAIE) ont été éga­le­ment viru­lents : il les trai­tait par médias inter­po­sés « d’é­co­lo­gistes infan­tiles », voire de ter­ro­ristes éco­lo­gistes, et les mou­ve­ments indi­gènes lui répon­daient qu’il était auto­ri­taire et un des­truc­teur de la Terre-Mère… Le vice-pré­sident García Linera a aus­si accu­sé les éco­lo­gistes et les ONG du Nord de vou­loir trans­for­mer les Boliviens en gar­diens de parcs des pays du Sud. Sa posi­tion était de dire : « Vous vou­lez qu’on conti­nue à être pauvres sans exploi­ter nos richesses ? »

« Leur carac­tère par­fois ultra-mino­ri­taire, dog­ma­tique ou éloi­gné d’autres sec­teurs des classes popu­laires, reste un frein pour pen­ser des pro­jets démo­cra­tiques éco­so­ciaux radicaux. »

Il faut entendre cette argu­men­ta­tion, bien enten­du, d’au­tant que ce sont les pays du Nord qui sont les prin­ci­paux res­pon­sables de la crise éco­lo­gique mon­diale. Mais c’était éga­le­ment une manière habile pour le pou­voir boli­vien de réduire au silence les mou­ve­ments et les col­lec­tifs de son pays qui récla­maient une réflexion sur un autre modèle de déve­lop­pe­ment. L’extractivisme est aujourd’­hui au cœur des grands affron­te­ments sociaux et envi­ron­ne­men­taux dans toute l’Amérique latine. Dans le der­nier cha­pitre de notre livre, l’his­to­rien et socio­logue Massimo Modonesi s’in­ter­roge : quelles sont les alter­na­tives ? Un des drames de la période pro­gres­siste est de ne pas avoir répon­du à cette ques­tion. Mais si les diverses com­po­santes des gauches sociales et poli­tiques anti­ca­pi­ta­listes, auto­no­mistes, liber­taires, anti-extrac­ti­vistes, indi­gènes, fémi­nistes, déco­lo­niales, etc., ont pu réus­sir à construire çà ou là des expé­riences locales très riches, fon­da­men­tales pour la suite, elles n’ont pas tou­jours démon­tré qu’elles pou­vaient débou­cher sur une échelle plus large, en par­tie à cause des bâtons dans les roues que les gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes leur ont mis. Mais pas seule­ment : leur carac­tère par­fois ultra-mino­ri­taire, dog­ma­tique ou éloi­gné d’autres sec­teurs des classes popu­laires, reste un frein pour pen­ser des pro­jets démo­cra­tiques éco­so­ciaux radi­caux, du « bien vivre » (aus­si bien en alter­na­tive aux pro­gres­sismes en crise qu’aux droites à l’offensive).

Si cer­taines avan­cées éco­no­miques et sociales ont per­mis une hausse du niveau de vie des classes popu­laires, d’au­cuns pointent qu’é­lec­to­ra­le­ment, cela n’a pas tou­jours béné­fi­cié aux diri­geants pro­gres­sistes. La jour­na­liste Maëlle Mariette s’est ain­si deman­dée : « La gauche boli­vienne a‑t-elle enfan­té ses fos­soyeurs ? » Cette dyna­mique qui pousse les classes popu­laires à se détour­ner des poli­tiques ayant œuvré en leur faveur était-elle évitable ?

Il y a une dis­cus­sion, depuis 2010, au sein de la pen­sée cri­tique lati­no-amé­ri­caine entre celles et ceux qui étaient ali­gnés der­rière les gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes et celles et ceux qui poin­taient les contra­dic­tions internes de ces pro­ces­sus. García Linera, qui a un rôle d’in­tel­lec­tuel organique11 des pro­gres­sismes (puis­qu’il est à la fois un socio­logue brillant et a été vice-pré­sident de la Bolivie durant 13 ans), déve­lop­pait l’ar­gu­men­taire sui­vant : la Bolivie est dans une phase révo­lu­tion­naire, faite d’a­van­cées et de reculs. Dans ce pro­ces­sus sinueux, « par vague », on a per­mis à des classes popu­laires, métisses et indi­gènes, d’é­mer­ger, de deve­nir des « classes moyennes », d’a­voir accès à un nou­veau mode de consom­ma­tion, d’être insé­rés dans le nou­veau modèle éco­no­mique et poli­tique plu­ri­na­tio­nal, et une par­tie d’entre elles se retourne « contre nous ». Le papier de Maëlle Mariette relaie une par­tie de cette argu­men­ta­tion — qu’il faut prendre en compte. Mais la cri­tique que l’on peut en faire, c’est de se deman­der quel type d’« inser­tion » les pro­gres­sistes ont pro­po­sé aux classes popu­laires ? Or cette « émer­gence » s’est faite par la consom­ma­tion et des pro­grammes d’as­sis­tance sui­vant les méca­nismes du marché.

Rogério Pedro, Brésil (DR)]

Je pré­cise : il était bien enten­du urgent et néces­saire de mul­ti­plier — enfin ! — les poli­tiques publiques de com­bat de la pau­vre­té après des décen­nies d’ajustement struc­tu­rel du FMI. Mais, bien sou­vent ces poli­tiques sont res­tées enfer­mées dans les logiques proches de celles pro­po­sées par la Banque mon­diale dans le com­bat de la pau­vre­té. Et, en termes de par­ti­ci­pa­tion poli­tique, de capa­ci­té à agir sur l’en­semble du gou­ver­ne­ment et de ses orien­ta­tions, on a vu une forme de « trans­for­misme », de démo­bi­li­sa­tion et de coop­ta­tion « par en haut » s’installer, comme le sou­ligne Massimo Modonesi à par­tir de caté­go­ries de Gramsci. Il y a eu incor­po­ra­tion des orga­ni­sa­tions popu­laires et de leurs diri­geants, en par­tie par l’ap­pa­reil d’État, dans une forme de « pas­si­vi­sa­tion » de ces orga­ni­sa­tions et des grandes cen­trales syn­di­cales, au lieu de favo­ri­ser l’au­to-orga­ni­sa­tion. C’est for­te­ment le cas avec le PT et la Central unique des tra­vailleurs (CUT) au Brésil. En Bolivie et en Argentine, cer­tains lea­ders sociaux de poids pas­saient dans les cabi­nets minis­té­riels. Une par­tie des orga­ni­sa­tions popu­laires vou­laient effec­ti­ve­ment voir leurs lea­ders influen­cer ces ins­ti­tu­tions, mais le prix a été celui du désar­me­ment de l’au­to­no­mie popu­laire. Dès qu’il y avait des formes d’au­to-orga­ni­sa­tion un peu visibles, elles étaient mêmes dési­gnées comme fai­sant le tra­vail de l’en­ne­mi, voire étant au ser­vice de l’impérialisme…

Il y a donc eu une « domes­ti­ca­tion » de cer­taines classes en leur don­nant davan­tage accès au sec­teur mar­chand, sans pour autant les inté­grer dans un pro­ces­sus démo­cra­tique — pris au sens large, y com­pris sur le champ pro­duc­tif et celui du travail ?

« Sans la capa­ci­té d’in­ter­ve­nir dans les moyens de pro­duc­tion, de faire ren­trer la démo­cra­tie dans le champ éco­no­mique, il manque évi­dem­ment tout un pan de la trans­for­ma­tion sociale. »

Les ques­tions du tra­vail et du sala­riat sont effec­ti­ve­ment cen­trales dans un pro­ces­sus de trans­for­ma­tion sociale12. Ce n’est certes pas une petite affaire qui peut se régler d’un coup de baguette magique, même en contrô­lant l’exécutif — sur­tout lorsque les médias, les acteurs éco­no­miques et une par­tie de l’appareil d’État vous sont hos­tiles. Mais c’est tout de même un noyau cen­tral, il me semble. Les expé­riences de contrôle ouvrier, ou de coges­tion, ont toutes été anni­hi­lées par la bureau­cra­tie, au Venezuela par exemple. Il y avait un grand mou­ve­ment coopé­ra­ti­viste dans ce pays, avec des dizaines de mil­liers de coopé­ra­tives, mais cela a été uti­li­sé essen­tiel­le­ment de manière clien­té­liste. Même chose pour les conseils com­mu­naux, un des aspects les plus vivants du pro­ces­sus boli­va­rien, ense­ve­lis sous la crise et la cor­rup­tion de masse. Les ten­ta­tives ont soit été étouf­fées, soit répri­mées. En Argentine il y avait un mou­ve­ment de reprise des entreprises13, mais Kirchner et Fernández ne sont pas du tout dans une posi­tion de sou­tien : au contraire. Sans la capa­ci­té d’in­ter­ve­nir dans les moyens de pro­duc­tion, de faire ren­trer la démo­cra­tie dans le champ éco­no­mique, il manque évi­dem­ment tout un pan de la trans­for­ma­tion sociale.

En octobre 2019, l’Organisation des États amé­ri­cains (OEA) consi­dère que l’élection d’Evo Morales en Bolivie repo­sait sur une fraude, et il se voit éjec­té du pou­voir. On appren­dra plus tard qu’il n’y avait vrai­sem­bla­ble­ment eu aucune fraude : l’élection était régle­men­taire et Morales a donc été vic­time d’un coup d’État. Vous confirmez ?

J’en suis per­sua­dé depuis le début : il ne fait aucun doute que c’est un coup d’État. Rappelons d’ailleurs que l’his­toire boli­vienne a été mar­quée par des coups d’États civi­co-mili­taires tout au long du XXe siècle. L’intervention des forces armées et de la police a été déter­mi­nante dans la chute de Morales. Il y a eu une confu­sion, for­te­ment ali­men­tée par l’OEA, avec un rap­port com­plè­te­ment mani­pu­la­teur et inexact sur le scru­tin. On sait aujourd’­hui qu’il n’y a pas eu de fraude mas­sive, et Evo Morales a été élu sur le fil du rasoir, preuve d’une popu­la­ri­té en baisse. La Bolivie était jusque-là l’ex­pé­rience natio­nale-popu­laire radi­cale la plus sta­bi­li­sée, conso­li­dée sur le plan éco­no­mique. Sous Evo, la Bolivie a plus que tri­plé la richesse natio­nale, c’est his­to­rique ! Il dis­po­sait d’une forte légi­ti­mi­té per­son­nelle, de même que le Mouvement vers le socialisme14 (MAS) a main­te­nu des liens forts avec des orga­ni­sa­tions popu­laires, indi­gènes et pay­sannes. Malgré cela, il y a eu une désaf­fec­tion tou­jours plus grande des sou­tiens de la base popu­laire du MAS (et pas seule­ment des fameuses « classes moyennes »). Quand le coup d’État arrive, il n’y a pas de grande mobi­li­sa­tion du peuple en sou­tien à Morales : la mobi­li­sa­tion popu­laire qu’il y a eu a même plu­tôt dénon­cé ce qui été pré­sen­té par les médias comme une « fraude », et elle a été immé­dia­te­ment cana­li­sée par les sec­teurs de la droite la plus dure, évan­gé­liste, raciste, autour du Comité civique de Santa Cruz, mais aus­si de celui de Potosi.

[Bolivie (DR)]

Cette non-mobi­li­sa­tion montre aus­si que le sou­tien popu­laire envers Morales s’est éro­dé, signe d’un engoue­ment qui n’est plus là après 14 ans au pouvoir…

Qu’il y ait eu une amé­lio­ra­tion concrète et maté­rielle des condi­tions de vie sous Evo Morales, c’est cer­tain, les chiffres sont là. Il a même réus­si à construire une image inter­na­tio­nale, notam­ment dans la gauche euro­péenne, où il est presque l’in­car­na­tion à lui seul de la Pachamama, de la révo­lu­tion com­mu­nau­taire et indi­gène ; c’est par­fois même un peu cho­quant, ça en devient presque le « bon révo­lu­tion­naire » vu par les Européens. Mais il faut regar­der ce qu’il se passe dans le pays, com­prendre les ten­sions sociales, entendre les cri­tiques face au cau­dillisme, au clien­té­lisme et à la volon­té de se main­te­nir coûte que coûte comme can­di­dat pré­si­den­tiel. Quand cette gauche boli­vienne arrive au pou­voir, la ges­tion même de l’État capi­ta­liste-oli­gar­chique boli­vien bien que par­tiel­le­ment réfor­mé par une Assemblée consti­tuante auda­cieuse a un tel coût que cette gauche-là se trans­forme, s’ins­ti­tu­tion­na­lise, se bureau­cra­tise ; elle perd cette capa­ci­té cri­tique et d’ancrage dans les luttes. C’est une grande leçon qui remet en jeu la dis­cus­sion qu’il y avait au début des années 2000 autour de l’ex­pé­rience zapa­tiste : trans­for­mer le monde sans prendre le pou­voir d’État. L’arrivée des gou­ver­ne­ments pro­gres­sistes a dépla­cé cette ques­tion, puis­qu’ils ont pro­po­sé de trans­for­mer la socié­té en pre­nant la tête des gou­ver­ne­ments et depuis une posi­tion « sta­to­cen­trée ». Cette posi­tion a eu des coûts très forts pour les mili­tants et les mou­ve­ments popu­laires. Le débat se trouve aujourd’hui relan­cé entre autonomisme/zapatisme, stra­té­gies anti­ca­pi­ta­listes et gauche élec­to­rale éta­tiste. Sur cette ques­tion, nous pen­sons qu’il faut réin­tro­duire la pos­si­bi­li­té de main­te­nir des auto­no­mies cri­tiques, popu­laires sans perdre de vue la ques­tion de l’État — car si on aban­donne l’État, lui ne nous aban­donne pas, comme le disait Daniel Bensaïd.

Parlons du Venezuela : pour sché­ma­ti­ser, deux inter­pré­ta­tions pré­do­minent lors­qu’il s’a­git d’ex­pli­quer la crise qui per­dure. D’un côté, les franges libé­rales et réac­tion­naires consi­dèrent que c’est là l’échec écla­tant des années Chávez, et de son « héri­tier » Nicolás Maduro, donc du socia­lisme ; de l’autre, les sou­tiens de Maduro affirment que le pou­voir est vic­time d’un com­plot du patro­nat et de la droite, appuyés par des puis­sances étran­gères (Washington en tête) qui s’acharnent à désta­bi­li­ser le pays. Une autre lec­ture est-elle possible ?

« Peut-on dis­cu­ter de manière cri­tique, à gauche, de ce qu’il se passe en Amérique latine sans se faire qua­li­fier immé­dia­te­ment d’être pro-impérialiste ? »

C’était tout l’ob­jet de ce petit essai : peut-on dis­cu­ter de manière cri­tique, à gauche, de ce qu’il se passe en Amérique latine sans se faire qua­li­fier immé­dia­te­ment d’être pro-impé­ria­liste par une par­tie de la gauche « bien pen­sante » ? On ne débat pas ici avec la droite, mais avec les sec­teurs de la gauche qui refusent une ana­lyse cri­tique. Avec ce qu’on a sous les yeux, c’est plus qu’urgent : même les sou­tiens les plus dog­ma­tiques de Maduro ont de plus en plus de mal à défendre une vision uni­la­té­rale, « campiste15 ». Il y a effec­ti­ve­ment une agres­sion impé­riale contre le Venezuela qui est tout à fait illé­gale, et même l’ONU la dénonce. Le blo­cus cri­mi­nel de la part des États-Unis, les actions désta­bi­li­sa­trices de la CIA, Guaidó auto­pro­cla­mé « pré­sident » avec la béné­dic­tion impé­riale…, tout cela est évi­dem­ment détes­table et a des effets dévas­ta­teurs. Un think tank pro­gres­siste éta­su­nien a cal­cu­lé que le blo­cus (qui touche aus­si les médi­ca­ments) aurait fait plu­sieurs dizaines de mil­liers de morts dans le sys­tème de san­té véné­zue­lien… On ne dit pas qu’il ne se passe rien de ce côté-là. Mais résu­mer cette crise à des fac­teurs externes, c’est se moquer du peuple véné­zue­lien et de ses souf­frances — tout d’abord parce qu’il fait sa propre his­toire, et parce que l’ex­pé­rience boli­va­rienne a aus­si été com­plé­te­ment dévoyée de l’intérieur.

À quoi pen­sez-vous, en par­lant de dévoiement ?

Toutes les expres­sions cri­tiques qui ont long­temps exis­té au sein du cha­visme popu­laire, avec des formes inté­res­santes dans les quar­tiers, les conseils com­mu­naux, cer­taines com­munes rurales, etc., ont été sys­té­ma­ti­que­ment mises de côté, voire répri­mées. Le PSUV au pou­voir reste un par­ti immense, avec plu­sieurs mil­lions de membres — avoir sa carte est sou­vent une néces­si­té pour avoir du tra­vail —, mais il n’a jamais été un espace d’é­la­bo­ra­tion démo­cra­tique. Bien au contraire. Sous Chávez, des cou­rants socia­listes, mar­xistes, anti­ca­pi­ta­listes ont cher­ché à exis­ter au sein du pro­ces­sus boli­va­rien, aux côtés du peuple cha­viste. Mais la manière civi­co-mili­taire de gou­ver­ner, les ten­dances césa­ristes et ver­ti­cales, la cor­rup­tion ont étouf­fé ces voix et pris le pas sur la par­ti­ci­pa­tion tous azi­muts et les expé­riences démo­cra­tiques « par en bas ». Notre ana­lyse n’est pas d’opposer de manière binaire un moment cha­viste « héroïque » à un prag­ma­tisme madu­riste. Non, on pense qu’il y a eu des hauts et des bas, au rythme de la lutte des classes et des affron­te­ments avec Washington et l’opposition, et un phé­no­mène de décom­po­si­tion de 15 ans par rap­port à ce qu’a été l’im­pul­sion ini­tiale post-néo­li­bé­rale et popu­laire. Le madu­risme est l’a­bou­tis­se­ment de cette « dégé­né­res­cence » bona­par­tiste. Dans la der­nière période, on assiste à explo­sion de la vio­lence d’État, à une mili­ta­ri­sa­tion des quar­tiers popu­laires et une cri­mi­na­li­sa­tion des dis­si­dences, y com­pris de gauche ou syn­di­cales. Il y a aus­si eu des pra­tiques ins­ti­tu­tion­nelles auto­ri­taires en cas­cade : si aujourd’­hui, dans n’im­porte quel pays euro­péen, un pré­sident annu­lait le pou­voir du par­le­ment (aux mains de l’opposition) et auto-nom­mait une Assemblée consti­tuante « fan­toche » sans même res­pec­ter la Constitution (cha­viste) en se sub­sti­tuant au pou­voir légis­la­tif, toute la gauche hur­le­rait. Pourtant, c’est ce qu’il s’est pas­sé au Venezuela, et une par­tie d’entre elle se tait…

Kalaka, Venezuela (DR)]

Que le pou­voir ait à affron­ter un sec­teur de l’op­po­si­tion put­schiste, désta­bi­li­sa­trice, ali­men­té par la CIA, c’est vrai et c’est une don­née impor­tante du rap­port de force. Mais du point de vue de l’é­man­ci­pa­tion, et de ce fameux « socia­lisme du XXIe siècle », il faut évi­dem­ment dénon­cer la nou­velle caste au pou­voir, la « boli­bour­geoi­sie » qui a cap­té des mil­liards de dol­lars et cette pous­sée auto­ri­taire. De même sur le sujet de la pétro-dépen­dance : dans la frange de l’Orénoque, sont déve­lop­pées par le pou­voir des zones éco­no­miques spé­ciales qui léga­lisent — à l’échelle d’un ter­ri­toire aus­si grand que la Belgique — la déré­gu­la­tion du droit du tra­vail, de la pro­tec­tion de la bio­di­ver­si­té et des droits des peuples ! Il s’agit d’une exten­sion de l’ex­trac­tion pétro­lière qui affecte des com­mu­nau­tés indi­gènes his­to­riques et des zones de bio­sphère pro­té­gées, sur la base d’une alliance entre les mili­taires boli­va­riens et la Chine, la Russie, ou encore des com­pa­gnies comme Total…

La liste est donc longue…

« La seule voie pos­sible est de reve­nir vers des formes d’or­ga­ni­sa­tions popu­laires, de recons­ti­tuer un tis­su social et poli­tique qui per­mette de pen­ser une alter­na­tive à ce binôme mortel. »

On pour­rait mul­ti­plier les exemples. Le plus dra­ma­tique aujourd’hui est la crise huma­ni­taire en cours, avec quelques cinq mil­lions de per­sonnes qui sont sor­ties du Venezuela (la plus grande migra­tion de l’Amérique latine sur un temps aus­si court !) ; l’ef­fon­dre­ment du PIB qui s’est réduit de moi­tié depuis 2013 ; le salaire mini­mum miné par l’hyperinflation et qui est équi­valent à trois dol­lars : on peut vivre moins de cinq jours avec ça au Venezuela… Ce grand pays pétro­lier doit désor­mais impor­ter du brut. Il faut pour­suivre la soli­da­ri­té avec le peuple véné­zue­lien, c’est cer­tain et urgent : une soli­da­ri­té inter­na­tio­nale qui conti­nue à dénon­cer haut et fort le blo­cus des États-Unis et la posi­tion de l’Union euro­péenne. Ces grandes puis­sances qui dénoncent hypo­cri­te­ment les atteintes aux droits humains au Venezuela, mais font mine de rien lorsqu’il s’agit de la mul­ti­pli­ca­tion des mas­sacres en Colombie ou de la situa­tion atroce en Haïti, sans comp­ter ce qu’il se passe dans leur propre pays. Ceci sans élu­der que le régime de Maduro fait désor­mais par­tie du pro­blème plus que de la solu­tion. En tout cas, c’est au peuple véné­zué­lien d’en déci­der, sans ingé­rences extérieures.

Y a‑t-il des pistes qui per­met­traient d’en­ga­ger une sor­tie démo­cra­tique et socia­liste de ce chaos ?

C’est le grand pro­blème que décrivent nombre de mili­tants et mili­tantes sur place : la situa­tion est dans une « impasse catas­tro­phique » qui paraît sans fond, car aujourd’­hui l’al­ter­na­tive réel­le­ment exis­tante, c’est la droite néo­li­bé­rale et/ou pro-impé­riale. Son arri­vée au pou­voir par les urnes, et plus encore par la force, signi­fie­rait s’enfoncer encore un peu plus dans l’ornière. La seule voie pos­sible est de reve­nir vers des formes d’or­ga­ni­sa­tions popu­laires, de recons­ti­tuer un tis­su social et poli­tique qui per­mette de pen­ser une alter­na­tive à ce binôme mor­tel. Mais la gauche « alter­na­tive » est dans une posi­tion ultra mino­ri­taire et d’ex­trême fra­gi­li­té. Par exemple, le groupe Marea Socialista16 (main­te­nant sor­ti du cha­visme cri­tique et popu­laire dans lequel il s’est long­temps ins­crit) est vent debout contre l’au­to­ri­ta­risme et le mili­ta­risme cha­vistes, mais sans capa­ci­té réelle de peser dans le pay­sage poli­tique. D’autant que l’é­tat de déla­bre­ment de l’é­co­no­mie fait que les gens n’ont pas le temps de pen­ser à ça : quand on en parle avec des amis là-bas, ils nous disent « Il faut qu’on bouffe, trou­ver de quoi man­ger pour la semaine ». C’est tota­le­ment impos­sible de créer une alter­na­tive démo­cra­tique stable dans ce contexte. Il faut espé­rer une réac­ti­va­tion éco­no­mique (mais avec la pan­dé­mie, dif­fi­cile…), que le pro­ces­sus de négo­cia­tion paci­fique et concer­té entre les forces en pré­sence se fasse et que dans cet espace puisse émer­ger peu à peu des forces popu­laires et auto­nomes. Ceci, au-delà de la seule échéance élec­to­rale légis­la­tive du 6 décembre 2020, qui s’annonce déjà comme pola­ri­sée entre une par­tie de l’opposition « guai­diste » une nou­velle fois prête à la vio­lence avec le sou­tien de Trump, et le madu­risme, favo­ri des son­dages, cher­chant à se refaire une légi­ti­mi­té mais sans recon­naitre ses res­pon­sa­bi­li­tés dans la crise.

[Brigada Ramona Parra, Chili (DR)]

Malgré la « fin de cycle » mar­quée par le reflux de pou­voirs de droite réac­tion­naire et conser­va­trice, on voit au Chili que le mou­ve­ment fémi­niste a fait preuve de sa vigueur. Le renou­veau des mou­ve­ments sociaux lati­no-amé­ri­cains pas­se­rait-il par ce genre de mobilisation ?

Je suis très réser­vé sur la notion de « fin de cycle », même si cer­tains de mes coau­teurs le sont beau­coup moins. Cela me semble trop « méca­nique ». Je pré­fère dire que depuis 2012, nous sommes entrés dans une « zone de tur­bu­lences », avec une phase régres­sive, plus ou moins avan­cée, où les droites et les extrêmes droites reprennent la main — bien que par­tiel­le­ment (si l’on pense au Mexique ou à l’Argentine, où le centre gauche est au pouvoir17). Dans le cadre de la crise capi­ta­liste mon­diale, les bour­geoi­sies locales ont vou­lu mettre fin aux coa­li­tions de classes de l’ère pro­gres­siste, pour reve­nir à du néo­li­bé­ra­lisme « dur », aus­té­ri­taire, voire à des régimes fas­ci­sants comme au Brésil. Dans cette zone de tur­bu­lences, la bonne nou­velle c’est que les mou­ve­ments popu­laires « anta­go­niques » conti­nuent leurs résis­tances, les réac­tivent même avec l’apparition de nou­veaux et nom­breux acteurs sociaux. Et, en effet, qui est à l’of­fen­sive aujourd’­hui ? Le mou­ve­ment fémi­niste tout d’abord, un des acteurs cen­traux de la lutte des classes au Chili, en Argentine, au Mexique. Qui a été capable de mettre deux mil­lions de per­sonnes dans la rue dans la der­nière période en Amérique latine ? Le mou­ve­ment fémi­niste chi­lien, argen­tin, pas la gauche révo­lu­tion­naire ! Ceux qui ont une vision stric­te­ment ouvrié­riste du chan­ge­ment social ne peuvent pas com­prendre l’Amérique latine ! La gauche trots­kyste argen­tine, qui est une des plus actives à l’ex­trême gauche, peut mettre 100 000 per­sonnes dans la rue, mais pas un million !

Rappelons aus­si la mul­ti­pli­ca­tion des révoltes col­lec­tives face à l’austérité, à l’autoritarisme, au néo­li­bé­ra­lisme au deuxième semestre 2019 : à Haïti, au Chili, en Colombie, au Guatemala, au Brésil. Les débats demeurent quant au type de pro­jec­tion poli­tique : par­ti ou non, auto­no­misme ver­sus orga­ni­sa­tion, quels fronts uni­taires, etc. Sans par­ler de l’im­pact de la pan­dé­mie de Covid sur tous les champs sociaux, alors que le sous-conti­nent est l’une des zones au monde les plus tou­chées, avec 250 000 morts. La Commission éco­no­mique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) cal­cule que le PIB de la région va chu­ter de 9 % en moyenne pour 2020 et que plus de 45 mil­lions de per­sonnes devraient (re)devenir pauvres — la pau­vre­té attei­gnant les 220 mil­lions de per­sonnes. Ceci sans comp­ter l’explosion des licen­cie­ments et du tra­vail infor­mel (déjà omni­pré­sent). C’est ter­rible. En paral­lèle, l’État d’exception, la mili­ta­ri­sa­tion de l’espace public, les assas­si­nats de lea­ders sociaux gagnent du ter­rain par­tout dans la région (à com­men­cer par la Colombie). Malgré tout, les fémi­nistes, les com­mu­nau­tés indi­gènes, la jeu­nesse pré­ca­ri­sée, les syn­di­cats et tra­vailleurs com­ba­tifs, les intel­lec­tuels et étu­diants cri­tiques, la pay­san­ne­rie de la Via Campesina, etc., réac­tivent des luttes mul­tiples et la pos­si­bi­li­té même de pen­ser les alter­na­tives au modèle capi­ta­liste extrac­ti­viste et dépen­dant, au néo­li­bé­ra­lisme, au mili­ta­risme, au patriar­cat et à l’ef­fon­dre­ment cli­ma­tique. Les mou­ve­ments des sans terre, des sans toit, des afro-des­cen­dants, des LGBQTI+, sont aus­si actifs, mal­gré les dif­fi­cul­tés, le nar­co­tra­fic et la vio­lence du quo­ti­dien. C’est ce qui per­met de conti­nuer à espé­rer, y com­pris face à Bolsonaro, Piñera, Añez et leur monde. La « fin de l’Histoire » n’est pas pour demain, et sur­tout pas en Amérique latine…


Photographie de ban­nière : fresque réa­li­sée pour les 10 ans de la guerre de l’eau, Bolivie (DR)


REBONDS

☰ Lire notre tra­duc­tion d’un entre­tien avec Mônica Francisco : « Bolsonaro et la bar­ba­rie capi­ta­liste », octobre 2019
☰ Lire notre repor­tage « 25 ans plus tard : le zapa­tisme pour­suit sa lutte », Julia Arnaud, mai 2019
☰ Lire notre repor­tage « Argentine : un syn­di­ca­lisme de masse », Arthur Brault Moreau, mars 2019
☰ Lire notre article « Mariátegui ou le socia­lisme indi­gène », Jean Ganesh, jan­vier 2018
☰ Lire notre entre­tien avec Arnulfo Vásquez : « Les riches ne le sont pas parce que Dieu l’a vou­lu », décembre 2018
☰ Lire « Si on m’assassine… » — par Salvador Allende (Memento), sep­tembre 2017

  1. Note de l’interviewé : pen­sons au Péronisme en Argentine, à Vargas au Brésil ou à Cardenas au Mexique dans les années 1930–1940.
  2. « There is no alter­na­tive », idée selon laquelle il n’y avait pas d’alternative au néo­li­bé­ra­lisme, au mar­ché et à la mon­dia­li­sa­tion capi­ta­liste.
  3. Note de l’in­ter­viewé : Ce livre a d’ailleurs d’abord été publié en espa­gnol et par l’UNAM (Université natio­nale du Mexique).
  4. Note de l’in­ter­viewé : on retrouve d’ailleurs cet enthou­siasme par exemple dans « Le vol­can lati­no-amé­ri­cain », publié en France en 2008 : F. Gaudichaud (dir.), Le Volcan lati­no-amé­ri­cain. Gauches, mou­ve­ments sociaux et néo­li­bé­ra­lisme, Textuel, 2008.
  5. Fleuve tra­ver­sant la Colombie et le Venezuela, avec une faune et une flore d’une extrême richesse.
  6. Sur ces ques­tions, voir « Néolibéralisme et poli­tiques de réduc­tion de la pau­vre­té en Amérique latine » d’Hugo Goeury.
  7. Extraction de bien com­muns natu­rels essen­tiel­le­ment des­ti­nés à l’exportation et, la plu­part du temps en alliance avec des capi­taux étran­gers.
  8. L’expression est du cher­cheur Eduardo Gudynas.
  9. Pour en savoir plus : « Le conflit du Tipnis et la Bolivie d’Evo Morales face à ses contra­dic­tions : ana­lyse d’un conflit socio-envi­ron­ne­men­tal », Laetitia Perrier-Bruslé, ÉchoGéo, 2012.
  10. En 2007, Rafael Correa pro­pose que l’Équateur renonce à exploi­ter des gise­ments pétro­liers au cœur du parc natio­nal Yasuni, en échange d’un fonds finan­cier ver­sé par la com­mu­nau­té inter­na­tio­nale pour com­pen­ser le manque à gagner. N’ayant pas réus­si à récol­ter plus de 1 % des fonds, Correa auto­rise en 2013 l’ex­ploi­ta­tion d’une par­tie des gise­ments. On peut lire à ce sujet « La tra­jec­toire poli­tique de l’initiative Yasuní-ITT en Équateur : entre capi­ta­lisme vert et éco­so­cia­lisme », Matthieu Le Quang, Les Cahiers d’Histoire, n° 130, 2016.
  11. Concept déve­lop­pé par Gramsci, que Razmig Keucheyan a résu­mé ain­si : « Un intel­lec­tuel orga­nique est orga­ni­que­ment lié à une classe sociale domi­nante ou ascen­dante : il est issu de ses rangs, il a pour fonc­tion de sys­té­ma­ti­ser la conscience qu’elle a d’elle-même, et de prendre part à l’or­ga­ni­sa­tion de la pro­duc­tion. », dans Guerre de mou­ve­ment et guerre de posi­tion, Antonio Gramsci – Textes choi­sis et pré­sen­tés par Razmig Keucheyan, p. 133, La Fabrique, 2011.
  12. Note de l’in­ter­viewé : Et cette ques­tion repré­sente d’ailleurs un angle mort de l’analyse des bilans du pro­gres­sisme lati­no-amé­ri­cain. Patrick Guillaudat est reve­nu là-des­sus récem­ment pour Contretemps, il note même que dans les trois pays long­temps consi­dé­rés comme plus « radi­caux » (Bolivie, Venezuela, Équateur), et mal­gré les évo­lu­tions du code du tra­vail ou les assem­blées consti­tuantes : « l’entreprise et son orga­ni­sa­tion pyra­mi­dale, pilier de l’économie capi­ta­liste, a été lar­ge­ment épar­gnée dans ces pays. Certes, il y a eu des ten­ta­tives d’encadrement des entre­prises par l’État concer­nant les inves­tis­se­ments, les prises de par­ti­ci­pa­tion, etc., voire de contour­ne­ment du sec­teur pri­vé en sti­mu­lant le déve­lop­pe­ment de coopé­ra­tives, mais jamais le cœur même de l’exploitation n’a été bou­le­ver­sé ».
  13. Voir le docu­men­taire The Take de Naomi Klein à ce sujet.
  14. Parti poli­tique fon­dé et diri­gé par Evo Morales.
  15. Le cam­pisme est un réduc­tion­nisme de toute situa­tion poli­tique en un affron­te­ment entre deux camps, for­çant par là l’alignement sur l’une des deux par­ties.
  16. Organisation poli­tique de gauche fon­dée en 2007, et se recon­nais­sant dans « l’in­ter­na­tio­na­lisme, le socia­lisme, l’an­ti­ca­pi­ta­lisme, le fémi­nisme et l’é­co­co­sia­lisme », « Quiénes somos », Marea Socialista.
  17. Fin 2018, Andrés Manuel López Obrador est élu pré­sident du Mexique, et en Argentine Alberto Fernández suc­cède au très droi­tier Mauricio Macri en décembre 2019.
Ballast
Ballast

« Tenir tête, fédérer, amorcer »

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Notre neuvième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Marie et Thierry : le pain et la terre (Roméo Bondon) ▽ Les ouvriers sacrifiés de l'industrie du verre (Léonard Perrin) ▽ Rencontre avec Aminata Traoré ▽ Émancipation socialiste et religions (avec Stéphane Lavignotte et Nedjib Sidi Moussa) ▽ Le pouvoir chinois en quête du nouvel Homme (Wang Daoxiu) ▽ Une grève de femmes de chambre (Louise Rocabert) ▽ L'eau est si belle que je m'y suis baignée (Magali Cazo) ▽ Animaux de laboratoire : voir la réalité en face (Audrey Jougla) ▽ Quand on sabote la montagne (Élie Marek et Lucas Guazzone) ▽ Suprématie mâle : histoire d'un concept (Francis Dupuis-Déri) ▽ La Nouvelle Métisse : paroles de Gloria Anzaldúa (Maya Mihindou) ▽ Hirak algérien, An I (Awel Haouati) ▽ Drôle de temps, ami (Maryam Madjidi) ▽ Déplacements (Laëtitia Ajanohun) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.