Zora Neale Hurston, l’ancêtre politique


Semaine « Résistances afro-américaines » — Texte inédit pour le site de Ballast

L’écrivaine et anthro­po­logue Zora Neale Hurston, dis­pa­rue en 1960, fut l’une des figures de la Renaissance de Harlem, mou­ve­ment afro-amé­ri­cain — à la fois lit­té­raire, musi­cal et artis­tique — né dans l’entre-deux-guerres. Longtemps oubliée, peu tra­duite en fran­çais, « fémi­niste avant la lettre1Françoise Brodsky, « La tra­duc­tion du ver­na­cu­laire noir : l’exemple de Zora Neale Hurston », 1996. », la cher­cheure Kaoutar Harchi brosse ici le por­trait d’une femme qui, sa vie durant, aura lut­té contre l’illégitimité artis­tique et intel­lec­tuelle.


« On prend la plume lorsqu’on l’exige de vous et on écrit comme on vous l’ordonne. »
Zora Neale Hurston

« Tout comme la roche froide et appa­rem­ment sans vie, j’ai enfoui en moi des sou­ve­nirs issus des maté­riaux qui m’ont mou­lée. Temps et Lieu ont leur mot à dire. Il vous fau­dra donc apprendre d’où je viens, de quel endroit, de quelle époque, pour que vous puis­siez inter­pré­ter les inci­dents de ma vie et la direc­tion qu’elle a prise2Zora Neal Hurston, Des Pas dans la pous­sière (1942), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1999. Toutes les cita­tions à venir, non sour­cées, sont extraites de cet ouvrage. ». Ces mots cou­chés sur le papier au tour­nant des années 1940, récla­mant toute notre atten­tion, sont ceux de Zora Neale Hurston. Une femme afri­caine qui fit de l’écriture l’outil de docu­men­ta­tion de sa propre vie et, à tra­vers celle-ci, de l’histoire de son pays : les États-Unis. Longtemps igno­rée, plus long­temps encore mécon­nue, recon­nue sur le tard, Zora Neale Hurston est de ces figures pion­nières qui auront, sans le savoir ni peut-être même le vou­loir, indi­qué le che­min de la lutte pour l’autonomie à des géné­ra­tions de femmes noires. « Frapper droit avec un bâton tor­du », leur dira-t-elle !

« Zora Neale Hurston est de ces figures pion­nières qui auront, sans le savoir ni peut-être même le vou­loir, indi­qué le che­min de la lutte pour l’autonomie à des géné­ra­tions de femmes noires. »

Affirmant avoir vu le jour en 1901 dans « une ville noire […], Eatonville en Floride » — alors qu’en véri­té, elle est née en 1891, à Notasulga, dans l’Alabama3Relativement à la nais­sance de Zora Neale Hurston, nous fai­sons le choix, ici, de reprendre les infor­ma­tions indi­quées par elle-même dans nombre d’écrits. Pourtant, nous savons aujourd’hui que les infor­ma­tions faus­sées rela­tives à l’année et au lieu de nais­sance de Zora Neale Hurston ne sont pas dépour­vues de signi­fi­ca­tions. En effet, Eatonville porte le nom de Josiah C. Eaton, un homme blanc qui fit le choix de concé­der ses nom­breuses terres à des hommes noirs afin que ces der­niers puissent s’y éta­blir. Ce qui fera écrire à Hurston : « Les fon­da­teurs étaient tous des hommes qui avaient ris­qué leur vie et leur for­tune pour que les Noirs puissent être libres. » Ainsi, fai­sons l’hypothèse que Hurston a aimé croire et faire croire qu’elle vit le jour là où eut lieu « la pre­mière expé­rience de l’autogestion ». et ce n’est que plus tard qu’elle et sa famille s’installeront dans ladite ville — Zora Neale est la fille de Lucy-Ann Potts et John Hurston. Si la pre­mière encou­ra­geait ses huit enfants à « bon­dir vers le soleil », le second, au contraire, leur expli­quait qu’il valait mieux « ne pas se mon­trer trop sûr de soi quand on était noir ». Zora Neale, peut-être plus que n’importe quel autre enfant, a été prise au piège de ces contra­dic­tions : « Il [son père] mena­çait sans cesse de me bri­ser, même s’il devait me tuer au pas­sage. Ma mère s’interposait à chaque fois. Elle me savait effron­tée et prompte à la réplique, mais elle ne vou­lait pas bri­ser mon ardo­ri­té, de peur de me voir deve­nir une dou­ce­reuse pou­pée de son. Papa se met­tait dans tous ses états quand elle par­lait comme ça. […] Il me pré­di­sait une fin sinistre. Les Blancs n’accepteraient jamais cela ; je serais pen­due avant d’être grande. » Ce sen­ti­ment d’être sin­gu­lière ne quit­te­ra plus Zora Neale. « Corbeau dans le nid du pigeon », des heures durant, repliée au cœur d’une nature sau­vage adu­lée, elle lit les ouvrages que des femmes blanches lui offrent : Les Robinson suisses, Les Voyages de Gulliver, Le Livre de la jungle, Le Lévithique… Expériences trou­blantes qui clivent davan­tage encore le rap­port de Zora Neale au monde qui l’entoure : « Mon âme visi­tait les dieux mais mon corps res­tait au vil­lage […]. Le ragoût de bœuf, le lard frit et le gruau du matin ne pou­vaient se com­pa­rer à l’ambroisie du Valhalla. » Et de se deman­der, alors, « Pour­quoi moi ? Pourquoi ? »

Suite au décès de sa mère et au rema­riage de son père, Zora Neale fut ins­crite dans une école de Jacksonville. Un jour, les frais de sco­la­ri­té ces­sèrent d’être payés, alors « On [lui] fit récu­rer les marches de l’escalier tous les same­dis, on [l’]envoya net­toyer la réserve et aider comme [elle] le pou­vait à la cui­sine après les heures de classe. » Dès lors, pour étu­dier, Zora Neale ne ces­se­ra de cou­rir après l’argent. Et cela jusqu’au jour où, fai­sant la connais­sance de Mae Miller, fille d’un émi­nent pro­fes­seur de Howard University, elle fut encou­ragée à s’y ins­crire. C’est la famille Miller qui héber­ge­rait, nour­ri­rait et aide­rait Zora Neale à s’acquitter des droits de sco­la­ri­té. Étudier dans « cette majes­tueuse uni­ver­si­té, […] clé de voûte des éta­blis­se­ments d’éducation noirs », a été pour la jeune femme d’Eatonville la voie d’accès aux cercles éli­tistes qu’étaient la socié­té Zeta Phi Beta ain­si que le groupe lit­té­raire du Stylet. Elle y ren­con­tra Charles S. Johnson, direc­teur de la National Urban League4La National Urban League est une orga­ni­sa­tion new-yor­kaise, fon­dée le 11 octobre 1910 suite au phé­no­mène his­to­rique de la Grande migra­tion qui vit plus d’un mil­lion d’hommes et de femmes noir.e.s quit­ter le Sud pour le Midwest, le Nord et l’Ouest amé­ri­cains. L’association œuvrait pour l’amélioration des condi­tions de vie des Africains-Américains au moyen des tech­niques d’empo­werment. Elle joua un rôle impor­tant dans le mou­ve­ment pour les droits civiques. Pour plus d’informations, se réfé­rer à l’ouvrage de Nancy J. Weiss, The National Urban League, 1910–1940, New York, Oxford University Press, 1974. qui, sou­cieux de faire décou­vrir de nou­velles écri­tures, com­man­da des textes à Zora Neale. Elle lui envoya alors deux nou­velles : « Drenched in light » et « Spunk », que Johnson publia en décembre 1924, dans le maga­zine Opportunity.

Harlem, 1938 (Hansel Mieth—The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Se des­sinent là, en creux, les contours du mou­ve­ment artis­tique de la Renaissance de Harlem qui, appuyé sur les tra­vaux fon­da­teurs des écri­vains et écri­vaines Booker T. Washington, W. E. B. Du Bois, Jessie Redmon Fausset, Alain Locke et Nella Larsen, a trans­for­mé durant l’entre-deux-guerres le ghet­to new-yor­kais en « The Mecca of the New Negro », un espace intel­lec­tuel expé­ri­men­tal où la condi­tion des hommes et des femmes noir.e.s fut pen­sée tant à tra­vers la musique, la pein­ture, la danse, la mode que la poé­sie, la lit­té­ra­ture… L’aspiration col­lec­tive à une reva­lo­ri­sa­tion de l’héritage cultu­rel afri­cain, asso­ciée à la reven­di­ca­tion d’une appar­te­nance pleine et entière à la nation amé­ri­caine, ont trou­vé en la revue Fire !! — dont Zora Neale fut la cofon­da­trice — un sup­port sup­plé­men­taire d’expression et de dif­fu­sion. Contrainte de quit­ter la Howard University, à nou­veau en rai­son de dif­fi­cul­tés finan­cières, Zora Neale, sou­te­nue par la famille Johnson, inté­gra Barnard, uni­ver­si­té fémi­nine affi­liée à Columbia University, à l’automne 1925. Elle y fut la pre­mière étu­diante noire : « Je n’ai pas d’horribles his­toires de dis­cri­mi­na­tion raciale à conter sur cet éta­blis­se­ment », se sou­vient la jeune femme. Et c’est dans cette même uni­ver­si­té, suite à l’écriture d’un essai, qu’elle fit la connais­sance des anthro­po­logues Ruth Benedict et Franz Boas, « le roi des rois ». Grâce à l’intervention de « Papa Frantz », Zora Neale obtint une bourse de recherche et fut envoyée, en 1928, dans le sud des États-Unis afin de docu­men­ter le folk­lore noir. « Plus tard, écrit-elle, alors que j’étais déjà sur le ter­rain, on m’invita à deve­nir membre de la Société amé­ri­caine d’ethnologie puis de la Société amé­ri­caine d’anthropologie. » Rappelant alors les pro­pos de Booker T. Washington qui invi­tait à juger un homme — ou une femme ! — non aux hau­teurs atteintes mais aux pro­fon­deurs dont elle avait émer­gé, Zora Neale ajou­ta que « de tels hon­neurs étaient impor­tants à ses yeux. […] La petite fille d’Eatonville en avait fait, du che­min… »

« L’aspiration à une reva­lo­ri­sa­tion de l’héritage cultu­rel afri­cain asso­cié à la reven­di­ca­tion d’une appar­te­nance pleine et entière à la nation amé­ri­caine ont trou­vé en la revue Fire !! un sup­port sup­plé­men­taire d’expression et de dif­fu­sion. »

Une vie d’anthropologue, voi­là ce qu’embrasse Zora Neale à l’aube des années 1930 : « Pardonnez-moi, mais ne connaî­triez-vous pas quelques contes ou chan­sons popu­laires ? Ces hommes et ces femmes qui suaient des tré­sors folk­lo­riques par tous les pores de la peau me regar­daient en secouant la tête. Non, ils n’avaient jamais enten­du par­ler de ça dans le coin. […] Je me pré­sen­tais à Papa Frantz et pleu­rai des larmes de sel. Il me pas­sa un savon, mais j’appris plus tard qu’il n’était pas aus­si déçu qu’il me l’avait fait croire. » L’épreuve mar­quante du ter­rain et le pro­fond sen­ti­ment d’échec qui l’accompagna furent dépas­sés par Zora Neale avec l’aide, notam­ment finan­cière, de « Marraine », une richis­sime mécène inves­tie et inves­tis­sant dans le mou­ve­ment de la Renaissance de Harlem. Ainsi la jeune femme put à nou­veau repar­tir sur le ter­rain. Et cela dura plu­sieurs années. L’entêtement de Zora Neale la condui­sit alors vers la Nouvelle-Orléans, où elle explo­ra les céré­mo­nies du hoo­doo, expres­sion du vau­dou amé­ri­cain : « Pendant trois jours et trois nuits, je res­tai allon­gée, nue, sur un divan, le nom­bril contre une peau de cro­tale spé­cia­le­ment pré­pa­rée et dédiée à cette céré­mo­nie. […] On me fit une entaille au doigt et je devins le frère de sang du cro­tale. » Puis, Zora Neale fut invi­tée à ren­con­trer le Diable, en pleine nuit, au détour d’une rue, pour pac­ti­ser avec lui. Elle par­tit à la recherche d’un sque­lette de chat noir per­du en plein maré­cage. Elle dan­sa aus­si au rythme de la musique « des Noirs des Bahamas »… En 1932, de retour à New York, Zora Neale tra­vailla avec achar­ne­ment à repla­cer les maté­riaux recueillis dans le cadre d’une vaste réflexion sur le folk­lore noir amé­ri­cain. Réflexion qui fut expo­sée au théâtre John Golden, devant nombre de scien­ti­fiques. Et Zora Neale d’atteindre l’horizon visé : « Montrer la beau­té et le charme du folk­lore authen­ti­que­ment noir sans qu’on ait besoin de le mettre à la sauce de Broadway » ! En 1939, Zora Neale regrou­pa ses recherches, y ajou­tant celles conduites dans les Antilles bri­tan­niques et en Haiti, dans l’ouvrage Voodoo Gods — An inqui­ry into native myths and magic in Jamaica and Haiti.

Plus tard, l’anthropologue, pour­sui­vant ses recherches, fit la ren­contre à Mobile, en Alabama, de Cudjo Lewis, alors âgé de 90 ans, et qui fai­sait par­tie du « der­nier char­ge­ment d’esclaves entré aux États-Unis [en 1859] et seul Noir encore en vie ». Un long échange s’engagea : « Il me racon­ta avec force détails la situa­tion qui, en Afrique, avait fait de lui un esclave. Trouvant très pro­fi­table le com­merce de bétail humain, le puis­sant royaume du Dahomey avait aban­don­né l’agriculture, la chasse et le reste, pour cap­tu­rer de quoi rem­plir les bara­que­ments sur la plage de Dmydah et vendre son chep­tel aux escla­va­gistes venus d’au-delà de l’océan. […] Un détail me frap­pa au cours de mes trois mois d’entretiens avec Cudjo Lewis. Les Blancs avaient main­te­nu les miens en escla­vage sur le sol amé­ri­cain. Ils nous avaient ache­tés et nous avaient exploi­tés. Mais le fait iné­luc­table qui me res­tait en tra­vers du gosier était le sui­vant : les Blancs m’avaient ache­tée, oui, mais c’étaient les miens qui m’avaient ven­due. De quoi tordre le cou au folk­lore de ma jeu­nesse selon lequel les Blancs s’étaient ren­dus en Afrique, avaient agi­té un mou­choir rouge sous les yeux des autoch­tones, les avaient atti­rés à bord et embar­qués. » Et de conclure : « Je sais que c’est l’argent de la civi­li­sa­tion qui a atti­sé la cupi­di­té afri­caine. »

Harlem, 1938 (Hansel Mieth—The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Si Zora Neale vou­lut pour­suivre ses tra­vaux, la Grande Dépression, peu à peu, la frei­na, amoin­dris­sant le nombre et le mon­tant des bourses obte­nues. Alors, Zora Neale ren­tra à Eatonville et reprit l’écriture de nou­velles. L’une d’elles, titrée « Le demi-dol­lard doré », fut publiée dans le maga­zine Story en août 1935. Après quoi, Zora Neale, soup­çon­nant les rédac­teurs en chef du maga­zine d’avoir plai­dé sa cause auprès de leurs amis édi­teurs, fut contac­tée par l’un d’eux qui lui com­man­da un roman. « Je lui répon­dis que j’étais en train d’écrire un roman. Je vous signale que j’en avais pas encore pon­du le pre­mier mot », avoue­ra l’écrivaine. Quelques mois plus tard, ledit roman fut ache­vé mais, à nou­veau, l’argent vint à man­quer. Et c’est grâce à une proche connais­sance que Zora Neale put payer — deux dol­lars — l’envoi du manus­crit. Dans l’expectative de la réponse de l’éditeur, elle entre­prit de se pro­duire en concert, sur la sol­li­ci­ta­tion de la chambre de commerce des Séminoles. « J’avais accep­té avec joie, car ma pro­prié­taire me pres­sait de lui payer le loyer des mois écou­lés. Je lui devais dix-huit dol­lars. Je comp­tais en rece­voir vingt-cinq ce jour-là. […] Mais les choses devaient se pas­ser autre­ment. À 8 heures, le 16 octobre, ma logeuse me deman­da de quit­ter les lieux. » Le 17 octobre au petit matin, la remise du chèque de la chambre de com­merce per­mit à l’écrivaine de reprendre le des­sus. Quelques jours plus tard, l’éditeur Linppicott accep­ta le manus­crit de Jonah’s Gourd Vine, pro­po­sant à l’auteure deux cent dol­lars, ce qui fera écrire à Zora Neale : « Je crois que je ne res­sen­ti­rai jamais une joie plus grande que celle que m’a pro­cu­rée ce bout de papier bleu. Vous sou­ve­nez-vous du jour où vous avez décou­vert votre pre­mier poil pubien ? Eh bien c’était encore mieux. »

« Jusqu’au plus pro­fond de l’écriture de Zora Neale Hurston la vio­lence sociale demeure tue, dis­si­mu­lée entre les lignes. »

Arrêtons-nous là un ins­tant. Sur cette note qui se veut d’humour. Peut-être est-elle vraie. Peut-être est-elle fausse. Jusqu’à pré­sent, nous avons sui­vi avec rigueur une grande par­tie de l’histoire de vie de Zora Neale Hurston, telle qu’elle-même l’a recons­truite dans son récit auto­bio­gra­phique Dust track on the road, publié aux États-Unis en 1942 et tra­duit en fran­çais, en 1999, sous le titre Des Pas dans la pous­sière. Pourtant, si c’est bien ain­si que cette his­toire se donne à lire, elle se donne à com­prendre quelque peu dif­fé­rem­ment. En effet, nous pou­vons légi­ti­me­ment res­sen­tir quelque éton­ne­ment. Et nous deman­der, dans ce récit, où sont le racisme, le sexisme, le clas­sisme. Où est l’Amérique noire en lutte contre l’Amérique blanche ? Où est l’Histoire ? Jusqu’au plus pro­fond de l’écriture de Zora Neale Hurston — l’écriture, donc, qui nous est par­ve­nue et à par­tir de laquelle il nous faut bien tra­vailler —, la vio­lence sociale demeure tue, dis­si­mu­lée entre les lignes. Combien, alors, de lignes man­quantes ? Et quelles lignes ? Car, comme le sou­ligne à juste titre Françoise Brodsky, la tra­duc­trice fran­çaise de Zora Neale Hurston, « celle-ci se pré­sente avec une fausse naï­ve­té sous les traits d’une petite fille pauvre mais intel­li­gente, pous­sée par un besoin impé­rieux de réus­site et que le racisme n’a guère tou­chée ». Et, d’un coup, on se sou­vient de cette phrase : « Je n’ai pas d’horribles his­toires de dis­cri­mi­na­tion raciale à conter sur cet éta­blis­se­ment [de Barnard] »… Et on ne sait plus. Ou on ne sait que trop bien.

En 1999, Des Pas dans la pous­sière a été tra­duit par les édi­tions de l’Aube à par­tir, non de l’édition incom­plète de 1942, mais bien de celle, inté­grale, de 1995 — « inté­grale » car un appen­dice de cin­quante-trois pages a été ajou­té en fin d’ouvrage. Qu’est-ce à dire ? Quiconque, aujourd’hui, ouvri­rait Des Pas dans la pous­sière décou­vrait, page 199, le cha­pitre XII, inti­tu­lé « Mon peuple ! Mon peuple ! », et lirait ces pre­mières lignes : « Mon peuple ! Mon peuple ! Dès les pre­miers balan­ce­ments de mon ber­ceau, j’ai enten­du ce cri mon­ter aux lèvres des miens. Il s’échappe pour expri­mer la pitié, le mépris et une rési­gna­tion exas­pé­rée. Il est sus­ci­té par ce qu’une cer­taine caté­go­rie de gens de cou­leur pense des faits et gestes d’une autre branche de la fra­ter­ni­té noire. Ainsi, les Noirs bien éle­vés gémissent lorsqu’ils montent dans un train ou un bus et y aper­çoivent leurs congé­nères déchaus­sés, se bour­rant de pois­son frit, de bananes et de caca­huètes et jetant les déchets par terre. Et ces gens-là ne se contentent pas seule­ment de man­ger et de boire. Les cou­pables radio­dif­fusent lar­ge­ment, sans rien cacher de leur vie intime, et cela, d’une voix qui englobe le wagon tout entier. Le Noir bien habillé se rata­tine sur son siège, secoue la tête et sou­pire : Mon peuple ! Mon peuple ! » Et de conti­nuer de par­cou­rir l’ouvrage, jusqu’à la page 263. Et décou­vri­rait la fameuse men­tion « Appendice », sui­vie de : « XVII. Mon peuple ! Mon peuple ! ». Et lire ces pre­mières lignes : « Mon peuple ! Mon peuple ! En cet ins­tant même, des nations entières gémissent cette phrase en sou­pi­rant et en secouant la tête. Des mil­liers et des mil­lions de gens la pro­noncent aux quatre coins du globe. Les dis­pa­ri­tés géo­gra­phiques ou de langue ne pro­duisent que des sons dif­fé­rents. Le sen­ti­ment reste le même. Et pour­tant, pour mon peuple, c’est une lamen­ta­tion secrète et sacrée. Non que cette expres­sion ne s’entende que rare­ment. On en use au contraire avec une grande liber­té. C’est son inter­pré­ta­tion qui est dif­fi­cile. Des cen­taines de non-Noirs l’ont enten­due très sou­vent, mais seuls ceux qui sont deve­nus nos amis, comme Carl Van Vechten, com­prennent ce qu’elle veut dire. Quelle que soit la défi­ni­tion choi­sie — cri, sou­pir, lamen­ta­tion, sou­rire gri­ma­çant ou gri­mace sou­riante —, Mon peuple ! Mon peuple ! jaillit de nos lèvres lorsque nous aper­ce­vons un spec­tacle qui nous plonge dans l’affliction. »

Harlem, 1938 (Hansel Mieth—The LIFE Picture Collection/Getty Images)

L’écart qui sépa­re­rait ne serait-ce que les pre­mières lignes du cha­pitre XVII — ver­sion ori­gi­nale — du cha­pitre XII — ver­sion réécrite — n’est certes pas des plus fla­grants mais tout de même sen­sible. Plus pré­ci­sé­ment, il s’agirait d’un écart d’ordre inter­pré­ta­tif car, si le cha­pitre ori­gi­nal inter­roge l’expression « Mon peuple ! Mon peuple ! », tra­quant alors métho­di­que­ment ce que serait un peuple non recon­nais­sable à sa cou­leur de peau, le cha­pitre XII de sa réécri­ture, lui, sem­ble­rait affir­mer que « rien n’oblige à consi­dé­rer un groupe racial comme un tout ». Et Zora Neale Hurston d’affirmer : « J’appris qu’on ne juge pas les gens à leur cou­leur. Et les cli­chés raciaux per­dirent toute signi­fi­ca­tion. Je com­men­çai à me moquer de tous ceux, Noirs ou Blancs, qui se croyaient bénis d’appartenir à leur race. Ce n’était pas une malé­dic­tion d’être noir, ou un atout d’être blanc. » Au regard de ces quelques élé­ments qui méri­te­raient ample­ment d’être appro­fon­dis, nous pou­vons, certes, faire l’hypothèse que Des Pas dans la pous­sière est la ver­sion la plus fidè­le­ment proche de ce que Zora Neale Hurston, son exis­tence durant, a vécu. Et pour­tant, com­ment ne pas croire qu’au cœur même de la ver­sion com­plé­tée n’ont pas sub­sis­té des scènes réécrites, des dou­leurs mini­mi­sées, des tra­hi­sons camou­flées ? En somme, com­ment mesu­rer, bien au-delà du texte rajou­té, le pro­cès de polis­sage du tran­chant des épreuves sociales ? Procès de polis­sage pro­duit par les condi­tions sym­bo­liques et maté­rielles de l’écriture elle-même : la pres­sion des édi­teurs, la mani­pu­la­tion des mécènes, les exi­gences des pré­si­dents de fon­da­tions, « tous blancs », écrit Françoise Brodsky. C’est là qu’une autre his­toire appa­raît, nar­rée par d’autres voix et, para­doxa­le­ment, c’est peut-être à tra­vers elles que nous pou­vons espé­rer entendre celle de Zora Neale Hurston.

« Dans le fouillis d’une nature qui avait repris tous ses droits, Alice Walker et Charlotte Hunt retrou­vèrent une tombe nue. Anonyme. »

Alice Walker, née en 1944 à Eatonton en Géorgie, est une auteure dont le tra­vail d’écriture a por­té sur la reva­lo­ri­sa­tion des luttes des femmes noires amé­ri­caines contre les domi­na­tions raciste et patriar­cale. Au tour­nant des années 1960, Alice Walker s’est enga­gée dans le mou­ve­ment pour les droits civiques. En août 1973, autant tou­chée qu’intriguée par l’œuvre de Zora Neale Hurston, l’auteure acti­viste déci­da de se rendre à Eatonville, accom­pa­gnée de l’étudiante Charlotte Hunt, à la recherche de plus amples infor­ma­tions sur la vie et la mort de l’auteure. Arrivée à la hau­teur d’Eatonville City Hall, Walker aper­çut une femme et l’interpella : « I’m Miss Hurston’s niece5Alice Walker, « Looking for Zora », Ms. Magazine, 1975, p. 10. Ainsi que les quatre extraits sui­vants.. » Un men­songe néces­saire, dira-t-elle plus tard. La femme affir­ma connaître Zora Neale, certes, mais pré­fé­ra diri­ger Walker vers une cer­taine Mathilda Moseley. En sui­vant le che­min indi­qué, les deux femmes se retrou­vèrent face à une petite mai­son blanche à la porte de laquelle elles frap­pèrent, indi­quant alors le motif de leur visite. « Yes, I knew Zora Neale », dit Mathilda Moseley. Et Alice Walker de sur­en­ché­rir : « You know, Mrs. Moseley, I saw your name in one of Zora Neale’s books » ; ce à quoi la vieille dame répon­dit : « You did ? » De là, les trois femmes échan­gèrent lon­gue­ment. Alice Walker finit par deman­der à Mathilda Moseley pour­quoi, au cime­tière d’Eatonville, aucune tombe ne por­tait le nom de Zora Neale Hurston. « She was buried down in south Florida somew­here », répon­dit Mme Moseley.

Alice Walker et Charlotte Hunt pour­sui­virent leur enquête encore quelque temps jusqu’à faire la connais­sance de Sarah Peek Patterson, direc­trice du Lee-Peek Mortuary de Fort-Pierce, qui prit en charge l’enterrement de Zora Neale, en 1960. Sarah Peek Patterson apprit aux deux jeunes femmes que Zora Neale était, d’une part, morte de malnutrition6Cela sera, quelque temps plus tard, démen­ti, Zora Neale étant morte d’un acci­dent vas­cu­laire céré­bral. et, d’autre part, enter­rée non loin de Garden of the Heavenly Rest. Les jeunes femmes se ren­dirent alors sur le lieu indi­qué. Dans le fouillis d’une nature qui avait repris tous ses droits, Alice Walker et Charlotte Hunt retrou­vèrent une tombe nue. Anonyme. La tombe de Zora Neale Hurston. Celles et ceux qui, aujourd’hui, pas­se­raient non loin du cime­tière sau­vage de Fort-Pierce, qui par­vien­draient à per­cer du regard l’épaisseur des herbes folles, ver­raient alors, dres­sée, une pierre tom­bale sur laquelle ils liraient, tel que l’ont vou­lu Alice Walker et Charlotte Hunt :

« ZOHRA NEALE HURSTON
A GENIUS OF THE SOUTH
NOVELIST FOLKLORIST
ANTHROPOLOGIST
1901 – 1960 »

Le récit de cette enquête, à la fois fémi­niste et spi­ri­tuelle, fut publié par Alice Walker en mars 1975 dans Ms. Magazine sous le titre « Looking for Zora » et a été repris, huit années plus tard, dans le recueil In search of our Mothers’ Gardens — Womanist Prose. Depuis, Zora Neale Hurston, entrant dans la vie et la pen­sée d’Alice Walker, a été décou­verte par nombre de jeunes mili­tantes afri­caines-amé­ri­caines. Parmi elles, Toni Morrison et Zadie Smith, qui ont à leur tour relu l’œuvre de Zora Neale Hurston, recon­nais­sant  la cen­tra­li­té qui, aujourd’hui, est la sienne.


Photographie de ban­nière : Hansel Mieth, New Orleans, 1944.
Portrait de Zora Neale Hurston : DR


REBONDS

☰ Lire notre entre­tien avec Angela Davis : « S’engager dans une démarche d’intersectionnalité », décembre 2017
☰ Lire « Femmes, noires et com­mu­nistes contre Wall Street », Claudia Jones (tra­duc­tion), décembre 2017
☰ Lire notre article « Annie Ernaux — ne pas (se) racon­ter d’histoires », Laélia Veron, novembre 2017
☰ Lire notre article « Assia Djebar — la mémoire est une voix de femme », Jonathan Delaunay, avril 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Wajdi Mouawad : « Je viens d’une his­toire qui ne se raconte pas », mars 2017
☰ Lire notre entre­tien avec Amandine Gay : « À qui réus­sit-on à par­ler ? », jan­vier 2017
☰ Lire notre article  « Svetlana Alexievitch, quand l’histoire des femmes reste un champ de bataille », Laélia Véron, jan­vier 2016

NOTES   [ + ]

1. Françoise Brodsky, « La tra­duc­tion du ver­na­cu­laire noir : l’exemple de Zora Neale Hurston », 1996.
2. Zora Neal Hurston, Des Pas dans la pous­sière (1942), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1999. Toutes les cita­tions à venir, non sour­cées, sont extraites de cet ouvrage.
3. Relativement à la nais­sance de Zora Neale Hurston, nous fai­sons le choix, ici, de reprendre les infor­ma­tions indi­quées par elle-même dans nombre d’écrits. Pourtant, nous savons aujourd’hui que les infor­ma­tions faus­sées rela­tives à l’année et au lieu de nais­sance de Zora Neale Hurston ne sont pas dépour­vues de signi­fi­ca­tions. En effet, Eatonville porte le nom de Josiah C. Eaton, un homme blanc qui fit le choix de concé­der ses nom­breuses terres à des hommes noirs afin que ces der­niers puissent s’y éta­blir. Ce qui fera écrire à Hurston : « Les fon­da­teurs étaient tous des hommes qui avaient ris­qué leur vie et leur for­tune pour que les Noirs puissent être libres. » Ainsi, fai­sons l’hypothèse que Hurston a aimé croire et faire croire qu’elle vit le jour là où eut lieu « la pre­mière expé­rience de l’autogestion ».
4. La National Urban League est une orga­ni­sa­tion new-yor­kaise, fon­dée le 11 octobre 1910 suite au phé­no­mène his­to­rique de la Grande migra­tion qui vit plus d’un mil­lion d’hommes et de femmes noir.e.s quit­ter le Sud pour le Midwest, le Nord et l’Ouest amé­ri­cains. L’association œuvrait pour l’amélioration des condi­tions de vie des Africains-Américains au moyen des tech­niques d’empo­werment. Elle joua un rôle impor­tant dans le mou­ve­ment pour les droits civiques. Pour plus d’informations, se réfé­rer à l’ouvrage de Nancy J. Weiss, The National Urban League, 1910–1940, New York, Oxford University Press, 1974.
5. Alice Walker, « Looking for Zora », Ms. Magazine, 1975, p. 10. Ainsi que les quatre extraits sui­vants.
6. Cela sera, quelque temps plus tard, démen­ti, Zora Neale étant morte d’un acci­dent vas­cu­laire céré­bral.
Kaoutar Harchi
Kaoutar Harchi

Chercheure post-doctorante (Labex CAP, département de la recherche du Musée du Quai Branly). Son dernier ouvrage, « Je n’ai qu’une langue et ce n’est pas la mienne - Des écrivains à l'épreuve », a paru en 2016 aux éditions Fayard.

Découvrir d'autres articles de



Abonnez-vous ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

couverture du 7

Notre septième numéro est disponible en librairie et en ligne ! Chaque numéro papier, autonome du site Internet, propose des articles inédits.

Au sommaire :
Issa, libre-penseur (Anne Feffer) | Rencontre avec les dockers du Havre (Léon Mazas & Djibril Maïga) | Rencontre avec Florence Aubenas | Angela Davis et Assa Traoré. Entretien croisé | Décroissance, écosocialisme : comment répondre à la question écologique ? avec Agnès Sinaï et Michael Löwy | Afrique du Sud | Une maraude avec l’ADSF (Maya Mihindou) | Vers la libération animale (Léonard Perrin) | Le fédéralisme, avenir de la révolution ? (Edouard Jourdain) | Claude Cahun (Adeline Baldacchino) | Vivre à Jérusalem (Hassina Mechaï) | Pourquoi nous rampons sous la peau du monde (Stéphane Beauverger, Collectif Zanzibar)

Nous sommes un collectif entièrement militant et bénévole, qui refuse la publicité en ligne et papier. Vous pouvez nous soutenir (frais, matériel, reportages, etc.) par un don ponctuel ou régulier.