Notre dixième numéro est toujours disponible en librairie et en ligne !
 

30 ans après, (re)lire Backlash de Susan Faludi


Texte inédit pour le site de Ballast

Au début des années 1990, l’u­ni­ver­si­taire éta­su­nien Allan Bloom com­pare sa situa­tion à celle des réfu­giés du Cambodge : les explo­sions de bombes, ce sont cette fois les fémi­nistes qui auraient pris le contrôle du monde uni­ver­si­taire… À l’époque, les femmes occupent pour­tant 10 % seule­ment des chaires du pays — et, dans la dis­ci­pline de l’in­té­res­sé, la phi­lo­so­phie, ne sont à l’o­ri­gine que de 2,5 % des publi­ca­tions. Comment com­prendre pareille réac­tion ? C’est à cette tâche que s’at­telle Susan Faludi dans son ouvrage phare Backlash, paru en 1991. Celui-ci décrit et ana­lyse les mobi­li­sa­tions hos­tiles qui, aux États-Unis, ont alors sui­vi l’af­fir­ma­tion du mou­ve­ment fémi­niste. Alors même que la situa­tion du début des années 1990 reste pro­fon­dé­ment inéga­li­taire, l’é­man­ci­pa­tion des femmes qui se pro­file est en elle-même une pos­si­bi­li­té insup­por­table pour les par­ti­sans de l’ordre social en place. S’ensuit une réac­tion vio­lente : un « back­lash ». ☰ Par Rafaëlle Gandini Miletto


En fran­çais, on tra­duit « back­lash » par « contre­coup », soit la réper­cus­sion d’un choc : une consé­quence natu­relle, iné­luc­table, un écho plus léger que le coup ori­gi­nel, une petite résis­tance. L’ouvrage Backlash de Susan Faludi est l’histoire d’un contre­coup, celui de la réac­tion à l’avancée du fémi­nisme des années 1970 aux États-Unis1. Un contre­coup redou­table pour un petit coup bien modé­ré. Un contre­coup qui a écra­sé le fémi­nisme, en a fait une insulte pour long­temps — qui l’a fait réson­ner, aus­si, dans des invec­tives hai­neuses et des plai­san­te­ries crasses.

« Toute l’en­tre­prise de Backlash peut être lue comme la décons­truc­tion des idées reçues anti­fé­mi­nistes qui nous imprègnent. »

Le pro­pos de Susan Faludi est de mon­trer que si le mou­ve­ment fémi­niste a pro­gres­sé par « vagues » depuis les suf­fra­gettes — on parle ain­si aujourd’­hui d’un fémi­nisme de troi­sième ou de qua­trième « vague » —, ce qu’on oublie, c’est le res­sac. Celui-ci n’est pas le résul­tat d’un épui­se­ment du fémi­nisme, lequel aurait atteint ses objec­tifs, mais plu­tôt d’une réac­tion active : cette der­nière s’é­ver­tue à décré­di­bi­li­ser et dif­fa­mer le fémi­nisme comme mou­ve­ment poli­tique, par le biais de dis­cours ayant trait aux valeurs ; à affai­blir les droits des femmes et leurs pos­si­bi­li­tés de lutte par l’in­ter­mé­diaire de mesures éco­no­miques ; à saper la volon­té et retour­ner l’opinion des femmes via des repré­sen­ta­tions média­tiques. Faludi expose les res­sorts de la revanche et met en évi­dence deux causes pre­mières : la struc­tu­ra­tion de l’économie et la construc­tion de la mas­cu­li­ni­té. Si les réac­tions anti­fé­mi­nistes ont vu le jour, ce n’est ain­si « pas seule­ment à cause de la per­sis­tance du vieux fond de miso­gy­nie, mais avant tout parce que les femmes s’efforcent d’améliorer leur condi­tion et que les hommes, sur­tout lorsqu’ils sont mena­cés dans leur bien-être éco­no­mique et social, inter­prètent tou­jours cet effort comme une atteinte à leurs pré­ro­ga­tives » . L’actualité fran­çaise, hélas, l’illustre — de Polanski récom­pen­sé aux Césars à la répres­sion vio­lente de la mani­fes­ta­tion fémi­niste du 7 mars 2020. Si l’ou­vrage n’a pas per­du de son mor­dant, il s’a­gi­ra ici de le relire à la lumière des cri­tiques afro­fé­mi­nistes, à com­men­cer par Ne suis-je pas une femme ? de bell hooks, publié en 1980.

La faute des femmes

Toute l’en­tre­prise de Backlash peut être lue comme la décons­truc­tion des idées reçues anti­fé­mi­nistes qui nous imprègnent. Parmi elles : pré­ten­dues pénu­ries d’hommes, déna­ta­li­té, épi­dé­mie d’infécondité, déprime des femmes céli­ba­taires, mal­trai­tance dans les crèches — à l’op­po­sé d’un rôle mater­nel sacra­li­sé —, mais aus­si crises du mariage, de la mas­cu­li­ni­té ou encore de la fémi­ni­té… Autant de fan­tasmes sur les impacts ter­ribles du mou­ve­ment fémi­niste. Or, contrai­re­ment à ce que clament les anti­fé­mi­nistes, ce n’est pas l’arrivée des femmes sur le mar­ché du tra­vail qui menace « le bien-être éco­no­mique et social » des hommes : il n’est, au contraire, pas dif­fi­cile de consta­ter que dans un ménage hété­ro­sexuel marié (cel­lule de base de la socié­té dans le contexte de Faludi, et aujourd’hui encore), le fait que le mari et l’épouse tra­vaillent tous les deux ne peut mathé­ma­ti­que­ment qu’augmenter les reve­nus — du fait de la double jour­née fémi­nine, le tra­vail domes­tique conti­nuant à être assu­ré gratuitement2. Alors pour­quoi, lors­qu’un contexte par­ti­cu­lier menace éco­no­mi­que­ment les hommes — chan­ge­ments poli­tiques, guerre, krach bour­siers —, inter­prètent-ils leurs dif­fi­cul­tés comme étant liées à la mon­tée des droits des femmes (et par­ti­cu­liè­re­ment leur droit de travailler) ?

[Giorgia Siriaco |www.gioeucalyptus.com]

À l’o­ri­gine de ces phé­no­mènes, on retrouve pour­tant majo­ri­tai­re­ment d’autres hommes en situa­tion de pou­voir. Ces der­niers tirent par­ti à la fois de la pré­ca­ri­té des femmes et du sen­ti­ment anti­fé­mi­niste, qu’ils inves­tissent eux aus­si. Tout en exploi­tant mal­gré tout le tra­vail fémi­nin dont ils déplorent le déve­lop­pe­ment, ils main­tiennent ces femmes dans un état de fra­gi­li­té sociale, les empê­chant de se consti­tuer en force d’op­po­si­tion. Ils gagnent une main d’œuvre moins chère et moins syn­di­quée en déviant les reven­di­ca­tions : le patron (sou­vent un homme) qui a licen­cié des employés, ou le repré­sen­tant poli­tique (sou­vent un homme) qui a fait voter des lois rédui­sant les droits des sala­riés, ne sont plus dans le viseur des contes­ta­tions quand les tra­vailleurs inter­prètent leurs dif­fi­cul­tés comme une consé­quence de l’arrivée des femmes sur le mar­ché du tra­vail. Elles font figure de bouc-émis­saires — en tant que masse sans visage, mais par­fois indi­vi­duel­le­ment. Les femmes « qui ont réus­si », impli­ci­te­ment cou­pables d’avoir rogné leur pla­fond de verre et d’être entrées dans un milieu d’hommes, sont les pre­mières accu­sées en cas de crise : lors de la crise éco­no­mique des années 1980, Karen Valenstein (vice-pré­si­dente de EF Hutton, groupe finan­cier) est ain­si prise pour cible par les médias domi­nants comme incar­na­tion de Wall Street, alors même qu’elle ne fait pas par­tie des per­sonnes les plus influentes.

Des cuisines aux usines, l’exploitation du travail féminin

« La pré­ca­ri­té fémi­nine est liée tant à la struc­tu­ra­tion de l’économie qu’à la construc­tion de la masculinité. »

Faludi le montre bien : les femmes arri­vant sur le mar­ché du tra­vail ne prennent pas la place des hommes. Elles occupent au contraire les postes dont ils ne veulent pas, à des condi­tions qu’ils refusent (Faludi n’en parle pas expli­ci­te­ment mais il fau­drait ajou­ter : tout comme les femmes noires occupent les postes dont les femmes blanches ne veulent pas, à des condi­tions qu’elles refusent). En découle une accu­sa­tion — faite aus­si aux immi­grés — de « cas­ser » le mar­ché du tra­vail, de faire bais­ser les salaires. Il s’a­git alors de faire pres­sion sur les femmes afin qu’elles aban­donnent : par des mesures éco­no­miques comme la sup­pres­sion des crèches et l’inégalité d’accès aux postes ; par des repré­sen­ta­tions média­tiques pro­mou­vant l’image de mère au foyer comme aspi­ra­tion ultime ; par la tolé­rance envers le har­cè­le­ment au tra­vail. Pourtant, les femmes sont une main‑d’œuvre docile et peu coû­teuse au ser­vice des capi­ta­listes… Sur le court terme au moins, et non sans cynisme, leur tra­vail sous-payé per­met une hausse des pro­fits. Mais il faut croire que la mise sous contrôle des femmes est dans ce contexte encore plus sacrée que la croissance.

C’est d’autant plus sur­pre­nant que les femmes les plus pauvres ont tou­jours tra­vaillé : dans les champs, dans les usines, en tant que domes­tiques… Aux États-Unis, le tra­vail des femmes noires esclaves puis des­cen­dantes d’esclaves n’a jamais été un sujet de débat. Mais ce tra­vail, en plus d’être sous-payé et consi­dé­ré comme dégra­dant, est per­çu comme une « exten­sion du rôle natu­rel de la femme [noire]3 » — Susan Faludi n’évoque d’ailleurs pas sub­stan­tiel­le­ment les dif­fé­rences entre les femmes blanches et noires dans son ouvrage : un défaut récur­rent dans la lit­té­ra­ture scien­ti­fique fémi­niste éta­su­nienne4. Une contre-offen­sive néces­saire, dont la logique semble avoir échap­pé aux employeurs comme aux syndicats5, est de lut­ter à la fois pour des droits égaux sur le plan sala­rial (avec une har­mo­ni­sa­tion vers le haut) et pour l’émancipation des femmes — puisque c’est leur situa­tion per­son­nelle pré­caire qui les pousse à accep­ter ces postes et ces condi­tions. Pour le dire autre­ment : de lut­ter à la fois contre un sys­tème patriar­cal et contre un ordre éco­no­mique fon­dé sur l’ex­ploi­ta­tion. La pré­ca­ri­té fémi­nine est liée tant à la struc­tu­ra­tion de l’économie qu’à la construc­tion de la masculinité.

[Giorgia Siriaco | www.gioeucalyptus.com]

Puissance économique, puissance virile

C’est que la mas­cu­li­ni­té se construit éga­le­ment à tra­vers un rôle éco­no­mique. D’après le rap­port Yankelovich6, cité par l’au­trice, une grande majo­ri­té d’Étasuniens consi­dèrent que le pre­mier prin­cipe de la mas­cu­li­ni­té est la fonc­tion de chef de foyer et de père nourricier7. Notons tou­te­fois que cette éthique valo­ri­sante du tra­vail n’est pas uni­ver­selle, ni le lien entre mas­cu­li­ni­té et emploi. Pour les Noirs-Américains pauvres qui n’ont sou­vent accès qu’à des emplois exté­nuants et décon­si­dé­rés qui ne pro­curent ni richesse, ni sen­ti­ment d’accomplissement, le tra­vail ne peut être une source de fier­té, et donc de mas­cu­li­ni­té. Au contraire, accep­ter des emplois consi­dé­rés comme dégra­dants est vu comme démas­cu­li­ni­sant8 : l’homme décide, pré­ci­sé­ment parce qu’il ramène le pain. En bref, ses qua­li­tés de supé­rio­ri­té et d’autorité découlent direc­te­ment de son rôle éco­no­mique. De ce fait, l’ac­cès des femmes au tra­vail est res­sen­ti comme autant de viri­li­té reti­rée aux hommes. Si, de nos jours, en France, il semble que peu d’hommes soient trou­blés par le fait que leur épouse tra­vaille et par­ti­cipe à l’économie du ménage (ce qui n’était pas le cas 30 ans aupa­ra­vant), on peut tou­jours obser­ver des sur­vi­vances tenaces. Il est encore mal vécu que l’épouse gagne beau­coup plus que le mari et le « domine » économiquement9, alors même que cette situa­tion reste rare : en 2011, selon l’Insee, trois femmes sur quatre gagnent moins que leur conjoint. En outre, les femmes assument tou­jours beau­coup plus que la moi­tié des tâches domestiques10 : elles sont à la fois sou­tiens de famille et femmes au foyer, tan­dis que la contri­bu­tion mas­cu­line à la construc­tion du foyer reste prin­ci­pa­le­ment liée, dans les esprits, à l’argent qu’il y apporte. La situa­tion est para­doxale : les femmes, ayant his­to­ri­que­ment tou­jours été plus pré­caires (car moins consi­dé­rées, moins édu­quées, char­gées des devoirs fami­liaux et des métiers à temps par­tiel, du care…), sont les pre­mières vic­times des crises éco­no­miques — et se voient pour­tant accu­ser d’a­li­men­ter la précarité.

Les vases communicants de la masculinité

« Cette image de la femme noire puis­sante per­met éga­le­ment d’é­loi­gner les femmes noires du mou­ve­ment fémi­niste majo­ri­tai­re­ment blanc. »

Cette pri­mau­té du pou­voir éco­no­mique, fon­da­teur de la mas­cu­li­ni­té aux yeux de Faludi, a pu être remise en ques­tion. Les hommes qui collent à cette éti­quette en retirent du pou­voir, mais ceux qui ne le peuvent pas ou choi­sissent de ne pas le faire sont-ils pour autant dévi­ri­li­sés ? L’irresponsabilité tour­née en déri­sion atta­chante, la fuite vue comme une prise de liber­té, l’indulgence envers les pères absents : notre socié­té par­vient très effi­ca­ce­ment à pro­po­ser des nar­ra­tions effi­caces qui pré­sentent la défaillance mas­cu­line comme accep­table (« boys will be boys ») ou même posi­tive. Cela va de l’homme qui « ne veut pas se prendre la tête » sur les appli­ca­tions de séduc­tion à « l’esprit libre rete­nu dans les chaînes du mariage », en pas­sant par le père divor­cé qu’on plaint car il ne voit ses enfants qu’un week-end sur deux… alors que, dans 80 % des cas, il n’a jamais deman­dé à avoir leur garde exclusive11. Pourquoi les épouses divor­cées auraient-elles tant de mal à obte­nir le ver­se­ment de leurs pen­sions ali­men­taires si ce rôle de pour­voyeur fon­dait le pri­vi­lège masculin12 ? Parce que ce rôle est avant tout ancré dans les repré­sen­ta­tions, et celles-ci n’ont pas for­cé­ment à être vali­dées sys­té­ma­ti­que­ment… Dans les faits, il y a des femmes pour­voyeuses et des hommes qui refusent de l’être sans perte de sta­tut social. Mais elles et ils sont effa­cés des représentations.

Le lien entre sexisme et capi­ta­lisme pour­rait donc moins être lié à la concep­tion de la mas­cu­li­ni­té qu’à l’utilisation par le capi­ta­lisme du sexisme comme miroir aux alouettes. Le sexisme fait des femmes les enne­mies cas­tra­trices ; il détourne l’attention des véri­tables forces déshu­ma­ni­santes à l’œuvre : les ins­ti­tu­tions racistes-sexistes du capi­ta­lisme impé­ria­liste — leur lais­sant ain­si toute lati­tude pour pros­pé­rer. Ce curieux sys­tème de vases com­mu­ni­cants de la viri­li­té est aus­si uti­li­sé dans le mythe supré­ma­ciste blanc de la femme noire matriarche. Ce sté­réo­type de la femme noire « trop » puis­sante, qui écra­se­rait son mari, a été don­né comme expli­ca­tion au faible taux d’emploi des hommes noirs : leur dif­fi­cul­té à s’insérer dans le sys­tème éco­no­mique serait due à leur émas­cu­la­tion par des femmes trop fortes. Ainsi, on masque le fait que c’est le racisme ins­ti­tu­tion­nel et le racisme des employeurs qui rend plus dif­fi­cile aux hommes noirs l’accès à l’emploi. Cette image de la femme noire puis­sante per­met éga­le­ment d’é­loi­gner les femmes noires du mou­ve­ment fémi­niste majo­ri­tai­re­ment blanc : leur sup­po­sée puis­sance (en réa­li­té accep­ta­tion stoïque de condi­tions d’existence sur les­quelles elles n’ont aucune prise) semble rendre inutile un quel­conque mou­ve­ment poli­tique libérateur.

[Giorgia Siriaco | www.gioeucalyptus.com]

Les femmes contre les femmes

Plus sub­ti­le­ment que les attaques fron­tales des pas­teurs évan­gé­liques ou des mili­tants anti-avor­te­ment, le contre­coup consiste éga­le­ment à iso­ler les femmes pour les empê­cher de lut­ter effi­ca­ce­ment — mon­ter les femmes les unes contre les autres, en oppo­sant dif­fé­rents modèles tout aus­si contra­dic­toires qu’i­nat­tei­gnables de ce que doit être « la femme ». Les autres femmes deviennent des concur­rentes tan­dis que les hommes, hors de cette com­pé­ti­tion, peuvent prendre confor­ta­ble­ment la place de l’arbitre. bell hooks s’attarde sur cette dyna­mique dans le contexte de l’esclavage : l’arrivée des femmes noires esclaves a pro­vo­qué un chan­ge­ment dans la consi­dé­ra­tion des femmes blanches. Si les femmes blanches étaient les ser­vantes des hommes blancs, elles pou­vaient deve­nir maî­tresses à leur tour, par­ti­cu­liè­re­ment des femmes noires. Et la peur de perdre ce sta­tut a lar­ge­ment empê­ché toute soli­da­ri­té fémi­nine inter­ra­ciale de se construire. Ce défaut de soli­da­ri­té a conti­nué après l’esclavage. Il est inhé­rent au com­bat qui consiste à lut­ter pour les droits de la par­tie de la popu­la­tion dans laquelle on s’inscrit (par exemple, le droit de vote pour les femmes blanches de classe moyenne) sans remettre en ques­tion les racines des dis­cri­mi­na­tions, de lut­ter pour pou­voir s’intégrer dans un sys­tème oppressif.

« Certaines femmes conser­va­trices ont été les porte-éten­dards de ces mou­ve­ments anti­fé­mi­nistes. Faludi explique cette posi­tion a prio­ri paradoxale. »

Une autre facette de cette stra­té­gie d’i­so­le­ment et de dépo­li­ti­sa­tion consiste à dépeindre les dif­fi­cul­tés des femmes comme rele­vant de pro­blé­ma­tiques stric­te­ment per­son­nelles, voire psy­cho­lo­giques, et non sociales : « Dans [les années 1980], les guides pra­tiques et les divans ana­ly­tiques sont les deux seules formes d’aide qui s’offrent aux femmes démo­ra­li­sées ; à l’heure où l’es­poir d’un véri­table chan­ge­ment social ou poli­tique s’a­me­nuise, chan­ger soi-même devient la seule issue13. » Les ven­deurs de guides de déve­lop­pe­ment per­son­nel font leur beurre des anxié­tés fémi­nines et entre­tiennent le filon en remet­tant au goût du jour les vieilles théo­ries de l’hys­té­rie et du maso­chisme fémi­nin. Le céli­bat (des femmes uni­que­ment) est pré­sen­té comme une névrose, voire une « andro­pho­bie » — le remède miracle contre la dépres­sion étant le mariage. Pour la très média­tique psy­cho­logue éta­su­nienne Toni Grant, « le maso­chisme [est] un désir natu­rel­le­ment fémi­nin » qui pousse les femmes à « choi­sir » des hommes des­truc­teurs. Quant au fémi­nisme, il engen­dre­rait des psy­choses. L’autrice Robin Norwood vend ain­si des thé­ra­pies de groupe pour « les femmes qui aiment trop », qui seraient des « dro­guées des rela­tions ». Elle ne pro­pose pas pour autant d’é­du­quer les petites filles à ne pas tout attendre d’un prince char­mant, afin qu’elles deviennent des adultes éman­ci­pées. Enfin, l’é­di­tion 1985 du manuel diag­nos­tique et sta­tis­tique des troubles men­taux com­porte de nou­veaux troubles qui font des femmes des êtres souf­frant natu­rel­le­ment de mala­die men­tale, notam­ment les « troubles dys­pho­riques pré­mens­truels » et le « trouble maso­chiste de la per­son­na­li­té », dont voi­ci les symp­tômes : syn­drome de l’im­pos­teur, sou­ci des autres, sou­ci de ne pas être un far­deau, pro­pen­sion au sacrifice…

Certaines femmes conser­va­trices ont été les porte-éten­dards de ces mou­ve­ments anti­fé­mi­nistes. Faludi explique cette posi­tion a prio­ri para­doxale : en reven­di­quant en public leur volon­té de sou­mis­sion et en obte­nant par là l’approbation mas­cu­line, elles acqué­raient en pri­vé la liber­té effec­tive de mener leur vie. Ainsi Susan Price, thé­ra­peute et autrice elle aus­si de guides de déve­lop­pe­ment per­son­nel, défend-elle la sou­mis­sion natu­relle de la femme et aver­tit contre le piège du fémi­nisme, tout en menant une car­rière pro­fes­sion­nelle écla­tante — ses enfants étant confiés à des baby-sit­ters. Dans le couple Levin, auteurs du livre Feminism and Freedom, où le fémi­nisme est décrit comme une idéo­lo­gie tota­li­taire et com­pa­ré au fas­cisme mus­so­li­nien, Margarita a une meilleure car­rière que son mari en tant que spé­cia­liste de phi­lo­so­phie des mathé­ma­tiques — alors même que leur ouvrage affirme que les filles sont nulles en maths ! Ces femmes gagnent en fait leur éman­ci­pa­tion en la refu­sant aux autres.

[Giorgia Siriaco | www.gioeucalyptus.com]

The Self-Unmade Woman

Les femmes anti­fé­mi­nistes jus­ti­fient leur mode de vie en se pré­sen­tant comme des « excep­tions » et se dis­so­cient de la masse « gei­gnarde » des femmes, qui ne méri­te­raient que ce qu’elles ont. Après tout, si elles ont réus­si, c’est que c’est pos­sible, et l’é­chec de toutes les autres serait dû à une fai­blesse de carac­tère, une défaillance per­son­nelle. Au para­doxe de la femme anti­fé­mi­niste s’ajoute celui de la défense d’une méri­to­cra­tie abso­lue qui n’en essen­tia­lise pas moins les autres femmes, décrites comme pas­sives et impuis­santes, afin de ser­vir leur dis­cours et vendre leurs pro­duits. Le sen­ti­ment de culpa­bi­li­té s’allie alors à l’isolement pour convaincre les femmes que le mou­ve­ment fémi­niste est inutile, voire nocif. Cette dyna­mique est acti­ve­ment entre­te­nue par ceux qui ont tout inté­rêt à main­te­nir les femmes dans l’inégalité : outre les patrons, com­bien de publi­ci­taires, de chi­rur­giens esthé­tiques, de cou­tu­riers ou de coachs de bien-être tirent pro­fit de ce mal-être social réduit à un mal-être individuel ?

« Outre les patrons, com­bien de publi­ci­taires, de chi­rur­giens esthé­tiques, de cou­tu­riers ou de coachs de bien-être tirent pro­fit de ce mal-être social réduit à un mal-être individuel ? »

« Les femmes ne savent pas tirer avan­tage du pou­voir dont elles dis­posent », déclare en 1988 Kate Rand Lloyd, rédac­trice en chef du maga­zine Working Woman, citée par Faludi. « Ce que je regrette, c’est que nous ne com­pre­nions tou­jours pas ce que nous avons accom­pli, à quel point nous sommes indis­pen­sables, et que nous avons tous les outils néces­saires pour chan­ger notre ave­nir. » Mais com­ment se pen­ser forte et impor­tante dans un sys­tème où chaque mal­heur est impu­té à un man­que­ment per­son­nel ? Aux tra­vailleuses har­ce­lées des années 1980, on répon­dait « mariez-vous ! » plu­tôt que de punir les har­ce­leurs. De nos jours, c’est encore aux femmes que l’on recom­mande de « faire atten­tion » et non aux hommes de se contrô­ler. L’appareil judi­ciaire, les poli­tiques publiques et entre­pre­neu­riales ne sont pas neutres. Faludi ana­lyse à cet égard nombre de films et de séries télé­vi­sées à succès14 : en impré­gnant l’imaginaire col­lec­tif, ces œuvres de fic­tion ont natu­ra­li­sé cer­tains com­por­te­ments vio­lents et ont même ser­vi d’arguments dans des pro­cès et des débats poli­tiques, alors que la réa­li­té du ter­rain les contredisait.

Une porte peut être ouverte ou fermée

Faludi décrit, en creux, une stra­té­gie de lutte contre le reflux anti­fé­mi­niste : s’at­ta­quer à la mas­cu­li­ni­té hégémonique15. Car tant qu’il y aura des maîtres, il y aura des esclaves. Au gré des diverses vagues du fémi­nisme, les femmes ont peu à peu ten­té de décons­truire la concep­tion de la fémi­ni­té — il reste encore du che­min. Mais cette démarche est encore bal­bu­tiante du côté des hommes. Ces der­niers gagne­raient pour­tant à être libé­rés de nom­breuses injonc­tions à prou­ver sa viri­li­té par des com­por­te­ments des­truc­teurs, à répri­mer les émo­tions per­çues comme fémi­nines, à la per­for­mance éco­no­mique et phy­sique — qui sont autant de contraintes. « En régime patriar­cal […] la norme cultu­relle de l’identité humaine est, par défi­ni­tion, l’identité mas­cu­line — la mas­cu­li­ni­té. [Elle] rime avec pou­voir, pres­tige, pri­vi­lège, et des droits sur et contre la classe des femmes. Voilà ce qu’est la mas­cu­li­ni­té. Ça n’est rien d’autre », écrit John Stoltenberg dans « Toward Gender Justice16 ».

Les cercles non-mixtes existent depuis long­temps. Ceux des femmes leur ont his­to­ri­que­ment appris une posi­tion conser­va­trice (res­ter à sa « place de femme », l’accepter et y prendre plai­sir) ; ceux des hommes ont créé des concep­tions de la mas­cu­li­ni­té tou­jours plus excluantes, nour­ries d’ai­greurs miso­gynes (le cli­mat « potache » des Boys’ Club dont on a pu voir encore récem­ment l’impact délé­tère sexiste, raciste et homophobe17. Pour Stoltenberg, la soli­da­ri­té mas­cu­line est la base de la per­pé­tua­tion du patriar­cat et « consti­tue le fond et la forme de toutes les ren­contres pos­sibles entre deux hommes18 ». Pour en faire des espaces de décons­truc­tion, il faut d’abord qu’ils puissent être choi­sis et non subis. La décons­truc­tion des fémi­ni­tés et des mas­cu­li­ni­tés néces­site à la fois des espaces non-mixtes sûrs et des espaces mixtes de façon, pour les pre­miers, à déve­lop­per une expres­sion longue dans un contexte soli­daire, et, pour les seconds, à sor­tir de son quant-à-soi et confron­ter les points de vue.

[Giorgia Siriaco | www.gioeucalyptus.com]

Détricoter l’antiféminisme

Représentativité poli­tique, éga­li­té pro­fes­sion­nelle, accès à la contra­cep­tion : ces der­nières décen­nies, des mesures fémi­nistes ont été ins­crites dans la loi19. Mais leur appli­ca­tion pose tou­jours pro­blème, et les résis­tances sont tou­jours pré­sentes. Outre la réac­tion anti­fé­mi­niste, les mou­ve­ments fémi­nistes font face à plu­sieurs dif­fi­cul­tés, ain­si qu’à des cli­vages internes. D’une part, les logiques capi­ta­listes fon­da­men­ta­le­ment anti­fé­mi­nistes (puisque fon­dées sur l’exploitation) ont don­né nais­sance à un mar­ke­ting fémi­niste per­ni­cieux : le « pink washing » ou « femi­nist washing ». D’autre part, les luttes afro­fé­mi­nistes, déco­lo­niales, inter­sec­tion­nelles et anti­ca­pi­ta­listes sont encore trop sou­vent invi­si­bi­li­sées, car en porte-à-faux avec un fémi­nisme dit « uni­ver­sa­liste », blanc, lequel sert de pré­texte à des poli­tiques racistes, notam­ment islamophobes20.

« S’inscrire dans la struc­ture oppres­sive en place est un non-sens pour lut­ter contre les oppressions. »

Ces der­nières années, un grand mou­ve­ment de mise à jour des vio­lences faites aux femmes s’est fait entendre : #MeToo et #BalanceTonPorc. Il s’est heur­té à des résis­tances qui, en 2050, paraî­tront aus­si absurdes et mes­quines que les récri­mi­na­tions d’Allan Bloom aujourd’hui. Le cor­set des injonc­tions patriar­cales opère un peu moins autour de nos corps, de nos mai­sons — pas beau­coup moins autour de nos esprits. Dans quel sens tra­vailler pour abo­lir le trai­te­ment social dif­fé­ren­cié entre hommes et femmes ? À cet égard, les pistes pro­po­sées par Faludi n’ont (hélas) pas pris une ride : déjouer les logiques d’un sys­tème éco­no­mique fon­dé sur l’exploitation et l’inégalité ; décons­truire la mas­cu­li­ni­té hégé­mo­nique et la natu­ra­li­sa­tion du fémi­nin social ; com­battre la dés­in­for­ma­tion et pro­po­ser une repré­sen­ta­ti­vi­té média­tique réelle ; créer des dyna­miques de soro­ri­té et de bien­veillance. Backlash se conclut d’ailleurs sur un rap­pel de l’im­por­tance de la soro­ri­té, dont le manque criant est, selon Faludi, la rai­son de l’échec des mou­ve­ments fémi­nistes à résis­ter aux res­sacs de la revanche. La soro­ri­té se voit en effet détri­co­tée en per­ma­nence par le patriar­cat afin d’as­su­rer sa propre pré­ser­va­tion (par la com­pé­ti­tion des femmes entre elles, la miso­gy­nie inté­rio­ri­sée et la déva­lo­ri­sa­tion de la classe des femmes par les femmes, le maso­chisme entre­te­nu, etc.). En détri­co­tant d’un côté la soro­ri­té, il tri­cote de l’autre la soli­da­ri­té mas­cu­line qui main­tient un contrôle social des hommes entre eux (atten­tion aux « traîtres » à leur classe) en même temps que l’exclusion des femmes de la socié­té des hommes, légi­ti­mant ain­si le patriarcat.

Et tout, tout de suite

S’inscrire dans la struc­ture oppres­sive en place est un non-sens pour lut­ter contre les oppres­sions. Vouloir accé­der à la place des hommes, c’est « accor­der une plus grande cré­di­bi­li­té à la mytho­lo­gie sexiste du pou­voir mas­cu­lin qui pro­clame que tout ce qui est mas­cu­lin est fon­da­men­ta­le­ment supé­rieur à tout ce qui est fémi­nin21 ». Virginia Woolf, dans Trois Guinées, pré­ve­nait déjà — tout en fai­sant de l’accès au tra­vail salarié/payé et l’indépendance éco­no­mique la clé de la libé­ra­tion des femmes — que cette libé­ra­tion ne devait pas se fon­der sur un mimé­tisme de la socié­té mas­cu­line, faite de pres­tiges creux et menant à la guerre. D’autres pen­seuses, notam­ment dans le cou­rant fémi­niste maté­ria­liste les­bien, théo­risent qu’on ne peut faire l’économie d’une abo­li­tion des classes de genre pour sor­tir de cette dyna­mique d’oppression. Un article de presse affir­mait récem­ment que le « fémi­nisme de 4e géné­ra­tion », appa­rem­ment carac­té­ri­sé par sa pué­ri­li­té tout autant que son incons­cience des réa­li­tés, vou­lait « tout, tout de suite ». Mais tous les méca­nismes de domi­na­tion sont imbri­qués, comme le démon­traient déjà brillam­ment les pen­seuses du Black Feminism dès les années 1970. Considérer une oppres­sion — de race, de classe, de genre — indé­pen­dam­ment des autres est une impasse, et fait cou­rir le risque d’en ren­for­cer cer­taines. Le sou­li­gner n’est pas l’a­pa­nage d’un « fémi­nisme de 4e géné­ra­tion » ; c’é­tait le mes­sage de Susan Faludi en 1991. C’était déjà ce qu’écrivaient Barbara Smith, Hazel Carby, bell hooks et les afro-fémi­nistes éta­su­niennes. C’était en 1986, en 1982, en 1979. Aujourd’hui, leurs tra­vaux nour­rissent un fémi­nisme qui se doit d’être anti­ca­pi­ta­liste et inter­sec­tion­nel — en bref, révolutionnaire.

Tout, tout de suite et pour toutes.


Photographie de ban­nière : Giorgia Siriaco | www.gioeucalyptus.com


  1. L’édition uti­li­sée pour les cita­tions du pré­sent article est celle de Susan Faludi, Backlash, la guerre froide contre les femmes, trad. L. Éliane Pomier, É. Chatelain, T. Reveillé, Éditions des femmes, 1991. Les réfé­rences sont ici fran­çaises et états-uniennes. Une com­pa­rai­son avec d’autres pays reste à faire.
  2. Les familles aisées peuvent certes se payer des « femmes de ménages ». Ce sont tou­jours des femmes, sou­vent raci­sées, qui four­nissent alors un tra­vail qui n’est plus « gra­tuit » mais dont la délé­ga­tion par­ti­cipe à leur pré­ca­ri­sa­tion, et qui subissent ces double jour­nées de tra­vail domes­tique.
  3. bell hooks, Ne suis-je pas une femme ?, Cambourakis, p. 157.
  4. « La force qui auto­rise les auteures fémi­nistes blanches à ne faire aucune réfé­rence à l’identité raciale dans leurs livres sur les femmes, qui sont en réa­li­té des livres sur les femmes blanches, est la même force que celle qui pous­se­rait tout·e auteur·e qui écri­rait uni­que­ment sur les femmes noires à se réfé­rer expli­ci­te­ment à leur iden­ti­té raciale. Cette force, c’est le racisme. […] C’est la race domi­nante qui a le pou­voir de faire comme si son expé­rience était une expé­rience type. »
  5. Concernant l’évolution des syn­di­cats entre 1990 et 2020 aux États-Unis et en France, bien que les taux de syn­di­ca­tion tendent à se rejoindre, les femmes conti­nuent à être moins sou­vent syn­di­quées que les hommes. Cela s’explique aus­si par le fait que les sec­teurs his­to­ri­que­ment mas­cu­lins (bâti­ment, trans­port, éner­gie) aient une forte tra­di­tion syn­di­cale, contrai­re­ment au sec­teur très fémi­nin du care par exemple. Entre sou­tien de cer­taines luttes fémi­nistes et accu­sa­tions de har­cè­le­ment sexiste, le syn­di­ca­lisme fran­çais ne semble pas encore un clair allié. Voir Economic News Release et La syn­di­ca­li­sa­tion en France.
  6. The Yankelovitch Monitor, édi­tion 1989 — entre­tien per­son­nel de Susan Faludi avec Susan Hayward, direc­trice géné­rale de Yankelovitch Clancy Shulman, en sep­tembre 1989.
  7. C’est tou­jours le cas en 2017 : « Americans see men as the finan­cial pro­vi­ders, even as women’s contri­bu­tions grow », Pew Research Center, Kim Parker and Renee Stepler
  8. « L’homme état­su­nien attend de son rôle de sou­tien de famille qu’il le valide dans sa mas­cu­li­ni­té, mais le tra­vail en lui-même est déshu­ma­ni­sant — c’est-à-dire cas­tra­teur », écrit Myron Brenton dans The American Male — A Penetrating Look at the Masculinity Crisis. La crise de la mas­cu­li­ni­té, déjà décrite en 1966… Le tra­vail n’est donc viri­li­sant que lorsqu’il est socia­le­ment valo­ri­sant. La digni­té des femmes, elle, passe après la sur­vie éco­no­mique de la famille.
  9. Voir à ce sujet « Gender iden­ti­ty and rela­tive income within hou­se­holds », Marianne Bertrand, Emir Kamenica, Jessica Pan.
  10. En 2016, les femmes pas­saient deux fois plus de temps que les hommes à faire le ménage et à s’occuper des enfants à la mai­son selon l’Observatoire des inéga­li­tés.
  11. Voir la vidéo de Marine Périn sur le sujet.
  12. En 2019, en France, près d’une pen­sion sur deux est non payée.
  13. Backlash, la guerre froide contre les femmes, Éditions des femmes, 1991, p. 480.
  14. L’ouvrage ayant été publié en 1991, il s’a­git de pro­duc­tions des années 1980. Parmi les films cités : Liaison fatale d’Adrian Lyne (1987), Le prix de la pas­sion de Leonard Nimoy (1988), ou encore Working girl de Mike Nichols (1989). Du côté des séries télé­vi­sées, Faludi ana­lyse à la fois des séries qui valo­risent le rôle de ména­gère comme Just the Ten of Us ou Raising Miranda, et des séries met­tant en scène des héroïnes fortes dont les actrices ont subi des cam­pagnes hai­neuses, comme Roseanne ou Cagney and Lacey.
  15. Le concept de mas­cu­li­ni­té hégé­mo­nique a été déve­lop­pé par Raewyn Connell, socio­logue aus­tra­lienne. Pour une pré­sen­ta­tion du concept, on pour­ra se repor­ter à l’ar­ticle du blog Ça fait genre, « Masculinité hégé­mo­nique ».
  16. For Men Against Sexism, 1977.
  17. On pense à l’af­faire de la Ligue du LOL, mais le Boys’ Club est bien plus éten­du que cela.
  18. Ibid.
  19. Ces lois sont aujourd’­hui remises en ques­tion dans plu­sieurs pays (Pologne, États-Unis…), nous prou­vant une fois de plus que rien n’est gagné pour tou­jours et que la force de la revanche est vivante et active.
  20. Voir Christine Delphy, Classer, domi­ner, La fabrique, 2008, et l’ar­ticle « Lichen, vio­lence et sara­bande capi­ta­liste », Réfractions n° 43.
  21. bell hooks, ibid., p. 290.

REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Melissa Blais : « Le mas­cu­li­nisme est un contre-mou­ve­ment social », décembre 2019
☰ Lire notre notre article « Audre Lorde : le savoir des oppri­mées », Hourya Bentouhami, mai 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Françoise Vergès : « Dénoncer ce qui n’est qu’une fausse uni­ver­sa­li­té », avril 2019
☰ Lire notre entre­tien avec Christine Delphy : « La honte doit chan­ger de bord », décembre 2015
☰ Lire notre entre­tien avec Bérengère Kolly : « La fra­ter­ni­té exclut les femmes », octobre 2015
☰ Lire notre tra­duc­tion « Quand les élites mon­diales récu­pèrent le fémi­nisme », Hester Eisenstein, sep­tembre 2015

Rafaëlle Gandini Miletto
Rafaëlle Gandini Miletto

Autrice féministe et LGBTI+, créatrice des microéditions Ragami et éditrice freelance.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 10

Notre dixième numéro est disponible en ligne et en librairie ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Joëlle, dos cassé, coeur révolté (Rémi Larue) ▽ Une papeterie en sursis (Roméo Bondon) ▽ Rencontre avec Pınar Selek ▽ Que faire de la police ? (avec Ugo Bernalicis et Elsa Dorlin) ▽ L’argent ne tombe pas des oliviers (Rosa Moussaoui) ▽ “Si personne ne m’écoute, je n’ai plus rien à dire” ▽ À donner, volcan en éruption, pneus neufs (Marion Jdanoff) ▽ Partout la mer est libre (Maya Mihindou) ▽ Casamance : résister au sel et attendre la pluie (Camille Marie et Prosper Champion) ▽ Quand la littérature justifie la domination (Kaoutar Harchi) ▽ Ernest Cœurderoy : souvenirs d’un proscrit (Tristan Bonnier) En la línea del frente : sur la ligne de front (Laurent Perpigna Iban) ▽ Tout ce qui vit (Élie Marek et Élias Boisjean) ▽ Les foyers ont brûlé (Paul Fer) ▽ Feu bleu (Zéphir)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.